Fitnah (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Fitna est un court métrage et une compilation islamophobe du politicien néerlandais populiste de droite Geert Wilders . Le film est un collage de citations de diverses sourates du Coran en lien visuel et acoustique avec des scènes violentes à motivation islamiste documentées dans la presse écrite et des enregistrements cinématographiques et télévisuels au début du 21e siècle.

Contenu

La fitna arabe (فتنة) signifie en gros « tentation » ou « discorde », mais aussi « guerre entre musulmans ». Le film de dix-sept minutes commence par un plan — non autorisé — du dessin animé de Kurt Westergaard tiré de The Face of Mohammed , représentant Mohammed avec une bombe en guise de turban ; [1] une horloge compte à rebours à partir de 15'00”. Dans la première partie du film, des versets du Coran sont cités (8:60, 4:56, 47:4, 4:89, 8:39). En outre, il y a des images d' actes de violence à motivation islamiste , les attentats terroristes du 11 septembre 2001 , les attentats dans les trains à Madrid et les attentats dans le métro à Londres ., montré et combiné avec des images sélectionnées d'agitateurs islamistes. [2] La deuxième partie traite de la prétendue islamisation de l'Europe : En conséquence, les droits des minorités telles que les homosexuels et les juifs, [2] mais aussi des femmes et des enfants sont menacés. [3] À la fin du film, une demande écrite pour combattre "l'idéologie islamique" apparaît. Le compteur du début a maintenant atteint zéro, suivi d'une coupure vers un orage avec tonnerre et éclairs.

histoire

Wilders était connu depuis plusieurs années pour ses initiatives anti-islamiques. En octobre 2005, il a présenté un projet de loi à la Tweede Kamer du Staten-Generaal pour interdire le port de la burqa aux Pays-Bas. [4] En 2007, dans un article d'opinion dans De Volkskrant , il a décrit le Coran comme un « livre fasciste » qui, comme Mein Kampf , devrait être interdit. [5]

annonce

Fitna a été lancé dans le débat public le 28 novembre 2007 par un article en première page dans De Telegraaf . [6] Ce n'était pas seulement aux Pays- Bas qu'il s'agissait du prélude à une première phase de délibération .

Jaap de Hoop Scheffer a vu une menace pour l'OTAN en Afghanistan dans le film . [7] La ​​police d' Amsterdam et de Rotterdam a été mise en alerte renforcée et les ambassades, organisations et entreprises ont été averties par le gouvernement. Dans une allocution devant le Parlement européen , le grand mufti syrien Ahmed Badr al-Din al-Hassoun a mis en garde contre "l'effusion de sang" que le film pourrait déclencher. L'ambassadrice malaisienne Noor Farida Ariffin a déclaré dans une interview à De Volkskrant qu'il y aurait "des dizaines de morts", rappelant The Face of Mohammed . [8ème]

Avec l'effet du film, l'agence antiterroriste néerlandaise a justifié une augmentation du niveau de menace nationale. [9] Le Premier ministre Jan Peter Balkenende voit le danger des boycotts de l'économie néerlandaise. Ayaan Hirsi Ali , scénariste du film critique sur l'islam Submission , considère la provocation comme le mobile du film et appelle à ne pas laisser le débat sur l'immigration à l'extrême. [sept]

Le site Web du film a été fermé par le fournisseur de services Internet américain Network Solutions le 23 mars 2008 . Le site présentait auparavant le titre du film "Fitna" et une indication de sa sortie imminente. Network Solutions a maintenant expliqué qu'il y avait eu de nombreuses plaintes qui étaient actuellement en cours d'examen. [10] [11] Network Solutions a déclaré qu'il avait fermé le site après avoir demandé une avant-première du film à Wilders pour révision, mais n'a reçu aucune réponse. [12] [13] Leon de Winter a critiqué la fermeture du site comme une censure anticipée. [14]Les opposants allemands à l'islam ont pris le fait que le site Web du Hezbollah [15] géré par la même société n'enfreignait pas les conditions d'utilisation comme une indication de la sympathie de la société pour le Hezbollah. [16] Network Solutions a répondu aux critiques en fermant le camp du Hezbollah. [17]

publication

Le 27 mars 2008 vers 19 heures, le film est sorti en néerlandais et en anglais sur le portail vidéo Internet LiveLeak , [18] alors qu'aucune chaîne de télévision n'était prête à le diffuser.

Cependant, LiveLeak a retiré le film le 28 mars 2008, citant des menaces de mort contre des employés de l'entreprise. Cependant, à ce moment-là, le film s'était déjà répandu sur Internet et avait été copié sur d'autres sites. LiveLeak a arrêté Fitna le 31 mars 2008. Nous avons pris des précautions de sécurité et ne voulons pas subir la pression de menaces de censure de matériel légal et conforme simplement parce que certaines personnes n'aiment pas le contenu. [19]

conséquences

Le gouvernement néerlandais a pris ses distances avec le film. Le Premier ministre Jan Peter Balkenende a déclaré qu'il ne voyait pas le but du film autre que de blesser les sentiments. Indépendamment de cela, le gouvernement iranien a remis des notes de protestation aux Néerlandais et – en tant que représentant de la présidence du Conseil de l'UE de l'époque – à l' ambassadeur slovène au ministère des Affaires étrangères de Téhéran. [20] L'ayatollah Ahmad Khatami, un religieux iranien de premier plan, soupçonnait le "régime sioniste" (Israël) et des forces oppressives non spécifiées d'être les forces motrices du film de Wilders. [21]

Le secrétaire général de l' ONU, Ban Ki-moon, a demandé que le film soit interdit de distribution. Les discours de haine et les appels à la violence ne relèvent pas de la liberté d'expression. [22]

Les réactions des États à prédominance islamique ont été pour la plupart pondérées. [2] Les ambassadeurs de 26 pays ont appelé le gouvernement néerlandais à intenter une action en justice contre Fitna. Plusieurs individus et organisations ont déposé des accusations criminelles contre Wilders. [23] Il y a eu des manifestations organisées par l'État au Pakistan et en Indonésie . [2] A Karachi , par exemple, plus de 25 000 personnes ont manifesté contre le film. [24]

Les talibans ont annoncé des représailles contre les troupes néerlandaises en Afghanistan. [25]

Le caricaturiste du plan de départ insiste sur le fait qu'il n'a pas autorisé Wilders à utiliser son dessin animé et s'objecte à ce que son dessin soit "sorti de son contexte d'origine". Il se plaint que Wilders généralise fortement et considère les musulmans comme des terroristes potentiels. Sa caricature, en revanche, ne visait "pas la société musulmane en soi" mais "visait les terroristes islamistes fanatiques". Le syndicat des journalistes danois demande une injonction contre le film de Wilders. [26] Wilders a annoncé une version corrigée de son film, dans laquelle la caricature et la photo du rappeur Salah Edin seront omisesà remplacer, qui apparaît accidentellement à la place d'une image du tueur de van Gogh. [27] La ​​version révisée a été publiée le 6 avril 2008 par LiveLeak.

Wilders a été condamné à une amende pour avoir violé les droits d'auteur et les droits de la personnalité du rappeur Salah Edin . [28] Cependant, un procès pour sédition a été décidé en sa faveur. [29]

Le blogueur saoudien Raid al-Saed a publié le 1er avril une parodie de "Fitna" avec "Schisme" (en gros "partition"). Selon l'auteur, son but était "de montrer qu'il est facile de générer des préjugés et de la haine quand, comme Wilders, on illustre au hasard des citations d'un livre saint avec des images de violence". Cependant, les critiques se plaignent que les actes de violence montrés ne sont pas motivés par la religion. [30] [31]

Un ami proche de Geert Wilders et l'un des producteurs du film, Arnoud van Doorn, s'est converti à l'islam en 2013. [32] [33]

Commentaires

Dans les médias, le film a reçu des critiques majoritairement négatives après sa sortie :

Dans son article sur Spiegel Online , Gerald Traufetter décrit le film comme un « pamphlet , un collage sauvage d'horreur et d'images déformées de l'Islam ». [34] Le Süddeutsche Zeitung critique que le film n'éclaire pas, mais "s'oppose au terrorisme avec l'incitation qui provoquera davantage de terreur". [35] Die Zeit juge : "A l'aune de ce "pamphlet", le film controversé de Hirsi Ali et van Gogh critique du Coran contre l'oppression des femmes dans l'islam ( Soumission ) est carrément un essai cinématographique exigeant sur le plan artistique". [36] Focus Online décrit Wilders comme un "agitateur blond avec une mission anti-Islam". [37]

Cependant, certains commentateurs ont également estimé que le film était beaucoup moins provocateur ou offensant que prévu. Par exemple, le FAZ écrit : « Geert Wilders n'a dégradé ou dénigré aucun symbole de l'Islam. Hormis une caricature danoise utilisée comme motif (la bombe au turban) dans la Fitna , il n'y a aucun mépris pour le Prophète, le Coran ou les croyants. C'est plutôt un collage très intelligent et suggestif de la haine des islamistes envers le reste de l'humanité. » [38]

Thorsten Dörting a déclaré dans Spiegel Online "Pourquoi cette excitation ? La vidéo anti-islam du populiste de droite néerlandais Geert Wilders sera accueillie avec incompréhension par le public occidental. Parce que son pamphlet cinématographique utilise exactement ces images et ces méthodes qui ne sont autrement utilisées que par les islamistes. » [39]

La musulmane Fatma Aykut commente dans Spiegel Online : "Le titre du film 'Fitna' signifie 'chaos' - et c'est le film jusqu'à la dixième minute. Un enchaînement lâche de séquences de film […]. Quelles sont réellement les connaissances acquises grâce à ce film ? Que veut l'auteur ? Mais ensuite, après la dixième minute du film, son objectif devient limpide. Wilders n'a pas en vue les islamistes d'Afghanistan, du Pakistan ou d'Irak, mais les musulmans d'Europe.[...] Le truc délicat de ce film, c'est qu'il montre un aspect de la réalité musulmane en Europe – et bêtement assez, il le fait de manière documentaire. […] Seulement, il retient délibérément certaines informations importantes. Le taux de chômage élevé parmi les migrants, les rares possibilités d'éducation, le racisme quotidien auquel beaucoup, en particulier les enfants migrants de sexe masculin, sont exposés.[40]

Dans un article du Spiegel Online, le journaliste et écrivain critique de l'islam Henryk Broder critique le fait que le gouvernement néerlandais ait présenté des excuses pour le film et que les chaînes de télévision néerlandaises aient refusé de le diffuser. [41] Dans la critique du film, il voit une politique d'apaisement anticipée . Il critique également la désignation de Wilder comme « populiste de droite » comme diffamatoire. [42]

L' imam Mohammad Al-Hayek a discuté des versets coraniques cités dans Fitna pour ABC News et a avancé les interprétations suivantes : [43] Le verset 8 :6[0], comme 47 :4, fait référence à la défense en temps de guerre ; une guerre d'agression contre ceux d'autres confessions est hors de question. Le verset suivant 8:61 appelle explicitement à faire la paix si les opposants le veulent aussi. 8:39 exhorte les musulmans à résister à la persécution religieuse. Le film utilise le mot "dissension" (désaccord) où "persecution" (persécution) serait une meilleure traduction. Le verset 4:56 décrit les tourments de l'enfer dans l'au-delà. Le verset 4:89 fait finalement référence aux traîtres lors de la bataille d'Uhud .

Dans une interview sur le site du Service de presse humaniste , la responsable du Conseil central des ex-musulmans , Mina Ahadi , a estimé que Fitna "n'est pas un film de droite" puisqu'il défend les droits humains des femmes et des homosexuels. n'est pas l'expression d'un sentiment (politiquement) de droite. Ahadi a poursuivi en disant: "Ceux qui veulent simplement pousser le film dans le coin de la droite sont soit ignorants, ce qui signifie qu'ils ne veulent pas voir le problème de l'islam politique, soit sont tout simplement lâches." Au contraire, le film révèle "le lien étroit entre la foi islamique et l'islamisme politique" et montre le côté inhumain de l'islam politique. Cependant, assimiler ces dernières aux positions des musulmans modérés est problématique.[44]

Dans un article invité du Spiegel Online, le dissident de l'islam, qui écrit sous le pseudonyme d' Ibn Warraq , a décrit l'auteur du film Geert Wilders comme un "héros de notre temps" qui a osé s'élever contre "l'islamofascisme". La critique selon laquelle le film de Wilders sort les citations de leur contexte est injustifiée : les citations du Coran utilisées dans le film ont été utilisées par les musulmans eux-mêmes pour développer leur théorie de la guerre sainte. Cependant, c'est précisément la suppression de la critique de l'islam qui conduira à un "populisme empoisonné et raciste". [45]

Dans le Weltwoche , un auteur qui utilise le pseudonyme "René Marcus" pour des raisons de sécurité et, selon le magazine, est professeur dans une université européenne renommée, a écrit que les allégations selon lesquelles le film incite à la haine et sort les citations de leur contexte sont fausses , comment une étude du Coranprouver : « Le Coran, le livre saint des musulmans, est un livre dans lequel la racine verbale qtl, « tuer », apparaît 187 fois, dont 25 à l'impératif (ex. sourate 4, 89 et 91 ; sourate 9, 4 et 14 et 29). » Dans ce contexte, l'auteur demande pourquoi les musulmans qui voient dans la violence au nom de l'islam une perversion de leur religion ne se positionnent pas plus clairement contre les atrocités : « Oussama Ben Laden est-il un fervent Musulman? Ou pervertit-il le message du prophète ? S'il les pervertit, il doit être expulsé de la communauté des croyants par fatwa . » [46]

Irshad Manji a écrit sur washingtonpost.com que le film était "grossier et ennuyeux" et qu'il a rendu Wilders un mauvais service à la liberté d'expression parce que le film était prévisible et non créatif, faisant de Wilders un peu plus qu'un sermon médiocre ( "une harangue de variété de jardin " ), le résultat de la liberté dans ce cas équivalait à de la banalité. Manji a suggéré dans sa critique que Wilders aurait dû contrecarrer les images utilisées dans le film avec des extraits positifs du Coran pour montrer la contradiction entre la partie extrémiste de l'islam et les parties les plus libérales du Coran. [47]

Le spécialiste des sciences sociales Hartmut Krauss considère le film comme ni manipulateur ni démagogique. Le film aborde exclusivement la violence légitimée par l'Islam dans le Coran dans les seules scènes de versets du Coran qui appellent à la violence et la légitiment, des extraits de "sermons haineux" s'y rapportant et enfin la pratique jihadiste sous la forme d' actes islamistes concrets . de la violence, dans une logique d'action justifiée et cohérente. Le film n'est en aucun cas une insulte indifférenciée et diffamatoire envers tous les musulmans, comme cela est souvent suggéré à tort dans les médias. [48]

Voir également

Littérature

  • André Krause : Geert Wilders dans le miroir de son blog. Combattants de la liberté ou prêcheurs de haine ? , Berlin 2010, ISBN 978-3-86931-725-0 , p. 95–107

liens web

les détails

  1. Ronald Vecht : Fitna donne le droit à la paternité . Dans : NRC Handelsblad , 29 mars 2008, page 7. Consulté le 5 mai 2009. 
  2. a b c d Jean-Christophe Ploquin : Les réactions au film de Geert Wilders sont mesurées . Dans : La Croix , 30 mars 2008. Consulté le 6 mai 2009. 
  3. Scott Long, Témoin insupportable : Comment les militants occidentaux (mal) reconnaissent la sexualité en Iran . Dans : Politique contemporaine . 15 mars 2009, pages 119 à 136, page 127. doi : 10.1080/13569770802698054 .
  4. Sawitri Saharso, Doutje Lettinga : Citoyenneté controversée : politiques et débats sur le voile aux Pays-Bas . Dans : Politique sociale . 15, n° 4, 1er décembre 2008, pages 455-480, pages 464.
  5. Geert Wilders : Genoeg est genoeg : verbiet de Coran. Dans : De Volkskrant. 8 août 2007, récupéré le 25 mars 2008 (néerlandais).
  6. Scholten, Otto, Nel Ruigrok, Martijn Krijt, Joep Schaper et Hester Paanakker. 2008. "Fitna en de media:Een onderzoek naar aandacht en rolpatronen", page 2 http://nieuwsmonitor.org/wp-content/uploads/Media_en_Fitna.pdf (consulté le 29 avril 2009).
  7. a b Mark Tran : Le gouvernement néerlandais pourrait interdire les films anti-islam. Dans : Le Gardien . 21 janvier 2008, consulté le 9 mars 2008 (anglais).
  8. Rob Savelberg : Le populiste de droite veut provoquer les musulmans. Dans : Le Monde . 17 janvier 2008, récupéré le 9 mars 2008 .
  9. 3sat.de
  10. Werner Perger : Quand la folie l'emporte. Dans : Le Temps . 21 janvier 2008, récupéré le 9 mars 2008 .
  11. Site Web du film fermé par le critique islamique Wilders. Dans : Yahoo News . 23 mars 2008, archivé de l' original le 2 avril 2008 ; récupéré le 24 mars 2008 .
  12. heise.de : le fournisseur américain bloque le site Web d'un film anti-islam
  13. networksolutions.com : Déclaration de Network Solutions concernant la suspension de Fitnathemovie.com
  14. Anna Reimann : Le parti tchèque propose de montrer un film anti-islam. Dans : Miroir en ligne . Consulté le 3 mai 2009 (en anglais).
  15. Informations WHOIS pour hizbollah.org . Dans : mirahost . 6 février 1998. Consulté le 24 mars 2008.  ( Page plus disponible , rechercher dans les archives WebInfo : Le lien a été automatiquement marqué comme rompu. Veuillez vérifier le lien conformément aux instructions , puis supprimer cet avis.@1@2Vorlage:Toter Link/my.mirahost.com  
  16. Florian Rötzer : le site Web de Wilder pour les films anti-islam hors ligne. Dans : Télépolis . Récupéré le 3 mai 2009 .
  17. Brian Krebs : Site anti-islam des pré-censeurs de Network Solutions. Dans : SecurityFix. 26 mars 2008, consulté le 31 mars 2008 (anglais).
  18. Spiegel Online : « Le populiste de droite Wilders sort un film hostile au Coran » , 27 mars 2008
  19. Propagande anti-islam : le film de Wilders est de retour en ligne. Dans : Le Temps . 31 mars 2008, archivé de l' original le 1er avril 2008 ; récupéré le 31 mars 2008 .
  20. n-tv : Ambassadeur convoqué le 30 mars 2008
  21. Ynetnews : Un religieux iranien dit qu'Israël est derrière le film hollandais anti-islam du 4 avril 2008
  22. Lewis Krauskopf, Mohammad Zargham : L'interdiction de l'ONU condamne le film néerlandais comme étant anti-islamique. Dans : Reuters . 28 mars 2008, consulté le 31 mars 2008 (anglais).
  23. Action en justice exigée contre un film anti-Coran. Dans : 3sat.de. 31 mars 2008, récupéré le 31 mars 2008 .
  24. Spiegel Online : 25 000 personnes ont manifesté contre le film de Wilder
  25. Robert Marquand : 'Fitna' : le film anti-islam du leader néerlandais apporte des conflits . 26 mars 2008, page 1. Consulté le 6 mai 2009. 
  26. "Ma caricature doit être retirée du film de Wilders". Dans : spiegel.de . Récupéré le 3 mai 2009 .
  27. Wilders a passé le film anti-Coran Fitna aan. Dans : De Volkskrant . 31 mars 2008, récupéré le 31 mars 2008 (néerlandais).
  28. Wilders, populiste de droite. Dans : Miroir en ligne. Récupéré le 5 mai 2009 .
  29. Spiegel Online : le tribunal rejette le procès pour discours de haine
  30. Un blogueur saoudien publie un film anti-biblique. Dans : netzeitung.de . Archivé de l' original le 14 mars 2012 ; récupéré le 3 mai 2009 .
  31. Welt.de : Un blogueur met en ligne un film anti-chrétien. Dans : welt.de . Récupéré le 3 mai 2009 .
  32. Arnoud van Doorn se convertit à l'Islam . Dans : Loonwatch.com . 10 octobre 2013. Consulté le 10 octobre 2013.
  33. https://www.welt.de/politik/ausland/article114187628/Vom-Islamhasser-zum-glaeubigen-Muslim.html
  34. Gerald Traufetter : Publication d'une vidéo hostile au Coran – protestation contre le populiste de droite Wilders. Dans : spiegel.de . Récupéré le 3 mai 2009 .
  35. Gökalp Babayigit : 15 minutes de haine. Dans : sueddeutsche.de . Consulté le 19 mai 2015 .
  36. Werner A. Perger : Propagandistes ou combattants de la liberté ? Dans : zeit.de . Récupéré le 3 mai 2009 .
  37. Helena Kysela : propagandiste blonde avec une mission anti-islam. Dans : Focus Online. 28 mars 2008, récupéré le 30 avril 2009 .
  38. Nils Minkmar : Le populiste de droite Wilders contre les islamistes. Dans : FAZ.NET . Récupéré le 3 mai 2009 .
  39. Spiegel Online : Voulez-vous un ennui total ?
  40. Fatma Aykut dans Spiegel Online : "Je ne me sens pas du tout blessée"
  41. Entretien avec Broder sur Deutschlandfunk le 28 mars 2008 (MP3)  ( page plus disponible , recherche dans les archives webInfo : Le lien a été automatiquement marqué comme rompu. Veuillez vérifier le lien conformément aux instructions , puis supprimer cet avis.@1@2Vorlage:Toter Link/ondemand-mp3.dradio.de  
  42. Henryk M. Broder : Le populiste qui n'en est pas un. Dans : spiegel.de . Récupéré le 3 mai 2009 .
  43. Rehab el-Buri : Tumulte sur le film anti-islam tombe à plat. Dans : ABC News. 28 mars 2008. Consulté le 29 mars 2008 (anglais).
  44. Service de presse humaniste : Il faut discuter de Fitna ! ( Mémoire du 3 avril 2008 sur Internet Archive ) 29 mars 2008
  45. Spiegel Online : "Geert Wilders est un héros de notre temps" 2 avril 2008
  46. Die Weltwoche : "Tuez-les !" Edition 14/2008
  47. Irshad Manji , « Anti-Muslim Film Boorish and Boring », sur washingtonpost.com, 2 avril 2008.
  48. Fitna – à propos du court métrage critique de l'islam de Geert Wilder (PDF ; 69 Ko) Article dans Kritiknetz – Journal for Critical Theory of Society ISSN  1866-4105