Rosace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Rosace gothique dans la cathédrale de Bristol

En tant que rosace [1] (aussi simplement : rose ), rosace [2] [3] ou rosace de fenêtre (la simplification en rosace est trompeuse, en raison de la fréquence des rosaces [4] comme décoration murale) est un vitrage circulaire fenêtre avec entrelacs remplissant l'architecture désignée. Les rosaces se trouvent principalement sur les églises gothiques ; cependant, il existe des exemples plus anciens.

démarcation

Lorsque la rosace présente des colonnes ou des profils disposés autour d'un point central ou d'un anneau, à la manière d'une roue à rayons, on parle de roue à fenêtre ou roue de Catherine (d'après sainte Catherine ). Des fenêtres à roues sont déjà connues à l' époque romane , comme les "roues de la fortune" sur la cathédrale de Bâle ou sur l'église St-Étienne à Beauvais , qui symbolisent le caractère changeant ou capricieux de la chance terrestre. Une ouverture de fenêtre circulaire ou ovale sans remplissage, par contre, s'appelle un « œil de bœuf ».' ou 'Oculus'. De nombreuses rosaces gothiques sont clairement et depuis longtemps basées sur les principes de base des fenêtres à roue, dont elles ne se sont nettement démarquées que dans les rosaces flamboyantes du gothique tardif .

placement

Les rosiers entrelacs, dont certains de très grandes dimensions dépassant 13 m de diamètre, ont été créés à l'époque gothique. Ils sont généralement construits au milieu au-dessus du portail principal côté ouest ou dans les façades du transept et peuvent même occuper toute la largeur de la façade, comme par exemple sur les transepts de la cathédrale Notre -Dame de Paris ou de la cathédrale de Chartres .

symbolisme

La position centrale de la rosace a un effet fort, suggestif et méditatif . Il est extrêmement magnifique (surtout lorsqu'on utilise du verre coloré), puissant, beau, apaisant et harmonieux. En raison de sa forme circulaire idéale, il stimule à plusieurs reprises les interprétations symboliques. Elle peut incarner la perfection de l'amour du divin se répandant dans toutes les directions. La structure architecturale élaborée de la rose joue souvent avec des éléments de numérologieet le symbolisme du cercle pour rendre visuellement tangible l'omniprésence de Dieu dans le monde ou le cycle de la vie. L'éclat radial des traces d'entrelacs rappelle le soleil et invite ici également à d'autres interprétations. Cet arrangement a donné le nom au terme de style français pour le haut gothique, " rayonnant " (c'est-à-dire rayonnant, rayon français = poutre).

des photos

– Les dates avec un trait d'union doivent être comprises ici comme « entre … et … », pas comme des délais de production aussi longs –

  • Rosace de la cathédrale de Laon
  • Rosace du transept nord, émaillée vers 1180

    Rosace du transept nord, émaillée vers 1180

  • Rosace de la façade ouest, vers 1200, renouvelée au XIXe siècle

    Rosace de la façade ouest, vers 1200,
    renouvelée au XIXe siècle

  • Rose du fronton du chœur, 1205-1220

    Rose du fronton du chœur, 1205-1220

  • Rose du chœur vue de l'intérieur

    Rose du chœur vue de l'intérieur

  • Rosace de la cathédrale de Chartres
  • Rose de la façade ouest, jusque vers 1225

    Rose de la façade ouest, jusque vers 1225

  • Roses de la baie vitrée du gothique primitif, jusqu'en 1225 environ

    Roses de la baie vitrée du gothique primitif, jusqu'en 1225 environ

  • Rose sur le transept sud, 1225 sq.

    Rose sur le transept sud, 1225 sq.

  • Rose sur le transept nord, 1230-1240

    Rose sur le transept nord, 1230-1240

  • Rosace de Notre-Dame de Paris
  • Rose de la façade ouest, 1220-1225

    Rose de la façade ouest, 1220-1225

  • Grande rosace du transept nord vue de l'intérieur

    Grande rosace du transept nord vue de l'intérieur

  • Grande rosace du transept sud vue de l'intérieur

    Grande rosace du transept sud vue de l'intérieur

  • Grande rose du transept sud, après 1258, tournée de 15° dans les restaurations ultérieures

    Grande rose du transept sud, après 1258, tournée de 15° dans les restaurations ultérieures

  • Rosace de la cathédrale de Strasbourg
  • Rose du transept nord, 1200-1210

    Rose du transept nord, 1200-1210

  • rosace du début du gothique dans le transept sud, 1207-1210/1220

    rosace du début du gothique dans le transept sud, 1207-1210/1220

  • Rose de l'Ouest, vers 1330, d'un diamètre de 13,6 m l'une des plus grandes d'Europe

    Rose de l'Ouest, vers 1330, d'un diamètre de 13,6 m l'une des plus grandes d'Europe

  • L'ouest s'est levé de l'intérieur

    L'ouest s'est levé de l'intérieur

Voir également

Littérature

  • Ellen Judith Beer : La rose de la cathédrale de Lausanne et le cycle d'images cosmologiques du Moyen Âge (= Écrits bernois sur l'art. Tome 6). Benteli, Berne 1952, DNB 450303047 (mémoire Université de Berne, Faculté de philosophie et d'histoire 1952, 80 pages).
  • Ellen Judith Beer : Les peintures sur verre de la Suisse du XIIe au début du XIVe siècle. (= Corpus Vitrearum Medii Aevi , Suisse. Volume 1). publié sous le patronage de la Société suisse des sciences humaines et de la Société suisse d'histoire de l'art par Hans R. Hahnloser. Birkhauser, Bâle 1956, DNB 450303020 .
  • Painton Cowen : Les rosaces des cathédrales gothiques. 3e édition. Herder, Fribourg-en-Brisgau 1990, ISBN 3-451-21876-3 . (Titre original : Rose Windows , traduit par Ingeborg Schmid)
  • Painton Cowen : Splendeur gothique : les rosaces des grandes cathédrales. Belser, Stuttgart 2015, ISBN 978-3-7630-2707-1 . (Titre original : The Rose Windows , traduit par Wolfdietrich Müller)
  • Helen J. Dow : La rosace. Dans : Journal des instituts Warburg et Courtauld. Volume 20, 1957, ISSN  0083-7180 ​​, p. 248–297.
  • Friedrich Kobler : rosace . In: Reallexikon to German art history . Tome 8 : Rosace - Vernis . Munich 1982, ISBN 3-406-14197-8 , colonne 65-203.
  • Wiltrud Mersmann : Rosace et cercles célestes. Méandre, Mittenwald 1982, ISBN 3-88219-195-3 .
  • Théodore Rieger : Roses romanes et roses gothiques dans l'architecture religieuse alsacienne. Dans : Cahiers alsaciens d'archéologie, d'art et d'histoire. Volume 22, 1979, ISSN  0575-0385 , p. 67–105.
  • Robert Suckale : Thèses sur le changement de sens de la rosace gothique. In : Karl Clausberg , Dieter Kimpel et autres (éd.) : Construction et sculpture au Haut Moyen Âge. Contributions descriptives à l'histoire culturelle et sociale (= Enquêtes artistiques de l'Association d'Ulm, Association pour l'art et les études culturelles. Volume 11). Anabas, Giessen 1981, ISBN 3-87038-082-9 , p. 259-294.
  • Matthias Vollmer : Fortuna diagrammatica : la roue de la fortune comme cryptage pictural de l'écriture "De consolatione philosophiae" de Boèce (= Apeliotes . Tome 3). Lang, Francfort-sur-le-Main/ Berlin/ Berne/ Bruxelles/ New York/ Oxford/ Vienne 2009, ISBN 978-3-631-57949-7 (thèse FU Berlin 2007).

liens web

Commons : Rosette (Architecture)  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio

les détails

  1. Terme de premier choix chez Wilfried Koch : Baustilkunde. 33e édition. 2016, ISBN 978-3-7913-4997-8 , page 446.
  2. Günther Binding : Entrelacs. 1989, ISBN 3-534-01582-7 , page 23.
  3. Christian Kayser : L'édification des entrelacs de fenêtres gothiques. 2012, ISBN 978-3-86568-758-6 , p. 18 (comme titre de section et dans le texte)
  4. Wilfried Koch : style architectural. 33e édition. 2016, ISBN 978-3-7913-4997-8 , page 479, mot clé 644
  5. Llanera : Los expedientes de reconstrucción de iglesias tras la Guerra Civil : San Miguel de Villardeveyo
  6. Base Mérimée : Église Saint-Etienne ; Hauts de France ; Oise (60) ; beauvais