Atout de donald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Donald Trump (2017)
Signature de Donald Trump, 2009

Donald John Trump [ ˈdɑn.əld dʒɑntɹɐmp ] (né le 14 juin 1946 dans le Queens , New York , New York ) est un entrepreneur, artiste et homme politique américain ( Parti républicain ). Il a été le 45e président des États-Unis de 2017 à 2021 .

Trump est le propriétaire du conglomérat The Trump Organization et a été PDG de 1971 à 2017 . Malgré ses origines privilégiées et plusieurs faillites d'entreprises dans le secteur de l' immobilier , il réussit à partir de 1990 à faire de son nom une marque et un synonyme du rêve américain devenu réalité. En tant qu'animateur de l'émission de talents The Apprentice , diffusée de 2004 à 2015 , il est devenu l'une des personnalités les plus connues aux États-Unis.

Trump a soutenu divers partis politiques, mais est enregistré comme républicain (avec une brève interruption) depuis 2009 . En tant que candidat, il a remporté l' élection présidentielle de 2016 face à la démocrate Hillary Clinton . Son programme éclectique comprenait des éléments de populisme , de conservatisme , de protectionnisme , de libéralisme économique et d' isolationnisme .. Avec un style de langage simple, des déclarations provocatrices et des suggestions radicales, il a attiré l'attention des médias d'une manière particulière et a agi comme son propre porte-parole médiatique grâce à une utilisation intensive du service de messages courts Twitter . Le 18 décembre 2019, la Chambre des représentants contrôlée par les démocrates a entamé une procédure de destitution contre Trump, alléguant un abus de pouvoir et une obstruction au Congrès . Le 5 février 2020, il a été acquitté par le Sénat à majorité républicaine.

Lors de l' élection présidentielle de 2020 , Trump s'est présenté à la réélection mais a perdu face au démocrate Joe Biden . Avant même l'annonce des résultats des élections, Trump avait annoncé qu'il n'accepterait pas la défaite. [1] [2] Après des tentatives infructueuses pour contester les résultats des élections en justice, le 6 janvier 2021 à Washington , il a appelé, entre autres, à « se battre » pour « reprendre notre pays ». Des centaines de ses partisans ont ensuite pris d'assaut le Capitole, dans lequel, à ce moment-là, le résultat des élections devait être officiellement confirmé lors d'une session conjointe du Congrès. La prise d'assaut, qui a tué cinq personnes, n'a eu aucune incidence sur la confirmation de Biden comme vainqueur, mais elle a créé un bouleversement majeur dans le paysage politique américain. Un deuxième procès en destitution pour incitation à l' émeute a été engagé contre Trump le 13 janvier 2021 ; il s'est également terminé le 13 février par un acquittement. [3]

Trump est considéré par les historiens américains comme l'un des présidents les moins réussis des États-Unis. Il a été classé 41e sur 44 présidents dans l'enquête annuelle des historiens présidentiels de C-SPAN en 2021. [4]

personnel

origine

Donald Trump est le quatrième des cinq enfants de l'entrepreneur immobilier new-yorkais Fred C. Trump (1905-1999) et de la fille du pêcheur écossais Mary Anne MacLeod (1912-2000). [5] Les parents de son père, nés Friedrich Trump et Elisabeth Christ , avaient immigré de Kallstadt in der Pfalz (alors partie du Royaume de Bavière ). [6]

L'oncle de Trump, John G. Trump , était ingénieur électricien et professeur au Massachusetts Institute of Technology de 1936 à 1973 . Là, avec Robert Jemison Van de Graaff , il a été l'un des pionniers de la génération de hautes tensions électriques et de leur utilisation dans le traitement du cancer , où il a émergé avec des approches pionnières pour réduire les effets secondaires. Pendant la Seconde Guerre mondiale , il a contribué à équiper l' armée américaine des derniers équipements radar. [sept]

Neuf oncles et tantes, comme la mère de Donald Trump, étaient issus de milieux pauvres de l' île hébridienne de Lewis et Harris . [8] Il a été appelé Donald après un de ces oncles écossais. [9]

Donald Trump a déformé à plusieurs reprises ses origines ancestrales : dans son livre The Art of the Deal (1987), il a déclaré que son grand-père était originaire de Karlstad en Suède , poursuivant ainsi une histoire que son père avait racontée pendant la Seconde Guerre mondiale. [10] Au moins quatre fois depuis son entrée en fonction en tant que président, Trump a faussement affirmé que son père était né en Allemagne. [11] Seules des légendes euphémiques ont circulé sur les origines de sa mère jusqu'en 2016, lorsqu'un journaliste écossais a découvert les faits réels après que Trump eut polémiqué contre les réfugiés pauvres. [8ème]

enfance et éducation

Lorsque Donald Trump est né en juin 1946, le secteur du logement, dans lequel son père Fred était entrepreneur, traversait une grave crise. Après le retour de plus de 6 millions de soldats de la Seconde Guerre mondiale, il y avait une immense demande d'espace de vie, mais en raison du grand besoin de matériaux de construction, ceux-ci n'étaient guère disponibles à des prix abordables pour des projets de logements bon marché, que Fred Trump avait spécialisé pendant la guerre. [12] Après que le président Harry S. Truman a utilisé le financement gouvernemental de la Federal Housing Administration pour stimuler la construction de logementsEn 1947, lorsque Fred Trump, qui avait déjà largement bénéficié de telles subventions, lance un projet de location à grande échelle de 1 344 appartements à Brooklyn appelé Shore Haven , qui deviendra connu sous le nom de "Trump City" par la presse locale. [13] Et dans le Queens, lui, un homme jusque-là plutôt modeste et très frugal, a construit une résidence représentative avec 23 chambres et 9 salles de bains. Il y avait aussi deux Cadillac avec des plaques d'immatriculation FT1 et FT2, pour lesquelles il a également embauché un chauffeur . [14]

Donald Trump a grandi en sachant qu'il était spécial et supérieur. Son père l'a encouragé en disant qu'il était un "roi" et qu'il devait devenir un "tueur" dans tout ce qu'il faisait. Même en tant que garçon d'âge préscolaire, Donald a attiré l'attention en raison de son agressivité envers les autres enfants. Comme ses frères et sœurs, il a d'abord fréquenté la Kew Forest School dans le Queens. Il y avait des règles strictes à l'école comme à la maison, mais Donald ne se laissait pas apprivoiser et devait donc souvent faire des retenues. Il a montré de bonnes performances dans les sports scolaires , en particulier dans les sports de balle . Son sport préféré était le baseball, dont la « Mecque » au milieu des années 1950 était New York avec ses trois meilleurs clubs. En raison de son effort physique massif, Trump était craint par ses adversaires. Pour échapper à la vie ordonnée et tranquille du Queens, lui et un ami faisaient des voyages clandestins le samedi à Manhattan , où, inspirés par la comédie musicale West Side Story , qui a été un grand succès à Broadway , ils ont acheté des crans d'arrêt . Un jour de 1959, Fred Trump découvre la collection de couteaux de son fils et apprend les excursions secrètes. Décidant qu'un changement radical s'imposait, il envoya son fils à la petite ville de New York Military Academy , à environ 100 kilomètres de là.Cornwall (New York) , un internat privé avec une formation pré-militaire. La discipline y était stricte, et Donald Trump devait renoncer à tout luxe et n'avait aucun privilège en raison de ses origines. Il s'entendait bien et aimait recevoir des récompenses pour la chambre la plus propre et les chaussures les plus brillantes. Pour la première fois, il a également développé l'ambition de bien réussir à l'école. Il est devenu capitaine d'une équipe de baseball, et c'est probablement ainsi qu'il a fait la une des journaux pour la première fois : Trump Wins Game for NYMA . En 1964, il quitte l'académie avec un diplôme d'études secondaires . [15]

Trump a ensuite étudié l'économie , d'abord de 1964 à 1966 à New York à l'université Fordham et à partir de 1966 à la Wharton School de Philadelphie , la faculté d'économie renommée de l' université de Pennsylvanie avec un département de gestion immobilière. Au cours de ses années de premier cycle, Trump a gardé un profil bas sur le plan académique, personnel et politique. [16] Selon ses biographes Kranish et Fisher, il a passé presque autant de temps à travailler avec son père à New York qu'à enseigner à la Wharton School. [17] Après avoir obtenu en 1968 un baccalauréatAprès avoir été renvoyé quatre fois en tant qu'étudiant avec une condition physique certifiée, il n'a pas été appelé pour le service militaire et un éventuel déploiement dans la guerre du Vietnam pour des raisons médicales . Aucune autre information ne peut être trouvée dans les fichiers; selon les propres déclarations de Trump en 2016, il s'agissait d' épines calcanéennes . [18] [19]

famille

Donald et Melania Trump pendant la campagne électorale de 2016

En 1977, Trump a épousé la mannequin Ivana Zelníčková Winklmayr , originaire de Tchécoslovaquie . De ce mariage sont sortis les fils Donald Jr. , dit Don (* 1977), et Eric (* 1984) et la fille Ivanka (* 1981). En 1990, Ivana demande le divorce pour "traitements cruels et inhumains " , ce qui suscite un vif intérêt dans les médias. [20] Dans un affidavit de divorce, Ivana Trump a déclaré que son mari l'avait violée en 1989. [21] Dans une interview télévisée en 2018, elle a déclaré avoir fabriqué les allégations sur les conseils de ses avocats. [22] De 1993 à 1999, Trump a été marié à l'actrice américaine Marla Maples , avec qui il a une fille, Tiffany (* 1993). En 2005, il épousemannequin slovène Melania Knauss ; Leur fils Barron est né en 2006, le plus jeune fils présidentiel depuis John F. Kennedy, Jr.

Les fils Don et Eric ont pris la direction de l'entreprise familiale, The Trump Organization , après que leur père a pris ses fonctions de président . Sa fille Ivanka, qui était une mannequin et une entrepreneuse à succès, était l'une des conseillères les plus importantes du président , tout comme son mari Jared Kushner . Trump est grand- père de dix enfants . [23]

La sœur aînée de Trump, Maryanne Trump Barry (née en 1937), a été juge à la Cour d'appel du 3e circuit jusqu'en février 2019 . [24] Son frère aîné Fred jr. (1938-1981), dit Freddy, travaille quelques années dans l'entreprise de son père, mais ne fait pas preuve de l'ambition et de la discipline stricte qu'il exige. Il se lance alors dans une carrière de pilote, qu'il finit par abandonner à cause de sa forte consommation d'alcool, et meurt d' une insuffisance cardiaque à l'âge de 43 ans . [25] [26]

la religion

Trump a été confirmé enfant dans l' Église presbytérienne . En octobre 2020, il a déclaré qu'il se considérerait désormais comme un chrétien non confessionnel . [27]

Entreprise

Entrée dans le secteur de l'immobilier

Le père de Trump, Fred Trump, était devenu multimillionnaire en construisant des immeubles résidentiels dans les arrondissements new-yorkais de Brooklyn et Queens et à Norfolk (Virginie) . [28] Donald Trump travaillait déjà dans l'entreprise de son père, Trump Management , pendant ses études, et après avoir obtenu son diplôme en 1968, il a pu s'impliquer pleinement grâce à son exclusion du service militaire. Dès 1971, vers l'âge de 25 ans environ, il prend la direction de l'entreprise, tandis que son père de 65 ans occupe le poste de président . Cela l'a mis en charge de 14 000 appartements locatifs, dont beaucoup étaient loués à des personnes à faible revenu. [29]

L'environnement auquel Donald Trump devait désormais faire face lorsqu'il devait percevoir des loyers impayés lui était étranger et inconfortable. Il vivait dans le luxe et l'ordre dans le Queens lui-même, et à la Wharton School, il avait été parmi des hommes d'affaires en herbe, dont beaucoup venaient de familles bien plus riches que lui et louaient un appartement dans l' Upper East Side . Cependant, il s'est d'abord fait connaître d'un public plus large non pas en raison de ses succès entrepreneuriaux, mais en tant qu'accusé dans un procès pour discrimination raciale . Le 16 octobre 1973, son nom apparaît en première page du New York Times et d'autres journaux où sa sociétéTrump Management a été accusé de discriminer systématiquement les Afro-Américains lors de la sélection des locataires . [30]

La ségrégation raciale à grande échelle dans l'occupation des complexes d'appartements était depuis longtemps coutumière et non punissable. L' administration fédérale du logement , qui est responsable des subventions de l'État pour la construction de logements, avait même déconseillé l'occupation mixte ("inharmonieuse"). Mais en 1968, le Fair Housing Act était entré en vigueur, interdisant une telle discrimination dans tout le pays. À New York, des personnes tests de peau noire et blanche ont ensuite été envoyées pour postuler aux mêmes appartements. L'entreprise de Trump a été particulièrement négative, y compris des déclarations d'employés selon lesquelles ils avaient des instructions strictes pour refuser les prospects noirs ou les limiter aux complexes résidentiels qui leur étaient destinés. [31]

Compte tenu des accusations portées contre eux personnellement, Trump et son père se sont rendus dans un cabinet d'avocats, où il leur a été conseillé de rechercher un règlement qui les laisserait impunis. Au lieu de cela, Trump s'est tourné vers le célèbre avocat Roy Cohn , dont il avait remarqué une lettre ouverte dans le New York Times au vice-président américain Spiro Agnew , qui venait de démissionner en raison d'allégations d' évasion fiscale . Dans ce document, Cohn accusait Agnew de manquer de courage et préconisait avec passion de riposter dans de tels cas, comme il l'avait lui-même fait avec succès à plusieurs reprises. Cohn, qui était le bras droit de l'ère McCarthy Joseph McCarthys avait atteint la notoriété mais était désormais l'une des personnes les plus influentes de New York, a accepté de lutter contre le cas de Trump. Le processus a traîné pendant deux ans et s'est finalement terminé par un règlement de 1975 qui comprenait l'obligation de faire une déclaration dans la presse locale, à ses propres frais, selon laquelle les personnes de toutes races étaient les bienvenues en tant que locataires dans les appartements Trump. Cela a été largement perçu comme une victoire pour les minorités. [32]

Grand Hyatt New York, le premier projet de construction de Donald Trump

A cette époque, la ville de New York traversait une grave crise. Le financement des projets de logement, qui était auparavant l'activité principale des Trump, a dû être arrêté en 1975 en raison d'un manque de fonds. Mais Donald Trump a vu dans la crise une opportunité pour ses propres plans à Manhattan. Dans le cadre de l'éclatement de la compagnie de chemin de fer en faillite Penn Central , de vastes zones et quatre hôtels autrefois renommés de Manhattan ont été mis en vente. L'un de ces hôtels, le Commodore délabré de 62 étages (maintenant le Grand Hyatt New York), n'a trouvé aucun acheteur. Cependant, en tant que nouveau venu dans l'industrie sans capital propre et sans les contacts nécessaires, Trump avait initialement de mauvaises perspectives et son père était très sceptique mais l'a néanmoins soutenu. Louise Sunshine, anciennement laLa collecte de fonds pour Hugh Carey , le gouverneur de l' État de New York , et le recrutement de Fred Trump comme l'un des plus gros donateurs lui ont donné les contacts nécessaires. La chaîne hôtelière Hyatt s'est intéressée au projet en tant qu'opérateur possible de l'hôtel après une restauration et une modernisation car ils n'avaient pas encore d'hôtel à New York. Trump a affirmé à Penn Central qu'il avait déjà un accord avec Hyatt, bien qu'il ne l'ait pas encore fait. L'entreprise lui a alors accordé un droit de premier refus s'il payait 250 000 $ à l'avance. Trump n'avait pas cet argent; déjà les honoraires de l'architecte Der Scuttson père a dû payer. Pourtant, Trump a affirmé à la ville, dont il avait besoin de l'approbation pour le projet, qu'il avait déjà un contrat avec Penn Central, et a été approuvé sur cette base, malgré de meilleures offres d'autres candidats. Avec une garantie personnelle de son père pour les prêts nécessaires, il a finalement réussi à acquérir le bâtiment avec Hyatt en tant que partenaire à 50/50 et à le terminer en 1980 en un hôtel moderne de première classe. De plus, Abraham D. Beame a fourni, maire sortant de New York et ami de longue date de Fred Trump, pour avoir accordé à Donald Trump une exonération fiscale le dernier jour de son mandat en 1977 - la première exonération de ce type pour un projet privé dans l'histoire de New York - lui donnant un L'exonération fiscale de 2017 devrait permettre d'économiser environ 400 millions de dollars. [33]

Toujours en 1977, Trump a épousé sa première femme Ivana (voir famille ). Cela s'est produit à la Marble Collegiate Church de Manhattan, que ses parents fréquentaient occasionnellement. Le pasteur local , Norman Vincent Peale , qui a célébré la cérémonie, était un représentant bien connu de la pensée positive . Trump l'a décrit plus tard comme son seul conseiller important aux côtés de son père. Il a rapidement amené sa femme à bord en tant que vice-présidente, et elle était responsable de la décoration intérieure du Grand Hyatt, de la Trump Tower et d'autres bâtiments, bien qu'elle n'ait aucune expérience préalable dans le domaine. [34]

Trump Tower et la montée vers la gloire

La Trump Tower corporative et résidentielle sur la 5e Avenue à Manhattan

Pour le prochain projet, la prestigieuse Trump Tower, Trump a acquis un ancien grand magasin sur la Cinquième Avenue pour utiliser la propriété. Il a suscité de nouvelles critiques de la presse pour avoir détruit les sculptures de la façade Art déco , malgré la promesse du Metropolitan Museum de mettre les sculptures à sa disposition en échange d'un reçu de don déductible d'impôt. Pour la démolition du bâtiment, qui était très complexe en raison de la situation de la construction, il a fait appel à de nombreux immigrants polonais illégaux qui ont dû travailler dans de très mauvaises conditions et pour de bas salaires. Pour accélérer la construction du nouveau bâtiment, Trump - comme beaucoup de ses concurrents à l'époque - s'est appuyé sur des entreprises etdes syndicats contrôlés par la mafia , avec qui son avocat Cohn était en bons termes. Les travaux de la Trump Tower n'ont pas été affectés par une vague de grèves en 1982. Lorsque l'immeuble était prêt à être occupé en 1983, les coûts avaient déjà été payés par la vente des 266 appartements. Les acheteurs comprenaient des célébrités telles que Steven Spielberg et Michael Jackson . Les magasins de l' atrium de cinq étages ont été loués jusqu'à 1 million de dollars par an. Trump a installé son bureau au 26e étage et les trois derniers étages ont été convertis en un penthouse extrêmement luxueux de 53 chambres pour la famille de cinq personnes. [35]

Ce bâtiment, portant son nom, a rendu Trump célèbre au-delà des frontières de New York. Cela a également augmenté sa solvabilité et, en 1985, il a pu acquérir la propriété Mar-a-Lago en Floride comme résidence supplémentaire . Il est apparu sur la couverture du magazine masculin GQ , et son propriétaire , Si Newhouse , a suggéré que son éditeur, Random House , publie un livre avec Trump comme auteur présumé. The Art of the Deal , écrit par un fantôme , est devenu un best- seller en 1987 . [36]

Les gens de son environnement à l'époque disent que le comportement de Trump a changé au fil des ans. Alors qu'autrefois ses employés avaient toujours accès à lui, il prend désormais ses distances et s'entoure de gens qui l'applaudissent et ne manifestent aucune inquiétude. Cela comprenait trois gardes du corps. Il a également développé une tendance aux accès de colère. [37]

Donald et Ivana Trump avec Ronald et Nancy Reagan et le roi Fahd ibn Abd al-Aziz d' Arabie saoudite lors de sa réception à la Maison Blanche en 1985

D'autre part, il a développé un vif intérêt pour les reportages à son sujet. C'est devenu une routine quotidienne le matin pour lire tout ce qui avait été écrit ou dit sur lui au cours des dernières 24 heures. Il répondait généralement lui-même et souvent immédiatement aux demandes des journalistes. Et il a essayé d'influencer le type de reportage avec des incitations positives ou avec la menace de conséquences juridiques. Il était également intéressé à promouvoir son entreprise, mais surtout à attirer le plus d'attention possible en tout temps. Étant donné que les tabloïds en particulier ont rapidement trouvé tout ce qui valait la peine d'être rapporté concernant lui ou Ivana, il a commencé - souvent en tant qu'initié présumésous de faux noms comme "John Barron" - pour répandre des rumeurs. Et il a gagné beaucoup de fans , notamment parmi les roturiers de la classe des cols bleus , qui voyaient en lui l'un des leurs qui l'avait fait, et aussi parmi les immigrés, pour qui il était l'incarnation du rêve américain . [38]

Les casinos d'Atlantic City et les années 1990 troublées

Trump voulait créer un casino au Grand Hyatt , mais ses tentatives pour légaliser le jeu à New York ont ​​échoué. Mais en 1977, le jeu a été légalisé dans l'État voisin du New Jersey . Trump a autorisé trois casinos à Atlantic City et a construit ce qui était alors le plus haut bâtiment de la ville, le Trump Plaza Hotel & Casino de 39 étages , qui a été achevé en 1984. L'année suivante, il a pu acheter un autre bâtiment à la Hilton Corporation car Hilton n'a pas reçu de licence pour les casinos. Il l'a nommé Trump Castle Hotel & Casinoet, à la surprise générale, confie sa direction à sa femme Ivana. Cependant, les bénéfices de l'activité des casinos sont restés bien en deçà des attentes de Trump et ont diminué. En 1988, Trump Castle a en fait subi des pertes, puis il a relevé sa femme de ses responsabilités. [39]

Dans le cas du casino de Trump Plaza , Trump a également accusé la société d'exploitation, Harrah's of Las Vegas , de mauvaise gestion. [40] Il était convaincu qu'il pouvait dominer la scène du jeu de la côte Est avec un troisième hôtel-casino encore plus grand sous son nom. Ainsi, en 1987, il acquit le seul Taj Mahal à moitié achevé . À sa grande surprise, il n'a plus pu obtenir de crédit régulier pour la réalisation du projet – désormais lourdement endetté – et a donc dû souscrire à des obligations à haut rendement . [41]

Indépendamment des problèmes financiers croissants, Trump a acheté sa propre compagnie aérienne en 1988, pour laquelle il a contracté d'autres prêts. Pour 365 millions de dollars, il a acquis les liaisons non rentables d'Eastern Air Lines entre New York, Washington et Boston , ainsi que les 21 Boeing 727 associés . Son idée était de moderniser luxueusement les anciennes machines et ainsi de rendre à nouveau les lignes rentables. Il a fait installer des sièges en cuir, des placages d'érable et de la quincaillerie chromée , ainsi que des lavabos plaqués or dans les toilettes, le tout au coût d'environ un million de dollars pour chaque avion. Comme en juin 1989 sous le nom de Trump Shuttleles opérations aériennes ont commencé, la compagnie a fait des pertes dès le début, notamment à cause du poids de la dette. [42]

Le Trump Taj Mahal à Atlantic City

Le 10 octobre 1989, quelques mois avant l' ouverture prévue du Taj Mahal , trois de ses principaux employés de la division casino ont été tués dans un accident d'hélicoptère. Trump a été choqué d'une manière que son personnel n'avait jamais connue, et l'a décrit plus tard comme la pire expérience depuis la mort de son frère Freddy. Il a personnellement appelé les proches et a assisté aux funérailles. [43] Deux semaines avant l'ouverture du Taj Mahal , un article est paru dans le Wall Street Journal dans lequel l' analysteMarvin Roffman a été cité comme prophétisant que l'hôtel-casino allait exploser pendant quelques mois mais ne serait pas durable car Atlantic City n'avait pas la demande requise. Trump a immédiatement répondu en faxant la société de Roffman, menaçant de poursuites judiciaires, exigeant que Roffman soit renvoyé immédiatement ou que des excuses soient fournies. Il a également appelé Roffman personnellement et l'a exhorté à écrire une déclaration selon laquelle le Taj Mahal serait l'une des plus grandes réalisations. Roffman a été contraint par la direction de signer une révocation, puis renvoyé. [44]

L'ouverture du "Taj" en avril 1990 a été grandiosement mise en scène pendant une semaine. Plus de 100 000 personnes y ont assisté et, à son apogée, Trump s'est produit avec la star invitée Michael Jackson. Le fait que le casino ait été fermé par les autorités responsables les deuxième et troisième jours parce que de grandes quantités de pièces de jeu avaient disparu était quelque chose que Trump a pu se tourner positivement vers les médias en affirmant que la forte ruée inattendue signifiait que les pièces ne pouvaient pas Être compté. Cependant, dans les coulisses, il était très bouleversé et, entre autres, a accusé deux des trois cadres supérieurs récemment décédés d'être responsables du chaos qui s'en était suivi. [45]

En juin 1990, Trump n'a pas été en mesure de rembourser ses dettes pour la première fois. Sa dette était passée à 3,2 milliards de dollars et sur ses 22 actifs, seuls trois réalisaient des bénéfices. [46] Une coalition de nombreux créanciers avec lesquels il négociait depuis le printemps est arrivée à la conclusion que tout le monde serait perdant s'ils abandonnaient Trump, car les casinos en particulier seraient presque impossibles à maintenir sans le lien avec son nom. En août 1990, ils lui ont accordé les prêts supplémentaires dont il avait besoin en échange de privilèges sur de grandes parties de sa propriété, y compris les trois casinos, son domaine Mar-a-Lago et son mégayacht Trump Princess .et son avion privé. Trump s'est également engagé à embaucher un directeur financier pour mettre de l'ordre dans les finances de l'organisation Trump. [47] Dans cette situation, son deuxième livre, Trump : Surviving at the Top , a de nouveau été publié par Random House.

Même au plus fort des difficultés financières, alors qu'il ne pouvait pas effectuer de plus en plus de paiements dus, Trump cultivait jour après jour l'image de l'homme d'affaires et du milliardaire extrêmement prospère. [48] ​​​​En fait, en décembre 1990, il a demandé l'aide de son père, maintenant âgé de 85 ans, qui, pour éviter de perdre son cadeau, a acheté 3,5 millions de dollars en jetons Trump Castle qui n'ont jamais été utilisés. À ce stade, le château était le plus vulnérable de ses casinos, avec des clients migrant vers le Taj Mahal , et déjà trois paiements de service de la dette étaient en retard. [49]Trump a détourné 10 millions de dollars de la société sans l'approbation de la banque pour payer le règlement du divorce de sa première femme Ivana, et lors de son mariage avec Marla Maples en juillet 1991, Maples a présenté une alliance de 250 000 $ à la télévision. Interrogé par ses financiers en colère, il a déclaré que la bague n'avait été qu'empruntée. [50]

En 1995, Trump, toujours lourdement endetté, a fondé une entreprise publique et l'a rendue publique . Cela a permis aux investisseurs de participer à la prétendue "marque Trump" alors qu'il dirigeait lui-même l'entreprise en tant que président et recevait une rémunération annuelle de plusieurs millions. L'AG ne possédait initialement que le Trump Plaza à Atlantic City, mais l'année suivante, il a également acquis les deux autres hôtels-casinos très endettés à des prix gonflés. Cela lui a laissé 1,7 milliard de dollars de dettes, contrairement à ce que les investisseurs avaient prévu, tandis que Trump a été inclus dans la liste Forbes des Américains les plus riches pour la première fois depuis 1989. En conséquence, l'entreprise a subi des pertes année après année en raison du service de la dette. De laLe cours boursier , qui a culminé à 35 dollars en 1996, est tombé à 17 cents en 2005. Ensuite, les échanges ont été interrompus et, dans le cadre d'un règlement, Trump a remboursé aux actionnaires une partie de leurs pertes. En 2009, cependant, il avait gagné un total de 44 millions de dollars en frais de gestion, et sans les casinos lourdement endettés qui n'ont jamais été vraiment rentables, il est officiellement redevenu milliardaire. [51]

L'apprenti

Après la crise des années 1990, la marque Trump n'était pas aussi vierge qu'elle était apparue, mais c'est finalement l'image de Trump qui l'a sauvé. C'était maintenant l'occasion d'augmenter considérablement sa réputation. En 2002, le producteur de télévision Mark Burnett l'a approché avec son plan pour l' émission de téléréalité The Apprentice, pour lequel il voulait signer Trump comme la star autour de qui et dont la compagnie tout tournerait. Trump ne s'était jamais intéressé à la télé-réalité, mais fut rapidement persuadé que le projet de Burnett offrirait de formidables opportunités pour faire encore mieux connaître et aimer la marque Trump. Burnett a promis qu'il n'avait qu'à investir quelques heures par épisode, et Trump a exigé que son jet privé apparaisse dans chaque épisode et que le Taj Mahal soit également montré. Même après cette première rencontre, le "deal" était parfait sans que Trump n'ait demandé conseil. Et il a obtenu une participation de 50% dans le projet. [52]

Trouver une société de télévision pour l'émission s'est avéré difficile pour Burnett, d'autant plus que Trump a refusé de travailler avec CBS Corporation parce qu'ils n'étaient auparavant pas intéressés par les concours Miss USA et Miss Univers qu'il animait . Finalement, Burnett s'est associé à NBC , qui le considérait comme le producteur à succès de la série télé-réalité Survivor .deviné, d'accord. Cependant, selon NBC, Trump ne devrait être signé que pour un an, suivi par d'autres entrepreneurs bien connus. Le concept de l'émission était que 16 candidats se sont affrontés pour gagner un contrat d'un an en tant qu'employés de l'organisation Trump. Trump n'a reçu que le rôle plutôt modeste d'expliquer la tâche à résoudre au début de chaque épisode et d'annoncer à la fin quel candidat a été éliminé de la course. [53]

Trump avec l'ancien basketteur Dennis Rodman à The Celebrity Apprentice , 2009

Après le premier épisode, il était déjà clair que le script devait être modifié. Trump avait un talent incroyable en tant qu'animateur de spectaclemontré et les responsables de NBC ainsi que les 20 millions de téléspectateurs ont été enthousiasmés par sa performance. Trump ne s'en est pas tenu aux spécifications détaillées, comme il est d'usage dans de telles émissions, mais a improvisé dès le départ. Il a dit "Tu es viré". Mais il a rapidement montré d'autres facettes, apparaissant parfois pensif et peu sûr de lui, s'entretenant avec les employés assis à côté de lui et suivant parfois leurs conseils. Et il a rapidement appris à construire un arc de suspense et à susciter des émotions fortes chez les candidats. L'audience est passée à 27 millions au cours de la première saison. [54]

Grâce à la popularité de The Apprentice , Trump a rapidement été très demandé en tant qu'invité dans des talk-shows , où il a commencé à parler de questions politiques. Rétrospectivement, le succès de son émission, dont il est resté la vedette jusqu'en 2015, est considéré comme une condition sine qua non pour avoir une chance de remporter la présidence. [55] En juin 2015, à la suite de ses déclarations controversées en tant que candidat à la présidence (voir ci-dessous), NBC a renoncé à l'implication future de Trump avec The Apprentice . [56]

Commercialisation de la marque Trump

En parallèle de la préparation de la première saison de The Apprentice , Trump a lancé un autre projet : il voulait lancer des vêtements pour hommes sous son nom. Avec un grand engagement personnel et sous l'impression du succès de la première saison de son émission, il réussit à gagner le constructeur Phillips-Van Heusen en tant que licencié . produit sous la marque Calvin Klein . La licence n'impliquait aucun coût ni risque et, en plus de l'ubiquité de son nom qu'il recherchait avant tout, elle lui procurait également des revenus sous forme de redevances. Pour cela, il a créé son propre département dans la Trump Toweret en 2016, le nombre de licences délivrées était passé à 25. Il s'agit notamment de l'eau minérale Trump Ice et des parfums Trump Success et Donald Trump the Fragrance . [57]

2002 a vu la sortie du jeu vidéo sous licence Real Estate Tycoon de Donald Trump , très mal noté dans les rétrospectives des années 2010. Pourtant, il se vendait bien au moment de sa sortie. [58] [59] [60]

En 2005, Trump a présenté son projet appelé Trump University . Il s'agissait de séminaires conçus pour apprendre à devenir un investisseurpourrait s'enrichir sur le marché immobilier. Trump a promis d'embaucher les meilleurs experts en tant que conférenciers et d'aider à développer lui-même le contenu de l'enseignement, mais aucun de ceux-ci ne s'est concrétisé. Le premier événement était gratuit et, selon les instructions du présentateur, a été utilisé pour promouvoir fortement des séminaires payants dont le prix allait de 1 495 $ à 34 995 $. Les parties intéressées devaient fournir des informations détaillées sur leur situation financière lors de l'inscription, ce qui était censé être en mesure de leur donner des conseils personnels, mais a en fait été évalué pour identifier les destinataires appropriés pour l'offre la plus chère, Trump Gold Elite., pour identifier. Une autre promesse était que Trump ne gagnerait rien de ce projet, se contenterait de transmettre ses connaissances et ferait don des bénéfices à des œuvres caritatives. Cela ne s'est pas produit non plus. Au moment de sa fermeture en 2010, Trump Gold Elite avait recruté près de 600 personnes . Beaucoup d'entre eux ont ensuite demandé un remboursement parce qu'ils estimaient avoir été trompés. [61]

Dans le même temps, Trump a commencé à délivrer des licences de dénomination pour des projets de construction aux États-Unis et dans d'autres pays. L'impression a été donnée qu'il s'agissait de projets de la Trump Organization , alors qu'en fait il ne percevait que des redevances pour l'utilisation de son nom. Il a également fondé Trump Mortgage ("Trump Mortgage ") et a répandu un grand optimisme sur le marché immobilier, même si la fin du boom était déjà en vue. Avec l'éclatement de la bulle immobilière aux USA, la crise financière de 2007de nombreux projets portant le nom de Trump ont rencontré de graves problèmes, tandis que lui, en tant que simple concédant, a parfois poursuivi les entrepreneurs concernés lorsqu'ils ont demandé un retard dans les paiements qui lui étaient dus. À l'inverse, de nombreux petits investisseurs qui avaient acheté des appartements en fiducie à Trump dans une copropriété non construite et uniquement sous licence l'ont poursuivi pour fraude. Les nombreux litiges juridiques ont traîné pendant des années jusqu'à ce que Trump y mette fin en 2016. [62]

Procès par et contre l'Université Trump, la Fondation Trump et l'Organisation Trump

Trump et ses entreprises étaient (en 2016) impliqués dans plus de 3 500 poursuites, dont 1 900 en tant que plaignants. [63] La même année, le procureur général de New York a ouvert des enquêtes sur ses cours de gestion offerts à partir de 2005 sous le nom de « Trump University » (voir ci-dessus) « pour avoir opéré sans autorisation et avoir trompé les clients ». Trump aurait proposé des cours non diplômants et aurait tout de même gagné environ 40 millions de dollars en 2011. Le procureur général Eric Schneiderman a demandé le remboursement de l'argent. Trump a renommé "l'université" en "Trump Entrepreneur Initiative". [64]En 2013, Schneiderman a accusé Trump d'utiliser "sa renommée" et d'influencer personnellement les gens dans des publicités avec de fausses promesses de dépenser des dizaines de milliers de dollars pour des cours qu'ils n'ont jamais suivis ; il y avait plusieurs procès contre lui. [65] À la mi-novembre 2016, peu après l'élection présidentielle, Trump a accepté un règlement à l'amiable de 25 millions de dollars, afin que plus de 6 000 participants aux cours puissent être indemnisés. [66]

En septembre 2016, le procureur général de New York a ouvert une procédure préliminaire contre la Fondation Donald J. Trump , conçue comme une organisation à but non lucratif, pour violation des règles de l' IRS et mauvaise gestion des dons. Des recherches indépendantes ont révélé que Trump n'avait pas contribué à la fondation depuis 2008. [67] Trump a fait des dons à des tiers, entre autres, pour un portrait grandeur nature de lui-même (20 000 $), pour un kit de football signé par Tim Tebow (12 000 $) et en 2013 pour un paiement illégal (25 000 $) au procureur Général en Floride, Pam Bondi, qui a ensuite abandonné l'enquête sur l'Université Trump en Floride. [68][69] Le 24 décembre 2016, Trump a annoncé qu'il dissoudrait la Fondation afin d'éviter d'éventuels conflits avec son rôle de président américain. [70]

En juin 2017, le magazine économique Forbes a rapporté que Trump avait canalisé les dons faits depuis 2011 à la fondation caritative de son fils Eric pour les enfants atteints de cancer vers sa propre entreprise. Les dons ne sont pas allés à un hôpital pour enfants comme annoncé, mais à la Trump Organization ou à d'autres fondations affiliées à Trump qui ont dépensé l'argent pour des événements sur les terrains de golf de Trump. Trump aurait violé les lois et réglementations fiscales contre les investisseurs intéressés et trompeurs. [71]En juin 2018, l'État de New York a poursuivi Trump, ses fils Donald Jr. et Eric, et sa fille Ivanka pour avoir prétendument utilisé illégalement des fonds de sa fondation familiale. [72] [73] [74]

Un procureur du district de New York et la procureure générale de New York, Letitia James , enquêtent (en novembre 2020) contre l' organisation Trump et d'autres. en cas de suspicion de fraude bancaire et d'assurance , d'évasion fiscale et de manipulation des résultats de l'entreprise. [75] [76] En mai 2021, l'organisation Trump a été informée que l'enquête civile avait été élargie pour inclure une enquête criminelle. [77] Début juillet 2021, le procureur du district de New York a été accusé d' évasion fiscale (plus de 15 ans), de fraude comptable et de complot .et grand larcin, accusations portées contre l'organisation Trump. [78] Donald Trump n'a pas été personnellement accusé. [79] [80]

des atouts

Le jet privé de Trump depuis 2011 : un Boeing 757 converti , construit en 1991 [81]

Depuis que Trump a acquis une certaine notoriété en tant qu'entrepreneur, il a constamment cité sa richesse comme preuve d'un sens aigu des affaires exceptionnel, et sur cela il a finalement fondé sa prétention d'être particulièrement qualifié pour la présidence. Au fil des ans, cependant, ses déclarations sur sa fortune n'ont jamais été vérifiables et ont donc fait l'objet de controverses. Lorsque le New York Times a publié un article sur lui en 1976 , il affirmait qu'il valait 200 millions de dollars. La même année, il a mis son revenu imposable à un peu moins de 25 000 $ et, en 1978 et 1979, il a déclaré un revenu négatif total de 3,8 millions de dollars. Au cours de cette période, il a emprunté à la Chase Manhattan Bank35 millions et 7,5 millions de son père. [82]

Au cours des années 1980, les informations sur la richesse de Trump ont considérablement augmenté. Lorsque le magazine Forbes a lancé sa liste annuelle des 400 Américains les plus riches en 1982 , Trump a mis sa fortune à 500 millions de dollars ; Cependant, Forbes l'a répertorié, lui et son père, comme estimés à 200 millions seulement entre eux. Cette valeur a augmenté d'année en année et a atteint un maximum en 1989 avec 1,7 milliard. Cette année-là, il a été révélé que Trump avait une dette de plusieurs milliards et Forbes l'a rétrogradé à 500 millions, le retirant de la liste. Au lieu de cela, le magazine a publié un article détaillant sa dette et déclarant qu'il avait du mal à effectuer les paiements à l'échéance ( Cashflow). Il n'est pas apparu dans la liste Forbes pendant six années consécutives (voir ci-dessus : Les casinos d'Atlantic City et les années 1990 troublées ). [83]

Tout au long de sa carrière, Trump a intenté une action en justice contre des personnes et des organisations qui critiquaient son image d'entrepreneur très prospère et sa prétendue richesse. Un exemple qui a particulièrement retenu l'attention est son conflit avec l'écrivain du New York Times Timothy O'Brien. Cela a été exprimé dans son livre TrumpNation de 2005. L'art d'être le Donald, qui s'appuyait sur de longs entretiens avec Trump et les employés de son entreprise, était sceptique quant aux informations circulant sur la richesse de Trump (de 1,7 à 9,5 milliards). O'Brien a donc interviewé trois initiés anonymes qui ont estimé la fortune entre 150 et 250 millions de dollars. Une semaine avant la publication du livre, Trump a appris ces détails et l'intention d'une pré-publication dans le NYT. Il s'est arrangé pour que son avocat écrive une lettre à l'éditeur du livre, le qualifiant d'inexact, malveillant et diffamatoire, et demandant que le NYT soumette l'article proposé à l'avance pour correction d'erreur. Le journal n'a pas été découragé et a publié l'article avec le titre Que vaut-il vraiment ?(Comment est-il vraiment riche ?). Après la publication du livre, Trump a poursuivi O'Brien et son éditeur pour environ 5 milliards de dollars. La bataille juridique a duré jusqu'en 2011 et s'est terminée par la défaite de Trump. [84] Dans ce contexte, on a appris que le prêteur de Trump, la Deutsche Bank , ne le qualifiait pas non plus de milliardaire, mais estimait ses actifs à 788 millions de dollars américains. Trump a également rejeté cela. [85]

Lors de l'annonce de sa candidature à la présidence ( voir ci-dessous ) en juin 2015, Trump a déclaré qu'il valait plus de 8 milliards de dollars, valeur qu'il a augmentée à plus de 10 milliards de dollars en juillet 2015. La différence était censée être due à une évaluation initialement inadéquate de certaines propriétés. [86] Sur la base de données accessibles au public, Forbes a estimé la fortune de Trump à 4,1 milliards de dollars américains en juin 2015, la société de médias Bloomberg à 2,9 milliards en juillet 2015. [87] Dans la liste Forbes « Les milliardaires du monde' le 20 mars 2017, Trump est passé du 324e au 544e avec une fortune estimée à 3,5 milliards de dollars. Les pertes de valeur de ses biens immobiliers, en particulier à New York, ont été invoquées comme raison. [88] En février 2018, Forbes estimait la fortune de Trump à 3,1 milliards de dollars. Sur ce montant, 1,5 milliard de dollars étaient des biens immobiliers à New York, 500 millions de dollars en biens immobiliers en dehors de New York, 560 millions de dollars en clubs de golf, 180 millions de dollars en entreprises de marque et 290 millions de dollars en espèces et en actifs personnels. [89]

Contrairement à la plupart des autres dirigeants américains, Trump n'a pas publié ses déclarations de revenus. [90] En mai 2017, il a soumis une auto-évaluation financière au Bureau de l'éthique gouvernementale , montrant qu'il avait au moins 1,4 milliard de dollars d' actifs avec au moins 310 millions de dollars de passif - probablement plus de 500 millions de dollars américains - face. [91] Le Wall Street Journal , en revanche, a écrit en janvier 2017 qu'il devait environ 2,5 milliards de dollars à la seule Deutsche Bank ; les autres principaux prêteurs comprennent Wells Fargo , JPMorgan Chase , Fidelity Investments , Prudential plcet le groupe d'avant-garde . [92]

Selon Trump, il doit sa richesse uniquement à son sens des affaires. Son père ne lui a prêté qu'un million de dollars en capital d'amorçage, qu'il a remboursé avec intérêts. En revanche, une recherche publiée par le New York Times en octobre 2018 a révélé que depuis sa petite enfance, il avait reçu plus de 400 millions de dollars de la fortune de son père de diverses manières. [93]

Selon une étude du New York Times , Trump n'a payé aucun impôt sur le revenu au US Internal Revenue Service pendant 10 des 15 années de 2005 à 2020 parce qu'il a déclaré qu'il avait plus de pertes que de revenus. Le NYT a également déclaré que Trump avait réclamé 70 000 $ de frais de coiffure au cours de ses années d'animation de l'émission télévisée The Apprentice . [94] Il a également 421 millions de dollars de dettes impayées, principalement des prêts de son hôtel de golf Trump National Doral Miami et de son hôtel dans le Old Post Office Pavilion , pour le NYT (en septembre 2020), selon le NYT, il est personnellement responsable. [94] Lors de la campagne électorale deLors de l' élection présidentielle américaine de 2020 , il a été évoqué que Trump garde secrète l'identité des créanciers . [95] [96]

À l'époque, le Financial Times écrivait que Trump avait une dette d'au moins 1,1 milliard de dollars. [97] En décembre 2021, un juge fédéral a décidé que Trump devait remettre ses dossiers fiscaux à un comité du Congrès américain . [98]

La politique avant la présidence

Activités politiques depuis les années 1980

La relation de Donald Trump avec les politiciens a longtemps été orientée vers ses intérêts commerciaux. Comme son père l'avait toujours fait, il s'efforçait d'établir de bonnes relations avec des politiciens qui pourraient lui être utiles un jour, quelles que soient leurs positions politiques. Le facteur décisif était lequel des candidats dont les demandes provenaient il classait comme les types gagnants. Il est certainement arrivé qu'il appuie les deux camps lors d'une campagne électorale. Il a contourné les restrictions sur les dons aux politiciens et aux partis, par ex. B. a couru à travers diverses filiales. De 1995 à 2016, il a fait don de plus de 3 millions de dollars aux candidats des deux principaux partis. [99]

À partir de 1984, à diverses occasions, il a identifié le désarmement nucléaire comme la question politique la plus importante dont il voulait s'occuper lui-même. Cela a été motivé par des conversations avec son oncle , John G. Trump , un physicien respecté décédé en 1985. Cela nécessite des compétences de négociation extraordinaires, qu'aucun des politiciens qu'il connaît n'ont. Cette suggestion est rapidement devenue largement connue et la plupart du temps accueillie avec amusement. Le lauréat du prix Nobel de la paix et militant du désarmement Bernard Lown , qui a été l'un des premiers Américains à vaincre le nouveau dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchevrencontré personnellement, Trump a demandé une réunion à la Trump Tower en 1986 et lui a dit qu'il voulait devenir ambassadeur général des États-Unis en URSS et mettre fin à la guerre froide « en moins d'une heure ». [100] L'ambassadeur soviétique à l'ONU a invité Trump à Moscou . [101] Début juillet 1987, le jour de la fête nationale américaine, Trump se rend à Moscou. [102]

Donald Trump (à droite) serre la main du président de l'époque, Ronald Reagan , lors d'une réception à la Maison Blanche (1987)

En juillet 1987, Trump s'est enregistré pour la première fois en tant que partisan républicain et a publié des annonces grand format dans les journaux avec des messages politiques, [103] y compris des demandes selon lesquelles les alliés occidentaux ne devraient plus être protégés.

En 1989, il a fait annuler une publicité d'une page entière dans le New York Times qui prônait l'antiracisme. L'occasion était le viol d'une femme blanche par 12 jeunes hommes noirs le 18 avril à Central Park. L'affaire a polarisé les médias : certains, comme Trump, s'agitaient contre les Noirs et alimentaient le racisme, tandis que d'autres mettaient en garde contre le lynchage. [104]

Logo de la première campagne présidentielle de Donald Trump en 2000

Il a fait la une des journaux avec sa thèse selon laquelle les États-Unis se dirigeaient vers un "désastre" et que des pays comme le Japon , l'Iran et l'Arabie saoudite s'en moquaient, et son livre à suivre bientôt The Art of the Deal est devenu un best-seller. . [105] En octobre 1999, il a rejoint le Parti réformiste de Ross Perot et s'est présenté comme son candidat aux primaires internes du parti pour la campagne présidentielle de 2000 . Toujours dans ce contexte, il a publié un livre ( L'Amérique que nous méritons ) dans lequel le rejet par Perot de l' Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et en particulier sa mise en garde contre unemigration d'emplois vers le Mexique. Il a remporté les primaires du Michigan et de Californie, mais a ensuite abandonné la campagne. [106] En août 2001, Trump s'est inscrit comme démocrate et, pour 2004 et 2008, il a indiqué une éventuelle course contre George W. Bush . Comme son émission The Apprentice a également débuté en 2004 et qu'il avait déjà fait la promotion d'un livre auparavant, ses commentaires de ce genre n'étaient guère pris au sérieux. [107] Après avoir soutenu John McCain en tant que candidat à la présidentielle de 2008 , [108]il s'est réinscrit comme républicain en septembre 2009. De décembre 2011 à avril 2012, Trump n'a enregistré aucune affiliation à un parti sur la liste électorale, pour s'inscrire à nouveau en tant que républicain - à ce jour. [109] Jusqu'en 2012, il a distribué ses dons de parti presque également entre les deux grands partis. Il a également fait don de 100 000 dollars à la Fondation Clinton et a entretenu des relations de longue date avec Hillary Clinton . [110]

Avant l' élection présidentielle de 2012 , Trump a de nouveau publiquement caressé l'idée de se présenter comme candidat ; en mai 2011, il a annulé. [111] Quelques semaines plus tôt, il avait exhorté le président Obama à publier son acte de naissance, dirigeant provisoirement le mouvement complotiste Birther , qui remettait en cause la légitimité d'Obama en tant que président car il serait né en Afrique (voir opposition à Barack obama ). [112] Ce faisant, il a brisé pour la première fois le tabou du racisme qui était en vigueur jusqu'alorsutiliser des déclarations en politique et capitalisé sur un ressentiment généralisé. Le Washington Post l'a invité en tant qu'invité au dîner des correspondants de la Maison Blanche le 30 avril 2011 en raison de sa notoriété en tant que personnalité politique - il était le candidat républicain le plus populaire dans les sondages nationaux à la mi-avril . Là, un Obama bien préparé a présenté son certificat de naissance en tant qu'orateur principal dans une mise en scène pompeuse sur de grands écrans, puis s'est moqué de Trump avec beaucoup de rires, par exemple en ricanant que Trump était maintenant certainement heureux de pouvoir se consacrer à plus des choses importantes telles que les questions de savoir si l' atterrissage sur la lune s'est réellement produit ou ce qu'il y a dedansRoswell est vraiment arrivé . Trump a de plus en plus perdu son sang-froid, a finalement rougi et a fui l'événement. Cet embarras fut perçu par tous comme la fin de ses ambitions politiques. [113]

Postes précédents

Les positions politiques de Trump étaient autrefois bien à gauche du courant dominant républicain; il a fait campagne pour l'assurance maladie universelle, pour des augmentations d'impôts et le droit à l'avortement ( pro-choix ), [114] s'est prononcé contre la guerre en Irak en 2004 [115] et a décrit le démocrate Bill Clinton comme ayant réussi, le républicain George W. Bush comme le pire de tous les présidents américains. [116]

Dans une analyse de septembre 2015, le magazine The Economist a conclu que Trump absorbe les idées de tout le spectre politique : sur la politique d'immigration, il est à droite du courant dominant républicain ; d'autre part, Trump a critiqué les activités des fonds spéculatifs et des lobbyistes, a loué les systèmes de santé publics d'autres pays et a parfois adopté des positions protectionnistes en termes de politique économique. Après l'élection, il a qualifié certains des postes de la campagne électorale; de certaines de ses principales promesses de campagne, Trump a déclaré : "Elles n'ont plus tellement d'importance." [117]

L'historien conservateur Bruce Bartlett a jugé en juin 2017 que Trump était beaucoup plus extrême que prévu en tant que président - les républicains modérés avaient renoncé à toute résistance et son programme politique était si loin à droite que Ronald Reagan ressemblait à un libéral de gauche à côté de Trump. . [118]

police étrangère

En 1987, dans des annonces pleine page dans les journaux, Trump a publié des déclarations politiques selon lesquelles les États – prenant l'exemple du Japon et de l'Arabie saoudite – devraient payer pour leur protection par les États-Unis. [119] En mars 1990, Trump expliquait dans Playboy que des États comme le Japon et l'Allemagne de l'Ouest avaient privé les États-Unis du respect de soi : « Leurs produits sont meilleurs parce qu'ils sont tellement subventionnés », tandis que les États-Unis, avec leurs milliards de dollars budget de la défense, « s'assure qu'ils... ne soient pas balayés de la surface de la terre en 15 minutes ». Trump alors : "Nos alliés gagnent des milliards en nous liant." [120] Il a fait référence à l'alliance militaire transatlantiquea fait campagne comme "obsolète", un poste qu'il a quitté après son élection en avril 2017. Cependant, il pousse à une augmentation des dépenses de défense des États membres - notamment l'Allemagne, comme il l'a souligné lors de la visite inaugurale d'Angela Merkel en mars 2017 [121] - et appelle à une réorientation vers la lutte contre le terrorisme. [122]

Trump et Petro Porochenko , 20 juin 2017

Pendant des années, Trump a fait l'éloge du président russe Vladimir Poutine en tant que leader [123] et a qualifié les bonnes relations entre lui et Poutine de bonnes pour les États-Unis. [124] Il a félicité Vladimir Poutine dans une lettre lorsqu'il a été nommé Personne de l'année par le magazine Time en 2007, se décrivant comme un grand fan de Poutine . De plus, en 2013, il a invité Poutine au concours annuel de Miss Univers qu'il possédait à l'époque, qui s'est tenu à Moscou cette année-là. [125]

Concernant l' annexion illégale de la Crimée , Trump a déclaré à l'été 2016 qu'il avait entendu dire que les habitants de Crimée préféreraient être avec la Russie , mais qu'après la victoire électorale de Trump, Poutine n'oserait pas envahir l'Ukraine (ce qui s'était déjà produit à l'époque). ). . [126] À la suite d' allégations contre l'équipe de campagne de Trump de collusion avec des représentants russes contre Hillary Clinton, Trump a critiqué l'occupation russe de la Crimée en février 2017. [127] La ​​décision de Trump en avril 2017 de lancer des roquettes en Syrie, a réitéré le changement d'attitude envers la Russie. En décembre 2017, Trump a accepté une livraison d'armes à l'Ukraine que son prédécesseur Obama avait refusée . [128]

En février 2016, Trump a déclaré qu'il réintroduirait le waterboarding et "bien pire" dans la guerre contre le terrorisme, tandis qu'en mars 2016, il a déclaré qu'il n'ordonnerait pas aux forces armées américaines de violer les lois et les traités à lier. . [129] [130]

entraînement

Trump voudrait laisser tous les pouvoirs dans le système éducatif aux États ; les exigences à l'échelle nationale sont trop bureaucratiques et pas très efficaces - malgré des dépenses d'éducation élevées, les États-Unis obtiennent de mauvais résultats dans les études par rapport aux autres pays occidentaux industrialisés. [131] Trump s'est engagé à donner aux étudiants les moyens de choisir leur propre école et a annoncé qu'il investirait 20 milliards de dollars dans un système de bons pro-concurrentiel pour permettre aux enfants les plus pauvres en particulier d'aller dans de meilleures écoles. Trump soutient également les écoles à charte . [132]

politiques d'immigration et de réfugiés

Après l' élection présidentielle de 2012 , Trump a déclaré que la défaite du candidat républicain Mitt Romney était liée à sa position ferme sur l'immigration. En novembre 2012, Trump a décrit l'élément central du programme de Romney, pour amener les immigrants illégaux à quitter le pays de leur plein gré ("auto-expulsion"), comme "fou". [133]

À la mi-août 2015, Trump a présenté son premier document de position politique dans sa propre campagne présidentielle, qui proposait des mesures dures sur l'immigration : les 11 millions d'immigrants illégaux devraient être expulsés. Un mur continu devait être construit à la frontière entre les États-Unis et le Mexique , et Trump voulait que le gouvernement mexicain paie pour cela. En outre, le principe du lieu de naissance précédemment applicable de la loi sur la citoyenneté américaine devrait être abandonné (voir l'enfant d'ancrage ). [134]

Trump et Angela Merkel, 17 mars 2017

La position de Trump sur les immigrants musulmans a suscité la controverse. Le 8 décembre 2015, Trump a attiré l'attention internationale lorsque, après l' attentat terroriste de San Bernardino , il a accusé « de larges pans de la population musulmane » de haïr les Américains et a appelé à une interdiction d'entrée temporaire pour tous les musulmans. [135] Les déclarations de Trump ont été vivement critiquées par des célébrités et des politiciens, y compris des collègues du parti. [136] En quelques jours, plus de 550 000 personnes ont signé une pétition en Grande-Bretagne demandant que Trump soit interdit d'entrer dans le pays. [137] Trump a également préconisé la création d'un registre central national des musulmans aux États-Unis.[138] Après avoir initialement préconisél'admission de réfugiés syriens supplémentaires lors de la crise des réfugiés à l'automne 2015, [139] il a déclaré quelques semaines plus tard qu'il souhaitait expulser tous les réfugiés syriens des États-Unis (littéralement : "ils rentrent" ). [140] Il a qualifié la politique d'asile de la chancelière allemande Angela Merkel de l'époque de"folle" ("insensée"). [141]

Politique énergétique, protection du climat et conservation de la nature

En novembre 2012, Trump a écrit sur Twitter que le concept de réchauffement climatique avait été créé par les Chinois pour rendre la fabrication industrielle américaine non compétitive. [142] À l'occasion de la visite du pape François aux États-Unis fin septembre 2015, Trump a déclaré qu'il ne croyait pas au réchauffement climatique anthropique et que le changement climatique n'était pas un problème urgent mais un phénomène naturel. Il pense que les exigences de protection climatique pour les entreprises américaines sont erronées. [143] Après l'élection, Trump a déclaré au New York Times qu'il voyait un lien entre l'activité humaine etChangement climatique , demandez à quel point ce lien est fort et réfléchissez à quel point le changement climatique coûte cher aux entreprises et à la compétitivité des États-Unis. Il regarde de près les accords de protection du climat et y est ouvert. [144] Peu de temps auparavant, le gouvernement chinois avait critiqué la position antérieure de Trump et annoncé qu'il poursuivrait définitivement sa propre politique de protection du climat , ce que les experts ont décrit comme un possible changement du poids mondial dans ce domaine politique en faveur des pays émergents. [142]

Sur la politique énergétique, en mai 2016, Trump a annoncé un "virage" avec un assouplissement des réglementations environnementales et un retour aux énergies fossiles. Il a nommé l'objectif principal de rendre les États-Unis indépendants des sources d'énergie importées, notamment de la zone OPEP . Pour cela, il veut utiliser des gisements jusqu'alors inexploités, notamment sur et au large des côtes. À cette fin, il veut lever toutes les restrictions introduites sous Obama et ainsi créer au moins un demi-million de nouveaux emplois chaque année et en même temps rendre l'énergie moins chère. [145] Trump a rejeté l'énergie éolienneune façon. En 2012, il a tweeté que les éoliennes étaient une "catastrophe environnementale et esthétique" après avoir perdu une bataille juridique pour construire un parc éolien près de l'un de ses terrains de golf écossais. En novembre 2016, il a affirmé que les éoliennes tuaient les oiseaux , nécessitaient de lourdes subventions et n'étaient pas fabriquées aux États-Unis, mais principalement en Allemagne et en Chine. [146]

Mariage de même sexe

Trump a critiqué l' introduction des mariages homosexuels , mais a déclaré que la décision devrait être laissée aux États individuels. Après la décision de la Cour suprême sur l'égalité nationale avec le mariage hétérosexuel ( Obergefell c. Hodges ), il a annoncé que la décision devait maintenant être acceptée et ne convenait plus comme enjeu de campagne électorale. Début septembre 2015, il a demandé à l' administrateur du Kentucky , Kim Davis , de cesser de refuser de délivrer des licences de mariage aux couples de même sexe. Davis avait attiré l'attention internationale en refusant de le faire et avait été emprisonnée pendant un certain temps pour sa conduite. D'autres candidats à la présidentielle commeMike Huckabee a soutenu Davis et critiqué Trump pour sa position. [147]

Avortement

Dans son livre L'Amérique que nous méritons , publié pour l'élection présidentielle de 2000 , Trump prônait la possibilité d' avortementspro-choix »). Des années plus tard, il a réitéré ce point de vue dans une interview. [148] Lors de sa campagne présidentielle de 2016, Trump s'était pourtant déclaré opposé à « l'avortement » (« pro-vie »). En cas de danger pour la santé de la femme enceinte, après un viol et en cas d' inceste , il dit vouloir autoriser des exceptions.

politique de sécurité sociale et de santé

Comme tous les républicains lors de la campagne électorale de 2016, Trump a appelé à un renversement de la réforme des soins de santé introduite sous le président Obama en 2010 ("Obamacare"). Cela détériore la qualité du système de santé et conduit à des prix excessifs. Selon lui, elle favorise aussi unilatéralement les groupes d'assurance. Au lieu de cela, Trump préconise un soi-disant plan de marché libre qui vise à réduire les coûts et à améliorer la qualité en augmentant la concurrence dans le secteur de la santé. Au cours de la campagne, Trump a déclaré à plusieurs reprises qu'il voulait annuler et remplacer la réforme des soins de santé d'Obama.

D' autre part, Trump a rejeté les coupes dans les domaines de la sécurité sociale , de l' assurance -maladie et de l'assurance- maladie pendant la campagne électorale, [149] ce qui le distinguait de la plupart des concurrents républicains en 2016. Cependant, il a changé de position au sein du bureau (voir Santé ). Cependant, il a préconisé de rendre les programmes de sécurité sociale plus efficaces. [150] Trump a préconisé de meilleurs soins pour les anciens combattants . [151]

impôts et finances

En août 2015, Trump s'est clairement distancié de ses concurrents républicains en matière de politique fiscale, qui étaient tous axés sur l'offre et appelaient à une baisse des taux d'imposition pour les riches et les hauts revenus ou à un taux d'imposition uniforme (un taux fixe taxe ) (cf. théorie du ruissellement ). Trump a affirmé qu'il voulait simplifier le système fiscal, taxer plus lourdement les riches - y compris lui-même - et alléger le fardeau de la classe moyenne . Les médias conservateurs en particulier ont qualifié ces propositions de populisme . [152] Il souhaite également lutter plus intensément contre l'évasion fiscale et éliminer les échappatoires fiscales . [153]

Après sa nomination en tant que candidat à la présidence, Trump a présenté un nouveau concept fiscal qui prévoit également un allégement pour les riches conformément à la ligne du parti. [154] Trump a affirmé que son plan fiscal était neutre sur le plan des recettes. Il veut parvenir à un budget fédéral équilibré d'ici quelques années en augmentant l'efficacité de la fonction publique et de l'armée, ainsi que des revenus supplémentaires provenant d'une forte croissance économique. [155] Le concept fiscal de Trump dépendait d'autres domaines politiques tels que le système de santé, à partir duquel Trump veut générer des fonds pour des réductions d'impôts. En avril 2017, il fait élaborer un plan différent dont la mise en œuvre est jugée très discutable. [156]

Peu de temps après son entrée en fonction, Trump a signé un décret exécutif pour réviser la loi Dodd-Frank . Trump avait qualifié cette loi de régulation bancaire , qu'Obama a signée en 2010 en réponse à la crise financière , de "catastrophe". [157]

peine de mort

Dans des annonces pleine page dans les journaux en 1989-1990, Trump – attaquant le maire de New York de l'époque, Ed Koch dans une affaire de viol impliquant les Central Park Five et Ed Koch – a appelé à un retour à la peine de mort ; « ces voleurs et meurtriers » que Trump veut haïr devraient « être forcés de souffrir » et servir de dissuasion. [158] À cette époque, cinq jeunes de Harlem , âgés de 14 à 16 ans (quatre afro-américains et un hispanique ) ont été condamnés à tort pour le viol d'un banquier d'investissement blanc et ont purgé jusqu'à 13 ans de prison jusqu'à ce que l'auteur réel avoue. [159] Lors de la campagne électorale de 2015, Trump a déclaré qu'en tant que président, il rendrait la peine de mort obligatoire pour les meurtres commis par la police. Que cela soit couvert par la loi actuelle est discutable. Une décision de la Cour suprême de 1976 [160] a exclu l' imposition obligatoire de la peine de mort pour certaines infractions. [161]

loi sur les armes à feu

Trump a souvent modifié sa position sur des aspects spécifiques de la législation sur les armes à feu aux États-Unis au fil des ans . [162] En 2000, il était relativement modéré ; [163] plus tard, il a préconisé une interprétation large du deuxième amendement, qui donne aux citoyens américains le droit de posséder des armes. Comme la majorité des républicains, il rejette le durcissement des lois sur les armes à feu. Il a affirmé qu'ils sont inefficaces pour prévenir les actes de violence. Il a blâmé les options thérapeutiques et les mesures préventives inadéquates pour les tueries et a affirmé que les criminels violents choisiraient spécifiquement des installations où le port d'armes est interdit ("zones sans armes") pour leurs crimes, c'est pourquoi personne ne pouvait arrêter ceux qui se sont déchaînés tôt en utilisant contre-violence. [164] À la suite des attentats terroristes de novembre 2015 à Paris , Trump a affirmé que les lois strictes sur les armes à feu en France étaient en partie responsables du nombre élevé de morts. [165]

Entreprise

Trump dit qu'il soutient le marché libre , mais estime que les entreprises américaines devraient ramener leurs installations de production étrangères aux États-Unis sous la devise "America First" ; cela doit être provoqué, entre autres, par des tarifs punitifs élevés pour les importations et des allégements fiscaux. En outre, des accords commerciaux prétendument défavorables tels que le Partenariat transpacifique (TPP) devraient être renégociés. [166] Ces positions ont été critiquées dans les cercles conservateurs tels que le Club pour la croissance comme protectionnistes et « méprisantes » pour l' économie de marché libre . [167][168] [169]

Pendant la campagne électorale, Trump a préconisé d'augmenter le salaire minimum à au moins 10 dollars, mais aimerait laisser cela aux États individuels. [170]

Candidature présidentielle 2015/16

Trump s'exprimant lors de la Conférence d'action politique conservatrice (2015)

Le 16 juin 2015, Donald Trump a annoncé sa candidature pour le Parti républicain lors de l' élection du 8 novembre 2016 à la Trump Tower . Il a fait campagne avec le slogan « Make America Great Again », que Ronald Reagan avait déjà utilisé en 1980.

La campagne électorale a été considérée comme extraordinairement controversée et source de division. Lors des apparitions de Trump, des violences ont éclaté entre ses partisans et ses opposants à une échelle sans précédent lors des récentes élections primaires américaines. Trump s'est concentré sur des questions populistes telles que la réduction de l'immigration, en particulier des musulmans, ainsi que l'isolement du commerce et de la politique étrangère ( protectionnisme et isolationnisme ), et a attaqué personnellement ses rivaux. Il répandit des théories du complot et appela à l'emprisonnement de son adversaire démocrate Hillary Clinton (slogan : "Lock Her Up"). Sa rhétorique simple, ses exigences provocatrices et son style de confrontationpolarisé (voir langue et style ). En tant que personnalité médiatique expérimentée et bien connue, il a reçu beaucoup plus d'attention médiatique que n'importe lequel de ses concurrents, notamment grâce à son utilisation régulière des médias sociaux pour s'adresser directement à ses abonnés (voir relation avec les médias ). Dès le début, il a dominé la campagne électorale et à partir de fin juillet 2015, il a continuellement mené les sondages pour la primaire interne du parti pour les républicains. Une nette majorité a toujours eu une attitude négative à son égard. [171]

Le manque d'expérience politique de Trump a été utilisé contre lui, mais l'a bien servi avec ses partisans - qui étaient pour la plupart des Blancs mécontents, plus ruraux et sans instruction (voir les partisans comme faisant partie d'une "majorité silencieuse") - à l'avantage : Trump s'est présenté comme un étranger dont la richesse personnelle assure son indépendance afin de s'affirmer face aux élites politiques, qui sont dépeintes comme corrompues et distantes, ce qui, dans le slogan supplémentaire de Trump "Drain the Swamp" ("Drain the marais ») à l'expression est venue. Non seulement les opposants politiques de Trump et de nombreux médias libéraux de gauche, mais aussi de nombreux groupes influents et politiciens du Parti républicain étaient sceptiques à négatifs envers Trump et n'ont pas compté sur la possibilité d'une victoire pendant longtemps. Trump a désamorcé l'opposition au sein du parti en signant une déclaration de loyauté le 3 septembre 2015, mais a ensuite envisagé à plusieurs reprises une candidature indépendante.

Lors des primaires commençant le 1er février 2016, Trump s'est affirmé en grande partie sans contestation et le 26 mai 2016, il a obtenu la majorité des votes des délégués pour la convention de nomination de juillet 2016 à Cleveland , au cours de laquelle il a été élu candidat républicain à la présidence avec son colistier . Mike Pence face aux candidats démocrates Hillary Clinton et Tim Kaine .

Allégations de racisme et de sexisme

Manifestation anti Trump. San Francisco, novembre 2016

Trump a été accusé à plusieurs reprises de propos racistes et sexistes . Il répondait généralement aux critiques de ceux-ci avec une agressivité accrue. [172] Par exemple, dans son discours au début de la campagne électorale, Trump a provoqué l'indignation lorsqu'il a parlé des immigrants mexicains qui apportent de la drogue, du crime et sont des violeurs - "et certains, je suppose, sont aussi de bonnes personnes". [173] Trump a échoué à plusieurs reprises à se distancier du partisan du Ku Klux Klan , David Duke , qui avait promis son soutien à Trump. Après fin mai 2016 poursuites pénales contre Trump pour escroquerie par son université TrumpLorsque le tribunal est devenu le centre d'attention, Trump a attaqué le juge fédéral Gonzalo P. Curiel , le jugeant non neutre en raison de son "héritage mexicain". [174] Les avocats et les politiciens - y compris du propre parti de Trump - ont vivement critiqué cela ; Paul Ryan , par exemple, a décrit sa déclaration comme un "exemple classique" de racisme. [175] Après les parents du soldat américain musulman Humayun Khan , mort pendant la guerre en Irak , à la Convention nationale démocrateétaient apparus et avaient critiqué les déclarations de Trump contre l'immigration et l'islam, Trump les a attaqués personnellement et a supposé, par exemple, que la mère de Khan n'y avait rien dit parce que sa religion le lui avait prescrit.

Lors du premier débat télévisé de la campagne des primaires en août 2015, l'animatrice Megyn Kelly a accusé Trump de tenir des propos obscènes ("gros cochons", "salopes", "salopes" et "animaux dégoûtants") à des femmes qu'il n'aimait pas depuis des années. Un jour plus tard, Trump a attribué ses questions critiques à ses saignements, qui étaient généralement interprétés comme une référence sexiste aux problèmes menstruels et ont provoqué l'indignation. [176] En octobre 2016, des enregistrements vidéo d'une conversation entre Trump et Billy Bush ont provoqué une excitation encore plus grandede 2005, dans laquelle Trump a déclaré, entre autres, "Je suis automatiquement attiré par les belles personnes - je commence juste à les embrasser. C'est comme un aimant. juste embrasse je n'attends même pas Et si vous êtes une star, ils vous laissent faire. Tu peux faire n'importe quoi […] attrapez-la par la chatte. Tu peux tout faire." ("Je suis automatiquement attiré par les belles - je commence juste à les embrasser. C'est comme un aimant. Juste embrasser. Je n'attends même pas. Et quand tu es une star, ils te laissent faire. Vous pouvez faire n'importe quoi. […] Attrapez-les par la chatte. Vous pouvez faire n'importe quoi."). [177] [178]La publication a suscité des critiques massives de Trump, y compris au sein du parti, qui, contrairement à son habitude, a présenté ses excuses. Une cinquantaine de hauts fonctionnaires et élus républicains ont retiré leur soutien en une journée ; certains l'ont exhorté à se retirer de la campagne. [179] Puis la Première Dame Michelle Obama"Les commentaires honteux sur nos corps, le mépris de nos ambitions et de notre intellect, la croyance que vous pouvez faire ce que vous voulez avec une femme - c'est cruel", a déclaré Trump. C'est effrayant. » La justification avancée qu'il s'agissait de « bavardages quotidiens dans les vestiaires » était « une insulte aux hommes honnêtes partout ». [180] Dans les semaines qui ont suivi, plusieurs femmes ont rendu public qu'elles avaient été harcelées sexuellement par Trump (voir allégations d'agressions sexuelles ).

sympathisants et bailleurs de fonds

Le milliardaire Robert Mercer et sa fille Rebekah étaient parmi les plus importants donateurs et partisans de Trump lors de l'élection présidentielle de 2016 . Mercer, un informaticien reclus et gestionnaire de fonds spéculatifs , poursuit l'objectif de renverser l'establishment politique depuis environ une décennie. À cette fin, il a utilisé de nouvelles méthodes, comme celles qu'il avait utilisées avec beaucoup de succès dans le domaine des fonds spéculatifs, pour étudier l'opinion publique et a constaté qu'il y avait une volonté croissante de la population d'élire un étranger à la présidence. En 2016, les Mercer ont estimé que le moment était venu. Après avoir battu pour la première fois le candidat Ted Cruz aux primaires – en tant qu'outsiderau sein de l'establishment - avaient un soutien massif, ils ont ensuite soutenu Trump. Dans les deux cas, ils ont utilisé une organisation de lobbying ( Super-PAC ), dans laquelle ils ont investi un total de 13 millions de dollars. Après la démission du directeur de campagne de Trump, Paul Manafort , ils ont également réussi à faire venir Stephen Bannon , qu'ils avaient longtemps promu comme les principaux financiers de Breitbart News , ainsi que Kellyanne Conway , qui avait auparavant dirigé le Super PAC, et David Bossie , qui avec son organisation financée par Mercer Citizens Unitedqui a initié l'exécution judiciaire de la publication du trafic de courrier électronique d'Hillary Clinton sur l'équipe de Trump. [181]

Bannon a réussi à persuader les Mercer d'investir 10 millions de dollars dans le site Web Breitbart alors insignifiant en 2011, en échange d'être nommé à son conseil d'administration. La même année, l'ancien producteur de films a eu une première rencontre avec Donald Trump dans la Trump Tower, où il était question de ses réflexions sur la course contre Obama en 2012. Bannon a eu l'impression que la capacité de Trump à exciter les foules pourrait être susceptible de secouer la politique américaine. À la mort inattendue d' Andrew Breitbart en 2012, Bannon a repris la direction de l'entreprise et, financée par les Mercer, en a fait la plateforme la plus importante de l' alt-right.-s'éloigner. Il a également donné à Trump l'occasion de diffuser ses sujets tels que la prétendue naissance d'Obama en Afrique ou ses thèses sur la politique d'immigration loin des médias grand public. Le Government Accountability Institute de Bannon , également fondé en 2012 avec Peter Schweizer et financé par les Mercer , a très bien réussi à démanteler les concurrents de Trump, Hillary Clinton et Jeb Bush , par ex. à travers la production du film Clinton Cash , qui a été présenté en première au Festival de Cannes 2016 et qui suit les activités criminelles présumées de Bill et Hillary Clinton. [181]

En janvier 2017, certains conseillers de l'équipe de campagne ont fondé l'organisation à but non lucratif America First Policies , qui, contrairement aux super PAC (et autres comités d'action politique ), n'a pas à divulguer ses donateurs et a dépensé en juin 2017 un million de dollars pour un campagne publicitaire contre le sénateur Dean Heller (voir « Santé » ci-dessus). [182]

victoire électorale

Jusqu'au jour du scrutin le 8 novembre 2016, la plupart des observateurs pensaient que la courte victoire de Clinton était probablement basée sur des sondages agrégés. Cependant, Trump a pu gagner certains États anciennement «bleus» et d'importants États swing tels que la Floride dans la « Rust Belt » du Midwest . Clinton a reçu plus de votes (48,18%) que Trump (46,09%) ; Trump a reçu plus de votes électoraux que Clinton. Selon le journaliste d'investigation Michael Wolff, qui a fait référence à des déclarations non démenties d'employés anonymes de la Maison Blanche, Trump lui-même n'avait aucune intention de devenir président et a été surpris par le résultat le soir des élections (voir aussi les explications de la victoire inattendue ). [183]

Trump a prononcé un discours de victoire à New York dans la nuit du jour des élections, soulignant qu'il voulait être «le président de tous les Américains». Des protestations contre l'élection de Donald Trump ont éclaté sous le slogan qui circulait rapidement "Pas mon président". Il y avait aussi des émeutes violentes occasionnelles par des manifestants. La candidate du Parti vert, Jill Stein , a demandé un recomptage des votes dans les États du Wisconsin , de la Pennsylvanie et du Michigan . Ce n'est que dans le Wisconsin que la demande a été accordée, le recomptage n'a apporté aucun avantage à Clinton.

Lors du vote du collège électoral du 19 décembre 2016, Trump a remporté la 58e élection à la présidence des États-Unis par 304 voix électorales contre 227 pour Hillary Clinton (" Vote électoral "). [184]

Allégations de collusion avec les autorités russes

Lors de la campagne électorale de 2016, des allégations ont d'abord été faites selon lesquelles la campagne électorale de Donald Trump était de connivence avec les services secrets russes pour nuire à son adversaire Hillary Clinton. Après l'élection, un dossier de l'ancien responsable du renseignement britannique Christopher Steele a été publié le 10 janvier 2017, qui a compilé des preuves non vérifiées que des responsables de Trump avaient rencontré des Russes pour coordonner des attaques telles que la publication d'e-mails de campagne de Clinton. [185] De plus, Trump pourrait faire l'objet d'un chantage par une surveillance préalable. Quand on a appris que le conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael T. Flynna rencontré des responsables russes à plusieurs reprises pendant la campagne électorale, a reçu des paiements et n'a pas divulgué cela - une violation possible de la loi sur l' enregistrement des agents étrangers - il a démissionné après trois semaines de mandat le 13 février 2017. Selon les médias, les tentatives secrètes des employés de Trump pour persuader le département d'État d'assouplir les sanctions contre la Russie ont alors pris fin . [186]

En mars 2017, le directeur du FBI , James B. Comey , a rendu public que son agence avait commencé à enquêter sur les membres de l'équipe de campagne de Trump dans cette affaire avant les élections. En même temps, quatre commissions du congrès avec des centres d'intérêt et des compétences différents ont examiné le sujet. Alors que la majorité républicaine au House Intelligence Committee n'a trouvé aucune influence russe sur la campagne électorale, les démocrates et les républicains l'ont confirmé dans le comité sénatorial correspondant en mai 2018. [187] [188] Sur les personnes proches de Trump qui avaient apparemment contacts avec la Russie pendant la campagne électorale , appartiennent plus tard au procureur général Jeff Sessions, qui a omis de le déclarer lors de son audition au Sénat avant de prendre ses fonctions, le directeur de campagne de Trump, Paul Manafort , qui travaillait auparavant pour un oligarque ukrainien, le gendre de Trump, Jared Kushner , et son avocat Michael Cohen . [189] Début juillet 2017, on a appris que le fils de Trump, Don , avait organisé une rencontre avec un avocat russe ayant des relations avec le Kremlin à Trump Tower en juin 2016 parce que, selon des courriels publiés, on lui avait promis du matériel incriminant sur Clinton. Manafort et Kushner ont également assisté à la réunion ; cela prouve que l'environnement proche de Trump est compliceintentionnellement rencontré des Russes. Donald Trump lui-même a apparemment formulé le communiqué de presse associé de son fils. [190] Selon CNN, l'ancien avocat de Trump, Michael Cohen , a affirmé en juillet 2018 que Donald Trump était au courant de la réunion à l'avance. [191] Cohen a été reconnu coupable, entre autres, de faux témoignage (lors de l'enquête spéciale) et de deux chefs de financement de campagne illégale en décembre 2018. [192]

Le 4 mars 2017, Trump a accusé son prédécesseur Obama via Twitter d'avoir mis sur écoute des téléphones dans la Trump Tower pendant la campagne de Trump. Trump a établi des comparaisons avec le maccarthysme et l' affaire du Watergate , et a qualifié Obama de "méchant (ou malade) !"). Un porte-parole d'Obama a nié l'allégation. Les présidents des commissions du renseignement du Congrès ont déclaré qu'ils n'avaient aucune preuve de cela non plus, ce que le directeur du FBI de l'époque, James Comey, a confirmé lors d'une audition le 20 mars 2017. [193] [194] Début septembre 2017, le ministère de la Justice a annoncé qu'il n'y avait aucune preuve d'écoutes téléphoniques à la Trump Tower. Le blog juridique Lawfarea qualifié les affirmations infondées de Trump d'abus de pouvoir. [195] [196]

Le 9 mai 2017 , Trump a limogé le directeur du FBI, Comey , avec effet immédiat. Dans les jours précédents, il avait critiqué à plusieurs reprises Comey et le FBI sur Twitter pour les enquêtes sur la Russie, qui mettaient la pression sur Trump et son environnement personnel et politique. Comey avait récemment demandé plus de ressources pour enquêter sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine. [197] Les observateurs ont parlé d'une attaque contre la démocratie et ont établi des parallèles avec le massacre du samedi soir en 1973 lors de l' affaire du Watergate . [198] [199]Les raisons de Trump pour le licenciement ont changé plusieurs fois; un projet de lettre d'accompagnement qu'il a lui-même écrit semble faire référence au refus de Comey de mettre fin à l'enquête sur la Russie. [200]

Le lendemain du limogeage de Comey, Trump a reçu le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et l'ambassadeur russe aux États-Unis Sergueï Kislyak dans le bureau ovale , dont les rencontres avec le conseiller à la sécurité nationale Flynn ont été en partie responsables de sa démission. Le timing de cette visite a été critiqué car les médias américains n'y ont pas été autorisés tandis que des photos de la rencontre ont été diffusées par l'agence de presse russe TASS . [201]Lors de ce rendez-vous, Trump a divulgué à ses invités des informations des services secrets qui étaient soumises au strict secret. Il a admis avoir divulgué des informations antiterroristes pour des raisons humanitaires, ce qu'il était en droit de faire. [202] [203] Lors de cette réunion, selon le New York Times , Trump a parlé du licenciement comme ceci : « [Comey] était fou, un vrai dingue. J'avais beaucoup de pression à cause de la Russie. C'est parti." [204]

Selon le New York Times , lors d'une réunion début février 2017, Trump a tenté de persuader Comey d'abandonner l'enquête sur Michael Flynn, ce que la Maison Blanche a nié, mais n'a pas éclairci Comey devant la commission du renseignement du Sénat américain le 8 juin. 2017 et en plus Trump l'accusé de mensonge. [205] [206] Le Washington Post a rapporté qu'en mars 2017, Trump avait nommé les chefs des services secrets Dan Coats ( directeur du renseignement national ) et Michael S. Rogers ( agence de sécurité nationale).) exhorté à déclarer publiquement qu'il n'y avait aucune preuve de la collusion de Trump avec la Russie ; tous deux avaient rejeté cela comme inapproprié. [207]

Le 17 mai 2017, l'ancien directeur du FBI, Robert Mueller , a été nommé par le procureur général adjoint Rod Rosenstein en tant que conseiller spécial avec un mandat d'enquête complet et un accès aux ressources pour l'enquête sur la Russie, une demande spécifiquement demandée par les membres du Congrès démocrates. [208] Trump est représenté par différents avocats après qu'au moins six cabinets d'avocats aient rejeté l'affaire en raison de doutes quant à la volonté de Trump de fournir des conseils. [209] Le 14 juin 2017, le Washington Post a rapporté que Mueller avait ouvert une enquête criminelle sur Trump pour entrave à la justice. [210]Trump a qualifié l'enquête de "plus grande chasse aux sorcières" de l'histoire politique des États-Unis. [211]

L'enquête, en particulier sur les relations financières et la question de savoir si les autorités russes ont été promises à la levée des sanctions, n'a pas encore abouti ; Trump lui-même n'a ni connaissance ni ordre pour ces contacts. [212] Avant les élections, les autorités russes avaient partagé qu'elles détenaient des informations potentiellement préjudiciables sur les finances de Trump. [213] L'enquête sur la situation financière des personnes proches de Trump a mis en évidence les allégations de blanchiment d'argent , qui ont été portées contre le casino Trump Taj Mahal en particulier . [214]À partir de juillet 2017, Trump a menacé d'attaquer les membres de l'équipe d'enquête de Mueller pour d'éventuels conflits d'intérêts et les a avertis de ne pas se plonger dans les affaires financières de la famille Trump. [215] Fin octobre 2017, Manafort a été accusé de complot contre les États-Unis et de blanchiment d'argent, entre autres, tandis que le conseiller en politique étrangère de Trump, George Papadopoulos , a reconnu avoir déformé ses contacts avec la Russie au FBI en janvier 2017 . [216] Flynn (novembre 2017) et Rick Gates (février 2018) ont également plaidé coupables de faux témoignage ; ils semblent travailler avec Mueller. [217] [218]

Le 24 janvier 2018, Trump a déclaré sa volonté d'être interrogé par Mueller, même sous serment, ce que ses conseillers juridiques ont ensuite retiré. [219] Le 16 février 2018, Mueller avait accusé treize citoyens russes d'avoir, entre autres, influencé la campagne électorale américaine, sans établir de lien avec Trump. [220] Le conseiller à la sécurité nationale, H.R. McMaster , a qualifié la preuve de l'ingérence russe de "désormais vraiment indiscutable". [221]

Le 11 avril 2018, le Sénat américain a lancé le processus législatif pour rendre plus difficile pour le président de licencier le conseiller spécial. [222] En mai 2018, il a été révélé qu'un informateur du FBI avait secrètement interrogé trois employés de la campagne Trump au cours de l'été et de l'automne 2016, déclenchant la colère de Trump ("pire que le Watergate") et une enquête du membre du Congrès Devin Nunes . [223] Après que les chefs de parti au Congrès ont été informés de ces mesures, le républicain Trey Gowdy les a qualifiées de appropriées; il n'y a aucune preuve de l'accusation de Trump selon laquelle sa campagne a été infiltrée. [224] Après Trump au sommet d'Helsinkiavec Poutine en juillet 2018 avait révélé des doutes sur les conclusions de ses services de renseignement, de plus en plus de publicistes ont déclaré qu'ils n'étaient pas sûrs que Poutine n'avait rien contre Trump, ce que, selon un sondage Quinnipiac, 51 % des Américains soupçonnent également ( mais 70 % des républicains n'y croyaient pas). Le membre républicain du Congrès Will Hurd a écrit que le président avait été manipulé par Poutine. [225] [226] [227]

Roger Stone , qui travaillait occasionnellement pour Trump depuis la fin des années 1970 [228] , a également travaillé pour Trump pendant sa campagne électorale et a donc été convoqué comme témoin en mars 2018 dans le cadre de l'enquête. Après que Stone ait fait un faux témoignage sous serment, mais que l'infraction à la loi ait été reconnue, il a été arrêté en janvier 2019 mais libéré sous caution peu de temps après jusqu'à sa condamnation à la prison en février 2020, mais gracié par Trump avant d'entrer en prison.

En mars 2019, l'avocat spécial Mueller a présenté son rapport final. Selon un résumé de quatre pages du procureur général américain William Barr, le rapport ne contenait aucune preuve de collusion entre le camp de Trump et la Russie lors de la campagne électorale de 2016. Alors que les acteurs étatiques russes ont tenté d'influencer la campagne, Mueller n'a pas conclu "que la campagne Trump ou toute personne associée coopère ou conspire avec le gouvernement russe dans ces efforts". Sur la question de savoir si Trump a entravé la justice, le rapport est resté ouvert et a présenté "des preuves dans les deux sens". Il ne conclut pas que Trump a commis un crime, mais ne le disculpe pas non plus. Trump a profité de cette conclusion pour parler publiquement d'"exonération totale", tandis que des analystes juridiques ont évoqué une présentation trompeuse des résultats de l'enquête. Mueller s'est alors plaint à Barr de son résumé "inexact", qui a ajouté à la "confusion publique".[229] [230] [231]

Paiements pour des affaires présumées

Le 8 avril 2018, les bureaux de l'avocat de longue date de Trump, Michael Cohen , ont été perquisitionnés par le FBI. Il s'agissait de l'accord avec l'actrice porno Stormy Daniels , qui devait être obligée par un versement de 130 000 dollars de Cohen quelques jours avant l'élection présidentielle de 2016 de ne pas rendre publique une précédente liaison présumée avec Trump. Les experts supposent que des documents liés à l'enquête sur la Russie ont également été trouvés. Trump nie avoir eu une liaison avec Stormy Daniels. [232] Le 16 avril, un juge fédéral a rejeté la demande de Trump d'être autorisé à voir le matériel trouvé devant les enquêteurs . [233] Confirmé le 20 juillet 2018Rudy Giuliani , maintenant avocat personnel de Trump, que Cohen avait enregistré une conversation avec Trump peu avant l'élection présidentielle au sujet d'un paiement au mannequin Karen McDougal qui n'a pas été exécuté . McDougal prétend avoir eu une liaison avec Trump pendant environ un an, à partir de 2006, ce que Trump avait précédemment nié. Le FBI enquête pour savoir si les paiements constituent une violation des règles de financement de la campagne. [234]Le 21 août 2018, Michael Cohen a plaidé coupable d'avoir effectué le paiement aux deux à l'instigation de Trump pendant la campagne présidentielle. Trump continue de le nier. Si la version de Cohen est correcte, les deux auraient pu être punis pour financement illégal de campagne. [235] Il a été révélé par la suite que les enquêteurs avaient accordé l'immunité au directeur des médias américains David Pecker en échange de Pecker témoignant que Trump était au courant des paiements. Le paiement à McDougal avait été traité par American Media. AP a rapporté que le National Enquirer avait exclusivement acquis de nombreux rapports préjudiciables sur Trump, puis les avait enfermés pour les empêcher de devenir publics.[236] [237] Le directeur financier de l'organisation Trump, Allen Weisselberg, a également reçu l'immunité pour avoir témoigné sur les paiements de Cohen. [238]

allégations d'agression sexuelle

Après que l'enregistrement vidéo du prélude d'une émission télévisée de 2005 soit devenu public en octobre 2016, dans lequel Donald Trump se vantait de pouvoir faire "n'importe quoi" avec les femmes (voir allégations de sexisme ), dans les semaines et les mois qui ont suivi, un total de 19 femmes ont déclaré que Trump l'avait harcelée sexuellement. Il a nié ces allégations. [239] L'ancien participant apprenti Summer Zervos a intenté une action en justice contre lui en janvier 2017. [240] [241] À l'automne 2017, le comportement de Trump au MeToo-Débat intensément discuté. Selon un sondage de décembre 2017, 70 % des Américains ont déclaré que le Congrès américain devrait enquêter sur Trump à cause de cela (38 % des républicains, 86 % des démocrates). [242] L'ambassadrice républicaine à l'ONU Nikki Haley a déclaré que les femmes devaient être entendues ; la sénatrice démocrate Kirsten Gillibrand a appelé Trump à démissionner en raison de la multitude d'allégations crédibles ; sinon il devrait y avoir une enquête. [243]

présidence

Donald Trump prêtant serment, comme son prédécesseur, la main sur la Bible de Lincoln (ainsi que sa propre Bible pour enfants )
Discours inaugural de Trump du 20 janvier 2017

Trump a été investi le 20 janvier 2017, à la suite d'une précédente transition présidentielle entamée après son élection . La devise de son discours inaugural était America First , et il s'est engagé à rendre l'Amérique forte, prospère, fière et sûre à nouveau et à "recommencer à gagner - à gagner comme jamais auparavant". Il mettra les intérêts américains au-dessus de tout, en particulier sur les emplois. [244]

Le jour de son investiture, Trump a déposé les documents pour participer aux prochaines élections de 2020 , avant tout titulaire précédent, et a commencé les rassemblements électoraux en 2017.

Personnel et rapport aux élites

La politique du personnel de Trump a été controversée dès le départ. Le conservateur de droite Stephen Bannon était jusqu'à l'été 2017 le principal conseiller du cabinet de Trump . Kellyanne Conway , qui avait dirigé la campagne de Trump, l'a conseillé principalement sur les relations publiques jusqu'en août 2020 . L'attaché de presse jusqu'en juillet 2017 était Sean Spicer , qui était porte-parole du Comité national républicain depuis 2011 ; il a été remplacé par Sarah Huckabee Sanders . Trump a désigné Anthony Scaramucci comme directeur des communications de la Maison Blanche le 17 juillet 2017 , mais a démissionné dix jours plus tard. chef d'équipe Reince Priebus a été remplacé par John F. Kelly en juillet 2017 (également à l'instigation de Scaramucci) .

La fille de Trump, Ivanka , est devenue une "assistante présidentielle" non rémunérée fin mars 2017 avec son propre bureau à la Maison Blanche. Trump a nommé son mari , Jared Kushner , ainsi que son rédacteur de discours Stephen Miller , conseillers principaux avec un certain nombre de missions spéciales. Trump a créé des organes consultatifs tels que le Technology Council , le Strategic and Policy Forum et l' American Manufacturing Council ; ceux-ci ont été dissous dans le courant de 2017.

Trump, James N. Mattis et Mike Pence , janvier 2017

Le cabinet Trump comprenait de nombreux nouveaux arrivants politiques et changeurs de carrière , y compris des chefs d'entreprise et des généraux qui ont collectivement une richesse personnelle équivalente à un tiers des ménages américains. Certains travaillaient pour la banque d'investissement Goldman Sachs .

À la fin de la première année au pouvoir, 34 % des dirigeants installés de Trump avaient quitté leur poste, plus que lors de tout premier mandat présidentiel en 40 ans. Dans le même temps, des centaines de postes de haut niveau dans l'administration fédérale sont restés vacants, tandis que des centaines de fonctionnaires ont quitté l' EPA et le département d'État . Selon Chuck Todd , Trump s'appuyait de plus en plus sur des attitudes télévisuelles, conflictuelles et conformes lors de la prise de décisions concernant le personnel.

À l'été 2017, les relations précaires de Trump avec de nombreux décideurs politiques du pays, tant au sein de l'exécutif que vis-à-vis du législatif, ont été de plus en plus discutées. Des journalistes comme David Frum ont décrit comment le gouvernement contourne de plus en plus le président. [245] Le Sénat américain a combiné son durcissement des sanctions contre la Russie (par un vote de 97 contre 2) avec une clause interdisant au président de lever ou de suspendre ces sanctions. [246] Sur la recommandation de son équipe de conseillers, Trump, contrairement à la coutume, a délégué à Mattis la décision politique sur les niveaux des troupes américaines en Afghanistan, qui est habituellement réservée au président. [247]Cette évolution a été interprétée de telle manière que les experts ont tenté de limiter l'influence du président Trump et de ses confidents hautement politisés. [245] Sur des questions telles que l'interdiction non arrangée par Twitter des personnes transgenres de l'armée, les chefs d'état-major interarmées se sont publiquement opposés à la ligne de Trump, qui, selon le professeur de droit Jack Goldsmith, devient de plus en plus courante et l'impuissance de la Maison Blanche le démontre. . Jamais auparavant un président n'avait été si souvent ignoré ou publiquement contredit par son propre peuple. [248]

Selon Politico , avant le premier grand voyage de Trump à l'étranger fin mai 2017, au vu des scandales et du manque de professionnalisme chaotique de l'administration Trump, l'opinion avait prévalu parmi les diplomates internationaux que Trump était un "clown volatil" avec une courte attention. span qui devait être contenu. Le sommet prévu de l'OTAN a été déclassé en réunion et le temps de parole respectif a été limité à deux à quatre minutes. [249] Certains dirigeants internationaux ont publiquement ridiculisé Trump. [250] En août 2017, des transcriptions des appels téléphoniques inauguraux de Trump avec le président mexicain et le Premier ministre australien ont été divulguées, dans lesquelles Trump Enrique Peña Nietol'a exhorté à ne pas commenter publiquement la question d'un mur entre les deux pays, car cela nuirait politiquement à Trump, et dans lequel Malcolm Turnbull , malgré des tentatives répétées, n'a pas été en mesure d'expliquer à Trump les réglementations bilatérales sur l'admission des immigrants illégaux. [251]

Trump a limogé son chef de cabinet, Reince Priebus , fin juillet 2017, ce qui a été interprété comme l'effondrement de l'aile de l'establishment affilié au parti dans le gouvernement Trump et - après l'échec de l' abolition d'Obamacare - comme la déclaration de guerre du président à son propre parti au Congrès. [252] En conséquence, l'organisation a été critiquée à la Maison Blanche comme chaotique et dysfonctionnelle. Selon un éditorial du Wall Street Journal , Trump fait la promotion de factions rivales au sein de sa propre équipe et est ainsi en passe de faire évoluer sa présidence dans le sens de celle de Richard Nixon et Jimmy Carter (généralement considérée comme un échec). [253]En juillet 2017, Goldsmith a décrit la Maison Blanche de Trump comme fragmentée en interne comme jamais auparavant. [248]

Mi-août 2017, après une marche d'extrême droite à Charlotteville , un jeune néonazi fonce délibérément avec sa voiture dans un groupe de contre-manifestants. Il a tué un homme de 32 ans et blessé 19 personnes. À l'indignation d'une grande partie du public, Trump a déclaré que les deux côtés étaient responsables de l'escalade et qu'il y avait de bonnes personnes des deux côtés. Trump a répondu aux critiques en utilisant de plus en plus un langage nativiste et raciste , notamment en supprimant les monuments aux confédérés – l'esclavage de la guerre civile américaine selon ABC Newsavait défendu - décrit comme une attaque contre l'histoire et la culture des États-Unis. En outre, après l'attentat terroriste islamiste présumé à Barcelone le 17 août 2017 , Trump a répété l'affirmation longtemps démentie selon laquelle le général américain John J. Pershing aurait tiré sur des musulmans avec des balles imbibées de sang de porc en 1911, suggérant que cette mesure avait derrière elle le terrorisme islamiste. il a vaincu pendant des décennies. Le soutien à Trump parmi les décideurs politiques a ensuite encore diminué ; Le sénateur républicain Bob Corker , jusque-là loyal, a reproché à Trump de ne pas avoir fait preuve de la stabilité ou de la compétence nécessaires qu'un président américain devrait avoir. [254]

Un vote initié par le démocrate Al Green pour engager une procédure de destitution pour Trump incitant à « la haine et l'hostilité » a échoué le 6 décembre 2017 par un vote de 58 contre 364 à la Chambre des représentants. [255] Après que les républicains au Congrès ont adopté en décembre une réforme fiscale majeure avec une large réduction des taux d'imposition nominaux et ainsi mis en œuvre le premier grand projet législatif de Trump (qui a principalement profité aux super-riches [256] ), les membres du Congrès de son parti ont été satisfait de lui. [257]

Les républicains, en grande partie à l'instigation du chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell , ont nommé plus de 250 juges aux tribunaux fédéraux pendant le mandat de Trump . [256] Selon Politico , en 2017, Trump a pris de nombreuses décisions politiques que son parti poursuivait depuis longtemps, notamment un changement de politique étrangère et environnementale et la nomination de nombreux juges par des conservateurs. Avant les élections de mi-mandat de 2018 , Trump est devenu le chef incontesté de son parti, avec une cote de popularité d'environ 90 % parmi les républicains, juste derrière George W. Bush avant lui.après le 11 septembre, des déclarations de loyauté de la plupart des candidats de son parti et la victoire primaire de presque tous les candidats soutenus par Trump. En revanche, le Washington Post a observé que Trump bafouait souvent les traditions cérémonielles de son bureau et apparaissait comme un paria après n'avoir pas été invité au mariage du prince Harry et de Meghan Markle , ou aux funérailles de Barbara Bush et John McCain . [258] [259] [260]

Le 7 juillet 2019, le journal britannique Daily Mail a publié des extraits de courriels de l'ambassadeur britannique à Washington Kim Darrochqui n'étaient pas destinés au public. Il n'a aucun espoir qu'avec le temps, l'administration Trump deviendra "beaucoup plus normale, moins dysfonctionnelle, moins imprévisible, moins fracturée et moins diplomatiquement maladroite et maladroite". Se référant à Trump, l'ambassadeur a indiqué que pour le joindre, il fallait présenter ses "arguments de manière simple, voire brutale". Les reportages des médias sur "les violents combats entre factions et le chaos" à la Maison Blanche "sont pour la plupart vrais" et en ce qui concerne les allégations de coopération entre l'équipe de campagne de Trump et la Russie, "le pire ne peut être exclu". [261]

Au cours de sa présidence (à partir de juillet 2020), Trump a en moyenne attribué plus de postes d'ambassadeur aux donateurs de campagne qu'aux diplomates formés que ses prédécesseurs. [262]

Politique étrangère et de sécurité

Trump a identifié les intérêts américains et la sécurité nationale comme les principaux éléments de sa politique étrangère . Vaincre l' État islamique (EI) et d'autres groupes terroristes islamistes est une priorité absolue. Le jour de son investiture, Trump a limogé environ 80 ambassadeurs américains sans préavis . Trump a déclaré « l' Amérique d'abord » comme principe directeur de sa politique étrangère : les intérêts du peuple américain et la sécurité de l'Amérique doivent primer sur les besoins des autres nations. Trump a qualifié Israël d'ami des États-Unis ; Israël est la seule véritable démocratie au Moyen-Orientune force de justice et de paix là-bas. L' Iran , en revanche, a été trop bien traité par Obama et est devenu plus fort ces dernières années. [263] Le 6 décembre 2017, Trump a annoncé la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël ; l' ambassade américaine en Israël y sera relocalisée dans un processus de plusieurs années. [264] Certains États, notamment la Palestine et la Turquie , ont critiqué ce parement pro-israélien. [265]

Le 7 avril 2017, Trump, contrairement à sa précédente retenue dans la guerre civile syrienne , a lancé 60 missiles de croisière Tomahawk en Syrie, tuant apparemment plus de 10 personnes ( frappe aérienne sur la base aérienne d'al-Shaʿirat ). Cette intervention s'inscrit dans la tradition des frappes aériennes ciblées des présidents américains et a été approuvée par de nombreux dirigeants occidentaux malgré l'absence d'approbation du Congrès américain.

Trump avec le président égyptien Sisi et le roi saoudien Salman à Riyad

Le premier grand voyage de Trump à l'étranger a eu lieu au Moyen-Orient et en Europe fin mai 2017. En tant que premier président américain depuis Jimmy Carter , Trump n'a pas d'abord visité un pays voisin. Il a signé des accords d'armement avec le gouvernement saoudien sans aborder ses violations des droits de l'homme et a proposé un partenariat de sécurité renforcé pour lutter contre le terrorisme et l'Iran . En retour, il ne donnerait aucun conseil sur la constitution interne des États musulmans de la région. Ses prédécesseurs George W. Bush et Barack Obama avaient toujours appelé à la démocratisation et aux réformes constitutionnelles. Lors de réunions avec des alliés européens, Trump a montré sa distance. Il s'est abstenu de le faire au siège de l'OTANà Bruxelles pour réaffirmer le devoir d'assistance des membres de l'OTAN et informer les autres chefs d'État de leurs obligations de paiement. Lors du sommet du G7 à Taormina , Trump a bloqué les accords sur la politique climatique et la politique des réfugiés contre tous les autres chefs de gouvernement.

Trump avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à Singapour

Le conflit entre les États-Unis et le régime nord-coréen Kim Jong-un , qui couvait depuis des années , s'est d'abord intensifié sous Trump. Après que la Corée du Nord ait potentiellement atteint la capacité de tirer des ICBM sur le territoire américain, Trump a menacé une première frappe en août 2017 . En 2018, le conflit s'est apaisé; Kim a déclaré qu'il était prêt à parler après avoir parlé à des employés de Trump comme Mike Pompeo . [266] Le 30 avril 2018, le président sud-coréen Moon Jae-in a souhaité à Trump le prix Nobel de la paix pour ses efforts. [267] Le 12 juin 2018, Trump et Kim ont convenu lors de leurLe sommet de Singapour a dénucléarisé la péninsule coréenne contre des promesses de prospérité et la fin des exercices militaires américains avec la Corée du Sud, sans s'entendre sur des mesures concrètes ni sur un calendrier. Les sanctions contre la Corée du Nord restent en place. Une autre réunion au sommet à Hanoï en février 2019 a échoué. Le 30 juin 2019, lors d'une visite en Corée du Sud , Trump rencontre spontanément Kim Jong-un à la frontière intercoréenne près de Panmunjeom , devenant ainsi le premier président américain en exercice à fouler le sol nord-coréen. [268]

En décembre 2017, Trump a accepté une livraison d'armes à l'Ukraine , notamment des missiles antichars Javelin . Le prédécesseur de Trump, Obama, avait rejeté une telle mesure. [128]

Le 8 mai 2018, Trump a annoncé que les États-Unis se retireraient de l'accord sur le nucléaire iranien . Il veut rétablir les sanctions contre l'Iran. [269]

Le 6 octobre 2019, Trump a téléphoné au président turc Erdoğan , contre l'avis de ses propres responsables du ministère de la Défense et des Affaires étrangères, pour approuver l'invasion du nord de la Syrie par la Turquie . [270]

Le 27 octobre 2019, Trump a annoncé la mort du chef de l'État islamique Abu Bakr al-Baghdadi . Il s'est suicidé lors d'une opération des forces spéciales américaines à Barisha , dans le nord-ouest de la Syrie , pour éviter d'être arrêté.

À la fin de son mandat, Trump a accru les tensions avec la Chine. En juillet 2020, le département d'État a ordonné la fermeture du consulat chinois à Houston , tandis que la Maison Blanche a annoncé des sanctions contre certains hauts responsables chinois. Au vu des contre-mesures chinoises sous Xi Jinping , les observateurs craignaient une détérioration des relations sino-américaines . [271]

En 2020, Carl Bernstein , mieux connu sous le nom d' enquêteur du Watergate , s'est adressé au nom de CNN à des dizaines d'employés actuels et anciens de la Maison Blanche qui ont été autorisés à entendre les appels téléphoniques de Trump ou à les lire après coup. Parmi eux se trouvaient d'anciens secrétaires d'État, des secrétaires à la Défense et des chefs d'état-major de la Maison Blanche . La conclusion : "Dans des centaines de conversations téléphoniques avec des chefs de gouvernement, le président n'était pas en mesure d'entretenir avec compétence des relations de politique étrangère." Trump était souvent mal préparé et a tout simplement abandonné des postes américains importants. Il est très impressionné par les «hommes forts» et semble même carrément soumis. Pendant les appels téléphoniques avec Poutineil recherchait presque servilement son approbation. Il est particulièrement rustre au téléphone avec les femmes chefs d'État et de gouvernement , notamment avec la chancelière Merkel . [272] [273] [274]

Trump a considérablement augmenté le nombre de frappes de drones américains par rapport à son prédécesseur Obama. [275] Dans l'ensemble, plus de frappes de drones ont été menées au cours des deux premières années de mandat de Trump que pendant les huit années d'Obama combinées. Dans le même temps, Trump a interdit à l'armée américaine de publier le nombre de victimes des frappes aériennes américaines - Obama avait alors prescrit de telles publications. [276]

Fin 2020, après la victoire électorale de Joe Biden, la Chambre des représentants américaine a adopté un paquet de lois pour le budget de la défense. Trump y a opposé son veto; cela a été rejeté par le Sénat américain en janvier 2021 avec la majorité nécessaire des deux tiers, ce qui s'est produit pour la première fois sous la présidence de Trump. Avec le paquet législatif de 740 milliards de dollars, le Congrès américain a stoppé le retrait massif prévu par Trump des soldats américains d'Afghanistan, d'Allemagne et de Corée du Sud. [277]

Peu avant la fin de son mandat, Trump a décidé de classer les rebelles houthis au Yémen comme organisation terroriste . Les sanctions associées pour faire des affaires avec les Houthis ont rendu plus difficiles les transferts étrangers et les livraisons de nourriture à la population yéménite, dont la pauvreté et la famine ont commencé au plus tard avec l' intervention militaire au Yémen . [278]

politique intérieure

Santé

Avec Tom Price , Trump a nommé un opposant à la réforme fondamentale des soins de santé du président Obama ( Obamacare ) au poste de secrétaire à la Santé . Les républicains des deux chambres du Congrès ont passé la majeure partie de 2017 à travailler à l'abrogation de la loi fédérale. Les propositions législatives très différentes, dont certaines ont été soutenues offensivement par Trump, ont échoué en raison de désaccords internes au parti. La réforme, proposée principalement par Trump, aurait supprimé les protections sanitaires de 24 millions d'Américains, en particulier les citoyens plus âgés. [279] [280]

En 2018, Trump a dissous l'équipe de réponse anti-pandémie mise en place par son prédécesseur Obama et a proposé une coupe budgétaire pour le CDC . La dissolution de l'équipe de crise et les plans pandémiques préparés ont ensuite été blâmés pour la mauvaise réponse des États-Unis à la pandémie de COVID-19 . [281] [282] [283]

Trump a été alerté par le National Security Council (NSC) du danger d'une pandémie majeure début janvier 2020 ; également fin janvier par son conseiller économique Peter Navarro et par le secrétaire à la Santé Alex Azar . Mais Trump est resté presque inactif. [284] [285] [286] En septembre, Trump a admis qu'il avait délibérément minimisé le risque de corona en 2020. [287] Les enregistrements sur bande des interviews de Trump le prouvent. [288]

Justice, immigration et racisme

Trump a annoncé une meilleure application de la loi ( loi et ordre ) et dévoilé des plans pour un mur frontalier avec le Mexique , une promesse de campagne clé pour arrêter l'immigration illégale. Son gel des subventions aux villes sanctuaires a été interdit par un tribunal; au cours de la première année de la présidence, le nombre d'immigrants illégaux a considérablement diminué. Avec le décret exécutif 13769 du 27 janvier 2017, Trump a émis une interdiction de voyager de 90 jours pour les ressortissants de sept pays à majorité musulmane, que plusieurs juges fédéraux avaient suspendue. Également le décret exécutif 13780 nouvellement formulé et désamorcé publié le 6 mars 2017a été suspendu judiciairement. La Cour suprême a provisoirement appliqué certaines parties de l'interdiction d'entrée en juin et décembre 2017.

Tout en essayant d'isoler les États-Unis des demandeurs d'asile, Trump a également instrumentalisé la crise des réfugiés en Allemagne à partir de 2015 . Dans un tweet du 18 juin 2018, il a faussement affirmé que la criminalité en Allemagne avait augmenté et que la population se retournait contre le gouvernement. [289] [290]

Les crimes de haine ont fortement augmenté après l'élection de Trump, après avoir augmenté depuis le début de la campagne primaire de 2015. Même en 2017, malgré la baisse, les niveaux sont restés supérieurs à ceux observés avant les élections de 2016, que de nombreux observateurs ont liés aux politiques chauvines et conflictuelles de Trump . [291] [292]

Le 11 janvier 2018, lors d'une réunion avec des démocrates et des républicains sur la réforme de l'immigration, Trump aurait posé la question : "Pourquoi les gens des États de merde viennent-ils encore chez nous ?", selon les médias. 54 pays africains ont demandé des excuses par l'intermédiaire de leurs ambassadeurs auprès des Nations Unies à New York. Trump a nié la déclaration, après quoi le sénateur démocrate Dick Durbin a qualifié les rapports d'exacts. [293]

En juillet 2019, Trump a fait des remarques désobligeantes sur la ville à majorité afro-américaine de Baltimore , qui fait partie de la circonscription du membre du Congrès afro-américain et critique de Trump, Elijah Cummings . Sa circonscription est "un trou à merde dégoûtant, infesté de rats et de rongeurs", l'endroit "le pire" et "le plus dangereux" des États-Unis. La déclaration a été critiquée comme raciste par la présidente de la Chambre démocrate , Nancy Pelosi , et le maire démocrate afro-américain de Baltimore, Jack Young , a qualifié la rhétorique de Trump de "douloureuse et dangereuse" et de "complètement inacceptable". [294]

De l'été 2017 à 2019 inclus, des milliers de familles de demandeurs d'asile ont été séparées les unes des autres dans des camps d'accueil dans le cadre d'une stratégie de tolérance zéro, bien que le président Trump ait annoncé la fin de la stratégie de tolérance zéro en juin 2018. De juin 2018 à l'automne 2019 / début 2020, environ 1 100 familles ont été séparées les unes des autres. [295] [296] En juin 2019, John Sanders , qui était responsable des camps dans l'administration Trump, a démissionné. [297] En janvier 2020, selon les chiffres du gouvernement, 4 368 mineurs avaient été séparés de leurs parents depuis le début de la présidence de Trump. [298]Selon une déclaration de l'ACLU, les parents de 545 enfants immigrés qui ont été séparés les uns des autres en 2017 dans le cadre de la politique d'immigration américaine n'étaient plus traçables en octobre 2020. [299]

En juin 2020, après que Trump a abrogé une règle créée sous la présidence de Barack Obama pour protéger les personnes trans de la discrimination, la Cour suprême des États-Unis a statué que la discrimination contre les employés sur la base de leur orientation sexuelle et de leur sexe était illégale. [300]

Après une interruption de 17 ans des exécutions fédérales , le procureur général William Barr a ordonné leur reprise le 25 juillet 2019. [301] [302] À partir de juillet 2020, dix personnes exécutaient la peine de mort fédérale en 2020 - le plus grand nombre d'exécutions fédérales par an depuis 1896. [303] [304]

Début septembre 2020, i. H Au milieu des manifestations nationales contre le racisme (comme le mouvement Black Lives Matter ou les manifestations contre le racisme dans la Ligue nationale de football ), Trump a ordonné aux agences d'État d'empêcher les employés de suivre une formation contre le racisme parce qu'ils étaient de la "propagande non américaine". [305] Trump a qualifié les mesures contre le racisme systémique de source de division. [306]

entraînement

Trump s'est prononcé en septembre 2020 pour encourager "l'éducation patriotique". Ce faisant, il se retourne contre un prétendu endoctrinement d'étudiants qui devraient avoir honte de leur "blancheur". Par décret présidentiel, Trump a formé un "Conseil de l'éducation patriotique" appelé la Commission 1776 . Cela devrait encourager les éducateurs à enseigner "le miracle de l'histoire américaine" et l'amour pour l'Amérique. [306]

droit de vote

Fin mars 2020, il commentait un projet de réforme des démocrates rejeté par les républicains – qui faciliterait l'inscription des électeurs et le vote par correspondance : « Ils avaient des choses vraiment folles là-dedans. Il y avait l'ampleur du vote, si jamais vous acceptiez cela, aucun républicain dans ce pays ne gagnerait plus jamais les élections. » [307]

environnement et énergie

Trump a occupé trois postes clés dans son cabinet avec des opposants à une politique climatique active et des représentants de l' industrie pétrolière (voir déni du changement climatique ), à ​​savoir le secrétaire à l'Énergie Rick Perry , le chef de l' Agence de protection de l'environnement Scott Pruitt (démission le 5 juillet 2018) et Le secrétaire d'État Rex Tillerson , jusque-là à la tête de la société pétrolière ExxonMobil (limogé le 13 mars 2018).

En matière de politique énergétique, Trump veut utiliser au maximum les ressources et rendre le pays indépendant du pétrole étranger. En 2017, Trump a ordonné la construction de plusieurs oléoducs qui avaient été suspendus sous Obama en raison de préoccupations environnementales. Le 1er juin 2017, Trump a retiré les États-Unis de l' Accord de Paris sur la protection du climat , qu'Obama a aidé à adopter en 2015 et que presque tous les pays avaient signé. La réaction mondiale a été la plupart du temps très critique.

En décembre 2017, Trump par proclamation présidentielle a réduit la taille du monument national de Bears Ears de 1 351 849 acres à 201 876 acres (en baisse de 85%) et du monument national de Grand Staircase-Escalante de 1 880 461 acres à 1 003 863 acres (en baisse de 47%). ). [308] [309]

À la mi-octobre 2018, après l'ouragan Michael , il est revenu sur son affirmation selon laquelle le changement climatique était un canular . Au lieu de cela, il a affirmé que le changement climatique est cyclique et non causé par l'homme . [310] [311] [312]

Entreprise

Les politiques économiques de Trump sont considérées comme déréglementaires , isolationnistes et protectionnistes . De nouveaux emplois et une croissance économique continue doivent être créés grâce à une réforme fiscale qui abaisse les taux, en particulier pour les grandes entreprises, et a été adoptée par le Congrès à la mi-décembre 2017.

Trump a annoncé pendant la campagne électorale qu'il limiterait le libre-échange et obligerait les entreprises américaines à produire sur place. Peter Navarro , que Trump a nommé directeur du Conseil national du commerce à la Maison Blanche, s'est opposé, entre autres, à la politique commerciale chinoise et aux prétendues manipulations monétaires ainsi qu'à l' excédent commercial allemand . Trump a identifié à plusieurs reprises l'Allemagne comme la cause du déficit commercial américain [313] et a menacé, entre autres, des droits de douane contre les constructeurs automobiles allemands. [314] Comme annoncé lors de la campagne électorale, les États-Unis se sont retirés de l' accord de libre-échange transpacifique(TPP) et a annoncé la renégociation de l' Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Au quatrième trimestre de 2017, le déficit du compte courant des États-Unis s'est creusé pour atteindre son plus haut niveau en neuf ans. [315] Au premier trimestre de 2018, il est passé à 124,1 milliards de dollars EU (+6,9 en glissement annuel) en raison de la hausse des importations. Le déficit correspondait à 2,5 % du produit intérieur brut. [316]

Le Washington Post a classé l'affirmation de Trump selon laquelle les États-Unis "perdent" des centaines de milliards de dollars par an sur leur déficit commercial comme l'un de ses mensonges les plus importants et les plus répétés. En fait, les États ne perdent pas d'argent à cause des déficits des comptes courants, ils signifient simplement que les citoyens d'un État ont un plus grand intérêt pour les biens de l'autre État que l'inverse. [317]

Aspects financiers et éthiques

Avant de prendre ses fonctions, Trump avait annoncé qu'il transformerait son entreprise en une société de fiducie qui serait dirigée par ses fils Don et Eric. Cependant, cela n'a pas été fait de manière cohérente et il s'est avéré qu'il a toujours un aperçu des rapports annuels et peut accéder aux bénéfices à tout moment. [318] L'annonce selon laquelle l'organisation Trump ne mènerait plus d'affaires à l'étranger pendant son mandat n'a pas non plus été tenue. Cela a soulevé des inquiétudes concernant les conflits d' intérêts politiques, nationaux et économiques , qui ont conduit à plusieurs poursuites contre Trump [319] (voir la présidence de Donald Trump#accusation de manque de séparation des entreprises). Un exemple de conflit d'intérêts est sa réforme fiscale, qui, selon lui, lui coûterait personnellement beaucoup d'argent, alors que les experts estiment qu'elle lui fera économiser des millions. [320]

Contrairement à la coutume et à ses promesses de campagne, Trump n'a pas publié sa déclaration de revenus même après sa prise de fonction . Les coûts des membres du cabinet de Trump en raison de vols coûteux et d'autres dépenses ont également suscité des critiques. Depuis le début de sa présidence, Trump a passé près d'un tiers de ses journées dans son domaine privé. [321] D'une part, Trump engage des frais de transport et de sécurité personnelle élevés pour les services secrets , et d'autre part, son entreprise hôtelière gagne sur ces frais, puisque les gardes du corps des services secrets doivent également rester dans les mêmes hôtels. [321] Le coût des Atoutspour le contribuable ont souvent été décomposés et critiqués.

Les week-ends, il séjourne souvent dans son domaine privé de Mar-a-Lago en Floride, au lieu, comme d'habitude pour les présidents américains, de Camp David , qui est prévu et entretenu à cet effet . [319] Il a pratiqué son golf passe-temps beaucoup plus souvent que son prédécesseur Obama, bien qu'il l'ait critiqué pour cela.

Des doutes sur l'éligibilité

L'ancien nègre de Trump, Tony Schwartz , a déclaré à la mi-2015 qu'il avait un "niveau impressionnant de connaissances superficielles et une ignorance flagrante", qu'il était "si précaire, si facilement provoqué" et qu'il avait "plus de tendances sociopathes" que tout autre candidat politique qu'il pouvait se souvenir. [322] Fin 2015, le rival présidentiel du parti interne, Jeb Bush, a prédit que Trump ferait des ravages en tant que président américain. [323] En 2016, faisant référence aux liens commerciaux et aux déclarations de Trump sur la Russie et Poutine, les anciens chefs des agences de sécurité Michael Morell et Michael V. Hayden ont déclaré que pour Poutine, l'ignorant Trump était un idiot utile.. [324] Peu de temps avant l'investiture de Trump, l'investisseur George Soros a mis en garde Trump comme un "faux et imposteur et dictateur en herbe". [325] Le sénateur républicain John McCain a exprimé en février 2017 qu'il était préoccupé par les déclarations contradictoires de Trump et se demandait si Trump comprenait certaines questions politiques. [326] À la mi-mars 2017, le sénateur de gauche Bernie Sanders a vu Trump en faveur d'un gouvernement autoritairetravailler vers en Amérique; il essaie d'abolir la séparation des pouvoirs. Ses attaques contre les médias, son manque de respect pour les juges et ses affirmations répétées selon lesquelles cinq millions de personnes ont voté illégalement à l'élection présidentielle sont des mensonges destinés à saper les fondements de la démocratie américaine. [327]

Depuis 2015, plusieurs psychiatres ont exprimé l'opinion que Trump souffrait d'un trouble de la personnalité narcissique ou de la triade noire , certains le qualifiant d'incapacité en raison de son instabilité émotionnelle. [328] [329] Certains médecins suspectent une maladie neurodégénérative chez le président, en partie à cause d'une détérioration de sa capacité à s'exprimer. En décembre 2017, le neurologue Ford Vox a demandé un examen neurologique de Trump en raison des problèmes d'élocution, de l'apparence impulsive et effrénée et du manque de concentration et d'attention. [330] Le psychologue politique Jerrold Postet Stephanie Doucette sont les auteurs du livre Dangerous Charisma: The Political Psychology of Donald Trump and His Followers , publié un an avant l' élection présidentielle américaine de 2020 . [331] Dans ce document, Post décrit le besoin d'admiration de Trump et le désir ardent de ses partisans d'avoir une "figure paternelle" pour les protéger du mal , ce qui concorde avec certaines analyses précédentes. [332]

Il est controversé de savoir si de tels diagnostics à distance sont autorisés et permettent des déclarations fiables. La publication du livre de Jerrold Post a suscité la controverse car, en vertu de la règle de Goldwater , une politique adoptée en 1973 par l' American Psychiatric Association (APA), dont Post était membre, les commentaires professionnels sur des individus sans leur consentement sont qualifiés de contraires à l'éthique. [333] Allen Frances , l'un des auteurs du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux , a suggéré que Trump était un narcissique extrême ; mais comme il n'en souffre ni n'en est handicapé, il n'est par définition pasfou . [334]

Le membre républicain du Congrès Jason Chaffetz a proposé une législation obligeant les présidents américains à subir des examens de santé mentale, affirmant que sa préoccupation ne concernait pas Trump mais les pouvoirs discrétionnaires du président sur l' utilisation des armes nucléaires . [335] La chef de la minorité démocrate au Congrès Nancy Pelosi a recommandé un examen médical de la santé mentale de Trump en février 2017, sa collègue du parti Zoe Lofgren a proposé une résolution du Congrès à cette fin en août 2017 ; il s'agit du 25e amendement à la Constitution des États-Unis, permettant au Congrès de destituer un président frappé d'incapacité. [336] [337] En octobre 2017, le livre The Dangerous Case of Donald Trump a été publié , dans lequel 27 experts psychiatres ont qualifié Trump de dangereux ; plus de 60 000 personnes travaillant dans ce domaine ont signé une pétition pour retirer Trump en vertu de l'article 25. [338] Lorsque le best-seller d'investigation Fire and Fury : In the White House de Donald Trump , publié en janvier 2018, confirme ces impressions par des déclarations d'employés anonymes de la Maison Blanche, Trump commente son psychisme et se décrit dans un tweet comme « très stable ». génie. [339]

En septembre 2018, un essai anonyme intitulé I Am Part of the Resistance Inside the Trump Administration est paru dans le New York Times, qui rapporte que plusieurs responsables gouvernementaux n'ont pas suivi les instructions du président pour éviter de nuire à la nation. L'essai décrit le style de gouvernement de Trump comme impulsif, hostile, étroit d'esprit et inefficace. Selon l'essai, il y a des points positifs dans le travail du gouvernement. Mais ceux-ci se produiraient malgré Trump. Selon l'essai, au début de la présidence, les membres du cabinet ont discuté de l'utilisation du 25e amendement à la Constitution des États-Unis pour retirer Trump du pouvoir. Afin d'attirer l'attention sur la mauvaise conduite du bureau du président, une démission massive a également été envisagée. [340] Sorti en novembre 2019 avec un avertissementun livre anonyme dont le contenu rejoint l'essai anonyme et prétend provenir du même auteur. [341] En octobre 2020, Miles Taylor, ancien chef d'état-major de la Sécurité intérieure sous Donald Trump, s'est révélé être l'auteur des deux écrits. [342]

Dans le livre The Room Where It Happened , publié en juin 2020, John R. Bolton raconte ses expériences en tant que conseiller à la sécurité nationale de Trump et le qualifie d'incompétent et de corrompu.

Dans le livre de juillet 2020 Too Much and Never Enough , la nièce de Donald Trump, Mary L. Trump , a également jugé son oncle inapte à la présidence.

Michael Cohen , l'ancien avocat de Trump, a publié Disloyal en septembre 2020, un livre sur son temps en tant qu'avocat du président Trump, dans lequel il se venge de ce dernier. [343] [344]

Après la prise d'assaut du Capitole par Washington DC le 6 janvier 2021 , le chef d'état- major Mark Milley a pris des précautions secrètes pour s'assurer qu'un éventuel ordre de Trump d'utiliser des armes nucléaires suivrait strictement les processus et procédures de commandement militaire (loin du fait que l'autorité sur le l'utilisation d'armes nucléaires relève de la seule responsabilité de l' Autorité de commandement nationale - composée principalement du président et du secrétaire à la Défense). [345] Lors d'un appel téléphonique avec la présidente de la Chambre Nancy Pelosile 8 janvier 2021, Milley était d'accord avec la déclaration de Pelosi selon laquelle Trump était fou. Après l'appel, Pelosi a publié un communiqué de presse citant l'appel de Milley comme empêchant un "président instable" de "lancer des frappes militaires" ou d'ordonner une " attaque nucléaire ". [346] [347]

Trump avait déchiré à plusieurs reprises des documents officiels en tant que président, bien que, selon la loi, tous les documents qui tombent entre les mains des présidents doivent être conservés. Le personnel de la Maison Blanche a dû recoller les fichiers. Après le départ de Trump de la Maison Blanche, les Archives nationales des États -Unis ont déclaré avoir reçu en janvier 2021 des documents déchirés et recollés, mais aussi qu'ils n'avaient pas été réparés. En février 2022, on a appris que Trump avait emporté un grand nombre de documents de l'époque de sa présidence de la Maison Blanche à son domaine privé de Mar-a-Lago dans l'État de Floride, violant également une loi. [348]

procédure d'impeachment

1. Procès pour abus de pouvoir

En septembre 2019, un lanceur d' alerte révélait qu'en juillet 2019 le président Trump avait téléphoné au président ukrainien Selenskyj , qui venait de prendre ses fonctions, pour faire enquêter sur Joe Biden et son fils Hunter . [349] [350] Hunter Biden a été nommé au conseil d'administration de la société ukrainienne de gaz naturel Burisma Holdings en 2014 après le coup d'État à Kiev . En 2018, le journaliste conservateur américain de droite Peter Schweizer a affirmé que Hunter Biden était engagé dans des affaires de corruption en Ukraine. Son père Joe Biden était après sa retraite deBernie Sanders est le seul candidat démocrate restant à l' élection présidentielle du 3 novembre 2020 . Trump a été accusé de vouloir éliminer un concurrent politique avec l'aide étrangère. Le 24 septembre 2019, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi , a officiellement ouvert une enquête de la Chambre sur une enquête officielle de destitution contre Trump pour violation du serment d'office et mise en danger de la sécurité nationale. Les principales allégations étaient que Trump avait retenu près de 400 millions de dollars d'aide militaire qui avaient déjà été promis afin de faire pression sur Zelenskyy et qu'il avait empêché la Chambre des représentants des États-Unis de clarifier la question.[351] [352] [353]

Le 18 décembre 2019, la Chambre des représentants à majorité démocrate a officiellement entamé une procédure de destitution contre Trump, alléguant un abus de pouvoir et une obstruction au Congrès, en adoptant les deux articles de destitution à la majorité et largement dans le sens des partis qui ont servi de base. pour l'inculpation des présidents en exercice devant le Sénat américain. Pelosi a fait porter ces actes d'accusation au Sénat le 15 janvier 2020. Après avoir présenté l'accusation et la défense, et refusé d'entendre de nouveaux témoins et d'admettre des preuves, le vote sur la destitution en tant que telle a été fixé au mercredi 5 février 2020. [354]Trump a été acquitté des deux chefs d'accusation : sur le premier chef d'abus de pouvoir, 48 sénateurs sur 100 ont voté en faveur de sa condamnation, sur le deuxième chef d'entrave au Congrès 47 sur 100. Les voix de 67 sénateurs étaient nécessaires pour une condamnation. [355] L'acquittement était attendu en raison de la majorité républicaine. Mitt Romney était la seule voix de l'intérieur de ses propres rangs à s'opposer au président sur le premier chef d'accusation. [356] Peu de temps après, Trump a renvoyé les témoins clés Gordon Sondland et Alexander Vindman , qui l'avaient fortement incriminé. [357]

2. Procès pour incitation à l'émeute

Le rôle de Trump dans les manifestations avant et son comportement pendant et après l'attaque contre une manifestation de supporters qui a conduit à la suspension temporaire des délibérations du Congrès et à l'occupation du Capitole a été remis en question par des membres du Parti démocrate à la Chambre des représentants et également par des républicains individuels ont exigé la démission immédiate de Trump. Alternativement - pour la première fois dans l'histoire des États-Unis - une révocation pour incapacité par décision du cabinet ou une deuxième procédure d'impeachment à son encontre peu avant la fin de son mandat ont été envisagées. Présidente de la Chambre Nancy Pelosipartagé entre autres a déclaré qu'elle avait contacté le haut commandant militaire américain pour s'assurer que Trump ne pourrait pas lancer d'opérations de combat ou ordonner une frappe nucléaire pour le reste de sa présidence . [358] Après que le vice-président Mike Pence a rejeté la demande, Trump par application du 25e amendementle 13 janvier 2021, la deuxième procédure de destitution de Trump a été lancée par un vote majoritaire à la Chambre des représentants avec 232 oui contre 197 non (ceci a également été soutenu par dix membres du Parti républicain). Pelosi a déclaré que Trump était une menace claire et permanente pour la nation. « Le président des États-Unis a provoqué cette émeute, cette rébellion armée contre notre pays. » [359] Le procès en destitution n'a pas atteint la majorité requise des deux tiers par un vote de 57 contre 43 au Sénat ; Trump n'a pas été démis de ses fonctions.

protestations de la société civile

Impôt Mars, 15 avril 2017

Des manifestations contre Donald Trump sont organisées depuis l'annonce de sa candidature à la présidence en juin 2015. Après sa victoire électorale fin 2016, celles-ci ont augmenté. Quelques grandes manifestations ont attiré l'attention du public mondial. Pour la Marche des femmes à Washington le 21 janvier 2017, le lendemain de l'investiture de Trump, environ un demi-million de personnes sont venues à Washington, DC pour ce qui était de loin la plus grande manifestation de protestation de l'histoire de l'Amérique du Nord ; aux États-Unis, un total de environ quatre à cinq millions de personnes ensemble. Pour la Marche des sciences le Jour de la Terre 2017, environ 40 000 personnes se sont rendues dans la capitale américaine le 22 avril et environ 250 000 personnes dans environ 600 villes du monde. AuMarche pour le climat le 100e jour de la présidence le 30 avril 2017, environ 15 000 personnes se sont rassemblées à Washington ; des manifestations ont eu lieu dans plus de 300 autres villes américaines.

À l'été 2017, certaines équipes de football noires américaines - dont les suivis se chevauchent fortement avec ceux de Trump - ont commencé à s'agenouiller pendant la lecture de l'hymne national avant les matchs pour protester contre la discrimination et la brutalité policière , ce qui a incité Trump à tweeter en septembre 2017 que l'appel aux chefs d'équipe passer à l'action et traiter Colin Kaepernick de fils de pute. En conséquence, de plus en plus de joueurs, d'entraîneurs et de propriétaires d' équipes de la Ligue nationale de football ont choisi de s'agenouiller ou de rester dans le vestiaire pendant l'hymne de solidarité contre Trump. Des stars du basket comme LeBron James ont également fait preuve de solidarité, des musiciens comme Stevie Wonderet Pharrell Williams s'est agenouillé avant les représentations. Divers médias ont décrit ce conflit comme une nouvelle guerre culturelle, avec laquelle Trump tente de se distraire de ses problèmes politiques. [360]

Il y avait aussi des influences situationnelles, en particulier sur les membres individuels du Congrès, par exemple lors de réunions publiques sur la politique de santé, ou dans les aéroports après les restrictions d'entrée de Trump pour les personnes originaires de pays à prédominance musulmane. [361] Certaines de ces protestations ont eu un succès concret en influençant les décisions politiques et personnelles. Divers groupes s'efforcent d'étendre les manifestations à un mouvement de résistance organisé. [362] En octobre 2017, la résistance avaitinstitutionnalisé contre Trump et a créé sa propre infrastructure en dehors des partis établis, qui est entretenue par les principaux donateurs politiques et pourrait façonner l'orientation future de la politique de gauche aux États-Unis et du Parti démocrate. [363]

Lorsque le meurtre de George Floyd en mai 2020 a déclenché des manifestations contre les violences policières à travers le pays , largement soutenues par le mouvement Black Lives Matter , Trump a qualifié ce mouvement d'anarchique et antipatriotique. Il a envoyé des troupes fédérales de la sécurité intérieure dans les villes durement touchées par les manifestations, bien que certains se soient opposés à cette décision. Fin juillet 2020, le correspondant en chef du New York Times à la Maison Blanche, Peter Baker, a discuté des parallèles entre la rhétorique de Trump et la campagne de maintien de l' ordre de George Wallace lors de l' élection présidentielle de 1968 .. [364]

nomination des juges constitutionnels

Avec la mort de Ruth Bader Ginsburg en septembre 2020, Donald Trump, après Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh , a l'opportunité pour la troisième fois en seulement quatre ans de nommer un juge constitutionnel conservateur à la Cour suprême [ 365 ] ; par rapport à Barack Obama , qui n'a pu nommer que deux nouveaux juges constitutionnels en huit ans. La nomination d'un juge constitutionnel avant l' élection présidentielle de 2020en novembre a été vivement critiquée par les démocrates, citant la même situation avant l'élection présidentielle de 2017, au cours de laquelle la nomination par Barack Obama d'un nouveau juge constitutionnel a été refusée par le Sénat à majorité républicaine, citant les prochaines élections américaines. Contrairement à avant l'élection présidentielle de 2017, cependant, le chef de la majorité républicaine au Sénat , Mitch McConnell , a annoncé quelques heures après la mort de Ginsburg qu'un nouveau juge constitutionnel serait confirmé bien avant les élections.

La nomination par Trump de juges constitutionnels conservateurs déplace le ratio de vote à la Cour suprême de 6:3 en direction des juges conservateurs ; Pendant de nombreuses années avant Trump, les juges conservateurs et libéraux avaient un vote 4-4, et les votes alternés du juge président ont fait la différence décisive. Étant donné que les juges constitutionnels sont nommés à vie, les observateurs craignent qu'il y ait une nette évolution vers des jugements plus conservateurs de la Cour suprême dans les années et les décennies à venir.

Les critiques craignent qu'un changement conservateur dans l'équilibre des votes de Trump ne se fasse avec un calcul politique, puisque Trump ne pourrait pas reconnaître une éventuelle défaite électorale en novembre 2020 et devrait décider après des discussions sur les résultats des élections de la Cour suprême. [366]

Infection par covid-19

Le matin du 2 octobre 2020, Trump a annoncé sur Twitter que lui et sa femme avaient été testés positifs pour l'agent pathogène SARS-CoV-2 . [367] [368] Il était à l'hôpital militaire Walter Reed du 3 au 5 octobre pour un traitement. [369] [370] Trois semaines après la fin de son mandat, il a été révélé que son taux d'oxygène dans le sang était par intermittence très bas. [371]

Candidature présidentielle 2020

Pour la campagne de Donald Trump (son obstruction à la préparation du service postal américain au vote par correspondance, son infection au SARS-CoV-2 et ses duels télévisés avec Joe Biden ) voir la présidence de Donald Trump et l'élection présidentielle du 3 novembre 2020 .

Après la présidence

Donald Trump a quitté la Maison Blanche le 20 janvier et n'a pas assisté à l'investiture de Joe Biden . Normalement, chaque président sortant assiste à l'investiture de son successeur, mais le matin du 20 janvier, Trump s'est fait ses adieux et s'est envolé pour Mar-a-Lago .

gros mensonge

N'acceptant toujours pas sa défaite à l'élection présidentielle de 2020, Donald Trump a écrit dans un communiqué sur son site internet (qu'il utilise car ses comptes sur les réseaux sociaux sont bloqués) que l'élection présidentielle de 2020 devrait désormais s'appeler LE GRAND MENSONGE) pour être connue. Selon un sondage réalisé par CNN fin avril 2021, 70 % des républicains interrogés assument une victoire électorale volée. [372] Le 26 juin 2021, Trump a de nouveau organisé un grand rassemblement pour la première fois. Il a répété ses allégations de fraude électorale et a accusé son successeur Joe Biden de "détruire notre nation sous nos yeux". [373] Trump (à la fin de 2021) agit toujours comme un militant ; son message central reste l' histoire du "grand mensonge". [374]

Avec les républicains

Même après la présidence, Donald Trump a une très grande influence sur le Parti républicain. Cela se voit, par exemple, lorsqu'il a exigé que le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell , fasse obstruction à une commission d'enquête sur la tempête du Capitole de 2021 à Washington , ce qu'il a fait, ou lorsqu'il a exigé que Kevin McCarthyle chef de la minorité à la Chambre, Liz Cheney , qui s'était souvent prononcé contre le Grand Mensonge , de la direction du caucus de la faction républicaine à la Chambre des représentants et par Elise Stefanik à remplacer, qui par contre parlait très souvent de fraude électorale. [375] Cela s'est également produit. [376]

En 2022, Trump a faussement affirmé qu'en tant que vice-président, Mike Pence avait le droit de modifier le résultat de l'élection présidentielle américaine de 2020. [377]

Collecte de fonds pour Truth Social

En 2021, Trump a fondé le Trump Media & Technology Group , qui est un type de société d'acquisition à vocation spéciale (SPAC). Trump Media & Technology Group a levé 293 millions de dollars lors de son introduction en bourse. [378] Selon le groupe , il lève des capitaux en bourse pour monter Truth Social (un réseau social prévu par Trump ). [379] En janvier 2022, plus de 122 millions de dollars de dons avaient été reçus, qui seraient utilisés pour soutenir les républicains dans les campagnes. [380]

Vaccination de rappel contre le COVID-19

En décembre 2021, la variante hautement contagieuse de l' omicron est devenue la variante dominante du COVID-19 aux États-Unis . Trump a reçu une injection de rappel fin 2021 et en a publiquement fait la promotion ; Les opposants à la vaccination et les théoriciens du complot de droite l'ont insulté. [381]

La guerre d'agression de Poutine contre l'Ukraine

Dans une interview, Trump a commenté le début de l' invasion russe de l'Ukraine en février 2022 : « C'est génial. Ce type est tellement intelligent. » À propos de l'armée russe, il a fait remarquer : « Ce sont les plus grands casques bleus que j'aie jamais vus. Nous pourrions utiliser ceux de notre frontière sud. » [382]

Cependant, début mars 2022, lors d'une convention du Parti républicain, Trump a appelé les États-Unis à lancer des frappes aériennes directes sur la Russie. Ensuite, pour éviter une troisième guerre mondiale, a conseillé Trump, dites simplement que la Chine est responsable de ces attaques : "Ensuite, ils commencent à se battre et nous nous asseyons et regardons. " Blanchissez les avions de combat de l'US Air Force avec des drapeaux chinois. [383]

Fin mars 2022, Trump a déclaré dans une interview sur Fox News que la guerre n'aurait pas eu lieu avec lui en tant que président américain. On ne pouvait « plus regarder Poutine assassiner des gens ». Selon Trump, Poutine a changé, il a l'air différent et il faut s'inquiéter pour sa santé. Trump a recommandé de menacer la Russie avec l'utilisation d'armes nucléaires. Son successeur Joe Biden, qui est "stupide" et s'est laissé arnaquer par la Russie, est le premier responsable de la guerre. [384]

ACCUEIL

relation avec les médias

De nombreux chercheurs électoraux et médias d'information ont été surpris par la victoire électorale de Donald Trump. Avant les élections, une grande partie des médias les plus à gauche ont principalement critiqué Trump, tandis que Clinton était généralement considérée comme ayant plus de chances de gagner. Trump était parfois considéré comme inéligible en raison de ses déclarations, largement qualifiées de racistes et sexistes. Le professeur de journalisme Jeff Jarvis a qualifié Trump de "produit des médias américains" et les a blâmés pour son succès pour leur large couverture de Trump. De nombreux journalistes "perdent de vue les citoyens" et créent une rupture. [385] Le scientifique des médias Bernhard Pörksen fait référence à Trump dans sa relationFox News Channel sur les recherches à long terme du New Yorker et du New York Times , selon lesquelles les deux parties font référence à des scandales présumés et à des complots présumés, entre autres dans le but de diffamer les opposants. Trump a commenté des émissions individuelles en temps réel sur Twitter ; ses plus de 87 millions d'abonnés ont agi en tant que moteur d'audience pour Fox News. [386]

L'historien et journaliste Tim Stanley voit le succès électoral de Trump principalement comme le résultat de sa plus grande présence sur les médias sociaux tels que Facebook, Instagram et, surtout, Twitter que Clinton, d'autant plus que la majorité des citoyens tirent principalement leurs informations d'eux. Il l'a utilisé pour manipuler la couverture télévisée de lui dans les médias grand public qu'il méprisait. L'avocat et conseiller juridique de Joe McCarthy , Roy Cohn , qu'il a rencontré en 1973, a joué un rôle déterminant dans son comportement offensant contre la presse critique. [387] C'est par son intermédiaire que Trump a rencontré Roger Stone en 1979 , qui à son tour a travaillé occasionnellement pour Trump, y compris en tant que lobbyiste, [228]est devenu plus tard conseiller de la campagne présidentielle de Trump et a été gracié par le président Trump après avoir été condamné à 40 mois de prison pour, entre autres, avoir donné un faux témoignage en tant que témoin lors de l' enquête spéciale du FBI sur la campagne de Trump .

De nombreux commentateurs s'inquiètent de la liberté d'expression et de la presse pendant la présidence de Trump ; Le lauréat du prix Pulitzer, David Maraniss, a déclaré en novembre 2016 que Trump avait « déclenché une haine qui se manifeste maintenant partiellement dans les rues, et qui est extrêmement dangereuse. » [388] Entre autres choses, Trump a appelé au principe de la protection des sources dans le journalisme pour être abolie. Il a souvent qualifié les journalistes et certains médias de « corrompus » ou de « menteurs » ; ils sont la « vraie opposition » et les « ennemis » de son gouvernement et du peuple (« ennemi du peuple »). Trump s'est comporté de manière abusive lors de conférences de presse à plusieurs reprises et a fait exclure certains médias critiques. [389]Il s'en est pris personnellement à certains journalistes qui avaient fait des reportages critiques ou posé des questions, comme Megyn Kelly (voir Allégations de sexisme ) et Serge F. Kovaleski , dans la campagne présidentielle, dont Trump s'était moqué du handicap physique en singeant. Fin juin 2017, Trump a vulgairement tweeté contre Mika Brzezinski et Joe Scarborough pour avoir critiqué Trump sur leur programme MSNBC Morning Joe . Ils ont déclaré qu'un des proches conseillers de Trump les avait menacés d'un article de journal préjudiciable s'ils ne s'excusaient pas auprès de Trump. Trump a nié cela. [390]Trump a également demandé aux agences fédérales de se désabonner du New York Times et du Washington Post . [391] Certains voient dans les politiques polarisantes de Trump une opportunité de renforcer la démocratie. De l'automne 2016 à février 2017 , le New York Times a gagné plus de 275 000 abonnés ; le Washington Post et le New Yorker ont également gagné des abonnés et embauché du personnel pour la recherche , entre autres . [392]

Un tweet juste après minuit le 31 mai 2017 à propos de la "covfefe de presse négative constante" a attiré l'attention et le ridicule du monde entier et a été supprimé six heures plus tard ; vraisemblablement la chaîne de caractères "covfefe", qui est devenue un phénomène Internet , est une faute d'orthographe pour "couverture" ("couverture de presse négative constante"). [393] Certains médias ont rapporté que Trump tweete souvent sans le vouloir en regardant la télévision seul la nuit, sapant la rhétorique de la Maison Blanche, [394] qui peut également avoir des ramifications juridiques, car les tweets de Trump ne sont pas filtrés sur des sujets faisant l'objet d'enquêtes. [395] Trump a accusé les médias grand publica tweeté le 6 juin 2017 qu'ils voulaient arrêter son utilisation des médias sociaux , disant qu'ils "détestaient" qu'il délivrait "le message sincère et non filtré". [396] Trump a publié une vidéo en juillet 2017 dans laquelle il a giflé à plusieurs reprises un homme au visage recouvert d'un logo CNN , à l'origine d'un scénario de lutte Trump de 2007 . CNN a qualifié cela d'incitation à la violence. Le sénateur républicain Ben Sasse a alors averti Trump de ne pas militariser la méfiance, ce qui mettrait en danger la liberté d'expression garantie par la Constitution . [397]Fin septembre 2017, dans un sondage Quinnipiac, 69% à 29% des Américains pensaient que Trump devrait arrêter de tweeter. [398]

Une étude de la Harvard Kennedy School a révélé qu'au cours des 100 premiers jours , Trump avait fait l' objet de 41% de tous les reportages à la télévision nationale , trois fois plus que n'importe quel président précédent, dont 80% étaient négatifs (52% sur le réseau d'information conservateur Fox News, 93 % pour CNN et NBC et 98 % pour ARD , qui, comme de nombreux autres médias étrangers, ont fréquemment soulevé la question de l'aptitude de Trump à exercer ses fonctions ). [399]En 2017, Trump a extrêmement dominé les plus de 2,8 milliards de tweets politiques américains ; c'était le sujet numéro un tous les jours sauf 17 de l'année, plus chaque semaine pour chaque groupe d'utilisateurs (militants conservateurs et de gauche et élites de Washington). Trump est apparu dans plus de 901 millions de tweets en 2017, plus de deux fois plus qu'en 2016 et dix fois plus qu'Obama lors de sa dernière année au pouvoir. [400] Le journaliste David Frum a souligné en décembre 2017 que le courant dominant conservateur s'était réconcilié avec Trump. Par exemple, sur les 21 commentateurs conservateurs du National Review qui ont appelé à Never Trump au début de 2016 , seuls six ont publiquement tenu cette position (dontJennifer Rubin , William Kristol et John Podhoretz ), alors que presque autant étaient devenus des partisans publics de Trump. Le comité éditorial initialement sceptique du Wall Street Journal est également de plus en plus positif. [401] Selon un sondage de février 2018, 54 % des Américains (84 % démocrates, environ 20 % républicains) ont déclaré qu'ils pensaient que les médias grand public traitaient Trump de manière équitable, tandis que 59 % pensaient que la gestion des médias par Trump était injuste. [402]

Enragé que Twitter vérifie les faits sur ses affirmations tweetées du 26 mai 2020 , Trump a publié un décret exécutif mettant fin aux protections des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook contre les poursuites pénales et au pouvoir des réseaux de modérer le contenu publié par les utilisateurs. [403] Un peu plus tard, Twitter a qualifié un tweet de Donald Trump lié à l'état d' urgence à Minneapolis de glorification de la violence. [404]

Après que l'ancien diffuseur préféré de Trump, Fox News [405] [406] soit tombé en disgrâce auprès de Trump lors de l' élection présidentielle américaine de 2020 pour avoir diffusé les résultats des élections sans reconnaître les allégations de fraude électorale de Trump, Trump lui a tourné le dos et a depuis favorisé One America Réseau d'actualités . [407]

Après que la Chambre des représentants a adopté un projet de loi sur le budget de la défense fin 2020, Trump y a opposé son veto. Ce veto a été rejeté par le Sénat américain en janvier 2021 avec la majorité nécessaire des deux tiers. C'était la première fois qu'une décision était prise contre le veto de Trump. [277] Trump a critiqué le paquet législatif, qui contient également des lois en dehors de la politique de défense, que ce paquet législatif n'abolit ni ne modifie le règlement connu sous le nom de "Section 230". D'une part, cette disposition prévoit que les plateformes en ligne peuvent agir contre les contributions des utilisateurs et, d'autre part, que les plateformes en ligne ne peuvent être tenues pour responsables des contributions des utilisateurs. [408]

Après la prise d'assaut du Capitole américain le 6 janvier 2021 , Meta Platforms (anciennement Facebook Inc.) a désactivé l'accès de Trump à ses comptes Facebook et Instagram . Initialement prévu pour 24 heures, Meta Platforms a prolongé le gel des comptes, annonçant qu'il resterait en place jusqu'à l'investiture de Joe Biden . [409] Le 8 janvier 2021, Twitter a annoncé que le compte Twitter de Trump (@realdonaldtrump) avait été définitivement suspendu en raison du risque d'incitation à la violence. [410] Après Elon MuskAprès être devenu actionnaire de Twitter, il a déclaré vouloir annuler l'exclusion de Trump de Twitter. [411]

Deux tweets du 8 janvier, qui ont été rapidement supprimés par Twitter

Adeptes dans le cadre d'une "majorité silencieuse"

Le publiciste Ward Baker a déclaré en décembre 2015 que Trump était "si populaire parce que les électeurs le considèrent comme authentique, indépendant, direct et fort - et parce qu'ils pensent qu'il ne peut pas être acheté par des groupes d'intérêt". [412] Selon le conseiller politique Frank Luntz , les sympathisants de Trump ne se caractérisent pas par leur fidélité aux principes conservateurs, mais surtout par leur colère face à l'état actuel de la politique américaine. Trump fait appel à des personnes ayant un large éventail de valeurs et de toutes les classes sociales parce qu'il "parle leur langue" et en tant qu'"anti-politicien" attaque l'establishment politique impopulaire. Il s'est positionné - comme Richard Nixon à la fin des années 1960– en tant que candidat à la « majorité silencieuse ». [413]

Selon la politologue Natascha Strobl , Trump se présente à la fois comme une « figure contestataire » et « comme un sauveur et héraut d'une nouvelle ère ». Elle fait également référence à la rhétorique religieuse de Trump. Il s'est laissé comparer au roi Cyrus , qui, selon la Bible, a aidé à ramener le peuple juif de l' exil à Babylone , s'est entouré de prédicateurs évangéliques et, dans ses discours de campagne de 2020, a parlé d'"une autre formidable victoire en cours - pour la foi et la famille, Dieu et la patrie, le drapeau et la liberté". [414]

Selon les données d'un sondage et d'un sondage électoral de février 2016, environ un tiers des partisans de Trump ont surmonté les divisions précédentes de l'électorat républicain lors de la primaire interne du parti et ont été unis dans une grande cohérence par «l'intolérance religieuse, sociale et raciale». [415]

Comme l'a analysé le Washington Post , Trump courtise depuis des années un segment politique de droite, qui s'est maintenant solidifié en un contre-establishment («établissement marginal») et a acquis une large présence médiatique en tant que contre-public; Trump a laissé la terre brûlée avec l'establishment. [416]

Un sondage mené par le groupe de réflexion Chicago Council après les six premiers mois de la présidence de Trump a révélé que les opinions de son noyau électoral n'avaient pas changé, tandis que l'électorat dans son ensemble est devenu moins populaire avec les politiques de l' Amérique d'abord , en particulier le protectionnisme du commerce extérieur et la lutte contre les immigrés. politiques était, de manière disproportionnée parmi les partisans républicains en général. [417]

langue et style

Le style et le langage de Trump sont considérés comme extraordinaires et ont été analysés à plusieurs reprises. Les mises en scène performatives, souvent de nature mélodramatique, étaient au premier plan pour le Trump expérimenté dans le divertissement, avant même le contenu politique - par exemple dans les fréquentes photos chorégraphiées de la signature des décrets dans le Bureau ovale . [418] Le journaliste Michael D'Antonio a jugé Trump "si occupé par sa performance que rien de ce qu'il dit sur lui-même ne peut être qualifié de sincère". [419] Le style de poignée de main de Trump avec les politiciens internationaux - souvent extraordinairement long et intense, alors qu'il parlait à Angela Merkel , par exemplen'a pas serré la main dans le bureau ovale - a été interprété comme un geste de domination. [420]

structure de la phrase et vocabulaire

Les discours de Trump utilisent des phrases courtes, clairement structurées, avec peu de syllabes, souvent avec les plus importantes à la fin, et souvent des impératifs - comme dans son slogan « Make America Great Again ». [421] Selon des indices , la grammaire et le vocabulaire de ses discours de campagne étaient également compréhensibles pour des enfants de onze ans, [422] le langage de nombreux concurrents politiques et anciens présidents était et est nettement plus complexe. [423] Dans les années 1980 et 1990, Trump a utilisé des structures de phrases et un vocabulaire beaucoup plus complexes. [424] Ses déclarations en 2015/16 étaient, selon une linguistique computationnelleÉtude plus fortement caractérisée par un registre linguistique féminin (verbes auxiliaires, référence d'ego, adresse affective, dynamique) que celle de tous les candidats aux campagnes présidentielles depuis 2004, aussi que celle de son adversaire Hillary Clinton. [425] [426]

Style conflictuel et "apolitique"

Le style de Trump est considéré comme conflictuel. Depuis février 2017, le New York Times a compilé une liste continuellement mise à jour de plus de 500 personnes, lieux et objets que Trump a insultés ou insultés sur Twitter depuis juin 2015. [427] Markus Feldenkirchen a jugé en 2015 que Trump fait presque tout différemment des politiciens conventionnels ; il nomme sans pitié tout ce qui est pourri dans le système politique américain . [428] Pendant la campagne électorale, Trump n'a fait aucun effort pour limiter ou affaiblir le vote, pas même envers certains groupes d'électeurs. Il a souvent utilisé des déclarations provocatrices et violant les tabous, a laissé des théories du complotet les thèses extérieures résonnent et attirent ainsi l'attention à plusieurs reprises. Dans sa rhétorique du « fort » et du « faible », il rendait les opposants politiques méprisables, par exemple par des allusions aux membres de la famille et des surnoms tels que « Crooked Hillary » (escroc Hillary) ou « petit Marco » ; Il a décrit le vétéran du Vietnam John McCain comme n'étant pas un véritable héros parce qu'il s'était laissé capturer. [429] Ce faisant, il crée un sentiment de proximité personnelle parmi les partisans d'une communauté en lutte contre l'establishment. Comme avec Silvio Berlusconi , Trump aurait également le mythe vantard de l'ascension autodidacte au statut de milliardaire et de la virilité machiste qui s'y affichait.et maîtrise virtuose des médias. [430] Confronté à des questions critiques, Trump – contrairement aux politiciens habituels qui échappent à l'abstraction – utilise son talent comique et s'en tient à son langage simple, avec lequel il signale sa distance par rapport aux affaires politiques. [421] Interrogé sur le contenu et les positions, il a souvent recours à des anecdotes ou à des personnes de son entourage personnel au lieu de s'engager dans des détails. [431]

Lors d'un de ses événements de campagne en 2016, Trump a déclaré qu'il pouvait aussi « être présidentiel » ; mais alors "seulement environ 20% d'entre vous seraient ici parce que ce serait ennuyeux." [432]

rhétorique

La professeure de rhétorique américaine Jennifer Mercieca ( Texas A&M University ) étudie la rhétorique et l'utilisation du langage de Trump depuis 2015. Trump utilise spécifiquement des modèles linguistiques que les anciens locuteurs connaissaient et utilisaient déjà. Il exagère et polarise ; il insulte les opposants politiques ( ad hominem ), menace ( argumentum ad baculum ) et les dépersonnalise. Il utilise souvent des paralipses ( p . [433] [434]La politologue Natascha Strobl a utilisé l' exemple de la demande de la campagne électorale centrale de Trump en 2016 pour la construction d'un mur entre les États-Unis et le Mexique pour illustrer sa politique de sifflet de chien : Indépendamment de l'avantage, de la possibilité ou de la justification morale, économique, écologique ou politique de ce projet, le cri de guerre est « Build the wall ! » encore et toujours « sentiments d'intoxication raciste ». [435]

Vérité des déclarations de Trump - citations

Un style politique post -vérité est attribué à Trump : [436] Selon des études de sites tels que Politifact , la proportion de ses déclarations politiques objectivement fausses était d'environ 70 % à l'automne 2017 (Obama : 26 %) ; [437] Le New York Times et le Washington Post maintiennent chacun des bases de données de fausses déclarations de Trump au pouvoir qui ont dépassé le millier à l'été 2017. [438] [439] Jusqu'aux élections de mi -mandat de novembre 2018 il y a eu plus de 6 400 fausses déclarations, dont la fréquence a augmenté avec le temps - avec plus de 1 400 au cours des sept semaines précédant les élections. [440] Au total, le Washington Post a dénombré 30 573 allégations fausses ou trompeuses au cours de son mandat de quatre ans, dont environ la moitié au cours de sa dernière année au pouvoir. Alors qu'il a fait environ six affirmations fausses ou trompeuses par jour au cours de sa première année en tant que président, il en a fait 16 au cours de sa deuxième année, 22 au cours de sa troisième et 39 au cours de sa dernière année. [441]

En décembre 2018, la division de vérification des faits du Washington Post a introduit une nouvelle catégorie, l' infâme Pinocchio , pour les déclarations qui se sont avérées fausses et qu'un homme politique a pourtant répétées au moins vingt fois. Jusque-là, Trump était le seul politicien à répondre à ces critères, alors que la plupart des autres politiciens ne répétaient pas des mensonges prouvés. En décembre 2018, Trump avait reçu une note sans fond de Pinocchio à quatorze reprises, notamment en affirmant à tort que sa réduction d'impôt était la plus importante de l'histoire, répétée 123 fois, ou en affirmant que la construction du mur frontalier avec le Mexique avait déjà commencé, répétée 86 fois. Le Sueddeutsche Zeitunga soulevé la question de savoir si l'outil de vérification des faits a un sens, étant donné que ces mensonges répétés n'ont pas blessé les partisans de Trump. [442] [443] [444]

En 2016, Harry G. Frankfurt décrivait Trump comme un connerie qui, contrairement à un menteur, n'avait plus aucun rapport avec la vérité et la réalité, mais faisait simplement n'importe quelle affirmation dans le monde. [445] [446]

Après avoir étudié le mensonge en 2017, la sociologue Bella DePaulo a déclaré que non seulement Trump mentait plus souvent que n'importe qui d'autre étudié, mais que le rapport de ses mensonges pour se faire mieux paraître par rapport aux petits mensonges "amicaux" - généralement deux pour un - était plus élevé pour Trump six contre un. De plus, la proportion de ses mensonges qui blessent les autres est anormalement élevée à 50% (habituel : 1 à 2%). Dans deux sondages de l'automne 2017, moins de 40% des Américains interrogés ont déclaré qu'ils croyaient aux déclarations de Trump. [447]

Le sénateur républicain Jeff Flake a déclaré dans un discours devant le Sénat américain le 17 janvier 2018 : « En 2017, la vérité - la vérité objective, empirique et démontrable - a été plus abusée et compromise qu'à tout moment de l'histoire de notre pays, dirigée par les plus puissants. figure dans notre gouvernement ». La répétition constante de contrevérités sape la confiance dans les institutions importantes et pousse le public à cesser de les croire. Cela a des effets destructeurs sur la démocratie. [448]

En 2019, les politologues Nancy L. Rosenblum et Russell Muirhead ont cité Trump comme un exemple de « nouveau complot », une nouvelle forme de croyance au complot. Contrairement aux théories du complot classiques, celle-ci se passe complètement de preuves et de preuves circonstancielles et repose uniquement sur des questions insinuantes et de simples affirmations souvent répétées. En règle générale, Trump fait précéder de telles affirmations par la phrase que beaucoup de gens diraient cela. Lors de la primaire de 2016, par exemple, il a répandu le soupçon que le père de son concurrent Ted Cruz avait eu des contacts avec l'assassin de Kennedy , Lee Harvey Oswald.had : Même si ce n'est pas tout à fait vrai, il y a quand même quelque chose. Depuis son entrée en fonction, Trump a répandu de telles allégations de complot concernant de fausses nouvelles, des élections prétendument truquées ou un coup d'État du ministère de la Justice presque tous les jours . [449]

Dans un discours à la nation le jour de l'indépendance des États-Unis en juillet 2019, Trump a affirmé que les Américains avaient pris les aéroports en 1775, pendant la guerre d'indépendance américaine. [450] En septembre 2019, à la suite de l'ouragan Dorian , Trump a présenté une carte manipulée de la National Oceanic and Atmospheric Administration pour étayer son affirmation selon laquelle l'État de l'Alabama pourrait être menacé par l'ouragan. [451] En mars 2020, Trump a affirmé que Séoul comptait 38 millions d'habitants. [452]

Dans un tweet du 26 mai 2020, Trump a tenté d'expliquer pourquoi le vote par correspondance en Californie pour l' élection présidentielle américaine de 2020 entraînerait une fraude électorale . Twitter a signalé ce tweet comme trompeur après une vérification des faits . [453] (Voir : Controverse sur le vote par correspondance - Obstruction du courrier fédéral américain )

stratégies et calculs

En 2017, le FAZ a décrit les menaces vides et les promesses vides comme les caractéristiques de sa gestion de crise . [454] La conduite des négociations par Trump a été comparée à celle d'un preneur d' otages : Trump menace de mettre fin à certains programmes afin de persuader l'autre partie de faire des concessions. Il négocie de manière distributive , c'est-à-dire dans une hypothèse à somme nulle , il est soucieux de s'affirmer pleinement (situation gagnant-perdant) - tandis que la politique est généralement basée sur des négociations intégratives , dans lesquelles toutes les parties s'accordent sur un équilibre complexe d'intérêts ( situation gagnant -perdant). -situation gagnante ). Au cours de la négociation distributive surDu bluff , des menaces et des mensonges, l'approche intégrative est basée sur l'instauration de la confiance, la compréhension de l'autre et la connaissance des faits. Selon le journaliste Josh Marshall, Trump n'est habitué qu'à une forme particulièrement extrême de négociation distributive, inadaptée aux arrangements permanents. [455] Le comportement de Trump a été interprété comme une stratégie consistant à toujours laisser ses adversaires dans l'ignorance et à changer à plusieurs reprises non seulement les positions mais aussi le lieu du conflit ("changement constant du champ de bataille"). Dans son comportement, Trump agit également de manière cohérente conformément à ses deux devises principales : "Toujours se venger" ("Toujours se venger") et "Frapper plus fort que tu n'as été touché" ("Frapper plus fort que tu n'as été touché"). . [456]En janvier 2018, le sénateur Bob Corker , qui critiquait Trump, l'a félicité pour cette imprévisibilité, car elle place les États-Unis dans une bonne position de négociation internationale. [457] [458] [459] Le biographe de Trump, Timothy L. O'Brien, d'autre part, est d'avis que la motivation de Trump pour l'action est toujours soit l'auto-préservation, soit l'auto-agrandissement : il n'est pas capable de réflexion stratégique . [460] Certains commentateurs voient le danger de suranalyser le comportement de Trump. En 2017, Die Zeit décrivait une « herméneutiquePas » des commentateurs en raison de la « performance constamment en dépassement » de Trump, qui ne peut être traitée avec les catégories d'interprétation habituelles : Trump a privé les citoyens du luxe d'une démocratie stable, n'ayant pas à s'occuper constamment de la politique, et est donc causant du stress. [461] Contrairement à la thèse selon laquelle Trump n'est pas capable d'action stratégique, cette circonstance peut être interprétée comme la mise en œuvre de la Grèce antiqueinterpréter une stratégie de chaos réussie. Ce faisant, il s'appuie sur les efforts des médias pour se tenir au courant de ses faux pas politiques et de ses scandales personnels, de sorte qu'il reste en mesure d'agir sans être gêné par la résistance du public, puisque le public est déjà complètement préoccupé par le traitement et l'analyse la prochaine crise qu'il a déclenchée est. En faisant varier la fréquence avec laquelle il devient le centre d'intérêt du public et la quantité de couverture nécessaire pour capter la situation, il maintient un état d'urgence constant, un bruit de fond dans lequel se noient les décisions véritablement controversées. [462]

Placement dans l'histoire politique américaine

Torben Lütjen voit la présidence de Trump comme le résultat d'une polarisation croissante entre démocrates et républicains, qui a commencé lorsque les démocrates ont perdu les États conservateurs du sud ( Solid South ) au profit du républicain libertaire radical Barry Goldwater lors de l' élection présidentielle de 1964 en raison de leur rapprochement avec les droits civiques. mouvement . Pour ce faire, ils ont conquis les bastions républicains libéraux du Nord-Est, atténuant les tensions régionales au sein des partis tout en creusant les divergences entre eux. Richard Nixon remporte l' élection présidentielle de 1968diviser la main-d'œuvre blanche traditionnellement démocrate et attirer la majorité dans le camp conservateur. Son populisme de droite a remplacé les lignes de conflit socio - économiques par des lignes de conflit socio-culturelles et soutenait déjà les mêmes opposants que Trump - avec l'anti-intellectualisme, les médias et une élite libérale comme images ennemies. [463]

Certains voient le succès de Trump et Sanders dans le cadre d'un mouvement anti-establishment comme la fin de ce que l'on pense être le cinquième ou le sixième du genre dans l'histoire des États-Unis. Trump est vu comme l'aboutissement d'un processus républicain qui utilise la colère et l'extrémisme pour mobiliser les électeurs sans offrir une vision robuste de l'avenir, avec des acteurs comme Fox News et le mouvement Tea Party . Selon Robert Kagan , pendant la présidence d'Obama, les partisans républicains ont été encouragés à considérer l'État et ses institutions comme quelque chose à surmonter, ce qui explique le succès de l'outsider Trump. [464]

L'historien Joseph J. Ellis interprète le succès de Trump comme une réaction politique des protestants blancs anglo-saxons typiques de l'histoire américaine , en l'occurrence du premier président afro-américain, tout comme l'émergence des lois Jim Crow et du Ku Klux Klans en réponse. à la reconstruction , et le succès de la loi et de l'ordre de Nixon et plus tard de Reagan en réponse au mouvement des droits civiques. [465]

Les politologues Steven Levitsky et Daniel Ziblatt (2019) ont décrit Trump comme un "briseur de normes en série". [466]

Thomas Assheuer a interprété Trump en 2020 comme le symptôme d'une crise non reconnue . Trump est un produit de son âge. La crise financière mondiale depuis 2007, "lorsque des millions de citoyens ont perdu leur sécurité de vieillesse, leur emploi et même leur logement, tandis que les responsables s'en sont tirés en toute impunité et que les riches et les super-riches ont eu un œil au beurre noir", a provoqué une insécurité collective ; cela a été exploité à fond par Trump pour semer et attiser la haine et la division. [467]

Classement international

Le succès de Trump est lié aux partis populistes de droite en Europe. [468] Le New York Times , par exemple, considérait que la campagne de Trump suivait les traces de partis favorables aux travailleurs comme l' UKIP britannique , qui considérait l'identité chrétienne et l'intégrité économique comme menacées par l'immigration. Des parties de la population se considèrent comme des laissés-pour-compte dans le changement culturel et comme les perdants de la modernisation en raison de l'exode des emplois dans l'économie mondialisée , alors que ces mouvements ont propagé le « chauvinisme social », c'est-à-dire la défense de l'État-providence uniquement pour les locaux. . [430]Après la victoire électorale de Trump, des craintes ont surgi qu'il pourrait former une "internationale nationaliste" avec des mouvements autoritaires et de droite à travers le monde - comme Nigel Farage au Royaume-Uni, Marine Le Pen en France et Vladimir Poutine en Russie - et s'opposer ainsi à la un ordre libéral jusqu'alors stable des états occidentaux. Au printemps 2017, cependant, cela est devenu moins probable en raison de la politique étrangère et de sécurité de plus en plus interventionniste et anti-russe de Trump. [469] [470]

Dans l'art et la culture pop

Trump a fait une brève apparition dans le film de 1992 Kevin : Alone in New York . C'était sa condition pour que le tournage soit autorisé à avoir lieu dans le hall de l' hôtel Plaza , qu'il possédait à l'époque. [471]

La série animée Les Simpson a développé l'idée que Lisa Simpson deviendrait le premier président américain à succéder à Donald Trump en 2030 dans l'épisode Bart's Future Sight (saison 11), diffusé en 2000 . [472] En 2015, le discours de Trump déclarant la candidature présidentielle a également été repris dans la série. [473]

Après ses débuts réussis en tant qu'artiste avec The Apprentice , le téléfilm de 2005 Trump Unauthorized (en allemand : le grand spectacle de Donald Trump ) a été diffusé avec Louis Ferreira dans le rôle principal, basé sur des livres de sa biographe Gwenda Blair . [474]

Le 30 mars 2016, les rappeurs YG et Nipsey Hussle ont sorti la chanson de protestation FDT (Fuck Donald Trump) , qui a déclenché une enquête des services secrets en raison de ses paroles offensantes . [475] En octobre 2016, un projet musical appelé 30 Days, 30 Songs , lancé par Dave Eggers , a commencé avec l'objectif de sortir une chanson par jour pour une « Amérique sans Trump » jusqu'au jour de l'élection présidentielle. Avec l'élection de Trump, le projet a été prolongé jusqu'à la durée de son mandat sous la devise 1 000 jours, 1 000 chansons . [476] Une liste de lecture similaire a été publiée parLabel indépendant Secretly Canadian sous le nom Our First 100 Days .

En octobre 2016, une machine à dire la bonne aventure avec une poupée Trump en tant que prophète est apparue à New York , "The All Seeing Trump" ( Allemand "Der allsehende Trump " ("The All-Seeing Trump" )). C'était une installation artistique émouvante . [477] Le Trump qui voyait tout avait des attitudes anti-immigrés et une vision sombre de l'avenir. Si vous appuyiez sur un bouton, il ferait de terribles prédictions [477] et recracherait une carte de malheur . [478]   

Lors des Golden Globe Awards à la mi-janvier 2017, l'actrice Meryl Streep a fait une déclaration sur Donald Trump au lieu d'un discours d'acceptation : "Le manque de respect invite au manque de respect, la violence encourage la violence." Elle a ajouté : "Quand les puissants utilisent leur position, pour intimider les autres , alors nous perdons tous. » Trump a ensuite tweeté que Streep était « l'une des actrices les plus surestimées d'Hollywood » et la « servante » d'Hillary Clinton. [479] [480]

Fin janvier 2017, après 20 ans de préparation, l'artiste d'emballage Christo ( Verveilder Reichstag ) a arrêté son projet "Over the River" , qui couvre des parties de la rivière Arkansas dans l'état américain du Colorado avec des longueurs de tissu argenté : " Ici, le gouvernement fédéral américain est notre propriétaire. Elle est propriétaire du terrain. Je ne peux pas faire un projet qui profitera à ce propriétaire." [481]

Dans sa chanson Nasty Man , sortie début avril 2017, Joan Baez a qualifié l'insulte de Trump à son adversaire Hillary Clinton lors du dernier duel télévisé de la campagne de "méchante femme". [482] [483]

Deux documentaires, You've Been Trumped (2011) et A Dangerous Game (2014), relatent la lutte des initiatives locales contre les terrains de golf planifiés par Trump. Le 18 octobre 2016, le cinéaste Michael Moore a sorti le documentaire politique cinglant Michael Moore in TrumpLand . Le documentaire Fahrenheit 11/9 a suivi en 2018 , dans lequel Moore traite de la présidence Trump.

Dans son roman Golden House (2017) , Salman fait la satire de Rushdie Trump dans le personnage du méchant de bande dessinée Joker .

Pour l'élection présidentielle américaine de 2020 , Roy Zimmerman a publié une parodie de la chanson The Lion Sleeps Tonight intitulée The Liar Tweets Tonight sur YouTube. [484]

Coiffure ("comb over")

La coiffure de Trump, un soi-disant comb-over , dans lequel de longues mèches de cheveux sont peignées sur des taches chauves sur la tête, a souvent été reçue dans la culture pop. En 2008, le tabloïd britannique Daily Mail a publié une description du «combinaison Donald Trump défiant la gravité» («combinaison Donald Trump défiant la gravité»), qui, selon le schéma, combine quatre directions de peignage. [485] En 2011, Time Magazine a publié un schéma de coiffure combinant trois directions de peignage. [486] Le portail BuzzFeeda publié un article intitulé "Les 23 plus importants comb-overs du Congrès" en 2013. Dans ce document, la coiffure du représentant Steve Chabot est comparée à la "technique du tour du monde" de Trump. [487] Le magazine Vanity Fair a publié une "Histoire illustrée" de sa coiffure. [488] En 2015, une séquence vidéo des Simpsons intitulée Trumptastic Voyage est apparue , dans laquelle Homer Simpson flotte à travers la coiffure de Trump, qu'il décrit comme un « combover défiant la gravité ». [489] Pendant la campagne électorale, le musicien Jello Biafra écritune pièce intitulée Satan 's Combover . [490] De nombreux médias ont écrit sur la technique de peignage de Trump et ont montré des photos de sa coiffure emportée par le vent. [491] [492] [493] L'entomologiste canadien Vazrick Nazari a nommé l'espèce de papillon de nuit Neopalpa donaldtrumpi d'après Trump en 2017 en raison de la ressemblance des écailles blanc jaunâtre sur la tête des mâles adultes avec la coiffure de Trump. [494] Les manifestations ont vu des pancartes avec le slogan « We Shall Overcomb », qui fait allusion à la chanson de protestation We Shall Overcome . [495] [496]Dans son livre révélateur Fire and Fury de 2017 , le journaliste Michael Wolff cite la fille de Trump, Ivanka, pour un compte rendu détaillé de son processus de coiffure :

Elle expliquait souvent le processus à ses amis : un sommet de la tête totalement chauve – un îlot bien défini depuis une chirurgie de réduction du cuir chevelu – entouré d'une frange de cheveux velus sur le devant et les côtés. À partir de là, toutes les extrémités des cheveux sont peignées et réunies au milieu, puis tout est peigné en arrière et fixé avec de la laque. [497] [498]

Trump a démontré lors d'un événement de campagne en 2018 comment il a couvert une calvitie à l'arrière de sa tête. [499] En 2019, l'horloger suédois Triwa a produit une montre- bracelet avec une caricature de la tête de Trump, avec des mains en forme de mèches de cheveux. [500] Dans Family Guy - Episode Trump Guy (2019), Peter Griffin, en tant qu'attaché de presse de Trump, est chargé de vérifier les chambres pour les charges électrostatiques avant que Trump n'y entre. Quand il serre la main de Trump après avoir ouvert une porte, ses cheveux ressortent. [501] Dans la série de marionnettes satiriques britanniques Spitting ImageDepuis 2020, la coiffure de Donald Trump est représentée comme un personnage distinct avec un visage, laissant la tête chauve de la poupée Trump. [502] Au cours de la campagne 2020, le New York Times a publié les détails des déclarations de revenus de Trump, [503] qui ont révélé 70 000 $ dépensés en soins capillaires au cours de son mandat précédent en tant qu'hôte de The Apprentice . [504]

honneurs et récompenses

L'étoile de Trump sur le Hollywood Walk of Fame
Gros plan de la tête de l' espèce Palpemoth Neopalpa donaldtrumpi

Publications (sélection)

  • avec Tony Schwartz : Atout. L'art du succès . Heyne, Munich 1988, ISBN 3-453-04005-8 (Original: Trump: The Art of the Deal. Random House, 1987, ISBN 978-0-345-47917-4 ).
  • avec Meredith McIver : N'abandonnez jamais ! Comment j'ai transformé mes plus grands défis en mes plus grands triomphes. Traduit par Isabel Lamberty-Klaas. Redline, Munich 2008, ISBN 978-3-636-01596-9 (Original : Never Give Up : How I Turned My Biggest Challenges into Success. Wiley, 2008, ISBN 978-0-470-19084-5 ).
  • avec Bill Zanker : Ne fais pas de bêtises, sois grand ! La feuille de route du succès rédigée par un milliardaire. Médias boursiers, Kulmbach 2008, ISBN 978-3-938350-73-7 (Original: Think Big and Kick Ass in Business and Life. Harper, 2007).
  • avec Meredith McIver : Comment devenir riche. Traduit par Horst Fugger. FinanzBuch, Munich 2004, ISBN 3-89879-080-0 (Original : Trump : Comment devenir riche. Ballantine, 2004, ISBN 978-0-345-48103-0 ).
  • SUPER ENCORE ! – Comment je vais sauver l'Amérique . Plassen Buchverlage, Kulmbach 2017, ISBN 978-3-86470-384-3 ( Crippled America: How to Make America Great Again. Threshold Editions, New York 2015, ISBN 978-1-5011-3796-9 ).

Voir également

documentaires

  • Michael Moore dans Trumpland . 73 min Un film réalisé par Michael Moore . États-Unis 2016. [524]
  • Les Atouts - Du Palatinat à la Maison Blanche. 48 min Un film de Paul Berczeller. Royaume-Uni 2017. [525]
  • Trump : Un rêve américain. 4 épisodes (titres : Manhattan, The Gambler, Citizen Trump, Politics), 222 min. Royaume-Uni 2017. [526]
  • Fahrenheit 11/9 . 128 min Un film de Michael Moore. États-Unis 2018. [527]
  • La dynastie Trump - La route du pouvoir. 3 épisodes (Title Names: Born, High Stakes, The Trump Show), 258 min USA 2019. [528] [529]
  • Le sale deal de Trump - Le président et l'affaire ukrainienne. 58 min Un film de Jacques Charmelot et François Chayé. France 2020. [530]
  • L'Amérique divisée : Trump : l'Amérique d'abord ! (= Frontline. Saison 38, épisode 3). 106 min Un film de Michael Kirk. États-Unis 2020. [531]
  • L'Amérique a le choix : Trump contre Biden. 110 min Un film de Michael Kirk et Mike Wiser. États-Unis 2020. [532]
  • Trump et le FBI - Une affaire américaine. 90 min Un film de David Carr-Brown et Fabrizio Calvi. France/Allemagne 2020. [533]
  • L'héritage de Trump - l'Amérique déchirée. 45 min Un film de Carsten Obländer. Allemagne 2021. [534]

Littérature

(par ordre alphabétique)

liens web

Commons : Donald Trump  - Collection d'images

les détails

  1. Joe Biden remporte l'élection présidentielle . Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 7 novembre 2020, consulté le 7 novembre 2020.
  2. Biden remporte la présidence, mettant fin à quatre années tumultueuses sous Trump . Dans : Le New York Times . 7 novembre 2020, consulté le 7 novembre 2020.
  3. Destitution de Donald Trump : Chuck Schumer qualifie l'acquittement de "disgrâce". Dans : Le Miroir. Consulté le 14 février 2021 .
  4. Sondage présidentiel des historiens 2021 sur c-span.org. Récupéré le 2 juillet 2021 (anglais).
  5. Mary Pilon : la mère immigrée de Donald Trump In : The New Yorker . 24 juin 2016.
  6. Gwenda Blair : Donald Trump. Maître Apprenti. Simon & Schuster , New York 2005, ISBN 0-7432-7510-1 , p. 5 et suiv .; Roland Paul : L'émigrant américain Friedrich Trump de Kallstadt et l'échec de sa migration de retour. In: Patrie du Palatinat. Volume 67, 2016, p. 15–21 ; Markus Vogel : Ancêtres de Frederick Christ « Fred » Trump. Dans : Gedbas . 27 janvier 2019 (pedigree de son propre frère).
  7. Louis Smullin : John George Trump 1907-1985. Dans : Hommages commémoratifs. Académie nationale d'ingénierie. Volume 3, 1989, pages 332-337.
  8. a b Martin Hannan : Une vérité qui dérange ? La mère écossaise de Donald Trump était une migrante à faible revenu. Dans : Le National . 21 mai 2016, récupéré le 5 mars 2021 .
  9. Gwenda Blair : Les Atouts. Trois générations de bâtisseurs et un candidat à la présidentielle . Simon & Schuster, New York 2015, p. 229.
  10. Donald J. Trump, Tony Schwartz : Trump. L'art du deal. Ballantine, New York 1987, ISBN 0-345-47917-3 , page 66 ; aussi Andrew Kaczynski: Trump se moque de la revendication d'héritage amérindien de Warren, mais prétend à tort que sa famille était suédoise. Dans : BuzzFeed . 17 août 2015.
  11. Malgré ce que Donald Trump n'arrête pas de dire, son père est né à New York, pas en Allemagne , Tom Kertscher dans PolitFact, en ligne le 4 avril 2019
  12. Gwenda Blair : Les Atouts. Trois générations de bâtisseurs et un candidat à la présidentielle . Simon & Schuster , New York 2015, p. 162–164.
  13. Gwenda Blair : Les Atouts. Trois générations de bâtisseurs et un candidat à la présidentielle . Simon & Schuster, New York 2015, p. 167–169.
  14. Gwenda Blair : Les Atouts. Trois générations de bâtisseurs et un candidat à la présidentielle . Simon & Schuster, New York 2015, p. 225f.
  15. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 33-42.
  16. Matt Viser : Même à l'université, Donald Trump était impétueux. Dans : Le Boston Globe . 28 août 2015 ; Gwenda Blair : Donald Trump. Le candidat. Simon et Schuster, New York 2015, ISBN 978-1-4391-2937-1 , pages 16 et suivantes.
  17. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 48.
  18. Kurtis Lee : Comment les ajournements ont empêché Donald Trump de servir au Vietnam. Dans : Los Angeles Times . 4 août 2016.
  19. voir aussi nytimes.com 26 décembre 2018 : Un podiatre du Queens a-t-il aidé Donald Trump à éviter le Vietnam ?
  20. James Barron : Trump's Get Divorce ; Ensuite, qui obtient quoi ? Dans : Le New York Times . 12 décembre 1990.
  21. Documenting Trump's Abuse of Women sur newyorker.com, 24 octobre 2016, consulté le 28 mai 2017
  22. La vie d'épouse de Donald Trump : Ivana Trump s'exprime ! | Bonjour la Bretagne. Consulté le 25 janvier 2019 .
  23. Lara et Eric Trump accueillent un deuxième enfant . NBC Montana, 20 août 2019.
  24. Jason Horowitz, Discours familier sur les femmes, d'un Trump inconnu. Dans : Le New York Times . 18 août 2015.
  25. Gwenda Blair : Les Atouts. Trois générations de bâtisseurs et un candidat à la présidentielle . Simon & Schuster, New York 2015, p. 242-245.
  26. Jason Horowitz : Pour Donald Trump, Leçons de la souffrance d'un frère. Dans : Le New York Times . 2 janvier 2016 ; Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pages 93 et ​​suivantes.
  27. Jack Jenkins/Maina Mwaura : Trump, confirmé presbytérien, s'identifie désormais comme « chrétien non confessionnel ». Dans : Service de nouvelles religieuses. 23 octobre 2020 , récupéré le 25 octobre 2020 .
  28. Tracie Rozhon : Fred C. Trump, maître d'œuvre d'après-guerre de logements pour la classe moyenne, meurt à 93 ans. Dans : The New York Times . 26 juin 1999.
  29. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pages 51 et suivantes.
  30. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 57–59.
  31. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pages 54 et suivantes.
  32. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 59 et 63–68.
  33. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pp. 70–78 et 84 sq.
  34. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 81–83.
  35. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 85–90 et 94–96.
  36. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 96 et 98 et suiv.
  37. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 99-101.
  38. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, pp. 103–110 et 119 sq.
  39. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 124-137.
  40. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, page 128.
  41. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 132-139.
  42. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 191.
  43. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 140-144.
  44. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 145–147.
  45. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 147–151.
  46. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pages 188 et suivantes.
  47. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 193–196.
  48. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pages 188 à 190, 197 et suiv. et 205 et suiv.
  49. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, p. 200 et suiv.
  50. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017, pages 203 et suivantes.
  51. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 206-209.
  52. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 209-212.
  53. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 212f.
  54. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 213f.
  55. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 217–220.
  56. Hudson Hongo : Une liste complète de tous ceux qui tentent de rompre les liens avec Donald Trump. Dans : Gawker. 7 juillet 2015.
  57. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 221–224.
  58. Heinrich Lenhardt : Légendairement mauvais : le magnat de l'immobilier de Donald Trump - Battez Trump ! Game Star, 30 mars 2016.
  59. Le magnat de l'immobilier de Donald Trump . IGN, 28 août 2004. Consulté le 11 juillet 2018
  60. Le magnat de l'immobilier de Donald Trump : la revue Kotaku . Kotaku, 23 janvier 2017. Consulté le 11 juillet 2018.
  61. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 225–227.
  62. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. p. 228–236.
  63. Les 3 500 procès de Trump sans précédent pour un candidat à la présidentielle. Dans : USA Today , 1er juin 2016.
  64. La justice accuse l'université de Donald Trump de tricherie. Dans : Die Welt , 26 août 2013.
  65. Allégations de fausse université : Trump échoue dans la lutte contre le procès pour fraude. Dans : Miroir en ligne . 2 mars 2016.
  66. Trump paie 25 millions de dollars en compensation. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 18 novembre 2016.
  67. Trump annonce la dissolution de sa propre fondation. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 25 décembre 2016.
  68. Le procureur général de New York enquête sur la fondation de Trump. Dans : CBS News. 14 septembre 2016
  69. Kevin Sack, Steve Eder : De nouveaux records font la lumière sur le don de 25 000 $ de Donald Trump à un officiel de Floride. Dans : Le New York Times. 14 septembre 2016.
  70. Enquête sur la loi caritative : Trump annonce la dissolution de sa fondation controversée. Dans : Miroir en ligne . 25 décembre 2016.
  71. Dan Alexander, Comment Donald Trump a transféré l'argent de la charité Kids-Cancer dans son entreprise . Dans : Forbes.com , 6 juin 2017.
  72. FAZ.net 14 juin 2018 : La justice new-yorkaise poursuit Donald Trump
  73. Reuters.com : New York poursuit Trump, sa fondation, pour « transaction d'initié »
  74. politico.com : New York AG poursuit Trump, alléguant une « conduite illégale » à son organisme de bienfaisance
  75. Ines Zöttl : Donald Trump : Sa richesse diminue - et les procureurs attendent déjà. Dans : LE MIROIR. Consulté le 30 novembre 2020 .
  76. Danny Hakim, Mike McIntire, William K. Rashbaum, Ben Protess : Les radiations fiscales de Trump sont prises au piège dans 2 enquêtes sur les fraudes à New York . Dans : Le New York Times . 20 novembre 2020, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 30 novembre 2020]).
  77. Donald Trump : enquête criminelle du bureau du procureur de New York. Dans : Le Miroir. Récupéré le 19 mai 2021 .
  78. tagesschau.de : Soupçon de fraude fiscale : accusations contre la holding familiale de Trump. Récupéré le 2 juillet 2021 .
  79. Trump Organization inculpée de fraude fiscale . Dans : FAZ.NET . ISSN  0174-4909 ( faz.net [consulté le 2 juillet 2021]).
  80. voir aussi www.washingtonpost.com 4 juillet 2021 : Trump semble reconnaître les stratagèmes fiscaux tout en se demandant si les violations alléguées sont des crimes
  81. Gabriel Knupfer : Voici le Boeing 757 privé de Donald Trump. Dans : aeroTELEGRAPH , 29 août 2016.
  82. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 293f.
  83. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 294-297.
  84. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Simon & Schuster, Londres 2017, p. 300-304.
  85. Timothy L. O'Brien : Cher M. Trump : Je vaux aussi 10 milliards de dollars. Dans : Bloomberg . 21 juillet 2015.
  86. Gerry Mullany : Donald Trump prétend que sa fortune dépasse « dix milliards de dollars ». Dans : Le New York Times . 15 juillet 2015.
  87. Les milliardaires du monde. #405 : Donald Trump. Dans : Forbes . Consulté le 17 juin 2015 ; Richard Rubin : Voici notre décompte de la richesse de Donald Trump. Dans : Bloomberg . 28 juillet 2015.
  88. Donald Trump prend du retard. Dans : Badische Zeitung . 21 mars 2017.
  89. La valeur nette définitive de Donald Trump , Forbes, février 2018
  90. zeit.de 15 novembre 2019 : Donald Trump porte le litige fiscal devant la Cour suprême
  91. Matea Gold, Drew Harwell, Rosalind S. Helderman : Trump conserve des actifs d'une valeur d'au moins 1,4 milliard de dollars, selon une nouvelle divulgation. Dans : The Washington Post , 16 juin 2017.
  92. Les dettes de Trump sont largement détenues à Wall Street, créant de nouveaux conflits potentiels. Dans : Le Wall Street Journal . 5 janvier 2017.
  93. David Barstow, Susanne Craig, Russ Buettner, Trump s'est engagé dans des stratagèmes fiscaux suspects alors qu'il récoltait les richesses de son père , 2 octobre 2018, The New York Times .
  94. a b Russ Buettner, Susanne Craig, Mike McIntire : Les impôts de Trump montrent des pertes chroniques et des années d'évasion fiscale . Dans : Le New York Times . 27 septembre 2020, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 28 septembre 2020]).
  95. Talis Shelbourne : Fact Check : Donald Trump a-t-il plus de 400 millions de dollars de dettes ? Dans : Heavy.com. 8 octobre 2020, récupéré le 11 octobre 2020 (anglais américain).
  96. Associated Press : Le rapport selon lequel Trump a une dette de 400 millions de dollars soulève des problèmes de sécurité nationale. Récupéré le 11 octobre 2020 (anglais américain).
  97. FAZ.net 18 décembre 2020 : Trump prend soin de lui
  98. Donald Trump : Défaite dans un litige sur des documents fiscaux . Dans : Le Miroir . 15 décembre 2021, ISSN  2195-1349 ( spiegel.de [consulté le 15 décembre 2021]).
  99. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé . Simon & Schuster, Londres 2017. pp. 273f et 289f.
  100. Scott Feinberg, Donald Trump s'est incliné pour l'affectation soviétique dans les années 1980, déclare le lauréat du prix Nobel. Dans : The Hollywood Reporter . 26 mai 2017.
  101. Abbie VanSickle : Confuse par les liens russes de Trump ? Cette chronologie le décompose pour vous , 6 avril 2017, medium.com
  102. Daniel Bates : Un nouveau livre affirme que Trump a été compromis par des espions russes en 1987 , 10 août 2018, The New Zealand Herald
  103. Michael Oreskes : Trump donne un vague indice de candidature. Dans : Le New York Times . 2 septembre 1987.
  104. William C. Troft, Deadly Donald, UPI, 3 avril 1989. Trump a déclaré dans cette interview qu'il voulait que ces tueurs soient haïs : « Ils devraient être obligés de souffrir, et s'ils tuent, ils devraient être tenus responsables de leurs crimes. crimes." se faire exécuter."
  105. Joshua Green, Le marché du diable. Pingouin, New York 2017, page 37.
  106. Joshua Green, Le marché du diable. Pingouin, New York 2017, pages 37 et suivantes.
  107. Joshua Green : Le marché du diable . Pingouin, New York 2017, page 38.
  108. Trump soutient McCain. Dans : CNN.com . 18 septembre 2008.
  109. Joshua Gillin : Bush dit que Trump a été un démocrate plus longtemps qu'un républicain « au cours de la dernière décennie ». Dans : PolitiFact.com. 24 août 2015.
  110. Will Cabaniss : Les contributions de campagne de Donald Trump aux démocrates et aux républicains. Dans : PolitiFact.com. 9 juillet 2015 ; Nick Gass : Donald Trump a passé des années à courtiser Hillary et d'autres démocrates. Dans : Politique . 16 juin 2015.
  111. Trump ne se présente pas à la présidence. Dans : CNN.com . 16 mai 2011.
  112. Glenn Kessler : Un regard sur les déclarations de « naissance » de Trump. Dans : Le Washington Post . 28 avril 2011.
  113. Joshua Green : Le marché du diable . Penguin, New York 2017, p. 32–36 et 39 sq.
  114. Nate Cohn : Le tournant de la campagne Trump. Dans : Le New York Times . 18 juillet 2015.
  115. Steve Eder : Donald Trump s'est opposé à la guerre en Irak - mais après qu'elle ait commencé. Dans : Le New York Times . 16 septembre 2015.
  116. Carl Cannon : Pourquoi Donald Trump ne s'est pas présenté comme démocrate. Dans : RealClearPolitics. 21 juillet 2015.
  117. Président Wryneck. Dans : Daily Gazette . 24 novembre 2016.
  118. Bruce Bartlett, « Trump est ce qui se passe lorsqu'un parti politique abandonne des idées ». Dans : Politique . 24 juin 2017.
  119. Michael Kranish, Marc Fisher : Trump révélé. Un voyage américain d'ambition, d'ego, d'argent et de pouvoir. Scribner, New York 2016, ISBN 978-1-5011-5577-2 , pages 275 et suivantes, aperçu limité dans la recherche de livres Google.
  120. Interview de Playboy : Donald Trump (1990). Dans : Playboy. 14 mars 2016.
  121. Christoph Schäfer : Trump après la visite de Merkel : "L'Allemagne doit des sommes énormes à l'OTAN". Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung , 18 mars 2017.
  122. Peter Baker : La vision précédente de Trump sur l'OTAN est désormais obsolète. Dans : Le New York Times . 13 avril 2017.
  123. Jeremy Diamond : Donald Trump fait l'éloge du « leader » Poutine. Dans : CNN . 5 mars 2016.
  124. Trump accepte les compliments de Poutine - "au nom de notre pays". Dans : Spiegel Online , 20 décembre 2015.
  125. Trump a félicité Poutine en 2007 : "Je suis un grand fan". Dans : Le Miroir. 19 août 2020 , récupéré le 23 août 2020 .
  126. Trump : Les habitants de Crimée préfèrent la Russie, mais s'il est élu, Poutine "n'ira pas en Ukraine". Dans : ABC News , 31 juillet 2016.
  127. Samuel Osborne : Donald Trump accuse la Russie d'avoir pris la Crimée par la force pour tenter de se distancier des allégations de campagne. Dans : L'Indépendant . 15 février 2017.
  128. a b Les États-Unis veulent fournir des armes à l'Ukraine. Dans : Temps en ligne. 23 décembre 2017.
  129. Donald Trump : Je rapporterais "Un enfer bien pire que le waterboarding". Dans : Le Gardien . 7 février 2016
  130. Dan Lamothe, Jose A. DelReal : Trump se retire des commentaires sur le waterboarding, dit qu'il ne demandera pas aux troupes de violer la loi. Dans : Le Washington Post . 4 mars 2016.
  131. Emma Brown : Trump critique Bush pour avoir soutenu le tronc commun. Dans : Le Washington Post . 16 septembre 2015.
  132. Abby Jackson : Voici la position de Donald Trump sur l'éducation. Dans : Business Insider. 9 novembre 2016.
  133. Rachel Weiner : Trump : la politique d'auto-expulsion « maniaque » de Mitt Romney lui coûte des minorités. Dans : Le Washington Post . 26 novembre 2012.
  134. Une réforme de l'immigration qui rendra l'Amérique encore plus grande. ( Memento du 29 septembre 2015 aux archives Internet ) Dans : DonaldJTrump.com.
  135. Ansgar Graw : Trump « sonne plus comme le chef d'une foule de lyncheurs ». Dans : Welt.de. 8 décembre 2015.
  136. Unis contre le Hetzer. Dans : Miroir en ligne . 10 décembre 2015.
  137. Les Britanniques demandent une interdiction de voyager pour Donald Trump. Dans : NDR.de. 10 décembre 2015.
  138. Trump appelle à une interdiction totale de voyager pour les musulmans. Dans : Le Monde . 7 décembre 2016.
  139. Eugene Scott, Sara Murray : Donald Trump change de ton sur les réfugiés syriens. Dans : CNN.com . 10 septembre 2015.
  140. Elias Isquith, "Si je gagne, ils repartent". Pourquoi la menace de Donald Trump contre les réfugiés est la clé de sa campagne. Dans : Salon.com . 1er octobre 2015.
  141. Arne Delfs : Merkel évite le commentaire « insensé » de Trump sur l'afflux de réfugiés allemands. Dans : Bloomberg . 12 octobre 2015.
  142. a b Edward Wong : Trump a qualifié le changement climatique de canular chinois. Pékin dit que c'est tout sauf ça. Dans : Le New York Times . 18 novembre 2016.
  143. Changement climatique : Trump critique le pape François. Dans : Frankfurter Rundschau . 25 septembre 2015.
  144. Trump déclare au New York Times qu'il y a « une certaine connectivité » entre les humains et le changement climatique. Dans : Business Insider. 22 novembre 2016.
  145. Plans de politique énergétique de Trump : "Nous économiserons le charbon". Dans : Miroir en ligne . 26 mai 2016.
  146. www.handelsblatt.com 23 novembre 2016 / Franz Hubik : Trump rage contre l'éolien allemand
  147. Donald Trump sur le greffier du Kentucky : le mariage homosexuel, la « loi du pays ». Dans : CNN.com . 7 septembre.
  148. Donald Trump vient probablement de décevoir beaucoup de conservateurs sur l'avortement. Dans : Le Huffington Post . 2 décembre 2015.
  149. TPM Livewire : Donald Trump reproche à ses collègues GOPers d'avoir « attaqué à la sécurité sociale » (VIDÉO). Dans : mémo de Talking Point.
  150. Donald Trump sur la sécurité sociale. Dans : OnTheIssues.org.
  151. Réformes de l'administration des anciens combattants qui rendront l'Amérique encore plus grande. ( Memento du 31 octobre 2015 aux archives Internet ) Dans : DonaldJTrump.com.
  152. David Knowles : Donald Trump dit qu'il veut augmenter ses impôts sur lui-même. Dans : Bloomberg . 27 août 2015 ; Jim Tankersley : Les républicains vont détester ce que Donald Trump veut faire aux riches. Dans : Le Washington Post . 27 août 2015 ; Steve Benen : Trump rompt avec l'orthodoxie du GOP sur les impôts. Dans : MSNBC . 27 août 2015.
  153. Trump dit que le code des impôts laisse les fonds spéculatifs « s'en tirer avec le meurtre ». Dans : Reuters . 23 août 2015.
  154. Neil Irwin, Alan Rappeport : Donald Trump adopte les réductions d'impôts du GOP, mais rechigne devant les pactes commerciaux. Dans : Le New York Times , 8 août 2016.
  155. Réforme fiscale. ( Memento du 4 janvier 2016 aux archives Internet ) Dans : DonaldJTrump.com.
  156. Derek Thompson : Un guide complet de la proposition fiscale de Donald Trump. Dans : L'Atlantique . 26 avril 2017.
  157. Trump ordonne une révision qui pourrait assouplir les règles de la banque Dodd-Frank. Dans : BBC.com. 3 février 2017.
  158. Michael Wilson : Trump suscite des critiques pour la publicité qu'il a diffusée après l'attaque de Jogger. Dans : The New York Times , 23 octobre 2002. Pour le texte original de Trump, voir Feliks Garcia : Central Park Five : Donald Trump croit toujours que les hommes noirs et latinos condamnés à tort sont coupables du viol de 1989. Dans : L'Indépendant . 7 octobre 2016.
  159. tagesspiegel.de 8 juin 2019 : "Trump nous a mis une prime à l'époque"
  160. Gregg c. Géorgie, 428 États-Unis 153 (1976)
  161. Le plaidoyer raciste de Donald Trump pour la peine de mort dans : L'Atlantique . 18 décembre 2015.
  162. CNN.com 20 juin 2016 : Les moments où Trump a changé ses positions sur les armes à feu
  163. Donald Trump sur le contrôle des armes à feu. 2000 Challenger primaire réformé pour le président. Dans : OnTheIssues.org. Consulté le 13 décembre 2015.
  164. Charlotte Alter : Donald Trump affirme que les zones sans armes sont des « entraînements ciblés pour les Sickos ». Dans : Times . 28 octobre 2015.
  165. "Si les gens avaient porté des armes, cela aurait été différent" In : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 15 novembre 2015.
  166. Donald Trump sur le libre-échange. Dans : OnTheIssues. Dernière mise à jour le 8 décembre 2015.
  167. Charles Lane, Le mépris de Donald Trump pour le marché libre. Dans : Le Washington Post . 21 octobre 2015
  168. Seth McLaughlin : Donald Trump n'est pas un « conservateur du marché libre », disent les critiques. Dans : The Washington Times . 25 novembre 2015
  169. Donald Boudreaux : N'importe qui sauf Trump. Dans : Le Spectateur américain . 26 janvier 2016.
  170. Donald Trump déclare vouloir porter le salaire minimum fédéral à 10 dollars de l'heure. Dans : BusinessInsider , 27 juillet 2016.
  171. Sondages - Trump : Favorable/Défavorable. Dans : RealClearPolitics.
  172. Dirk Nabers, Frank A. Stengel : Trump et Populisme. Dans : Fondation Heinrich Böll , 2 mars 2017. Un aperçu du racisme dans Lydia O'Connor, Daniel Marans : voici 16 exemples de Donald Trump étant raciste. Dans : The Huffington Post , 13 décembre 2016. Sur la stratégie d'escalade, voir William Finnegan : The Escalating Slurs of Donald Trump. Dans : Le New Yorker . 3 décembre 2015.
  173. Campagne électorale de l'idiot. Dans : Miroir en ligne . 9 juillet 2015.
  174. Matt Ford : Pourquoi Donald Trump est-il si en colère contre le juge Gonzalo Curiel ? Dans : L'Atlantique . 3 juin 2016.
  175. Deirdre Walsh, Manu Raju : Paul Ryan déchire les remarques de Donald Trump comme une « définition classique » d'un commentaire raciste. Dans : CNN.com. 7 juin 2016.
  176. Inga Catharina Thomas : Megyn Kelly : La femme qui a rendu Donald Trump fou. Dans : Le Monde . 10 août 2015.
  177. Emily Yahr, Elahe Izadi : Billy Bush était déjà polarisant. Sa conversation obscène de Donald Trump rend les choses bien pires. Dans : Le Washington Post. 7 octobre 2016
  178. Transcriptions : Ce que les micros ont surpris Donald Trump en train de dire en 2005 et ce qu'il a dit dans ses excuses enregistrées. Dans : Le Los Angeles Times . 7 octobre 2016.
  179. Daniel Nichanian : Les officiels républicains s'éloignent de Trump . Dans : FiveThirtyEight . 8 octobre 2016.
  180. "Ça suffit". Dans : Spiegel Online , 13 octobre 2016 ; Michelle Obama nie la décence de Trump. Dans : Süddeutsche Zeitung , 14 octobre 2016.
  181. a b Jane Mayer : Le magnat des fonds spéculatifs reclus derrière la présidence Trump. Dans : Le New Yorker. 27 mars 2017.
  182. Allan Smith : L'effort d'un groupe soutenu par Trump pour attaquer un sénateur du GOP montre jusqu'où peuvent aller les organisations à but non lucratif politiquement actives. Dans : Business Insider. 1er juillet 2017.
  183. Michael Wolff : Donald Trump ne voulait pas être président. Dans : New York , 3 janvier 2018.
  184. Résultats du collège électoral 2016. Dans : US National Archives and Records Administration ; Résultats officiels de l'élection présidentielle de 2016. Dans : Commission électorale fédérale .
  185. Ken Bensinger, Miriam Elder, Mark Schoofs : Ces rapports allèguent que Trump a des liens profonds avec la Russie. Dans : BuzzFeed , 10 janvier 2017. Voir le dossier Trump Intelligence Allegations sur Documentcloud.org.
  186. Michael Isikoff : Comment les efforts secrets de l'administration Trump pour assouplir les sanctions contre la Russie ont échoué. Dans : Yahoo News. 1 juin 2017.
  187. Kevin Uhrmacher, Kim Soffen : Un guide des cinq enquêtes majeures sur les liens possibles de la campagne Trump avec la Russie. Dans : Le Washington Post. 30 mai 2017
  188. Amber Phillips : Le nouveau rapport du Sénat sur la Russie vient de saper Trump de deux manières importantes. Dans : The Washington Post , 16 mai 2018.
  189. Bonnie Berkowitz, Denise Lu, Julie Vitkovskaya : Voici ce que nous savons jusqu'à présent sur les liens de l'équipe Trump avec les intérêts russes. Dans : The Washington Post , 31 mars 2017 (mis à jour en continu).
  190. Julia Ainsley, Tom Winter : L'équipe Mueller demande si Trump a essayé de cacher le but de la réunion de la tour Trump. Dans : NBC News . 28 août 2017.
  191. Jim Sciutto, Carl Bernstein, Marshall Cohen : Cohen affirme que Trump était au courant avant la réunion de la Trump Tower en 2016. Dans : CNN.com. 27 juillet 2018.
  192. Michael Cohen : Trois ans de prison pour l'ex-avocat de Donald Trump , 12 décembre 2018, Der Spiegel . Consulté le 7 septembre 2020.
  193. L'affirmation sans fondement de l'application sans fil de Trump. Dans : CNN.com. Récupéré le 6 mars 2017
  194. Écoute électronique de Trump : le chef du FBI, Comey, "rejette" l'allégation. Dans : BBC.com. Consulté le 6 mars 2017.
  195. Deirdre Walsh : Ministère de la Justice : Aucune preuve que la Trump Tower a été mise sur écoute. Dans : CNN.com . 2 septembre 2017
  196. Jane Chong, Benjamin Wittes : Il est temps : le Congrès doit ouvrir une enquête formelle sur la destitution. Dans : Lawfare. 28 août 2017.
  197. Matthew Rosenberg, Matt Apuzzo : Quelques jours avant son licenciement, Comey a demandé de l'argent pour une enquête sur la Russie. Dans : Le New York Times . 10 mai 2017.
  198. John Cassidy : Le renvoi de James Comey par Donald Trump est une attaque contre la démocratie américaine. Dans : Le New Yorker . 9 mai 2017
  199. Todd S. Purdum : Trump s'inspire du livre de jeu de Nixon. Dans : Politique . 9 mai 2017.
  200. Michael S. Schmidt, Maggie Haberman : Mueller a une première ébauche de la lettre de Trump donnant les raisons du renvoi de Comey. Dans : Le New York Times . 1er septembre 2017.
  201. Julie Hirschfeld Davis : Trump interdit la presse américaine, mais pas celle de la Russie, lors d'une rencontre avec des responsables russes. Dans : Le New York Times , 10 mai 2017.
  202. Greg Miller, Greg Jaffe : Trump a révélé des informations hautement classifiées au ministre russe des Affaires étrangères et à l'ambassadeur. Dans : Le Washington Post . 15 mai 2017
  203. Trump admet avoir divulgué des informations à la Russie. Dans : Miroir en ligne . 16 mai 2017.
  204. Original : "Je viens de virer le chef du FBI. Il était fou, un vrai taré. J'ai fait face à une grande pression à cause de la Russie. C'est parti. » Cité par Matt Apuzzo, Maggie Haberman, Matthew Rosenberg : Trump a dit aux Russes que le tir de « Nut Job » Comey a atténué la pression de l'enquête. Dans : Le New York Times. 19 mai 2017.
  205. Michael S. Schmidt : Comey Memo dit que Trump lui a demandé de mettre fin à l'enquête sur Flynn. Dans : Le New York Times . 16 mai 2017
  206. Tom LoBianco : 10 choses que nous avons apprises de l'audition de James Comey. Dans : CNN.com . 8 juin 2017.
  207. Adam Entous, Ellen Nakashima : Trump a demandé aux chefs du renseignement de repousser l'enquête sur la collusion du FBI après que Comey en ait révélé l'existence. Dans : Le Washington Post. 22 mai 2017.
  208. Rebecca R. Ruiz, Mark Landler : Robert Mueller, ancien directeur du FBI, est nommé conseiller spécial pour l'enquête sur la Russie. Dans : Le New York Times . 17 mai 2017.
  209. Michael Isikoff : Quatre grands cabinets d'avocats ont refusé de représenter Trump. Dans : Yahoo News. 6 juin 2017.
  210. Devlin Barrett, Adam Entous, Ellen Nakashima, Sari Horwitz : Un avocat spécial enquête sur Trump pour possible obstruction à la justice, selon des responsables. Dans : Le Washington Post . 14 juin 2017.
  211. Taegan Goddard : Trump rejette l'enquête sur l'obstruction. Dans : Fil politique. 15 juin 2017.
  212. Voir #RealNews sur Trump et L'Affaire Russe : Une Page Ressource. Dans : Lawfare. Sur les relations financières Jonathan Chait : Le scandale russe de Trump devient un scandale de corruption. Dans : New-York . 22 mai 2017 ; Jonathan Chait : Nous avons maintenant une feuille de route pour la collusion de la campagne Trump avec la Russie. Dans : New-York . 1er juillet 2017.
  213. Pamela Brown, Jim Sciutto, Dana Bash : Sources : Les Russes ont discuté d'informations potentiellement « désobligeantes » sur Trump et ses associés pendant la campagne. Dans : CNN.com. 30 mai 2017.
  214. Christopher Bates, Mueller à la poursuite de l'argent. Dans : Electoral-Vote.com. 16 juin 2017.
  215. Gloria Borger, Dana Bash, Pamela Brown, Jeremy Diamond : Trump remanie l'équipe juridique. Dans : CNN.com. 21 juillet 2017.
  216. Rebecca Harrington : Voici tout ce que nous avons appris sur les inculpations de Paul Manafort, Rick Gates, George Papadopoulos. Dans : Business Insider. 31 octobre 2017.
  217. Heike Buchter : Le sentier mène à la Maison Blanche. Dans : Temps en ligne. 2 décembre 2017
  218. Tom McCarthy : Rick Gates : ex-conseiller de Trump pour plaider coupable et coopérer avec Mueller. Dans : Le Gardien. 23 février 2018.
  219. Les avocats de Trump veulent qu'il refuse une interview dans le cadre de l'enquête sur la Russie. Dans : Le New York Times. 5 février 2018.
  220. Christopher Bates : Mueller inculpe 13 Russes. Dans : Electoral-Vote.com. 17 février 2018.
  221. La réponse qui pourrait causer les plus gros problèmes à Trump. Dans : Süddeutsche Zeitung. 17 février 2018.
  222. Jordain Carney : Le panel du Sénat décide d'étudier le projet de loi protégeant Mueller. Dans : La Colline. 11 avril 2018.
  223. Robert Costa, Carol D. Leonnig, Tom Hamburger, Devlin Barrett : Une source secrète du FBI pour l'enquête sur la Russie a rencontré trois conseillers de Trump pendant la campagne. Dans : Le Washington Post. 18 mai 2018.
  224. Kyle Cheney : Le FBI a eu raison de déployer un informateur, déclare un législateur du GOP. Dans : Politico , 29 mai 2018.
  225. Will Hurd : Trump est manipulé par Poutine. Que devrions nous faire? Dans : Le New York Times , 19 juillet 2018
  226. Blake Hounshell : Pourquoi je ne suis plus un sceptique du Russiagate. Dans : Politique , 20 juillet 2018
  227. La majorité des Américains pensent que Poutine a quelque chose sur Trump. Dans : Vote électoral , 25 juillet 2018.
  228. a b Marie Brenner : Comment la symbiose impitoyable de Donald Trump et Roy Cohn a changé l'Amérique. Récupéré le 7 septembre 2020 (anglais américain).
  229. Rapport Mueller : Aucune preuve de collusion entre le camp Trump et Moscou , Frankfurter Allgemeine Zeitung, 24 mars 2019.
  230. Le rapport Mueller ne voit aucune collusion entre la campagne Trump et Moscou , Süddeutsche Zeitung, 24 mars 2019.
  231. Barrett, Devlin ; Zapotosky, Matt : Mueller s'est plaint que la lettre de Barr n'ait pas saisi le « contexte » de l'enquête Trump. Dans : Le Washington Post. 30 avril 2019, récupéré le 6 février 2020 (anglais).
  232. Ken White : Pourquoi le raid du FBI est périlleux pour Michael Cohen — et Trump. Dans : Le New York Times. 10 avril 2018.
  233. Benjamin Weiser, Alan Feuer : Le juge rejette la demande de Trump d'examiner les documents Cohen saisis. Dans : Le New York Times. 16 avril 2018.
  234. Matt Apuzzo, Maggie Haberman, Michael S. Schmidt : Michael Cohen a secrètement enregistré Trump discutant du paiement à Playboy Model. Dans : Le New York Times , 20 juillet 2018.
  235. Erica Orden : Michael Cohen implique Trump dans un plan d'argent silencieux. Dans : CNN.com . 22 août 2018.
  236. Kevin Breuninger : Le patron du National Enquirer et ami de longue date de Trump, David Pecker, obtient l'immunité fédérale dans l'affaire Michael Cohen. Dans : CNBC.com , 23 août 2018
  237. Jeff Horwitz : Le National Enquirer a caché des articles préjudiciables sur Trump dans un coffre-fort. Dans : Associated Press , 23 août 2018.
  238. Kevin Breuninger, Tucker Higgins : Le directeur financier de longue date de l'organisation Trump, Weisselberg, a accordé l'immunité dans l'enquête Cohen. Dans : CNBC.com , 24 août 2018.
  239. Matt Ford : Les 19 femmes qui ont accusé le président Trump d'inconduite sexuelle. Dans : L'Atlantique. 7 décembre 2017.
  240. Rachael Revesz : Donald Trump sera poursuivi en justice par une femme qui l'accuse d'agression sexuelle. Dans : L'Indépendant . 17 janvier 2017
  241. Josh Gerstein : La Cour refuse d'arrêter la poursuite du candidat "Apprenti" contre Trump. Dans : Politique . 17 mai 2018.
  242. Rebecca Savransky : Sondage : La majorité dit que le Congrès devrait enquêter sur les allégations de harcèlement sexuel contre Trump. Dans : La Colline. 6 décembre 2017.
  243. Mick Krever, Sophie Tatum : La sénatrice Kirsten Gillibrand appelle Trump à démissionner. Dans : CNN.com. 11 décembre 2017.
  244. ^ "Inauguration du nouveau président américain - discours de Trump dans son intégralité. Dans : Miroir en ligne . 20 janvier 2017.
  245. a b David Frum : Que se passe-t-il lorsqu'une présidence perd sa légitimité ? Dans : L'Atlantique , 23 juin 2017.
  246. Le Sénat adopte à une écrasante majorité l'accord de sanctions contre la Russie avec de nouvelles limites pour Trump. Dans : Politique . 14 juin 2017.
  247. Merritt Kennedy : Trump donne à Mattis le pouvoir de fixer le niveau des troupes américaines en Afghanistan. Dans : Radio Publique Nationale . 13 juin 2017.
  248. a b Jack Goldsmith : Notre exécutif non unitaire. Dans : Lawfare. 30 juillet 2017.
  249. Susan B. Glaser : "Les gens ici pensent que Trump est une risée". Sur la tournée mondiale intempestive du président. Dans : Politique . 19 mai 2017.
  250. David Nakamura, Anne Gearan : Trump a déclaré que les dirigeants étrangers ne se moqueraient pas des États-Unis. Maintenant, ils se moquent de lui. Dans : Le Washington Post . 15 juin 2017.
  251. Adam Gabbatt : Trump a exhorté le président mexicain à mettre fin à son défi public contre le mur frontalier, révèle la transcription. Dans : Le Gardien . 3 août 2017.
  252. Perry Bacon Jr. : L'aile de l'establishment du parti de Trumpworld s'effondre. Dans : FiveThirtyEight , 28 juillet 2017 ; Clemens Wergin : Maintenant, la « militarisation » de la Maison Blanche progresse. Dans : Le Monde . 29 juillet 2017.
  253. Taegan Goddard : Priebus n'était pas le problème. Dans : Fil politique. 29 juillet 2017 (Extrait de l'éditorial payant).
  254. Veronica Stracqalursi : Trump repousse le peu d'alliés qu'il lui reste. Dans : ABC News . 18 août 2017 ; Julie Pace, Bill Barrow : Les doutes et les inquiétudes du GOP à propos de Trump ont éclaté au grand jour. Dans : Associated Press . 19 août 2017. Pour Pershing, voir Louis Jacobson : Donald Trump cite une légende douteuse sur le général Pershing, le sang de porc et les musulmans. Dans : PolitiFact. 23 février 2016.
  255. Kyle Cheney : Le vote de destitution de Trump échoue massivement. Dans : Politique . 6 décembre 2017.
  256. a b L'homme derrière Donald Trump. Dans : Le Miroir. Consulté le 1er novembre 2020 .
  257. Eliana Johnson : Les républicains obtiennent enfin ce qu'ils voulaient de Trump. Dans : Politique . 20 décembre 2017.
  258. Elaine Kamarck, Alexander R. Podkul, Nicholas W. Zeppos : Trump possède un parti républicain en déclin. Dans : Brookings Institution , 14 juin 2018
  259. Janet Hook, « C'est l'ère de Trump » : comment le président refait le parti républicain. Dans : Le Wall Street Journal , 27 août 2018
  260. Ashley Parker, Présidente Non Grata : Trump est souvent importun et peu disposé à accomplir les rituels de base du bureau. Dans : Le Washington Post . 28 août 2018.
  261. L'administration Trump est "incompétente et précaire", déclare l'ambassadeur du Royaume-Uni. Dans : BBC News , 7 juillet 2019.
  262. Trump attribue un nombre record d'ambassadeurs aux donateurs. Dans : Le Miroir. 29 juillet 2020 , récupéré le 29 juillet 2020 .
  263. La politique étrangère de Donald Trump : « America first ». Dans : CNN.com. 28 avril 2016.
  264. Trump reconnaîtra Jérusalem comme capitale d'Israël. Dans : spiegel.de 6 décembre 2017. Voir aussi Roland Nelles : méthode Holzhammer
  265. Abbas voit le processus de paix en danger. Dans : Le temps. 6 décembre 2017.
  266. Le directeur de la CIA Pompeo a rencontré le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un le week-end de Pâques. Dans : Le Washington Post. 18 avril 2018.
  267. Patrick Welter : Le président sud-coréen souhaite à Trump le prix Nobel de la paix. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung. 30 avril 2018.
  268. Friederike Böge, Patrick Welter : Trump franchit la frontière avec la Corée du Nord. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 30 juin 2019, récupéré le 30 juin 2019 .
  269. Max Holscher : Accord nucléaire : Trump annonce le retrait de l'accord avec l'Iran. Dans : Spiegel Online , 8 mai 2018.
  270. Trump approuve l'opération militaire turque en Syrie, changeant la politique américaine. New York Times , 7 octobre 2019.
  271. Edward Wong, Steven Lee Myers : Les officiels poussent les relations américano-chinoises vers le point de non-retour. Dans : New York Times. 25 juillet 2020, consulté le 26 juillet 2020.
  272. Intimidation téléphonique de Trump contre Merkel , 1er juillet 2020, tagesschau.de
  273. CNN.com : Carl Bernstein : Trump « s'effiloche » après que « sa corruption » a été révélée , 27 septembre 2019
  274. CNN.com : De la complaisance à Poutine à l'abus d'alliés et à l'ignorance de ses propres conseillers, les appels téléphoniques de Trump alarment les responsables américains , 30 juin 2020
  275. Les frappes de drones aux États-Unis ont augmenté de 432 % depuis que Trump a pris ses fonctions. Consulté le 29 août 2020 .
  276. Trump révoque la règle d'Obama sur le signalement des décès par drone. Dans : BBC . 7 mars 2019 .;
  277. a b Donald Trump : Le Congrès américain annule le veto de Trump pour la première fois. Dans : LE MIROIR. Consulté le 2 janvier 2021 .
  278. Susanne Koelbl : Yémen : Les rebelles houthis sont-ils une organisation terroriste ? Dans : LE MIROIR. Consulté le 6 février 2021 .
  279. États-Unis : Les conséquences de Trumpcare. Dans : La Presse . 14 mars 2017 .;
  280. "Trumpcare" aurait des conséquences dramatiques. Dans : Frankfurter Rundschau . 7 janvier 2019 .;
  281. Deb Riechmann : Trump a dissous l'unité pandémique du NSC que les experts avaient louée. Dans : Associated Press . 14 mars 2020 .;
  282. Abigail Tracy : Comment Trump a vidé les systèmes de préparation à la pandémie d'Obama. Dans : Vanity Fair . 1 mai 2020 .;
  283. Deirdre Shesgreen : « Grosse erreur de jugement » : Les experts disent que la décision de Trump de dissoudre l'équipe de lutte contre la pandémie a empêché la réponse au coronavirus. Dans : USA Today . 18 mars 2020 .;
  284. nytimes.com 11 avril 2020 : He Could Have Seen What Was Coming : Behind Trump's Failure on the Virus , voir aussi spiegel.de 11 avril 2020.
  285. voir aussi Die Zeit 8 avril 2020 : Fatal Mistakes
  286. Anthony Fauci : Le conseiller de Trump confirme le rapport sur les défaillances du gouvernement américain. DER SPIEGEL, 13 avril 2020, récupéré le 13 avril 2020 .
  287. faz.net 10 septembre 2020 : "J'ai toujours voulu le minimiser"
  288. spiegel.de 10 septembre 2020 : Le révélateur du Watergate met Trump en difficulté
  289. Philip Oltermann, Julian Borger, Daniel Boffey : Trump dit que les Allemands « se retournent contre leur leadership » sur l'immigration , 18 juin 2018, The Guardian
  290. Christopher F. Schuetze, Michael Wolgelenter : Vérification des faits : Les affirmations fausses et trompeuses de Trump sur la criminalité et l'immigration en Allemagne , 18 juin 2018, The New York Times
  291. John Bacon, Law Center : Les crimes haineux ont diminué depuis les élections. Dans : USA Today , 5 janvier 2017
  292. Jamelle Bouie : Ce que nous avons déchaîné. Dans : Slate , 1er juin 2017.
  293. Trump est-il raciste ? Dans : Süddeutsche.de , 11 janvier 2018.
  294. Trump's rat problem www.spiegel.de, 29 juillet 2019
  295. Regard sur les effets durables de la politique de séparation des familles de Trump à la frontière sud. Consulté le 21 octobre 2020 (anglais).
  296. Nicole Narea : L'administration Trump vient d'admettre qu'elle a séparé 1 500 familles immigrées supplémentaires. 25 octobre 2019, récupéré le 21 octobre 2020 (anglais).
  297. Die Zeit : Démission de John Sanders juin 2019
  298. Kristina Davis : Les responsables américains disent qu'ils sont très confiants d'avoir atteint le nombre d'enfants séparés : 4 368. Los Angeles Times, 18 janvier 2020, récupéré le 21 octobre 2020 (anglais américain).
  299. DER SPIEGEL : Les parents de 545 enfants migrants aux États-Unis sont introuvables - DER SPIEGEL - Politique. Consulté le 21 octobre 2020 .
  300. tagesschau.de : la Cour suprême renforce les LGBTQ contre la discrimination. Consulté le 23 août 2020 .
  301. Tammy Kupperman, Ariane de Vogue, Vernocia Stracqualursi : Barr ordonne au gouvernement fédéral de rétablir la peine de mort et programme l'exécution de 5 condamnés à mort. CNN, 25 juillet 2019. Récupéré le 10 décembre 2020 .
  302. Le ministère américain de la Justice reprend le recours à la peine de mort et programme cinq exécutions. The Guardian, 25 juillet 2019, consulté le 10 décembre 2020 .
  303. Marc Pitzke : Trump dans la « frénésie sanglante » : le président américain dit au revoir avec une vague d'exécutions. Dans : LE MIROIR. Consulté le 3 janvier 2021 .
  304. Les États-Unis accélèrent le rythme des exécutions fédérales alors que Trump approche des derniers jours de la présidence. The Guardian/Associated Press, 9 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2020 (anglais).
  305. Discrimination aux États-Unis : Trump arrête les formations antiracistes. Die Zeit , 5 septembre 2020, récupéré le 7 septembre 2020 .
  306. a b zeit.de : Donald Trump veut promouvoir « l'éducation patriotique ». Récupéré le 18 septembre 2020
  307. Frauke Steffens dans FAZ.net F+ du 21 mai 2020 : PEUR DE SA RÉÉLECTION : Pourquoi Trump insulte les électeurs postaux
  308. Josh Siegel : Trump annonce qu'il réduira Bears Ears, Grand Staircase monuments in Utah , 4 décembre 2017, The Washington Examiner
  309. www.whitehouse.gov : Proclamation présidentielle modifiant le monument national Grand Staircase-Escalante
  310. CBSnews.com 15 octobre 2018 : Trump dit que le changement climatique n'est pas un "canular" mais se demande s'il est "d'origine humaine"
  311. washingtonpost.com 15 octobre 2018 : Comment Trump danse et tisse pour éviter la vérité (analyse)
  312. Vérification des faits : les affirmations de Donald Trump contre la science du climat . Dans : The Guardian , 16 octobre 2018. Consulté le 17 octobre 2018.
  313. Christian Endt, Claus Hulverscheidt : Les États-Unis n'ont pas de déficit commercial avec l'UE , 11 juin 2018, Süddeutsche.de
  314. Conflit commercial, Nord Stream, tarifs automobiles : les menaces de Trump sont si dangereuses pour l'économie allemande , 17 juin 2020, Tagesspiegel
  315. FAZ.net : Commerce américain : plus haut déficit du compte courant en neuf ans . 21 mars 2018.
  316. handelsblatt.com : Le déficit du compte courant américain augmente à 2,5 % du PIB
  317. Base de données des réclamations Trump. Section des réclamations les plus répétées. Washington Post , récupéré le 29 août 2020 (anglais).
  318. https://web.archive.org/web/20181223122729/https://www.zdf.de/nachrichten/heute/die-marke-trump-praesident-und-businessman-im-weissen-haus-100.html
  319. a b Jeremy Venook: Trump's Interests vs. America's, Dubai Edition. The Atlantic , 9 août 2017, récupéré le 15 avril 2020 (anglais).
  320. Drew Harwell : Trump est sur le point d'économiser des millions grâce à une nouvelle mesure fiscale, selon les experts. The Washington Post , 21 décembre 2017, récupéré le 15 avril 2020 (en anglais).
  321. a b Ines Zöttl : Le président cupide : C'est ainsi que Donald Trump gagne sa propre protection personnelle. Dans : DER SPIEGEL – Économie. Der Spiegel , récupéré le 17 février 2020 .
  322. "Trump pourrait provoquer la fin de la civilisation". Dans : FAZ.net . 19 juillet 2016.
  323. Karen Tumulty, Philip Rucker : Le GOP s'affronte sur une seule question : qui peut assurer la sécurité du pays ? Dans : Le Washington Post . 15 décembre 2015.
  324. Michael V. Hayden : Ancien chef de la CIA : Trump est le fou utile de la Russie. Dans : Le Washington Post . 3 novembre 2016.
  325. George Soros met en garde contre "l'escroc et le futur dictateur" Trump. Dans : Temps en ligne . 20 janvier 2017.
  326. Chuck Todd, Phil Helsel, Matt Rivera : McCain met en garde contre la suppression de la presse « C'est ainsi que les dictateurs commencent ». Dans : Rencontrez la presse.
  327. Bernie Sanders traite Trump de "menteur pathologique". Dans : Süddeutsche Zeitung . 11 mars 2017.
  328. Will Rahn : Une façon obscure d'évincer un président américain. Dans : CBS News. 26 janvier 2017
  329. Les professionnels de la santé mentale mettent en garde contre Trump. Dans : Le New York Times . 13 février 2017.
  330. Ford Vox : Je suis un spécialiste du cerveau. Je pense que Trump devrait être testé pour une maladie dégénérative du cerveau. Dans : Stat News. 7 décembre 2017.
  331. Chauncey Devega : L'ancien profileur de la CIA Jerrold Post sur le « charisme dangereux » de Donald Trump In. Salon, 2 décembre 2019
  332. ^ H. Steven Moffic : Un psychiatre pour notre sécurité nationale : Jerrold M. Post, MD. Dans : Psychiatric Times, 7 décembre 2020.
  333. American Psychiatric Association : Les principes de l'éthique médicale avec des annotations particulièrement applicables à la psychiatrie. P. 9, section 7.3, édition 2013.
  334. Le débat sur la santé mentale de Trump : de quoi s'agit-il ? Dans : BBC.com. 16 février 2017.
  335. Ruth Marcus : La première semaine erratique de Trump a été parmi les plus alarmantes de l'histoire. Dans : Le Washington Post . 27 janvier 2017.
  336. Ryan Grim : Nancy Pelosi suggère à Donald Trump de faire vérifier sa santé mentale - Les gens commencent à étudier le 25e amendement. Dans : Le Huffington Post . 2 février 2017
  337. Jeremy B. White : Une résolution démocrate demande à Trump de subir une évaluation pour voir s'il est mentalement apte. Dans : L'Indépendant . 18 août 2017.
  338. Rosemary Sword, Philip Zimbardo : Le cas dangereux de Donald Trump. Dans : La psychologie aujourd'hui . 28 septembre 2017.
  339. David Nakamura, Karen Tumulty : Trump se vante d'être un « génie très stable » au milieu des questions sur sa forme mentale. Dans : The Washington Post , 6 janvier 2018.
  340. Avis | Je fais partie de la résistance au sein de l'administration Trump (Publié en 2018) . Dans : Le New York Times . 5 septembre 2018, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 30 octobre 2020]).
  341. Les responsables de Trump envisageaient une démission massive. Dans : Le Miroir. 8 novembre 2019 , récupéré le 30 octobre 2020 .
  342. Un ancien agent de sécurité se révèle être l'auteur des révélations de Trump. Dans : Le Miroir. 28 octobre 2020 , récupéré le 30 octobre 2020 .
  343. Kara Scannell : Michael Cohen offre un aperçu du prochain livre de Trump. Consulté le 7 septembre 2020 .
  344. - Le Washington Post. Consulté le 7 septembre 2020 (anglais).
  345. Isaac Stanley-Becker : Le général en chef craignait tellement que Trump ne déclenche une guerre qu'il a passé des appels secrets à son homologue chinois, selon un nouveau livre. Dans : Le Washington Post . 14 septembre 2021. Consulté le 16 septembre 2021 (anglais).
  346. Prise d'assaut du Capitole américain : le chef d'état-major aurait tenté de restreindre l'autorité de Trump sur les armes nucléaires. Dans : Le Miroir. Consulté le 15 septembre 2021 .
  347. Bob Woodward et Robert Costa : Péril . Simon & Schuster , New York 2021.
  348. Donald Trump accusé d'avoir obstrué les toilettes de la Maison Blanche avec des documents . Dans : Le Miroir . 10 février 2022, ISSN  2195-1349 ( spiegel.de [consulté le 11 février 2022]).
  349. FAZ.net 22 septembre 2020 : Conversation téléphonique avec Zelenskyj : le chantage de Trump
  350. faz.net 29 septembre 2020 : « House of Cards » ou « Servant of the People » ? (Réactions après que le gouvernement américain a publié la transcription des pourparlers)
  351. Nicholas Fandos : Nancy Pelosi annonce une enquête formelle de mise en accusation de Trump. Dans : Le New York Times. 24 septembre 2019
  352. Gordon Ahl, Michaila Fogel, Jacob Schulz, Masha Simonova : Chronologie du scandale Trump-Ukraine. Dans : Lawfare. 24 septembre 2019
  353. Marc Pitzke : Impeachment : les démocrates américains préparent des accusations contre Trump. Dans : Spiegel Online , 10 décembre 2019.
  354. Dartunoro Clark : le Sénat inaugure la phase finale du procès de destitution de Trump sans témoins . Dans : NBC News . 31 janvier 2020. Consulté le 1er février 2020.
  355. ^ « Le Sénat américain vote contre la destitution de Trump », Deutsche Welle , 5 février 2020.
  356. Klaus Brink Bäumer : Héros en temps de lâcheté . Dans : Zeit Online, 6 février 2020.
  357. Vengeance après l'acquittement de l'impeachment , Trump congédie deux témoins importants, 8 février 2020, SPIEGEL en ligne
  358. Der Tagesspiegel , 9 janvier 2020, pp. 1 et 4.
  359. Der Tagesspiegel , 14 janvier 2020, p.1 et 5 (citation).
  360. Hubert Wetzel : American Football : Le nouveau front américain du sport. Dans : Süddeutsche Zeitung . 25 septembre 2017.
  361. Adam Gabbatt : 100 jours de résistance Trump. Les victoires jusqu'à présent et les batailles à venir. Dans : Le Gardien . 24 avril 2017.
  362. Charles M. Blow, Résilience de la Résistance. Dans : Le New York Times . 24 avril 2017.
  363. Kenneth P. Vogel, La « résistance », la collecte de gros fonds bouleverse la politique libérale. Dans : Le New York Times . 7 octobre 2017.
  364. Peter Baker, Un demi-siècle après Wallace, Trump fait écho à la politique de division. New York Times, 30 juillet 2020.
  365. Trump est susceptible de nommer le conservateur Barrett comme haut juge américain , 26 septembre 2020, Die Zeit
  366. Campagne électorale américaine : Un scénario cauchemardesque , 25 septembre 2020, Die Zeit
  367. Donald et Melania Trump infectés par Corona , n-tv , 2 octobre 2020, récupéré le 4 octobre 2020.
  368. Le président américain Donald Trump et sa femme Melania infectés par Corona , rnd.de , 2 octobre 2020, récupéré le 4 octobre 2020.
  369. Trump admis à l'hôpital Walter Reed , Süddeutsche Zeitung, 3 octobre 2020, consulté le 4 octobre 2020.
  370. DER SPIEGEL : Donald Trump est sorti de l'hôpital. Consulté le 5 octobre 2020 .
  371. nytimes.com 11 février 2021 : Trump était plus malade que reconnu avec le Covid-19
  372. FOCUS Online : Le fait de virer un critique de premier plan montre à quel point le pouvoir de Trump sur les républicains est toujours grand. Récupéré le 12 mai 2021 .
  373. spiegel.de : Des milliers de personnes applaudissent Trump lors d'un rassemblement de masse
  374. Rieke Havertz : L'intouchable (zeit.de 26 décembre 2021)
  375. Elise Stefanik rejoint la War Room de Stephen Bannon. Récupéré le 12 juin 2021 (allemand).
  376. DPA : Le Parti républicain congédie Liz Cheney de son poste de direction. Récupéré le 12 juin 2021 .
  377. Mike Pence : « Donald Trump a tort » . Dans : Le Miroir . 4 février 2022, ISSN  2195-1349 ( spiegel.de [consulté le 5 février 2022]).
  378. Réseau en ligne prévu : les investisseurs veulent soutenir le projet Trump avec un milliard de dollars . Dans : Le Miroir . 5 décembre 2021, ISSN  2195-1349 ( spiegel.de [consulté le 5 décembre 2021]).
  379. Ines Zöttl : (S+) Réseau de médias sociaux planifié : C'est ainsi que Trump arnaque les citoyens (S+) . Dans : Le Miroir . 1er décembre 2021, ISSN  2195-1349 ( spiegel.de [consulté le 4 décembre 2021]).
  380. Donald Trump récolte 122 millions de dollars . Dans : Le Miroir . 1er février 2022, ISSN  2195-1349 ( spiegel.de [consulté le 1er février 2022]).
  381. Klaus-Dieter Frankenberger : Réaction au rappel de vaccination : Trump ne peut pas se débarrasser des esprits qu'il a appelés (commentaire, 28 décembre 2021)
  382. Citation d' Amrai Coen : Contre deux autocrates. Joe Biden tente de toutes ses forces de sauver l'Ukraine démocratique - et se fait encore plus d'ennemis aux États-Unis. Dans : Die Zeit , 17 mars 2022, p. 7.
  383. Daniel Dillmann : Guerre d'Ukraine : Donald Trump recommande des frappes aériennes secrètes sur la Russie www.fr.de, 9 mars 2022
  384. Daniel Dillmann : Utilisation d'armes nucléaires contre la Russie – La proposition de Donald Trump déclenche l'horreur www.fr.de, 25 mars 2022
  385. Les journalistes américains entre peur et nouvelle tâche. Dans : ZAPP . 9 novembre 2016. Voir aussi David Sillito : Donald Trump : Comment les médias ont créé le président. Dans : BBC. 14 novembre 2016.
  386. "Vous coopérez en sachant que vous avez besoin l'un de l'autre. Et Trump est maintenant deux choses : une créature et une sorte de directeur de programme pour le réseau, un hybride de star de télé-réalité et de troll d'Internet, impitoyable, menteur mais avec des audiences merveilleuses, célébré par des journalistes qui ne le sont plus et méprisent les idéaux de leur profession." (Bernhard Pörksen: La colère bat la vérité. Fox News divise les États-Unis comme aucun autre diffuseur depuis près de 25 ans - plus récemment dans une symbiose troublante avec Donald Trump. Mais la lutte des militants conservateurs des médias contre "l'establishment" commencé beaucoup plus tôt. Dans : Die Zeit , 15 octobre 2020, p. 19)
  387. Tim Stanley , « Toute publicité est une bonne publicité » : Donald Trump, Twitter et la vente d'un étranger lors de l'élection présidentielle de 2016. Dans Iwan Morgan, Mark White (eds.): L'image présidentielle : Une histoire de Theodore Roosevelt à Donald Trump. Bloomsbury, Londres 2020, ISBN 978-1-78831-359-9 , p. 231-250 ; ici : p.231f.
  388. "Trump ne ressemble à personne avec qui Merkel ait jamais eu affaire". Interview. Dans : Temps en ligne. 17 novembre 2016.
  389. La guerre de l'administration Trump contre la presse. Dans : Questions de médias. 18 mai 2017.
  390. Trump attaque les modérateurs avec des mots drastiques. Dans : Temps en ligne. 29 juin 2017 ; Gabriel Sherman, Ce qui s'est vraiment passé entre Donald Trump, les hôtes de Morning Joe et le National Enquirer. À : New-York. 30 juin 2017.
  391. Roger de Weck : Le pouvoir de la démocratie. Une réponse aux réactionnaires autoritaires. Suhrkamp, ​​​​Berlin 2020, p.283
  392. Claus-Christian Malzahn : Comment Donald Trump renforce la presse libre. Dans : Le Monde. 25 février 2017.
  393. Tobias Dorfer : Que signifie le #covfefe de Trump ? Dans : Temps en ligne. 31 mai 2017.
  394. Chris Cilliza : « Covfefe » vous dit tout ce que vous devez savoir sur Donald Trump. Dans : CNN.com. 1er juin 2017. Pour l'utilisation médiatique de Trump, voir Elaine Godfrey: Trump's TV Obsession Is a First. Dans : L'Atlantique. 3 avril 2017.
  395. Darren Samuelsohn : les tweets de Trump "une mine d'or" pour la sonde Mueller. Dans : Politique. 2 juin 2017.
  396. Louis Nelson : Trump : Les médias grand public essaient de me faire arrêter d'utiliser les réseaux sociaux. Dans : Politique. 6 juin 2017.
  397. Deena Zaru : Sasse met en garde contre la « méfiance militarisée » après les attaques médiatiques de Trump. Dans : CNN.com. 2 juillet 2017 (anglais); Rebecca Morin, Nolan D. McCaskill : Trump tweete une fausse vidéo de lui attaquant CNN. Dans : Politique. 2 juillet 2017.
  398. Trump n'est pas apte à être président, disent les électeurs américains. Dans : Qu.edu. 27 septembre 2017.
  399. Thomas E. Patterson, Couverture médiatique des 100 premiers jours de Donald Trump. Dans : ShoresteinCenter.org. 18 mai 2017.
  400. L'année en actualités 2017. Dans : Medium.com. 27 décembre 2017.
  401. David Frum : Le conservatisme ne peut pas survivre à Donald Trump intact. Dans : L'Atlantique. 19 décembre 2017.
  402. Jonathan Easley : Sondage : Les électeurs disent que Trump est injuste envers les médias. Dans : La Colline. 26 février 2018.
  403. tagesschau.de : Trump signe un décret sur les réseaux sociaux. Consulté le 28 mai 2020 .
  404. DER SPIEGEL : Donald Trump : Twitter qualifie le tweet de Trump de glorification de la violence – DER SPIEGEL – Netzwelt. Consulté le 29 mai 2020 .
  405. Un mensonge tous les jours : Comment le diffuseur de Trump Fox diffuse de fausses nouvelles . Dans : Luzerner Zeitung , 15 mai 2019. Consulté le 19 octobre 2021.
  406. Mitchell T. Bard : Propagande, persuasion ou journalisme ? : Couverture aux heures de grande écoute de Fox News sur la réforme des soins de santé en 2009 et 2014 . 22 mai 2017, récupéré le 17 septembre 2020 (anglais).
  407. Chaîne de télévision OAN : Sans Donald Trump, un "temple MAGA étrange et vide". Dans : Frankfurter Rundschau. 8 février 2021, récupéré le 6 décembre 2021 .
  408. heise online : Dispute over Section 230 : Trump menace de bloquer la loi budgétaire. Consulté le 2 janvier 2021 .
  409. tagesschau.de : La page Facebook de Trump reste bloquée. Consulté le 12 janvier 2021 .
  410. Suspension définitive de @realDonaldTrump. Sur : blog.twitter.com. 8 janvier 2021, consulté le 9 janvier 2021 (anglais).
  411. Retour de l'ex-président ? - Musk veut lever l'interdiction de Twitter de Trump. Dans : srf.ch. 10 mai 2022 , récupéré le 10 mai 2022 .
  412. Matthias Kolb : Campagne électorale aux USA – Trump : "Je ne suis pas un artiste, je gagne toujours". Dans : Süddeutsche Zeitung . 3 décembre 2015.
  413. L'art du démagogue. Dans : L'Économiste . 3 septembre 2015.
  414. Natascha Strobl : Conservatisme radicalisé. Une analyse. Suhrkamp, ​​​​Berlin 2021, p.85 et suiv.
  415. Lynn Vavreck, Mesurer les partisans de Donald Trump pour l'intolérance. Dans : Le New York Times . 23 février 2016.
  416. McKay Coppins : Comment Donald Trump a courtisé la frange de droite pour conquérir le GOP. Dans : Le Washington Post . 27 novembre 2015 ; Peter Beinart : Il n'y a pas que Trump. Dans : L'Atlantique . 9 décembre 2015.
  417. Joshua Keating : Depuis l'élection de Trump, les Américains s'intéressent beaucoup plus au commerce et à l'immigration. Dans : Ardoise . 5 octobre 2017.
  418. Mark Chou, Michael Ondaatje : Le drame de la politique : Mise en scène de l'autonomie présidentielle de Trump. Dans : ABC News . 9 janvier 2017 ; Michael Grunwald: Les décrets exécutifs de Trump sont principalement du théâtre. Dans : Politico , 28 avril 2017. Pour le talent théâtral de Trump, voir Michael Kranish, Marc Fisher : Trump Revealed : The Definitive Biography of the 45th President. Scribner, New York et al. 2016, p.214.
  419. Urs Gehriger : Biographie : "Soyez un tueur". Dans : Semaine mondiale . N° 22, 2016 (entretien avec Michael D'Antonio).
  420. Sam Stein : La folie et la science derrière la poignée de main de Donald Trump. Dans : Huffington Post . 28 mai 2017.
  421. a b Barton Swaim : Comment la langue de Donald Trump fonctionne pour lui. Dans : The Washington Post , 15 septembre 2015.
  422. Serina Sandhu : L'utilisation par Donald Trump de la grammaire « typique des enfants de 11 ans et moins ». Dans : L'Indépendant . 17 mars 2016.
  423. Matt Viser : Pour les candidats à la présidentielle, un langage plus simple fait écho à Trump en tête du champ GOP tout en parlant aux électeurs au niveau de la quatrième année. Dans : Le Boston Globe . 20 octobre 2015. Voir aussi Bérengère Viennot : The Language of Donald Trump. Structure, Berlin 2019, ISBN 978-3-351-03483-2 .
  424. Sharon Begley : Trump n'a pas toujours eu autant de difficultés linguistiques. Qu'est-ce qui pourrait expliquer le changement? Dans : Stat News. 23 mai 2017.
  425. Julie Sedivy : Donald Trump parle comme une femme. Et aussi étrange que cela puisse paraître, cela pourrait être l'une des raisons pour lesquelles il a fait aussi bien qu'il l'a fait. Dans : Politico , 25 octobre 2016
  426. Jennifer Jones : Parlez « comme un homme ». Les styles linguistiques d'Hillary Clinton, 1992-2013. Dans : Perspectives sur la politique. Volume 14, 2016, pages 1 à 18, doi : 10.1017/S1537592716001092 .
  427. Jasmine C. Lee, Kevin Quealy : Les 551 personnes, lieux et choses que Donald Trump a insultés sur Twitter : une liste complète. Dans : The New York Times , mis à jour le 28 décembre 2018.
  428. Markus Feldenkirchen : American Psycho . Dans : Le Miroir . Non. 46 , 2015, p. 92–99 ( en ligne7 novembre 2016 ).
  429. Jack Shafer : Avons-nous créé Trump ? Dans : Politico , mai 2016.
  430. a b Thomas B. Edsall : Euro Trump. Dans : Le New York Times . 18 novembre 2015.
  431. Leanna Garfield : 3 choses qu'un scientifique du MIT a apprises sur la façon dont Donald Trump parle en étudiant ses débats. Dans : Business Insider. 27 septembre 2016.
  432. Natascha Strobl : Conservatisme radicalisé. Une analyse. Suhrkamp, ​​​​Berlin 2021, p.46
  433. Arthur Landwehr : Avec des paralipses contre "le marais" (tagesschau.de 29 septembre 2020)
  434. Jennifer Mercieca : Démagogue pour le président : Le génie rhétorique de Donald Trump . Texas A&M University Press 2020, ISBN 978-1-62349-906-8 . Voir aussi www.jennifermercieca.com .
  435. Natascha Strobl : Conservatisme radicalisé. Une analyse. Suhrkamp, ​​​​Berlin 2021, p.134
  436. William Davies, L'ère de la politique post-vérité. Dans : Le New York Times . 24 août 2016.
  437. Julian Heissler : Président américain au Congrès : Quelle est la part de vérité dans le discours de Trump ? Dans : Tagesschau.de . 1 mars 2017.
  438. En 218 jours, le président Trump a fait 1 094 affirmations fausses et trompeuses. Dans : Le Washington Post . 4 septembre 2017
  439. Les mensonges de Trump. Dans : Le New York Times . 23 juin 2017.
  440. Glenn Kessler, Salvador Rizzi, Meg Kelly : Le président Trump a fait 6 420 déclarations fausses ou trompeuses en 649 jours. Dans : The Washington Post , 2 novembre 2018.
  441. Glenn Kessler : Trump a fait 30 573 affirmations fausses ou trompeuses en tant que président. Près de la moitié sont venus dans sa dernière année. . Dans : The Washington Post , 24 janvier 2021. Consulté le 25 janvier 2021.
  442. En 1 055 jours, le président Trump a fait 15 413 affirmations fausses ou trompeuses . 10 décembre 2019, Washington Post
  443. Avery Anapol : Le vérificateur des faits du Washington Post introduit la notation « Bottomless Pinocchio » pour appeler Trump sur de fausses déclarations répétées. Dans : La Colline , 10 décembre 2018
  444. Alan Cassidy : Détecteur de mensonges. Dans : Süddeutsche Zeitung , 19 décembre 2018.
  445. Harry G. Francfort : Donald Trump Is BS, dit un expert en BS. Dans : Times . 12 mai 2016
  446. Fareed Zakaria : L'insupportable puanteur du BS de Trump In : The Washington Post . 4 août 2016 (anglais).
  447. Bella DePaulo : J'étudie les menteurs. Je n'en ai jamais vu un comme le président Trump. Dans : Le Washington Post. 8 décembre 2017.
  448. Jeff Flake : Trump abuse de la vérité comme personne auparavant. Dans : FAZ.net. 17 janvier 2018.
  449. "Même si ce n'est pas tout à fait vrai, il y a quelque chose là-dedans." Nancy L. Rosenblum et Russell Muirhead : Beaucoup de gens disent. La nouvelle conspiration et l'assaut contre la démocratie . Princeton University Press, Princeton 2019, ISBN 978-0-691-20225-9 , pages 1 et 27 et suivantes (ici la citation) (récupéré via De Gruyter Online).
  450. DER SPIEGEL : Donald Trump parle des occupations américaines des aéroports en 1775 - DER SPIEGEL - Politique. Consulté le 26 avril 2020 .
  451. Le président américain déclenche une discussion bizarre sur l'avertissement "dorien". Consulté le 26 avril 2020 .
  452. FOCUS Online : Séoul compte '38 millions' d'habitants. Consulté le 26 avril 2020 .
  453. DER SPIEGEL : Twitter distingue le tweet de Trump lors de la première vérification des faits - DER SPIEGEL - Politique. Consulté le 28 mai 2020 .
  454. Andreas Ross : Les menaces creuses de Trump. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 8 septembre 2017.
  455. Josh Marshall : Pour que je gagne, vous devez perdre. Dans : Mémo TalkingPoints. 15 octobre 2017 ; Ronald Brownstein : Comment Donald Trump négocie comme un preneur d'otage. Dans : CNN.com , 17 octobre 2017.
  456. Baker, Peter : TRUMP'S WAY. Sur : www.nytimes.com. The New York Times, 31 décembre 2017, consulté le 21 février 2020 .
  457. Dan McLaughlin : un stratège militaire explique pourquoi Donald Trump dirige et comment il échouera. Dans : Le Fédéraliste , 16 décembre 2015.
  458. Simon Riesche : Pourquoi Trump prospère dans le chaos. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 13 mai 2017.
  459. Tory Newmyer : Corker : L'imprévisibilité de Trump fonctionne. Dans : Le Washington Post . 24 janvier 2018.
  460. Christopher Cadelago : « Il n'y a jamais de stratégie » : Trump affronte les crises jumelles de Manafort et de Kavanaugh. Dans : Politique . 14 septembre 2018.
  461. Tobias Haberkorn : Trump, l'anti-énigme. Dans : Le Temps . 25 août 2017.
  462. Robert B. Reich : La stratégie de Trump : la victoire par la destruction . In : Feuilles pour la politique allemande et internationale . Berlin juillet 2016, p. 47–48 ( en ligne [consulté le 29 mai 2019]).
  463. Torben Lütjen : La grande désunion : comment l'Amérique s'est désintégrée en chambres d'écho politiques. In : De la politique et de l'histoire contemporaine . N° 18, 2017 : États-Unis. 2 mai 2017, p. 9-12.
  464. Scott F. Abernathy, Gouvernement américain : Histoires d'une nation, Essentials Edition. CQ Press, Los Angeles 2017, ISBN 978-1-4522-6798-2 , p. 320–324 .
  465. Kelly Brown Douglas : Donald Trump et la vérité « exceptionnaliste » sur l'Amérique. Dans : Miguel A. de La Torre (éd.) : Foi et résistance à l'ère de Trump. Orbis Books, Maryknoll, NY, ISBN 978-1-62698-247-5 , p38 .
  466. Steven Levitsky, Daniel Ziblatt : Comment meurent les démocraties. Livres de Broadway, New York 2019, page 179
  467. zeit.de 10 novembre 2020 : L'esprit du capitalisme
  468. Matthew Yglesias : Si vous voulez comprendre Donald Trump, regardez le succès de l'extrême droite européenne. Dans : Vox.com. 25 août 2015.
  469. Le monde de Trump : Le nouveau nationalisme. Dans : L'Économiste . 19 novembre 2016
  470. Peter Baker : Le virage de Trump sur la Russie apporte un coup de fouet géopolitique. Dans : Le New York Times . 11 avril 2017.
  471. ↑ Retouches à Kevin Film : Un "Bravo" de Macaulay Culkin. Dans : FAZ. 14 janvier 2021, récupéré le 5 mars 2021 .
  472. La vision de Donald Trump des Simpson. Dans : Le Temps . 29 juillet 2015.
  473. Donald Trump est désormais disponible en jaune. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 9 juillet 2015.
  474. Trump Unauthorized (2005) sur Internet Movie Database .
  475. YG dit que les services secrets ont tendu la main après la sortie de la chanson anti-Trump et pourraient essayer de retirer son album des étagères. Dans : Billboard , 27 avril 2016.
  476. Dave Eggers , Jordan Kurland : Environ 1 000 jours, 1 000 chansons.
  477. a b Ashley Hoffmann : Cette machine animatronique révélatrice de fortune parcourt les rues de New York. Dans : time.com. Time USA, 12 octobre 2016, récupéré le 3 juin 2021 (anglais américain).
  478. Alex Mak : Trump Fortune-Telling Machine Placed at Trump Tower. Dans : casséassstuart.com. Site Web de Broke-Ass Stuart, 14 octobre 2016, récupéré le 3 juin 2021 (anglais américain).
  479. Stars aux Golden Globes : pleurer sur Trump. Dans : Die Tageszeitung , 9 janvier 2017
  480. Trump contre Meryl Streep : "L'une des actrices les plus surestimées". Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung . 9 janvier 2017.
  481. Christo abandonne le projet Colorado "Over the River". Dans : ORF.at. 26 janvier 2017.
  482. Sexisme : Trump s'embarrasse dans les débats télévisés. Dans : Kurier.at , 20 octobre 2016
  483. Lee Moran : Joan Baez déchire le « futur dictateur » Donald Trump dans la nouvelle chanson « Nasty Man ». Dans : Le Huffington Post . 4 avril 2017.
  484. The Liar Tweets Tonight , sur radio7.de, consulté le 7 octobre 2020
  485. Nick Mcdermott : Un guide étape par étape du combover de Donald Trump défiant la gravité. Consulté le 20 avril 2021 .
  486. Le secret des cheveux de Donald Trump. Consulté le 20 avril 2021 .
  487. Les 23 combinaisons les plus importantes du Congrès. Consulté le 18 avril 2021 (anglais).
  488. Bruce Handy : Une histoire illustrée des cheveux de Donald Trump. Avertissement! Ne lisez pas avant le déjeuner ! Consulté le 18 avril 2021 (anglais américain).
  489. Jeudi de retour : Références à la culture pop qui ont prédit la présidence de Donald Trump - Entertainment News, Firstpost. 10 novembre 2016, récupéré le 7 mars 2021 .
  490. Michael Köhler, Francfort : Jello Biafra dans le Batschkapp : Un homme avec un sens de la mission . Dans : FAZ.NET . ISSN  0174-4909 ( faz.net [consulté le 4 juillet 2020]).
  491. Steffen Fründt : Donald Trump : Ça s'est mal passé avec sa coiffure . Dans : LE MONDE . 9 juin 2016 ( welt.de [consulté le 3 juillet 2020]).
  492. Secret révélé : C'est pourquoi la coiffure de Trump est toujours à l'épreuve des bombes ! Récupéré le 3 juillet 2020 .
  493. Stuttgarter Zeitung, Stuttgart Allemagne : Donald Trump : La vérité sur ses cheveux : la banane de Trump emportée par le vent. Récupéré le 5 juillet 2020 .
  494. DER SPIEGEL : Donald Trump : Moth porte désormais le nom du nouveau président américain. Consulté le 21 janvier 2021 .
  495. Sarah Maslin Nir : Michael Moore emmène son public de Broadway dans des bus pour protester contre Trump (publié en 2017) . Dans : Le New York Times . 16 août 2017, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 30 décembre 2020]).
  496. Südwest Presse Online-Dienste GmbH : Chronique : Mein Trump-Land : We shall overcomb… 7 mars 2017, récupéré le 30 décembre 2020 .
  497. VICE - Comment se coiffer comme Donald Trump. Récupéré le 3 juillet 2020 .
  498. "Elle décrivait souvent la mécanique derrière cela à des amis : un pâté absolument propre - une île confinée après une chirurgie de réduction du cuir chevelu - entouré d'un cercle de poils sur les côtés et le devant, à partir duquel toutes les extrémités sont tirées pour se rencontrer dans le centre, puis balayé en arrière et fixé par un spray raidissant. Emily Heil : réduction du cuir chevelu et juste pour les hommes ? Creusons dans les cheveux de Donald Trump. Dans : Washington Post . ISSN  0190-8286 ( washingtonpost.com [consulté le 18 avril 2021]).
  499. Daniel Victor : Trump on His Hair : 'J'essaie comme l'enfer de cacher ce point chauve, les gens' (Publié en 2018) . Dans : Le New York Times . 23 février 2018, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 19 janvier 2021]).
  500. La montre Trump Comb-over entre en production après la farce du poisson d'avril. 2 mai 2019, récupéré le 18 octobre 2020 (anglais).
  501. Trump Supporters Rip 'Family Guy' Episode: "L'un des pires spectacles jamais inventés". Dans : Décideur. 14 janvier 2019, récupéré le 7 mars 2021 (anglais américain).
  502. Examen de l'image crachée. 31 octobre 2020, récupéré le 6 décembre 2020 (anglais).
  503. Russ Buettner, Susanne Craig, Mike McIntire : Les impôts de Trump montrent des pertes chroniques et des années d'évasion fiscale . Dans : Le New York Times . 27 septembre 2020, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 21 avril 2021]).
  504. James B. Stewart : Trump a prélevé 70 000 $ en déductions fiscales pour les soins capillaires. Les experts disent que c'est illégal. Dans : Le New York Times . 6 octobre 2020, ISSN  0362-4331 ( nytimes.com [consulté le 21 avril 2021]).
  505. Dan Evon : Trump a reçu le prix Ellis Island en 1986. Dans : Snopes.com .
  506. Aly Weisman : Donald Trump a remporté le prix Razzie du "pire acteur dans un second rôle" pour son rôle dans ce film de 1989. Dans : Business Insider. 23 avril 2015.
  507. Le Temple de la renommée du jeu. Dans : Université du Nevada, Las Vegas . placer.
  508. Joanna Robinson : Les gens ne peuvent pas arrêter de vandaliser l'étoile de Donald Trump sur le Hollywood Walk of Fame. Dans : Vanity Fair . 3 avril 2016.
  509. Celebrity Fight Night XIII de Muhammad Ali. ( Memento du 17 octobre 2016 aux archives Internet ) Dans : Blacktie-Arizona.com. 24 mars 2007.
  510. Pauline Smith, Andrew Youngson : Donald Trump honoré par l'Université Robert Gordon. Dans : Université Robert Gordon. 16 septembre 2010.
  511. Kate Holton : Plus de 250 000 Britanniques demandent l'interdiction de Trump du Royaume-Uni. Dans : Reuters . 9 décembre 2015.
  512. Donald Trump honoré dans la campagne Ride Of Fame de Gray Line New York. Dans : Forbes.com . 8 juin 2010.
  513. Mitzi Bible : Donald Trump s'adresse à la plus grande foule de convocations, loue la croissance de Liberty. Dans: Service de nouvelles de l'Université Liberty. 24 septembre 2012.
  514. Donald Trump cimente son héritage à la WWE : Cérémonie d'intronisation au Temple de la renommée de la WWE 2013. Dans : WWE.com. 2013
  515. Le général rend hommage à Joan Rivers, Donald Trump, Yuli Gemstone au deuxième gala annuel « Jewish 100 ». Dans : Journal général . 5 février 2015.
  516. Henry Hascup : Intronisés au New Jersey Boxing Hall of Fame 2015. Dans : Temple de la renommée de la boxe du New Jersey. 27 mars 2015.
  517. Monique Madan : Donald Trump obtient sa clé de Doral. ( Mémoire du 8 juillet 2015 sur Internet Archive ) Dans: The Miami Herald . 4 avril 2015.
  518. Nancy Gibbs : Pourquoi Donald Trump est la personnalité de l'année du TIME. Dans : Times . 7 décembre 2016.
  519. Christine DeLong Wheeler : Nouvelle espèce d'oursin fossile nommée d'après Donald Trump . Sur : wmur.com. 6 novembre 2016, consulté le 25 février 2018.
  520. Moth porte désormais le nom de Donald Trump. Dans : Miroir en ligne . 18 janvier 2017.
  521. Donald Trump reçoit la plus haute distinction civile d'Arabie saoudite quelques heures après son atterrissage dans le pays In : The Independent . 20 mai 2017.
  522. Isaac Stanley-Becker : Un amphibien aveugle ressemblant à un ver qui creuse sous terre porte le nom de Donald Trump . Washington Post, 19 décembre 2018.
  523. orf.at : "Golden Raspberries" pour Donald Trump et "Holmes & Watson" . Article du 23 février 2019, consulté le 23 février 2019.
  524. Michael Moore dans Trump Land. Internet Movie Database , consulté le 9 novembre 2020 (en anglais).
  525. Les Atouts - Du Palatinat à la Maison Blanche. Dans : Wunschliste.de. Consulté le 9 novembre 2020 .
  526. Trump : Un rêve américain. Internet Movie Database , consulté le 7 novembre 2020 (en anglais).
  527. Fahrenheit 9/11. Internet Movie Database , consulté le 7 novembre 2020 (en anglais).
  528. La dynastie Trump - La route du pouvoir. Internet Movie Database , consulté le 7 novembre 2020 (en anglais).
  529. The Trump Dynasty - The Road to Power at Fernsehserien.de , récupéré le 7 novembre 2020.
  530. Le sale deal de Trump - Le président et l'affaire ukrainienne. Dans : Wunschliste.de. Consulté le 7 novembre 2020 .
  531. ↑ L' Amérique divisée : Trump : l'Amérique d'abord ! sur Fernsehserien.de , récupéré le 12 janvier 2021.
  532. ↑ L' Amérique a le choix - Trump contre Biden : soirée documentaire ZDFinfo. Dans : Presseportal.de. 25 octobre 2020 , récupéré le 7 novembre 2020 .
  533. Documentaire "Trump and the FBI" le 28 octobre. en premier. Dans : SWR.de. 22 octobre 2020 , récupéré le 17 octobre 2021 .
  534. L'héritage de Trump - L'Amérique déchirée. Dans : Wunschliste.de. Consulté le 16 janvier 2021 .