Consécration de la cloche (VELKD)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Nouvelle sonnerie de l' église de grâce (Wahren) au week-end de la foire aux cloches 2012
Les nouvelles cloches John , Jeremiah , Joshua - Hanna , Philippus , David et Isaiah de la Frauenkirche arrivent au Neumarkt de Dresde (2003)

Dans les travaux de l'agenda de l'Église évangélique luthérienne unie d'Allemagne (VELKD), la consécration d' une cloche fait référence à la mise en service d'une nouvelle cloche pour le service protestant. Elle peut être faite par l'évêque dans le cadre d'une consécration d'église , ou par le curé local dans le cas d'une église existante, si elle reçoit une nouvelle sonnerie. L'article suivant traite du deuxième cas.

histoire

Dans les Articles Schmalkaldiques , Martin Luther rejette le baptême des cloches pratiqué à son époque . La cloche a été lavée à l'intérieur et à l'extérieur, [1] ointe d' huile malade [2] et chrême . L'encens a été fait de telle manière que l' encens se rassemble dans la cloche, puis se déverse sous elle, l'enveloppant. En quelque sorte, la cloche s'est imprégnée du pouvoir apotropaïque de l'encens et est devenue un outil puissant pour éloigner les démons. [3] On lui a donné le nom d'un saint. [4]Les nombreux témoins présents se sont emparés du cordon de la cloche et ont alors été obligés de faire des dons à l'église en tant que parrains et marraines. Ce sont précisément les similitudes avec le sacrement du baptême qui faisaient de cette bénédiction un abus pour Luther, qu'il fallait abolir. [5]

Les églises de la Réforme ont continué l'utilisation précédente des cloches d'église, mais les ont adaptées à leur propre théologie. Il s'agissait en particulier du droit de consacrer les cloches, « qui, en tant qu'institution du droit ecclésiastique évangélique, continue de s'appliquer en vertu du droit coutumier jusqu'à ce jour en tant que jus liturgicum de la congrégation, mais perd son caractère de consécration et, en tant qu'acte solennel de l'enrôlement, se compose uniquement des éléments de base des Écritures, le sermon, la prière et la mise en scène en dessous touche ou frappe la cloche ». [6]

Dans le monde protestant aussi, il est d'usage de nommer les cloches des églises, soit selon leur fonction (cloche à prières, cloche des vêpres, etc.), soit selon des caractères bibliques ou des concepts théologiques (Isaïe, Jean, Gloria, etc.). [sept]

Ordre du jour IV (1952)

L'ordre du jour distingue la célébration du ramassage des cloches et la célébration de la consécration des cloches ; ce dernier n'a lieu qu'après que les cloches ont été raccrochées.

Célébration de la collecte des cloches

« Les cloches enlacées de guirlandes vertes sont entraînées dans un cortège festif à la gare ou à la limite du couloir et amenées au clocher. » [8] Ici chantent les chœurs de la communauté. Les cloches de toutes les communes voisines et éventuellement les anciennes cloches existantes dans le clocher sonnent. Au clocher suit le discours du prêtre, qui comprend l'histoire de la sonnerie de l'église et une description de la nouvelle cloche. La célébration, encadrée de chants, se termine par le Notre Père, la prière et la bénédiction.

Célébration de la consécration de la cloche

Après avoir raccroché la cloche, la consécration de la cloche a lieu dans le cadre d'un service communautaire, au cours duquel la cloche sonne pour la première fois. Après le vote 1 Tim 4.5  LUT suivre comme lectures bibliques 1 Cor 13.1-8  LUT et Lc 10.38-42  LUT. Après le Notre Père, le pasteur prononce la prière suivante : « Dieu tout-puissant..., qui a donné aux hommes l'art de fondre des cloches à partir du minerai de la terre : nous demandons ta miséricorde pour que la nouvelle cloche que nous offrons aujourd'hui à ton service consacre , proclamant en tout temps ton honneur et rassemblant ta congrégation rachetée en Jésus-Christ pour adorer… » La cloche sonne alors. Puis le pasteur demande à l'assemblée de « participer à l'acte de consécration avec un chant ». D'abord la plus petite cloche sonne, puis cloche après cloche avec un petit intervalle, jusqu'à ce que la sonnerie complète soit atteinte, après quoi la congrégation commence par un chant de louange ou d'action de grâce. [9]

Ordre du jour IV (1987)

Obtention de nouvelles cloches

"Les nouvelles cloches décorées peuvent être ramassées par la congrégation et amenées à leur destination pendant que les cloches des églises voisines sonnent." Ici, une dévotion peut suivre, pour laquelle le Psaume 88 est suggéré. Le discours est suivi d'une prière remerciant Dieu pour la nouvelle cloche. "Nous l'acceptons comme un signe de votre gentillesse, que votre voix veuille nous atteindre de bien des façons." [10]

Consécration des cloches avec un vote trinitaire et le signe de croix par le curé de la Schelfkirche (Schwerin) , 2015
consécration de la cloche

La consécration des cloches a lieu dans le cadre d'un service de congrégation après le Gloria ou après la prière de collecte . Dans l'introduction il est dit que la nouvelle cloche sera dédiée au service de Dieu (alternativement : placée au service de Dieu ). Les lectures bibliques sont Isa 62 : 10-12 NIV  ou Rev 3 : 20-22  NIV . Le pasteur dit la prière de dédicace ("Accorde que cette cloche proclame toujours ton honneur et appelle ta congrégation à l'adoration et à la prière. … Quand elle marque le temps et l'heure et quand elle sonne au-dessus des tombes, rappelle-nous l'éternité.") [ 11]

La dédicace de la cloche suit, pour laquelle deux formulations sont proposées au choix. "L'un laisse entendre la consécration comme s'effectuant par la formule avec un vote trinitaire , l'autre entend tout l'acte d'adoration comme une consécration, qui n'est confirmée que par la formule." [12]

La cloche est maintenant appelée par son nom et son inscription et sonna brièvement. Ensuite, les cloches de l'église sonnent fort et la congrégation se joint au chant progressif ou à un chant de louange et d'action de grâce. [13]

Aspect de la loi de l'Église d'État

La consécration de la cloche (plus précisément : la dédicace de la cloche qui s'y déroule) sépare la cloche en tant que res sacra des actes juridiques généraux ; elle ne doit pas être sécularisée de force par la suite. Seules les autorités ecclésiastiques peuvent décider de l'utilisation de la sonnerie après la consécration de la cloche ( règlement de la sonnerie ). Cependant, dans certains endroits, les autorités policières locales ont encore le droit de faire sonner les cloches des églises si la vie de la population est en danger (sonnerie de catastrophe). [14]

Sources

  • Direction de l'Église du VELKD (éd.): ordination, bénédiction, actes d'introduction et d'inauguration (=  Agenda for Evangelical Lutheran Churches and Congregations . Volume IV). Maison d'édition luthérienne, Berlin 1952.
  • Direction ecclésiale du VELKD (éd.) : Ordination et bénédiction - actes d'introduction - actes d'initiation (=  ordre du jour pour les églises et communautés évangéliques-luthériennes . Volume IV). Édition nouvellement éditée, Lutherisches Verlagshaus, Hanovre 1987, ISBN 3-7859-0538-6 .

Littérature

liens web

Commons : Glockenweihe (VELKD)  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio

Remarques

  1. À cette fin, de l'eau bénite préalablement préparée avec un mélange de sel et d'huile a été utilisée. Voir Andreas Heinz : La signification de la cloche à la lumière du rite médiéval de consécration de la cloche . In : Alfred Haverkamp (éd.) : Information, communication et autoreprésentation dans les communautés médiévales (=  écrits du collège historique , colloques tome 40). Oldenbourg, Munich 1998, pp. 41–70, ici pp. 52f.
  2. L'usage de l'huile pour les malades repose sur un malentendu : le haut Moyen Âge ne faisait pas de distinction entre l'huile pour les catéchumènes (que l'on entendait ici, par analogie avec le baptême d'une personne) et l'huile pour les malades ; dans la haute scolastique, cela a conduit « à la règle absurde de signer la cloche avec de l'huile malade. » Cf. Andreas Heinz : La signification de la cloche à la lumière du rite médiéval de consécration de la cloche . In : Alfred Haverkamp (éd.) : Information, communication et autoreprésentation dans les communautés médiévales (=  écrits du collège historique , colloques tome 40). Oldenbourg, Munich 1998, pages 41 à 70, ici page 53.
  3. Andreas Heinz : La signification de la cloche à la lumière du rite médiéval de la consécration de la cloche . In : Alfred Haverkamp (éd.) : Information, communication et autoreprésentation dans les communautés médiévales (=  écrits du collège historique , colloques tome 40). Oldenbourg, Munich 1998, pages 41 à 70, ici page 57.
  4. Guido Fuchs : Les cloches bénissent . Dans : Andreas Heinz, Heinrich Rennings (eds.) : Bénissez aujourd'hui. Cahier de travail pour le Bénédictionnel . Herder, Fribourg/Bâle/Vienne 1987, pages 367–373, ici page 369.
  5. ASm III,15 ( BSLK , p. 462) : "Enfin, le sac des imbéciles du Baptiste est toujours là avec des articles insensés et puérils tels que la consécration de l'église, le baptême des cloches, le baptême des pierres d'autel et demander aux commères de donner, etc. Les baptêmes de Welch C'est une moquerie et une moquerie du saint baptême qu'on ne devrait pas le subir . Dans : Walter Kasper (éd.) : Lexique pour la théologie et l'église . 3e édition. ruban 4 . Herder, Fribourg-en-Brisgau 1995, Esp. 750-751 . Les rites d'interprétation après la prière de bénédiction sont abrégés par rapport à avant, puisqu'ils "donnent lieu à des interprétations (mag.) erronées ('baptême de la cloche')." Selon Andreas Heinz , ce rite "n'a presque rien de commun avec la cloche médiévale ". bénédiction." Cf. Andreas Heinz : La signification de la cloche à la lumière du rite médiéval de consécration de la cloche . In : Alfred Haverkamp (éd.) : Information, communication et auto-représentation dans les communautés médiévales (=  écrits du collège historique , colloques tome 40). Oldenbourg, Munich 1998, pp. 41–70, ici pp. 41f.
  6. Hartwig AW Niemann :  Bells . Dans : Theological Real Encyclopedia (TRE). Volume 13, de Gruyter, Berlin/New York 1984, ISBN 3-11-008581-X , pp. 446-452., ici p. 450.
  7. Christhard MahrenholzCloches III. Praticien-théologique . Dans : La religion dans l'histoire et le présent (RGG). 3e édition. Tome 2, Mohr-Siebeck, Tübingen 1958, col.1624-1626.
  8. ↑ Actes d' ordination, de consécration, d'initiation et d'initiation. Berlin 1952, page 166.
  9. ↑ Actes d' ordination, de consécration, d'initiation et d'initiation. Berlin 1952, p. 167–169. Cf. le commentaire à : Guido Fuchs : Bénis les cloches . Dans : Andreas Heinz, Heinrich Rennings (eds.) : Bénissez aujourd'hui. Cahier de travail pour le Bénédictionnel . Herder, Fribourg/Bâle/Vienne 1987, pages 367-373, ici page 372.
  10. Ordination et bénédiction - actes d'initiation - actes d'initiation. Hanovre 1987, page 154f.
  11. Ordination et bénédiction - actes d'initiation - actes d'initiation. Hanovre 1987, p. 157.
  12. Christian Eyselein : Dieu bénit-il ce que les gens créent ? L'initiation ecclésiastique agit dans le domaine de la vie publique. Stuttgart 1993, page 34.
  13. Ordination et bénédiction - actes d'initiation - actes d'initiation. Hanovre 1987, page 158.
  14. Hartwig AW Niemann :  Bells . Dans : Theological Real Encyclopedia (TRE). Volume 13, de Gruyter, Berlin/New York 1984, ISBN 3-11-008581-X , pages 446-452., ici page 451. Christian HeckelGlocken III. Ecclésiastique . Dans : La religion dans l'histoire et le présent (RGG). 4ème édition. Volume 3, Mohr-Siebeck, Tübingen 2000, colonnes 1009-1010.