Élection fédérale 2017

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
2013Élection au
19e Bundestag 2017
2021
(seconde voix) [1]
 %
40
30
20
dix
0
32,9
20,5
12.6
10.7
9.2
8.9
5.0
Les gains et pertes
par rapport à 2013
 %p
   8ème
   6
   4
   2
   0
  -2
  -4
  -6
  -8ème
-dix
−8,6
−5,2
+7,9
+5,9
+0,6
+0,5
−1,3
Répartition des sièges au 19e Bundestag allemand
      
Un total de 709 places

L' élection du 19e Bundestag allemand a eu lieu le 24 septembre 2017 . [2] La participation a été de 76,2 %, soit environ 5 points de pourcentage de plus qu'en 2009 (70,8 %) et 2013 (71,5 %) et est en baisse depuis le précédent pic de 1972 (91,1 %). [3]

Le groupe le plus fort du nouveau Bundestag était le groupe parlementaire CDU/CSU , avec une part de 32,9 % des seconds votes valables et une perte de 8,6 points de pourcentage , qui a ainsi obtenu son plus mauvais résultat depuis 1949 . Avec 38,8 % , la CSU , qui ne concourt qu'en Bavière, réalise son plus mauvais résultat depuis l'élection de 1949 (2013 : 49,3 %). [4] Avec 20,5 %, le SPD a obtenu son plus mauvais résultat à une élection fédérale. L' AfD a obtenu 12,6% et fait son entrée au Bundestag pour la première fois. Le FDP , 2013 à la barre des 5 %a échoué, a emménagé avec 10,7 %. Gauche (9,2%) et Verts (8,9%) progressent légèrement en voix.

Ainsi, 709 candidats, qui se présentaient pour sept partis différents, ont été élus au 19e Bundestag . La CDU et la CSU ont un groupe parlementaire commun , et les cinq autres partis ont chacun leur propre groupe parlementaire .

La grande coalition au pouvoir composée de la CDU/CSU et du SPD a recueilli 53,4 % des voix (après 67,2 % aux élections fédérales de 2013 ).

suffrage et organisation

Bulletin de vote pour l'élection fédérale dans la circonscription 220 ( Munich -Ouest/Mitte)

Changements de date et d'organisation

Conformément à l'article 39 de la Loi fondamentale , l'élection a eu lieu au plus tôt 46 et au plus tard 48 mois après la réunion du 18e Bundestag allemand. Le 18e Bundestag allemand s'est réuni le 22 octobre 2013. En conséquence, l'élection, qui doit avoir lieu un dimanche ou un jour férié conformément à l'article 16 de la loi électorale fédérale , aurait dû avoir lieu les 27 août, 3, 10, 17, 24 septembre, 1er, 3 septembre. ( Jour de l'unité allemande ), le 8 août, le 15 octobre ou le 22 octobre 2017 au plus tard. [5] Sur proposition du Cabinet fédéral du 18 janvier 2017, le président fédéral Joachim Gauck a terminéle 23 janvier 2017 a publié l'ordonnance le 24 septembre 2017 comme jour des élections au Bundestag, le 26 janvier 2017, il a été annoncé dans le Journal officiel fédéral (Journal officiel fédéral I p. 74 ).

En mars 2017, le code électoral fédéral a été modifié; depuis lors, photographier et filmer dans l'isoloir est expressément interdit ( article 56 alinéa 2 phrase 1 BWO). [6] [7]

Le vote par correspondance avant la date réelle des élections était possible en demandant une carte d'électeur en personne ou par écrit (parfois également en ligne) auprès de la municipalité ou du district concerné avant le 22 septembre 2017. [8]

circonscription électorale

En 2017, le territoire fédéral était divisé en 299 circonscriptions ( loi électorale fédérale (LLB) du 3 mai 2016). Pour l'élection fédérale de 2017, la législature a redéfini un total de 34 circonscriptions sur la base du statut territorial du 29 février 2016 par rapport au découpage des circonscriptions précédentes. [9]

électeurs éligibles

Selon le directeur fédéral du scrutin, 61 688 485 Allemands avaient le droit de voter le jour des élections en Allemagne, dont 31,7 millions de femmes et 29,8 millions d'hommes. Environ 3 millions d'entre eux votaient pour la première fois. [dix]

partis et candidats

Les partis disposant de listes nationales et de candidats directs ainsi que les particuliers en tant que candidats directs pouvaient participer aux élections au Bundestag. Partis qui n'ont pas été représentés au Bundestag (CDU, SPD, Gauche, Verts et CSU) ou dans un parlement d'État sans interruption depuis leur dernière élection en raison de leurs propres propositions électorales avec au moins cinq députés (FDP, AfD, Freie Wahler) avaient jusqu'au 19 juin 2017 (97e jour avant l'élection) déclarer leur participation au directeur fédéral du scrutin. Cela a été fait par 63 partis et associations politiques . Outre les huit partis susmentionnés, 40 autres associations ont été reconnues comme partis. [11]Les listes d'État et les candidats directs devaient être soumis avant le 17 juillet 2017. Les partis qui n'étaient pas représentés au Bundestag ou dans un parlement d'État d'au moins cinq membres devaient soumettre des signatures de soutien pour leurs listes d'État et leurs candidats directs. Le 28 juillet 2017, les commissions électorales des États ont décidé de l'approbation de ces nominations. Au total, les listes d'État de 34 partis ont été autorisées à voter.

Les membres des huit partis suivants se sont présentés comme candidats de circonscription :


Les six partis suivants admis aux élections ne se sont pas présentés :

Aperçu des partis qui ont participé aux élections du Bundestag en 2017 ou qui n'ont pas été admis

Les listes de pays approuvées dans les différents pays dans l'ordre sur les bulletins de vote : [12]

Top candidats et têtes de liste

Les partis désignent traditionnellement leurs « meilleurs candidats », qu'ils dirigent politiquement lors de la campagne électorale fédérale. Les deux plus grands partis (CDU/CSU et SPD au niveau fédéral) désignent presque toujours le premier candidat comme un « Kanzlerkandidaten », dont chacun se présente dans le but de devenir chancelier de la République fédérale d'Allemagne. Les termes « candidat chancelier » ou « tête de liste » ne sont pas ancrés dans la loi électorale. Le chancelier fédéral n'est pas élu directement, mais par les membres du Bundestag allemand. Au niveau fédéral, la nomination des candidats au sommet ou à la chancellerie revêt une grande importance politique. Dans les différents États fédéraux, les chefs de liste de la liste d'État d'un parti sont également souvent appelés les meilleurs candidats.

Des partis régulièrement cités dans les sondages

CDU/CSU

La chancelière Angela Merkel , en poste depuis 2005, a annoncé le 20 novembre 2016 qu'elle souhaitait briguer un quatrième mandat en 2017. [14] Fin janvier 2017, le chef du parti CSU, Horst Seehofer , a précisé que Merkel serait la candidate conjointe à la chancellerie de la CDU et de la CSU. [15]

SPD

Le chef du parti SPD de l'époque , Sigmar Gabriel , a annoncé le 24 janvier 2017 qu'il renoncerait à la candidature à la chancellerie et à la direction du parti au profit de Martin Schulz . Schulz a été nommé par l'exécutif du parti le 29 janvier comme candidat à la chancellerie et le 19 mars 2017 lors d'une conférence extraordinaire du parti fédéral avec 100% des voix valides, il a été élu à l'unanimité président du parti et candidat à la chancellerie du SPD. [16]

La gauche

En décembre 2016, l'exécutif du Parti de gauche a choisi les chefs de groupe parlementaire Sahra Wagenknecht et Dietmar Bartsch comme leurs meilleurs candidats pour les élections fédérales. En outre, l'exécutif du parti a annoncé qu'en cas d'éventuelles négociations de coalition, la direction du parti, i. H Katja Kipping et Bernd Riexinger , qui décide de leur mise en œuvre.

Alliance 90 / Les Verts

Lors d'un vote primaire et postal du duo de tête, quatre candidats se sont présentés aux élections. 58,96% des quelque 60 000 membres du parti y ont participé. Le résultat est annoncé le 18 janvier 2017 : Katrin Göring-Eckardt est la seule candidate à la place réservée aux femmes, et elle recueille 70,63 % des voix. Cem Özdemir a obtenu 35,96 % des voix, 75 voix de plus que Robert Habeck avec 35,74 %. Anton Hofreiter a pu gagner 26,19%. [17] [18] Özdemir est arrivé à la deuxième place à Bade-Wurtemberg, avec une femme prévue pour la première place.

PDF

En novembre 2016, le chef du parti Christian Lindner a été élu premier candidat aux élections régionales de 2017 en Rhénanie du Nord-Westphalie et aux élections fédérales. [19]

AfD

En novembre 2016, le conseil exécutif fédéral de l'AfD a décidé de se présenter aux élections avec une « équipe de tête » au lieu d'un candidat de tête. [20] Cela a été décidé le 23 avril 2017 lors de la conférence du parti fédéral à Cologne . 67,7% des délégués ont voté en faveur de la nomination d' Alexandre Gauland et d'Alice Weidel comme meilleurs candidats. [21] [22]

autres parties

  • Le parti People, Environment, Animal Welfare n'a pas nommé de meilleurs candidats à l'échelle nationale, car il souhaite rendre son programme électoral fédéral et ses revendications politiques de base éligibles. En plus des 69 personnes inscrites sur les listes de l'État, neuf personnes se sont également présentées pour le premier vote dans les circonscriptions. [23]
  • Alliance pour le revenu de base (BGE) - Le parti du revenu de base s'est présenté sans candidats directs avec des listes d'État pour le deuxième vote . [24]
  • L' ÖDP n'a pas présenté de tête de liste nationale, mais des chefs de liste pour les listes d'État.
  • Le candidat chancelier de Die PARTEI était Serdar Somuncu . [25]
  • Les meilleurs candidats du Parti Pirate étaient Anja Hirschel, Sebastian Alscher et René Pickhardt. [26]
  • Avec Rhaffi Hadizadeh Kharazi , le Berlin Alliance Mountain Party, le parti dominant, a nommé pour la première fois une candidate au poste de chancelière. [27]
  • Philipp Schaub était le premier candidat du Parti Humaniste . [28]
  • Le premier candidat du parti bavarois était Richard Progl de Munich .

programmes électoraux

Des partis régulièrement cités dans les sondages

CDU/CSU

Le programme électoral conjoint de la CDU et de la CSU a été décidé le 3 juillet 2017. [29] Un projet de programme a été publié le même jour. [30]

SPD

Le 25 juin 2017, les délégués à la conférence du parti à Dortmund ont décidé du programme électoral intitulé « Il est temps pour plus de justice ». [31]

La gauche

Le programme électoral a été adopté du 9 au 11 juin 2017 lors du congrès du parti à Hanovre . [32]

Alliance 90 / Les Verts

Le programme électoral a été décidé du 16 au 18 juin 2017 lors d'une conférence du parti programme à Berlin . Le texte final du programme a été publié le 26 juin 2017. [33]

PDF

Le programme électoral a été décidé le 30 avril 2017 lors de la conférence du parti fédéral à Berlin. [34]

AfD

Le programme électoral a été décidé le 23 avril 2017 lors de la conférence du parti fédéral à Cologne . [35] [36]

autres parties

L' Association fédérale des votants libres est issue de l' Association fédérale des votants libres Allemagne , au sein de laquelle sont regroupées les communautés électorales municipales , et est étroitement liée à celle-ci en termes de personnel.

Le Parti pour le travail, l'État de droit, le bien-être animal, la promotion des élites et une initiative démocratique de base ( Apronyme : PARTEI ) est un parti politique allemand à caractère satirique , fondé en 2004 par les rédacteurs en chef du magazine satirique Titanic .

Le parti Human Environment Animal Welfare s'est présenté aux élections fédérales sous le slogan "Une politique honnête pour tous - des alternatives au manque d'alternatives". [37]

Le Parti pirate allemand a publié son programme électoral fin juin. [38]

Le programme politique fédéral de l' ÖDP a été décidé le 12 mars 2017 lors de la conférence du parti fédéral à Francfort et avait pour devise "Les gens avant le profit". [39]

L ' Alliance for Basic Income prône l' introduction d ' un revenu de base inconditionnel . [40]

Les demandes de campagne du DiB pour les élections fédérales ont été adoptées lors de la 2e conférence du parti fédéral le 27 août 2017 à Cologne. [41]

Le Parti pour la recherche en santé a participé aux élections du Bundestag pour la première fois. Il appelle à des investissements ciblés dans la recherche et le développement de thérapies causales contre les maladies liées à l'âge. [42]

Le parti Die Grauen – Pour toutes les générations , qui n'a été fondé qu'en 2017, a souligné le danger de la pauvreté chez les personnes âgées dans son programme électoral de 2017 et a appelé à une attention politique pour les familles. [43]

Le Parti humaniste s'est présenté pour la première fois aux élections du Bundestag de 2017 et, dans son programme de base, appelle à une politique humaniste axée sur l'éducation, la recherche, la sécularisation et l'autodétermination. De plus, le parti veut un Parlement européen plus fort . [44]

déclarations de la coalition

Au début de l'année électorale, les représentants de la CDU et du SPD se sont prononcés contre le maintien de la grande coalition après les élections fédérales. Le politicien de la CDU et secrétaire d'État parlementaire au ministère fédéral des Finances, Jens Spahn , a déclaré qu'une grande coalition n'était pas recherchée. [45] Le chef de faction du SPD, Thomas Oppermann , a également rejeté cela fin janvier 2017. [46] La secrétaire générale du SPD à l'époque , Katarina Barley , a déclaré que personne au sein du SPD ne voulait que la grande coalition continue. [47] Tous les partis représentés au Bundestag lors de la 18e législature et le FDP ont rejeté une coalition avec l'AfD .

position initiale

(secondes voix) [48]
 %
50
40
30
20
dix
0
41,5
25,7
8.6
8.4
4.8
4.7
2.2
4.1

Lors des élections fédérales de 2013, le FDP est resté sous le seuil des 5 % et n'était donc pas représenté au 18e Bundestag allemand . La précédente coalition gouvernementale CDU, CSU et FDP a ainsi perdu sa majorité au Bundestag. Malgré de solides gains de cinq sièges , les partis de l' Union ont raté la majorité absolue des sièges au Bundestag . Le SPD a légèrement gagné, mais a clairement raté l'objectif d'une majorité rouge-vert . Bündnis 90/Die Grünen a perdu des voix, tout comme Die Linke , qui a cependant formé pour la première fois le troisième groupe parlementaire du Bundestag.

L' Alternative pour l'Allemagne , fondée en février 2013, n'a pas réussi à se hisser au 18e Bundestag avec 4,7 %. Le Parti Pirate Allemand l'a raté avec 2,2%. Au total, 15,8 % des suffrages exprimés en 2013 n'ont pas été pris en compte au parlement en raison de l' obstacle de 5 % en Allemagne .

La CDU, la CSU et le SPD se sont ensuite mis d'accord sur une grande coalition sous la chancelière Merkel. Le cabinet Merkel III a prêté serment le 17 décembre 2013.

sondages et prévisions

Lors de cette élection fédérale, il y avait pour la première fois des offres journalistiques et scientifiques à plus grande échelle, qui ont créé des prévisions sur le résultat de l'élection sur une base statistique à partir des données d'enquête agrégées et de diverses données cadres - suivant le modèle du journalisme de données dans aux États-Unis , qui a notamment été utilisé par Nate Silver depuis l' élection présidentielle de 2008 , est devenu populaire. [49]

cours des sondages

Résultats d'enquêtes menées par les instituts ( A )llensbach, ( E )MNID, ( F )ORSA, groupe de recherche ( W )ahlen, ( G )MS, Infratest ( D )imap, ( I )NSA et IPSO( S ) entre 27 Septembre 2013 et 21 septembre 2017.
Couleurs : CDU/CSU, SPD , Gauche , Vert , FDP , AfD , Pirates , FW . Points de départ : résultats des élections fédérales de 2013. Points finaux : résultats des élections fédérales de 2017.

Après l'élection fédérale de 2013-2014

Après la formation d'une coalition gouvernementale composée de la CDU, de la CSU et du SPD après les élections fédérales de 2013 , les sondages jusqu'à la fin de 2014 n'ont guère montré de changements dans l'humeur politique. L'Union, le SPD, la Gauche et les Verts étaient largement proches de leurs résultats aux élections fédérales. Avec des valeurs d'environ 5%, cela s'appliquait également aux partis FDP et AfD, qui ne sont pas représentés au Bundestag, où l'AfD, contrairement au FDP, était régulièrement au-dessus de la barre des 5%. Après la mauvaise performance de l'élection de 2013, seuls les instituts de sondage d'opinion INSA et GMS ont publié des sondages pour le Parti pirate, ce dernier également pour les électeurs libres . Depuis fin 2015, ces instituts ne reportaient plus les valeurs non plus.

En août et septembre 2014, trois élections d'État ont eu lieu en Allemagne de l'Est en deux semaines, après quoi le FDP a dû quitter les parlements d'État de Saxe, de Brandebourg et de Thuringe, tandis que l'AfD a emménagé dans les trois parlements. Dans une enquête Forsa publiée peu après les élections régionales, l'AfD s'affichait pour la première fois avec une valeur à deux chiffres (10%), tandis que le FDP était à 2%. Tous les autres partis ont continué à osciller autour du niveau de l'élection fédérale de 2013. Le 14 novembre 2014, pour la première fois dans l'histoire des sondages d'opinion sur le sentiment politique, le groupe de recherche Wahlen n'a pas donné de valeur pour le FDP, mais a répertorié parmi les autres partis ; également de Infratest dimaple FDP a été enregistré sous « Autre » pour la première fois le 19 décembre 2014. À partir de janvier 2015, les deux instituts ont de nouveau indiqué les chiffres d'enquête du FDP.

2015

Dans la première moitié de 2015 , il n'y avait encore que des changements marginaux dans les valeurs des partis. Les partis de l'Union se sont rarement affichés en dessous de 40%, le SPD et la Gauche ont continué à monter régulièrement, les Verts légèrement au-dessus du niveau de l'élection fédérale de 2013. Contrairement à 2014, les élections régionales à Brême et à Hambourg n'ont eu aucun impact sur le national s'orienter. En raison de conflits internes au parti, les sondages de l'AfD ont de nouveau chuté, tandis que le FDP a légèrement rattrapé son retard ; les deux variaient entre 4% et 5%.

La crise des réfugiés à l'automne 2015 a considérablement modifié le climat politique en Allemagne et les sondages. L'Union a perdu l'approbation dans les sondages, tandis que l'AfD a progressé et a clairement dépassé la barre des 5 %.

2016

Malgré des pertes importantes, l' Union reste clairement la force la plus forte de la tendance nationale pour l'ensemble de l'année avec 32 à 35 %. Au cours de l'année, les premières pertes importantes ont été enregistrées dans le SPD, qui n'a été observée qu'entre 20 et 23 %. Les Verts ont pu augmenter de manière significative et ont toujours été affichés à deux chiffres, ce qui a placé le parti à la troisième ou quatrième place, à peu près à égalité avec l'AfD, qui était de 12 à 15% et a de nouveau pu entrer dans les parlements des États pour le première fois, avec des résultats record. La gauche s'est montrée résistante aux fluctuations des sondages et se situait dans un couloir de 8 à 10 %. Le FDP dépasse la barre des 5 % sans exception depuis février 2016.

2017

Après que la dirigeante de la CDU, Angela Merkel , a déclaré fin 2016 qu'elle se présenterait à nouveau au poste de chancelière, l'Union s'est ensuite légèrement redressée par rapport à son creux dans les sondages. Après la nomination de Martin Schulz comme candidat chancelier fin janvier 2017, le SPD a gagné de nombreux points de pourcentage dans les sondages nationaux, tandis que l'Union a renoncé à ses gains. [50] En février et mars, le SPD parvient à se rapprocher de l'Union dans plusieurs sondages et même à les dépasser dans certains cas. Ce fut le cas pour la dernière fois à l'été 2010. Les deux partis étaient à 30 à 33 pour cent à l'époque. La question de savoir si Merkel ou Schulz gagnerait l'élection était considérée comme complètement ouverte. [51]Outre la CDU/CSU, la Gauche, les Verts et l'AfD ont également perdu plusieurs points de pourcentage après l'investiture de Schulz, seul le FDP restant stable dans les sondages. À partir de ce moment jusqu'à l'élection, aucun parti clairement classé troisième n'a pu être identifié, de sorte que dans les mois suivants, les quatre partis étaient souvent à égalité dans les sondages. Tous se trouvaient dans un couloir d'environ 7 à 11 %.

Malgré la tendance nationale positive, le SPD a perdu les élections régionales de 2017 en Sarre en mars et dans le Schleswig-Holstein en mai, dans certains cas de manière significative contre la CDU, qui a également été associée à la première perte d'un poste de Premier ministre par le SPD pendant Le mandat de 12 ans d'Angela Merkel. En conséquence, les partis de l'Union ont récupéré dans les sondages à l'échelle de l'Allemagne, tandis que le SPD a clairement perdu la faveur des électeurs. [52] Après la défaite du SPD autour du Premier ministre Hannelore Kraft lors des élections régionales en Rhénanie du Nord-Westphalieen mai 2017, l'union au gouvernement fédéral s'est encore plus nettement distanciée des sociaux-démocrates et a pu atteindre jusqu'à 40% à l'été 2017, tandis que le SPD est passé sous le résultat des élections fédérales de 2013 et n'était qu'à environ 20 -25 pour cent. [53] Après leurs nettes victoires aux élections régionales du Schleswig-Holstein et de la Rhénanie du Nord-Westphalie, le FDP était à deux chiffres dans un sondage en mai 2017 pour la première fois depuis le printemps 2010 ; la question de savoir si elle retournerait au Bundestag est depuis considérée comme réglée et sûre. [54]

Quelques jours avant l'élection, l'Union était clairement considérée comme la force la plus forte parmi les instituts avec 34 à 37 %. Les sondeurs ont également convenu que le SPD deviendrait le deuxième parti le plus fort avec 20 à 23 %. Dans la course à la troisième place également, les enquêteurs électoraux ont supposé à l'unanimité que le résultat serait relativement proche entre l'AfD (10-13%), le FDP (9-10,5%) et la gauche (8,5-11%). Les Verts (7-8%) devaient arriver sixièmes.

Quant aux options de coalition possibles, une continuation de la grande coalition et une coalition jamaïcaine étaient les seules options avec une majorité sûre. Il était considéré comme improbable que le noir-jaune et/ou le noir-vert obtienne une majorité, et un gouvernement dirigé par le SPD était presque impossible.

campagnes

Impressions des tournées électorales de divers partis

formats de télévision

Le 30 août 2017, Sat.1 a diffusé une émission avec de hauts représentants des Verts, de la Gauche, du FDP et de l'AfD. [55]

Le 3 septembre 2017, le duel télévisé entre la chancelière sortante Angela Merkel et son challenger Martin Schulz a eu lieu. Il a été organisé et diffusé conjointement par Das Erste , ZDF , RTL et Sat.1 . Les modérateurs étaient Sandra Maischberger , Maybrit Illner , Peter Kloeppel et Claus Strunz . Contrairement à 2013, il était initialement prévu que les binômes modérateurs Illner/Kloeppel et Maischberger/Strunz posent leurs questions l'un après l'autre pendant 45 minutes chacun. [56]L'équipe de Merkel a rejeté ce règlement ; puis les candidats ont été à nouveau interrogés par tous les modérateurs ensemble. [55]

Le 4 septembre 2017, ZDF a diffusé un débat entre les candidats des petits partis représentés au Bundestag ( CSU , Die Linke et Bündnis 90/Die Grünen ). [57] Le 4 septembre 2017, Das Erste a organisé une table ronde avec les meilleurs candidats des partis ( CSU , Die Linke, Bündnis 90/Die Grünen, FDP , AfD ) qui n'étaient pas représentés dans le duel télévisé mais avaient de bonnes perspectives dans les sondages . [58]

Le 21 septembre 2017, Das Erste et ZDF ont organisé un tour de table avec les meilleurs candidats de tous les partis représentés au Bundestag ainsi que le FDP et l'AfD. [59]

Missions de l'OSCE

Sur recommandation de l' institution de l' OSCE , le BIDDH , une équipe de trois experts (Caetana de Zulueta, Marianna Skopa et Dragan Zelic) [60] a été envoyée en Allemagne pour observer les élections au Bundestag . [61] La recommandation était fondée sur des préoccupations concernant l'égalité des chances lors de la campagne électorale et sur les reportages des médias sur les partis non représentés au Bundestag qui étaient parfois perçus comme stigmatisants. [61]

Il y avait aussi une mission de l'Assemblée parlementaire de 56 membres . [60] Elle s'est plainte qu'il n'y a pas de règlement pour compter le nombre de bulletins de vote qui ont été livrés et ceux qui restent. Les cartons contenant des bulletins de vote vierges étaient souvent laissés sans surveillance. [62]

Dans l'ensemble, selon l'OSCE, l'élection s'est déroulée de manière transparente et sans manipulation. Cependant, les observateurs ont également fait des suggestions d'amélioration : étant donné que seulement un peu moins de 30 % des candidats étaient des femmes, ils ont suggéré d'envisager une réglementation légale pour une répartition plus équitable entre les sexes . [63] En particulier, la proportion de femmes parmi les élus de l'AfD au Bundestag, à 10,6 %, était nettement inférieure à celle de tous les autres partis représentés au 19e Bundestag, ce qui entraînait la plus faible proportion de femmes parmi les membres du Bundestag. Parlement depuis les élections fédérales de 1998 (voir proportion de femmes dans les factions du Bundestag ) . . [64]

Dans leur rapport final, les observateurs électoraux ont souligné la particularité que l' Association pour la préservation de l'État de droit et des libertés civiles a fait la publicité de l'AfD avec environ 600 000 exemplaires de l'hebdomadaire Deutschland-Kurier ainsi que des affiches et des publicités en ligne spécialement conçues pour l'élection fédérale. Dans son rapport final, l'OSCE a donc recommandé d'envisager à l'avenir une réglementation par des tiers des campagnes électorales afin d'assurer la transparence et la responsabilité du processus électoral. [65]

résultat

Note totale finale

Le taux de participation a été de 76,2 %. 1,0 % des seconds votes exprimés étaient nuls. [66]

Les élus

Pour une liste des élus, voir Liste des membres du Bundestag allemand (19e mandat électoral) .

Résultats par État fédéral

Dans chaque cas, le parti qui a reçu la plus forte proportion de premier et deuxième votes dans l'État fédéral est coloré.

Résultats du deuxième vote dans les différents États fédéraux

Résultat des seconds votes dans les nouveaux et anciens Länder

Résultat du premier vote par circonscription

Cette carte montre l'affiliation politique des candidats élus au suffrage direct dans les circonscriptions.

  • Résultats du premier vote (candidats directement élus dans les circonscriptions) CDU/CSU : 231 SPD : 59 LINKE : 5 AfD : 3 Verts : 1

    Résultats du premier vote (candidats directement élus dans les circonscriptions) CDU/CSU : 231 SPD : 59 LINKE : 5 AfD : 3 Verts : 1
    
    
    
    
    

Part des seconds votes des partis par circonscription

Les cartes suivantes montrent le résultat du deuxième vote des partis élus au Bundestag dans les circonscriptions.

  • CDU/CSU 13,9 – 25 % > 25 – 30 % > 30 – 35 % > 35 – 40 % > 40 – 53,1 %

    CDU/CSU 13,9 – 25 % > 25 – 30 % > 30 – 35 % > 35 – 40 % > 40 – 53,1 %
    
    
    
    
    

  • DPS 7,8 – 15 % > 15 – 20 % > 20 – 25 % > 25 – 30 % > 30 – 37,8 %

    DSP 7,8-15 % > 15-20 % > 20-25 % > 25-30 % > 30-37,8 %
    
    
    
    
    

  • AfD 4,9 – 10 % > 10 – 15 % > 15 – 20 % > 20 – 25 % > 25 – 35,5 %

    AfD 4,9 – 10 % > 10 – 15 % > 15 – 20 % > 20 – 25 % > 25 – 35,5 %
    
    
    
    
    

  • FDP 5,3 – 9 % > 9 – 11 % > 11 – 13 % > 13 – 15 % > 15 – 19,7 %

    FDP 5,3 – 9 % > 9 – 11 % > 11 – 13 % > 13 – 15 % > 15 – 19,7 %
    
    
    
    
    

  • La gauche 4,2 – 7,5% > 7,5 – 10% > 10 – 15% > 15 – 20% > 20 – 29,3%

    La gauche 4,2-7,5 % > 7,5-10 % > 10-15 % > 15-20 % > 20-29,3 %
    
    
    
    
    

  • Verts 2,2-5 % > 5-8 % > 8-11 % > 11-14 % > 14-21,2 %

    Verts 2,2-5 % > 5-8 % > 8-11 % > 11-14 % > 14-21,2 %
    
    
    
    
    

Participation électorale par circonscription

  • le taux de participation

    le taux de participation

Après l'élection

législation

Le Parlement doit se réunir en session constitutive dans les 30 jours suivant l'élection. La dernière date possible et finalement choisie était le 24 octobre 2017. [69] Avec la convocation du nouveau Bundestag, l'ancienne période électorale ( article 39(1) GG ) et la durée du mandat du gouvernement fédéral ( article 69(2) ) GG ) terminée. Tant qu'aucun nouveau gouvernement n'a prêté serment, le précédent reste en fonction ( article 69, paragraphe 3, de la Loi fondamentale ).

formation du gouvernement

Le soir de l'élection, le SPD a annoncé qu'il ne serait pas disponible pour une grande coalition avec l'Union, mais qu'il passerait dans l'opposition. La seule option de coalition qui n'avait pas été écartée auparavant était une coalition jamaïcaine composée des quatre partis CDU, CSU, FDP et Bündnis 90/Die Grünen.

Après quatre semaines de pourparlers exploratoires pour former une coalition jamaïcaine, le chef du parti du FDP, Christian Lindner , a déclaré les négociations échouées le 19 novembre 2017. [70]

Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier a ensuite eu des entretiens intensifs avec les chefs de parti et rappelé avec insistance aux élus du Bundestag leur obligation de servir le bien commun et de former un gouvernement. [71] Selon l' article 63.1 de la Loi fondamentale , la procédure d'élection du Chancelier fédéral ne peut commencer que sur proposition du Président fédéral.

En conséquence, des pourparlers exploratoires ont eu lieu entre la CDU, la CSU et le SPD, qui se sont conclus le 12 janvier 2018 par la soumission d'un document de 28 pages. [72] [73] Le 21 janvier, lors d'une conférence spéciale du parti du SPD à Bonn, 56,4 pour cent des délégués ont voté pour commencer des négociations de coalition avec les partis de l'Union. Les partisans venaient principalement de la direction du parti, parmi les opposants figuraient le président du Juso Kevin Kühnert et son adjointe Jessica Rosenthal . Après la conclusion des négociations début février, le résultat des négociations est devenu l'accord de coalition avec un vote des membres du SPD, qui n'était pas juridiquement contraignant pour les membres du Bundestagdécidé. [74] Le 7 février 2018, l'Union et le SPD ont convenu d'un accord de coalition. [75]

Le 26 février 2018, la CDU a voté lors d'une conférence du parti pour une nouvelle édition de la grande coalition. [76]

Le 4 mars 2018, il a été annoncé que 66 % des membres du SPD participants avaient approuvé l' accord de coalition de la 19e législature du Bundestag . [77]

Le 14 mars 2018, Angela Merkel a été réélue chancelière et le nouveau cabinet a prêté serment.

Voir également

Littérature

liens web

Communes : Élection fédérale 2017  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio
programmes électoraux des partis

les détails

  1. Résultat final des élections fédérales de 2017. Dans : bundeswahlleiter.de
  2. Le président fédéral / Presse / Le président fédéral Gauck émet une ordonnance sur les élections au Bundestag. Dans : bundespraesident.de. 24 janvier 2017, récupéré le 23 novembre 2017 .
  3. Données officielles du directeur du scrutin fédéral, au 23 octobre 2017
  4. Le pire résultat de la CSU en Bavière depuis 1949. Dans : spiegel.de , 2 octobre 2017.
  5. Élection au 19e Bundestag allemand. Le directeur du scrutin fédéral, récupéré le 6 décembre 2016.
  6. Modification du Code électoral fédéral. Le directeur du scrutin fédéral, consulté le 23 avril 2017 .
  7. Les selfies de vote sont désormais interdits : la croix est une affaire privée. Dans : heise en ligne. Consulté le 23 avril 2017 .
  8. Élection Bundestag 2017 : Voici comment fonctionne le vote par correspondance. Dans : merkur.de. 21 avril 2017, récupéré le 29 avril 2017 .
  9. division de circonscription. Le directeur du scrutin fédéral, récupéré le 28 juillet 2017 .
  10. Directeur du scrutin fédéral Georg Thiel : Bundestagswahl 2017. Directeur du scrutin fédéral, 27 septembre 2017, récupéré le 3 mars 2019 .
  11. 48 partis peuvent participer à l'élection fédérale de 2017. Communiqué du directeur du scrutin fédéral du 7 juillet 2017.
  12. a b c d e f g numéro spécial des candidats aux élections au 19e Bundestag allemand. (PDF) Le directeur du scrutin fédéral, consulté le 9 mars 2019 .
  13. 21 partis admis aux élections fédérales en Bavière. Dans : welt.de. 28 juillet 2017, récupéré le 23 novembre 2017 .
  14. Merkel veut se présenter comme candidate. CDU , 20 novembre 2016, récupéré le 28 novembre 2016 .
  15. Seehofer : Merkel devient la candidate conjointe de l'Union à la chancellerie. Dans : Süddeutsche Zeitung . 29 janvier 2017, récupéré le 26 août 2020 .
  16. cte/Reuters/AFP : Schulz élu chef du parti SPD avec 100 %. Dans : Miroir en ligne . 19 mars 2017 , récupéré le 19 mars 2017 .
  17. Katrin Göring-Eckardt et Cem Özdemir forment le duo de tête des Verts. Dans : Hamburger Abendblatt. 18 janvier 2017, récupéré le 23 avril 2017 .
  18. Katrin Göring-Eckardt et Cem Özdemir remportent l'élection primaire ( Memento du 16 février 2017 dans Internet Archive )
  19. Le FDP s'appuie sur Christian Lindner pour l'année électorale 2017 ( mémento du 1er décembre 2016 dans Internet Archive )
  20. Le leader de l'AfD, Petry, ne sera pas le seul candidat en tête. Dans : Le miroir quotidien . 19 novembre 2016, récupéré le 19 novembre 2016 .
  21. L'AfD choisit Alexander Gauland et Alice Weidel comme meilleurs candidats. Dans : FAZ.net . 23 avril 2017 , récupéré le 23 avril 2017 .
  22. L'AfD choisit un duo de tête inégal : Congrès du parti Gauland et Weidel à Cologne. ( Memento du 24 avril 2017 dans les archives Internet ) Dans : zeit.de , 23 avril 2017, récupéré le 23 avril 2017
  23. tierschutzpartie.de
  24. Réunion publique de la Commission électorale fédérale du 7 juillet 2017 : #BGE peut être sélectionné Extrait de la réunion d'approbation de la Basic Income Alliance , sur youtube.com , 7 juillet 2017. Consulté le 9 juillet 2017.
  25. L'artiste de cabaret Somuncu veut devenir chancelier. 2 décembre 2016, récupéré le 2 décembre 2016 .
  26. ^ " Parti pirate Allemagne : Congrès du Parti fédéral : le trio de tête transporte les PIRATES au Bundestag allemand › Parti pirate Allemagne. 25 mars 2017, récupéré le 23 avril 2017 .
  27. 0sul : la commission électorale fédérale autorise 2017 le parti de la montagne, le supra-parti. 11 juillet 2017, récupéré le 22 août 2017 .
  28. Parti des Humanistes : Congrès fédéral du Parti : Les Humanistes de Rhénanie du Nord-Westphalie › Parti des Humanistes. 11 septembre 2017, récupéré le 11 septembre 2017 .
  29. 10 000 idées pour l'Allemagne. Dans : cdu.de. Consulté le 23 mai 2017 .
  30. Pour un pays dans lequel on vit bien et avec plaisir. Programme gouvernemental 2017-2021. Dans : cdu.de. 3 juillet 2017. Récupéré le 3 juillet 2017
  31. ^ Programme électoral du SPD ( Memento du 25 septembre 2017 dans Internet Archive )
  32. Bundestagswahlprogramm 2017 ( Memento du 10 juillet 2017 dans Internet Archive )
  33. Programme électoral vert pour l'élection fédérale 2017 : L'avenir est fait de courage. Dans : gruene.de. 19 juin 2017, récupéré le 20 juin 2017 .
  34. 68e Congrès ordinaire du Parti fédéral ( Memento du 12 juin 2018 dans Internet Archive )
  35. Programme pour l'Allemagne — Programme électoral de l'Alternative pour l'Allemagne pour l'élection au Bundestag allemand le 24 septembre 2017. (PDF) In : afd.de. Archivé de l' original le 26 septembre 2017 ; récupéré le 25 juin 2017 .
  36. Programme pour l'Allemagne — Résumé du programme électoral d'Alternative pour l'Allemagne pour l'élection au Bundestag allemand du 24 septembre 2017. (PDF) In : afd.de. Consulté le 15 septembre 2017 .
  37. Programme électoral pour l'élection fédérale 2017 du parti Human Environment Animal Welfare . Archivé de l' original le 28 septembre 2017.
  38. Bundestagswahl 2017/Programme électoral – Piratenwiki. Consulté le 19 juillet 2017 .
  39. Programme politique fédéral de l'ÖDP. Consulté le 29 mai 2017 .
  40. Alliance Basic Income : Programme. Dans : buendnis- grund income.de . Consulté le 9 juillet 2017.
  41. Votre programme . ( en ligne [consulté le 4 septembre 2017]).
  42. Programme électoral du PARTEI pour la recherche en santé pour l'élection fédérale de 2017. Consulté le 19 juillet 2017 .
  43. Le programme du Parti Gris 2017 . Archivé de l' original le 30 juillet 2017.
  44. Programme de base – Parti des Humanistes. Consulté le 29 septembre 2017 .
  45. ↑ La CDU critique la naissance du crash, le SPD est euphorique. Dans : Miroir en ligne . Consulté le 30 janvier 2017 .
  46. ↑ Le SPD rejette une nouvelle grande coalition. Dans : Le Temps . 28 janvier 2017, récupéré le 23 avril 2017 .
  47. Jan Drebes, Eva Quadbeck : Entretien avec la secrétaire générale du SPD, Katarina Barley : Martin Schulz devrait « s'échauffer » en NRW. Dans : rp-online.de. Consulté le 23 avril 2017 .
  48. Résultats . Sur : www.bundeswahlleiter.de . Le directeur fédéral du scrutin.
  49. Marvin Strathmann : Prévisions électorales : Le prochain chancelier sera... In : Süddeutsche Zeitung , 20 juillet 2017.
  50. Friederike Hofmann : Schulz et Merkel à égalité. Dans : tagesschau.de. 25 janvier 2017, récupéré le 30 janvier 2017 .
  51. Le SPD dépasse l'Union dans l'enquête Insa. Dans : Le Monde . 6 février 2017, récupéré le 6 février 2017 .
  52. Sondage sur l'élection fédérale : L'"effet Schulz" est enfin terminé. Dans : Mercure. 11 mai 2017 , récupéré le 13 mai 2017 .
  53. Le noir et le jaune seraient possibles au gouvernement fédéral. Dans : Mercure. 23 mai 2017, récupéré le 23 mai 2017 .
  54. Sondage Insa : le FDP devient à deux chiffres. Dans : Handelsblatt. 30 mai 2017 , récupéré le 31 mai 2017 .
  55. a b Merkel et Schulz parviennent à un accord avec les radiodiffuseurs. Sur : faz.net. 4 juillet 2017, récupéré le 16 juillet 2017 .
  56. faz.net , faz.net du 25 avril 2017
  57. Echange de coups - Le triathlon TV de la Gauche, des Verts et de la CSU . ( zdf.de [consulté le 4 septembre 2017]).
  58. Le pentathlon après le duel télévisé. Dans : daserste.de. Consulté le 4 septembre 2017 .
  59. Timo Niemeier : ARD et ZDF envisagent de discuter avec tous les principaux partis . Dans : Dwdl.de. 9 juin 2017. Consulté le 11 juin 2017.
  60. a b Article : Mission électorale du Bundestag : observateur électoral de l'OSCE en Allemagne. Dans : Foreign Office.de . 22 septembre 2017, récupéré le 15 décembre 2019 .
  61. a b Rapport : Élection au Bundestag : l'OSCE envoie des observateurs électoraux en Allemagne. Dans : Temps en ligne . 1er août 2017, récupéré le 15 décembre 2019 .
  62. Silvia Stöber : Système électoral en Allemagne : Des règles plus strictes avant qu'il ne soit trop tard. ( Memento du 13 octobre 2017 dans Internet Archive ) Dans : fact finder.tagesschau.de . 12 octobre 2017, consulté le 15 décembre 2019.
  63. Message (dpa) : Observateur de l'OSCE : Les élections fédérales se sont déroulées de manière transparente et sans manipulation. Dans : Handelsblatt.de . 25 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2019.
  64. Carla Baum : Membres du Bundestag : Ces factions ont la plus faible proportion de femmes. Dans : Welt.de. 27 septembre 2017, consulté le 15 décembre 2019.
  65. Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH) : Élections au parlement fédéral (Bundestag) – Rapport final. OSCE , Varsovie, 27 novembre 2017, p. 6 (anglais ; PDF : 223 ko, 13 pages sur osce.org ).
  66. Bundestagswahl 2017. Résultat final. Directeur du scrutin fédéral , archivé de l' original le 24 novembre 2017 ; récupéré le 15 août 2019 .
  67. Jasmin Beisiegel et Viktoria Bräuner : Voici à quoi ressemble l'Allemagne après le RUMMS de droite. bild.de, 25 septembre 2017, consulté le 26 septembre 2017 .
  68. a b c George Arnett, Philip Kuhn : Ce sont les extrêmes de l'élection fédérale. welt.de, 26 septembre 2017, consulté le 26 septembre 2017 .
  69. Lisa Caspari : Première session du Bundestag : ce ne sera pas ennuyeux . Dans : Le Temps . 24 octobre 2017, ISSN  0044-2070 ( zeit.de [consulté le 25 novembre 2017]).
  70. Les libéraux rompent les pourparlers avec la Jamaïque. Spiegel Online, 19 novembre 2017, récupéré le même jour.
  71. Déclaration sur la formation du gouvernement . Sur : www.bundespraesident.de . au château de Bellevue , Le président fédéral . 20 novembre 2017. Récupéré le 22 novembre 2017.
  72. Résultats des entretiens exploratoires entre la CDU, la CSU et le SPD. (PDF) 12 janvier 2018 , récupéré le 12 janvier 2018 .
  73. Les enquêteurs de GroKo sont d'accord là-dessus. Dans : spiegel.de. Spiegel Online, 12 janvier 2018, récupéré le 12 janvier 2018 .
  74. Le SPD vote pour des négociations de coalition avec l'Union. Spiegel Online, 21 janvier 2017, récupéré le même jour
  75. Un nouveau départ pour l'Europe. Une nouvelle dynamique pour l'Allemagne. Une nouvelle cohésion pour notre pays. Accord de coalition entre la CDU, la CSU et le SPD. Au 7 février 2018
  76. Le congrès du parti CDU vote pour un accord de coalition avec le SPD dans : ZEIT ONLINE , récupéré le 26 février 2018
  77. Les membres du SPD votent pour une grande coalition dans : Spiegel en ligne , récupéré le 4 mars 2018