Argentine

C'est un excellent article.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

L'Argentine ( espagnol Argentine ? / i [ aɾxenˈtina ]) est une république du sud de l'Amérique du Sud . Il est bordé par le Chili à l'ouest, la Bolivie et le Paraguay au nord, le Brésil et l'Uruguay au nord-est, et est délimité par l' océan Atlantique à l' est.

Le nom du pays dérive du mot latin pour argentargentum  - et remonte à l'époque coloniale espagnole, lorsque les gens espéraient trouver ici des métaux précieux. Elle faisait partie de l ' empire colonial espagnol jusqu'à son indépendance en 1816 . Politiquement, l'Argentine est une république fédérale présidentielle dans laquelle les provinces individuelles ont des pouvoirs étendus. Selon la constitution argentine , en plus de la República Argentina , les Provincias Unidas del Río de la Plata et la Confederación Argentina s'appliquent égalementcomme désignations officielles de l'Argentine. [6]

Avec une superficie de près de 2,8 millions de km², l'Argentine est le huitième plus grand pays du monde et le deuxième d'Amérique du Sud et le quatrième du double continent américain. En raison de sa grande étendue nord-sud, le pays partage plusieurs zones climatiques et végétales . En termes de population, avec environ 45 millions d'habitants, il se classe troisième en Amérique du Sud (après le Brésil et la Colombie) et cinquième dans les Amériques. Environ un tiers de la population est concentrée dans la zone métropolitaine de la capitale Buenos Aires , qui est considérée comme un centre culturel important en Amérique, où, entre autres, le Tango Argentinoa son origine. Les autres zones métropolitaines sont les villes de Cordoba , Rosario , Mar del Plata et Mendoza . En revanche, de grandes parties du sud sec et froid ne sont que peu peuplées.

Jusqu'en 1950 environ, l'Argentine était l'un des pays les plus riches du monde. Traditionnellement, l'agriculture , l'élevage et l'extraction des matières premières ont joué un rôle économique majeur, même si le secteur des services représente désormais la plus grande part du PIB à environ 60 %.

Jusqu'au milieu du XXe siècle, le pays était politiquement façonné par l'immigration en provenance d'Europe, surtout d'Italie et d'Espagne. Les étapes politiques les plus importantes depuis lors sont le péronisme (1946-1955 ; 1973-1976), plusieurs dictatures militaires (surtout 1976-1983 ), la redémocratisation (après 1983) et le néolibéralisme (années 1990) jusqu'à la crise argentine de 2001 et celles qui suivi de la consolidation.

géographie

L'Argentine a une superficie de 2,78 millions de km², ce qui en fait le deuxième plus grand pays d'Amérique du Sud après le Brésil . L'extension du nord au sud est de 3694 km, d'ouest en est au point le plus large d'environ 1423 km. Il est bordé par l' océan Atlantique à l'est, la Bolivie et le Paraguay au nord, le Brésil et l'Uruguay au nord-est ; Le Chili et l'Argentine forment leur plus longue frontière commune à l'ouest du pays.

Toute la zone frontalière occidentale est occupée par les Andes , la plus longue chaîne de montagnes continentale sur terre. Le centre-nord de l'Argentine est occupé par le Gran Chaco - une région chaude avec des formations de forêt sèche et de savane . A l'est, le long du Río Paraná , se trouvent les collines de la province de Misiones . Les chutes d'Iguazú y sont situées au niveau du triangle frontalier Argentine-Paraguay-Brésil ; ils mesurent environ 2,7 kilomètres de large et sont parmi les plus grands du monde. Au sud, entre les grands fleuves Río Paraná et Río Uruguay , se trouve la Mésopotamie humide et marécageuse. Sur le Río de la Plata , estuaire commun à ces deux fleuves, se trouvent la ville de Buenos Aires et la province de Buenos Aires du même nom , cœur économique de l'Argentine, où vivent environ un tiers des habitants du pays.

À l'ouest et au sud de Buenos Aires se trouvent la pampa , une plaine herbeuse où sont produits la plupart des produits agricoles du pays. Dans cette région se trouvent de grands champs de blé et des pâturages pour le bétail ; les exportations de bœuf ont chuté de 771 000 tonnes à 190 000 tonnes à partir de 2005 en raison des restrictions et des interdictions d'exportation du gouvernement. [8] En 2017, 308 638 tonnes de viande bovine ont de nouveau été exportées. [9]

Entre la Pampa et les Andes se trouvent les chaînes de montagnes des Sierras Pampeanas au centre de l'Argentine . Ces chaînes de montagnes basses atteignent des hauteurs de 2800 m dans les Sierras de Córdoba et jusqu'à 6250 m dans la Sierra de Famatina à La Rioja . Située au sud de l'Argentine, la Patagonie se caractérise par de forts vents d'ouest et un climat très rigoureux . Cette zone, qui représente environ un quart de la superficie du pays, est très peu peuplée. Le point le plus bas du pays et de toute l'Amérique est la Laguna del Carbón à 105 m sous le niveau de la mer. Il est situé entre Puerto San Julián et le commandant Luis Piedra Buenadans la province de Santa Cruz .

Un tronçon d'environ 60 km de la frontière avec le Chili , situé dans le champ de glace sud de la Patagonie , n'est pas marqué comme une frontière clairement définie, mais est occupé par une zone spéciale convenue entre les deux États.

Un secteur du continent antarctique est revendiqué par l'Argentine ; cependant, cette affirmation est en conflit avec le Traité sur l'Antarctique , qui est en vigueur depuis 1961.

chaînes de montagnes et montagnes

Dans les Andes argentines , il y a près de 100 montagnes de plus de 6000 m de haut. [10] Ils comprennent la plus haute montagne du continent américain , l' Aconcagua à 6961 m et les deux plus hauts volcans de la terre, l' Ojos del Salado à 6880 m et le Monte Pissis à 6795 m.Dans le sud des Andes, les montagnes sont moins hautes ; beaucoup sont toujours enneigés à cause du climat humide et froid. Aussi dans les Sierras Pampeanas on mesure parfois de très hautes altitudes : La Sierra de Famatina dans la province de La Riojaatteint également plus de 6000 m.Cependant, les hauteurs de ce complexe montagneux baissent vers l'est, dans les Sierras de Córdoba , seuls un maximum de 2800 mètres sont atteints.

Les Patagonides du nord (Mesetas Patagoniens) ont encore une hauteur de 4700 m au sud-est de Mendoza, leur hauteur diminue vers le sud-est. Dans les autres régions d'Argentine, les montagnes atteignent rarement une hauteur de plus de 1000 m. Il s'agit notamment des Sierras Australes Bonaerenses ( Sierra de la Ventana et Sierra de Tandil ) sur la côte atlantique et le pays montagneux et montagneux de Misiones .

des rivières et des lacs

L' hydrologie argentine est dominée par les affluents du Río de la Plata . Son bassin versant couvre environ 5 200 000 km² . Environ un tiers de ce total se trouve en Argentine, le reste en Bolivie , au Brésil , au Paraguay et en Uruguay . Les affluents du Río de la Plata sont le Río Paraná et le Río Uruguay . Au nord, à la frontière avec le Brésil, se trouve le parc national d' Iguazú . Dedans, la rivière Iguazú avec les chutes d' Iguazú , qui sont trois fois plus grandes que les chutes du Niagara. Le Río Colorado a la deuxième plus grande zone de chalandisedans le nord de la Patagonie, dont le principal affluent, le Río Salado del Oeste , draine une grande partie de l'ouest de l'Argentine, mais avec une grande partie de son volume d'eau s'évaporant en cours de route ou s'infiltrant dans des zones marécageuses en raison du climat aride.

L'Argentine a deux grandes régions lacustres. La plus étendue se trouve au pied des Andes méridionales, où une longue chaîne de lacs d'eau de fonte s'étend de la province de Neuquén à la Terre de Feu . En outre, il existe de nombreux lacs de plaine dans la Pampa centrale occidentale et dans le Chaco méridional, dont certains ne sont profonds que de quelques mètres et souvent salins . Le lac de plaine Mar Chiquita avec 5770 km² dans la province de Córdoba ainsi que les lacs andins Lago Argentino (1415 km²) et Lago Viedma (1088 km²) sont situés dans le parc national Los Glaciares , qui est un site du patrimoine mondial de l' UNESCOa été expliqué. Le glacier Perito Moreno s'y trouve également .

îles

Les îles Falkland revendiquées par l'Argentine depuis l'espace

Malgré son long littoral, l'Argentine ne compte que quelques îles. La plus grande est l' Isla Grande de Tierra del Fuego , appartenant à l'archipel de Tierra del Fuego , avec 47 020 km², partagée par l'Argentine ( province de Tierra del Fuego , 21 571 km²) et le Chili (25 429 km²). La seule autre zone insulaire d'importance est le sud de la province de Buenos Aires, où se trouvent deux vastes vasières dans les baies de Bahía Blanca et de Bahía Anegada . Les îles y sont plates et inhabitées, à l'exception de Isla Jabalí , sur laquelle se trouve la station balnéaire de San Blas . La plus grande île est Isla Trinidadavec 207 km². Il y a aussi quelques petites îles rocheuses au large de la côte patagonienne.

Les îles Falkland (également Malwinen , en anglais Falkland Islands , en espagnol Islas Malvinas ) sont un territoire contesté en vertu du droit international , un archipel dans l' Atlantique sud . Ils appartiennent géographiquement à l'Amérique du Sud , sont de 600 à 800 km à l'est du sud de l'Argentine et de la Terre de Feu à 52° Sud et 59° Ouest et sont des territoires britanniques d'outre-mer . Ils sont revendiqués par l'Argentine depuis 1833. L'occupation des îles par l'Argentine le 2 avril 1982 a déclenché la guerre des Malouinesà partir de, qui a duré jusqu'au 14 juin 1982 et s'est soldé par une défaite pour l'Argentine. Les plus grandes îles des îles Falkland sont East Falkland (Soledad) avec 6683 km² et West Falkland (Gran Malvina) avec 5278 km². Sous le même statut se trouve le territoire de la Géorgie du Sud et des îles Sandwich du Sud , situé au sud-est des îles Falkland .

climat

La moitié nord de l'Argentine se trouve dans les régions subtropicales (à l'extrême nord-est, une petite partie atteint les tropiques toujours humides ), et la moitié sud se trouve dans la zone climatique tempérée froide (jusqu'à la transition vers la zone tempérée froide ) . Il existe de grands contrastes entre les climats entièrement humides et entièrement arides dans tout le pays. A cela s'ajoutent les climats montagneux des Andes.

Le nord-ouest de l'Argentine est sec dans les Andes avec une courte saison des pluies en été. Vous y trouverez le haut désert de Puna , dont l'ouest est l'une des zones les plus sèches du monde, ainsi que le Monte semi-désertique et aride au pied des Andes dans les provinces de Mendoza , San Juan et La La Rioja .

Les pentes orientales des Pré-Andes abritent des forêts de nuages ​​subtropicales dans les provinces de Tucumán , Salta et Jujuy , qui sont très humides en été en raison de l'évacuation des vents humides d'est, mais relativement sèches en hiver. A l'est, le Gran Chaco rejoint le centre nord, ses précipitations sont concentrées en été, il en va de même pour la région des Sierras Pampeanas au centre de l'Argentine. Dans les deux régions, les précipitations diminuent vers l'ouest.

Les régions du nord-est et de la pampa sont humides toute l'année, les précipitations les plus élevées se produisant dans la forêt tropicale subtropicale de la province de Misiones .

Le sud ( Patagonie ) se situe dans la zone de vent d'ouest, c'est pourquoi la partie ouest reçoit plus de précipitations que l'est. Les Andes sont perpétuellement humides et tempérées par la température. Ils agissent comme une barrière pour les vents humides du Pacifique, de sorte que les strates patagoniennes adjacentes à l'est sont très sèches et semi-désertiques. Dans cette région, le vent Pampero , qui souffle régulièrement du sud-ouest toutes les une à deux semaines, détermine le climat. Un cas particulier est le climat dans la partie sud de la Terre de Feu avec un climat océanique frais, où les influences du Pacifique et de l'Atlantique déterminent le temps en raison de l'absence de fracture climatique dans les Andes. Là, les quantités de précipitations sont relativement élevées et les températures montrent un écart relativement faible entre l'été et l'hiver.

la faune et la flore

Selon les zones climatiques très différentes de l'Argentine, la végétation et le monde animal varient également beaucoup. Un total d'environ douze pour cent de la superficie des terres est boisé.

flore

Un platane américain

Dans les forêts sèches subtropicales du Gran Chaco , prospèrent des plantes tropicales subtropicales, comme le palissandre (Dalbergia) , les gaïacs (Guaiacum officinale) , le palissandre du Brésil (Jacaranda mimosifolia) et les quebrachos ( Schinopsis lorentzii ) , dont on extrait l'acide tannique. , mais aussi des palmiers . Algarrobos (principalement Prosopis alba et Prosopis nigra) formatif. Le sud et l'est du Chaco, avec son climat plus doux, sont utilisés intensivement pour l'agriculture, tandis que le nord est encore largement vierge.

La pampa est une vaste prairie subtropicale avec diverses graminées . À part l' eucalyptus non indigène (Eucalyptus) , le platane américain (Platanus occidentalis) et l' acacia (Acacia) , il n'y a pas d'arbres ici. Le seul arbre originaire de la pampa est l' ombú à feuilles persistantes . En raison du sol très fin, sans pierres et fertile, l'utilisation agricole est très productive, de sorte que seule une petite végétation d'origine a été préservée.

Dans les zones centrales arides de l'Argentine, de nombreux cactus (Cactaceae) et buissons épineux peuvent être trouvés dans les semi-déserts arides .

La Patagonie est déjà à l'ombre de la pluie des Andes et est un paysage aride aride et en grande partie sans arbres. Les graminées comme celles de la pampa prédominent ici, mais surtout les arbustes dans les semi-déserts secs et les formations de savane arbustive . En raison du sol pierreux et de la rigueur du climat, la culture des céréales (sauf le long des vallées fluviales) n'est pas possible, à la place le plateau patagonien est utilisé pour le pâturage .

Dans les contreforts des Andes et sur la Terre de Feu se trouve une bande de steppes herbeuses et de forêts de plusieurs centaines de kilomètres de long . Contrairement à l' hémisphère nord , il n'y a pas de forêts de conifères purs dans l' hémisphère sud ; même la forêt montagnarde indigène est composée exclusivement d' arbres à feuilles caduques (en particulier des espèces de hêtres ( Nothofagus ) telles que le coihue , le lenga et le hêtre antarctique ) qui sont complétées au niveau régional par une deuxième couche d'arbres de conifères être complété (par exemple Alerce , cèdre du Chili , cèdre de rivière du Chili , if épineux du Chili , if épineux du prunier , if de Patagonie et araucaria du Chili ). Aujourd'hui, cependant, de nombreux versants andins sont caractérisés par des résineux importés tels que l' épicéa (Picea) , le cyprès (Cypressus) , le pin (Pinus) , le cèdre (Cedrus) et d'autres bois. La limite des arbres est d'environ 3500 m.

La fleur du Ceibos (crête de coq ou arbre corail) est l'un des symboles nationaux en tant que soi-disant "fleur nationale".

faune

Guanacos - une forme sauvage du lama

Dans l'extrême nord, le monde animal est très diversifié : diverses espèces de singes , jaguars , pumas , ocelots , ratons laveurs , coatis , fourmiliers , mais aussi tapirs , pécaris et reptiles tels que serpents et caïmans vivent ici . L'avifaune ici accueille près des tropiques colibris , flamants roses , toucans et perroquets . Cependant, cette région constitue la plus petite partie de l'Argentine.

Les tatous , les loups à crinière , les renards de la pampa , les chats de la pampa , les cerfs de la pampa , les nandous , divers oiseaux de proie tels que les faucons et les hérons vivaient à l' origine dans la pampa . La plupart des types d'agriculture ont dû céder.

Dans les régions arides des Andes , on rencontre les lamas sauvages : les guanacos et les vigognes ; ainsi que le condor des Andes , qui compte parmi les plus grands oiseaux du monde. Les prédateurs comprennent le chat des montagnes , le couguar et le chacal des Andes . Les oiseaux migrateurs tels que les flamants roses se trouvent souvent dans les lacs salés.

En Patagonie et en Terre de Feu , la vie animale est plus pauvre en espèces. Pumas, nandous et guanacos vivent également ici; le huemul patagonien et le pudú (un petit cerf ) font partie de la faune des Andes du sud. Les cormorans et les pics de Magellan nichent également en Terre de Feu . Les côtes patagoniennes abritent des manchots de Magellan et des colonies d' otaries à fourrure et de phoques à crinière d'Amérique du Sud .

Les eaux côtières de l'Argentine abritent des baleines franches australes , des orques et des dauphins de Commerson , entre autres, ainsi que du merlu , des sardines , du maquereau et de la dorade .

population

démographie

densité de population

L'Argentine compte environ 45 millions d'habitants. [2] Cela correspond à une densité de population de 16,3 habitants/km². [2] Environ 87% de la population vit dans des villes de plus de 2000 habitants, dont 11,5 millions dans la seule agglomération de Gran Buenos Aires . Celle-ci a une densité de population de 2989 habitants/km². La ville et toute la province de Buenos Aires comptent ensemble 16,6 millions d'habitants, les provinces de Cordoba et de Santa Feenviron trois millions chacune, de sorte que ces trois provinces, situées dans la partie centrale du pays, regroupent plus de 60 % de la population. En revanche, de grandes parties du reste du pays sont très peu peuplées, en particulier dans le sud sec, où vivent seulement environ un à trois habitants/km².

Évolution de la population et structure par âge

Développement de la population 1869 à 2015 (vert : projection)
Structure par âge de l'Argentine en 2016 (Source : CIA World Factbook)

Pendant la période coloniale, la population argentine s'est longtemps concentrée dans le nord-ouest, et particulièrement dans la région minière autour de Salta et Jujuy. La plus grande ville était Cordoue , qui était au carrefour de plusieurs routes commerciales . Cela a changé avec l'établissement de la vice- royauté de Río de la Plata en 1776. Le commerce a maintenant fait monter en flèche la population de la région côtière à l'est du pays (Buenos Aires, Santa Fe, Entre Rios) et, après avoir obtenu son indépendance, le pouvoir économique et politique finalement concentré dans cette région. La zone au sud d'une ligne à peu près entre l'actuelle La Plata et Mendoza , d'autre part, était jusqu'à la campagne du désertdu général Roca dans les années 1870 était encore habitée par les Indiens, bien qu'il y ait eu quelques enclaves espagnoles et galloises.

La vague d'immigration de 1880-1930 a encore renforcé la domination de la région côtière et en particulier de la ville et de la province de Buenos Aires, la majorité des immigrants s'étant installés dans cette zone. Le Nord-Ouest devenait une région arriérée et économiquement faible avec relativement peu d'immigration, et la Patagonie commençait seulement à se développer. Entre 1850 et 1914, la grande région de Buenos Aires est passée de 150 000 à 1,6 million d'habitants. Après que le flux d'immigrants s'est tari vers 1930, l'industrialisation a apporté un flux de migrants internes dont la destination était aussi Buenos Aires et – de loin – Córdoba et Rosario. Ce flux s'est poursuivi jusque dans les années 1970, entraînant

En 1980, le Grand Buenos Aires dépasse pour la première fois les 10 millions d'habitants au recensement national, concentrant près de 40 % de la population (alors 24 millions). Après cela, la croissance des villes de la région côtière s'est considérablement stabilisée. Entre 1991 et 2001, la ville de Buenos Aires a perdu 7 % de ses habitants, la population de l'aire métropolitaine de la ville dans son ensemble n'a que légèrement augmenté, et Rosario et Santa Fe ont également stagné. D'autre part, des régions éloignées comme la Patagonie en plein essor économique, notamment les provinces les plus méridionales de la Terre de Feu et de Santa Cruz (croissance de 44 % et 23 % entre 1991 et 2001), mais aussi les villes du nord-ouest comme Jujuy , Salta et La Rioja, sont devenus des pôles de croissance et Tucumán et la zone métropolitaine de Cordoue.

À Buenos Aires et dans la plupart des grandes villes, on assiste depuis 1980 environ à un phénomène d' exode urbain : de nombreux habitants, majoritairement les mieux nantis, se déplacent des centres-villes vers la périphérie. Depuis 1990 environ, ce phénomène a été amplifié par l'implantation massive de quartiers privés et de country clubsencore renforcé. La cause réside dans l'augmentation perçue de la criminalité. Les lieux d'intérêt pour les touristes et le paysage ont également connu une évolution positive depuis cette époque, qui est liée à la fois à la mobilité croissante de la population et à la disponibilité entre-temps nettement meilleure des services d'infrastructure tels que le téléphone, la radio, la télévision et Internet même dans les régions éloignées. domaines. C'est ainsi que ce qui était autrefois de petites stations balnéaires comme Merlo , Pinamar et Villa Carlos Paz est devenu des villes prospères et à croissance rapide.

ethnies

composition ethnique

On estime que plus de 25 millions d'Argentins ont au moins une ascendance italienne. Les Italiens sont historiquement le plus grand groupe d'immigrants d'Argentine.

Selon les statistiques officielles, plus de 90% de la population descend au moins en partie d'immigrés européens, pour la plupart italiens. [11] Le nombre élevé d'individus qui ont au moins une ascendance européenne a créé un mythe de l'Argentine blanche. [12] Jusqu'au début des années 1990, on supposait que la proportion de métis – descendants à la fois d'Européens et d'autochtones – était inférieure à 10 %. Selon des découvertes plus récentes, cependant, leur proportion est beaucoup plus élevée. Des études génétiques récentes ont révélé entre 53% et 65% d'héritage européen, 31-40% indien et 4% africain. [13] [14]Cet écart est attribué au fait que les métis souffraient autrefois de discriminations sévères et se déclaraient donc « blancs ». [15] En Argentine, environ 300 000 personnes sont d'origine rom , dont beaucoup ont abandonné leur propre culture et se sont assimilées en raison de la discrimination et d'un manque de soutien culturel . [16] [17]

famille dans le nord de l'Argentine

La population indigène

Seule une minorité d'Argentins sont exclusivement des descendants des 30 groupes ethniques qui vivaient sur le territoire du pays avant l'arrivée des Espagnols. D'une part, c'est parce que l'Argentine n'était densément peuplée que dans le nord-ouest avant l'ère coloniale, et d'autre part, parce que les peuples autochtones restants ont été largement exterminés par les Espagnols et plus tard par les Argentins. L'Institut national des affaires autochtones (INAI ) estime le nombre d'autochtones à environ 1 million, mais des organisations autochtones telles que l' AIRA (Asociación de Indígenas de la República Argentina) estiment leur nombre à plus de 1,5 million.

En 2001, environ 2,8 % de tous les ménages argentins comptaient des membres autochtones, les proportions variant considérablement d'une province à l'autre. Dans la province de Jujuy , par exemple, la part était la plus élevée à 10,5 %. La proportion était la plus faible dans la province de Corrientes à 1,0 %. Dans la capitale, Buenos Aires, il était de 2,3 %. [18]

Les groupes les plus importants sont les Kollas à Jujuy et Salta , les Mapuche (Araucaniens) à Neuquén et Río Negro , les Wichí et Toba dans le Chaco et Formosa , et les Guaraní dans les provinces du nord. Seule une minorité d'autochtones vivent dans leurs zones d'implantation ancestrales, beaucoup ont déménagé dans les grandes villes, où ils vivent souvent dans de mauvaises conditions en tant que travailleurs mal payés. Ainsi, à Rosario et Resistencia , il y a des quartiers qui sont uniques à Toba-Les Indiens sont habités, il en va de même pour Kollas à San Salvador de Jujuy et San Miguel de Tucumán . Depuis les années 1980, il y a eu des mouvements au sein de ces tribus visant à préserver et diffuser la culture traditionnelle, par exemple via les radios et dans les écoles.

immigration et émigration

Cédula de Identidad - Argentine - Buenos Aires - 1934

Le nombre d'étrangers lors du recensement de 2010 était de 1 805 957 (4,6 % de la population), les groupes les plus importants étant les Paraguayens (550 713), les Boliviens (345 272), les Chiliens (191 147), les Péruviens (157 514) et les Italiens (147 499). ). [19] La province de Santa Cruz (12%), la ville de Buenos Aires et Tierra del Fuego (toutes deux 11%) ont la plus forte proportion de personnes nées à l'étranger. [20] En 2017, 4,9 % de la population étaient des migrants. [21]

Historiquement, la plus grande vague d'immigration a été enregistrée entre 1857 et le milieu du XXe siècle, presque exclusivement en provenance d'Europe. Entre 1857 et 1920, les gens venaient principalement d'Italie (environ 2,3 millions d'immigrants) et d'Espagne (1,6 million d'immigrants). Le nombre d'immigrants venus d'Allemagne entre 1857 et 1920 est estimé à 70 000. [22] La migration vers l'Argentine a continué à se stabiliser au milieu du XXe siècle, à l'exception d'une brève résurgence à l'époque de la Seconde Guerre mondiale . Après une phase de soldes migratoires négatifs entre 1975 et 2001, le bilan est redevenu légèrement positif depuis la crise argentine . Aujourd'hui, principalement des citoyens des pays voisins de la Bolivie, du Paraguay etUruguay et des États sud-américains du Pérou et du Venezuela à l'Argentine. Pendant la dictature de Pinochet , l'immigration a également eu lieu en provenance du Chili , mais cela s'est inversé après 2001 en raison de la redémocratisation et du niveau de vie entre-temps plus élevé dans le pays voisin. Dans l'ensemble, environ 68 % des immigrants viennent des États américains. Environ 2% de tous les immigrants viennent d' Asie (principalement des Coréens ).

Les Allemands de la Volga se sont installés entre autres dans la province d'Entre Ríos .

Depuis les années 1990, il y a eu un nombre croissant d'immigrants d' Europe , qui s'installent principalement ici en raison de la nature intacte. Contrairement aux autres immigrés, ils ont généralement déjà une existence sûre ou sont retraités, ils essaient donc d'améliorer leur qualité de vie en déménageant. D'autres groupes d'étrangers (notamment les Italiens et les Espagnols) sont encore des immigrés vivants de la vague principale (jusqu'en 1950). Les Européens représentent environ 28% des étrangers.

Depuis la crise argentine entre 1998 et 2002, les vagues d'émigration se sont multipliées. Les Argentins sont partis pour l'Europe et l'Amérique du Nord, et dans une moindre mesure le Brésil et le Chili. Cependant, cette vague d'émigration s'est largement calmée en raison de la reprise relativement rapide de l'économie argentine.

Langues

La seule langue officielle en Argentine est l'espagnol . Il existe également un certain nombre de langues minoritaires plus ou moins répandues parlées par la population autochtone. Les plus courants sont le quechua (dans deux variantes locales ) et le guaraní , et le mapudungun est également parlé dans certaines régions . Dans la province du Chaco , les langues des Wichí , des Toba (peuple) et des Mocoví ont un statut officiel ; [23] dans la province de Corrientes , c'est le cas des Guarani.[24] Le plus grand nombre de locuteurs de langues autochtones se trouve parmi les peuples autochtones du Chaco, dont plus de la moitié comprennent encore leur langue ancestrale. Pour d'autres groupes comme les Kolla et les Mapuche , ce chiffre est bien inférieur. [25]

L'espagnol argentin diffère par la prononciation, la grammaire et le vocabulaire des variantes utilisées en Espagne et aussi dans d'autres pays d'Amérique latine. La double consonne ll se prononce comme l'allemand sch ou le français j , de même que la lettre y entre les voyelles et une consonne y en début de mot ; ce phénomène s'appelle Yeísmo . La lettre z se prononce toujours comme un s muet , il en va de même pour le c devant e et i , cela s'appelleséseo . Par ailleurs, le voseo prévaut en Argentine , i. H au lieu du pronom personnel tú pour la 2e personne du singulier, vos est utilisé. Les verbes sont conjugués différemment (toujours en fin d'accentuation au présent et avec des formes impératives différentes ). De plus, la 2e personne du pluriel vosotros est également remplacée dans le discours informel par la 3e personne du pluriel ustedes , qui n'est que la forme polie en espagnol européen. De plus, il existe un certain nombre de divergences lexicales.

Alors que la majorité des descendants d'immigrés italiens en Argentine ont abandonné la langue de leurs ancêtres, certains descendants d'immigrés germanophones et anglophones parlent encore la langue de leurs ancêtres. Il y a des quartiers dans la grande région de Buenos Aires où l'on entend encore beaucoup l'allemand. Dans la province de Córdoba , il y a une colonie relativement importante de survivants du navire de guerre Admiral Graf Spee qui s'est installé à Villa General Belgrano , où l'on parle encore un peu l'allemand aujourd'hui.

Voir aussi : espagnol du Río-de-la-Plata , allemand belgrano , cocoliche , quechua

religions

L'Argentine n'a plus de religion d'État depuis le 20 mai 1955 , qui était auparavant la dénomination catholique romaine . [26] Selon la constitution, cependant, le catholicisme jouit d'un statut privilégié. Selon le rapport sur la liberté religieuse internationale 2017 , 71% de la population est catholique romaine . [27]

Officiellement, il y a plus de 2500 cultes et religions enregistrés , y compris le Protestantisme (9%), les Témoins de Jéhovah (env. 1,2%), et d'autres (env. 1,2%), par exemple le culte Pachamama dans le nord-ouest de l'Argentine, créé par la fusion des chrétiens rites avec les religions indigènes . [28] L'archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio SJ, a été élu pape par conclave le 13 mars 2013 , faisant de lui le premier pape d'Amérique latine. Bergoglio a choisi le nom de Francis. [29] Environ 400 000 à 500 000 musulmans (1 %) vivent en Argentine. [30][27] Avec environ 205 000 à 300 000 membres (0,6 %), la communauté juive est la plus nombreuse d'Amérique latine. [27] Environ 11 à 13 % de la population ont déclaré dans des enquêtes qu'ils n'appartenaient à aucune religion. [31] [27]

Situation sociale

L'espérance de vie au cours de la période de 2010 à 2015 était de 76,0 ans (femmes 79,8, hommes : 72,2).

L' Instituto Nacional de Estadística y Censos documente en permanence des indicateurs importants pour évaluer la situation sociale en Argentine. [32]

La situation sociale du pays se caractérise par de fortes inégalités à plusieurs égards. D'une part, comme dans toute l'Amérique latine, il existe un grand écart de richesse entre les classes supérieures et inférieures.

Mais les différences entre les régions d'Argentine sont également importantes. Par exemple, le taux de pauvreté, qui est calculé à partir d'un panier de biens, était d'environ 15 % dans la capitale Buenos Aires en 2008, soit un peu plus de la moitié de la moyenne nationale (23 %), alors qu'il est de 41 % dans la région du nord-est. (à partir de 2007). Une personne moyenne avait besoin d'environ  317 AR$ par mois en mars 2008, afin de ne pas tomber en dessous du seuil de pauvreté. Dans la plupart des ménages, il est donc nécessaire que plusieurs membres de la famille contribuent aux revenus. C'est également ce que montrent les statistiques officielles : le revenu mensuel moyen par habitant est d'environ 1 156 AR$ et donc légèrement supérieur au taux de pauvreté des familles, tandis que le revenu mensuel moyen des ménages est de 2 090 AR$ (voir ci-dessous).

Les provinces du nord, en particulier la province de Tucumán et du nord-est ( Chaco , Formosa , Santiago del Estero ), ont été les plus durement touchées par la pauvreté et la malnutrition jusqu'au tournant du millénaire. Cette situation a été exacerbée par la croissance démographique relativement élevée dans cette région. En revanche, les provinces centrales ( Buenos Aires , Santa Fe , Córdoba , San Luis et Mendoza ) et l'extrême sud ( Santa Cruz et Tierra del Fuego ) étaient considérées comme relativement riches.

Outre les régions frontalières ( par exemple Jujuy et Formosa), ce sont les riches provinces centrales qui doivent le plus lutter contre la pauvreté urbaine et avec elle la formation de bidonvilles . L'immigration en provenance des pays voisins plus pauvres que sont le Pérou , la Bolivie et le Paraguay , ainsi que la migration interne en provenance des zones reculées de l'intérieur, malgré un ralentissement dans les années 1990, ont été un problème dans les grandes villes, qui ont maintenu le nombre d'habitants des bidonvilles à la hausse malgré l'impact social. programmes de logement. Par exemple, 2004 était à Rosariola part des habitants des bidonvilles dans la population totale est supérieure à 15 %. En outre, la croissance des bidonvilles est également venue des soi-disant nouveaux pauvres, en particulier dans les années économiquement critiques de 1989/1990, 1995 et entre 1998 et 2002.

La Villa 31 , une villa miseria à Buenos Aires

Lors de la crise argentine , notamment en 2001 et 2002, de nombreux indicateurs de la situation sociale se sont détériorés en très peu de temps. Le taux de pauvreté calculé selon un panier d'achat s'élève à plus de 50 %. À partir de 2003, les valeurs sont lentement revenues à la normale, mais le taux de pauvreté est resté bien au-dessus des valeurs des années 1990 à plus de 20 % jusqu'en 2006, malgré une baisse. Dans la Región Noreste Argentino (région du nord-est) la plus touchée , près de la moitié de la population est restée pauvre.

Après la reprise initiale de l'économie, elle est retombée en récession en 2012. [33] En 2016, un tiers des Argentins vivaient en dessous du seuil de pauvreté et le président conservateur nouvellement élu Macri a été contraint de mettre en œuvre un programme d'austérité. [34] En conséquence, le nombre de personnes sous le seuil de pauvreté est passé de 29 % à 41 % (décembre 2019). [35]

Pour le taux de pauvreté et de misère, les revenus sur lesquels le taux est basé varient selon les régions, donc seule une moyenne approximative est donnée. Dans le cas du taux d'inflation, la valeur n'est calculée que dans la région du Grand Buenos Aires . Cependant, les données de l'INDEC pour l'indice des prix ont été remises en question à plusieurs reprises ; le FMI a donc réprimandé le pays en 2013. [36]

histoire

Empreintes de mains dans la grotte Cueva de las Manos , Santa Cruz , 9 300 av. Chr.
L'Argentine et les pays voisins d'aujourd'hui vers 1600 dans le cadre de la vice- royauté du Pérou

Période précolombienne

Les recherches suggèrent que l'établissement humain dans l'Argentine actuelle remonte à environ 15 000 avant JC. d'Amérique du Nord.

Les Indiens de la Pampa Het (Querandíes), Charrúa et d'autres petites tribus vivant dans la région de la Pampa de l'Argentine actuelle n'ont été installés que lorsque les Espagnols sont arrivés et ont vécu comme chasseurs et cueilleurs ou pêcheurs. Les tribus du nord-ouest du pays (par exemple les Diaguita ) pratiquaient l'agriculture et l'élevage depuis le début du Moyen Âge européen et étaient particulièrement avancées dans le domaine de l'architecture. Aux XIIIe et XIVe siècles, l' empire inca s'est fortement étendu vers le sud, englobant de grandes parties du nord-ouest de l'Argentine au nord de ce qui est aujourd'hui la province de Mendoza vers 1450 .

époque coloniale

Les Européens ont atteint la région pour la première fois avec le voyage d' Amerigo Vespucci en 1502. L'Argentine d'aujourd'hui a été colonisée par les Espagnols de deux directions au 16ème siècle. De l'embouchure du Río Paraná sur l' Atlantique , des embranchements espagnols se sont fondés sur le système fluvial du Río de la Plata (« Fleuve d'Argent »), dont Buenos Aires d'abord en 1536 . Cependant, les Espagnols n'ont pu s'y établir définitivement qu'en 1580, après l'échec de la première tentative de fondation de la ville en raison de la résistance des habitants indigènes de la pampa. Après la fondation de la colonie de La Plata par Asunción en 1537Après la montée de Buenos Aires rétablie pour devenir le centre économique le plus important de la colonie au cours du XVIIe siècle, il y a eu une séparation institutionnelle croissante de la partie sud du pays de l'argent de la partie nord, l'actuel Paraguay . En revanche, les parties nord-ouest de ce qui est aujourd'hui l'Argentine (en particulier dans le Gran Chaco ) ont été occupées par les Espagnols du Pérou dans les années 1540.

Les régions de l'actuelle Argentine ( Patagonie ) plus au sud de Buenos Aires dans le cône sud sont restées en fait en dehors de la domination espagnole pendant la période coloniale. Ils ont été gouvernés pendant environ 300 ans par des cavaliers indiens ( Puelche ), qui ont été impliqués dans un échange culturel passionnant avec les colons. En plusieurs campagnes , les colons ou leurs descendants ont finalement conquis les régions au 19ème siècle avec de grandes pertes de la part de la population indigène. [37] En même temps, les Mapuche pouvaient-Les peuples de la Patagonie occidentale ont maintenu un haut degré d'indépendance jusqu'au milieu du XIXe siècle.

Sur le plan administratif, l'Argentine actuelle faisait initialement partie de la vice- royauté du Pérou , qui comprenait toute l'Amérique du Sud à l'exception du Venezuela et de la sphère d'influence portugaise . En 1776, la vice- royauté du Río de la Plata avec la capitale Buenos Aires a été scindée, qui comprenait l'Argentine, l'actuel Paraguay, l'Uruguay et des parties de l'actuelle Bolivie .

Le nom latinisé Argentina ("Silver Land") pour la colonie apparaît pour la première fois dans le titre du long poème historique La Argentina de Martín del Barco Centenera , imprimé au Portugal en 1602 , dans lequel l'ancien conquistador et diacre décrit la conquête de La La colonie de Plata et dans le processus a essayé d'imiter La Araucana , le roman en vers à succès d' Alonso de Ercilla y Zúñiga sur la guerre de conquête au Chili .

formation d'un État-nation

L'indépendance déclarée à Buenos Aires le 25 mai 1810 sous l'influence de la Révolution française et des guerres de coalition en Europe n'a d'abord eu que des effets locaux comme la Révolution de mai , mais a conduit à une guerre de libération nationale contre les Espagnols. Le pays a finalement obtenu son indépendance le 9 juillet 1816 à San Miguel de Tucumán . Comme le Paraguay avant lui en 1811, la Bolivie s'est séparée en 1825 et l'Uruguay en 1828 de ce qui était alors les Provinces-Unies du Río de la Plata .

Entre 1816 et 1880, le développement de l'Argentine a été marqué par des dictatures (sous le gouverneur bonarensien Juan Manuel de Rosas ) et des guerres civiles. Les provinces étaient initialement largement autonomes et le pays n'a été que brièvement unifié en 1826-1827. En 1853, l'actuelle République argentine a été fondée, initialement sans la province séparatiste de Buenos Aires , et une constitution fédérale a été adoptée dans sa première capitale , Paraná . En 1861 et 1862, après un conflit militaire, la province de Buenos Aires est réintégrée, des élections nationales sont convoquées et Bartolomé Mitre devient le premier président entièrement argentin . Pendant son règne, la guerre de la Triple Alliance est tombée1864 à 1870, au cours de laquelle l'Argentine, avec le Brésil et l'Uruguay , a prévalu contre les tendances expansionnistes du Paraguay , qui à cette époque était devenu l'une des puissances militaires les plus puissantes d'Amérique du Sud. Grâce à cette guerre, l'Argentine a gagné le territoire des États actuels de Misiones , Formose et Chaco .

Immigration et boom économique

Les années 1880 à 1912 ont été caractérisées par un grand nombre d'immigrants, principalement des Italiens et des Espagnols, qui se sont installés dans les villes et dans les soi-disant « colonies » à la campagne. Politiquement, cette époque peut être décrite comme une pseudo- démocratie , car le gouvernement de Julio Argentino Roca et les gouvernements suivants étaient orientés vers l' oligarchisme , avec une grande influence des grands propriétaires terriens . La majorité de la population a été privée de ses droits politiques par un ingénieux système de fraude électorale par le parti au pouvoir, le Partido Autonomista Nacional , qui a gouverné sans interruption de 1874 à 1916 ; les immigrés n'avaient pas non plus le droit de vote.

À partir de 1893, les problèmes frontaliers avec le Chili se sont aggravés après que la Bolivie a cédé une partie de la Puna de Atacama à l'Argentine. Celle-ci était occupée par le Chili depuis la guerre du salpêtre . Une course aux armements éclate entre le Chili et l'Argentine. Seul le roi britannique Édouard VII a pu régler le différend frontalier en 1902. La Patagonie et la Terre de Feu ont été redivisées, donnant 54 000 km² au Chili et 40 000 km² à l'Argentine. [38]

En 1912, le suffrage universel masculin a été introduit par le président et chef de l'aile libérale du PAN, Roque Sáenz Peña . En conséquence, l' Unión Cívica Radical , issue du mouvement de protestation bourgeois, est arrivée au pouvoir en 1916 . Cela a été suivi par le soi-disant Etapa Radical instable de 1916 à 1930. [39] L'Unión Cívica Radical a régné jusqu'en 1930, quand un coup d'État militaire a réintroduit un système conservateur. Les années 1930 en particulier sont désormais qualifiées de Década infame , la décennie notoire où la démocratie n'existait que sur le papier et où la fraude électorale était à l'ordre du jour.

péronisme

Au cours de la première moitié des années 1940, le jeune officier Juan Domingo Perón s'est frayé un chemin jusqu'au pouvoir avec habileté. Premier ministre du Travail sous le régime militaire de Ramírez , il devint rapidement un héros populaire de la classe ouvrière pour ses concessions de grande envergure aux syndicats , à tel point qu'après son renversement en juillet 1945, des manifestations de masse contraignirent son retour. En 1946, il est élu président.

L'Argentine était officiellement neutre pendant la Seconde Guerre mondiale. Il était initialement favorable aux puissances de l ' Axe , mais vers la fin de la guerre a soutenu les Alliés . Pendant la guerre, l'Argentine était une destination pour les réfugiés d'Europe ; Après la guerre, de nombreux nationaux-socialistes et fascistes trouvèrent refuge en Argentine [40] ainsi que dans d'autres pays d'Amérique latine via la soi-disant « ligne des rats ». Parmi les criminels de guerre nazis les plus en vue en Argentine figuraient Adolf Eichmann , qui a été kidnappé par le Mossad en 1960 et envoyé en Israël . a été condamné à mort , Josef Mengele , Walther Rauff et Erich Priebke . D'importants actifs appartenant aux nationaux-socialistes ont également été transférés en Argentine via des sociétés dites clés .

Le 15 mars 2015, la découverte d'un bâtiment des années 1940 dans une zone forestière du parc naturel de Teyu Cuare à environ 1000 kilomètres au nord de la capitale de l'État Buenos Aires est devenue connue. Cela n'a jamais été utilisé. Selon le Centre d'archéologie urbaine (CAU), des preuves telles que le style architectural et les objets trouvés suggèrent qu'il était destiné à servir de cachette aux grands nazis en fuite. "La Commission nationale d'enquête sur les activités nazies (CEANA) estime qu'au moins 180 criminels de guerre ont fui vers le pays sud-américain." [41]

Sous Perón, qui sympathisait avec les idées fascistes , l'objectif de l'Argentine était de conjurer le communisme en faisant des concessions aux travailleurs. [42] Pendant son premier règne, l' industrialisation du pays , qui avait commencé après la Grande Dépression vers 1930, s'est approfondie et une politique de substitution des importations a été mise en place. L'industrialisation accélérée et la politique sociale active ont conduit à un niveau de prospérité sans précédent qui n'a plus été atteint à ce jour.pour les masses, qui ont donc soutenu le régime de plus en plus autoritaire, mais aussi à la hausse de l'inflation et de la dette nationale. Au cours du second mandat de Perón, des difficultés économiques et des conflits avec la puissante Église catholique ont surgi.

En 1955, il est renversé par un coup d'État et s'exile en Espagne.

instabilité et dictatures

Dans la période qui a suivi, l'Argentine a connu une alternance de hauts et de bas économiques. Jusqu'en 1983, il y eut une période d'instabilité durant laquelle le pays fut tour à tour contrôlé par des gouvernements civils et militaires. Les gouvernements démocratiquement élus Frondizis (1958-1962) et Illias (1963-1966) ont été prématurément renversés par les militaires anti-péronistes. De 1966 à 1973, il y a eu une dictature militaire conservatrice de droite plus longue sous Onganía et ses successeurs , qui a finalement été abandonné après les protestations populaires de 1973. Le pays a retrouvé le chemin de la démocratie pendant une courte période, Perón, toujours populaire, a été autorisé à entrer à nouveau et a rapidement pu reprendre le pouvoir.

Le deuxième mandat de Perón, d'octobre 1973 à sa mort le 1er juillet 1974, n'apporta qu'un calme mineur à la situation politique et économique de l'Argentine. Après sa mort, sa troisième épouse, Isabel Perón (dite "Isabelita"), dont il avait fait la vice-présidente, est installée à la présidence à l'instigation du parti péroniste . Celui-ci, ancien danseur de boîte de nuit, a été complètement submergé par cette fonction et n'a servi que de marionnette aux péronistes de droite comme José López Rega , qui, avec l' Alianza Anticomunista Argentina , était déjà paramilitaire sous Perón .groupe qui a torturé et assassiné des opposants au régime. De plus, les problèmes économiques se sont accrus et l'inflation a fortement augmenté. Plusieurs groupes de guérilla ( guerilleros ) tels que les Montoneros ont été actifs dans ce contexte et divers enlèvements ont eu lieu . L'enlèvement en octobre 1975 de Heinrich Metz, le directeur de production responsable du site argentin de Mercedes-Benz (il sera ensuite libéré moyennant une rançon de plusieurs millions de dollars américains) déclenche une vague de réfugiés qui travaillent pour des entreprises allemandes en Argentine .

En 1976, il y a eu un autre coup d'État militaire et une dictature militaire a été installée sous la direction de Jorge Rafael Videla , dirigée par une junte de trois membres qui régnait avec une terreur d'État ouverte . La période entre 1976 et 1978 est donc aussi appelée la « sale guerre ». Parmi les quelque 30 000 Desaparecidos («disparus») figuraient de nombreux étudiants dont les mères se sont regroupées pour manifester sur la place devant le bâtiment du gouvernement ( Plaza de Mayo ), malgré leur auto-mise en danger, et sont ainsi entrées dans l'histoire. Destination des Madres de Plaza de Mayo (Mères de la Plaza de Mayo ), était et est d'obtenir des informations sur le sort de leurs enfants. L'organisation Abuelas de Plaza de Mayo ( Grands-mères de la Plaza de Mayo ), fondée en 1977, s'est donné pour objectif de ramener dans leurs familles les enfants de disparus nés en captivité et mis en adoption illégale.

Après la mort de leurs parents, les orphelins ont été élevés comme butin de guerre par des proches de la dictature. Seuls une centaine de ces enfants ont découvert leur véritable identité à ce jour. Malgré tous les efforts des proches et des chercheurs, il n'y a toujours aucune trace de 400 autres. [43] Dans des procès ultérieurs contre les officiers militaires responsables, qui ne pouvaient être exécutés qu'avec difficulté, on a appris que les dirigeants militaires s'étaient débarrassés de nombreuses personnes de manière cruelle : les victimes avaient été droguées et abattues au-dessus du Río de la Plata . ou la pleine mer jetée de l'avion. Les Allemands figuraient parmi les victimes de la dictature en 1977Elisabeth Käsemann , le documentaire The Girl - What Happened to Elisabeth K., dont la première a eu lieu en 2014 ? contient des déclarations de parents survivants et de personnes politiquement responsables.

Jorge Rafael Videla et Jimmy Carter en septembre 1977

En 1971, pour régler les différends de souveraineté (voir Beagle Conflict ) sur les îles de la pointe sud des Amériques, l'Argentine et le Chili ont chargé un tribunal international de décider d'une interprétation contraignante du traité frontalier de 1881. En 1977, le tribunal d'arbitrage de Beagle a décidé que toutes les îles au sud de Isla Grande de Tierra del Fuego appartenaient au Chili. En 1978, l'Argentine a annulé la décision et s'est préparée à prendre les îles militairement (voir opération Soberanía ) uniquement grâce à la médiation du pape Jean-Paul II .cela pourrait être évité. Ce n'est qu'en 1984, dans le cadre du processus de démocratisation, que l'Argentine a finalement reconnu le verdict du traité d'amitié et de paix de 1984 entre le Chili et l'Argentine - après l'échange des droits de navigation et un déplacement de la frontière maritime vers l'ouest .

En avril 1982, l'Argentine, sous le nouveau chef de la junte Leopoldo Galtieri , a commencé la guerre des Malouines contre la Grande-Bretagne . Il s'agissait des îles Falkland au large de l'Argentine (appelées "Islas Malvinas" en Argentine), qui, selon l'opinion juridique argentine, appartiennent à leur propre territoire national, mais sont également considérées comme leur propre territoire souverain par la Grande-Bretagne et ont été sous son contrôle. administrative depuis 1833. L' invasion par les soldats argentins a été renversée avec succès par les forces britanniques avec des raids aériens, une guerre navale et une opération de débarquement. L'Argentine capitule le 14 juin 1982.

Argentine démocratique depuis 1983

Raúl Alfonsín , premier président démocratiquement élu après la dictature militaire
Mauricio Macri , 2015-2019 Président de l'Argentine

En 1983, le pays revient à la démocratie . Le premier président de cette époque fut Raúl Alfonsín ( Unión Cívica Radical ), qui démissionna prématurément en 1989 à la suite d'une grave crise économique. Le Parti péroniste revient au pouvoir avec Carlos Menem . La politique économique néolibérale de Menem et l'arrimage 1:1 du peso argentin au dollar américain ont été extrêmement fructueux lors de son premier mandat et ont pu stabiliser le pays. Au cours de son deuxième mandat, cependant, les côtés négatifs de cette politique économique sont devenus de plus en plus perceptibles.

Entre 1998 et 2002, le pays est retombé dans une grave crise économique , au cours de laquelle la puissance économique a chuté de 20 %. En 1999, le gouvernement Menem a été remplacé par une coalition de centre-gauche avec le président Fernando de la Rúa . Cependant, De la Rúa n'a pas été en mesure d'améliorer rapidement et durablement la situation économique confuse laissée par son prédécesseur. L'action hésitante du président, les querelles au sein de la coalition et la forte opposition extraparlementaire [44] des syndicats, traditionnellement proches des péronistes, affaiblissent de plus en plus de la Rúa. Cela a culminé à la fin de 2001 avec la démission du président Fernando de la Rúa après de graves troubles et des pillages.

Il y eut par la suite plusieurs présidents par intérim péronistes jusqu'à ce qu'Eduardo Duhalde soit chargé de gérer la crise. Cela a dissous à nouveau la parité du dollar. En mai 2003, après une élection présidentielle très chaotique, Néstor Kirchner , qui appartient à l'aile social-démocrate du Parti péroniste , est élu nouveau chef de l'État . Malgré ses faibles résultats électoraux, Kirchner était très populaire auprès de la population pendant son mandat car il a réussi à surmonter la crise et donc à améliorer la situation globale du pays. L'économie a connu une forte poussée de croissance : en 2003, l'Argentine a enregistré une croissance du produit intérieur brutà hauteur de +8,7 % contre −10,9 % en 2002. [32] Cependant, Kirchner a également été exposé à des critiques, notamment en raison de son style de leadership autocratique et en partie aussi en raison de sa collaboration avec le mouvement de protestation Piquetero , qui était interprété comme du populisme .

Aux élections du Sénat argentin et de la Chambre des députés argentine en octobre 2005, les partisans de Néstor Kirchner sont sortis vainqueurs avec environ 40 % des voix. Son épouse Cristina Fernández de Kirchner a remporté l'élection des sénateurs de la province de Buenos Aires contre l'épouse de l'ancien président Eduardo Duhalde Hilda González de Duhalde , qui appartient également au parti péroniste. Le président s'en trouve ainsi renforcé et peut s'appuyer sur une large majorité dans les deux chambres, y compris au sein de son propre parti.

Les péronistes au pouvoir, en particulier la plate-forme électorale de Kirchner, Frente para la Victoria , ont remporté les élections présidentielles et législatives du 28 octobre 2007 avec une victoire écrasante. Cristina Fernández de Kirchner a pu l'emporter au premier tour avec 45,3% des voix et ainsi éviter un second tour. Elle a pris ses fonctions le 10 décembre 2007. Le Kirchnerismo s'a aussi légèrement renforcé au Parlement . [45]

En conséquence, le Parti péroniste a été affecté par des combats entre factions. La scission officielle du parti a même été envisagée à plusieurs reprises. Cependant, après que Kirchner a pris la présidence du parti en 2008, la situation au sein du parti au pouvoir s'est à nouveau stabilisée.

Cependant , le Frente para la Victoria (FPV) a perdu aux élections législatives du 28 juin 2009 . En conséquence, Néstor Kirchner cède la direction du Parti péroniste au gouverneur de la province de Buenos Aires , Daniel Scioli . [46] En octobre 2010, il est décédé d'une crise cardiaque.

En 2015 [47] il y a eu un changement de pouvoir : à l' élection présidentielle , Mauricio Macri , chef du parti conservateur Propuesta Republicana et maire de Buenos Aires depuis 2007, bat de justesse le candidat Daniel Scioli , qui était soutenu par le gouvernement Kirchner. , dans le premier second tour de l'histoire argentine . [48] ​​​​Selon la constitution argentine , Cristina Kirchner ne pouvait pas être réélue ; elle a été présidente pendant deux mandats.

Après 2016, Macri a mis fin au système de contrôle des changes en place depuis 2012 et a fait flotter le taux de change du peso, supprimé les subventions pour le gaz, l'électricité et les transports publics et réduit les taxes agricoles sur les exportations. [49]

Après la récession économique, la forte inflation [50] et les fortes protestations populaires [51] en 2019, Macri a dû s'avouer vaincu aux élections présidentielles face à la formule électorale Alberto Fernández / Cristina Fernández ( Frente de Todos ).

Voir aussi : Liste des présidents argentins , Crise argentine

politique

Système politique

En vertu de la constitution de 1994 , l'Argentine est une démocratie fédérale , républicaine et présidentielle . [52]

En septembre 1947, après l'engagement personnel d' Eva Perón dans ce projet, le suffrage actif et passif des femmes est adopté par le Parlement. [53] [54] Dans certaines provinces, les femmes avaient obtenu le droit de voter et de se présenter aux élections plus tôt. [55]

Alberto Fernández , président de l'Argentine depuis le 10 décembre 2019
Le Palais Présidentiel, la Casa Rosada , sur la Plaza de Mayo à Buenos Aires

Le Président de la Nation (« Presidente de la Nación Argentina », « Poder Ejecutivo Nacional ») est le chef de l'État et le chef du gouvernement en personne et occupe une position puissante, notamment la capacité de gouverner par décret . Il est élu directement à deux tours de scrutin tous les quatre ans (jusqu'en 1995 : tous les six ans) avec le vice-président, qui le remplace en son absence. Pour gagner au premier tour, le candidat gagnant doit avoir 45 % ou plus des suffrages valablement exprimés, ou 10 points de pourcentage d'avance sur le deuxième lorsque le score se situe entre 40 et 45 %. Dans tous les autres cas, il y a un ruissellement. Si l'un des deux candidats les mieux classés au premier tour ne participe pas au second tour (dernier en 2003), l'autre candidat est considéré comme le vainqueur, de sorte que le candidat classé troisième ne progresse pas dans ce cas. Une présidence est possible pour un maximum de deux mandats consécutifs, mais un renouvellement de candidature est autorisé après une interruption de quatre ans. Le président devait être citoyen argentin, entre autres, et appartenir à la religion catholique romaine jusqu'à la réforme constitutionnelle de 1994.

Le corps législatif (terme général : Congreso , Congrès, composé de la Chambre des députés et du Sénat ) est généralement élu à des moments différents dans toutes les provinces.

Le nombre de députés à la Chambre des députés est déterminé à la représentation proportionnelle et est réparti entre les provinces selon une clé spécifique : il s'élève à environ un député pour 152 000 habitants. Les députés sont élus pour quatre ans, bien que la moitié des députés soient élus tous les deux ans. Le nombre de sénateurs est de trois par province et de trois pour la Ville autonome de Buenos Aires. Contrairement à la Chambre des députés, le Sénat est élu selon un cas particulier de vote à la majorité ; Le parti avec le plus de votes obtient deux sièges de sénateur et le parti avec le deuxième plus de votes obtient un siège. Les sénateurs sont élus pour une période de six ans, un tiers des sénateurs étant élu tous les deux ans.

Depuis la crise économique, le débat sur la réforme politique a surgi, car le système actuel est très opaque, notamment pour les électeurs, et encourage à la fois le culte de la personnalité et la corruption.

Par exemple, les élections au Sénat et à la Chambre des représentants se déroulent généralement en même temps que les élections municipales, ce qui entraîne des distorsions dues aux soi-disant Listas Sábanas . Cela est dû au fait qu'en Argentine, aucune croix n'est faite sur les bulletins de vote, mais chaque parti a son propre bulletin de vote (Lista Sábana)et vous votez en choisissant le bon bulletin de vote. Cependant, s'il y a plusieurs élections simultanées, vous pouvez diviser les votes. Dans ce cas, si vous voulez voter pour des candidats de différents partis, vous devez découper les bulletins de vote et ne jeter que les sections appropriées dans l'urne. Cependant, seuls quelques électeurs font usage de cette option, ce qui entraîne des distorsions lorsque les élections se tiennent plus fréquemment le même jour. Les Listas Sábanas (en allemand : feuilles (grandes) listes) sont appelées les bulletins de vote car ils sont souvent très volumineux.

Les majorités respectives à la législature sont également peu rendues publiques, ce qui est également dû au fait que la composition change presque chaque année.

Indices politiques

des soirées

Le bâtiment du Congrès à Buenos Aires

Le paysage festif en Argentine se caractérise par une grande fragmentation et discontinuité. La seconde moitié des années 1990 jusqu'à la crise argentine en particulier marque un tournant décisif, après quoi de nombreux nouveaux groupes émergent, dont certains se séparent des partis traditionnels.

L'un des plus grands partis aujourd'hui est le PJ (Partido Justicialista, généralement appelé en allemand : Parti péroniste ), issu de la mouvance péroniste et qui rassemble environ 50 % du potentiel électoral au niveau national. Elle est suivie par l'UCR ( Unión Cívica Radical ), qui a effectivement formé un système bipartite avec la PJ entre 1945 et 2003 et a été plusieurs fois au gouvernement. De 2015 à 2019, la Propuesta Republicana (généralement appelée PRO) a fourni au président Mauricio Macri . La Propuesta Republicana est considérée comme conservatrice-libérale.

Les partis ARI (social-démocrate), Propuesta Republicana (conservateur-libéral) et le plus ancien parti de gauche , Partido Socialista , fondé après la crise argentine, ont une grande importance régionale et concluent de multiples alliances au niveau de l'État, dont certaines intègrent également des parties de la PJ et de l'UCR. Il existe également de nombreux partis régionaux à forte adhésion, qui occupent des positions dominantes dans leurs provinces respectives et forment également alternativement des coalitions avec les partis actifs au niveau national. Le schéma européen droite-gauchene s'applique donc pas sans équivoque à des partis spécifiques en Argentine, car nombre d'entre eux changent fréquemment d'orientation. Certains partis qui ont connu des succès intermittents dans les années 1990, comme le libéral Acción por la República et le social-démocrate Frente Grande , qui a fait partie du gouvernement entre 1999 et 2001 dans la coalition Frente País Solidario , n'ont désormais qu'une importance locale.

Depuis la fin des années 1990, des débats substantiels ont eu lieu entre des ailes du PFY, idéologiquement très différentes. Les ailes portent généralement le nom de leur personnalité principale. Le Kirchnerismo , qui a régné entre 2003 et 2015 (à partir de Néstor et Cristina Kirchner ), est d'orientation social- démocrate , tandis que le Menemismo , qui a dominé dans les années 1990, était économiquement libéral . Une autre aile était Duhaldismo, qui a longtemps régné dans la province de Buenos Aires et était à l'origine alliée au Kirchnerisme .Après que Kirchner ait pris le pouvoir, l'alliance entre les deux blocs s'est rompue en raison de différences, notamment par rapport à Carlos Menem, et Duhaldismo a globalement perdu de son importance. Avec la présidence de Macri de 2015 à 2019, la PJ apparaît à nouveau un peu plus unie.

Parmi les partis aux orientations les plus extrêmes, divers partis communistes ( Partido Comunista Revolucionario , Partido Obrero, Izquierda Unida et Movimiento Socialista de los Trabajadores ) ont une certaine importance à gauche. Dans le cas de la droite, cela ne s'applique qu'au Partido del Campo Popular nationaliste-conservateur de droite (issu du MODIN ), considéré comme un mouvement collectif pour les nostalgiques de la dictature militaire entre 1976 et 1983 .

police étrangère

Le président argentin Mauricio Macri a déclaré au début de son mandat en décembre 2015 qu'il voulait œuvrer pour de bonnes relations avec tous les pays. Il comptait clairement sur la relance des relations avec l'Europe et les États-Unis et le retour de l'Argentine sur la scène mondiale. Cela comprenait la résolution rapide du conflit avec les fonds spéculatifs américains en avril 2016, qui a ramené le pays sur les marchés financiers internationaux. Autre priorité du gouvernement Macri, les relations avec les pays de la région, notamment avec le Brésil. La poursuite de la revendication de souveraineté soulevée sur les îles Falkland/Malvinas reste un objectif constitutionnel de la politique étrangère argentine, mais ne devrait pas faire obstacle à la coopération avec la Grande-Bretagne sur d'autres questions.

Les relations avec ses voisins de la région, en particulier le Brésil, le Chili et l'Uruguay, et les questions de coopération régionale – en particulier dans le Mercosur et l'UNASUR – font partie des priorités classiques de la politique étrangère de l'Argentine.

L'Argentine est membre de l' Organisation des États américains (OEA) et de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), fondée en décembre 2011, dont les 33 États américains, à l'exception des États-Unis et du Canada, sont membres.

L'Argentine figure sur la liste des principaux alliés non membres de l'OTAN depuis 1998 , ce qui en fait l'un des partenaires diplomatiques et stratégiques les plus proches des États -Unis en dehors de l'OTAN . Cependant, les relations avec les États-Unis ont considérablement souffert sous les gouvernements socialistes. Le gouvernement argentin a annoncé une nette reprise des relations avec les États-Unis, et les États-Unis ont reconnu les premiers pas de l'Argentine en matière de politique économique et étrangère par des gestes initiaux. L'ancien président américain Obama s'est rendu en Argentine en mars 2016 et les relations bilatérales ont clairement pris de l'ampleur. On ne sait toujours pas comment les relations avec les États-Unis se développeront sous la nouvelle administration Trump.

Dans une optique de diversification commerciale, l'Argentine a renforcé ses liens avec la Chine, l'Inde et la Russie. La Chine est désormais le deuxième partenaire commercial de l'Argentine après le Brésil.

L'Argentine fait partie du G20 et est un membre actif des Nations Unies (contributeur de troupes à la mission onusienne MINUSTAH en Haïti). Elle a été membre du Conseil des droits de l'homme de l'ONU de 2013 à 2015 et membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU en 2013/2014. [61]

Voir aussi: l'adhésion de l'Argentine aux organisations internationales

militaire et défense

Le mémorial aux morts de la guerre des Malouines sur la Plaza San Martín à Buenos Aires
Le destroyer argentin Almirante Brown (D 10) en octobre 2005

L' armée argentine a joué un rôle dominant tout au long de l'histoire du pays. Surtout dans la période entre 1955 ( coup d'État contre Juan Perón ) et 1973 (retour de Perón et deuxième présidence) et dans la période entre 1974 (mort de Perón) et 1983 (défaite dans la guerre des Malouines et redémocratisation), l'Argentine a été directement ou indirectement façonnée par les militaires. ( Voir aussi : Histoire de l'Argentine )

Sous les présidences de Raúl Alfonsíns (1983-1989) et de Carlos Menems (1989-1999), des tentatives ont été faites pour affaiblir l'influence de l'armée et en 1994 la conscription a été abolie. En 1999 , les dépenses de défense ne représentaient que 62 % des dépenses de 1983 ; au cours de la même période, les dépenses publiques ont généralement augmenté pour atteindre 152 % des dépenses de 1983. [62] En 2003, les lois d'amnistie pour les crimes commis par la dictature militaire (1976-1983) ont été abolies. [63]

En 2004 , les forces armées argentines, Fuerzas Armadas de la República Argentina , avaient un effectif total (soldats et administration) d'environ 102 300 personnes (armée : 50 900 personnes (41 400 soldats), marine : 26 600 personnes (17 200 soldats), aviation : 23 600 personnes (13 200 militaires), Ministère de la Défense et État-Major : 1200 personnes).

L'Argentine a dépensé près de 0,9 % de sa production économique ou 5,7 milliards de dollars américains pour ses forces armées en 2017. [64]

éducation

La scolarité en Argentine est obligatoire pendant dix ans. Outre les écoles publiques, il existe également un grand nombre d' écoles privées . Le système scolaire est divisé en trois niveaux : Inicial (préscolaire ; généralement un an), Primaria (généralement à partir de six ans avec deux niveaux de base : EGB1 et EGB2 ; un total de six années scolaires) et Secundaria (niveau secondaire ; trois ans EGB 3 jusqu'à et y compris ) jusqu'à la 9e année et le stade polymodal suivant de trois ans).

Selon le recensement de 2005, environ 2,8 % de la population âgée de plus de 15 ans était analphabète . [32] De fortes disparités régionales ont été observées : en Terre de Feu au sud, le taux était de 0,73 %, dans le nord du pays, comme dans la province du Chaco, il était de 8,96 %. [65] En 2015, le taux d'analphabétisme était tombé à 1,9 %, les hommes et les femmes étant presque aussi bas. [66]

De tous les Argentins de plus de 20 ans, 88 % ont fréquenté l'école. Environ 14% n'ont pas terminé le primaire , environ 29% ont terminé le primaire , environ 14% n'ont pas terminé le secondaire , environ 16% ont terminé le secondaire , environ 5% ont un diplôme supérieur non universitaire et environ 5% ont un diplôme universitaire. Cela signifie qu'environ 73% de la population a terminé au moins l'école primaire , environ 30% au moins l'école secondaire et seulement 10% environ ont un diplôme de troisième cycle. [32]

Système scolaire

En 1995, le système scolaire a été réformé dans de nombreuses provinces : depuis lors, les neuf premières années de scolarité sont connues sous le nom d' EGB (Educación General Básica) , et l'école secondaire, qui est divisée en plusieurs branches, est plutôt appelée « Polimodal ». . Ce système a été mis en œuvre dans presque toutes les provinces argentines avec des variations mineures ; cependant, les désignations varient, par exemple dans la province de Córdoba, la CES est appelée CBU (Ciclo Básico Unitario). En 2005/2006, cette réforme a été mise en œuvre dans certaines provinces, par ex. à Buenos Aires, partiellement révisé et ramené plus près de l'ancien système. Il existe une variété de diplômes scolaires différents (scientifiques, sciences sociales, techniques et commerciaux), certains sont des titres de techniciens professionnels. Le gouvernement Kirchner a augmenté le soutien aux écoles techniques de 5 à 15 millions de pesos et pour 2006, il prévoit une augmentation à un total de 260 millions de pesos. [67] Le financement tente depuis 2003 de remédier aux difficultés considérables rencontrées par les entreprises argentines pour recruter du personnel techniquement qualifié.

Tous les diplômes obtenus dans le cadre du Polimodal donnent droit à la fréquentation des universités, même si le cursus d'études ne correspond pas à l'orientation du Polimodal.

Lors de la première étude PISA en 2003, l'Argentine a obtenu de loin les meilleurs résultats dans une extension ex post non officielle de l'étude (elle n'a pas officiellement participé) par rapport aux autres pays d'Amérique latine. Lors de sa première participation officielle en 2006, il se situait derrière l'Uruguay , le Chili et le Mexique dans presque toutes les disciplines , ainsi que derrière le Brésil et la Colombie en termes de compréhension en lecture , bien que la plupart du temps d'un petit écart. [68] Dans l' étude PISA 2015L'Argentine s'est classée entre la 36e et la 43e dans toutes les sous-classifications. Dans le classement général, elle a été classée 40e, le classement le plus élevé de tous les pays d'Amérique latine.

Il existe une forte disparité dans la qualité de l'enseignement entre les grandes villes et les zones rurales d'une part et entre les écoles privées et de nombreuses écoles publiques et les classes et milieux sociaux d'autre part. Depuis la fin des années 1990, les politiciens tentent de maîtriser ce problème grâce à des tests de qualité internes continus. Ces tests variaient en moyenne de 30 % à 80 % des scores possibles, les écoles des zones rurales enregistrant les pires résultats, tandis que les écoles privées des grandes villes et les colegios universitarios (écoles publiques dépendant de l'université) faisaient le mieux est devenu.

les universités

La faculté de droit de l' UBA

L'Argentine a une variété d' universités publiques et privées . De nombreuses universités privées ont ouvert leurs portes sous le règne du péroniste néolibéral Menem. La loi sur le financement des universités privées entrée en vigueur en 1958 interdit les aides financières, mais autorise le financement ciblé de projets de recherche individuels depuis les années 1990 sous le Menem. En mai 2006, le magazine politiquement critique "Caras y Caretas" a publié un article mettant en garde contre la proximité croissante de certains établissements d'enseignement privés avec des institutions religieuses orthodoxes, telles que B. l'Universidad Austral à l' Opus Dei . [69]

La plus ancienne université est l' Université de Cordoue , qui a été fondée en 1613 et est aujourd'hui la deuxième plus grande du pays (environ 120 000 étudiants). La plus grande université, en revanche, est l' Université de Buenos Aires (UBA), qui a été fondée en 1821 et compte environ 400 000 étudiants.

bibliothéconomie

La bibliothéconomie en Argentine est diversifiée. Ainsi, vers la fin du XIXe siècle, les premières bibliotecas populares ( bibliothèques populaires) à financement privé voient le jour. Aujourd'hui, ils sont promus par la Comisión Nacional Protectora de Bibliotecas Populares . Celui-ci organise également des événements de formation continue pour le personnel de la bibliothèque. La Confederación Argentina de Bibliotecas Populares existe depuis 1977 . Ses membres ne sont pour la plupart pas des bibliothécaires, mais des politiciens. Il existe également 19 Federaciones Provinciales .

Depuis 1927 existent les bibliotecas públicas municipales (bibliothèques publiques municipales), qui existent aujourd'hui presque exclusivement à Buenos Aires. Depuis 1944, il est subordonné au Secretaría de Cultura de la Municipalidad de la Ciudad de Buenos Aires . Il existe actuellement 23 bibliothèques municipales et 3 bus de livres à Buenos Aires, dont le plus grand groupe d'utilisateurs sont des écoliers.

La Bibliothèque nationale d'Argentine

La Junta de Bibliotecas Universitarias Argentinas (JUBIUA), fondée en 1963, représente les intérêts des bibliothèques universitaires d'État vis-à-vis du gouvernement et développe des objectifs communs. Les bibliothèques universitaires privées n'ont pas de coopération institutionnalisée.

Seules quelques écoles possèdent leur propre bibliothèque, financée par des dons de livres et de matériel et par le travail bénévole des parents d'élèves. Un concept de création d'un système national de bibliothèques scolaires est en cours d'élaboration.

La Biblioteca Nacional ( Bibliothèque nationale de la République argentine ) a été fondée en 1810 sous le nom de Biblioteca pública de Buenos Aires . C'est la bibliothèque nationale depuis 1884. En 1933, elle reçoit le droit de dépôt légal . Votre inventaire de livres est estimé entre 800 000 et 2,5 millions de volumes. La Biblioteca del Congreso de la Nación ( Bibliothèque du Parlement ) a été créée en 1859. La bibliothèque est la bibliothèque de dépôt des organisations internationales et compte environ 1,5 million d'unités d'inventaire.

aperçu politique

provinces

AntártidaFalklandinselnSüdgeorgien und die Südlichen SandwichinselnArgentinienAntarktikaChileBolivienParaguayUruguayBrasilienFalklandinselnJujuySaltaFormosaMisionesChacoTucumánCatamarcaSantiago del EsteroCorrientesLa RiojaSanta FeEntre RíosSan JuanCórdobaSan LuisMendozaBuenos AiresProvinz Buenos AiresLa PampaNeuquénRío NegroChubutSanta CruzTierra del Fuego
Les provinces d'Argentine

Les provinces (en espagnol provincias , singulier : provincia ) sont les États constitutifs de l' État fédéral argentin . Ils ont chacun leur propre constitution provinciale, un gouvernement provincial dirigé par un gouverneur directement élu (gobernador) et un parlement. Les provinces sont à leur tour subdivisées administrativement en départements . L'exception ici est la province de Buenos Aires , qui est subdivisée en Partidos .

Il y a 23 provinces et la ville autonome de Buenos Aires , voir Liste des provinces d'Argentine .

Régions

Les régions d'Argentine

À partir de la fin des années 1980, les provinces d'Argentine, à l'exception de la province de Buenos Aires , ont fusionné en régions dans le but de coordonner les politiques économiques , d'infrastructures et de développement et de créer un contrepoids à la position dominante du grand Buenos Aires . Cependant, ces régions ne sont pas encore des États membres officiels , mais de purs groupes d'intérêts , elles n'ont donc pas d'organes politiques officiels. Le degré de coopération varie.

  1. La Región Centro comprend les provinces de Córdoba , Entre Ríos et Santa Fe et a le plus haut niveau d'intégration. Le groupe d'intérêt a été envisagé comme un objectif dès 1973, mais n'a été mis en œuvre qu'en 1998. Le Conseil des gouverneurs ( Junta de Gobernadores ) et le Comité exécutif ( Comité Ejecutivo ) existent en tant qu'institutions officielles depuis 2004.
  2. La Región del Nuevo Cuyo comprend les provinces de Mendoza , San Juan , La Rioja et San Luis . Il n'a qu'un faible degré d'intégration et existe depuis 1988. Il a également un conseil d'administration et un comité exécutif en tant qu'institutions, mais ceux-ci ont peu d'importance pratique.
  3. La Región del Norte Grande Argentino est un cas particulier . Celle-ci intègre les deux régions traditionnelles du Nord-Est (provinces de Chaco , Corrientes , Formosa et Misiones ) et du Nord- Ouest ( Catamarca , Jujuy , Salta , Santiago del Estero et Tucumán ) de l'Argentine. Elle existe depuis 1999 et a déjà mis en œuvre de nombreux projets, même si l'entente régionale doit encore être ratifiée par trois provinces. [70]Pour des raisons traditionnelles, cependant, la division en nord-ouest et nord-est reste déterminante pour de nombreuses statistiques.
  4. Enfin, la Región Patagonica comprend les provinces de Chubut , La Pampa , Neuquén , Río Negro , Santa Cruz et Tierra del Fuego . Elle a été fondée en 1996 et bénéficie d'un degré élevé de coopération. Les parlements provinciaux envoient des représentants à un parlement commun, le Parlamento Patagónico , qui existe depuis 1991, alors que la région n'avait pas encore été officiellement fondée. [71]

droits humains

les droits des femmes

En décembre 2020, les avortements ont été déclarés exempts de peine pendant les 14 premières semaines. A partir de la 15ème semaine, un avortement n'est autorisé qu'en cas de viol et si la vie de la mère est en danger. Dans le même temps, Amnesty International a souligné de nombreuses violations des droits humains en Argentine dans le rapport annuel (2020) : [72] La pandémie de corona a exacerbé les inégalités entre les sexes : les femmes effectuaient 75 % des travaux ménagers et des soins non rémunérés. En novembre 2020, la violence à l'égard des femmes et des filles avait augmenté de 18 % par rapport à l'année précédente. En 2020, 298 fémicides ont été commis.

droits des peuples autochtones

Les droits fonciers des communautés autochtones ne sont ni reconnus ni mis en œuvre (à partir de 2020), bien que leur droit aux territoires ancestraux soit inscrit dans la constitution . Les communautés ont été confrontées à la violence et à un approvisionnement insuffisant en nourriture et en boisson. [72]

violences policières

Dans le rapport 2020 d'Amnesty International, l'organisation dénonçait "l' usage excessif de la force par les policiers " et les cas de disparitions forcées qui ne font pas suffisamment l'objet d'enquêtes de la part de l'État. [72]

Infrastructure

Grandes villes

Vue sur Buenos Aires

Buenos Aires , dont la zone métropolitaine compte environ 14,9 millions d'habitants en 2017, est la capitale politique et le centre économique de l'Argentine. Elle est entourée d'un certain nombre de banlieues indépendantes, dont certaines sont de pures villes dortoirs , mais certaines ont aussi leurs propres installations de production. Cordoue , la deuxième plus grande ville du pays avec 1,6 million d'habitants, possède de plus grandes installations de fabrication et abrite la plus ancienne université du pays, l' Universidad Nacional de Córdoba . Rosario , dans la province de Santa Fe (1,3 million d'habitants), est le deuxième port du pays et un centre industriel et commercial. Mendoza(1 million d'habitants) est principalement connue pour sa viticulture et son arboriculture fruitière, mais sert aussi de tête de pont pour le commerce avec Santiago du Chili . San Miguel de Tucumán (883 000 habitants) est le berceau de l'indépendance et est devenu économiquement et culturellement important grâce à l'agriculture intensive, en particulier la culture de la canne à sucre , mais a souffert de la crise de ce secteur économique au cours des dernières décennies et est aujourd'hui l'une des villes avec le taux de pauvreté du plus grand pays. Cependant, les universités de cette ville sont d'importance nationale et sont par exemple. B. visité par des étudiants boliviens .

Voir aussi: Liste des villes d'Argentine

réseaux de transports

Dans l' indice de performance logistique , qui est compilé par la Banque mondiale et mesure la qualité des infrastructures, l'Argentine s'est classée 61e sur 160 pays en 2018. De tous les pays d'Amérique latine, l'Argentine occupe l'une des meilleures places. [73]

transport ferroviaire

Logo de l'ancienne compagnie ferroviaire argentine
Locomotive SOFSE CNR CKD8 avec wagons devant la gare de Mar del Plata

Le système ferroviaire en Argentine a commencé le 29 août 1857 avec le premier voyage d'un train. Au fil du temps, le réseau ferroviaire s'est développé assez rapidement, principalement par des compagnies anglaises, et est devenu une clé du développement du pays. Dans les années 1930, le pays disposait d'un réseau de 43 000 kilomètres de rails, ce qui était plus grand que la plupart des pays d'Europe. Le système ferroviaire se composait de plusieurs sociétés privées indépendantes qui ont été nationalisées par le président Perón en 1946. À la fin des années 1950, des consultants américains ont fait appel pour donner la priorité au transport routier, entraînant des fermetures à grande échelle de lignes ferroviaires. Le chemin de fer national a été fondé en 1992 par Carlos Menemprivatisé à nouveau, ce qui a encore réduit les services aux voyageurs, démantelé le syndicat des cheminots, 50 000 personnes se sont retrouvées au chômage, des régions entières ont été désertées et la corruption dans le secteur ferroviaire a fortement augmenté. [74] Aujourd'hui, le réseau ferroviaire argentin a une longueur d'environ 28 300 kilomètres dans trois écartements différents . Deux lignes de chemin de fer relient l'Argentine au Chili , d'autres lignes relient la Bolivie , le Paraguay , l'Uruguay et le Brésil. Cependant, les itinéraires sont toujours fermés ou abandonnés et ne sont pas restaurés. Le transport de passagers par chemin de fer ne joue généralement un rôle que pour les navetteurs de la grande région de Buenos Aires . Il existe des liaisons ferroviaires longue distance de Buenos Aires à Córdoba , Mar del Plata , San Miguel de Tucumán , Santa Fe et Posadas . Cependant, les trains prennent beaucoup plus de temps que les autocars longue distance pour le même trajet et ont un horaire très limité (par exemple Buenos Aires, gare du Retiro - Córdoba deux trajets par semaine). Le gouvernement sous Néstor KirchnerEn 2006, un "Railroad Megaplan" a été élaboré, dans lequel une ligne à grande vitesse Cobra de 710 km de long entre Buenos Aires et Córdoba, exploitée jusqu'à 320 km/h, était prévue pour 2011. [75] Cependant, les lignes réactivées à la suite de ce plan ont souvent dû être fermées à nouveau immédiatement en raison de déficits techniques des rails ou du matériel roulant. D'un point de vue touristique, il existe des trains intéressants, par ex. B. le Tren a las Nubes dans la province de Salta , La Trochita - le seul chemin de fer à vapeur à voie étroite d'Argentine qui relie Esquel à Nahuel Pan - ainsi que leTren del Fin del Mundo dans la province de Tierra del Fuego .

trafic routier

Le rôle du chemin de fer dans le transport de voyageurs a été largement repris par des autocars modernes et climatisés . Pratiquement tous les points du pays sont accessibles en autocar. Aujourd'hui, les gares routières sont les infrastructures les plus utilisées aux côtés des aéroports. La gare routière principale d'Argentine est Retiro à Buenos Aires . De là, il y a des liaisons en bus dans tout le pays. D'autres terminaux et hubs de bus très fréquentés sont situés à Córdoba (environ 10 heures de trajet depuis Buenos Aires) et Mendoza (environ 14-15 heures de trajet depuis Buenos Aires). La connexion directe la plus longue est entreSan Salvador de Jujuy et Río Gallegos (3430 km, 55 heures de trajet prévues), d'où vous pouvez continuer jusqu'à Ushuaia .

Le réseau routier a une longueur totale d'environ 215 000 km et est divisé en routes nationales, provinciales et municipales. La qualité des routes varie considérablement. Les grands centres économiques sont reliés par des routes asphaltées et en partie bien développées, qui sont pour la plupart construites et entretenues par des entreprises privées via des péages . Dans les zones métropolitaines et sur certaines routes principales, il existe des autoroutes à plusieurs voies ( autopistas ) et des autoroutes ( autovías ).), qui sont généralement signalées comme des routes nationales et provinciales régulières. Cependant, la plupart des routes nationales ont deux voies et sont souvent très chargées par le trafic de marchandises lourdes. Dans les régions éloignées, il n'y a souvent que des routes en gravier et en terre. Le chemin de fer ne jouant plus de rôle dans le transport de voyageurs et celui-ci s'effectuant presque exclusivement par la route, on dénombre près de 10 000 morts sur les routes par an, soit un nombre supérieur à celui de l'Inde lorsqu'on l'extrapole au nombre d'habitants. [74]

La route touristique la plus connue est la Ruta Nacional 40 entre Cabo Vírgenes à la pointe sud du continent ( province de Santa Cruz ) et La Quiaca , qui traverse tout le pays du nord au sud.

trafic aérien

Boeing 737 d' Aerolineas Argentinas

La compagnie aérienne nationale Aerolíneas Argentinas a été privatisée en 1990 et nationalisée à nouveau en 2008. Dans le trafic intérieur, Aerolíneas détient une part de marché élevée ; depuis 2018, plusieurs compagnies aériennes nationales à bas prix sont également principalement actives au niveau national. Les Líneas Aéreas del Estado (LADE), qui font partie de l'armée de l'air argentine , relient les petites villes de Patagonie.

En raison des grandes distances, presque toutes les grandes villes d'Argentine ont un aéroport. La capitale Buenos Aires elle-même possède deux aéroports de passagers : Les vols internationaux, en particulier toutes les liaisons long-courriers, sont principalement traités à l'aéroport d'Ezeiza (EZE). Il y a aussi l'aéroport de la ville Aeroparque Jorge Newbery (AEP), qui est principalement utilisé pour les vols intérieurs, mais aussi pour les liaisons internationales plus courtes.

trafic maritime

Environ 3100 km de voies navigables sont navigables. Le Río de la Plata avec ses sources Río Paraná et Río Uruguay est la voie navigable la plus importante. Une grande partie des exportations agricoles de l'Argentine sont également transportées via ces fleuves, dont la plupart sont chargés sur des vraquiers océaniques dans la région autour de Rosario .

industrie de l'énergie

gaz naturel et pétrole

L'Argentine possède d'importants gisements de gaz naturel . Cette forme d'énergie est utilisée pour la cuisine et le chauffage, mais aussi de plus en plus comme carburant pour les voitures. L'importation de gaz naturel, par ex. B. de Bolivie, un rôle plus important.

l'approvisionnement en électricité

Selon la CIA , en 2016, l'Argentine se classait au 27e rang en termes de capacité installée avec 38 350  MW et au 30e rang en termes de production annuelle avec 131,9 milliards de  kWh . Le degré d' électrification était de 96,4 % en 2013 (99,2 % dans les villes et 96 % dans les zones rurales). [76] Selon la Comisión Nacional de Energía Atómica (CNEA), la capacité installée des centrales électriques en Argentine était de 37 652 MW , dont les centrales calorifiques représentaient 24 396 MW (64,8 %), les centrales hydroélectriques 11 265 MW (29,9 % ) et centrales nucléaires 1 755 MW (4,66 %).[77]

D'autre part, le mix énergétique est complété depuis 1994 par l'énergie éolienne qui, dans la province de Chubut en Patagonie, au climat particulièrement venteux, représente déjà une part importante de la production d'électricité. Elle est promue légalement depuis la seconde moitié des années 1990 et l'industrie connaît donc actuellement une forte croissance. L'Argentine est considérée comme l'un des pays ayant le potentiel éolien le plus élevé au monde, mais en 2006, elle ne se classait qu'au troisième rang en Amérique latine derrière le Mexique et le Brésil pour l'utilisation de cette forme d'énergie.. Le 10 novembre 2015, la Chine a annoncé qu'elle construirait un parc éolien de 200 MW en Patagonie. Fin 2015, 187 MW d'énergie éolienne étaient installés en Argentine, ce qui correspondait à une part de 0,6 % de la production d'électricité. [78] Le gouvernement argentin vise à installer 6 à 7 GW de capacité éolienne d'ici 2025. La Patagonie en particulier a d'excellentes conditions de vent avec de faibles taux de turbulence et des vitesses de vent allant jusqu'à 12 m/s en moyenne sur l'année. [79]

Le pays entend s'en tenir à l'utilisation de l'énergie nucléaire. Un réacteur d' importation allemand est en service sur le site d' Atucha depuis 1974 . Le deuxième réacteur argentin du site d' Embalse , opérationnel depuis 1983, était une importation du Canada. Un autre réacteur importé d'Allemagne est en construction depuis 1981 et est entré en service en 2014 sous le nom d'Atucha-2. La construction d'un quatrième réacteur est à l'étude depuis 2006. Les candidats à l'appel d'offres venaient du Canada, de France, de Russie, du Japon, de Corée du Sud, de Chine et des États-Unis. Une demande correspondante a été faite par le gouvernement argentin. En 2010, des accords de coopération ont été signés avec la Russie et la Corée du Sud, et en mai 2011, la possibilité a été évoquée pour la première fois, avec la société russeRosatom pour construire un réacteur. Le 12 juillet 2014, la présidente Cristina Kirchner et Vladimir Poutine ont signé un accord sur la participation russe au projet Atucha 3 . [80] Dès 2012, l'Argentine avait accepté de coopérer avec la Chine pour financer et construire le projet Atucha 4 . [81] En juin 2018, le gouvernement argentin dirigé par Mauricio Macri a décidé d'arrêter les projets de construction d'un réacteur Atucha 3 et Atucha 4 . [82]

télécommunications et courrier

Logo de l'ancien ENTEL

La société publique de télécommunications ENTEL a été privatisée en 1990 et vendue à deux sociétés étrangères - Telefónica (Espagne) et Telecom (France, désormais propriété de Telecom Italia ) - qui se partageaient le pays. Depuis lors, le nombre de connexions téléphoniques par habitant a augmenté rapidement, car après la privatisation, les frais d'installation d'une connexion téléphonique n'étaient qu'un dixième des 100 USD d'avant, et le temps d'attente pour être connecté avait également considérablement diminué. En 2017, il y avait environ 10 millions de lignes fixes [83] et environ 90 % des Argentins avaient un smartphone. [84]Cependant, la qualité et la couverture du réseau varient considérablement d'un opérateur à l'autre. En 2017, 74 % des résidents argentins utilisaient Internet . [85]

Le service postal a également été privatisé en 1997 par la société SOCMA. En conséquence, la société ( Correo Argentino ) s'est endettée de 250 millions de dollars et a finalement été nationalisée à nouveau en 2003. [86] En plus de Correo Argentino, il existe plusieurs services postaux plus petits, par ex. B.OCA et Andreani . _

Entreprise

Évolution à long terme du produit intérieur brut réel par habitant (1800 - 2018)

L' Argentine est une économie gérée qui a été progressivement déréglementée et privatisée en plusieurs étapes depuis les années 1970 . Sous le président Néstor Kirchner , cependant, cette tendance s'est inversée.

Avec un produit intérieur brut (PIB) d'environ 604 milliards de dollars américains (2015), l'Argentine est la plus grande économie d'Amérique du Sud hispanophone. En Amérique latine, seuls le Brésil et le Mexique sont économiquement plus importants. L'Argentine a une industrie relativement bien développée dans une comparaison régionale; Les secteurs les plus importants sont l'industrie alimentaire et l'industrie automobile (Volkswagen et Daimler, entre autres), qui exportent une part importante de la production vers le Brésil.

L'industrie manufacturière, l'immobilier/les services aux entreprises et le commerce contribuent chacun à hauteur d'environ 10 % au PIB. La contribution de l'agriculture et de la sylviculture pures au PIB est d'un peu moins de 5 % ; cependant, on estime qu'un tiers des emplois sont directement ou indirectement (par exemple, transport, emballage) liés à l'agro-industrie. En ce qui concerne les exportations également, la part de l'alimentation (environ 45 %) domine clairement devant les exportations de voitures (pièces) (environ 10 %). [87]

Sur le plan international, l'Argentine est souvent comptée parmi les pays émergents . Cependant, selon l'indice de développement humain compilé par les Nations Unies , il fait partie des pays les plus développés depuis 2011. [88] Parmi les États sud-américains indépendants, il appartient avec le Chili et l'Uruguay ( cône sud ) au premier groupe en termes de produit intérieur brut par habitant ( parité de pouvoir d'achat ). En 2009, l'inégalité des revenus ( coefficient de Gini ) était relativement élevée dans une comparaison mondiale, mais toujours inférieure à la moyenne des pays d' Amérique latine. [89]

En 2014, l'économie argentine était sur une pente descendante avec une dévaluation massive du peso , malgré de bonnes conditions-cadres pour les exportations de matières premières [90] . [91] Dans le même temps, le taux d'inflation, qui était compris entre 6 et 11 % depuis 2008, est passé à 24 % en 2014 et 34 % en 2018. [92] Dans le Global Competitiveness Index du WEF , qui évalue la compétitivité d'un pays , l'Argentine se classe 92e sur 137 pays (en 2017-2018). [93]Dans le rapport sur la compétitivité de 2020, l'Argentine a été attestée des progrès de la fiscalité progressive dans une comparaison internationale, mais en comparaison, il n'y a encore pratiquement aucune réglementation contre les positions de monopole des entreprises et les problèmes d'infrastructure et de système de formation professionnelle. [94]

Après le changement de gouvernement en 2015, le gouvernement a procédé à d'importantes réductions des dépenses publiques en 2016. En 2017, le taux d'inflation était de 26 % et a continué d'augmenter jusqu'en 2019, passant de 54 % à 42 % en 2020. [92]

ressources naturelles

L'Argentine est l'un des trois plus grands producteurs d'acier d' Amérique latine , mais loin derrière le Brésil et le Mexique (en 2004)

Les minerais et roches minéraux précieux ne se trouvent qu'en petites quantités en Argentine, comme l' or , l'argent , le cuivre , le plomb , le zinc , le fer , l' étain , le mica et le calcaire . Plus importants économiquement sont les gisements de pétrole et de gaz dans le nord-ouest, Neuquén , la zone autour du golfe de San Jorge et au large.

histoire de la politique économique

L'économie argentine est traditionnellement caractérisée par l'agriculture . Jusqu'aux années 1950, presque exclusivement des produits agricoles étaient exportés. Ce n'est qu'alors que l' industrialisation a commencé à une échelle significative. Cependant, le développement économique était régulé par les différents gouvernements selon des orientations différentes, parfois contradictoires. Un vaste secteur contrôlé par l'État dans l'industrie, le commerce et les services a émergé, principalement sous l'influence du péronisme . Cependant, l'Argentine n'a jamais retrouvé le niveau de prospérité des années 1950. La corruption était et est répandue en Argentine. [95]

La dette publique massive introduite en 1976 sous la politique de la dictature militaire a causé de graves dommages à l'économie nationale. La dette extérieure est passée de moins de 8 milliards de dollars en 1967 à 160 milliards de dollars en 2001. Le peso ley a dû être dévalué à plusieurs reprises. La guerre des Malouines peut aussi remonter aux problèmes économiques sous la dictature militaire.

Après le retour à la démocratie en 1983, l' hyperinflation s'est avérée être l'un des problèmes économiques majeurs du pays. Le président Carlos Menem , élu en 1989 , a alors indexé le peso argentin 1: 1 sur le dollar américain . Cela a conduit presque immédiatement à la fin de l'inflation et à une reprise économique significative. À plus long terme, cependant, cela signifiait que les produits argentins devenaient plus chers sur le marché mondial et que les biens importés devenaient moins chers sur le marché intérieur. De nombreuses usines de production argentines ont dû fermer. Il y avait un déséquilibre croissant entre le taux de change (officiel) de la monnaie et sa valeur intrinsèque.La fuite des capitaux a commencé et le pays, déjà très endetté, a dû contracter de plus en plus d'emprunts à l'étranger afin de pouvoir rembourser les anciennes dettes et fournir des devises étrangères pour les importations urgentes . Parfois, même les fonctionnaires du gouvernement n'étaient plus payés en argent mais en obligations , et les hommes d'affaires étaient tenus par la loi d'accepter ces obligations en guise de paiement. Dans un premier temps, cela a été éclipsé par les entrées de capitaux privés d' investisseurs étrangers qui ont investi dans des entreprises argentines, notamment dans le cadre de la privatisation initiée par Menemauprès des sociétés d'État. Finalement, cependant, la dette a augmenté et la production économique a diminué à un point tel que le président Fernando de la Rúa a démissionné à la fin de 2001 après de graves troubles. Le déclencheur des troubles a été le soi-disant Corralito , c'est-à-dire le gel de tous les soldes bancaires.

Taux de change du peso argentin par rapport au dollar américain entre décembre 2001 et janvier 2008

Le gouvernement suivant a annoncé la cessation des paiements sur le principal et les intérêts, c'est-à-dire la faillite de l'État . En raison d'un manque de soutien du parti, le président par intérim Adolfo Rodríguez Saá a démissionné après seulement cinq jours. Cela a été suivi par le péroniste Eduardo Duhalde , qui en janvier 2002 a initialement dévalué le peso argentin à ARS/US$ 1,40, pour le libérer complètement peu de temps après.

Le FMIAprès de longues négociations à la mi-2002, avec le soutien politique des plus grandes nations industrielles, l'Argentine a fourni de l'argent frais dans le cadre de divers accords intérimaires. L'économie argentine a déjà pu enregistrer une croissance considérable en 2003, principalement parce qu'il n'y avait plus de sorties de fonds dues au remboursement des prêts et parce que les pesos étaient désormais nettement moins chers (3,5 à 4 pesos argentins pour un dollar américain). Cependant, en mars 2004, une tranche de 3,1 milliards de dollars (environ 2,5 milliards d'euros) pour un prêt du FMI accordé dans le cadre de l'accord intérimaire est arrivée à échéance. Le gouvernement Kirchner a seulement ordonné que le paiement soit effectué immédiatement avant la dernière date possible. Cela a été précédé de plusieurs semaines de poker de négociation. Le gouvernement argentin voulait atteindre qu'un rapport du FMI sur les efforts du pays pour retrouver sa solidité économique était aussi positif que possible. Cela était considéré comme une condition préalable à l'octroi de nouveaux prêts par le FMI. Cependant, aucun accord n'a encore été conclu sur la manière de traiter les créances des créanciers privés de l'Argentine. Cela continue de peser sur lerelations commerciales dans le pays.

Au FMI, il y a longtemps eu un différend quant à savoir si l'Argentine remplit les conditions pour de nouveaux prêts. Selon les créanciers privés, le gouvernement argentin n'a pas satisfait à l'exigence de négocier de « bonne foi ». Au lieu de cela, l'Argentine a exigé une réduction de capital lors des négociations entre 2002 et 2004, ce qui équivaut à une perte de 75 % en valeur actuelle. Des procès ont été intentés contre l'Argentine et le FMI devant la Cour constitutionnelle fédérale dans le but de rembourser intégralement l'argent emprunté, dont certains ne sont pas encore terminés. Une organisation créancière allemande est le groupe d'intérêt argentin. V [96]

Au début de 2005, le gouvernement a entamé des négociations avec les détenteurs d'obligations du gouvernement argentin pour adopter un plan de restructuration de la dette. Outre une importante réduction de capital, ce plan prévoyait un étalement du passif dans le temps et une réduction des intérêts. Les négociations ont été menées exclusivement avec les créanciers privés et leurs groupes d'intérêts. Jusqu'à présent, les créanciers nationaux se sont clairement montrés disposés à accepter l'offre de restructuration de la dette. Cependant, les propositions se sont d'abord heurtées à une forte résistance de la part des créanciers étrangers.

Le plan de restructuration de la dette a été accepté par un peu plus de 76 % des créanciers privés dans le délai imparti. Cependant, un bref différend avec un fonds spéculatif de plus de 7 milliards de dollars a retardé l'émission des nouvelles obligations de deux mois jusqu'à la fin mai 2005.

Voir aussi: Crise argentine

croissance économique

Le tableau de la croissance économique de l'Argentine montre la profonde coupure de la crise économique argentine de 2001/2002 , qui a eu lieu après les crises de la tequila mexicaine , de l' Asie et du Brésil .

produit intérieur brut

Le produit intérieur brut (PIB) était de 376,2 milliards de dollars argentins en 2003 , ce qui correspondait à environ 103 milliards d'euros. Environ 43 % de cette somme est allée à la production de biens et environ 51 % à la prestation de services. L'industrie manufacturière représentait la plus grande part du PIB à 22%, l'agriculture à 10%, le commerce de gros et de détail à 11% et la location de bâtiments et de terrains à 11%. [32]

dette nationale

Au cours des années 1990, l'Argentine était considérée comme un exemple positif de stabilité financière et de réformes de marché réussies, mais sous le gouvernement Menem , la dette nationale a continué d'augmenter. Ce fut l'une des causes de la crise argentine et de la faillite nationale en 2001. Les obligations d'État n'étaient plus servies. Les créanciers qui se sont soumis à un échange ont perdu environ 70% de leurs investissements, dont de nombreux petits investisseurs privés, notamment en Italie, au Japon et en Allemagne. Rien qu'en Allemagne, plusieurs centaines de jugements ont été remportés, obligeant la République argentine à payer les dettes impayées. Le 31 juillet 2014, l'Argentine a fait défaut pour la deuxième fois depuis 2001.[100]

L' Argentine a toujours été classée parmi les cinq premiers emprunteurs du Fonds monétaire international depuis 1985 . [101]

taux d'inflation

L'Argentine était connue dans les années 1980 comme un pays avec un taux d'inflation très élevé . Depuis le début de la redémocratisation en 1983, cela a augmenté jusqu'à l' hyperinflation , qui a culminé en 1989. La même année, sous le gouvernement de Carlos Menem et de son ministre de l'économie Domingo Cavallo , le peso argentin était indexé à 1:1 sur le dollar américain . Cette mesure a ensuite permis de ramener le taux d'inflation à des niveaux « normaux » assez rapidement. Entre 1994 et 1998, il n'y a pas eu de taux d'inflation significatif. A partir de 1999, le début de la crise économique a même transformé le taux d'inflation en déflationnisteZone. Avec la crise argentine , qui a atteint son apogée au tournant de l'année 2001/2002 et a été associée à la déclaration de défaut et à une dévaluation par rapport au dollar, le taux d'inflation a d'abord fortement augmenté, mais est depuis retombé à des valeurs à un chiffre. . Depuis la mise sous tutelle de l'office statistique argentin INDEC début 2007 et le changement des bases de calcul statistiques, le taux officiel d'inflation est remis en cause par les instituts économiques privés et les organisations internationales. Leurs estimations pour 2011 sont d'environ 23 % (2010 : environ 25 %). [102]Ce niveau élevé s'est maintenu au moins jusqu'en 2018. La forte inflation s'est reflétée dans les conclusions des cycles de négociations collectives de ces dernières années, au cours desquels les puissants syndicats ont généralement réussi à obtenir des augmentations bien supérieures aux taux d'inflation réels.

commerce extérieur

Le commerce extérieur a été fortement influencé par la crise argentine ces dernières années . Les importations sont en baisse depuis 1999. Dans une comparaison d'une année sur l'autre de 2001/2002, ils ont connu une baisse particulièrement forte de 56 % et n'ont pu se redresser qu'en 2003. Les exportations sont restées quasiment épargnées par la crise argentine.

Les exportations sont dominées par les produits agricoles. 31% de toutes les exportations sont des produits agricoles transformés, 25% sont des matières premières (y compris les produits agricoles), 25% sont des produits industriels et 18% sont des huiles minérales et autres combustibles.

Ventilées par bloc commercial, en 2015, 24 % de toutes les exportations argentines sont allées au MERCOSUR, 23 % à l'ANASE et à la Chine, à la Corée du Sud, au Japon, à l'Inde, 15 % à l'UE et 10 % à l'ALENA. Parmi les pays acheteurs individuels, le Brésil occupe la première place avec 17,8 %, suivi de la Chine avec 9,5 % et des États-Unis et du Chili avec respectivement 6,0 % et 4,2 %. Les blocs commerciaux ASEAN et Chine, Corée du Sud, Japon et Inde ont dominé les importations argentines en 2015 avec 28 %, suivis du Mercosur avec 23 % et de l'UE et de l'ALENA avec 17 % chacun. Les principaux pays fournisseurs sont le Brésil avec 21,8 % et la Chine avec 19,7 %, suivis des États-Unis avec 12,9 % et de l'Allemagne avec 5,2 %. [87]

budget de l'état

En 2016, le budget national comprenait des dépenses équivalant à 141,7 milliards de dollars américains , qui ont été compensées par des revenus équivalant à 115,9 milliards de dollars américains. Il en résulte un déficit budgétaire de 4,7 % du PIB . [76] La dette nationale en 2016 était de 279,6 milliards de dollars américains, soit 51,3 % du PIB. [105]

En 2006, les dépenses publiques (en pourcentage du PIB) représentaient les domaines suivants :

Culture

Une boutade de Jorge Luis Borges décrit les Argentins comme "des Italiens qui parlent espagnol et aimeraient être anglais qui pensent vivre à Paris". clairement perceptible. L'Argentine a une scène culturelle multiculturelle très active qui est fortement influencée par les influences européennes. À Buenos Aires en particulier, il existe un large éventail d'événements dans les domaines du théâtre, de la musique, de l'opéra, de la littérature, du cinéma et du sport.

musique

Tango dans les rues de Buenos Aires

La musique argentine a été rendue célèbre par le tango (et les formes musicales liées milonga et vals ). Les interprètes les plus connus sont Carlos Gardel , Astor Piazzolla et Osvaldo Pugliese . Cependant, le tango ne peut pas se limiter à la dimension musicale, le tango est plutôt un phénomène culturel global avec les aspects supplémentaires de la poésie textuelle et de l'interprétation de la danse. A ce titre, le tango fonde une identité culturelle qui contribue beaucoup à l'image de soi des Argentins, plus précisément des « porteños » de Buenos Aires .

En Argentine également, il existe des artistes folkloriques ancrés dans la musique traditionnelle. Parmi les musiciens de renommée internationale figurent Héctor Roberto Chavero, connu dans le monde entier sous le nom d' Atahualpa Yupanqui , et Mercedes Sosa (1935-2009) de la province de Tucumán , qui est revenue en Argentine en 1982 après quatre ans d'exil à Madrid et à Paris.

Récemment en Argentine, certains styles de musique traditionnels ont été relancés par la musique populaire. Il convient de mentionner ici la danse joyeuse et légère du Cuarteto , la musique urbaine de la ville de Cordoue , ainsi que certains styles du folklore national adoptés par les Espagnols , qui ont pris une forme complètement nouvelle en se mélangeant à d'autres styles. Les styles musicaux d'autres régions d'Amérique du Sud, en particulier la cumbia colombienne , ont été développés par des interprètes argentins. Cumbia Villera ("slum cumbia") a été créée comme la contribution actuelle de l'Argentine à la musique pop à Buenos Aires .

Littérature

Gauchos (enregistrement publié entre 1890 et 1923)

Au XIXe siècle, avec l'indépendance du pays, la littérature argentine rompt avec l'espagnol, sans renier cet héritage. En abordant la vie des gauchos dans la pampa , la littérature acquiert une nette composante nationale. Des exemples en sont Fausto (1866) d' Estanislao del Campo , El gaucho Martín Fierro (1872) , qui raconte l'histoire d'un gaucho sous forme poétique et est souvent appelé l' épopée nationale argentine , de José Hernández , et Domingo Faustino Sarmiento 's Facundo , écrit en 1845. Dans une lignée de tradition similaire se trouve le conte Don Segundo Sombra de Ricardo Güiraldes , publié en 1926 (en allemand dès 1934 : Le Livre de Gaucho Sombra ).

Les auteurs modernes bien connus incluent Eduardo Mallea , Ernesto Sabato , Humberto Costantini , Julio Cortázar , Adolfo Bioy Casares , Manuel Puig , Victoria Ocampo , María Elena Walsh , Tomás Eloy Martínez , Roberto Arlt et surtout Jorge Luis Borges .

Dans les années 1920, divers artistes, principalement des écrivains, d'Argentine et d'Uruguay ont formé le Grupo Boedo et le Grupo Florida . Le groupe Boedo est qualifié de « plébéien », le groupe Florida (entre autres avec Borges) de « bourgeois supérieur ». [107] Cependant, la controverse entre ces groupes est décrite comme davantage de « nature amicale ». [108]

Guillermo Mordillo et Quino , qui ont remporté le prix Max et Moritz et créé la série Mafalda , sont des auteurs de bandes dessinées et de dessins animés bien connus .

théâtre

Théâtre Colon (Buenos Aires)

De nombreuses villes ont une scène théâtrale animée. On pouvait facilement voir plus de 100 pièces différentes par des groupes professionnels et amateurs par semaine. Rosario est particulièrement connue pour ses troupes de théâtre. Le théâtre le plus célèbre d'Argentine est l' opéra Teatro Colón de Buenos Aires.

La peinture

La peinture argentine est l'une des plus importantes d'Amérique du Sud. Contrairement à d'autres pays d'Amérique latine, la peinture est stylistiquement moins déterminée par les influences indigènes et plus par le modernisme européen classique. Les peintres traditionnels argentins les plus remarquables sont Enrique de Larrañaga , Didimo Nardino et Horacio Politi. Une nouvelle génération de peintres est de plus en plus influencée par la culture populaire comme le graffiti et le New Pop Art .

Film

L'Argentine a été l'un des pays pionniers dans le domaine du cinéma muet . Dès 1896, le premier film a été tourné avec le drapeau argentin comme sujet. En 1933, l'essor de l'industrie cinématographique argentine a commencé avec l'avènement des films parlants. C'était le début de la meilleure période du cinéma argentin, les films de ce pays étaient diffusés dans le monde entier. Les "Tango Films" de Buenos Aires se font particulièrement connaître , entre autres avec la superstar Carlos Gardel .

À partir du milieu des années 1940, cependant, l'État est intervenu sur la scène cinématographique par la censure et l'ingérence. Ce fut particulièrement dramatique dans les gouvernements militaires (1966-1973 et 1976-1983). Dans les périodes d'intérim démocratique, cependant, des films de très haute qualité artistique ont été produits.

1968 a vu la sortie de La hora de los hornos de Pino Solanas (en anglais : L'heure des hauts fourneaux ) , un film considéré comme l'un des sommets du cinéma politique latino-américain. Un autre cinéaste politique de cette période est Raymundo Gleyzer . Après la dictature militaire , le cinéma commence à composer avec le règne de la terreur. Des films tels que La Historia Oficial ( Luis Puenzo ) (1986 Oscar du meilleur film étranger), La Noche de los Lápices (Héctor Olivera) et plus tard Garage Olimpo ont émergé(Marco Bechis), qui a porté à l'écran des cas en partie fictifs, en partie vrais de soi-disant "disparus".

En 1997 , Pizza, Birra, Faso ( Adrián Caetano ) a inauguré l'ère du "Nuevo Cine Argentino", dans laquelle principalement des histoires du milieu des gens ordinaires et des habitants des bidonvilles ont été filmées.

Aujourd'hui, la scène cinématographique argentine est très active, notamment à Buenos Aires et dans une moindre mesure à Rosario et Santa Fe . Le réalisateur le plus connu au niveau international au tournant du millénaire était probablement le lauréat de la Berlinale Pino Solanas avec ses films socialement critiques tels que Sur , El viaje ( The Journey ), Tangos - el exilio de Gardel et les documentaires Memoria del Saqueo et La Dignidad de los Nadies , qui dépeignent l'État décrivent la politique et la société de l'Argentine à cette époque.

En 2010, le film argentin El secreto de sus ojos ( In Her Eyes ) a remporté l'Oscar du meilleur film en langue étrangère, entre autres prix. Écrit et réalisé par Juan José Campanella .

Des sports

La Bombonera, le stade de Boca Juniors
Match de rugby Argentine – Angleterre

Les Argentins sont passionnés de football . L'Association argentine de football AFA a été fondée en 1893, ce qui en fait l'une des plus anciennes associations nationales de football au monde. Le premier match international de l' Argentine a été disputé contre l' Uruguay en 1902 . Depuis, l'équipe nationale a remporté le championnat sud-américain de football, la Copa América , 15 fois et la Coupe du monde à deux reprises ( 1978 , 1986 ). En 1978, le tournoi de la Coupe du monde a eu lieu en Argentine. Les deux clubs de football les plus célèbres sont River Plate et Boca Juniors, tous deux de Buenos Aires. Les matchs entre ces deux équipes s'appellent Superclásico et la vie publique s'arrête pratiquement. Boca Juniors mettait en vedette le célèbre joueur de football argentin Diego Maradona , souvent considéré comme l'un des meilleurs ou même les meilleurs joueurs de football du XXe siècle, qui a également entraîné l'équipe nationale argentine de 2008 à 2010. Depuis la fin des années 2000, le septuple footballeur mondial Lionel Messi , sous contrat avec le FC Barcelone depuis 2000 , est considéré comme le meilleur footballeur argentin.

Un autre sport populaire en Argentine est le rugby , dans sa variante rugby à XV . L' équipe nationale argentine de rugby , les « Pumas », évolue désormais au plus haut niveau international et a fait de grands progrès depuis la Coupe du monde de 1999 . Elle a terminé troisième à la Coupe du monde 2007 en France , battant la France et l ' Ecosse . En 2015 , les Pumas ont terminé quatrièmes aux Championnats du monde. Aussi basket -ball (pour les hommes) et hockey(en particulier chez les femmes) sont répandus et, dans les deux sports, les équipes nationales sont parmi les meilleures au monde.

Outre le football et les autres sports de balle, les sports équestres , notamment le polo , suscitent un grand intérêt en Argentine. L'équipe nationale argentine de polo est l'une des meilleures au monde, ayant remporté le championnat du monde de polo à quatre reprises : 1987, 1992, 1998 et 2011. Contrairement au polo, qui a tendance à être joué par des membres de la classe supérieure argentine, le pato est l'équipe argentine officielle . sport national , un jeu pratiqué par les simples paysans, une sorte de basket -ball à cheval.

Contrairement aux sports d'équipe, les succès de l'Argentine dans les sports individuels sont inférieurs. L' exception est le tennis , dans lequel plusieurs joueurs ont jusqu'à présent été parmi les meilleurs au monde. Bien connus sont Guillermo Vilas , Juan Martín del Potro , Gastón Gaudio , David Nalbandian et autrefois parmi les dames Gabriela Sabatini . Le squash et le paddle-tennis sont également pratiqués par une grande partie de la population . En natation aussi, il y avait des représentants au sommet du monde, en athlétismed'autre part, à quelques exceptions près, les succès n'ont été obtenus qu'au niveau sud-américain. Dans les arts martiaux , la discipline la plus populaire est la boxe qui, malgré le profil international relativement faible des boxeurs argentins, suscite un grand intérêt médiatique, y compris chez les femmes.

Dans le sport automobile , les rallyes sont particulièrement appréciés en raison des conditions panoramiques . Le Rallye d' Argentine fait partie du Championnat du Monde des Rallyes presque sans interruption depuis 1980 . Pour des raisons de sécurité, le Rallye Dakar se déroule en Amérique du Sud depuis 2009, bien que cela soit controversé pour des raisons culturelles et écologiques. [111] Le point de départ et d'arrivée est Buenos Aires. Cependant, le pilote automobile le plus populaire est l'ancien pilote de Formule 1 Juan Manuel Fangio , avec un total de cinq titres devant Michael Schumacher, longtemps recordman du monde dans cette discipline. Les autres pilotes de Formule 1 à succès étaient José Froilán Gonzálezet Carlos Reutemann . Cependant, l'importance de l'Argentine en Formule 1 a fortement diminué - le Grand Prix d'Argentine , qui s'est tenu à l' Autodromo Juan y Oscar Alfredo Gálvez à Buenos Aires, a eu lieu pour la dernière fois en 1998 ; Gastón Mazzacane était la dernière fois qu'un Argentin a participé à cette classe de course en 2001. En novembre 2012, deux finales ont eu lieu à Bahía Blanca dans le cadre du championnat du monde Speedway Junior U-21. Il y a également eu trois éditions de l' E-Prix de Buenos Aires de 2015 à 2017 dans le cadre du Championnat FIA de Formule E.

Voir également:

vacances publiques

Marche commémorative avec photos de disparus à l'occasion du 30e anniversaire du coup d'État militaire de 1976 (24 mars 2019)

Si un jour férié tombe un samedi ou un dimanche, le lundi suivant est généralement chômé. Cette règle ne s'applique pas au Nouvel An, à Pâques et à Noël, à la fête du Travail, au 24 mars, au 25 mai et au 9 juillet.

Jours fériés supplémentaires qui sont des jours chômés pour les membres de la communauté juive (les dates sont variables et basées sur le calendrier juif ) :

  • deux jours entre le 6 septembre et le 5 octobre : Nouvel An juif ( Rosch Hashanah ; Año Nuevo )
  • un jour entre le 15 septembre et le 14 octobre : Jour des Expiations ( Yom Kippour ; Gran Día del Perdón )

Jours fériés supplémentaires qui sont des jours chômés pour les membres de la communauté musulmane (les dates sont variables et basées sur le calendrier islamique ) :

repas

Asado argentin typique avec de la viande et des saucisses
Locro

Le bœuf est typique de la culture culinaire argentine, traditionnellement préparé sous forme d' asado ou de parrillada sur un gril à bois ou à charbon de bois. D'autres plats argentins courants sont le locro , un ragoût de maïs avec de nombreux ingrédients, et les empanadas , des boulettes farcies.

En matière de boissons, le maté est particulièrement caractéristique et se boit également dans les pays voisins que sont l'Uruguay, le Paraguay, le Chili et le sud du Brésil. C'est une infusion semblable à du thé faite à partir des feuilles séchées et broyées du maté (yerba maté), une plante de la famille du houx. Il se boit à travers une paille en métal, appelée bombilla , et surtout lors d'un rassemblement social et à chaque occasion. Il est de coutume qu'un seul récipient à boire (également appelé maté) en bois ou en citrouille soit versé avec de l'eau chaude mais non bouillante et transmis. Le thé maté se boit souvent en version froide, le tereréest appelé. L'Argentine compte également plusieurs grandes régions viticoles.

homosexualité

L'homosexualité est maintenant largement acceptée socialement en Argentine. En 2010, les couples de même sexe ont été autorisés à se marier ; [112] Dans la ville autonome de Buenos Aires et la province de Río Negro, les couples de même sexe peuvent conclure un partenariat enregistré depuis 2003. Cependant, il n'existe toujours pas de lois anti-discrimination protégeant l'orientation sexuelle au niveau fédéral .

Option de troisième sexe

Depuis 2012, la loi sur l'identité de genre est en vigueur, permettant de modifier une entrée de genre sans évaluation psychiatrique ni chirurgie de changement de sexe . [113] En juillet 2021, l'Argentine devient le premier pays d' Amérique latine à introduire un drapeau pour les personnes non binaires dans les documents d'identité : les cartes d'identité et les passeports peuvent contenir un « X » comme genre. [114]

médias

la télé

L' Argentine a une chaîne de télévision publique , Canal 7 . Il existe également un grand nombre de chaînes de télévision privées locales et nationales qui peuvent être captées par antenne et par câble . Il existe également un grand nombre de chaînes qui ne sont distribuées que par câble et satellite . Les émetteurs les plus connus sont Telefe , Canal 9 , América TV et Canal 13 , captables par antenne , qui diffusent également des programmes locaux dans de nombreuses régions.

Certaines séries télévisées argentines (dont de nombreuses telenovelas , séries familiales , mais aussi des productions hebdomadaires comme Los Simuladores (2002-2003)) sont devenues des succès à l'exportation, notamment vers l'Europe de l'Est, en raison de leurs faibles coûts de production et de leur grande qualité.

L'Argentine, avec l'Uruguay, la Colombie, le Venezuela et Cuba, est impliquée dans la chaîne satellite teleSUR , qui a commencé à émettre en juillet 2005, dans le but d'une plus grande intégration de l'Amérique latine.

radio

La radio est un média très populaire en Argentine. Il existe une abondance de stations de radio publiques et privées. De nombreuses stations de radio privées se trouvent à Cadenas , des chaînes de radio réunies et vous pouvez donc recevoir de nombreuses stations de Buenos Aires dans tout le pays. La radio nationale étrangère Radiodifusión Argentina al Exterior (RAE) existe depuis 1949. Les programmes sont diffusés en allemand, anglais, français et espagnol sur les fréquences 6060, 11 710 et 15 345 kHz. Radio 360 à Euskirchen diffuse également les programmes en allemand sous forme de podcasts . [115] Les rapports de réception sont confirmés par RAE avec des cartes QSL lorsque l'affranchissement de retour est sous forme dejoint aux coupons- réponse internationaux .

presse écrite

Clarín : Première page du 28 juin 1952

Plus de 200 quotidiens sont publiés en Argentine . Les plus diffusés se trouvent à Buenos Aires , notamment Clarín , La Nación , et les tabloïds Diario Popular , La Razón , Perfil , Crónica , Tiempo Argentino , Ámbito Financiero et Buenos Aires Herald . Un journal alternatif de gauche de Buenos Aires est Página/12 avec une section culturelle détaillée. Les journaux à grand tirage d'autres villes comprennent La Capital ( Rosario), le plus ancien journal du pays encore imprimé aujourd'hui, ainsi que La Voz del Interior ( Córdoba ) avec le plus grand tirage à l'intérieur et La Gaceta ( Tucumán ). Il convient également de mentionner El Tribuno , publié en trois éditions différentes dans les provinces de Salta, Tucumán et Jujuy.

Plus récemment, un certain nombre de journaux ont pris de l'importance dans les grandes villes, distribués gratuitement, notamment dans les bus et les trains (par exemple, La Razón et El Diario del Bolsillo ).

L'Argentine compte également un grand nombre de magazines et d'hebdomadaires. Les magazines d'information les plus connus sont Noticias et Veintitrés , tandis que le journalisme tabloïd à grand tirage est Gente et Paparazzi . En outre, de nombreuses éditions locales de magazines internationaux sont publiées.

Médias de langue allemande

Le quotidien argentin est publié à Buenos Aires depuis 1878. Il parut quotidiennement entre 1889 et 1981, mais fut ensuite transformé en hebdomadaire pour des raisons économiques . Le Deutsche La Plata Zeitung a également été publié entre 1880 et 1945 .

A la radio, par exemple, la station Radio Popular propose une émission appelée « Treffpunkt Deutschland », qui est diffusée le dimanche de 10h à 14h en ondes moyennes 660 kHz et via Internet. Sur ondes courtes 15 345 kHz, la station de radio Radiodifusión Argentina al Exterior diffuse du lundi au vendredi une émission d'une heure en allemand, qui peut également être entendue sur Internet.

liberté de la presse

L'organisation non gouvernementale Reporters sans frontières considère que le paysage médiatique argentin est diversifié mais politiquement polarisé. Elle voit des problèmes reconnaissables pour la liberté de la presse. [116]

Voir également

Portail : Argentine  - Aperçu du contenu de Wikipédia lié à l'Argentine

Littérature

liens web

Wiktionnaire : Argentine  - explications de la signification, origine des mots, synonymes, traductions
Commons : Argentine  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio
Wikivoyage : Argentine  - Guide de voyage
Wikisource : Argentine  - Sources et textes intégraux
Wikimedia Atlas:  Cartes géographiques et historiques de
 Wikinews : Argentine  - dans l'actualité

les détails

  1. CIA World Factbook, consulté le 11 février 2015
  2. a b c population totale. Dans : Base de données des perspectives de l'économie mondiale. Banque mondiale , 2021, consulté le 28 mars 2022 (anglais).
  3. Croissance démographique (% annuel). Dans : Base de données des perspectives de l'économie mondiale. Banque mondiale , 2021, consulté le 28 mars 2022 (anglais).
  4. Base de données des perspectives de l'économie mondiale, octobre 2021. Dans : Base de données des perspectives de l'économie mondiale. Fonds monétaire international , 2021, consulté le 28 mars 2022 (en anglais).
  5. Tableau : Indice de développement humain et ses composantes . Dans : Programme des Nations Unies pour le développement (éd.) : Rapport sur le développement humain 2020 . Programme des Nations Unies pour le développement, New York, p. 343 ( undp.org [PDF]).
  6. Chapitre 1 de la Constitution argentine, site du Sénat argentin
  7. Instituto Geográfico Militar ( Memento du 9 novembre 2005 dans Internet Archive ).
  8. Marché haussier . Dans : L'Économiste . 4 août 2018, p. 34 (anglais, issuhub.com [consulté le 25 mai 2019]).
  9. Alfons Deter : Les exportations de bœuf de l'Argentine sont en voie de reprise. Dans : topagrar.com. 29 janvier 2018, récupéré le 25 novembre 2018 .
  10. Leonardo Oliva - Gustavo Guevara : Según un relevamiento inédito, nuestra provincia no es la que más montañas tiene, como tampoco la de mayor proporción de altura. Dans : Los Andes. Raúl Pedone, 22 avril 2018, consulté le 26 mai 2022 (espagnol).
  11. Histoires d'immigrants italiens en Argentine | Enquête Argentine. Consulté le 4 mars 2022 .
  12. Delfina Campos : El mito de la "nación blanca". In: El mito de la "nación blanca": por qué Argentina necesita repensar su identidad nacional. Redacción - Periodismo Humano, 13 juillet 2021, récupéré le 4 mars 2022 .
  13. Sergio Avena et al. : Hétérogénéité du mélange génétique dans différentes régions d'Argentine. Dans : journaux.plos.org. 10 avril 2012, consulté le 22 janvier 2019 (anglais).
  14. M Caputo, MA Amador, A Sala, A Riveiro dos Santos, S Santos : Héritage génétique ancestral de la population existante d'Argentine tel que prédit par les DIP autosomiques et X-chromosomiques . Dans : Génétique moléculaire et génomique . ruban 296 , non. 3 , 1er mai 2021, ISSN  1617-4623 , p. 581–590 ( springer.com [consulté le 4 mars 2022]).
  15. Gabriela Navarra: Al final...,¿Llegamos de los barcos? Dans : La Nation . 4 septembre 2011, ISSN  0325-0946 ( com.ar [consulté le 4 mars 2022]).
  16. Littérature rom en Argentine - un aperçu - RomArchive. Consulté le 12 février 2021 .
  17. Laudongasse 40 : Les mal-aimés. Consulté le 12 février 2021 .
  18. Cuadro 14.1 – Total del país según provincias. Total de hogares y hogares donde al menos una persona se reconoció perteneciente o descendantiente de un pueblo indígena (HI). Año 2001. (XLS; 20 ko) (N'est plus disponible en ligne.) In: indec.gov.ar. Archivé de l' original le 8 décembre 2006 ; Consulté le 6 novembre 2018 (espagnol).
  19. En la Argentina viven 1,8 million de extranjeros. Dans : lavoz.com.ar. 4 septembre 2014, récupéré le 4 septembre 2020 (espagnol).
  20. Statistiques d'immigration de l'INDEC par province ( Memento du 13 mai 2005 aux Archives Internet ).
  21. Migration Report 2017. (PDF) ONU, consulté le 30 septembre 2018 (anglais).
  22. Immigration 1857-1920. Dans : migraciones.gov.ar. Consulté le 4 mars 2022 .
  23. Ministerio de Justicia y Derechos Humanos : Ley 6604. 2010, consulté le 29 novembre 2020 (espagnol).
  24. Poder Legislativo de Corrientes : Ley No 5598. (PDF) Récupéré le 29 novembre 2020 (espagnol).
  25. Nombre de membres d'un groupe autochtone âgés de plus de 5 ans qui parlent leur propre langue (Recensement 2001, INDEC) ( MS Excel ; 27 ko).
  26. Augsburger Allgemeine du 20 mai 2010, rubrique La date
  27. a b c d Argentine. Dans : Département d'État des États-Unis. Récupéré le 18 mai 2019 (anglais américain).
  28. Primera Encuesta sobre creencias y atitudes religiosas en Argentine. (PDF; 590 ko) Dans : ceil-conicet.gov.ar. 26 août 2008, récupéré le 1er septembre 2018 (espagnol).
  29. Barbara Hans : Élection à Rome - Le Pontife surprise. Dans : spiegel.de. 13 mars 2013, récupéré le 4 janvier 2019 .
  30. ^ Argentine. Dans : Rapport international sur la liberté religieuse 2010. US Dep. of State, 2010, consulté le 25 février 2019 (anglais américain).
  31. Rapport Latinobaromètre 2013/2014
  32. a b c d e f Instituto Nacional De Estadistica Y Censos – Republica Argentina. Récupéré le 7 juillet 2020 (espagnol, anglais).
  33. Croissance du PIB (% annuel) - Argentine | Données. Consulté le 23 décembre 2019 .
  34. L'Argentine soutient l'agriculture . In: Nouveau journal zurichois . 30 janvier 2017 ( NZZ Archiv; payant [consulté le 13 avril 2019]).
  35. Jürgen Vogt : Nouveau président en Argentine : « Nous sommes de retour ! » Dans : Le quotidien : taz . 11 décembre 2019, ISSN  0931-9085 ( taz.de [consulté le 23 décembre 2019]).
  36. Silvia Pisani : Inédita sanción del FMI al país por el Indec. Dans : lanacion.com.ar . 2 février 2013, récupéré le 28 août 2018 (espagnol).
  37. Michael Riekenberg : Une petite histoire de l'Argentine . Beck, Munich 2009, p. 104-105 .
  38. Voir les procès- verbaux des sentences arbitrales internationales . ruban IX . ONU , 20 novembre 1902, Affaire de la frontière de la Cordillère des Andes (Argentine, Chili) , p. 37–49 (anglais, un.org [PDF ; 267 Ko ; consulté le 24 septembre 2018]).
  39. David X. Noack : Pétrole et bétail : les relations Argentine-Union soviétique et la lutte pour le pétrole argentin pendant l' Etapa Radical (1916-1930) amerika21.de 9 septembre 2015
  40. Cf. Hannes Bahrmann , Rattennest. L'Argentine et les nazis , Ch. Links Verlag, Berlin 2021
  41. Indice pour une cachette pour les nazis dans la jungle - le bâtiment devrait avoir environ 75 ans. Dans : orf.at . 23 mars 2015, consulté le 6 janvier 2020.
  42. Par exemple en mettant en place des systèmes de sécurité sociale, voir Patricia Flier : La sécurité sociale en Argentine. La sécurité sociale 1943-1976, in : Annuaire de recherches sur l'histoire du mouvement ouvrier , n° I/2005.
  43. A. Argento : Paula, tu es Laura !Enfants kidnappés en Argentine. Ch. Liens Verlag, Berlin 2010, ISBN 978-3-86153-593-5
  44. Mark P. Jones, Wonjae Hwang, Juan Pablo Micozzi : Gouvernement et opposition au Congrès argentin, 1989-2007, dans : Journal of Politics in Latin America 1/2009. p. 67–96 .
  45. Résultats officiels de l'élection de 2007 selon la Poste argentine ( Memento du 13 décembre 2007 aux Archives Internet ).
  46. Kirchner déjà la présidence de la PJ ; lo reemplaza Scioli, que no asumirá su banca. Dans : lanacion.com.ar . 29 juin 2009, récupéré le 16 avril 2020 (espagnol).
  47. Elecciones Argentinas 2015. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : elecciones.gov.ar. Dirección Nacional Electoral Archivé de l' original le 2015-08-16 ; Récupéré le 24 avril 2020 (espagnol).
  48. Anne Herrberg : Un conservateur met fin à l'ère Kirchner. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : tagesschau.de. 23 novembre 2015, archivé de l' original le 24 novembre 2015 ; récupéré le 6 avril 2020 .
  49. Nicole Rütti : Le président Macri se bat contre le temps. Dans : nzz.ch. 10 mai 2018, récupéré le 4 avril 2019 .
  50. Holger Zschäpitz : Effondrement du peso : l'Argentine fait face à la neuvième faillite nationale . 3 septembre 2019 ( welt.de [consulté le 11 décembre 2019]).
  51. Argentine - Les manifestants appellent à un programme anti-faim en Argentine. Dans : Temps en ligne . 12 septembre 2019, récupéré le 11 décembre 2019 .
  52. Uni Bern , wipo.int : Constitution de l'Argentine
  53. Jad Adams : Les femmes et le vote. Une histoire mondiale. Oxford University Press, Oxford 2014, ISBN 978-0-19-870684-7 , page 326.
  54. Mart Martin, L'Almanach des femmes et des minorités dans la politique mondiale. Westview Press Boulder, Colorado, 2000, p. 10.
  55. - Nouveau Parline : la plateforme de données ouvertes de l'UIP (bêta). Dans : data.ipu.org. Consulté le 29 septembre 2018 (anglais).
  56. Index des États fragiles : données mondiales. Fund for Peace , 2021, consulté le 28 mars 2022 (en anglais).
  57. Index de la démocratie de l'Economist Intelligence Unit. The Economist Intelligence Unit, 2021, consulté le 28 mars 2022 .
  58. Pays et Territoires. Freedom House , 2022, consulté le 28 mars 2022 (en anglais).
  59. Classement mondial de la liberté de la presse 2021. Reporters sans frontières , 2021, consulté le 1er mai 2021 (anglais).
  60. IPC 2021 : Classement tabulaire. Transparency International Allemagne e. V., 2022, consulté le 28 mars 2022 (anglais).
  61. Politique étrangère. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : auswaertiges-amt.de. mars 2017, archivé de l' original le 17 décembre 2019 ; récupéré le 12 juillet 2017 .
  62. Ministère de la Défense 2004.
  63. Argentine : Fin de l'amnistie pour les criminels de la dictature. Dans : Miroir en ligne . 13 août 2003, récupéré le 12 novembre 2018 .
  64. Accueil | SIPRI. Consulté le 10 juillet 2017 (en anglais).
  65. La Nacion, 15 mai 2006.
  66. The World Factbook : Field Listing : Alphabétisation. CIA, consulté le 12 novembre 2018 (en anglais).
  67. Ley Educ. technique y Formación Profesional 26.058, Daniel Filmus, ministre de l'Éducation, de la Science et de la Technologie dans une interview à « Caras y Caretas », mai 2006, pág. 26
  68. Résultats PISA sur Spiegel Online : sciences naturelles , compréhension écrite , mathématiques .
  69. Caras & Caretas n° 2.198 ; p.50.
  70. Portail de la Région Norte Grande .
  71. ↑ Procès -verbal de la fondation de la Región Patagonica ( Memento du 6 mai 2006 dans Internet Archive ).
  72. a b c Argentine 2020. Récupéré le 19 octobre 2021 .
  73. Classements mondiaux 2018 | Indice de performance logistique. Consulté le 14 septembre 2018 (en anglais).
  74. a b Sebastian Schoepp : Dernier train vers nulle part. Dans : sueddeutsche.de . 17 mai 2009 , récupéré le 29 juillet 2020 .
  75. Alstom : commande de poids lourds en provenance d'Argentine. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : eurailpress.com. 6 juillet 2007, archivé de l' original le 27 septembre 2007 ; récupéré le 21 mai 2019 .
  76. a b c d Le World Factbook
  77. SÍNTESIS DEL MERCADO ELECTRICO MAYORISTA DE LA REPÚBLICA ARGENTINA. (PDF) Comisión Nacional de Energía Atómica (CNEA), 1er août 2018, p. 5 , consulté le 29 avril 2019 (espagnol).
  78. La Chine construit un parc éolien en Argentine. Dans : orf.at. 22 novembre 2015, récupéré le 27 juillet 2019 .
  79. WindTech : Enercon ouvre de nouveaux canaux pour l'énergie verte . Dans : Windpower Monthly , 22 mars 2018. Consulté le 7 avril 2018.
  80. Poutine en Amérique latine : Accord nucléaire russe avec l'Argentine. Sur : faz.net . 13 juillet 2014, consulté le 3 février 2020.
  81. ^ " L'énergie nucléaire en Argentine". Énergie nucléaire argentine. Association nucléaire mondiale
  82. El Eco Digital : Argentina no construirá las centrales nucleaires Atucha III y Atucha IV , 14 juin 2018, consulté le 13 novembre 2018 (espagnol).
  83. Union internationale des télécommunications (UIT) : Nombre d'abonnements à la téléphonie fixe dans les vingt premiers pays/territoires en 2017. Consulté le 13 novembre 2018 .
  84. L'Argentine est le pays de la région qui a plus de smartphones par habitant. Sur : baenegocios.com. 29 janvier 2018, récupéré le 23 octobre 2019 (espagnol).
  85. Individus utilisant Internet (% de la population). Banque mondiale , consulté le 1er mai 2021 (anglais).
  86. Diario Registrado: ¿Sabes quién maneja el Correo Argentino? 9 février 2017, récupéré le 13 novembre 2018 (espagnol).
  87. a b Économie. Consulté le 12 juillet 2017 .
  88. Tableau : Tendances de l'indice de développement humain, 1990-2019 . Dans : Programme des Nations Unies pour le développement (éd.) : Rapport sur le développement humain 2020 . Programme des Nations Unies pour le développement, New York 2020, ISBN 978-92-1126442-5 , pp. 347 (anglais, undp.org [PDF]).
  89. Avec un indice de Gini de 45,8 (2009), les inégalités étaient plus faibles que dans la plupart des pays d'Amérique du Sud. Dans une comparaison internationale, l'Argentine se classe au 36e rang sur 136 pays en termes d'inégalité des revenus ; elle était donc relativement inégale. A titre de comparaison : l'Allemagne occupait la 126e place avec un indice de 27,0 (2006) ; La Suède était 136e avec un indice de 23,0 (2005).Source : CIA Factbook
  90. Claus Hecking : Argentine - Un pays au bord du gouffre . Dans : Le Temps . Non. 06/2014 , 2014 ( zeit.de [consulté le 28 octobre 2019]).
  91. Stefan Biskamp : L'Argentine risque de perdre le contrôle financier. Dans : welt.de . 6 février 2014, consulté le 8 avril 2020.
  92. a b Argentine : Taux d'inflation de 1998 à 2019 (par rapport à l'année précédente). Dans : de.statista.com. Récupéré le 7 août 2020 .
  93. Argentine – Global Competitiveness Index édition 2017-2018. Dans : reports.weforum.org. Consulté le 7 novembre 2018 .
  94. Rapport sur la compétitivité mondiale édition spéciale 2020 , WEF 2020, pp. 73-75.
  95. Carlos A. Maslaton : Triste historia de la corrupción argentina. Sur : clarin.com . 12 octobre 2018, récupéré le 13 novembre 2018 (espagnol).
  96. Groupe d'intérêt argentin e. V. (N'est plus disponible en ligne.) Archivé de l' original le 2005-03-08 ; récupéré le 29 août 2018 .
  97. Croissance du PIB (% annuel) | Données. Consulté le 26 juillet 2017 (anglais américain).
  98. Base de données des perspectives de l'économie mondiale, Fonds monétaire international, avril 2005.
  99. Rapport pour les pays et sujets sélectionnés. Consulté le 26 octobre 2019 .
  100. Marc Pitzke : Échec des négociations avec les fonds spéculatifs - L'Argentine est en faillite. Dans : spiegel.de. 31 juillet 2014, récupéré le 26 août 2019 .
  101. FMI, page 23, figure 4 (PDF ; 317 ko).
  102. Ministère des Affaires étrangères
  103. World Economic Outlook Database, Fonds monétaire international, avril 2005 (données disponibles uniquement à partir de 1980) .
  104. ^ a b Germany Trade and Invest GmbH: GTAI - compact de données économiques. Consulté le 23 septembre 2017 .
  105. Rapport pour les pays et sujets sélectionnés. Consulté le 23 juillet 2017 (anglais américain).
  106. The Fischer World Almanac 2010: Numbers Data Facts, Fischer, Francfort, 8 septembre 2009, ISBN 978-3-596-72910-4
  107. Hans-Otto Dill : La littérature latino-américaine en Allemagne . Éditeur : Kerstin Störl, Germán de Granda. Francfort-sur-le-Main 2009, p. 45 .
  108. Dieter Reichardt : Littérature engagée et avant-garde en Argentine . Dans : Iberoamericana . ruban 37/38 , non. 2/3 , 1989, p. 51-69 .
  109. World Film Production Report (Excerpt) ( Memento du 8 août 2007 sur Internet Archive ), Screen Digest, juin 2006, pp. 205–207, récupéré le 3 octobre 2015.
  110. Production de longs métrages - Genre. Consulté le 30 décembre 2018 .
  111. Le Rallye Dakar détruit le patrimoine culturel. Dans : blickpunkt-latinamerica.de. 21 novembre 2014, récupéré le 10 novembre 2019 .
  112. Message : Es ley el matrimonio entre personas del mismo sexo. Dans : LaNación.com.ar . 15 juillet 2010. Récupéré le 25 juillet 2021 (espagnol).
  113. Goethe-Institut Chili : Politique du moi : Identité et genre en Argentine. Dans : Goethe.de. Juin 2015, récupéré le 25 juillet 2021 (traduit par Inka Marter).
  114. News (CNN) : L'Argentine introduit une carte d'identité non binaire. Dans : Euronews . 22 juillet 2021, récupéré le 25 juillet 2021 ( décret argentin ).
  115. radio360.eu
  116. Argentine. Reporters sans frontières, consulté le 1er mai 2021 .
  117. Darin Fritz Kalmar , Discours à La Paz à la fin de la guerre 1945, n° 4, pp. 52-56 ; hors focus : Florian Müller, dommage bilan d'une politique culturelle. La dictature militaire de 1976-1983 a non seulement fait la guerre au peuple, mais aussi aux livres. Idem. p. 49-52

Coordonnées : 35°  S , 58°  O