HTML5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Logo W3C HTML5

HTML5 [1] est la cinquième version du langage de balisage hypertexte, un langage informatique permettant de baliser et de lier du texte et d'autres contenus dans des documents électroniques, principalement sur le World Wide Web .

Le World Wide Web Consortium (W3C) a présenté la spécification HTML5 (« Recommandation du W3C ») le 28 octobre 2014. [2] HTML5, en tant que successeur de HTML 4, deviendra le langage de base du Web. Il remplace les normes HTML 4.01, XHTML 1.0 et DOM HTML niveau 2. Il offre de nouvelles fonctionnalités telles que la vidéo, l'audio, le stockage local et les graphiques 2D et 3D dynamiques qui n'étaient pas directement pris en charge par HTML4 et ne peuvent être utilisés sans HTML5 qu'avec des plugins supplémentaires. -ins (par exemple Adobe Flash ). [3] De nouveaux éléments permettant d'améliorer la structure sémantique continuent d'indiquer la voie à suivre.

émergence

Après la publication de la spécification HTML 4.0 en décembre 1997, le développement ultérieur de HTML est resté en sommeil pendant longtemps. Hormis la version 4.01 de décembre 1999, qui ne contient que des corrections d'erreurs, il n'y a plus eu de mises à jour du langage de balisage jusqu'en avril 2009. Le World Wide Web Consortium (W3C) s'est appuyé sur XML, qui allait devenir le successeur de HTML, et a reformulé HTML 4.01 en langage de balisage basé sur XML XHTML 1.0. La fonctionnalité de HTML 4.01 a été conservée sans modifications. En conséquence, le W3C a commencé à développer XHTML 1.1 et plus tard XHTML 2.0, qui n'avait plus grand-chose en commun avec HTML 4.01. Cela signifiait que XHTML 1.1 et XHTML 2.0 n'étaient plus rétrocompatibles en raison de ces nouveaux développements. De plus, la création de documents XHTML 2.0 était très difficile par rapport au HTML à bien des égards et nécessitait de nombreuses connaissances de base. Le développement de CSS était également très lent à cette époque, c'est pourquoi le W3C a fait l'objet de critiques croissantes.

Pour contrer ces évolutions, le groupe de travail sur les technologies d'application hypertexte Web (WHATWG) , fondé par plusieurs fabricants de navigateurs, a publié la première proposition pour HTML5 à la mi-2004 sous le nom d'applications Web 1.0 .

Le 27 octobre 2006, Tim Berners-Lee , fondateur et président du World Wide Web Consortium, a annoncé la création d'un nouveau groupe de travail dédié à l'avancement du HTML. [4] Le W3C a utilisé un fork de la version WHATWG comme base pour son travail sur HTML5. Ce faisant, le W3C a créé une concurrence en interne, puisqu'il a également été à l'origine du développement de XHTML 2.0, un format purement basé sur XML pour le balisage des sites Web.

Entre novembre 2006 et mars 2007, les groupes de travail existants au W3C ont été réorganisés pour réduire la concurrence au sein du W3C. HTML5 et XHTML 2.0 ont été définis comme des langages apparentés avec des publics différents. [5]

En mai 2007, les membres du groupe de travail HTML ont voté pour utiliser le projet Web Applications 1.0 du WHATWG comme point de départ pour la discussion et le développement ultérieur de HTML . [6] [7] Depuis lors, le W3C et le WHATWG ont travaillé ensemble sur la spécification HTML5.

À la mi-2009, le W3C a annoncé que le développement de XHTML 2.0 serait interrompu d'ici la fin de cette année. [8] La prochaine génération de langages de balisage pour le web n'est donc pas une nouvelle variante du XHTML, mais du HTML5.

Différents modèles de travail du W3C et du WHATWG

Le WHATWG suit un modèle de développement sans version. Elle travaille sur un soi-disant niveau de vie , c'est-à-dire une spécification qui est sujette à une correction et à une expansion constantes. [9] Le WHATWG renonce donc à la spécification de version « 5 » et ne parle que du « standard HTML ». [dix]

L'objectif du groupe de travail HTML du W3C, quant à lui, est de publier un instantané stable de cette spécification sous le nom de HTML5. À cette fin, une procédure prédéfinie est exécutée jusqu'à ce que la spécification se transforme finalement en une recommandation du W3C . [11] L'étape préliminaire de celle-ci, une proposition de recommandation , a été publiée en septembre 2014 [12] , la recommandation finalement le 28 octobre 2014. [2]

Relation entre les spécifications W3C et WHATWG

Relation des spécifications de la technologie Web autour de HTML5

L' éditeur de la spécification est Ian Hickson , [13] fondateur du WHATWG et employé de Google . [14] Diverses spécifications sont générées à partir du texte brut qu'il édite, à la fois celles du côté WHATWG et celles du W3C.

La spécification WHATWG HTML intègre plusieurs sous-spécifications connexes, qui sont décomposées en documents individuels par le W3C. [15] Il vous permet de suivre le processus de développement du W3C indépendamment de la principale spécification HTML5. Ces normes distinctes sont les métadonnées des microdonnées , le contexte de dessin 2D de l' élément canvas et la messagerie inter-documents (messagerie Web HTML5).

Publications du W3C

Voici les publications W3C des brouillons HTML5. En plus des brouillons de travail réguliers , le W3C publie des brouillons dits de l'éditeur à des intervalles de jours . La version actuelle du projet – élargie pour inclure des éléments spécifiques au WHATWG – est disponible sur le site Web du WHATWG.

progrès dans le développement

La spécification WHATWG note que certaines sections sont plus matures que d'autres. Bon nombre des nouveaux développements les plus matures sont déjà inclus dans les versions actuelles des navigateurs et peuvent être utilisés. [23]

En mai 2011, HTML5 a reçu le statut de dernier appel au W3C, destiné à être un dernier appel à commentaires sur le brouillon HTML5. [24] Le WHATWG a déclaré le statut "Last Call" le 27 octobre 2009. [25] Le 28 octobre 2014, le W3C a publié la recommandation HTML5. [2] Le 14 décembre 2017, HTML 5.2 a été publié en tant que recommandation du W3C [26] , et en même temps l'ébauche de travail pour HTML 5.3 [27] . HTML5 est déjà (bien qu'incomplètement) implémenté dans la plupart des navigateurs.

Buts

Les premiers objectifs importants pour HTML5 ont été définis par Tim Berners-Lee dans son article de blog "Reinventing HTML": [28] Les groupes qui utilisent HTML (auteurs Web, fabricants de navigateurs). HTML doit être développé progressivement, c'est-à-dire en révisant et en étendant la version précédente, et la transition vers des documents bien formés doit être encouragée davantage de cette manière. Le développement de formulaires en HTML devrait être étendu et constituer idéalement une étape entre la structure de formulaire existante et XForms .

Au cours de la mise en place du nouveau groupe de travail HTML [29] et dans le cadre de la vision architecturale pour HTML, XForms et XHTML 2.0 [5] , ces objectifs ont été précisés plus en détail, certains ont été modifiés et des points supplémentaires ont été ajoutés :

  • Contrairement à l'approche précédente consistant à ne montrer que les différences par rapport à une ancienne version dans chaque spécification, une spécification complète doit être rédigée.
  • Le vocabulaire du HTML doit pouvoir être écrit en HTML classique et en dialecte XML. Quelle que soit cette forme, le vocabulaire doit pouvoir être converti en un infoset défini, c'est-à-dire en un mappage DOM du code source.

En plus du domaine de travail du groupe de travail, la définition des interfaces DOM pour travailler avec le vocabulaire HTML ainsi qu'un média intégré séparé ont été déterminées. Le groupe de travail doit développer des formulaires et des éléments d'entrée utilisateur généraux tels que des indicateurs de progression ou des menus et définir des interfaces pour les fonctions d'édition WYSIWYG définies par l'utilisateur.

Après la création du groupe de travail, les principes de conception HTML [30] ont été publiés en tant que premier document. D'autres objectifs y sont expliqués en détail. Ceux-ci inclus:

compatibilité
Le contenu existant doit continuer à être pris en charge. Les nouveaux éléments du langage ne doivent pas nuire au contenu existant.
disponibilité
De nouvelles fonctions devraient résoudre de vrais problèmes, d'abord pour les auteurs, puis les fabricants de navigateurs et enfin pour « l'enseignement pur » ; Cependant, les fonctions qui servent déjà un but précis ne doivent pas être réinventées.
Sécurité
Lors du développement de nouvelles fonctions, les aspects de sécurité doivent être pris en compte.
cohérence
Les parties de XML utilisées dans XHTML devraient également être autorisées dans HTML. HTML et XHTML partagent un mappage DOM commun.
simplification
HTML doit pouvoir être implémenté de manière interopérable grâce à un comportement défini avec précision (également dans des situations d'erreur) et une faible complexité.
universalité
HTML doit être utilisable sur tous les appareils finaux et avec un contenu dans toutes les langues du monde.
Accessibilité
L' accessibilité du contenu et de la fonction doit être garantie.

Construction

HTML5, tel que défini par le W3C, se compose de plusieurs spécifications et documents dont le contenu est expliqué dans la section suivante.

HTML5 - Un vocabulaire et des interfaces associées pour HTML et XHTML

"HTML5" est la spécification principale qui contient les bases les plus importantes de HTML5.

vocabulaire

Le vocabulaire de HTML5 se compose du vocabulaire des spécifications HTML précédentes, des parties précédemment propriétaires et de certains nouveaux éléments, y compris par ex. B. Portions de l' ensemble d'éléments Ruby introduits dans XHTML 1.1. Cependant, il n'inclut que la partie du HTML que les auteurs sont autorisés à utiliser pour créer des documents et des applications Web.

En plus du vocabulaire, un modèle structurel clair est défini, c'est-à-dire les règles selon lesquelles les différents éléments peuvent être imbriqués.

Analyseur HTML

Pour la première fois depuis l'émergence du HTML, le langage n'est plus défini comme une application de SGML , mais lui-même comme un langage généralisé à la manière de SGML. Cela se justifie par le fait que les navigateurs modernes ne traitent pas le HTML avec un parseur SGML, mais avec un parseur adapté au web .

Le fonctionnement de ces analyseurs n'est actuellement pas défini. HTML5 veut changer cela en définissant un analyseur HTML et en évitant ainsi qu'il y ait des différences entre les analyseurs HTML des différents fabricants de navigateurs.

La particularité de l'analyseur inclus dans HTML5 est qu'il comprend non seulement le vocabulaire autorisé, mais également tous les autres éléments qui étaient présents dans les versions précédentes ou qui n'existaient qu'en tant qu'éléments propriétaires. Avec cette définition précise, HTML5 veut s'assurer que l'analyseur est rétrocompatible avec les documents disponibles sur le Web.

HTML, XHTML et DOM

Chaque élément et attribut connu dans HTML5 est défini en termes de modèle d'objet de document. Ceci s'applique indépendamment du fait que l'élément ou l'attribut soit un composant de langage autorisé. Cela signifie qu'en plus de la signification structurelle des éléments, leur interface DOM et les interfaces associées (méthodes et propriétés) sont également définies.

Sur la base de cette définition, HTML5 permet la représentation des documents selon trois variantes :

  • Les documents qui ont le type de média " text/html" sont considérés comme des documents HTML. Ils sont traités avec l'analyseur HTML. Cette variante est communément appelée HTML5.
  • Les documents contenant un type de média XML - par ex. " application/xhtml+xml" ou " application/xml" - sont considérés comme des documents XML devant être traités par un analyseur XML. Cette variante est familièrement appelée XHTML5.
  • Les documents précédents partagent un modèle d'objet de document commun. Le DOM est souvent appelé DOM5 dans ce contexte.

HTML5 tente de réduire les différences entre ces trois variantes aux limitations inhérentes à chaque formulaire. Par exemple, la chaîne " -->" n'est pas valide dans HTML et XML, mais elle peut être représentée dans le DOM.

Un autre exemple est une tentative de réduire les différences entre HTML et XHTML : la spécification de base du DOM stipule que les éléments HTML sont contenus dans l'espace de noms nul (alors que les éléments XHTML sont contenus dans le "http://www.w3.org/1999 /xhtml"). Cependant, HTML5 définit que les éléments HTML doivent également être affectés à l'espace de noms "http://www.w3.org/1999/xhtml".

apparence par défaut

HTML5 tente de refléter ce que les auteurs attendent de la représentation standard des éléments. Pour tous les éléments et leurs attributs, il existe donc une "apparence attendue" qui est définie par les propriétés CSS. HTML5 fait la distinction entre les propriétés d'affichage qui doivent être utilisées pour le traitement des sites Web conforme aux normes et axé sur la compatibilité.

contexte du navigateur

HTML5 introduit le concept de contexte de navigateur : dans chaque contexte de navigateur, un document est chargé ou des contextes de navigateur supplémentaires (dans le cas de cadres) sont créés. Les composants d'un contexte de navigateur incluent en grande partie des objets JavaScript qui n'appartenaient auparavant à aucune norme, par ex. B. l'objet historique, dans lequel la séquence des sites Web visités est enregistrée. Cela tente d'unifier le comportement du navigateur et de le soumettre à une définition commune.

Microdonnées HTML

Cette spécification tente de définir l'incorporation d'informations lisibles par machine dans les documents HTML. L'objectif est que ce mécanisme soit clairement défini et compatible avec d'autres formats tels que RDF et JSON .

Contexte HTML Canvas 2D

Cette spécification définit des interfaces pour dessiner des formes bidimensionnelles. L' élément canvas introduit dans la spécification principale sert de surface de dessin .

Les lignes, les ombres, les contours simples et complexes (chemins) ainsi que le texte et les images contenus dans le document peuvent être dessinés.

Messagerie HTML5

Ce document de travail définit deux méthodes qui devraient permettre à des contextes de navigateur indépendants d'échanger des données entre eux :

  • La "messagerie inter-documents", destinée à permettre la communication de documents imbriqués les uns dans les autres (par exemple via des iframes), et
  • La "messagerie de canal", qui vise à permettre la communication de documents indépendants les uns des autres (par exemple séparés par deux fenêtres de navigateur différentes).

HTML+RDFa - Un mécanisme pour intégrer RDF dans HTML

Le document adapte l'incorporation de RDF dans XHTML pour les documents tels que définis dans HTML5.

Documents justificatifs

HTML : le langage de balisage

HTML : Le langage de balisage n'est pas une spécification, mais un document de support qui décrit le langage de balisage HTML plus en détail. Il vise à fournir aux auteurs des détails sur la façon d'utiliser correctement le langage, mais pas comme un tutoriel ou un manuel. Le document ne fait aucune déclaration sur les définitions ou sur la manière dont HTML doit être traité.

Différences entre HTML5 et HTML4

Ce document liste les différences entre HTML4 (plus précisément : HTML 4.01 et en partie XHTML 1.0 ainsi que DOM Level 2 HTML) et HTML5 et donne les raisons des changements. Le document sera mis à jour et publié chaque fois qu'un nouveau projet de travail de la spécification principale sera publié.

Techniques HTML5 pour des alternatives textuelles utiles

Ce guide évolutif pour les auteurs HTML décrit les textes alternatifs à choisir pour les images (notamment dans l' altattribut de l' imgélément). Celles-ci sont importantes pour que le contenu véhiculé par les images soit également accessible aux internautes non voyants, par exemple.

Balisage "polyglotte" : documents XHTML compatibles HTML

Le document décrit les règles pour les documents HTML5 qui sont écrits dans la syntaxe XHTML et peuvent donc être traités à la fois par les analyseurs HTML5 et les analyseurs XML.

Innovations techniques

L'aperçu suivant des innovations dans HTML5 ne prétend pas être complet et est sujet à des modifications en raison de l'état des spécifications.

Fondamentalement, on peut dire à l'avance que pratiquement tous les éléments de HTML 4.01 sont également contenus dans HTML5. HTML4 est un sous-ensemble de HTML5.

spécification du type de document

La spécification du type de document dans les documents HTML5 consiste en la chaîne de caractères " <!DOCTYPE html>", [3] où les majuscules et les minuscules ne sont pas pertinentes. Dans tous les navigateurs modernes, cette chaîne de caractères entraîne le traitement du code source en mode conforme aux normes.

Puisqu'un navigateur ne différencie pas les documents HTML en fonction de leur version, tout type de versioning a été délibérément évité. Cela montre également que HTML5 se définit comme un sur-ensemble de HTML 4.01.

Intégration de SVG et MathML

HTML5 facilite l'inclusion de SVG et MathML dans le code source HTML. Il n'y a que deux restrictions :

  • Les éléments ne doivent contenir aucun préfixe d'espace de noms.
  • Le préfixe d'espace de noms pour XLink (pour les attributs) doit être "xlink".

Comme effet secondaire, toutes les entités nommées de SVG et MathML sont autorisées dans le cadre de HTML.

Nouveaux articles

HTML5 introduit de nombreux nouveaux éléments, qui sont présentés ci-dessous.

éléments structurants

Les éléments section, nav, article, aside, headeret footersont destinés à permettre une meilleure structuration. Contrairement aux divboîtes, qui étaient auparavant utilisées pour structurer les documents HTML, l'élément ici définit également le type de contenu de l'élément. Par exemple, désigne sectionune section de corps de texte, navun menu, articleun article ou footerun pied de page.

Une étude du fournisseur de moteur de recherche Google a révélé que les noms de classe les plus fréquemment attribués dans les documents HTML peuvent être facilement attribués aux nouveaux éléments HTML respectifs. [31]

Certains de ces éléments ( section, nav, articleet aside) remplissent également une fonction en combinaison avec les éléments de titre h1à h6. La hiérarchie des en-têtes n'est plus déterminée uniquement par les éléments d'en-tête, mais également par leur position au sein des nouveaux éléments. Par exemple, si un document utilise un titre de premier ordre, puis utilise également un titre de premier ordre dans un élément d'article, celui-ci est subordonné au titre non imbriqué. Cela est vrai même si l'en-tête non imbriqué est d'ordre inférieur.

Ces nouveaux éléments ne sont pas reconnus par les anciens navigateurs (en particulier par Internet Explorer 6, mais aussi par les nouvelles versions d'Internet Explorer jusqu'à IE8 inclus). JavaScript est requis pour ces versions afin qu'IE reconnaisse et affiche les nouveaux éléments en tant que tels.

élément de regroupementfigure

L' figureélément et l'élément d'en-tête correspondant figcaptionont été ajoutés pour faciliter le balisage de contenu supplémentaire, comme les images avec des légendes.

Éléments pour le balisage de texte

Au niveau du balisage, les éléments timed'horodatage pouvant être localisés dynamiquement ; markpour les sections de texte en surbrillance ; ruby, rpet pour les annotations Rubyrt simples , et a ajouté l' élément anciennement propriétaire qui fournit des capacités d'habillage de texte dans les mots longs.wbr

éléments multimédias

HTML5 introduit des éléments spécifiques pour l'intégration de fichiers audio et vidéo. Une ou plusieurs sources ou différents formats peuvent être stockés pour ceux-ci, à partir desquels un navigateur sélectionne ensuite un format qu'il comprend. La lecture de contenu de son surround 5.1 était auparavant possible en HTML4 via le plug-in de navigateur VLC compatible avec le son multicanal ou, encodé en Dolby Pro Logic II , via le canal stéréo d'un autre plug-in commun et un son multicanal. décodeur connecté à la carte son. [32] [33] Avec HTML5, il est possible pour la première fois d'envoyer du contenu de son surround 5.1 directement depuis le navigateur vers les cartes son correspondantes dans leSortie audio multicanal sans avoir besoin d'un plug-in de navigateur ou d'encodage lors de la création du média et du décodage ultérieur lors de la lecture dans le navigateur. Le fichier multimédia est chargé dans le cache du navigateur par téléchargement progressif . [34] HTML5 décrit l' élément anciennement propriétaire pour l'intégration d'applications ou de contenu interactif non basé sur HTML .embed

De plus, une surface de dessin ( élément canvas ) a été ajoutée, sur laquelle des images en deux dimensions peuvent être dessinées à l'aide de scripts.

Éléments de formulaire (selon WHATPAG 7.1324)

L' inputélément a été étendu avec différents types, par ex. B. pour entrer des termes de recherche, des numéros de téléphone, des adresses URL et e-mail, des dates et des heures, des chiffres et des couleurs.

Les éléments suivants ont également été ajoutés au projet : datalist, qui est utilisé pour indiquer, par exemple, des suggestions de complétion ; output, qui affiche les résultats des calculs ; progress, qui cartographie la progression d'une action ; meter, qui est destiné à des plages de valeurs mesurables (par exemple, l'utilisation de la mémoire sur le disque dur) et l'ancien keygenélément propriétaire, qui est destiné à être utilisé pour créer des paires de clés d'identification.

Éléments interactifs

Les éléments detailset summaryont une structure similaire aux éléments figureet figcaption. Le contenu de l' summaryélément est affiché en permanence, le contenu restant de l' detailsélément peut être affiché et masqué.

Pour la création de barres d'outils et de menus (contextuels), l' menuélément est défini comme base de structuration et l' commandélément comme point d'interaction.

Éléments dont la signification a changé

Une sémantique a été ajoutée à certains éléments qui n'étaient auparavant utilisés qu'à des fins d'affichage (par exemple b, i, hrou small) . Les définitions respectives sont relativement larges, ce qui vise à garantir que la nouvelle signification ne contredit pas l'utilisation dans les sites Web existants.

En revanche, certains éléments (par exemple cite) sont redéfinis. Par conséquent, entre autres, le portage direct d'anciennes normes n'est possible que dans une mesure limitée. [35] [36]

Certains éléments (par exemple acronym, center, font, frameetc.) sont omis du vocabulaire HTML5. Cependant, la manière dont un navigateur doit gérer ces éléments est toujours définie. Cela garantit la compatibilité avec les sites Web existants.

Éléments et attributs en HTML et XHTML

L' noscriptélément est autorisé dans HTML5 mais pas dans XHTML5 car le modèle d'élément est incompatible avec les règles de traitement XML. [37]

L' xml:baseattribut n'est pas autorisé dans HTML5 car il n'y a aucun effet.

Différences avec le DOM HTML niveau 2

HTML5 définit un certain nombre d'interfaces DOM destinées à la création d'applications Web, notamment des interfaces pour :

  • le contrôle des éléments multimédias,
  • la manipulation de l'historique (navigation avant et arrière plus détaillée),
  • glisser-déposer,
  • contenu modifiable,
  • applications hors ligne,
  • stockage des données d'application (généralement 5 Mo par domaine).

Certaines propriétés et méthodes d'ensembles de fonctions anciennement propriétaires ou uniquement dans des ensembles de fonctions comme innerHTMLet getElementsByClassName()ont été ajoutées à la spécification.

De plus, le comportement des éléments en HTML a été adapté au comportement des éléments en XHTML, c'est-à-dire. H. :

Extensions de source multimédia

Media Source Extensions (MSE) est une interface de programmation définie par le W3C qui permet de lire des flux de données vidéo générés par JavaScript dans le navigateur Web . [40]

critique

HTML5 est un projet de longue date et de grande envergure, pour lequel il existe également de nombreuses voix critiques.

Critique du développement ultérieur de HTML

Joe Clark, auteur et activiste de l' accessibilité Web , tout en reconnaissant les problèmes avec la version précédente de HTML 4.01, ne pense pas que le langage doive évoluer par rapport à ce qui existe déjà. Même un code très mal écrit conduit déjà à un résultat satisfaisant dans tous les navigateurs. Clark critique le fait que le développement ultérieur du HTML va dans la mauvaise direction. Le W3C a un travail plus important à faire, comme la norme WCAG 2.0, qui est controversée dans la communauté. [41]

Shane McCarron, l'éditeur responsable de nombreuses spécifications XHTML, soupçonne que le HTML est en cours de développement car les principaux fabricants de navigateurs ne sont pas à la hauteur du défi d'implémenter le Web sémantique . Il en conclut que le W3C a abandonné l'objectif d'un écosystème basé sur XML sous la pression de ces fabricants. [42]

Critique du processus de développement de HTML5

Autorisation d'écriture unique de Ian Hickson

Ian Hickson a été l'une des forces motrices derrière HTML5 depuis le tout début. Il a écrit les conceptions de Web Forms 2.0 et Web Applications 1.0 en 2004 et a été embauché par Google en 2005 pour se concentrer sur la poursuite de ce travail. Grâce à cet engagement, Hickson a grandi dans le rôle de "dictateur bienveillant". Il possédait seul les droits d'édition du brouillon HTML5 et était seul responsable de nombreuses décisions affectant la spécification.

Cette pratique ne correspond guère à celle du W3C, dont les spécifications reposent sur un consensus démocratique. De ce fait, de nombreux auteurs du web, comme Kyle Weems [43] , se demandent si la fin (une spécification fonctionnelle) justifie les moyens (une genèse cohérente et non démocratique de cette spécification).

Manque de sérieux des propositions internes

Mathias Schäfer, développeur web et co-auteur de diverses documentations (comme SELFHTML ), critique le manque d'objectivité dans la discussion sur HTML5 lors de sa création. En utilisant l'exemple de "l'extensibilité distribuée" (extension du vocabulaire HTML pour inclure des éléments propriétaires ou privés, tels que des éléments internes à l'entreprise), il montre que les suggestions ne sont pas prises au sérieux, bien que Schäfer pense que cette approche même pourrait conduire à la couronné de succès. [44]

Critique du WHATWG

Le WHATWG lui-même a fait l'objet de critiques car il répertorie toujours HTML5 comme spécification sur son site Web. En fait, cependant, ce n'est pas HTML5, mais – selon ses propres déclarations – la prochaine génération de HTML. Cela signifie que bien que le brouillon inclue le statut actuel de HTML5, il l'étend avec de nouvelles fonctions encore immatures. De plus, le projet WHATWG présente quelques différences par rapport à la variante W3C. Les différences dans les sections normatives sont problématiques, puisque le W3C définit la norme ici, mais les fabricants de navigateurs suivent généralement le projet WHATWG.

éléments audio et vidéo

Pour intégrer des données audio ou vidéo, HTML5 définit les éléments audioet video. Cependant, comme aucun format n'est défini qui doit être pris en charge en tant que norme minimale, aucun format n'a été pris en charge par tous les navigateurs pendant longtemps. Les formats qui ont été discutés dans le passé incluent Ogg , Vorbis et Theora (qui peuvent être utilisés sans avoir à payer de redevances et ont été initialement définis comme la norme minimale), H.264 (qui offre une meilleure qualité mais est breveté) et WebM avec le codecs VP8/VP9.

Après que la MPEG Licensing Administration ait décidé en août 2010 de ne percevoir en permanence aucun droit de licence pour la diffusion Internet gratuite de contenu H.264, le format est désormais pris en charge par tous les navigateurs et s'est imposé comme la norme de facto. [45] [46]

Gestion des droits numériques

En 2013, les sociétés Google , Microsoft et Netflix ont demandé que le W3C soit en mesure de produire du contenu multimédia crypté via HTML5 à l'aide d'une soi-disant Encrypted Media Extension (EME). Grâce à cela, la gestion des droits numériques (DRM) a été intégrée dans les navigateurs. [47] Parmi les navigateurs les plus populaires, tous prennent en charge EME. Mozilla Firefox prend en charge EME à partir de la version 38, a également proposé une version sans EME en 2015. [48] ​​​​[49] Depuis lors, il existe une option pour désactiver EME ou DRM dans les paramètres, ce qui désinstalle également le Widevine CDM (Content Decryption Module) à source fermée.[50] Google Chrome prend en charge EME à partir de la version 26 avec Widevine CDM auto-développé, [51] Internet Explorer à partir de la version 11 . [52] Le 18 septembre 2017, le W3C a décidé d'introduire Encrypted Media Extensions en tant que norme Web. [53] Pour protester contre cette décision, l' Electronic Frontier Foundation a quitté le consortium W3C. [54] En octobre 2017, le prix négatif autrichien Big Brother Award dans la catégorie autorités et administration a été décerné au W3C pour l'introduction d'EME en tant que norme Web. [55]

Voir également

Littérature

  • Clemens Gull, Stefan Münz : Manuel HTML5. 2ème acte et ext. Édition, Franzis Verlag, Haar près de Munich 2011, ISBN 978-3-645-60151-1 .
  • Peter Kröner : HTML5 – des sites web innovants et évolutifs. 2e poste Édition, Open Source Press, Munich 2011, ISBN 978-3-941841-34-5 .
  • Mark Pilgrim : Premiers pas avec HTML5. Éditions O'Reilly, 2010, ISBN 978-3-89721-571-9 .

liens web

Wikibooks : HTML5  - Matériel d'apprentissage et d'enseignement
Commons : HTML5  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio
Wiktionnaire : HTML5  – Explications de sens, origine des mots, synonymes, traductions

les détails

  1. Henri Sivonen : Orthographe HTML5. Dans : Le blog du WHATWG. 10 septembre 2009, récupéré le 1er octobre 2015 (en anglais) : "Quelle est la bonne façon d'épeler "HTML5" ? La réponse courte est : "HTML5" (sans espace)."
  2. a b c d Étape de la plate-forme Web ouverte atteinte avec la recommandation HTML5. W3C 2014 octobre 28, récupéré 2014 octobre 28 (anglais).
  3. a b Différences entre HTML5 et HTML4. Remarque du groupe de travail du W3C. W3C 9 décembre 2014, consulté le 26 décembre 2014 : 'HTML 5 remplace ces documents. [DOM2HTML] [HTML4] [XHTML1] »
  4. Article de blog de Tim Berners-Lee "Reinvent HTML" ( mémento de l' original du 9 juin 2007 dans Internet Archive ) Info : Le lien de l'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. sur dig.csail.mit.edu. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/dig.csail.mit.edu
  5. a b Vision architecturale pour HTML/XHTML2/Forms Chartering sur w3.org.
  6. ↑ Résultat d'un vote sur l'opportunité d'utiliser le projet WHATWG des applications Web 1.0 et des formulaires Web 2.0 comme point de départ pour le groupe de travail. sur w3.org.
  7. Comment HTML5 a émergé du WHATWG et de la concurrence avec XHTML sur diveintohtml5.org.
  8. Le groupe de travail XHTML 2 devrait arrêter ses travaux fin 2009 sur w3.org.
  9. Que signifie « niveau de vie » ? , FAQ WHATWG.
  10. HTML est le nouveau HTML5 , article de blog WHATWG du 19 janvier 2011.
  11. Processus de développement du rapport technique du W3C
  12. W3C Confirms May 2011 for HTML5 Last Call, Targets 2014 for HTML5 Standard , communiqué de presse du W3C du 14 février 2011.
  13. Comment fonctionne le WHATWG ? , FAQ WHATWG.
  14. CV de Ian Hickson .
  15. Quelles sont les différentes versions de la spec ? , FAQ WHATWG.
  16. Communiqué de presse pour la publication du premier brouillon HTML5 sur w3.org.
  17. Contexte HTML Canvas 2D sur w3.org.
  18. Microdonnées HTML sur w3.org.
  19. HTML : Le langage de balisage sur w3.org.
  20. HTML5 : Techniques pour fournir des alternatives textuelles utiles sur w3.org.
  21. Polyglot Markup : Documents XHTML compatibles HTML sur w3.org.
  22. Messagerie Web HTML5 sur w3.org.
  23. WHATWG répond à la question de savoir quand utiliser les fonctionnalités HTML5 sur wiki.whatwg.org.
  24. http://www.w3.org/2011/02/htmlwg-pr.html.en
  25. http://blog.whatwg.org/html5-at-last-call
  26. https://www.w3.org/TR/2017/REC-html52-20171214/
  27. https://www.w3.org/TR/2017/WD-html53-20171214/
  28. Entrée de blog par Tim Berners-Lee ( Memento des Originals du 9 juin 2007 dans Internet Archive ) Info : Le lien de l'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. (consulté le 9 décembre 2010). @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/dig.csail.mit.edu
  29. Objectifs dans le document fondateur du HTML Working Group sur w3.org.
  30. Principes de conception HTML sur w3.org.
  31. Google Code : Web Authoring Statistics : Classes ( Memento des Originals du 11 février 2010 dans Internet Archive ) Info : Le lien de l'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. sur code.google.com. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/code.google.com
  32. VLC Player : Un lecteur pour tous les formats Article du 10 juillet 2010 sur bild.de
  33. Flash Player et 5.1 Surround Sound sur overdigital.com
  34. Tests de lecture audio HTML5 AAC - Multicanal par l'Institut Fraunhofer
  35. Steve Webster : L'élément <cite> de HTML5 : à quoi ça sert ? (N'est plus disponible en ligne.) 12 décembre 2009 Archivé de l' original le 1er octobre 2011 ; Récupéré le 13 août 2011 (anglais). Info : Le lien d'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/statichtml.com
  36. Jeremy Keith : Incite A Riot. 11 décembre 2009, récupéré le 13 août 2011 (anglais).
  37. Aucun élément de script dans la spécification sur w3.org.
  38. http://www.w3.org/TR/html5-diff/#changes-2008-06-10
  39. http://dev.w3.org/html5/spec/Overview.html#xml
  40. Extensions de source multimédia. W3C 9 janvier 2015, récupéré le 28 janvier 2015 .
  41. Comment ne pas corriger le HTML par Joe Clark.
  42. W3C, salope ignorante ! par Shane McCarron.
  43. Behold Leviathan, Confused ( Memento des Originals du 2 février 2011 dans Internet Archive ) Info : Le lien de l'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. par Kyle Weems. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/www.cssquirrel.com
  44. HTML5 : Une catastrophe sociale ? par Mathias Schaefer.
  45. heise online : MPEG LA : Aucun frais de licence permanent pour le streaming Internet gratuit de MPEG-4 AVC (H.264). Consulté le 3 mars 2019 .
  46. Hogan, Brian P. : HTML5 & CSS3 : Développement Web avec les standards de demain . 1ère édition. O'Reilly, Pékin 2011, ISBN 978-3-89721-316-6 , p. 134 .
  47. Eva Huber : DRM en HTML5 : pétition de protestation contre la protection contre la copie dans les navigateurs. Dans : spiegel.de. Spiegel Online, 5 avril 2013, récupéré le 5 avril 2013 .
  48. Firefox 38 arrive avec un DRM source fermé controversé intégré par défaut 13 mai 2015
  49. Réconcilier la mission de Mozilla et le W3C EME 14 mai 2014.
  50. ↑ Afficher le contenu avec protection contre la copie DRM dans Firefox | Aide Firefox. Consulté le 31 mai 2019 .
  51. Chrome 26 Beta : Élément de modèle et transitions CSS sans préfixe , 26 février 2013.
  52. Prise en charge des extensions multimédias cryptées avec Microsoft PlayReady DRM dans les navigateurs Web
  53. Encrypted Media Extensions : W3C Recommendation 18 septembre 2017. W3C 18 septembre 2017. Récupéré le 19 septembre 2017 .
  54. Cory Doctorow : Une lettre ouverte au directeur, au PDG, à l'équipe et aux membres du W3C. Electronic Frontier Foundation, 18 septembre 2017. Consulté le 19 septembre 2017 .
  55. derStandard.at Le ministre de l'Intérieur Wolfgang Sobotka a reçu le prix Big Brother . Article du 26 octobre 2017, consulté le 26 octobre 2017.