Prison d'Abou Salim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Prison d'Abou Salim ( arabe سجن أبو سليم, DMG Siǧn Abū Salīm ) était une prison de haute sécurité à Abu Salim près de Tripoli [1] en Libye , dans laquelle de nombreux prisonniers politiques étaient détenus et qui, selon les organisations de défense des droits de l'homme , était notoire pour la torture . Il s'est fait connaître par un massacre en juin 1996.

La prison a été utilisée jusqu'à ce que l ' Armée de libération nationale libyenne prenne le contrôle de Tripoli fin août 2011 pendant la guerre civile de 2011 . Après la capture, les gardes ont quitté les lieux et les prisonniers étaient libres de quitter la prison. [2]

Massacre du 28/29 juin 1996

Cours

Après de nombreuses escarmouches entre le Groupe islamique combattant libyen et les forces de sécurité libyennes dans l'est de la Libye depuis juin 1995 , de nombreux combattants de cette organisation ont été incarcérés à la prison d'Abou Salim. [3]

En raison des mauvaises conditions carcérales, le 28 juin 1996, les prisonniers se révoltent et deux gardiens sont pris en otage. L'un d'eux est décédé. En conséquence, les forces de sécurité auraient perpétré un massacre sur les détenus, qui étaient principalement originaires de Benghazi , sur ordre du chef des services secrets de l'époque , Abdullah as-Sanusi .

Premièrement, les prisonniers insurgés auraient été persuadés d'abandonner lors des négociations. Après la fin du soulèvement, les détenus de tous les blocs pénitentiaires impliqués dans le soulèvement auraient été séparés des autres prisonniers le 29 juin puis fusillés par une unité spéciale. On estime qu'environ 1 200 des 1 600 à 1 700 prisonniers incarcérés à l'époque sont morts. [5]

En traitement

Un mur commémoratif avec des photos des victimes du massacre (2011)

À partir de 2001, les autorités informent les familles de certains détenus de leur décès, mais ne leur en disent pas la cause. En avril 2004, le chef de l'État, Mouammar Kadhafi , reconnaît publiquement pour la première fois que des prisonniers ont été tués. [5] À partir de 2007, des parents de prisonniers à Benghazi ont commencé à manifester pour exiger une enquête sur les événements et la libération des corps. [6]

Une première enquête sur les incidents n'a été menée qu'en 2009 et n'a pu avancer en raison de l'immunité des agents de la sécurité de l'État. Le ministre de la Justice de l'époque, Mustafa Abd al-Jalil , aurait fait campagne pour une enquête. [1]

Un complexe a été démoli en avril 2010, prétendument pour dissimuler les preuves du massacre. [sept]

Le 15 février 2011, les forces de sécurité ont arrêté l'avocat Fathi Terbil . Il représentait de nombreuses victimes du massacre et avait également perdu deux membres de sa famille. A Benghazi, des milliers de manifestants sont descendus dans la rue pour lui. Ces rassemblements sont considérés comme un déclencheur important de la guerre civile de 2011. [8ème]

En septembre 2011, des enquêteurs du Conseil de transition libyen affirment avoir trouvé une fosse commune avec plus de 1 200 corps aspergés d'acide datant de 1996. [9] [10] Jamal Ben Noor du ministère de la Justice et des Droits de l'homme du Conseil de transition libyen et une équipe de CNN qui s'y trouvait ont parlé respectivement d'"os trop gros pour les proportions humaines" et "d'os d'animaux". Ni mentionner quoi que ce soit sur l'utilisation de l'acide. [11]

Anciens détenus

liens web

les détails

  1. a b Martin Gehlen : l'ennemi numéro un de Kadhafi. Dans : Frankfurter Rundschau . 9 mars 2011, récupéré le 10 mars 2011 .
  2. Châtiment pour la révolte. Dans : ORF . 26 septembre 2011, récupéré le 26 septembre 2011 .
  3. Daniel Byman : C'est aussi un combat contre al-Qaïda, 30 mars 2011
  4. Charnier avec 1200 cadavres. Dans : le quotidien . 25 septembre 2011, récupéré le 27 septembre 2011 .
  5. a b Human Rights Watch : Libye : meurtres de juin 1996 à la prison d'Abu Salim , 27 juin 2006
  6. Jo Becker, Human Rights Watch : Les événements d'il y a 2 ans ont déclenché le soulèvement actuel en Libye , 2011
  7. Rachid Khechana : Les trois robes du colonel Kadhafi. Dans : Le Monde Diplomatique . 8 avril 2011, récupéré le 25 septembre 2011 .
  8. Un cauchemar libyen sans fin. In: Nouveau journal zurichois. 27 septembre 2011, récupéré le 27 septembre 2011 .
  9. Rachid Khechana : Soulèvement contre la bédouinocratie et son chef. Dans : Le Monde Diplomatique . Avril 2011, récupéré le 25 septembre 2011 (français).
  10. Charnier découvert avec 1 200 corps. représailles à la révolte. , 26 septembre 2011
  11. Personnel de CNN Wire : La Libye couvre la revendication d'un charnier. Dans : CNN . 26 septembre 2011, consulté le 22 décembre 2011 (anglais).
  12. Petra Ramsauer : Les djihadistes gagnent en influence à Tripoli. Dans : Le Temps . 29 février 2012, récupéré le 29 février 2012 .

Coordonnées : 32° 50′ 0″  N , 13° 10′ 26″  Est