Svastika

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
(redirigé depuis la croix gammée )
Aller à la navigation Aller à la recherche
Une forme hindoue de la croix gammée

Une croix gammée (également Svastika, Suastika ; du sanskrit m. स्वस्तिक svastika 'porte-bonheur') est une croix avec quatre bras de longueur approximativement égale, uniformément inclinés. Ils peuvent pointer vers la droite ou la gauche, être droits, aigus, plats ou courbes et reliés par des cercles, des lignes, des spirales, des points ou d'autres ornements . [1] De tels signes, les plus anciens d'environ 10 000 av. BC, ont été trouvés en Asie et en Europe, plus rarement en Afrique et en Amérique. [2]

Le signe n'a pas de fonction et de signification uniformes. Dans l'hindouisme , le jaïnisme et le bouddhisme , la croix gammée est encore utilisée aujourd'hui comme symbole religieux de bonne chance. En allemand, un signe héraldique ressemblant à la croix gammée est appelé « croix gammée » depuis le XVIIIe siècle. [3]

Insigne du parti NSDAP (interdit dans plusieurs États)

Au 19ème siècle, les anthropologues ont découvert la croix gammée dans diverses cultures anciennes. Certains les ont glorifiés comme le signe d'une prétendue race indo-européenne des « Aryens ». Le mouvement völkische allemand a interprété la croix gammée comme antisémite et raciste . Suite à cela, les nationaux-socialistes firent d' une croix gammée inclinée vers la droite et inclinée à 45 degrés la marque de fabrique du NSDAP en 1920 et un élément central du drapeau du Reich allemand en 1935 .

Parce que la croix gammée représente l'idéologie, la tyrannie et les crimes du national-socialisme, l'utilisation politique des symboles en forme de croix gammée est interdite en Allemagne , en Autriche et dans d'autres pays depuis 1945. En Allemagne, conformément au § 86 , paragraphe 3 , du StGB , les croix gammées ne peuvent être montrées qu'à des fins «d'éducation civique» et à des fins similaires.

Position juridique

Le 30 août 1945, le Conseil de contrôle allié interdit à tous les Allemands de "porter des insignes, médailles ou autres insignes militaires". L'interdiction comprenait également des croix gammées nazies. Il est resté en vigueur en République fédérale d' Allemagne et en RDA jusqu'en 1955 . [4] Le 10 octobre 1945, le Conseil de contrôle a interdit le NSDAP, toutes ses branches et associations affiliées et leurs symboles. Lors des procès de Nuremberg en 1946, le NSDAP et toutes ses subdivisions ont été déclarés "organisation criminelle". Ainsi, leurs symboles étaient également interdits.

Selon l'article 139 de la Loi fondamentale , toutes les lois alliées pour la "libération du peuple allemand du national-socialisme et du militarisme" continuaient de s'appliquer en République fédérale. Elles ont été remplacées par l'inclusion des infractions pénales de trahison pacifique, de haute trahison et de mise en danger de l'État de droit démocratique ( articles 80 à 92b ) dans le code pénal. Dans ce contexte, l' article 86a menace"l'utilisation publique de symboles d'organisations anticonstitutionnelles" aux fins de leur diffusion est passible d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à trois ans ou d'une amende. L'alinéa 3 exclut les représentations de ces signes qui servent "à l'éducation civique, à la défense contre les efforts anticonstitutionnels, à l'art ou à la science, à la recherche ou à l'enseignement, à la diffusion de l'actualité ou de l'histoire ou à des fins similaires". [5]

La Cour fédérale de justice a clarifié la portée de l'article 86a StGB dans les affaires types. Depuis 1973, l'interdiction inclut les croix gammées sur les jouets de guerre et les modèles fidèles d'armes de l'ère nazie. Plus tard, cependant, des croix gammées ont été autorisées qui ne soutenaient pas objectivement le national-socialisme :

Croix gammée dans le panneau d'interdiction
  • dans les œuvres d'art, par exemple les caricatures politiques , [6]
  • dans les catalogues de vente aux enchères , [7]
  • pour la pratique religieuse, comme le Falun Gong en Allemagne, [8]
  • comme symboles antinazis utilisés par les groupes antifascistes pour rejeter les organisations et les idéologies d'extrême droite. Ce faisant, la Cour fédérale de justice a annulé en 2007 des jugements antérieurs contre les utilisateurs de symboles antinazis. [9]

Selon l'avis juridique actuel, l'article 86a du Code pénal interdit également les symboles modifiés par les néonazis , certains d'entre eux comme Odalrune , Triskele et Black Sun , cependant, uniquement en tant que logos d'organisations interdites, pas en général. [10] L'enlèvement privé de croix gammées illégales de la propriété de tiers, par exemple en les peignant, en les grattant ou en les collant, est généralement considéré comme un dommage matériel. [11]

En Autriche, la loi d'interdiction de 1947 réglemente les relations avec les organisations, les idées et les symboles nationaux-socialistes et punit les abus.

En 2005, à l'initiative de l'Allemagne, le Parlement européen a proposé une interdiction européenne de la croix gammée. L'occasion était une photographie du prince britannique Harry dans un uniforme nazi avec un brassard à croix gammée, qu'il avait porté lors d'une soirée costumée privée le 14 janvier 2005. [12] En Grande- Bretagne , le Forum hindou, représentant quelque 700 000 hindous, a manifesté contre l'interdiction. [13] En janvier 2007, l'Allemagne a retiré sa proposition. [14] L' Union européenne a rejeté l'interdiction en avril 2007. La Grande-Bretagne et le Danemark en particulier ont empêché un consensus sur l'interdiction avec leur vision traditionnellement large dela liberté d'expression , ainsi que la Lituanie , qui voulait également interdire les symboles du stalinisme . [15]

En 2013, la cour constitutionnelle hongroise a levé l'interdiction des symboles de "règle arbitraire" ( étoile rouge et croix gammée) qui existaient là-bas depuis 1993 : l'interdiction a dû être re-réglementée par la loi. [16] La Lettonie , en revanche, a interdit ces deux symboles. [17]

Aux États- Unis , des experts bien connus du droit constitutionnel et international demandent une interdiction générale aux néonazis de montrer la croix gammée parce qu'elle est chargée d'histoire, appelle au génocide et promeut l'anéantissement d'un groupe. Ce n'est pas un discours politique digne de protection, mais une incitation aux émeutes et à la perturbation de l'ordre public. [18]

désignations

Le terme "Svastika" apparaît pour la première fois dans la grammaire sanskrite du panini indien (vers 400 avant JC) comme nom d'une marque de bétail. [19] Il se compose des syllabes su ("bon") et asti ("c'est", "c'est", du verbe as- "être"). Les syllabes pali correspondantes forment ensemble un monogramme de la croix gammée. [20] Le substantif signifie « ce (appartenant à) étant bon », « ce qui apporte le salut ». Le composé svastí- signifie « bonheur », « salut », « bénédiction » en sanskrit le plus ancien . [21]En tant qu'énoncé, il se traduit par "tout est/sera bon". Le nom est masculin en sanskrit ("la croix gammée"). [22] Dans la littérature de langue allemande, on parle généralement d'article féminin, rarement d'article neutre. Le pluriel anglais est "Swastika (s)", l'allemand "Swastiken". [23]

En Chine, la croix gammée est appelée wan , au Japon manji , au Tibet gyung-drung . [24] Chez les Indiens d'Amérique du Nord , cela signifie traduit "bûche tourbillonnante". [25] En vieux norrois , un personnage similaire était appelé sólarhvél (" roue solaire "). [26] En vieil anglais , une croix avec quatre crochets extérieurs alignés s'appelait fylfot (« à quatre pattes »). Il s'agissait d'une croix qui se dresse sur l'un des crochets. L'assimilation de la croix gammée (rotation) avec le fylfot (debout) et la croix gammée nazie (inclinée) est considérée comme une erreur. [27]

La forme rectangulaire a été interprétée comme une combinaison de quatre lettres grecques gamma et a donc été appelée crux gammata en latin , gammadion grecisé . Le terme français dérivé croix gammée fait également référence à la croix gammée nazie, [28] ainsi qu'au mot croix cramponnée . [29] Contrairement à la forme apparentée du triskèle , le gammadion était aussi appelé tétraskèle ("à quatre pattes"). [30]

Dans les armoiries de langue allemande (héraldique), une croix avec quatre crochets alignés était appelée « croix gammée » (selon Johann Christoph Adelung dans son dictionnaire de haut allemand de 1796) [31] ou « croix carrée » (selon Christian Samuel Theodor Bernd dans Die Hauptstücke der Coat of Arms Science 1841). [32] Le mouvement völkisch a interprété le signe comme une roue solaire et l'a appelé "svastika". Cette désignation est entrée dans le langage du national-socialisme . [33] Dans les pays anglophones et francophonesla croix gammée national-socialiste est également appelée «croix gammée». La littérature archéologique préfère cette expression aux symboles historiques afin de les distinguer de la croix gammée nazie. [34]

Découverte archéologique

  • amulette de néphrite zoomorphe de Kardjali, Bulgarie, ≈6000 av.  Chr.

    amulette de néphrite zoomorphe de Kardjali , Bulgarie, ≈6000 av . Chr.

  • bol reconstruit de Samarra, vers 4000 av.  Chr.

    bol reconstruit de Samarra, vers 4000 av. Chr.

  • Sceau de Harappa, vers 3000 av.  Chr.

    Sceau de Harappa, vers 3000 av. Chr.

Asie

À Tell es-Sultan près de Jéricho , un timbre pré-céramique avec une surface de timbre ronde et une croix gammée symétrique a été trouvé. Il est daté de 7000 av. daté. Des motifs à croix gammée similaires ont été trouvés sur un pendentif du Tappa Gaura en Irak (avant 4000 avant JC) et sur un sceau à Byblos (environ 3500-3000 avant JC). [35]

Des croix gammées ont été trouvées sur des articles de Samarra (environ 5000 à 3000 avant JC) de l'Irak moderne, soit individuellement, soit dans le cadre d'une composition ornementale, combinées avec des images de plantes, d'animaux et de personnes. [36] Un bol montre un signe de croix au centre avec quatre bras pliés plusieurs fois à angle droit, entourés d'images de cinq scorpions. Il est daté de 5500 av. daté. [37]

Dans la culture de l'Indus , la croix gammée existe depuis environ 3000 av. occupé. Les plus anciens exemples connus sont des sceaux ou des timbres trouvés en 1924 près des villages de Mohenjo-Daro et Harappa dans l'actuel Pakistan. Ils montrent des croix gammées à angle droit et à angle gauche. [38] Ainsi, la croix gammée était déjà courante environ 1000 ans avant la propagation des tribus de langue « aryenne » en Inde. [39]

Des croix gammées décoratives ont été trouvées sur des récipients en argile au Balouchistan et à Suse dans les années 1930. Ils sont datés d'environ 3000 av. daté. [40]

L'Europe de l'Est

Six figurines de Vénus sculptées dans de l'ivoire de mammouth et plusieurs bracelets gravés de diverses lignes et formes géométriques ont été retrouvés sur le site archéologique de Mesyn en Ukraine . Ils sont datés d'environ 15 000 av. Daté de l'Epigravettia d'Europe de l'Est ( Paléolithique supérieur ). L'une de ces figures porte un signe de croix formé de lignes sinueuses parallèles à quatre bras enroulés pliés plusieurs fois à angle droit. Le même motif est gravé sur l'un des bracelets. Ce sont les plus anciens exemples connus du signe. Le chercheur Karl von den Steinen (Signes et ornements préhistoriques , 1896) l'ont interprété comme une image stylisée d'un oiseau, en particulier la cigogne, et donc comme un symbole de fertilité, de vie, de printemps et de lumière. [41]

Certains fragments de poterie de la culture néolithique Vinča (aire de répartition dans la Bulgarie, la Roumanie et la Serbie actuelles) sont peints avec une croix gammée en peinture d'humus blanc. [42] Ils sont datés du 6e millénaire av. J.-C. et conçu comme un élément décoratif destiné à représenter la puissance et le mouvement du soleil. [43]

méditerranéen

  • Vase minoen de Crète, Musée archéologique d'Héraklion

    Vase minoen de Crète, Musée archéologique d'Héraklion

  • Boules en terre cuite de Troie d'après des croquis de Schliemann, ~ 1300 av.  Chr.

    Boules en terre cuite de Troie d'après des croquis de Schliemann, ~ 1300 av. Chr.

  • Peinture de vase d'époque géométrique, Kantharos, ~ 780 av.  Chr.

    Peinture de vase d'époque géométrique, Kantharos , ~ 780 av. Chr.

  • Pièces d'argent corinthiennes, ~ 550–500 av.  Chr.

    Pièces d'argent corinthiennes, ~ 550–500 av. Chr.

  • Casques de soldat, ~ 350 av.  Chr.

    Casques de soldat, ~ 350 av. Chr.

La culture minoenne en Crète (à partir d'environ 2600 avant JC) a laissé des vases, dont certains sont peints avec des croix gammées simples. La peinture de vase grec de la période géométrique a continué cette ornementation. Des croix gammées à angle gauche et droit se produisent ici. Ils sont proches du modèle de méandre en développement. Les deux ornements sont probablement des images abstraites de formes naturelles, par exemple du monde végétal. Les croix gammées sont courantes dans l'art local en partie d'influence grecque des Pouilles du 7ème au 5ème siècle avant JC. Ils sont également apparus sur les casques des soldats depuis l'époque d' Alexandre . [44]

À partir de 1870, l'archéologue allemand Heinrich Schliemann a trouvé des croix gammées sur des objets du quotidien, tels que de la poterie, des fuseaux manuels et de la terre cuite , à Hissarlik Hill ( Troy , Turquie) . Leur attribution et leur datation sont contestées. Ils sont aujourd'hui affectés à des couches de fouilles plus récentes (VII à IX, à partir de 1300 av. J.-C. environ). [45]

Dans la culture Villanova (~ 1000 avant JC), des urnes funéraires avec des motifs géométriques ont été trouvées, y compris des croix gammées avec de multiples extrémités pliées et des bandes ondulées. Les Étrusques (~900-260 av. J.-C.) et les Falisques ont continué à utiliser les symboles.

Dans l' Empire romain , la croix gammée se trouve généralement comme l'un des nombreux éléments de forme entrelacés variés, répétés et complexes de l'ornementation des méandres. Les motifs à croix gammée font souvent partie des mosaïques de sol et de mur faites de tesselles , de fresques ou de stuc . De telles mosaïques de sol existent depuis l' époque hellénistique (à partir d'environ 300 avant JC) dans tout l'Empire romain, y compris en Syrie-Palestine occupée par les Romains. Ils y ont été trouvés, par exemple, dans une synagogue à Ein Gedi de la période hasmonéenne [46] , dans l'antichambre d'une villa à Massada, dans une salle de réception du palais de Césarée Maritima et dans le vestibule d' une villa de la ville haute de Jérusalem . Ils appartenaient à l'affichage général de la splendeur et de l'esthétique géométrique de l'architecture de l'époque, mais pas à ces modèles spécifiques par lesquels les bâtiments utilisés par le judaïsme ou plus tard par le christianisme peuvent être distingués. [47]

Des croix gammées romaines se trouvent également sur des fibules (fermoirs utilisés pour attacher des robes), trois contorniates , des vêtements, un monument de Mithra et des épitaphes chrétiennes. Ils sont interprétés comme décoration et signe protecteur apotropaïque (défense contre le mal) ou magique. [48]

Europe centrale et du Nord

Relief rocheux (croix gammée?) À Ilkley, ≈3300 av. Chr.

Une roche mégalithique d' Ilkley Moor (West Yorkshire, Angleterre), appelée Swastika Stone, est gravée d'une ligne de méandre serpentine et serpentine avec neuf indentations circulaires entourant une figure en forme de croix gammée en quatre parties. Certains les associent aux marques de coupe et d'anneau en spirale de la culture Stonehenge dans la région, les datant d'environ 3300 av. 49 avant JC, [49] d'autres les attribuent aux Celtes et les datent de la fin de l'âge du bronze (≈1600-1100 avant JC). Des motifs similaires ont été trouvés sur des récipients métalliques scandinaves de l'époque et sur des récipients de la culture mycénienne . [50]

Une bordure tissée de tablettes de la tombe celtique de Hochdorf an der Enz de la période Hallstatt (≈500–450 avant JC) porte une rangée de croix gammées. [51] La question de savoir si les détenteurs de la culture Hallstatt doivent être assimilés aux Celtes est toujours un sujet de débat dans la recherche. Leurs formes strictement géométriques ont été suivies par le style tout en courbes et complexe de la période La Tène ( ≈450 avant JC au tournant du siècle). [52] Avec cela, certains expliquent que les croix gammées étaient très rarement trouvées parmi les Celtes. Comme la croix roue , la « croix celtique », le triskèle et le nœud de Wotan , ils sont utilisés comme symboles de pouvoirinterprété comme une référence magique au culte des morts . À partir de diverses représentations, souvent colorées, sur des objets du quotidien, tels que des vêtements, on conclut que la croix gammée n'avait pas de signification symbolique spécifique chez les Celtes. [53]

  • Broche, âge du bronze (Museum Laureacum, Autriche)

    Broche, âge du bronze (Museum Laureacum, Autriche)

  • Lame de lance de Dahmsdorf avec croix gammée (à droite) et runes, ≈250

    Lame de lance de Dahmsdorf avec croix gammée (à droite) et runes, ≈250

  • Peigne en os du Nydam Moor, IIIe/IVe s.  siècle

    Peigne en os de Nydam Moor , 3e/4e s. siècle

  • Fibule avec inscription runique, ≈300 (Værløse, Danemark)

    Fibule avec inscription runique, ≈300 (Værløse, Danemark)

  • Djupbrunns C-bracteate-II (IK 44) Ve siècle, Gotland

    Djupbrunns C-bracteate-II (IK 44) Ve siècle, Gotland

  • Urne, North Elham, ≈Ve/VIe s.  siècle

    Urne, North Elham, ≈Ve/VIe s. siècle

  • Disque péroné anglo-saxon des 6e/7e  Siècle, York

    Disque péroné anglo-saxon des 6e/7e Siècle, York

À l' âge du bronze de l'Europe centrale et septentrionale, les signes en forme de croix gammée avaient quatre bras courbés et en spirale dans la même direction. Depuis l' âge du bronze tardif , ils sont apparus comme ornements sur des objets du quotidien, en particulier des bijoux, ainsi que sur des gravures rupestres scandinaves de l' âge du bronze nordique . Ces motifs se retrouvent de façon continue de l' âge du bronze final au haut moyen âge sur différents objets porteurs. De là, les chercheurs concluent qu'ils avaient généralement une fonction ornementale avec éventuellement une importance apotropaïque.

Les différents groupes décrits comme des Allemands ont utilisé la croix gammée comme élément stylistique dans leur culture quotidienne de l' Empire romain (RKZ) à la période de migration (VWZ) et du début du Moyen Âge à l' ère viking . [54] Il apparaît dans la RKZ sous forme de motif stylisé sur les urnes des tombes à crémation au nord des Alpes, par exemple sur des "urnes en coquillage" isolées des peuples germaniques de l'Elbe du IIIe ou IVe siècle, qui étaient incrustées dans l'argile humide comme bandes décoratives selon la technique de la roue à rouleaux. [55]Il se présente également sous forme de gravure sur des armes, comme le "Speerblatt von Dahmsdorf" (trouvé en 1865). Des lames de lance similaires, en partie plus anciennes, ont été trouvées à Kovel (Ukraine), à ​​Gotland (Suède), à ​​Rozwadow (Pologne), à ​​Øvre Stabu (Norvège) et à Vimose (Danemark). [56] Selon Rolf Hachmann , ces croix gammées sont apparentées aux « tamga » (sceaux, timbres) des Sarmates (Iran). [57]

Les fibules sont également porteuses de motifs à croix gammée. En Zélande (Danemark) (11), dans le reste du Danemark (3), en Norvège (3), en Finlande (2), dans le sud de la Suède (1) et dans le Mecklembourg (1), un certain nombre de fibules à croix gammée similaires ont été trouvées, rivetées de une plaque ronde en bronze Ornements en feuille d'argent pressés dessus, quatre bras courbes et de petites plaques à l'extrémité. Des fibules similaires trouvées en Hongrie ont des têtes d'animaux au bout des bras. Ils sont tous retracés à des fibules romaines plus anciennes et datés entre 250 et 400 après JC. [58]

Les bractéates d'or du VWZ des centres de richesse du Danemark actuel contiennent des croix gammées aux côtés d'autres symboles et caractères d'écriture dans certaines «familles de formes» répertoriées dans le «catalogue iconographique» (IK). Ainsi la bractéate B de Großflagger , district de Gotha (IK 259) montre un personnage levant ses mains vides, sur lesquelles sont placés une croix gammée et un triskèle. IK 389 montre une croix gammée avec un triskèle, une croix et d'autres symboles. Dans les RKZ et VWZ plus jeunes, de telles croix gammées apparaissent avec des runessurtout avec les fibules et les bractéates. Une croix gammée se trouve dans les familles de formes des bractéates B de Nebenstedt (II), Darum (IV) (IK 129.1; 129.2), Allesø, Bolbro (I), Vedby (IK 13.1-3), qui sont du même modèle Insertion dans le mot runique magique laukaR ("poireau"). Dans l'inscription gaucher de Nebenstedt et Darum, une croix gammée apparaît comme un signe à fonction indéfinie. [59] De telles croix gammées entre les runes ont été interprétées en partie comme des caractères spéciaux, en partie comme des symboles censés augmenter le pouvoir magique de l'énoncé runique. [60]

Par exemple, une croix gammée sur la pierre runique de Snoldelev au Danemark appartient à l'ère viking. [61]

Poignée d'un seau du navire Oseberg, supposé être d'origine celtique, sans date

En 1904, un petit seau à deux anses en bronze a été retrouvé parmi les objets funéraires du navire Oseberg (vers 830). Tous deux montrent une figure humaine identique aux yeux fermés en position du lotus , portant une croix émaillée bleue et quatre croix gammées rouges sur fond jaune sur la poitrine. Ils sont alternativement inclinés à droite et à gauche et remplissent les espaces libres autour de la croix pour former un carré. Bien que la figure rappelle une figure de Bouddha en méditation que les Vikings auraient pu rencontrer sur leurs routes commerciales, ce spécimen est plus susceptible d'être interprété comme un butin d' Irlande en raison des poignées de forme et de couleur très similaires des vases suspendus celtiques . [62]

Les croix gammées des cultures germaniques sont encore interprétées différemment aujourd'hui. À partir des bractéates, Christian Jürgensen Thomsen et Oscar Montelius les interprétèrent en 1855 comme un « signe de Thor ». Cela a été encouragé par les découvertes du XVIe siècle de personnages similaires appelés þórshamarr en Islande, qui suggéraient une relation avec Mjölnir (le marteau de Thor). [63] L'archéologue suédois Carl Bernhard Salin , en revanche, a contesté cette attribution, puisque ces bractéates pouvaient tout aussi bien être attribuées à la divinité Odin en raison d'autres caractéristiques . [64] Aussi Karl Hauckassocie les croix gammées sur les bractéates à Thor ou Odin. [65] Le linguiste Wolfgang Meid , en revanche, ne voit aucune preuve linguistique d'un usage religieux-cultuel du symbole.

Dans l'Europe médiévale, les croix gammées romaines et germaniques faisaient souvent référence à la crucifixion de Jésus-Christ ou de Son Altesse en tant que "Lumière du monde". Ils apparaissent sur les fresques et les dalles de pierre des édifices religieux, associés à la ligne des méandres, dans l' ornementation romane et certains édifices gothiques . Ils étaient considérés comme "un moyen de protection contre le diable". [66]

Afrique

  • Poids en or Ashanti, Ghana, ≈1300

    Poids en or Ashanti, Ghana, ≈1300

  • Fenêtre de l'église Beta Maryam, Lalibela, 12e siècle

    Fenêtre de l'église Beta Maryam, Lalibela, 12e siècle

Les ornements à croix gammée de la mer Égée sont arrivés au Moyen Empire des Pharaons (2137 à 1781 avant JC) par le biais du commerce et ont été utilisés à partir de 1000 avant JC. J.-C. particulièrement populaire en Nubie . [67] Cependant, peu de croix gammées ont été trouvées au sud du Sahara . Les chercheurs allemands Leo Frobenius et Felix von Luschan les ont documentés en 1898 comme gravure sur des pièces de monnaie ou des poids des Ashanti au Ghana, comme tatouage sur une femme à Barundi (Ouganda), ou comme amulette . Ils ont contesté l'origine de ces ornements de la région méditerranéenne et ont supposé une origine indépendante. [68]

Dans les églises rupestres de Lalibela en Éthiopie (construites vers 1200), on trouve de nombreuses croix gammées dans les mosaïques du sol, les décorations des murs et des colonnes. [69] Certains ont des bras courbes et ne peuvent donc pas être dérivés de modèles indiens ou romains. [70]

Amérique

Certains peuples autochtones des Amériques ont également longtemps décoré des objets avec des croix gammées. Les Navajos les ont tissés dans les motifs de leurs couvertures, vestes et tapis qu'ils ont échangés. D'autres tribus ont également adopté cette coutume pour leur poterie. [71] Ils voyaient dans la croix gammée l'image de la rotation de la constellation de la Grande Ourse autour de l'étoile polaire et le symbole d'une préhistoire mythique : en elle quatre chefs auraient été envoyés dans chaque direction pour trouver une meilleure forme de gouvernement que le leur. Pour les Hopi , les routes migratoires et de retour de leurs ancêtres formaient une grande croix gammée, correspondant au mouvement horaire de la terre et au mouvement antihoraire du soleil. [72]

Les Anasazi de ce qui est maintenant le sud-ouest des États-Unis ont dessiné des images avec des croix gammées dans les ruines d'antilopes. Ils sont considérés comme les exemples les plus anciens en Amérique du Nord. [73] Des dizaines de croix gammées, seules ou associées à d'autres dessins, ont également été trouvées parmi les gravures rupestres de la culture Hohokam dans le sud de l'Arizona (300–1500). Ils sont interprétés comme une décoration et non comme un symbole religieux. [74] Des motifs colorés multitribaux uniformément stylisés, y compris des croix gammées intégrées dans des cercles solaires, ont été trouvés sur des poteries du XIIIe siècle dans le delta du Mississippi . [75]

Dans l'une des pyramides de Túcume de la première culture Sicán de la période Lambayeque au Pérou (≈750–1375), une jarre en argile avec une croix gammée dessinée au fusain a été trouvée.

histoire de la recherche

19ème siècle

Figurine en plomb de Troie, originale sans croix gammée

Au XIXe siècle, l'ethnologie s'est considérablement développée en Europe. Des croix gammées ont été découvertes en Inde, en Chine, au Japon, en Asie Mineure, en Afrique du Nord et en Amérique. En particulier , les découvertes de Heinrich Schliemann et leur interprétation ont déclenché une discussion. En 1872, dans une lettre qu'il lui adresse, l'antisémite Émile Burnouf demande que la croix gammée soit considérée comme un signe de la « race aryenne », que les juifs ont complètement rejetée. [76] Dans son premier rapport de recherche ( Antiquités trojaniques , 1874) Schliemann a affirmé que les croix gammées de Troie étaient de forme identique à une croix gammée de l'île Bishop près de Königswalde (Monts Métallifères). Il en a conclu que le signe avait une origine germanique.[77] Bien qu'il ne soit pas un antisémite, il a affirmé dans son livre Ilios (1881) : Les croix gammées qu'il a découvertes ont prouvé que les habitants les plus anciens de Troie appartenaient à la « race aryenne ». En tant que "symboles les plus sacrés de nos ancêtres aryens", ils sont d'une immense importance pour l'archéologie. Il a également représenté une figure de déesse principale (ci-contre) avec une croix gammée dans le triangle pubien, bien que cela manque sur l'original. Ce faisant, il a attribué une signification religieuse et ethnique aux croix gammées troyennes, bien que la plupart aient été trouvées sur des objets du quotidien non cultuels. [78] Le faux a été découvert en 1902 lorsque la collection de Schliemann a été exposée à Berlin. [79]

En 1881, l'indologue Friedrich Max Müller contredit Schliemann dans un essai qu'il demanda sur la croix gammée : Des formes identiques prouvaient une origine ethnique commune en archéologie, tout aussi peu que les mêmes sons prouvaient une origine linguistique commune en étymologie . Néanmoins, l' assyriologue britannique Archibald Henry Sayce affirmait dans la préface de l'ouvrage de Schliemann Troie en 1884 : "Nous" (les Européens du Nord) pouvions saluer les habitants de Troie et les Grecs de l'époque d' Agamemnon comme des "frères de sang et de langue". En annexe, le journaliste Karl Blind affirmait : Il est maintenant clairement prouvé que les Troyens appartenaient à la "race" des Thraces et ceux-ci deGoths et descendants d'Allemands. [80]

Certains auteurs ont tenté d'étayer une origine indo -européenne ("aryenne") de la croix gammée avec leurs propres études. C'est ainsi que le bibliothécaire polonais Michael Zmigrodzki, raciste et antisémite, montra à l' Exposition universelle de Paris en 1889Dessins de 300 objets avec gravures, qu'il interprète comme une croix gammée ou un signe supposé en dériver et répartis en catégories telles que préhistorique, païenne ou chrétienne. En outre, il a essayé de filtrer un type idéal prétendument original sans détails ornementaux ni écarts par rapport aux découvertes de Schliemann. Ce faisant, il a transformé des objets tridimensionnels en simples supports d'une forme graphique prétendument uniforme, directement reconnaissable, particulière et répétée. Son objectif déclaré était d'utiliser la croix gammée pour démontrer une supériorité culturelle continue ancrée dans la préhistoire des « Aryens ».

Conformément à la popularité de telles théories à l'époque, le Musée des Antiquités Nationales de France et le Musée de la Préhistoire de Saint Germain ont repris sa collection. En août 1889, Zmigrodski fait de la croix gammée un sujet lors d'un congrès d' anthropologie et d'archéologie préhistorique. La plupart des participants représentaient la thèse aryenne, dont Schliemann (Allemagne), Ludwig Müller (Copenhague), Burnouf, Sayce, Joseph Décheletteet Eugène Comte Goblet d'Alviella (France). Ils ont ignoré le contexte spécifique des découvertes ainsi que les preuves africaines et américaines, que Thomas Wilson (USA) a présentées en particulier. Ainsi, des signes graphiques ressemblant à la croix gammée ont été construits dans différents contextes pour devenir la caractéristique d'identification isolée, soi-disant explicite, de la prétendue race aryenne. [81]

L'origine supposée des Aryens d'Inde et la croix gammée trouvée chez les "non-Aryens" contredisaient l'idéal racial national. Robert Philip Greg voulait réserver la croix gammée à la prétendue race aryenne en 1884. Il a affirmé que ni les formes religieuses ornementales grecques ni germaniques n'existaient chez les Sémites . [82] Karl Penka ( Origines Ariacae , 1883 ; L'Origine des Aryens , 1886) et Ernst Ludwig Krause ( Tuisko-Land, l'Urheimat des tribus et des dieux aryens, 1891) dépeint l'Europe du Nord comme la patrie d'origine des Aryens grands, à la peau claire, aux yeux bleus et combatifs. Selon Penka, ces Aryens ont soumis les peuples asiatiques et ont immigré en Inde. Ce faisant, il a renversé la thèse commune de l'immigration. [83]

Thomas Wilson, conservateur de l'anthropologie préhistorique à la Smithsonian Institution , rédigea en 1894 en leur nom un rapport sur l'état de la recherche sur la croix gammée. Il y documente leur utilisation généralisée et rejette l'hypothèse selon laquelle de tels signes d'époques et de contextes différents pourraient être retracés à une origine commune et interprétés comme le symbole d'une religion, d'une mythologie ou d'un groupe ethnique particulier. Il a supposé leur propagation depuis la vallée de l'Indus. [84]

Depuis les thèses de Schliemann, l'interprétation de la croix gammée comme symbole des "Aryens" préhistoriques a également pénétré les discours académiques des études classiques allemandes, de l'anthropologie, de l'histoire de l'art et du folklore. [85] Depuis la période romantique , ces disciplines et d'autres ont assumé une " nationalité allemande " avec son propre "caractère national" et une "race nordique" qui, en tant que "les Allemands", a déterminé la préhistoire et l'histoire ancienne de l'Europe. Les influences d'autres peuples et cultures étaient alors souvent qualifiées de dégénérescence. Pratiquement aucune preuve empirique n'a été offerte. [86]

1900 à 1945

Les auteurs de Völkisch , et plus tard également nationaux-socialistes, ont poursuivi la thèse aryenne déjà établie et ont continué à revendiquer une origine nord-européenne de la croix gammée et son importance en tant que «signe de salut» pour les Aryens. Depuis 1917, de nombreux écrits propagandistes et pseudo-scientifiques sont apparus, dont : [87]

  • Ludwig Wilser : La croix gammée par origine, occurrence et signification (1917 ; nombreuses nouvelles éditions),
  • Otto Grabowski : Le mystère de la croix gammée et le berceau de l'indo-européanité (1921),
  • Karl Jaeger : Sur l'histoire et le symbolisme de la croix gammée (1921),
  • Jörg Lechler : De la croix gammée. L'histoire d'une icône (1921; 2e édition 1934); Le sens et la voie de la croix gammée (1935),
  • Gustaf Kossinna : Origine et propagation des tribus germaniques à la préhistoire et au début de l'histoire (1926),
  • Erwin Richter : La croix gammée comme guide de l'ancienne culture germanique: une contribution à la redécouverte germanique (1931),
  • Herman Wirth : Que veut dire allemand ? Une revue historique primitive de l'auto-réflexion et de l'autodétermination (1931; 1934); Dès l'origine et la signification de la croix gammée (1933),
  • D. Bernardi : La Croix gammée (7e édition 1933),
  • Wilhelm Scheuermann : D'où vient la croix gammée ? (1933),
  • Engelbert Huber : C'est le national-socialisme : organisation et vision du monde du NSDAP : avec deux panneaux représentant les badges (1933),
  • Theobald Bieder: The Swastika (2e édition 1934),
  • Eugen Fehrle : La croix gammée : de sa signification et de son histoire (1935),
  • Friedrich Langewiesche : Symboles de la foi germanique en Wittekindland (1935),
  • Karl Theodor Weigel : Runes et symboles (1935),
  • Walter Heinzel : 5000 ans de croix gammée. Du signe solaire en vieux norrois au symbole de l'Allemagne éternelle (1941).

Wilser avait avancé des thèses non scientifiques sur les runes depuis 1885 et avait revendiqué un "original" d'origine germanique. [88] En tant que "chercheur de race" autoproclamé, il a popularisé la thèse selon laquelle la croix gammée était une rune germanique. Scheuermann l'a décrit comme un symbole de fertilité, faisant référence à la figure principale de Troie avec un faux signe de croix gammée, et comme un blason militaire des Aryens d'Europe du Nord qui avaient conquis Troie à l'époque préhistorique. [89]Huber a ouvertement admis le manque de preuves historiques de l'interprétation antisémite de la croix gammée. Seul le mouvement nationaliste l'a interprété ainsi pour ses objectifs et a supposé qu'il venait de l'Inde. Cela a depuis été démenti. Sa signification originale est inconnue, mais un lien avec le culte du soleil est unanimement supposé. [90] Les auteurs convaincus d'une « continuité germanique » depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours ont cité peu de preuves, y compris la croix gammée, dont ils supposaient l'origine germanique. [91]

La "recherche symbolique" largement spéculative qui a émergé vers 1900 faisait partie du mouvement Völkische. À partir de 1933, le régime NS les promeut fortement afin d'augmenter l'impact de masse de la propagande NS en recourant à l'ancien symbolisme germanique et de faire de leur propre insigne de parti un symbole d'unité et de plénitude nationales et un objet de culte quasi religieux. L'interprétation de la croix gammée comme un symbole solaire germanique continu a donné à cet effort une légitimité pseudo-scientifique. [92]

Certains "chercheurs de symboles" représentaient des théories concurrentes et à partir de 1933 se disputaient la reconnaissance politique de leur position. Weigel a expliqué que la signification des runes ne pouvait être clarifiée qu'une fois l'origine et l'ascendance de la race clarifiées, dont " le sang et le sol' d'où ils viennent sans doute. Fehrle, d'autre part, a affirmé que la croix gammée était le "fossile principal aryen" parmi les nombreux symboles solaires et incarnait l'éternel "mourir et devenir". C'est « comme une étoile qui nous montre le chemin ». Les symboles germaniques ne sont jamais seulement décoratifs, ludiques et fonctionnels, mais expriment toujours "l'unité avec les puissances éternelles de la vie". Le régime nazi a spécifiquement promu cette compétition à travers divers instituts, puisque toutes les variantes de la thèse de la continuité répondaient à leurs propres intentions politiques de pouvoir. Le « Reichsführer SS » Heinrich Himmlerdéclara : Peu lui importait quelle théorie sur la préhistoire des Allemands était vraie. Comme les hypothèses des chercheurs changeaient constamment, le NSDAP pouvait également avancer une thèse qui contredisait la recherche. La seule chose importante est que les chercheurs ont renforcé la fierté du peuple allemand ; ils seraient payés pour ça. [93]

À cette fin, Himmler créa en 1935 l'« Association de recherche de l'Ahnenerbe allemande », dont il nomma le pseudo-archéologue Herman Wirth comme co-fondateur. Depuis 1931, il avait déclaré que la croix gammée était le signe d'une religion matriarcale de salut qui régnait sur l'Atlantide et laissait des traces dans les tombes mégalithiques et les peintures rupestres scandinaves. Il a essayé d'étayer cette fiction avec de vastes projets, tels que les gravures rupestres de Tanum , mais a trouvé peu de reconnaissance, même de la part d'autres nationaux-socialistes. [94] Wirth a également donné la croix gammée comme preuve que les Indiens Hopi, mexicains et péruviens descendaient de la prétendue race de maître nordique-atlantique. [95]Himmler a placé l'expédition allemande d'Ernst Schäfer au Tibet en 1938 sous l'"Ahnenerbe" afin de mener des études préhistoriques, de faire des comparaisons raciales et finalement de gagner les Tibétains comme alliés contre la Grande-Bretagne. [96] Derrière cela se trouvait l'hypothèse que la croix gammée tibétaine pointe vers les descendants d'Aryens présumés au Tibet. [97]

Urne utilisée pour la propagande nazie du 3ème/4ème Siècle avec croix gammée à double crochet, Łódź

Les nazis ont utilisé les découvertes archéologiques en Pologne pour légitimer leurs revendications territoriales et leur « germanisation ». L'archéologue saxon Walter Frenzel a utilisé une croix gammée au musée de Łódź pour un nouveau blason de la ville, qui a été rebaptisé "Litzmannstadt". [98]

Seuls quelques chercheurs de l'époque nazie n'étaient pas d'accord avec l'interprétation raciste de la croix gammée. L'archéologue britannique William Norman Brown a fait référence à des découvertes à Harappa ( The Swastika: A Study of the Nazi Claims of Its Aryan Origins , 1933). [99] Le linguiste et érudit religieux Jan de Vries , employé de l'"Ahnenerbe", a mis en doute dans la première édition de son "Ancienne Histoire germanique des religions" (1935-1937) la thèse d'une continuité et d'une patrie nordique du germanique. peuples. Les croix gammées germaniques de l'âge du bronze se seraient développées par hasard à partir d'une ornementation en spirale. Les croix gammées de l'âge du fer ont atteint l'Europe centrale depuis l'Asie via l'Europe du Sud-Est. Les critiques nationaux-socialistes ont critiqué cela. [100] Le folkloristeEn 1937, Otto Lauffer décrit ironiquement le "chercheur de symboles" nazi Langewiesch dans une revue spécialisée comme "Deutobold Symbolizetti Allegorowitsch Mystifizynski". Sans un examen rationnel de leurs thèses, la recherche sur les symboles allemands se ridiculise sur le plan international. [101]

Le psychanalyste Wilhelm Reich a expliqué en 1930 que la croix gammée symbolisait à l'origine les rapports sexuels entre deux personnes et symbolisait plus tard le travail humain, qui à son tour n'était qu'une forme de sexualité. Parce qu'il fait appel à des instincts inconscients, il est devenu un outil efficace de masse du fascisme . Il a fait référence à Herta Heinrich ( Haskreuz, Vierklee, Pomegranate , Journal for Sexual Science, 1930), Percy Gardner ( Ares as Sun-God , 1880), John Loewenthal et d'autres. [102] Il a également assumé une signification historiquement unifiée, originale et cachée de diverses images à croix gammée. [103]En 1936, le psychologue des profondeurs Carl Gustav Jung considérait la croix gammée et le fascia romain comme des archétypes exprimant un inconscient collectif. Il a vu leur utilisation dans le fascisme comme une renaissance des forces motrices dangereuses qui avaient déjà provoqué les pogroms médiévaux contre les Juifs . [104]

Depuis 1945

À partir de 1945, les recherches sur les symboles folkloriques reculent. De jeunes ethnologues et philologues tels que Fritz Paul les ont rejetés comme irréductibles et ont vivement critiqué leur méthodologie : ils ont apporté des découvertes d'époques et de peuples très différents « par une analogie souvent effrénée dans une structure de sens arbitraire, allégorique ou symbolique ». Les germanistes ont rejeté la thèse d'une "continuité germanique", pour laquelle la croix gammée avait également été citée, comme non pertinente. Hermann Bausinger , Wolfgang Brückner , Hans Moseret d'autres ont montré que des signes et des objets de forme extérieurement identique ne peuvent être correctement interprétés que dans leur propre contexte et que la continuité historique ne peut être supposée qu'avec les mêmes acteurs, la même aire culturelle, la même fonction et la même signification. Rolf Wilhelm Brednich considérait donc les recherches plus anciennes sur la croix gammée comme largement non scientifiques: elles n'ont donné l'impression d'une continuité germanique largement documentée que parce que les scientifiques folkloriques se citaient constamment et étaient promus par le régime nazi. Néanmoins, les auteurs scientifiques populaires continuent souvent à affirmer que la croix gammée est un symbole cultuel préhistorique des (Indo-)Allemands et qu'elle a un pouvoir archétypal. [105]

Selon Jan de Vries, certains des chercheurs impliqués dans le "Ahnenerbe" sont restés professionnellement reconnus après 1945. Il a décrit la croix gammée (qu'il a appelée « croix gammée ») en 1957 comme faisant partie des influences culturelles « étrangères » sur les peuples germaniques. Ils existent depuis 2500 av. de la culture de l'Indus à la Crète, la Grèce et l'Italie, "coulée" à un motif purement décoratif. Parce qu'il est complètement absent des "peuples sémitiques", il peut probablement remonter à la culture indo-européenne. Les Allemands auraient pu les recevoir de Thrace et de Macédoine au Néolithique. Dans l'ornementation des méandres (Ier/IIe siècle) et en forme de spirale sur les pots et vases suspendus de l'Age du Bronze final, il s'agissait probablement d'un « pur motif décoratif ». Ce n'est qu'à l'âge du fer que la forme rectangulaire a prévalu, seulement à partir du 4ème Au XIXe siècle, il apparaît sur une urne comme symbole. C'est une variante de la roue solaire autrefois commune, plus tard également un signe magique de chance et un symbole religieux, souvent associé au dieu Thor.[106]

Horst Junginger a critiqué le fait que de Vries n'ait pas mentionné son utilisation à l'époque nazie dans son article " Swastika " pour l' Encyclopédie protestante Religion in History and Present (3e édition 1959). [107]

Selon Morten Hegewisch, après 1945, des folkloristes comme Ernst Grohne ou des archéologues comme Rolf Hachmann ont évité du tout d' interpréter les récentes découvertes de croix gammées germaniques. Cela a contribué à leur classification incontrôlée en tant que symboles solaires. Le vrai lexique de l'archéologie germanique (2005) fait référence au "symbole solaire" pour les mots-clés "croix gammée" et "croix gammée". L'auteur Andreas Nordberg présente la signification incohérente et la possible fonction purement décorative des croix gammées européennes, la croix gammée en tant que symbole du soleil pouvant avoir représenté le soleil roulant. [108] Hegewisch, après avoir revu la découverte, a expliqué que les formes germaniques des fibules à croix gammée romaines à la suite de laromanisation imitée , les deux n'avaient aucune signification cultuelle reconnaissable. Les Celtes, les Romains et les Allemands auraient utilisé d'autres motifs beaucoup plus fréquemment que la croix gammée et souvent uniquement de manière décorative. Les références à des divinités individuelles pourraient au mieux être supposées dans le cas de découvertes individuelles, mais pas généralisées sans autre preuve analogue. [109]

usage religieux

hindouisme

Dans l'hindouisme, la croix gammée est le symbole le plus important après le Om . Selon la doctrine ( Dharma ) des Védas , la figure est comprise comme une image abstraite de quatre rayons de roue dont les crochets suggèrent une rotation, ou de deux bâtons placés l'un sur l'autre pour l'allumage cérémoniel du feu (Yajna) . Il est souvent relié à quatre points, un à chaque angle. Il symbolise le cycle éternel de la naissance et de la mort ( samsara ) et est considéré comme un signe de réincarnation . Il est donc utilisé au début de presque toutes les célébrations religieuses. [110] Il symbolise généralement la puissance et le mouvement rotatif vers l'avant du soleilet signifie joie, lumière et vie. Il marque le dieu solaire Surya dans les Vedas, le chakra du dieu Vishnu dans les Puranas et l'un des huit sièges de yoga . Elle est également vénérée comme un signe du dieu Ganesha . La forme à angle droit est considérée comme de bon augure et est utilisée lors des mariages, des festivals pour la déesse de la fortune, Lakshmi et d'autres célébrations. [111] La forme à angle gauche plus rare est appelée sauvastika en sanskrit , est associée à l'aspect féminin de la divinité et, selon la croyance indienne, tourne dans le sens antihoraire. [112]Parfois, des effets négatifs sont attribués à cette forme : c'est un symbole de la déesse Kali et représente le coucher du soleil, le déclin de la vie, la nuit, la calamité et la mort. [113]

La croix gammée, l'un des symboles les plus utilisés dans le jaïnisme
Symbole du jaïnisme sous forme de sculpture à Udayagiri et Khandagiri

le jaïnisme

Dans le jaïnisme, qui remonte à Mahavira (Ve siècle av. J.-C.), la croix gammée joue un rôle central. Comme dans l'hindouisme, il représente le samsara, ici aussi les quatre niveaux d'existence : les dieux, les humains, les animaux et les enfers. [114] Elle est le symbole du septième des 24 "Ford Makers" ( Tirthankara ). [115] Les quatre bras représentent également les quatre groupes de jaïns (moines, nonnes, laïcs mâles et femelles) et les quatre attributs infinis de l'âme (connaissance, perception, bonheur, énergie). Le symbole du jaïnisme, accepté par tous les jaïns depuis 1974, résume ses enseignements. [116]

bouddhisme

  • Statue de Bouddha avec croix gammée sur la poitrine

    Statue de Bouddha avec croix gammée sur la poitrine

  • Empreintes du Bouddha, IIe siècle

    Empreintes du Bouddha, IIe siècle

  • Pignon du temple Zenkō-ji, VIe/VIIe s.  siècle

    Fronton du temple Zenkō-ji , VIe/VIIe s. siècle

  • Icône de carte Japon

    Icône de carte Japon

La croix gammée était déjà connue dans la religion pré-bouddhiste Bon . Le mont Kailash , dont on disait que la circumnavigation avait un pouvoir rédempteur, était aussi appelé «montagne à croix gammée». [117] En Mongolie , la forme à angle gauche apparaît comme une gravure dans les gravures rupestres et les pierres de cerf depuis 200 av. souvent. [118]

Dans le bouddhisme au Tibet , la croix gammée à angle gauche symbolise la fermeté, la persévérance et la constance. [119] En Chine , il est appelé wan et est considéré comme une accumulation de signes porte-bonheur aux dix mille effets. Dans l'iconographie chinoise, il symbolise l'abondance, l'abondance, la prospérité et la longue vie. En tant que caractère chinois , il ( chinois 卍, 卐, pinyin wàn ) représente la myriade (10 000) ou l'infini. Il est souvent combiné avec le caractère fu pour chauve-souris et signifie alors "bonheur dix mille fois". [120] Impératrice Wu Zetian(625-705) a déclaré qu'une croix gammée dans un cercle était le symbole du "soleil". [121]

Dans le bouddhisme en Chine , elle symbolise le Sceau du Cœur de Bouddha, ou Bouddha-nature . Il apparaît également sur la poitrine, les paumes ou les talons des statues de Bouddha de la dynastie Song (960-1276) , et pas seulement sur le front comme en Inde. Une influence du nestorianisme en Chine est suspectée, dont les adeptes portaient des croix chrétiennes sur le front et la poitrine. Dans les œuvres d'art nestoriennes, la croix gammée symbolise le soleil, le feu ou la lumière qui tourne. [122] Une croix gammée orne les pignons de nombreux bâtiments historiques, en particulier les temples bouddhistes . Elle indique leur emplacement sur des cartes.

Patron de tissu Sayagata

Au Japon , la croix gammée à angle gauche est souvent vue sur la poitrine, les pieds ou les mains des statues de Bouddha et dans les temples de Bouddha. Elle marque leur emplacement sur des cartes et des plans de ville. [123] Il est interprété comme la transmission de la nature de bouddha. Le caractère japonais pour eux s'appelle manji ( japonais , à l'origine卍 字ou万 字, Eng. '10 000 sign'). Il est généralement représenté incliné vers la gauche. La forme inclinée vers la droite est appelée gyaku manji (逆卍, 'manji à l'envers') ou migi manji (右卍, 'Manji droit'). De tels caractères sont également utilisés pour les motifs réguliers, les manjimon (万字文). Parmi eux se trouvent le manjitsunagi (万字繋), qui relie plusieurs croix gammées de même direction horizontalement ou inclinées, [124] ou le sayagata (紗綾形) sur les tissus de la période Edo : il relie les extrémités des croix gammées gauche et droite avec des lignes. [125]

Dans tous les pays asiatiques façonnés par le bouddhisme Theravada (Birmanie, Cambodge, Laos, Sri Lanka, Thaïlande), la croix gammée marque les "empreintes de pas" de Bouddha. [114] Dans certains de ces États, une croix gammée tournée vers la gauche est imprimée sur les emballages pour indiquer que la nourriture à l'intérieur est strictement végétarienne . [126]

Autre

Le symbole du Falun Gong de Chine s'appelle srivatsa et comporte une croix gammée dorée tournée vers la gauche entourée de quatre autres croix gammées et des symboles du yin et du yang dans un anneau circulaire. Les représentants soulignent sa signification positive conformément à la tradition indienne et chinoise et la distinguent de la croix gammée nazie. [127]

Des représentants de la religion syncrétique Daoyuan (établie en 1921) ont fondé la Red Swastika Society en 1922 pour promouvoir la paix dans le monde et fournir des secours d'urgence en cas de catastrophe. En 1937, elle était devenue une organisation d' aide internationale comparable à la Croix-Rouge , qui a particulièrement aidé après le massacre de Nanjing . [128]

La religion syncrétiste du Cao Dai du Vietnam (établie en 1926) adopte des symboles de plusieurs religions, dont une croix gammée bouddhiste tournée vers la gauche. [129]

Le raëlisme , fondé en 1973, utilise le symbole d'une croix gammée dans une étoile de David . Le fondateur Claude Vorilhon affirme l'avoir vu sur un OVNI extraterrestre . Ses adeptes le portent en médaillon. Après les protestations des Juifs, Vorilhon a changé le symbole en forme de fleur. [130] Néanmoins, les Raëliens préconisent l'acceptation mondiale de la croix gammée, qu'ils interprètent comme un signe d'intelligence humaine donnée par des extraterrestres. Cependant, des manifestations avec des drapeaux à croix gammée ont conduit à des arrestations dans certains cas. En 2009, le fondateur a déclaré que le 23 juin serait la "Journée annuelle de réhabilitation de la croix gammée". [131]

Utilisation non religieuse

héraldique

  • Armoiries de Leonard Chamberlayne, 1394

    Armoiries de Leonard Chamberlayne, 1394

  • Armoiries de la famille Boreyko, Pologne, XIVe/XVe s.  siècle

    Armoiries de la famille Boreyko, Pologne, XIVe/XVe s. siècle

  • Armoiries du samouraï Hasekura Tsunenaga, XVIe/XVIIe s.  Siècle (représentations européennes)

    Armoiries du samouraï Hasekura Tsunenaga , XVIe/XVIIe s. Siècle (représentations européennes)

  • Blason de la famille Hachisuka

    Blason de la famille Hachisuka

  • Armoiries de la famille Raven sur la pharmacie Einbeck (~16ème siècle)

    Armoiries de la famille Raven sur la pharmacie Einbeck (~16ème siècle)

Depuis le début de la période moderne , les princes, les villes et les familles nobles d'Europe ont intégré diverses formes de croix à leurs armoiries, y compris certaines formes similaires à la croix gammée. Les armoiries avec le fylfot des îles britanniques ont été normalisées dans l'héraldique du XIXe siècle. [132]

À partir du XVe siècle, certaines familles nobles japonaises ont incorporé la croix gammée dans leurs armoiries ( mon ), comme les Hachisuka et Nobuhira Tsugaru (1586-1631). [133] Depuis 1900, il figure sur les armoiries de la ville d' Hirosaki . [134]

Les armoiries médiévales de la famille patricienne Raven contenaient une croix gammée. Le couple marié Heinrich Becker et Dorothee Raven en fit don à l' église du marché de St. Jacobi (Einbeck) en janvier 1640 sous forme d'épitaphe en bois. [135]

Signe porte-bonheur populaire

Depuis environ 1900, la croix gammée est devenue populaire dans le monde entier en tant que symbole de bonne chance. Les architectes les ont incorporés dans des conceptions de bâtiments telles que le barrage de Laguna en Arizona, [136] une gare à Buenos Aires, [137] un centre commercial à Sydney, [138] l' Université de Chicago , [139] et le Brooklyn Museum . [140]

Certaines entreprises les utilisaient comme marques, comme la St. Louis railroad company, la Rocky Mountain and Pacific Railroad Company (USA), la New Mexico Coal Company , la Fred Harvey Company pour les bijoux [73] , la brasserie danoise Carlsberg à partir de 1882, la la compagnie suédoise ASEA , le norvégien Per Kure Norsk Motor- og Dynamofabrik et la compagnie islandaise de bateaux à vapeur Eimskip . D'autres les utilisaient pour la publicité ou pour la conception de leurs produits. La Pacific Coast Biscuit Company a annoncé sa matzo avec la croix gammée en 1916. Le Coca Cola-Entreprise annoncée en 1925 avec un porte-clés en forme de croix gammée. [141] À Hong Kong en 2003, elle a offert la figurine en plastique Robowaru , qui portait deux croix gammées sur la poitrine. Après les critiques des associations juives, elle a retiré le chiffre. [142] La Buell Manufacturing Company a fabriqué une couverture appelée "Moki" avec quatre croix gammées aux coins, qui, selon le catalogue, représentait "un grand camp avec beaucoup de tentes, de l'eau et bonne chance". Elle a suivi des modèles indiens. [73]

L'écrivain Rudyard Kipling a fait imprimer la croix gammée comme symbole décoratif dans les premières éditions de ses œuvres. [143] Depuis que le NSDAP a utilisé le symbole, cependant, il y a renoncé. [144] À partir de 1920, la société Carlsberg a également abandonné la croix gammée comme logo d'entreprise [145] et a évité les motifs à croix gammée dans sa publicité à partir de 1933. [146]

Quelques cuillères à thé en argent avec des croix gammées sur la tige ont été fabriquées comme souvenirs à Eureka Springs , Arkansas , vers 1900 . Ils n'avaient aucun rapport avec la croix gammée nazie. Ce n'est qu'après 1945 que Gerald LK Smith, qui a fondé le parti de droite et antisémite America First Party en 1944, a déménagé à cet endroit. [147]

De 1905 à 1916, une équipe de hockey sur glace a joué en Nouvelle-Écosse (Canada) sous le nom de Windsor Swastikas . Fondée en 1912, Swastika Laundry à Dublin a fait peindre la croix gammée sur ses véhicules. Afin de le distinguer de la croix gammée nazie, il a ajouté la date de fondation en 1939. En 1957, Heinrich Böll décrit une quasi-collision avec une camionnette de livraison ainsi peinte. [148] De 1913 à 1916, un "Girl's Club" aux États-Unis a publié le magazine The Swastika , qui traitait des problèmes quotidiens des femmes. Les jetons de poker étaient imprimés de croix gammées. Un livre pour enfants sur un petit singe a présenté la croix gammée comme satalisman avant. Un ensemble classique de musiciens s'appelait le quatuor à croix gammée . En 1929, il y avait un hôtel à croix gammée à Raton , au Nouveau-Mexique . [149] L' Université du Nouveau-Mexique a publié un annuaire jusqu'en 1939 intitulé The Swastika . [73]

Pendant la Première Guerre mondiale , le British National War Savings Committee a émis une médaille et des timbres portant l'emblème de la croix gammée en échange de prêts de guerre privés. [150] Une société américaine a émis des pièces de monnaie en 1917, dont certaines portaient la croix gammée sur le pygargue à tête blanche (le symbole national américain) et l'inscription "Bonne chance". [151] Certains pilotes ont fait peindre leurs avions avec une croix gammée pour porter chance, selon Fritz Beckhardt , un Juif allemand. En 1924, Felix A. Theilhaber en montra une photographie pour commémorer l'engagement exemplaire des patriotes juifs en Allemagne avant que les nationaux-socialistes ne revendiquent la croix gammée comme la leur et l'interprètent comme antisémite.[152] Les pilotes américains qui ont combattu pour la Légion étrangère française à l'époque ont également volé avec la croix gammée. Une carte postale de la 45e division d'infanterie américaine de 1920 portait la croix gammée avec le dicton : Que cet emblème vous protège bien de chaque balle, de chaque obus (« Que cet emblème vous protège bien de chaque balle, de chaque obus »). [153] En 1927 , Charles Lindbergh a fait peindre l'intérieur du nez de l'hélice de son avion avec une croix gammée pointant vers la gauche pour son prochain vol dans l'Atlantique et a fait signer tous les aides. En 1938, il se laissa inviter par le régime nazi et acceptaen cadeau les médailles à croix gammée d' Hermann Göring . [154]

Depuis 1911, l' insigne de remerciement des Boy Scouts porte une croix gammée, depuis 1922 leur médaille du mérite. Le fondateur Robert Baden-Powell l'a expliqué en 1921 avec la diffusion universelle du symbole porte-bonheur qu'il connaissait de l'Inde. [155] Mais il montra aussi de la sympathie pour Adolf Hitler et à partir de 1933 tenta de travailler avec les Jeunesses hitlériennes . [156] En 1935, cependant, la British Boy Scout Association a abandonné l'emblème de la croix gammée afin de se distinguer du NSDAP. [157]

En Amérique du Nord, il y a les villes de Swastika (Ontario) et Swastika (New York), Swastika Lake dans le Wyoming et Swastika Mountain dans l'Oregon. Katharine Burdekin a écrit le roman de science -fiction Swastika Night en 1937 .

À partir de 1940, après le début de la Seconde Guerre mondiale , les Amérindiens ont renoncé aux décorations traditionnelles à croix gammée pour protester contre le régime nazi. La 45e division d'infanterie a remplacé la croix gammée sur les épaulettes de leurs uniformes par un symbole différent. [158] En 1942, cependant, les points de cheminement et l'ancien poste de traite indien de Peach Springs sur la route 66 sont restés décorés de croix gammées. [159]

Symbole de l'indépendance de l'État

  • Billet de banque russe, verso, 1917

    Billet de banque russe, verso, 1917

  • 22e brigade des troupes de montagne de Podhale, Sanok, Pologne

    22e brigade des troupes de montagne de Podhale, Sanok, Pologne

  • Croix finlandaise de la Liberté, 1re classe, depuis 1918

    Croix finlandaise de la Liberté, 1re classe, depuis 1918

  • Le drapeau d'aujourd'hui du président finlandais

    Le drapeau d'aujourd'hui du président finlandais

  • Drapeau de la région autonome de Guna Yala au Panama, 1925-2010

    Drapeau de la région autonome de Guna Yala au Panama, 1925-2010

À partir de 1890 environ, certaines associations militaires, ordres et États ont utilisé la croix gammée comme symbole des efforts d'indépendance nationale et anti-monarchiste, depuis 1918 également dans le cadre des tendances fascistes. [2]

Le gouvernement provisoire d' Alexandre Fiodorovitch Kerensky , qui est arrivé au pouvoir en Russie à la suite de la révolution de février 1917 , a imprimé une croix gammée en signe d'indépendance sur ses billets de banque. [160] En République de Pologne , certaines troupes de montagne des tirailleurs de Podhale ont utilisé des insignes avec une croix gammée de 1918 à 1939. La République indépendante de Lettonie a décerné l'Ordre du tueur d'ours , une croix gammée à angle droit, comme la plus haute distinction nationale de 1920 à 1928 . Cela est apparu dans l'ornementation et le folklore lettons depuis l'époque romaine et y est interprété comme une croix de feu.[161] Une croix gammée bleue verticale était l'emblème national de l'armée de l'air finlandaise de 1918 à 1945. La raison en était l'explorateur suédois Eric von Rosen , qui a donné aux Finlandais un avion décoré d'une croix gammée bleue en cadeau aux Finlandais en 1918. [162] De 1919 à 1963, la chaîne d'ordres ( collier ) de la Rose blanche finlandaise comportait neuf croix gammées, destinées à symboliser la lutte pour l'indépendance contre la Russie. [163]

L' Ordre finlandais de la Croix de la Liberté continue d'inclure la croix gammée, tout comme le drapeau du président de l'État de Finlande . De 1925 à 2010, la république autonome de Guna Yala au Panama a utilisé un drapeau national avec une croix gammée à angle gauche au centre. L'Américain Richard Marsh, influencé par la littérature ethnique et raciste européenne et voulant soumettre le Panama à un régime fantoche américain, est soupçonné d'en être l'auteur. [164] D'autres interprètent cette croix gammée comme un symbole de la pieuvre qui a créé le monde dans la mythologie Kuna . [165]

Utilisation antisémite et raciste

Croix de gymnastique allemande, 1844

mouvement de gymnaste

En 1844, les disciples du « père de la gymnastique » Friedrich Ludwig Jahn inventent la croix de gymnastique , qui abrège la devise « frais, pieux, heureux, libre » avec quatre lettres F disposées en forme de croix. En 1880, l' Association allemande de gymnastique (DT) décide d'une bannière fédérale dont le verso dispose les quatre F en forme de croix gammée, mais sans les interpréter de manière nationaliste. En 1888, le DT exclut les associations autrichiennes qui, contrairement aux statuts, excluaient les juifs. En conséquence, en 1889, ils ont formé une "Fédération allemande de gymnastique", dont est issu l'actuel DTB . A cette époque, il cultive la « germanité » et n'accepte que les « aryens ». De nombreux clubs de gymnastique allemands l'ont rejoint. [166]Là, la «croix gammée de gymnastique» avec quatre F inclinés vers la droite et arrondis en cercle est devenue courante. En 1919, la DTB en fait son emblème. [167]

En 1920, l'Association allemande de gymnastique, qui comprenait également des clubs tchèques et autrichiens, adopta cet emblème. En 1923, il accueille Hitler et le NSDAP. Certains gymnastes ont déclaré dans le journal interne du club que la croix de gymnastique n'était pas une croix gammée. La plupart, d'autre part, ont souligné qu'il s'agissait d'une croix gammée, non pas au sens politique du parti, mais en tant que «symbole national de la pureté aryenne et de la résurgence allemande». [168] En raison de cette tradition nationale allemande , la Turnerschaft a achevé la « séparation nette » des autres associations sportives en 1924. Au 15e Turnerfest en juillet 1933, le DTB invita Hitler comme orateur principal et se décrivait comme un pionnier du « Troisième Reich ».“. Le titre du journal du club portait côte à côte une croix de gymnastique et une croix gammée ; dans un film de propagande sur le festival de gymnastique, les deux fusionnés en un seul. [169]

Ésotérisme, occultisme, réforme de la vie

A partir de 1880 environ, l'ésotérisme , le spiritisme et l' occultisme gagnent du terrain en Europe et aux USA. Ces courants se chevauchaient en Allemagne et en Autriche avec le mouvement Völkische. Ils sont interprétés comme une réaction à l'industrialisation , à l'urbanisation et au capitalisme .

Emblème de la Société Théosophique depuis 1891

En 1875, l'exilée russe Helena Petrovna Blavatsky fonde la Société théosophique aux États-Unis . Dans le premier volume de son ouvrage principal , La Doctrine secrète (1888), elle conçoit une cosmologie spéculative qui s'inspire de l'hindouisme et du bouddhisme. Le deuxième volume décrivait l'évolution humaine comme une succession de « races racines » et affirmait une domination présente et future des « Aryens ». Elle a attribué des symboles ésotériques, y compris la croix gammée, à chaque étape de l'évolution présentée de manière cyclique. En 1891, elle l'intègre dans l'emblème de sa société aux côtés de la croix de Saint-Antoine et de l'étoile de David. Le docteur Franz Hartmanndiffuser la théosophie en Europe à partir de 1885. De 1892 à 1900, il publie le magazine "Lothusblüten", qui est la première publication en langue allemande à avoir la croix gammée sur la page de titre. [170] La théosophie de Blavatsky est considérée comme un puissant moteur du racisme moderne . [171]

Le bouddhisme a également trouvé des adeptes en Allemagne à l'époque. Karl Seidenstücker , qui s'est strictement éloigné de la théosophie, l'a popularisée avec une série de revues. À partir de 1905, le journal mensuel Der Buddhist portait une croix gammée à angle droit et à angle gauche. Après que le NSDAP ait fait de la croix gammée à angle droit son symbole de parti, la page de titre ne portait qu'une croix gammée à angle gauche. [172]

La croix gammée, comprise comme un symbole solaire et caractéristique des Aryens, est devenue populaire vers 1900 dans le mouvement allemand de réforme de la vie et de jeunesse et dans le nudisme . En 1907, une loge à orientation théosophique "Swastika" a été formée à Berlin parmi de nombreuses fédérations de nudistes. [173]

Alfred Schuler a également été influencé par la théosophie. À partir de 1900, il fit de la croix gammée un symbole de sa pensée, à l'aide de laquelle la vie vitale en quête de choses supérieures pouvait être renouvelée. La croix chrétienne est une croix gammée castrée qui ne tourne plus et a donc paralysé l'ancienne vie. [174] Son domaine comprenait le poème antisémite Epilogus: Jahwe-Moloch avec les vers: «La martre Judah s'est glissée au cœur de la vie. [… ] Tuez le père avant qu'il ne mange votre enfant, votre âme, et déchaînez la balle primordiale, la roue de feu à cent rayons.qui apparaît ici pour la première fois comme l'outil d'un meurtre dans le judaïsme (le père représente son dieu YHWH ). [176]

Le poète Stefan George a adopté la croix gammée de Schuler comme symbole de l' éros et du coït , initialement comme décoration pour les poèmes d'amour. À partir de 1916, le George Circle a fait de la croix gammée le sceau de ses Journals for Art pour les œuvres spéciales publiées par lui. Avant la publication du dernier ouvrage de George ( Das Neue Reich , 1927), Georg Bondi Verlag a souligné que le sceau n'avait rien à voir avec la politique et la croix gammée NSDAP. [177]

mouvement national

La société secrète fasciste Neutempler-Orden fondée en 1900 par l'idéologue Lanz : "La terre dorée comme symbole d'éternité, les lys comme symbole de pureté (raciale) et la croix gammée rouge comme symbole de l'Arioheroischen montant". [178]

Le mouvement völkische qui a émergé vers 1880 a d'abord préféré le Mjölnir comme insigne, selon le magazine Der Hammer (1902-1940). Après la découverte d'artefacts germaniques avec des gravures à croix gammée, les pangermanistes en particulier ont propagé la "croix gammée" comme symbole, selon le magazine völkische Heimdall . Dans le poème "Solstice" publié là-bas en 1899, il était écrit : "Que la rune du soleil scintille, la croix gammée brille dans l'obscurité..." [179]

A cette époque, l'influence de l' Ariosophie , une variante raciste de la Théosophie, grandissait dans le mouvement Völkische . En 1907 , Jörg Lanz von Liebenfels a hissé un drapeau avec une croix gammée rouge sur le château de Werfenstein en Autriche, qu'il avait acheté, qui devait symboliser le retour aux "anciens sommets de l'héroïsme allemand de sang pur". [180] C'était la première fois que la croix gammée était utilisée publiquement comme signe antisémite. [181]

A la suite de Ludwig Wilser et d'autres, Guido von List considérait la croix gammée comme une "rune germanique" et un signe secret de la "sagesse urarienne", donc comme un caractère pour le soleil dans une proto - langue que les Aryens, comme la prétendue race des fondateurs de la culture , aurait possédé. [182] Son travail Le Mystère des Runes (1908) a été influencé par la " Doctrine Occulte " de Blavatsky. Il y a complété un alphabet runique scandinave plus jeune avec deux runes qu'il a inventées et qui ressemblaient à la croix gammée. Cela devrait compléter le script runique. [183]

À partir de 1897, Wilhelm Schwaner publie le magazine Der Volkserlehner , dont la première page porte une croix gammée pour la première fois en 1907. La même année, il fonde le Bund deutscher Volkserschuler , qui choisit une croix gammée comme insigne. En 1912, il fonde la Communauté de foi germanique néo -païenne (GGG) avec le peintre Ludwig Fahrenkrog , qui met également en valeur la croix gammée (ici en or sur bleu). En 1913, le livre de Schwaner Unterm Hakenkreuz, Federal Book of People's Educators a été publié . Pour lui (comme pour tous ces groupes ethniques), c'était un signe de salut de la "race aryenne". Avec cela, le pangermanisme était censé remplacer le christianisme et ses symboles. [184]

De nombreuses organisations ethniques ont suivi ces modèles avant même la Première Guerre mondiale, notamment l' Ordre teutonique antisémite et ariosophique et le Parti national allemand (DVP). Depuis 1914, celle-ci tenta sans succès de capter tous les courants ethniques et antisémites. En 1917, elle fit d'une croix gammée l'emblème du titre de son organe de parti Deutschvölkische Blatter . Le Wandervogel a également fait d'une croix gammée son insigne en 1917 et l'a déclarée être une «vieille rune germanique», «un signe d'effort supérieur, de développement constant, de devenir» et un engagement envers la «volonté allemande consciente», qui selon la devise "de l'obscurité à la lumière". [185]

À partir de 1910, les croix gammées apparaissent plus fréquemment dans les romans völkisch. Par exemple, Hermann Löns a fait décorer les fins de chapitre de son best-seller The Last Hansbur (1910) de diverses croix gammées en raison des "interprétations populaires" et "purement émotionnellement à travers l'impression graphique immédiate". [186] Hermann Burte a stylisé son héros de roman Wiltfeber (1912) avec une analogie consciente avec le Juif errant en tant que vagabond blond sans abri. Dans le roman, lorsqu'il revient dans son village natal, il dessine une croix gammée dans le sable, à laquelle un habitant de longue date lui fait remarquer : « Vous y croyez ? Ha, si ça reprenait vie ! » [187] Ernst Wiechert a laissé son romanDer Totenwolf (1924) a été publié après l'échec du coup d'État d'Hitler avec une jaquette noir-blanc-rouge et la croix gammée stylisée comme une roue solaire. Il a ainsi rejeté un brouillon de couverture sans croix gammée de son éditeur. [188]

Pour les monarchistes russes antisémites, la croix gammée symbolisait leur opposition à la révolution russe d'octobre 1917, qu'ils attribuaient à la prétendue communauté juive mondiale . Pour lutter radicalement contre cela, ils considéraient comme l'héritage de la dernière tsarine Alexandra Fiodorovna , assassinée par les bolcheviks . Elle a fait décorer sa chambre d'une croix gammée en signe de chance et de bénédiction. La théorie du complot antisémite des Protocoles des Sages de Sion a été retrouvée dans sa succession . [189]

Kapp putschistes avec des croix gammées sur leurs casques le 13 mars 1920 à Berlin

En octobre 1918, un "Conseil du peuple allemand" sous la direction de l'écrivain "völkisch" Heinrich Pudor est apparu en public, qui, utilisant la croix gammée comme symbole, a appelé à des pogroms contre les Juifs. Lors de la Révolution de novembre , la croix gammée, aux côtés du noir, du blanc et du rouge , est devenue le principal identifiant des opposants à la révolution, dont certains Freikorps et la Thule Society nationaliste-raciste . Il est apparu comme des graffitis sur les murs et les rues, comme des pendentifs d'horloge ou des bouchons de bière, badge ou broche, sur des journaux, des magazines et des brochures, sur des voitures ou des camions blindés. De nombreuses écoles ont dû promulguer une interdiction de port pour éviter les bagarres. La brigade marine Ehrhardt l'a porté sur leurs casques d'acier lors du putsch de Kapp en mars 1920, déclarant ainsi leur volonté d'éliminer la République de Weimar issue de la révolution de novembre. Pour de nombreux membres du Freikorps, la croix gammée faisait partie de leur «mode Landsknecht», qui démontrait leur comportement guerrier. [190]

Socialisme national

Adolf Hitler aurait vu la croix gammée pour la première fois en 1895/1896 en tant qu'enfant de chœur à l' abbaye de Lambach , où elle était représentée sur les armoiries d'un ancien abbé ( Theoderich Hagn , mandat de 1858 à 1872). [191] Il connaissait probablement aussi l'interprétation antisémite du magazine Ostara publié par Liebenfels . [2]

Friedrich Krohn , membre de l'Ordre Teutonique et de la Société de Thulé, a proposé une croix gammée noire à angle gauche dans un cercle blanc sur fond rouge comme symbole du parti au DAP nouvellement fondé en mai 1919 (la croix gammée convient-elle comme symbole de le parti national-socialiste ?) . Selon l'interprétation bouddhiste, c'est un talisman pour la chance et la santé. L'alignement à gauche suivit les théosophes et les Germains. En revanche, Krohn considérait la croix gammée à angle droit, préférée par Guido von List et la société Thulé, comme un symbole de chute et de mort. [192]

À l'automne 1919, alors qu'il était devenu l'orateur le plus important du DAP, Hitler regrettait « que les membres du parti manquaient de tout signe extérieur de leur unité [...] qui avait le caractère d'un symbole du mouvement et en tant que tel pourrait s'opposer à l' Internationale ". [193] Pour la propagande nazie la plus efficace possible, il cherchait un "symbole de grand impact semblable à une affiche" qui devrait également aborder et impliquer le mouvement nationaliste, les nationalistes allemands et une partie des chrétiens. La croix gammée semblait convenir car elle était érigée en symbole nationaliste-germanique et antisémite et n'avait pas à être réinventée. [194]À la demande d'Hitler, Krohn a remplacé sa conception par une croix gammée à angle droit et à bras droit. Rien ne prouve que le changement de direction doive transformer un signe de vie en signe de mort. [195] Après que le DAP ait été rebaptisé NSDAP, ce formulaire est apparu pour la première fois sous forme de drapeau le 20 mai 1920 lors de la réunion fondatrice du groupe Starnberg NSDAP. Les anciens nationaux-socialistes autrichiens l'ont adopté au début de l'été 1920. Lors de leur réunion à Salzbourg le 7 août 1920, le NSDAP a également adopté cette forme de croix gammée comme drapeau de leur parti.

En 1923, l' Autrichien Ottokar Kernstock (1848–1928) composa la chanson à croix gammée pour une cérémonie de consécration du drapeau du groupe local de Fürstenfeld du Parti national-socialiste ouvrier allemand (DNSAP). Après les protestations du Parti chrétien social et de l' Église catholique romaine , il déclara que « tout bon Allemand » devait être d'accord avec les « buts idéaux » initiaux des nationaux-socialistes. [196] La chanson de Kernstock, comme la chanson Wir sind das Heer vom Hakenkreuz de Kleo Pleyer , était souvent chantée lors d'événements de masse du NSDAP et était l'une des cinq chansons de fête les plus importantes.[197]

La conception de la couverture d'Hitler pour la première édition de sa publication programmatique Mein Kampf (1925) portait un drapeau à croix gammée agité au centre d'un soleil radieux au-dessus du titre initialement prévu Die Germanische Revolution . Cette connexion était destinée à symboliser la "victoire de la lumière" (la "vision du monde aryenne") sur les puissances des ténèbres, en particulier le judaïsme. [198] Dans la lettre, Hitler a expliqué le but du drapeau du parti : [2]

"Dans le rouge on voit l'idée sociale du mouvement, dans le blanc le nationaliste, dans la croix gammée la mission de la lutte pour la victoire du peuple aryen et [...] du travail créateur, qui lui-même a toujours été antisémite et sera antisémite ».

Certains historiens utilisent également la valeur de reconnaissance et la reproductibilité rapide de la croix gammée pour expliquer les succès du NSDAP dans la « guerre civile publiciste symbolique » du début des années 1930. [199]

En 1930, Hitler a commenté la relation entre la croix et la croix gammée afin de concilier son racisme et son nationalisme avec la tradition chrétienne :

« Et quand certains me disent : Comment peux-tu porter ton signe païen dans ce combat, alors que seule la croix chrétienne est appelée à mener ce combat ? Alors je dis : Ce signe n'est pas dirigé contre la croix chrétienne, au contraire, c'est l'effet politique de ce que le christianisme veut et doit vouloir réellement. Parce que finalement tu ne peux pas combattre les z. B. mène le centre ou le Parti populaire bavarois, comme le combat de la croix chrétienne ! […] Certes, notre croix chrétienne devrait être le symbole suprême de la lutte contre l'esprit judéo-marxiste-bolchevique. […] Mais alors les partis qui font alliance avec le marxisme, avec l'athéisme, même avec le bolchevisme dans sa forme la plus raffinée, ne devraient pas revendiquer la Croix du Christ comme symbole de leur parti.

- Institut d'histoire contemporaine - Hitler IV, 1, p.33

Hitler considérait le culte germanique comme démodé et le rejetait comme un mythe fondateur de la NS en raison du manque de réalisations culturelles. Il considérait la croix gammée indienne comme une caractéristique révolue des «immigrants aryens de haut rang» qui s'étaient mélangés à la «population indigène noire foncée» et étaient donc réduits en esclavage par les Britanniques. Pour lui, seuls les Européens blancs du Nord ont créé la culture et seulement tant qu'ils sont restés "de race pure". L'origine indienne de la croix gammée ne jouait plus de rôle pour lui et d'autres leaders nationaux-socialistes. Pour eux, "Aryens" ne signifiait "Allemands" qu'en tant que contre-terme excluant de "Juifs". [200]

Alfred Rosenberg , Robert Ley et Heinrich Himmler , quant à eux, considéraient la croix gammée comme un symbole archaïque du salut au début de l'histoire germano-aryenne. Afin de faire passer cela pseudo-scientifiquement comme la racine du « Troisième Reich » souhaité, Rosenberg écrit dans son ouvrage Le mythe du 20e siècle (1930) : [201]

"Lorsque ce signe est déroulé, c'est un signe de mythe ancien-nouveau : certains regardent, pensent à l'honneur populaire, à l' espace vital , à la liberté nationale et à la justice sociale, à la pureté raciale et à la fertilité qui renouvelle la vie. Elle est de plus en plus enveloppée des souvenirs de cette époque où, en signe de salut, elle a précédé les vagabonds et guerriers nordiques en Italie, en Grèce [...] Le symbole de la vérité organique germanique est déjà aujourd'hui incontesté la croix gammée noire.

Dans la tradition völkisch, il a dérivé la croix gammée de la roue solaire, qu'il a également comprise comme un principe cosmique (roue de traction), et l'a liée au manichéisme (dualisme bien-mal) du zoroastrisme persan et de la gnose post-chrétienne . [202]

En 1932, le SPD et le Front de fer ont tenté de contrer la propagande à croix gammée du NSDAP avec leurs propres symboles : leurs journaux et affiches montraient trois flèches pointant vers la croix gammée d'en haut ou la perçant. L'idée est venue de Sergueï Chakhotine . [203]

Pour rassurer ses partisans bourgeois de nationalité allemande, Hitler avait toujours souligné que le drapeau rouge à croix gammée ne symbolisait pas seulement le « socialisme national » antisémite , mais contenait également les anciennes couleurs impériales de noir, blanc et rouge . Selon la coalition du NSDAP et du DNVP après l' élection du Reichstag de 1933 (12 mars), le drapeau noir-blanc-rouge et le drapeau à croix gammée ont été déclarés drapeaux nationaux côte à côte : le drapeau à croix gammée comme drapeau général de l'État et le drapeau noir-blanc-rouge comme le drapeau de la guerre du Reich .

Le 19 mai 1933, le régime nazi adopte la « Loi pour la protection des symboles nationaux ». Il s'agissait de les protéger du " kitsch ", de limiter leur usage purement commercial et de rattacher davantage les Allemands à l'idéologie nazie. Pour ce faire, les journaux ont dû imprimer des listes de représentations de croix gammées autorisées et interdites. Les croix gammées étaient autorisées, par exemple, sur les mâts de drapeau, comme cimes d'arbres de Noël, sur les cartes postales du Nouvel An, sur les portraits d'Hitler et comme objets décoratifs précieux. Ils étaient interdits sur les boîtes de chocolats et de cigarettes, les ballons de football, les bratwurst et les bijoux bon marché produits en série. Ce faisant, le régime a tenté de faire la distinction entre l'utilisation valorisante et profanatrice de symboles. [204]Dans le même temps, la croix gammée était produite en masse sous diverses formes. Il est apparu, entre autres, en fanion, bracelet, pendentif, presse-papier, pochette de disque, sur des trophées, des couverts, des cartes à collectionner, en trousse pour enfant, des coussins brodés, des manteaux de cheminée, des motifs muraux et de papier peint ou encore des décalcomanies. Elle était donc présente partout dans la vie de tous les jours. [205]

Depuis la loi sur le drapeau du Reich du 15 septembre 1935, le drapeau à croix gammée est le seul drapeau national et commercial . L'entrelacement et non plus la juxtaposition des trois couleurs devait symboliser la transformation et l'achèvement de l'ancien royaume en une nouvelle entité. Pendant la Seconde Guerre mondiale , Hitler a déclaré dans son « discours de table » qu'il avait aboli les anciennes couleurs du Reich parce qu'elles ne représentaient que le « Reich de Bismarck » ; il était préoccupé par la création d'un nouveau symbole pour le nouveau "Reich germanique de la nation allemande".

Le film de propagande Triomphe des Willens de Leni Riefenstahl met en scène la croix gammée avec des plans gigantesques et des fondus enchaînés au centre d'une esthétique fasciste. Il représente le NSDAP, le mouvement national-socialiste, le peuple allemand, Hitler, la « prise du pouvoir » et le Gleichschalt . Non seulement il transmet cela, mais contient également sa présence immédiate, par exemple en montrant des messes en marche dans ses barres noires. [206]

En plus des nationaux-socialistes, certaines parties des chrétiens allemands (DC) ont également utilisé des croix gammées dans leurs symboles. Après avoir pris la direction de quelques églises évangéliques régionales en 1933, certaines congrégations qu'ils dominaient ont apposé des croix gammées sur leurs clochers, dont au moins neuf rien qu'en Thuringe. [207] Le « Mouvement religieux allemand » qui a émergé en 1933 , qui voulait développer des formes de culte folklorique comme un contraste et une alternative au christianisme, avait également une croix gammée arrondie comme symbole, similaire à celle de la société Thulé. [208] À la suite de la lutte de l'égliseCependant, en 1937, le régime nazi prend ses distances avec les DC de Thuringe, qui aspirent à une église nationale, et leur interdit d'utiliser en même temps des croix et des croix gammées, c'est-à-dire leurs emblèmes. [209] Sur ordre de la Gestapo , ils ont dû retirer les drapeaux à croix gammée des clochers des églises, car cela violait la loi sur la protection des symboles nationaux. [210]

Extrémisme de droite depuis 1945

  • Néo-nazi armé (USA) devant un drapeau de guerre du Reich

    Néo-nazi armé (USA) devant un drapeau de guerre du Reich

  • Drapeau néo-nazi avec croix celtique

    Drapeau néo-nazi avec croix celtique

  • Kolovrat

    Kolovrat

  • Drapeau avec élément méandre du parti néo-fasciste grec Chrysi Avgi

    Drapeau avec élément méandre du parti néo-fasciste grec Chrysi Avgi

  • Emblème du groupe paramilitaire Unité nationale russe

    Emblème du groupe paramilitaire Unité nationale russe

Dans l'extrémisme de droite , en particulier dans le néonazisme , la croix gammée est restée un signe unificateur d'identité et d'identification. Afin d'éviter d'être poursuivis, les néonazis modifient parfois le graphisme des drapeaux ou les remplacent par des symboles ayant une signification similaire : par exemple, la Croix celtique , Odal Rune, Black Sun, des variantes du Siegrune , Wolfsangel , Triskele ou Mjölnir. [211]

Dans les années 1920, certains nationalistes hindous considéraient la croix gammée du NSDAP comme le signe d'une race aryenne commune et accueillaient Hitler comme un allié possible contre le colonialisme britannique. Par la suite, l'Indien Savitri Devi présenta Hitler comme un avatar du dieu Vishnu et crut ainsi à sa réincarnation. Après 1945, il trouva de nombreux adeptes dans le néonazisme européen. [212] L' ésotérisme de droite a lié toutes sortes de théories du complot empiriquement infondées à la croix gammée , comme une société secrète nazie au Tibet. [213]Dans cet ésotérisme, le national-socialisme est interprété comme un mouvement occulte-ésotérique afin de perpétuer les concepts national-racistes. [214] En référence à de telles alliances, Victor Trimondi voit la croix gammée comme un signe d'éléments racistes dans l'hindouisme et le bouddhisme lui-même. [215] L'indologue belge Koenraad Elst rejette cette thèse comme une interprétation erronée. [216]

Les néonazis du groupe mongol Tsagaan Chas (« White Swastika »), qui existe depuis 2010, portent la croix gammée nazie inchangée. [217] Certains extrémistes de droite russes utilisent une croix gammée double ("slave") avec huit crochets, appelée kolovrat. Vers 1995, un groupe néo-nazi russe s'est donné ce nom. [218] Le chef du parti de l'Unité nationale russe à Moscou, Konstantin Nikitenko, a fondé en 1997 une « organisation spéciale » appelée Kolovrat pour la formation militaire des jeunes du parti. [219]

Autres utilisations

Salle publique

Lors de la dénazification au début de l'après-guerre, les croix gammées de l'époque nazie ont été largement retirées des espaces publics. Souvent, cependant, les médailles et symboles de l'ère nazie ont continué à être utilisés sans croix gammée, comme le permettait la loi de 1957 sur les titres, médailles et décorations . À partir des années 1960, cela a été perçu par beaucoup comme une indication claire d'un manque d'acceptation du passé . [220]

Certaines croix gammées ont survécu plus longtemps. La forêt à croix gammée plantée en 1938 près de Zernikow a été oubliée après 1945. La forme était reconnaissable depuis les airs en automne et au printemps par la coloration différente des aiguilles et n'a été redécouverte qu'en 1992 sur des photographies aériennes. Selon la presse internationale, certaines rangées d'arbres ont été abattues en 1995 et 2000, rendant le symbole méconnaissable. [221] Des arbres en forme de croix gammée ont également été plantés près d'Asterode , à Jesberg , à Wiesbaden , en Thuringe, en Rhénanie du Nord-Westphalie, près de Berlin et au Kirghizistan . [222]

Aux États-Unis, le militant juif des droits civiques Avrahaum Segol est tombé sur un bâtiment militaire de la marine américaine près de San Diego en 2007 et la maison de retraite Wesley Acres à Decatur (Alabama) en 2008 , dont les plans d'étage ressemblaient à des croix gammées vus d'en haut. . Il soupçonnait qu'il s'agissait d'un hommage caché aux scientifiques allemands qui avaient développé des armes allemandes à l'époque nazie et avaient ensuite travaillé sur le programme de fusées de la NASA. Les sponsors ont souligné que la forme n'était pas une propagande nazie intentionnelle et ont promis que les bâtiments seraient rénovés. [223]

En Allemagne, en 2018, il y avait encore au moins 22 cloches dites hitlériennes dans les églises protestantes , c'est-à-dire des cloches d'église avec des croix gammées et/ou des dédicaces nationales-socialistes. Certains ont été suspendus, d'autres temporairement laissés suspendus par décision des conseils municipaux. [224] Une telle cloche était également accrochée à Castle Wolfpassing (Autriche), dont il a été publiquement question en 2013. La "cloche hitlérienne" de la Jakobskirche à Herxheim am Berg est devenue particulièrement connue . En 2017, la municipalité de Rilchingen-Hanweiler a décidé de démonter la cloche, éventuellement de la remettre ultérieurement à un musée et de recouvrir temporairement les croix gammées dessus. [225]Il y avait aussi une cloche avec une croix gammée dans la Kreuzkirche à Schweringen .

En novembre 2017, lors de travaux de construction sur un terrain de sport à Hambourg-Billstedt , un conducteur de pelle est tombé sur une croix gammée en béton de 16 mètres carrés à 40 centimètres sous le gazon. Il doit être détruit rapidement avec des marteaux-piqueurs. [226]

Eimsbütteler TV a conservé deux "croix gammées de gymnastique" sur une ancienne salle de sport car, selon une commission d'experts, elles y avaient été attachées avant 1910. Depuis 2010, une plaque commémorative commémore la signification raciste-antisémite de ces symboles. [227] Une mosaïque de sol à croix gammée à l'Institut botanique de l' Université Ludwig-Maximilians de Munich date également d'avant la période national-socialiste. [228]

Depuis 1980, la retraitée Irmela Mensah-Schramm enlève, peint ou modifie des graffitis à croix gammée dans toute l'Allemagne. Elle a accepté à plusieurs reprises des condamnations pénales et a documenté son travail dans une exposition en septembre 2017. [229]

Certaines tombes privées de l'époque nazie portent encore des croix gammées, qui ne peuvent être enlevées qu'avec le consentement du propriétaire. [230] Certaines tombes de soldats allemands morts en tant que prisonniers de guerre aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale portent également des croix gammées. En mai 2020, des militants juifs ont voulu faire retirer plusieurs de ces croix gammées des pierres tombales. L'administration responsable des anciens combattants a refusé. [231]

caricature et art

Mur de Berlin, Mühlenstrasse le 2 octobre 1990

Depuis les années 1920, les antifascistes utilisent la croix gammée dans les caricatures politiques comme métaphore pour critiquer le national-socialisme. En 1923, Willi Münzenberg a dessiné un Viking en état d'ébriété avec un drapeau à croix gammée et la ligne de texte "Le renouveau moral du peuple allemand". [232] Le photomontage de John Heartfield « L'ancienne devise du « nouveau royaume » : le sang et le fer » montrait quatre haches sanglantes sous la forme d'un faisceau de tiges en forme de croix gammée. Il a ainsi exposé le symbole nazi abstrait comme un moyen concret de violence meurtrière dans la tradition des guerres d' Otto von Bismarck et du fascisme italien . Boris Artzybasheffa utilisé la croix gammée pour plusieurs de ses caricatures surréalistes , telles que le visage surdimensionné grotesquement déformé d'Hitler entouré de nombreux dirigeants nazis de haut rang et de détails scéniques sous la forme d'une croix gammée. Avec cette aliénation, il a découvert l'illusion du mythe fasciste de la communauté nationale . [233]

Depuis 1967, les images médiatiques arabes du conflit israélo-palestinien ont souvent combiné la croix gammée avec l'étoile de David, assimilant audacieusement Israël à l'État nazi et la politique palestinienne d'Israël à l'Holocauste. [234] Cette combinaison de symboles est classée comme un stéréotype antisémite qui assimile les auteurs de l'Holocauste aux survivants de l'Holocauste. [235]

En 1970, Rainer Hachfeld a dessiné des bras et des jambes à l'effigie du politicien de la CSU Franz Josef Strauss en forme de croix gammée dans un cercle blanc sur fond rouge. Il a cité une déclaration de Strauss lors de la conférence du parti fédéral CSU cette année-là selon laquelle il voulait former un "mouvement collectif pour sauver la patrie". Strauss a poursuivi la caricature et l'a fait interdire. Cependant, l'expert Ernst Maria Lang a expliqué que Hachfeld ne voulait pas montrer Strauss comme un danger nazi, mais plutôt le danger incontrôlable dans lequel Strauss lui-même pourrait se retrouver à travers sa rhétorique émouvante. [236]

"Iron Man" est une figure en métal sculpté avec une croix gammée sur la poitrine, qu'Ernst Schäfer a ramenée du Tibet en Allemagne en 1938. Il a été redécouvert en 2012 et analysé métallurgiquement à l' Université de Stuttgart . Le matériau a été identifié comme un fragment de la météorite Chinga vieille d'environ 15 000 ans découverte en 1913 . La figurine a d'abord été datée d'environ 1100 et interprétée comme une divinité bouddhiste, mais est maintenant classée comme ayant été fabriquée entre 1915 et 1938. [237]

En 1967, l' artiste allemand KP Brehmer a créé l'œuvre "DeutscheWerte", qui agrandit et fait la satire des timbres de l'ère nazie avec une croix gammée, la tête d'Hitler et la phrase "L'Allemagne se réveille". Il faisait partie d'une exposition organisée par le galeriste René Block en 1968 à Berlin-Ouest et à Prague sous le titre "Hommage à Lidice " pour commémorer le massacre de Lidice en 1942 et pour soutenir un mémorial prévu pour celui-ci. L' objet d'art "The Bench" d' Edward Kienholz(1974) ont aligné huit récepteurs radio allemands fabriqués de 1938 à 1970, dont certains portaient des croix gammées qui avaient été cachées à l'intérieur du boîtier ou retirées de l'extérieur sur les modèles ultérieurs. Il a décrit le travail comme une biographie symbolique d'un homme allemand qui a expérimenté et accepté le national-socialisme, puis l'a caché et supprimé. [238]

L'artiste israélien Moshe Gershuni intègre des croix gammées nazies dans ses peintures depuis 1981. Son œuvre "Victory" de 1985 est structurée par deux croix gammées. Ils contiennent des citations de louanges de la liturgie juive , dont les mots-clés « gloire, éternité, pouvoir, renommée » étaient également au cœur de la rhétorique nazie. L'image comprend également l'étoile de David et le point d'interrogation. Il est interprété comme un acte provocateur qui remet en question la frontière entre victimes et auteurs, dieu et diable, bien et mal. [239]

Art Spiegelman a dessiné le drapeau à croix gammée dans sa bande dessinée primée Maus - L'histoire d'un survivant (1980-1985; en tant que livre 1989-1991) contrairement aux figures stylisées comme un objet réel et surdimensionné qui illustre la domination et la revendication totalitaire des nationaux-socialistes dans l'espace public et déclenche une horreur , prémonition de l' Holocauste imminent. Dans une autre série d'images, la croix gammée forme le fond omniprésent sur lequel se déroulent les scènes violentes de la persécution croissante des Juifs. L'auteur présente ainsi comment le racisme a affecté le quotidien de ses victimes. La croix gammée documente la force motrice de l'histoire de ce racisme et invite les lecteurs à ressentir sa signification pour les victimes. Sous ce drapeau, les victimes sont définies comme des Juifs et les auteurs comme des nazis allemands et contrastés comme des groupes séparés afin que leur individualité soit supprimée. La croix gammée symbolise ainsi le moyen du leader charismatique dans une société raciste d'imposer l'identité souhaitée à la fois aux persécutés et aux persécutés. [240]

sous-culture

Homme tatoué à croix gammée, Moscou, 5 septembre 2013

Certains hooligans du football , Hells Angels , [241] skinheads et punks qui ne se considèrent pas comme des néo-nazis utilisent délibérément la croix gammée aux côtés d'autres symboles pour provoquer et choquer les autres. [242] En Grande-Bretagne, les punks ont d'abord porté la croix gammée comme un brassard pour la sortir de son contexte ( bricolage ), pour montrer un non- conformisme radical , pour rompre avec toutes les attentes sociales, provoquant ainsi le rejet et se stylisant comme objets de haine. Les raisons historiques de ce rejet social ont été ignorées. Parce que les extrémistes de droite du Front national britanniqueles punks les considéraient alors comme des amis du même esprit, la croix gammée perdit pour eux son effet de choc et fut à nouveau abandonnée. [243]

Le chanteur d'opéra russe Yevgeny Nikitin s'est fait tatouer une croix gammée en tant que jeune batteur de heavy metal . Après que la direction du Festival de Bayreuth l' ait interrogé à ce sujet en 2012, il a annulé sa participation. [244] D'autres directeurs critiquent l'enquête comme mensongère : les héritiers de Richard Wagner , quant à eux, n'ont manifesté aucun remords en raison de leur proximité avec le national-socialisme. [245]

Semblables aux adeptes de Raël, mais sans intentions religieuses, les adeptes de l'auteur canadien ManWomen (pseudonyme) ont voulu clarifier le sens originel de la croix gammée indienne et "reclamer leur innocence" à l'occasion du premier anniversaire de sa mort le 13 novembre 2013. Sous la devise "Apprenez à aimer la croix gammée", plus de 120 tatoueurs du monde entier ont offert des tatouages ​​​​de croix gammée gratuits. L'offre était particulièrement populaire au Danemark, où le port de la croix gammée est autorisé. Cependant, l'action s'est heurtée à des protestations d'activistes contre le racisme et de représentants du judaïsme : la croix gammée a été irrévocablement corrompue par son histoire et représente désormais le fascisme. Vous ne pouvez pas simplement "les laver" de cela. La campagne est « cheap » et laisse craindre le pire pour la suite.[246]

Unicode

L' Unicode contient un caractère sino-japonais-coréen ( CJK ) et un caractère tibétain chacun pour la croix gammée droite et gauche, ainsi que deux caractères tibétains pour la croix gammée avec des points :

Après des protestations contre l'inclusion des croix gammées Unicode dans la police de symboles Bookshelf Symbol 7 du programme Microsoft Office , Microsoft les a supprimées en 2003, ainsi qu'une étoile de David. Cela a à son tour déclenché des protestations selon lesquelles les hindous et les bouddhistes seraient désavantagés et la liberté d'expression restreinte par l'ingérence autoritaire. [247]

Informations Complémentaires

Littérature

archéologie et ethnologie

  • Dennis J. Aigner : Le symbole de la croix gammée dans les textiles navajos. DAI Press, 2009, ISBN 0-9701898-3-4 .
  • Egbert Richter-Ushanas: Le mariage sacré et la croix gammée sur les sceaux et tablettes de l'Indus. Une étude sur les fondements de la culture humaine. Richter, Brême 2005, ISBN 3-924942-42-0 .
  • Thomas Wilson : La croix gammée. Le premier symbole connu et ses migrations. Avec des observations sur la migration de certaines industries aux temps préhistoriques. Dans : Report of the United States National Museum 1894, ISSN  0273-0243 , pp. 757-1011. Réimpression : Kessinger, 1999, ISBN 0-7661-0818-X ( texte intégral en ligne )

Utilisation idéologico-politique

  • Davina Stisser : La croix gammée en tant que symbole national-socialiste - développement culturel et historique et traitement criminel d'aujourd'hui. Dans : Heribert Ostendorf (éd.) : Extrémisme de droite. Un défi pour le droit pénal et la justice pénale. Nomos, Baden-Baden 2009, ISBN 978-3-8329-4208-3 , p. 106-127.
  • Erwin W. Lutzer : Croix d'Hitler. Bertrams, 2012, ISBN 978-0-8024-0850-1 .
  • Bernard Mees : La science de la croix gammée. Presse universitaire d'Europe centrale, 2008, ISBN 978-963-9776-18-0 .
  • Elisabeth Weeber : La croix gammée. Histoire et changement de sens d'un symbole. Peter Lang, Francfort-sur-le-Main 2007, ISBN 978-3-631-56363-2
  • Lorenz Jäger : La croix gammée. Signes de la guerre civile mondiale. Une histoire culturelle. Karolinger-Verlag, Vienne 2006, ISBN 3-85418-119-1 ( critique ).
  • Jacques Gossart : La longue marche du svastika. Histoire connue et inconnue de la croix gammee. Dervy, Paris 2002, ISBN 2-84454-202-6 .
  • Steven Heller : La croix gammée. Symbole au-delà de la rédemption ? Allworth Press, New York 2000, ISBN 1-58115-041-5 .
  • Malcolm Quinn, La croix gammée : Construire le symbole (cultures matérielles). Routledge Chapman & Hall, 1995, ISBN 0-415-10095-X .

contexte contemporain

  • Focke-Museum Bremen (éd.): Tranchée pour la Germanie: archéologie sous la croix gammée. Konrad Theiss Verlag , Stuttgart 2013, ISBN 978-3-8062-2673-7 .
  • Achim Leube, Morten Hegewisch: Préhistoire et national-socialisme: recherche sur la préhistoire et les débuts de l'Europe centrale et orientale dans les années 1933-1945. Synchrone, Heidelberg 2002, ISBN 3-935025-08-4 .
  • Rolf Wilhelm Brednich : Les symboles germaniques et leur supposée continuité. Un bilan. Dans : Rolf Wilhelm Brednich, Heinz Schmitt : Symboles : La signification des personnages dans la culture. 30e Congrès folklorique allemand à Karlsruhe du 25 au 29 septembre 1995. Waxmann , Münster 1997, ISBN 3-89325-550-8 , pp. 80–91.

liens web

Commons : Swastikas  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio
Wiktionnaire : croix gammée – explications du sens, origine des mots, synonymes, traductions
Wiktionnaire : croix gammée – explications du sens, origine des mots, synonymes, traductions

les détails

  1. Reinhard Welz, Sonja Steiner-Welz : Livre de modèles d'ornements. Mediator Publishing House, Mannheim 2006, ISBN 3-86656-325-6 , page 106.
  2. a b c d Horst Heidtmann : Art Swastika. In : Christian Zentner , Friedemann nécessiteux (éd.) : La grande encyclopédie du Troisième Reich. Weltbild, Augsbourg 1995, ISBN 3-89350-563-6 , page 234.
  3. Dictionnaire allemand de Jacob et Wilhelm Grimm. 16 volumes en 32 parties. Leipzig 1854-1961. Liste des sources : Leipzig 1971. Version en ligne du 7 février 2016.
  4. Jörg Echternkamp : Les soldats dans l'après-guerre : Conflits historiques d'interprétation et démocratisation ouest-allemande 1945-1955. Walter de Gruyter, Berlin 2014, ISBN 978-3-11-035093-7 , page 175.
  5. Gabriele Cirener et al. (Ed.): Criminal Code Leipzig Commentary Volume 7: Sections 80 to 121. 13e édition révisée, De Gruyter, Berlin 2020, ISBN 3-11-048879-5 , p. 74 (commentaire p. 74-110)
  6. Ulrich Klug : Philosophie juridique sceptique et droit pénal humain Tome 2 : Problèmes matériels et formels de droit pénal. Springer VS, Wiesbaden 2013, ISBN 978-3-642-68281-0 , page 289.
  7. Dirk Reuter : Symboles interdits : une enquête dogmatique de droit pénal sur l'interdiction des signes d'organisations inconstitutionnelles dans [paragraphes] 86a StGB. Nomos, Baden-Baden 2005, ISBN 3-8329-1483-8 , p.259.
  8. Stephan Braun (éd.) : Réseaux de droite - un danger. Springer VS, Wiesbaden 2004, p. 252
  9. Cour fédérale de justice : Arrêt de la 3e chambre criminelle du 15 mars 2007 - 3 StR 486/06 au paragraphe 12 (p. 8).
  10. Enno Stiehm : Extrémistes de droite : caractéristiques d'identification, termes, explications et options scolaires. Diplomica, Hambourg 2012, ISBN 3-8428-7877-X , page 39f.
  11. Deutscher Bundestag - Wissenschaftlicher Dienst : Suppression des symboles anticonstitutionnels de la propriété de tiers. WD 7 - 080/07 (PDF; 132 ko)
  12. Uwe Backes, Patrick Moreau : L'extrême droite en Europe. Vandenhoeck & Ruprecht, Goettingen 2011, ISBN 3-525-36922-0 , page 381
  13. Les Hindous veulent "récupérer" la croix gammée. BBC 19 janvier 2005 ; Dispute bizarre : les hindous se défendent contre l'interdiction de la croix gammée. Der Spiegel Online, 25 janvier 2005
  14. Berlin renonce à l'interdiction de la croix gammée dans toute l'UE. Neue Zürcher Zeitung, 31 janvier 2007
  15. Racisme : l'UE n'applique pas l'interdiction de la croix gammée. Spiegel en ligne, 19 avril 2007
  16. Hongrie : la Cour constitutionnelle lève l'interdiction de la croix gammée. La presse, 19 février 2013
  17. La Lettonie interdit la croix gammée et l'étoile rouge. Monde en ligne, 21 juin 2013
  18. Thomas Jones, Human Rights: Group Diffamation, Freedom of Expression and the Law of Nations. Martinus Nijhoff Publishers, La Hague 1997, ISBN 90-411-0265-5 , page 74
  19. Thomas Wilson, La croix gammée, le premier symbole connu et ses migrations. 1894, page 772
  20. Graham Sandberg, William Heyde (eds.) : Dictionnaire anglais tibétain. Motilal Banarsidass, 1983, ISBN 81-208-0887-8 , page 1153
  21.  Manfred Mayrhofer : Dictionnaire étymologique du vieil indo-aryen, tome II. Universitätsverlag Winter, Heidelberg 1996, ISBN 3-8253-4550-5 , p. 796 et suiv.
  22. John Bowker (éd.) : L'Encyclopédie d'Oxford des religions mondiales. Patmos, Düsseldorf 1999, ISBN 3-491-72406-6 , page 960.
  23. Le dictionnaire allemand Oxford-Duden. Oxford University Press, États-Unis, 2e édition 1999, ISBN 0-19-860248-0 , page 719
  24. Robert Beer : Manuel des symboles bouddhistes tibétains. Publishers Group Royaume-Uni, 2003, ISBN 1-932476-03-2 , page 98
  25. Rebecca L. Stein : L'anthropologie de la religion, de la magie et de la sorcellerie. Prentice Hall, 2010, p. 59
  26. Mindy MacLeod, Bernard Mees : Amulettes runiques et objets magiques. Boydell & Brewer, 2006, ISBN 1-84383-205-4 , p9
  27. Karl Helm : Ancienne histoire germanique des religions. Carl Winter 1913-1953, volume 1, pages 168-171 ; Stewart McCartney : les erreurs populaires expliquées. Préface Numérique, 2012, p.395
  28. Donald A. Mackenzie : Migration des symboles. (1926) Réimpression : Routledge, New York 1996, ISBN 1-136-19390-1 , p.2 ; Karlheinz Weißmann : La croix gammée : symbole d'un siècle. 2006, p.25.
  29. Comité International d'Histoire de l'Art : Index Universalis Multilingualis : allemand - français - anglais - latin. Walter de Gruyter, Berlin 2003, page 148
  30. John GR Forlong : Encyclopedia of Religions, Tome 3. (1906) Cosimo Classics, 2008, ISBN 1-60520-489-7 , p.385
  31. Karlheinz Weißmann : La croix gammée : symbole d'un siècle. 2006, p.25.
  32. Otto Hupp : Armoiries et héraldique : contributions à l'histoire de l'héraldique. Max Kellerers, 1927, pages 64 et suivantes ; Jürgen Arndt et autres : ordre des armoiries. Volume 2 du grand livre armorial de J. Siebmacher. Bauer & Raspe, Berlin 1986, page 70.
  33. Cornelia Schmitz-Berning : Vocabulaire du national-socialisme. 2e édition, Walter de Gruyter, Berlin 2007, ISBN 978-3-11-019549-1 , page 289.
  34. Morten Hegewisch : La croix gammée - un signe entre l'archéologie et l'idéologie. Dans : Martin Heger (éd.) : Annuaire de la Société scientifique de Berlin 2010/2011. Berliner Wissenschafts-Verlag, Berlin 2012, ISBN 3-8305-3106-0 , page 53
  35. Hildi Keel-Leu, Othmar Keel : Études sur les sceaux de timbres de Palestine/Israël. Academic Press, Fribourg 1989, ISBN 3-7278-0629-X , page 8
  36. Trudy Ring, Robert M. Salkin, Sharon La Boda : Dictionnaire international des lieux historiques : Moyen-Orient et Afrique, Volume 4. Fitzroy Dearborn, 1996, ISBN 1-884964-03-6 , p. 623.
  37. Harry Eilenstein : Göbekli Tepe : L'imagerie du premier temple de l'homme. 2011, ISBN 978-3-8423-8360-9 , page 321.
  38. Reinhard Dittmann (éd.) : Ancient Studies in Dialogue : Festschrift pour Wolfram Nagel à l'âge de 80 ans. Ougarit, 2003, ISBN 3-934628-41-9 , p. 96, 107, 142.
  39. Steven Heller : La croix gammée : symbole au-delà de la rédemption ? New York 2000, page 30.
  40. Steven Heller : La croix gammée : symbole au-delà de la rédemption ? New York 2000, page 32
  41. Joseph Campbell, Flight of the Wild Gander : Explorations in the Mythological Dimension. Essais choisis 1944-1968. (1969) 3e édition, New World Library, New York 2002, ISBN 1-57731-210-4 , page 117
  42. Asko Parpola : Déchiffrer l'Indus Script. (1994) Cambridge University Press, Cambridge / New York 2009, ISBN 978-0-521-79566-1 , illustrations page 227.
  43. Hans Wilhelm Haefs : Le berceau néolithique de la culture occidentale en Bulgarie : études régionales. Books&Media GmbH, Munich 2005, ISBN 3-8334-0563-5 , page 41 (Figure 21)
  44. Dietrich Willers : Croix gammée. Dans : The New Pauly Volume 11, Metzler, Stuttgart 2001, ISBN 3-476-01481-9 , colonnes 122-123.
  45. Matthias Wemhoff : Collection d'antiquités troyennes de Heinrich Schliemann - nouvelle présentation : historique de la recherche, découvertes en céramique des couches VII à IX, aiguilles, poids et outils en argile perforés. Musées d'État, 2009, p. 139, 149, 153.
  46. Binyāmîn Māzār, Ephraim Stern: En-Gedi Excavations I: Final Report, Part 1. Israel Exploration Society, 2007, ISBN 965-221-064-1 , p. 14.
  47. Rachel Hachlili : Ancient Mosaic Pavements : Thèmes, problèmes et tendances. Brill, Leyde 2009, ISBN 90-04-16754-4 , p. 8 , 10 et 281
  48. Andreas et Elisabeth Alföldi : Les médaillons Kontorniat. Walter de Gruyter, 1990, ISBN 3-11-011905-6 , pages 325 et suivantes.
  49. Rodney Castleden : Le peuple de Stonehenge : une exploration de la vie dans la Grande-Bretagne néolithique 4700-2000 av. Routledge, 1990, p. 249 et suiv.
  50. J. Romilly et Lindsey Allen : L'art celtique à l'époque païenne et chrétienne. Douvres 2001, ISBN 0-486-41608-9 , pp. 57 sq.
  51. Dorothee Ade, Andreas Willmy : Les Celtes. Theiss, Stuttgart 2007, illustration page 140.
  52. Helmut Birkhan : Celtes. Essayez d'avoir un aperçu général de leur culture. 3e édition, éditeur de l'Académie autrichienne des sciences, Vienne 1997, ISBN 3-7001-2609-3 , p. 356.
  53. Helmut Birkhan : Celtes. Essayez d'avoir un aperçu général de leur culture. 3e édition 1997, page 1073.
  54. Illustrations (Allemands) dans Bruno Krüger : Les Allemands. Berlin 1976 ; Kurt Schier, Karl Hauck (RGA, volume supplémentaire 5)
  55. Livre de gâteaux Freidank : Les champs d'urnes en coquillages Altmark-Osthannöverschen de la fin de l'époque romaine . Revue annuelle de la préhistoire des pays saxons-thuringiens , tome 27. Gebauer-Schwetschke, Halle 1938
  56. Klaus Düwel : Kowel. Dans : Heinrich Beck et autres (éd.) : Reallexikon der Germanische Archtumskunde Volume 17. Walter de Gruyter, Berlin/New York 2001, ISBN 3-11-016907-X , pp. 270-272
  57. Friedrich E. Grünzweig : Inscriptions runiques sur les armes : inscriptions du IIe siècle après J.-C. au haut Moyen Âge. Édition Praesens, 2004, ISBN 3-7069-0227-3 , p. 22.
  58. Alfred Hackman : The Early Iron Age in Finland, Volume 1, Part 1. Let Me Print, 2013, ISBN 5-88044-960-2 , p. 177
  59. Wolfgang Krause, Herbert Jankuhn : Les inscriptions runiques dans l'Ancien Futhark. Vandenhoeck & Ruprecht, Goettingen 1966, n° 115.
  60. Wilhelm Heizmann (éd.) : Les bractéates d'or de la période de migration - évaluation et nouvelles découvertes (véritable dictionnaire d'archéologie germanique - volume supplémentaire). Berlin 2011, p. 379 , 415 , 517.
  61. Jan De Vries : Ancienne histoire religieuse germanique. Volume 1, Berlin 1970, §§ 98 et 99.
  62. Philip Parker, The Northmen's Fury : A History of the Viking World. Vintage Digital, 2014, page 151 ; La Rune Viking : Bouddha d'Oseberg
  63. Jan De Vries : Ancienne histoire germanique des religions Volume 2 , § 426.
  64. Wilhelm Heizmann (éd.) : Les bractéates d'or de la période de migration - évaluation et nouvelles découvertes (véritable dictionnaire d'archéologie germanique - volume supplémentaire). Walter de Gruyter, Berlin 2011, ISBN 978-3-11-022411-5 , p. 162 et 171
  65. Karl Hauck : La valeur de la source historique religieuse et sociale des bractéates d'or de la période de migration. RGA volume supplémentaire 5, pages 229 et suivantes ; Jan De Vries: Ancienne histoire germanique des religions. Tome 2, § 373.
  66. Dorothea Forstner : Le monde des symboles chrétiens. Tyrolia, 1986, ISBN 3-7022-1600-6 , page 20.
  67. Pavel Červíček : Peintures rupestres du nord de l'Etbai, de la Haute-Égypte et de la Basse-Nubie. Steiner, 1974, ISBN 3-515-01778-X , page 194.
  68. Leo Frobenius : La croix gammée en Afrique , 1898 ; Felix von Luschan: The Swastika in Africa , 1898. In: Geographical Yearbook, Volumes 20–21. Hermann Haack Geographic-Kartographic Institute, Gotha 1898, p.237 sq.; reçu par Moritz Hoernes : Préhistoire des arts visuels en Europe, des origines à environ 500 avant J.-C. A. Holzhausen, 1898, p. 344.
  69. Milena Batistoni : Un guide de Lalibela. 2e édition, Arada Books, 2008, pages 49 et suivantes et 89.
  70. Bernhard Lindahl : Histoire architecturale de l'Éthiopie en images. Institut éthio-suédois de technologie du bâtiment, 1970, p. 38.
  71. Uriah S. Hollister, Le Navajo et sa couverture. United States Colortype, 1903, pp. 114 et 131.
  72. Patricia Ann Lynch, Jeremy Roberts : Native American Mythology A to Z. 2e édition, Chelsea House, 2010, ISBN 978-1-60413-894-8 , p. 100.
  73. a b c d Robert W. Kapoun, Charles J. Lohrmann : Language of the Robe : American Indian Trade Blankets. Gibbs Smith Publishing, 2006, ISBN 1-4236-0016-9 , page 68
  74. Todd W. Bostwick, Peter Krocek : Paysage des Esprits : Hohokam Rock Art à South Mountain Park. University of Arizona Press, 2002, ISBN 0-8165-2184-0 , pages 158 et 172.
  75. Mark A Rees, Patrick C Livingood : Plaquemine Archaeology. University of Alabama Press, 2007, ISBN 978-0-8173-5366-7 , page 198.
  76. Malcolm Quinn, La Swastika : Construire le Symbole. 1995, p.22.
  77. Malcolm Quinn, La Swastika : Construire le Symbole. 1995, p.30.
  78. Malcolm Quinn, La Swastika : Construire le Symbole. 1995, p.35.
  79. Herbert Schmidt : Collection d'antiquités troyennes de Heinrich Schliemann. Berlin 1902, page 255 ; Ludwig Hopf : La croix gammée (croix gammée) et sa signification symbolique , 1902. Cathy Gere : Knossos et les prophètes du modernisme. 2010, page 240, note de bas de page 54
  80. Cathy Gere, Knossos et les prophètes du modernisme. University of Chicago Press, 2010, ISBN 0-226-28954-0 , p. 40 et suiv.
  81. Malcolm Quinn, La Swastika : Construire le Symbole. 1995, p. 21-25.
  82. Robert Philips Greg : Sur la signification et l'origine du Fylfot et du Swastika. (Westminster 1884) Réimpression : Kessinger Publishing , Whitefish MT 2008, ISBN 978-1-4370-2393-0 . Arbitres de Malcolm Quinn: The Swastika: Constructing the Symbol. 1995, p.57.
  83. Nicholas Goodrick-Clarke, la prêtresse d'Hitler : Savitri Devi, le mythe hindou-aryen et le néonazisme. New York University Press, 2000, ISBN 0-8147-3111-2 , page 34
  84. Thomas Wilson, La croix gammée : le premier symbole connu et ses migrations ; avec des observations sur la migration de certaines industries aux temps préhistoriques. Dans : Rapport annuel du Board of Regents de la Smithsonian Institution. Washington DC 1894.
  85. Bernard Mees : La science de la croix gammée. 2008, p.58
  86. Hermann Bausinger : Idéologie folklorique nazie et recherche folklorique. Dans : James R. Dow, Hannjost Lixfeld (eds.) : La nazification d'une discipline académique : Folklore dans le Troisième Reich. Indiana University Press, 1994, ISBN 0-253-31821-1 , p. 12-18
  87. Exemples dans Bernard Thomas Mees : The Science of the Swastika , 2008, pp. 215 et 296
  88. Bernard Thomas Mees : La science de la croix gammée. 2008, p.62
  89. Cathy Gere, Knossos et les prophètes du modernisme. 2010, pages 41 et suivantes.
  90. Anson Rabinbach , Sander L Gilman , Lilian M Friedberg (éd.) : The Third Reich Sourcebook. University of California Press, 2013, pages 81 et suivantes.
  91. Hermann Bausinger : Idéologie folklorique nazie et recherche folklorique. Dans : James R. Dow, Hannjost Lixfeld (eds.) : La nazification d'une discipline académique : Folklore dans le Troisième Reich. Indiana University Press, 1994, ISBN 0-253-31821-1 , page 18 ; Karl Pusman : Les "Sciences de l'Homme" sur le sol de Vienne (1870-1959). LIT, Münster 2008, ISBN 3-8258-0472-0 , page 245
  92. Rolf Wilhelm Brednich : Symboles germaniques et leur supposée continuité. Un bilan. Dans : Rolf Wilhelm Brednich, Heinz Schmitt : Symboles : La signification des personnages dans la culture. 30e Congrès folklorique allemand à Karlsruhe du 25 au 29 septembre 1995. Waxmann, 1997, ISBN 3-89325-550-8 , pp. 80-93, ici pp. 88 sq.
  93. Wolfgang Emmerich : Le mythe de la continuité germanique. Dans : James R. Dow, Hannjost Lixfeld (eds.) : La nazification d'une discipline académique : Folklore dans le Troisième Reich. 1994, p.48
  94. Michael H. Kater : Les « Ahnenerbe » des SS 1935-1945. Une contribution à la politique culturelle du Troisième Reich. Oldenbourg, Munich 2006, p. 11–16
  95. Frank Usbeck : Fellow Tribesmen : The Image of Native Americans, National Identity, and Nazi Ideology in Germany. Berghahn, 2015, ISBN 1-78238-654-8 , page 89
  96. Michael H. Kater : Les "Ahnenerbe" des SS 1935-1945 , 2006, p.77
  97. Andreas von Hessberg, Waltraud Schulze : Tibet : Voyage sur le toit du monde. Trescher, 2010, p.116
  98. Günther Heydemann (éd.) : Saxe et national-socialisme. Vandenhoeck & Ruprecht, Goettingen 2014, ISBN 3-525-36964-6 , p.181 ; Achim Leube, Morten Hegewisch : Préhistoire et national-socialisme , 2002, p. 290.
  99. Steven Heller : La croix gammée. Symbole au-delà de la rédemption ? New York 2000, page 31
  100. Andries Kylstra : Jan de Vries et la première édition de son ancienne histoire religieuse germanique. Dans : Arend Quak, Florus van der Rhee (ed.) : Palaeogermanica et Onomastica : Festschrift for JA Huisman's 70th birthday. Éditions Rodopi, 1989, ISBN 90-5183-147-1 , p.104
  101. Rolf Wilhelm Brednich : Symboles germaniques et leur supposée continuité. Un bilan. Dans : Rolf Wilhelm Brednich, Heinz Schmitt : Symboles : La signification des personnages dans la culture. 30e Congrès folklorique allemand à Karlsruhe du 25 au 29 septembre 1995. Waxmann, 1997, ISBN 3-89325-550-8 , p. 87
  102. Wilhelm Reich : La psychologie de masse du fascisme. (1930) Anaconda, 2011, ISBN 3-86647-666-3 , p. 102–107.
  103. Malcolm Quinn, La Swastika : Construire le Symbole. 1995, pages 142 et suivantes.
  104. Carl Gustav Jung : Le concept de l'inconscient collectif (conférence de 1936 à l'Albernethian Society au St. Bartholomew's Hospital de Londres). Dans : Collected Works Volume 9/I. 9e édition, Walter-Verlag, Zurich 1996, ISBN 3-530-40797-6 , pages 60 et suivantes et 98.
  105. Rolf Wilhelm Brednich : Symboles germaniques et leur supposée continuité. Un bilan. Dans : Rolf Wilhelm Brednich, Heinz Schmitt : Symboles : La signification des personnages dans la culture. 30e Congrès folklorique allemand à Karlsruhe du 25 au 29 septembre 1995. Waxmann, Münster 1997, ISBN 3-89325-550-8 , pp. 81 , 83 , 87
  106. Jan de Vries : Ancienne Histoire germanique des religions Volume 2. Réimpression de la 3e édition 1957, Walter de Gruyter, ISBN 3-11-002807-7 , p.139 sq .
  107. Horst Junginger : L'étude de la religion sous l'impact du fascisme. Brill, Leyde 2007, ISBN 90-04-16326-3 , page 80 et suivantes.
  108. Christoph Huth, Andreas Nordberg : Symbole du soleil. Dans : Heinrich Beck, Dieter Geuenich , Heiko Steuer (eds.) : Reallexikon der Germanische Archtumskunde 29. de Gruyter, Berlin/New York 2005, ISBN 3-11-018360-9 , pp. 239-244, ici p. 243.
  109. Morten Hegewisch : La croix gammée - un signe entre l'archéologie et l'idéologie. Dans : Martin Heger (éd.) : Annuaire de la Société scientifique de Berlin 2010/2011. Berliner Wissenschafts-Verlag, Berlin 2012, ISBN 3-8305-3106-0 , p. 56 , 59 , 74 .
  110. Kamlesh Kapur : Dharma hindou – Un guide pédagogique. X-libris, 2013, ISBN 978-1-4836-4559-9 , p.336
  111. Gautam Chatterjee : Symboles hindous sacrés. Abhinav Publications, 2003, ISBN 81-7017-397-3 , pp. 39 sq.
  112. Robert Beer : Manuel des symboles bouddhistes tibétains. Publishers Group Royaume-Uni, 2003, ISBN 1-932476-03-2 , page 98
  113. John R. Hinnells : Un manuel des religions anciennes. Cambridge University Press, 2007, ISBN 978-0-521-84712-4 , page 457 ; Günter Lanczkowski : Article Croix I : Histoire religieuse. Dans : Theologische Realenzyklopädie Volume 19. Berlin / New York 1990, p. 712.
  114. a b Jonathan HX Lee, Kathleen M. Nadeau (eds.): Encyclopedia of Asian American Folklore and Folklife. ABC-Clio, 2010, ISBN 0-313-35066-3 , p.87
  115. Article Swastika , dans : Merriam-Webster's Encyclopedia of World Religions. Merriam Webster Inc., 2000, ISBN 978-0-87779-044-0 , page 1041
  116. Robert E. Van Voorst : RELG avec code d'accès : Monde. Cengage Learning, 2e édition 2014, ISBN 1-285-43468-4 , p. 112
  117. Charles Allen, Une montagne au Tibet : la recherche du mont Kailas. 2013, p.14 ; Robert AF Thurman, Tad Wise : Faire le tour de la montagne sacrée : une aventure spirituelle à travers l'Himalaya. Bantam Books, 1999, ISBN 0-553-10346-6 , page 118.
  118. Dmitry Ermakov, Bø et Bön : Anciennes traditions chamaniques de la Sibérie et du Tibet dans leur relation avec les enseignements d'un bouddha d'Asie centrale. Publications Vajra, 2008, page 698.
  119. Karl-Heinz Everding : Tibet. p.338.
  120. ↑ Wilhelm Ziehr : La croix : symbole, forme, signification. Belser, 1997, ISBN 3-7630-2343-7 , page 10.
  121. Theo Sundermeier : Croix/Croix du Christ : Le signe de la croix dans les religions non chrétiennes. Dans : Religion in the past and present Volume 4. 4e édition, Mohr-Siebeck, Tübingen 2001, p. 1743.
  122. Dietmar W. Winkler, Li Tang : Trésors cachés et rencontres interculturelles. LIT, Munster 2010, ISBN 3-643-50045-9 , page 388
  123. Peter Noever (ed.) : Elke Krystufek Liquid Logic : The Height of Knowledge and the Speed ​​of Thought. Musée autrichien des arts appliqués, Distributed Art Pub Incorporated, 2006, ISBN 3-7757-1935-0 , page 139.
  124. Manjitsunagi (Système d'utilisateurs de l'architecture et de l'art japonais)
  125. Sayagata (Système d'utilisateurs japonais d'architecture et d'art net)
  126. YH Hui et al. : Manuel de conservation et de transformation des légumes. CRC Press, 2003, ISBN 978-0-8247-4301-7 , page 108
  127. Benjamin Penny : La religion du Falun Gong. University of Chicago Press, 2012, ISBN 978-0-226-65501-7 , page 190.
  128. Mechthild Leutner, Izabella Goikhman (eds.) : État, société et gouvernance en Chine républicaine. LIT, Münster 2013, ISBN 3-643-90471-1 , p.19 f.
  129. Andrew Lam, East Eats West : Écrire dans deux hémisphères. Apogée, 2010, ISBN 1-59714-138-0 , page 149
  130. Susan J. Palmer : Les nouveaux hérétiques de France : les religions minoritaires, La République et la « guerre contre les sectes » parrainée par le gouvernement. pages 89 et 101
  131. David Moye : Swastika Rehabilitation Day est le 23 juin ; Fête de Raëlien. Huffingtonpost, 21 juin 2012
  132. Thomas Spencer Baynes (éd.) : L' Encyclopædia Britannica : Un dictionnaire des arts, des sciences et de la littérature générale. Tome 6, A. et C. Black, 1898, page 613.
  133. Stephen Turnball , Angus McBride : Samurai Heraldry. Balbuzard pêcheur, 2002, ISBN 1-84176-304-7 , page 62
  134. Trudy Ring et al (eds.) : Asie et Océanie : Dictionnaire international des lieux historiques. Fitzroy Dearborn, 1997, ISBN 1-884964-04-4 , p. 345
  135. Thomas Ruszkowski : Une croix gammée dans l'église ? Miroir de la ville Essen-Ruhr, 10 août 2017
  136. Robert Bullington : Lecteur de fauteuil de la Seconde Guerre mondiale. West Side, 2007, ISBN 1-4127-1437-0 , page 19.
  137. Proswastika.org : Argentine : Retiro de estación de tren. , 2015
  138. Proswastika.org : Australie : Immeuble Dymocks
  139. Proswastika.org : États-Unis : Université de Chicago
  140. Proswastika.org : États-Unis : Brooklyn Museum
  141. ManWoman: Gentle Swastika: Reclaiming the Innocence. Fylfoot Press, 2001, ISBN 0-9688716-0-7 , p. 29 et 35 ; Illustration
  142. Sak Onkvisit, John Shaw : Marketing international : stratégie et théorie. 4e édition, Routledge, Basingstoke 2004, ISBN 0-203-93006-1 , page 425 ; Bot à croix gammée. CBS News, 20 avril 2003 (photo du personnage) ; CHINE : Coke tire un jouet après une confusion avec une croix gammée. Just-drinks.com, 1 mai 2003
  143. Lorenz Jäger : La croix gammée. Vienne/Leipzig 2006, pages 35 et suivantes.
  144. Khushwant Singh : Notes sur le grand cirque indien. Pingouin, 2001, ISBN 93-5118-126-X , page 63.
  145. Nicholas J Saunders : Killing Time : Archéologie et Première Guerre mondiale. History Press, 2011, page 94
  146. Hans Bonde : Gymnastique et politique : Niels Bukh et Male Aesthetics. Museum Tusculanum Press, 2006, ISBN 87-7289-827-5 , page 162
  147. James A. Yannes : L'Encyclopédie des tablettes du Troisième Reich. Trafford, 2013, ISBN 1-4669-9985-3 , page 569
  148. Heinrich Böll : Journal irlandais . Dans : Viktor Böll (ed.) : Heinrich Böll works volume 10 : 1956-1959. Kiepenheuer & Witsch, 2005, ISBN 3-462-03268-2 , page 205 ; Philip Gooden, Peter Lewis : La Parole en guerre : Seconde Guerre mondiale en 100 phrases. A&C, 2014, pages 27 et suivantes.
  149. Steven Heller : La croix gammée : symbole au-delà de la rédemption ? New York 2000, p. 85–90
  150. EMedals : Un insigne du Comité national britannique d'épargne de guerre de la Première Guerre
  151. Harold E. Hibler, Charles V. Kappen : So-Called Dollars : An Illustrated Standard Catalog. Coin & Currency Institute, 2e édition 2008, ISBN 0-87184-102-9 , page 170 (Type II, colonne de droite ci-dessus)
  152. Derek J. Penslar, Les juifs et l'armée : une histoire. p.166 ; Heinz J. Nowarra, Horst Löbner : Iron Cross et Balkenkreuz : les marquages ​​des avions allemands 1914–1918. D. Hoffman, 1968, page 121.
  153. Proswastika : États-Unis : carte postale Lucky Star
  154. John Schuster : Musées obsédants. Forge Books, 2009, p. 98 et 101
  155. Robert Baden-Powell, What Scouts Can Do: More Yarns. (1921) Réimpression : Stevens Publishing, 1992, ISBN 0-9632054-5-5 (section The Swastika , en ligne ( Memento du 24 septembre 2015 sur Internet Archive ))
  156. Michael Rosenthal : La fabrique de personnages : Baden-Powell et les origines du mouvement scout. Livres du Panthéon, 1986, page 278.
  157. Paul Kua, Scoutisme à Hong Kong, 1910-2010. Dans : Stephan F. Miescher, Michele Mitchell : Genre, impérialisme et échanges mondiaux. p.115
  158. Frank Usbeck : Membres de la tribu . Livres Berghahn, 2015, ISBN 1-78238-654-8 , page 119, note de bas de page 202
  159. Joe Sonderman : Route 66 en Arizona. Arcadia Publishing, 2010, ISBN 0-7385-7942-4 , pages 102 et suivantes.
  160. Ales Puda : Sur la théorie de la monnaie d'emprunt dans le contact linguistique germano-tchèque : une étude comparative historique dans le contexte intra-slave et européen. Peter Lang, Francfort-sur-le-Main 2010, ISBN 3-631-60842-X , page 224
  161. Volker Hagemann : A la découverte de la Lettonie : En route au cœur des pays baltes. Trescher, 2006, ISBN 3-89794-064-7 , page 86
  162. Art.Finish Air Force (Early Years) , in: Walter J. Boyne (éd.): Air Warfare: An International Encyclopedia. ABC-Clio, 2002, ISBN 1-57607-345-9 , p.221
  163. Vente aux enchères Künker 253, Osnabrück, 2014, page 197
  164. Holger M. Meding : Panama. Böhlau, Cologne 2002, ISBN 3-412-02702-2 , pages 307 et suivantes et note de bas de page 68
  165. ThirdWay Magazine . mars 2008, p. 26.
  166. Michael Wladika : La génération du père d'Hitler : Les origines du national-socialisme dans la monarchie kuk. Böhlau, Vienne 2005, ISBN 3-205-77337-3 , pages 203 et suivantes.
  167. Jan Schlürmann : 200 ans de gymnastique allemande et de symbolisme des associations de gymnastique comme reflet de l'histoire politique des États allemands et des idéologies politiques, 1813-2013. Dans : Jürgen Court, Arno Müller : Annuaire 2013 de la Société allemande pour l'histoire des sciences du sport eV , LIT, Münster 2014, ISBN 3-643-12895-9 , p. 54, note de bas de page 21
  168. Andreas Luh : L'Association allemande de gymnastique dans la Première République tchécoslovaque : Des opérations des clubs nationaux à un mouvement politique populaire. Oldenbourg, Munich 2006, ISBN 3-486-58135-X , p. 43 (illustration) et p. 64, note de bas de page 91
  169. Rüdiger Voigt (éd.) : Symboles de la politique - politique des symboles. Springer, 1989, ISBN 978-3-322-97194-4 , page 163
  170. Nicholas Goodrick-Clarke : Les racines occultes du nazisme : les sectes aryennes secrètes et leur influence sur l'idéologie nazie. New York University Press, 1994, ISBN 0-8147-3060-4 , p. 18-25
  171. Franz Wegener : La vision atlante du monde. Le national-socialisme et la nouvelle droite à la recherche de l'Atlantide engloutie. 2e édition, Kulturförderungsverein Ruhrgebiet, Gladbeck 2003, ISBN 3-931300-04-8 , page 19
  172. Douglas T McGetchin : Indologie, Indomanie et Orientalisme : Renaissance de l'Inde ancienne dans l'Allemagne moderne. Fairleigh Dickinson University Press, 2009, ISBN 0-8386-4208-X , page 247, note 30
  173. Bernd Wedemeyer-Kolwe : « L'homme nouveau » : Culture physique dans l'Empire et dans la République de Weimar. Königshausen & Neumann, Wurtzbourg 2004, ISBN 3-8260-2772-8 , p.205
  174. Georg Dörr : Mythe de la mère et mythe de la dominance : sur la dialectique de l'illumination au tournant du siècle chez les cosmologistes, Stefan George et à l'école de Francfort. Königshausen & Neumann, 2007, ISBN 978-3-8260-3511-1 , page 195.
  175. Michael Kilian (éd.) : Au- delà de Bologne - Jurisprudentia littéraire : De Woyzeck à Weimar, d'Hoffmann à Luhmann. Berliner Wissenschafts-Verlag, 2006, ISBN 3-8305-1270-8 , page 430
  176. Peter GJ Pulzer : L'émergence de l'antisémitisme politique en Allemagne et en Autriche 1867-1914. Vandenhoeck & Ruprecht, Goettingen 2004, ISBN 3-525-36954-9 , p.259
  177. Thomas Karauf : Stefan George : La découverte du charisme. Karl Blessing, 2009, ISBN 3-89667-151-0 , pages 313 et suivantes.
  178. L'homme qui a donné les idées à Hitler . S 115 .
  179. Geraldine Barnes, Margaret Clunies Ross (éds.) : Mythes, littérature et société en vieux norrois : les actes de la 11e conférence internationale sur la saga du 2 au 7 juillet 2000, Université de Sydney. Centre d'études médiévales, Université de Sydney, 2000, ISBN 1-86487-316-7 , p.316 ; Traduction anglaise par Bernhard Mees : La science de la croix gammée. 2008, p.11
  180. Sven Friedrich, Ulrike Kienzle, Volker Mertens : « Qui est le Graal ? » Histoire et effet d'un mythe. Deutscher Kunstverlag, 2008, ISBN 3-422-06838-4 , page 28.
  181. Jochen Kirchhoff : Nietzsche, Hitler et les Allemands. De l'ombre non rachetée du Troisième Reich. Édition Dionysos, Berlin 1990, ISBN 3-9802157-1-7 , p.235 sq.
  182. Ulrich Nanko : Le spectre des organisations folkloriques-religieuses. Dans : Stefanie von Schnurbein, Justus H. Ulbricht : Religion ethnique et crises modernes : ébauches de systèmes de croyance « spécifiques » depuis le début du siècle. Königshausen & Neumann, 2001, ISBN 3-8260-2160-6 , page 214.
  183. Bernard Mees : La science de la croix gammée. 2008, pages 60 et suivantes.
  184. Damiel Gasman, Les origines scientifiques du national-socialisme. Pingouin, 2004, page 156
  185. Werner Kindt (éd.) : Documentation du mouvement de jeunesse. 2. Le temps des oiseaux migrateurs. Sources sur le mouvement de jeunesse allemand 1896-1919. Diederichs, 1968, page 454.
  186. Hans-Jörg Wohlfromm, Gisela Wohlfromm : Nom de code Wolf : la dernière victoire d'Hitler. Édition q, 2001, ISBN 3-86124-533-7 , page 135.
  187. Ulrike Hass-Zumkehr : Pastorale militante : sur la littérature des mouvements anti-modernes au début du XXe siècle. Fink, 1993, ISBN 3-7705-2812-3 , page 74.
  188. Manfred Franke : Au-delà des forêts. SH-Verlag, 2003, ISBN 3-89498-126-1 , p. 19.
  189. Pammer Leopold : Hitler et ses modèles. édition, 2009, ISBN 3-86850-002-2 , p.181 ; Hadassa Ben-Itto : Les Protocoles des Sages de Sion, Anatomie d'un Faux. Aufbau-Verlag, 1998, ISBN 3-351-02470-3 , p.33
  190. Rudolf Mann : Avec Ehrhard à travers l'Allemagne. Berlin 1921, page 181.
  191. Henry Picker : Les discussions de table d'Hitler au quartier général du Führer. Wiesbaden 1983, page 120 ; L'affirmation de Picker selon laquelle Hitler voulait utiliser la croix gammée comme son propre blason n'est pas étayée.
  192. Nicholas Goodrick-Clarke : Les racines occultes du nazisme. 2e édition, Graz 2000, p. 151
  193. Cité de Thomas Balistier, Bernd Jürgen Warneken : Violence et ordre : Calcul et fascination des SA. Westfälisches Dampfboot, 1989, ISBN 3-924550-37-9 , p.35.
  194. Sabine Behrenbeck : Le culte des héros morts. SH-Verlag, 1996, ISBN 3-89498-006-0 , page 413.
  195. Douglas T McGetchin : Indologie, Indomanie et Orientalisme : Renaissance de l'Inde ancienne dans l'Allemagne moderne. 2009, p.177
  196. Gunnar Strunz : Styrie : Le cœur vert de l'Autriche. 2e édition. Trescher, 2010, ISBN 978-3-89794-182-3 , page 313.
  197. Alfred Roth : La chanson de masse nationale-socialiste : recherches sur la genèse, l'idéologie et la fonction. Königshausen & Neumann, 1993, ISBN 3-88479-796-4 , page 38.
  198. Ernst Piper : Alfred Rosenberg : l'idéologue en chef d'Hitler. Karl Blessing, 2005, ISBN 3-89667-148-0 , page 237.
  199. Article « Swastika », dans : Arnold Rabbow : dtv-lexicon de symboles politiques. Munich 1970, pages 14 et suivantes.
  200. ^ Jan Kuhlmann: Subhas Chandra Bose et la politique indienne des puissances de l'Axe. epubli, 2e édition 2012, ISBN 3-8442-3736-4 , p. 42–46
  201. Sabine Behrenbeck : "Salut". Dans : Etienne François, Hagen Schulze (eds.) : Lieux de mémoire allemands. Tome III, 1ère édition. Beck, Munich 2001, ISBN 3-406-47224-9 , pages 322 et suivantes.
  202. Ernst Piper : Alfred Rosenberg : l'idéologue en chef d'Hitler. 2005, p. 238–240.
  203. Sven Reichardt : Alliances fascistes de combat : violence et communauté dans l'escadre italienne et dans les SA allemandes. Böhlau, Vienne 2009, ISBN 978-3-412-20380-1 , page 570.
  204. Saul Friedlander : Réflexion sur l'Holocauste. Beck, Munich 2007, ISBN 3-406-54824-5 , pages 51 et suivantes.
  205. Pedri Nancy Petit Laurence : Représenter le langage des images. Not Avail, 2014, ISBN 1-4438-5933-8 , pp. 462 sq., note de bas de page 11
  206. Birgit Aschmann : Émotion et calcul : L'influence des émotions sur la politique aux XIXe et XXe siècles. Franz Steiner, 2005, ISBN 3-515-08804-0 , pages 57 et suivantes.
  207. Hans Prolingheuer : Les pieux iconoclastes d'Hitler. Église et art sous la croix gammée. Dittrich Verlag, Cologne 2001, ISBN 3-920862-33-3 , page 65.
  208. Le Nouveau Brockhaus . Volumes A à E, 1936.
  209. Kurt Meier : Croix et croix gammée : L'Église évangélique sous le Troisième Reich. Deutscher Taschenbuch Verlag, 1992, ISBN 3-423-04590-6 , page 145.
  210. Hans Prolingheuer : Les pieux iconoclastes d'Hitler : église et art sous la croix gammée. Dittrich, 2001, ISBN 3-920862-33-3 , page 65.
  211. Friedrich Paul Heller, Anton Maegerle : Le langage de la haine : extrémisme de droite et ésotérisme populaire, Jan van Helsing, Horst Mahler. Papillon, 2001, ISBN 3-89657-091-9 , page 41.
  212. Nicholas Goodrick-Clarke, la prêtresse d'Hitler : Savitri Devi, le mythe hindou-aryen et le néonazisme. New York University Press, 2000, ISBN 0-8147-3111-2 , pp. 4 , 44 et plus.
  213. Dietrich Bronder : Avant l'arrivée d'Hitler : Une étude historique. 2e édition, Genève 1975, p. 248-251 ; aussi Isrun Engelhardt: Nazis of Tibet: A Twentieth Century Myth
  214. Nicholas Goodrick-Clarke, Les racines occultes du nazisme : les sectes aryennes secrètes et leur influence sur l'idéologie nazie. 1994, p.186.
  215. Victor Trimondi : Hitler - Bouddha - Krishna. Une alliance impie du Troisième Reich à aujourd'hui. Ueberreuther, Vienne 2002, ISBN 3-8000-3887-0 , page 53.
  216. Koenraad Elst : Le retour de la croix gammée : la haine et l'hystérie contre la santé mentale hindoue. Arktos, 2015, ISBN 1-910524-18-2 , pages 159 et suivantes.
  217. Jean Yves Camus, Le néonazisme en Europe. In : Uwe Backes, Patrick Moreau (eds.) : L'extrême droite en Europe : tendances actuelles et perspectives. Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2011, ISBN 978-3-647-36922-8 , page 235, note de bas de page 15
  218. Ruth Wodak et al (eds.) : Populisme de droite en Europe : politique et discours. Bloomsbury, 2013, ISBN 978-1-78093-245-3 , p.95
  219. Stephen D. Shenfield, Fascisme russe : traditions, tendances et mouvements. Taylor & Francis, Londres 2001, ISBN 978-0-7656-0635-8 , page 129
  220. Torben Fischer, Matthias N. Lorenz (eds.) : Lexique de « se réconcilier avec le passé » en Allemagne. Débat et histoire du discours du national-socialisme après 1945. 2e édition, transcription, Bielefeld 2009, ISBN 3-89942-773-4 , p. 85 ; Hans-Günter Thien , Hanns Wienold , Sabine Preuss : Passé bouleversé : Éclats de mémoire : Le fascisme et l'après-guerre à Münster en Westphalie. Westfälisches Dampfboot, Münster 1984, ISBN 3-924550-12-3 , page 161.
  221. La forêt à croix gammée près de Zernikow est tombée sous la scie. Berliner Zeitung, 5 décembre 2000 ; La croix dans la forêt. Heure, 12 août 2004
  222. Symboles nazis plantés : La croix gammée dans la forêt. Miroir, 3 juillet 2013
  223. USA : Maison de retraite en forme de croix gammée à reconstruire. Miroir, 14 mars 2008
  224. Que faire des "Hitler Bells" ? dpa / Rheinpfalz.de, 11 novembre 2020
  225. Église en Sarre : la cloche à croix gammée doit être démontée. Miroir, 27 septembre 2017
  226. Hambourg : le conducteur d'une excavatrice expose une énorme croix gammée. Spiegel en ligne, 21 novembre 2017
  227. Oliver Fritsch : Passé NS de l'ETV : Le bâton de croix gammées de gymnastique. Die Zeit, 16 novembre 2010
  228. Croix gammée sur le sol ? SZ, le 8 décembre 2008
  229. Exposition en Campine : 72 ans peint sur des croix gammées. Rheinische Post, 20 septembre 2017
  230. Christian Werner : Pourquoi y a-t-il encore des croix gammées sur les tombes ? ( Memento du 31 mars 2017 sur Internet Archive ) MDR, 4 novembre 2015
  231. Les vétérans américains ne frapperont pas de croix gammées sur les tombes des prisonniers de guerre allemands. Times of Israël, 13 mai 2020
  232. Sean McMeekin, Le millionnaire rouge : une biographie politique de Willy Munzenberg, le tsar de la propagande secrète de Moscou en Occident, 1917-1940. Yale University Press, 2003, ISBN 0-300-09847-2 , page 151
  233. Jennifer Lynde Barker : L'esthétique du film antifasciste : projection radicale. Routledge Chapman & Hall, 2012, ISBN 0-415-89915-X , p. 51 et 62 ; chiffre ; plus de photos dans Life Magazine 1942
  234. Angi Buettner : Holocaust Images and Picturing Catastrophe : The Cultural Politics of Seeing. Ashgate, 2011, ISBN 1-4094-0765-9 , p.27
  235. Hansjörg Schmid, Britta Frede-Wenger (eds.) : Nouvel antisémitisme ? Un défi pour le dialogue interreligieux. Frank & Timme, Berlin 2006, ISBN 3-86596-049-9 , p.15 f.
  236. Christian Schletter : Chant funèbre de la démocratie : Les débats sur l'échec de la démocratie ouest-allemande de 1965 à 1985. Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2015, ISBN 3-525-30079-4 , p.183 . Illustration chez Julia Quante : Attiré au cœur de l'Europe ? La politique européenne britannique reflétée dans les caricatures (1973-2008). Lit, Munster 2013, ISBN 3-643-11538-5 , p.79
  237. Elmar Buchner et autres : Bouddha de l'espace — Un ancien objet d'art fait d'un fragment de météorite de fer Chinga. Dans : Meteoritics & Planetary Science Volume 47, Issue 9 (septembre 2012), doi:10.1111/j.1945-5100.2012.01409.x , pp. 1491–1501 ; Catherine Zuckerman ( National Geographic , 28 septembre 2012) : Une statue bouddhiste portant une croix gammée a été ciselée dans une météorite.
  238. Claudia Mesch : L'art moderne au mur de Berlin : délimiter la culture pendant la guerre froide. Tauris, 2009, p. 52 et 65
  239. Laura Constanze Heilmann : Sur la réception de l'histoire et de la culture allemandes dans l'art visuel israélien. Herbert Utz, 2012, ISBN 3-8316-4092-0 , page 129
  240. Pedri Nancy Petit Laurence : Représenter le langage des images. Non disponible , 2014, ISBN 1-4438-5933-8 , pp. 462–466
  241. Stefan Schubert : Comment les Hells Angels ont conquis la pègre allemande. Riva, 2012, p.198
  242. Michael Charlton : Recherche sur la réception : théories et études sur le traitement des médias de masse. Verlag für Sozialwissenschaften, 1996, ISBN 3-531-12825-6 , page 63.
  243. Dennis Büscher-Ulbrich : Innovation - Convention : Contributions transdisciplinaires à un champ culturel de tension (théorie de la culture et des médias). Transcription, 2013, ISBN 3-8376-2453-6 , p. 152 et suivantes.
  244. Süddeutsche Zeitung, 22 juillet 2012 : Festival de Bayreuth : le chanteur se déclare être une affaire de croix gammée
  245. Hamburger Abendblatt, 23 juillet 2012 : Chef d'orchestre Thielemann : « Une croix gammée ne marche jamais »
  246. Charlotte Meredith (Huffington Post, 8 novembre 2013) : Apprendre à aimer la croix gammée ? Les salons de tatouage visent à "reprendre" le symbole des nazis dans un nouveau schéma ; Cnaan Liphshiz (Telegraph, 13 novembre 2013) : Effort mondial pour « récupérer » la croix gammée, un tatouage gratuit à la fois
  247. Gustav Verhulsdonck : Rhétorique numérique et littératies mondiales : modes de communication et pratiques numériques dans le monde en réseau. Université du Texas/Michigan State University, 2013, ISBN 1-4666-4916-X , p. 91–93.