Manufacture d'orgues Jehm Dresde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

La Jehmlich Orgelbau Dresden GmbH est une entreprise de fabrication d' orgues fondée en 1808 à Cämmerswalde dans les monts Métallifères par les trois frères Gotthelf Friedrich , [2] [3] Johann Gotthold [4] et Carl Gottlieb Jehmlich [5] . L'unique argument de vente en tant que plus ancienne entreprise de facture d'orgues au monde, qui a toujours été une entreprise familiale, a été officiellement confirmé en 2008. [6]

histoire

Tout a commencé pour les Jehmlich à Neuwernsdorf dans les Monts Métallifères. Dans une encyclopédie de journal de 1820, on peut lire dans les rapports sur Neu-Wernsdorf ou Neuwarnsdorf sur la première génération de facteurs d'orgues Jehmlich :

« D'ailleurs, j'honore toujours la maison la plus haute du village, non seulement en raison de sa conception à la hollandaise, mais en tant que demeure des mécaniciens et facteurs d'orgues, les frères Gämlich, qui distingue un talent éminent. Sans avoir reçu de véritable instruction, ils livrent des pianos à queue avec des œuvres pour flûte d'une qualité particulière, des instruments et des machines de toutes sortes, et en 1818 ils créent aussi un très bon orgue à Lauenstein ..."

August Schumnann : Lexique complet de l'État, de la poste et des journaux de Saxe [7]

1ère génération : Gotthelf Friedrich Jehmlich, Johann Gotthold Jehmlich, Carl Gottlieb Jehmlich

Carl Gottlieb Jehmlich
Carl Gottlieb Jehmlich
Johann Gotthold Jehmlich
Johann Gotthold Jehmlich

L'aîné, Gotthelf Friedrich (1779–1827), apprit le métier de facteur d'orgues auprès de Johann Georg Hamann (1758–1835) à Constappel près de Meissen. Johann Gotthold (1781–1862) a été apprenti chez Johann Christian Kayser à Dresde, où il est resté avec son frère Gotthelf Friedrich comme compagnon jusqu'en 1806. Johann Christian Kayser (1750-1830) était le neveu d'Andreas Kayser (1699-1768), qui était probablement un élève de Silbermann. Le désir et l'amour de l'artisanat les décident tous les deux en décembre 1808 à se mettre à leur compte dans ce métier. Dès 1806, les Jehmlich firent réparer l'orgue d'Adam Gottfried Oehme dans leur église natale de Cämmerswaldeet joué sur l'orgue Johann Georg Schön de Clausnitz, et bien sûr les deux étudiants de Silbermann s'étaient également familiarisés avec la conception de ces orgues.

Le premier nouvel orgue a été construit en 1810 pour l'église catholique de Georgenthal en Bohême. En 1818, Gotthelf Friedrich fut chargé de construire un nouvel orgue dans l'église municipale de Lauenstein. Cette œuvre fut le premier orgue Jehmlich de Saxe. En 1825, Gotthelf Friedrich Jehmlich fut appelé à Dresde pour une importante commande. Il a été chargé de réparer et de remodeler l'orgue Wagner de la Kreuzkirche. Accepter cette affectation était aussi une raison pour lui de déménager à Dresde. Gotthelf Friedrich est décédé avant la fin des travaux. Son frère Johann Gotthold a terminé le travail d'orgue en 1832. Le travail solide des frères était largement reconnu. En 1836, Johann Gotthold Jehmlich est nommé facteur d'orgues de la cour royale de Saxe. Le travail d'un facteur d'orgues de cour comprenait l'évaluation, l'entretien et la réparation d'orgues Silbermann.

Au milieu des années 1920, le troisième frère, Carl Gottlieb (1786-1867), qui avait auparavant travaillé comme ébéniste, commença à construire des orgues et installa sa première œuvre à Somsdorf près de Freital. En 1839, il fut chargé de construire un nouvel orgue à la Marienkirche de Zwickau . Il s'installe ensuite à Zwickau en 1843. Dès lors, des orgues Jehmlich furent livrés de Dresde et de Zwickau. Cependant, les frères ont continué à s'entraider pour les commandes à venir plus importantes. Son fils Wilhelm Fürchtegott (1826-1874) reprit l'atelier en 1860 et le dirigea jusqu'à sa mort en 1874. La lignée Zwickau des Jehmlich prit fin avec lui.

La ligne Dresde s'éteignit en 1861. Le fils unique de Johann Gotthold Jehmlich, Julius Immanuel (1826-1858), était déjà décédé en 1858.

2e génération : Carl Eduard Jehmlich

Carl Edouard Jehmlich
Carl Edouard Jehmlich

Au début de 1861, Johann Gotthold Jehmlich demande à la famille royale de le licencier comme facteur d'orgues de cour après 25 ans de service et d'engager son neveu Carl Eduard (1824-1889), qui travaillait déjà depuis quelque temps dans l'entreprise de son oncle. Il avait déjà acquis de l'expérience dans la gestion d'une entreprise avec son père à Zwickau.

Carl Eduard avait une bonne réputation, principalement parce qu'il construisait tous les orgues purement mécaniques comme ses ancêtres et restait donc fidèle au système de coffre à coulisse. Son travail minutieux et son excellent matériel, associés à une intonation finement équilibrée, ont souvent été salués.

A la fin du 19ème siècle, il y eut aussi un certain nombre d'améliorations techniques et d'innovations dans la facture d'orgues. La croissance des villes avec l'érection de nouveaux bâtiments d'église a conduit à de nouvelles opportunités de vente pour la facture d'orgues. La pneumatique a trouvé sa place dans de nombreux ateliers de facture d'orgues allemands.

Les années 1880 sont cruciales pour l'entreprise. La connaissance du maître facteur d'orgues Ernst Seifert de Cologne y a joué un rôle important. Seifert était connu comme l'inventeur du système de tubes pneumatiques - une nouveauté qui allait déterminer de manière décisive le développement de la facture d'orgues allemande au cours des prochaines décennies. Le coffre à glissières était considéré comme obsolète dans la facture d'orgues. Pour Jehmlich aussi, cela signifiait essayer de nouvelles choses afin de suivre l'évolution de la facture d'orgues. En 1888, Carl Eduard et ses fils Bruno (1856-1940) et Emil (1854-1940) créent le premier orgue pneumatique du Royaume de Saxe. Il a été installé dans l'église de Röhrsdorf près de Wilsdruff, où il est encore conservé aujourd'hui.

3ème génération : les frères Jehmlich (Bruno & Emil)

Karl Julius Emil Jehmlich
Karl Julius Emil Jehmlich
Ernst Bruno Jehmlich
Ernst Bruno Jehmlich

Les locaux de l'atelier du 14 rue Freiberger à Dresde-Altstadt ne suffisaient plus pour la nouvelle situation des commandes. En 1896, une demande est soumise au conseil municipal pour la construction d'un nouvel atelier d'orgue. Dès le 1er octobre 1897, le déménagement dans les nouveaux locaux de l'atelier à Grossenhainer Straße 28 (aujourd'hui 32) a eu lieu. La même année, un orgue de concert avec son symphonique pour le Vereinshaus Dresden avec 54 registres sur trois manuels et pédale a été livré; pour la première fois un grand orgue pour une institution publique. En 1897, un incendie détruit l'orgue Wagner de la Kreuzkirche. Les frères Jehmlich ont reçu la commande du nouvel orgue de la Dresden Kreuzkirche. De 1897 à 1901, un orgue pneumatique avec 91 registres sonores a été construit.

Au tournant du siècle, les principales commandes étaient les extensions contemporaines d'œuvres d'orgue plus anciennes. Pendant la Première Guerre mondiale, il y avait aussi d'importantes restrictions de production dans la facture d'orgues. Entre 1914 et 1919, environ 30 orgues ont quitté l'atelier de Dresde, dont un orgue pour le magnat industriel de Dresde Karl August Lingner à Bad Tarasp (Suisse).

Des constructions d'orgues plus petites, des conversions et des modifications techniques ont déterminé la facture d'orgues Jehmlich de l'après-guerre. Entre 1924 et 1936, environ 24 orgues historiques ont été révisés. Sous la direction de Bruno et Emil Jehmlich, environ 150 nouvelles œuvres pour orgue ont été construites entre 1920 et 1940, dont les premières exportations vers la Suède.

4ème génération : frères Jehmlich (Otto & Rudolf)

Rodolphe Jehmlich
Rodolphe Jehmlich
Otto Jehmlich
Otto Jehmlich

Les fils d'Emil Jehmlich, Otto (1903-1980) et Rudolf (1908-1970) ont repris la direction de l'entreprise en 1938 avec la rénovation majeure de l'orgue Silbermann de la Dresden Frauenkirche . Après des travaux couronnés de succès, l'orgue fut remis en service en 1942 par l'organiste Frauenkirche Hanns Ander-Donath . En 1940, le grand orgue de la Dresden Kreuzkirche a également été reconstruit. Dans les années 1941 à 1944, il n'y a eu que 25 commandes. Au cours de l'année de guerre 1945, aucun orgue n'a été construit.

À partir de 1947, la facture d'orgues de Dresde a commencé à renaître, même si seulement la moitié du nombre d'orgues pouvait être construit qu'avant la guerre. Dès cette époque l'entreprise se tourne vers la fabrication traditionnelle d'orgues mécaniques. Elle construit à nouveau des orgues à sommiers coulissants et à traction purement mécanique. À la fin des années 1950, les exportations d'orgues vers d'autres pays scandinaves ont commencé. En outre, un soin particulier a été apporté à l'entretien, à la restauration et à la révision d'anciens instruments d'orgue précieux. Selon les connaissances sur la restauration à cette époque, certains des orgues de Gottfried Silbermann et des orgues historiques d'autres maîtres pourraient être restaurés. Le fait principal qui ressort de toute l'œuvre des Jehmlichs est que l'on a toujours, même si l'on avait momentanément cédé aux courants de l'époque,

En 1963, la Dresden Kreuzkirche reçoit un nouvel orgue de 76 registres, répartis sur quatre claviers et pédalier. Gerhard Paulik et Frank-Harald Greß ont créé la disposition. A la fin des années 1960, l'exportation d'orgues a pu être étendue à la Norvège et à la République Fédérale d'Allemagne. Environ 450 orgues ont été construits lorsque Otto et Rudolf Jehmlich étaient actifs. C'était un nombre important. De 1964 à 1971, l'orgue Silbermann de l' église catholique de la cour de Dresde, qui a été en grande partie conservé dans sa substance de base en raison de son retrait de l'entrepôt pendant la Seconde Guerre mondiale, a été reconstruit.

5e génération : Horst Jehmlich

En 1972, la société a été nationalisée et s'appelait désormais " VEB Jehmlich-Orgelbau Dresden ". Avec Horst Jehmlich (* 1944) comme directeur général, les orgues étaient maintenant construits à la cinquième génération. La Hongrie, la CSSR et la Bulgarie ont été ajoutées comme nouveaux pays exportateurs. Le nouvel orgue du monastère de nos chères femmes à Magdebourg, Opus 1000, un orgue de concert à quatre claviers et 63 registres, a également été construit à cette époque. En 1984, un nouvel orgue avec 74 registres, quatre claviers et pédales pour le théâtre de Berlinêtre construit. Cet organe a été le déclencheur de nouvelles commandes. En plus d'un certain nombre de nombreux nouveaux bâtiments, le soin et l'entretien des orgues anciens et historiques sont venus au premier plan. Alors trouvé z. Par exemple, en 1983, une restauration complète du grand orgue Silbermann de la cathédrale de Freiberg a été achevée.

Après la réunification des deux États allemands en 1990, l'entreprise est revenue dans des mains privées et a été dirigée par Horst Jehmlich en tant que propriétaire. C'est la plus ancienne entreprise de facture d'orgues d'Allemagne. Malgré l'évolution des conditions du marché, l'entreprise a pu maintenir une situation de commandes sûre. En plus de l'entretien, de l'entretien et de la réparation de nos propres œuvres d'orgue, les nouveaux bâtiments de construction classique sont toujours au premier plan. Dans les années 1990, la restauration des orgues historiques dignes d'être conservées a été reprise et réalisée selon les nouvelles découvertes et directives de la préservation des monuments. Il convient de mentionner de cette période l'orgue Oehme à Brand-Erbisdorf , les orgues Silbermann à Helbigsdorf , Lebusaet le petit orgue Silbermann de la cathédrale de Freiberg.

Un événement marquant a été la construction du nouvel orgue de la salle de concert du Sumida Triphony Hall à Tokyo en 1997. Un défi technique et organisationnel particulier, car aucun orgue d'une telle taille n'a jamais été livré à un endroit aussi éloigné. L'instrument de concert à 66 registres sur trois claviers et pédalier a quitté l'atelier sous le nom d'Opus 1123. En 1998, Jehmlich a achevé un grand nouvel orgue avec une base de 32 pieds dans le " Bergmannsdom " à Schneeberg .

En 2000, un orgue en porcelaine avec un jeu sonore en tuyaux de porcelaine a été construit avec succès pour la première fois. Il a été créé grâce à la collaboration entre la manufacture de porcelaine de Meissen et la société Jehmlich. En 2005, le plus ancien orgue Jehmlich de Lauenstein a été reconstruit après l'incendie de 2003.

6ème génération : Ralf Jehmlich

Ralf Jehmlich (* 1972) est directeur général depuis 2006 . [8] Sous sa direction z. B. Conception, planification et installation de l'orgue de Kerville, Fist Presbyterian Church au Texas, USA (III/50). nouveaux bâtiments, etc. pour l'Académie de Musique de Lodz (II/19); Lexington (États-Unis), Église méthodiste (II/13); Tokyo (Japon), Joshi-Gakuin-School (III/35), la Catholic Christophoruskirche in Westerland /Sylt (II/27), un carillon d'orgue pour le Lalaport Mall à Yokohama (II/1), avec tuyaux et cloches en porcelaine de Meissner, un orgue en porcelaine fabriqué par Taipei (Taiwan) Opulent State Life Corp (I/5) et le grand orgue du Paulinum de l' église universitaire de Leipzig (III/46).

En 2007, la restauration de l'orgue Michael Engler de l'église du monastère de Mariengnade à Grüssau (Krzeszów), en Pologne, remise en service en 2008, a commencé.

D'autres restaurations ont été effectuées, par ex. à Bardo /Pologne, Église de l'Annonciation, FJ Eberhard 1758; Dresde, église catholique Hofkirche, G. Silbermann 1755 ; Dresden-Strehlen, Christ Church, Gebr.Jehmlich 1905; Erfurt-Bindersleben , év. Église St. Lukas, F. Volckland 1755 et Zittau, Ev. Église Saint-Jean , Schuster & Sohn 1929.

Il convient de mentionner comme restaurations spéciales : l'orgue de cinéma à Potsdam, Film Museum , M. Welte & Söhne 1929, Leipzig, Grassimuseum, M. Welte & Söhne 1930 et un orgue philharmonique Welte à Gornsdorf/Erzg. [9] [10]

  • Jehmlich Orgelbau Dresden, entrée de l'entreprise

    Jehmlich Orgelbau Dresden, entrée de l'entreprise

  • Jehmlich Orgelbau Dresde, bâtiment de l'entreprise

    Jehmlich Orgelbau Dresde, bâtiment de l'entreprise

Oeuvres (sélection)

En février 2013, il y avait 1165 orgues Jehmlich dans le monde. [1] La taille des instruments à l'achèvement est indiquée dans la sixième colonne par le nombre de claviers et le nombre de registres sonores dans la septième colonne. Un "P" majuscule signifie une pédale autonome. Les italiques indiquent que l'orgue en question n'est plus conservé ou que seul le prospectus est conservé.

Littérature

  • Ulrich Dähnert : Orgues historiques en Saxe. VEB éditeur allemand de musique, Leipzig 1980.
  • Ernst Flade : La vie et l'œuvre des membres de cette famille à l'occasion du 125e anniversaire de l'entreprise. Dans : Journal pour les musiciens d'église . Tome 16, 1934, p. 2-4.
  • Gebrüder Jehmlich, facteurs d'orgues de la cour royale saxonne. Dresde 1910 (avec sélection de nouvelles dispositions de construction 1900-1910).
  • Frank-Harald Greß : 200 ans de facture d'orgues Jehmlich. Dans : Ars Organi . Volume 56, 2008, p. 219–222.
  • 150 ans de facture d'orgues par les frères Jehmlich, maîtres facteurs d'orgues à Dresde. 1808-1958. Dresde 1958.
  • Hubert Kalix (Red.): Festschrift pour la réouverture de l'orgue Jehmlich. Éditeur : Paroisse évangélique luthérienne de Lorenzkirch, 1999.
  • Marina Lang : facteur d'orgues saxon. Pour le 200e anniversaire de Johann Gotthold Jehmlich. Dans : Union. N° 270, 17 novembre 1981.
  • Marina Lang : 1897 tournant pour l'atelier d'orgues. Il y a 100 ans, le facteur d'orgues Gebrüder Jehmlich s'est installé dans une usine de la Grossenhainer Straße. In: Dernières nouvelles de Dresde. 29 novembre 1997.
  • Marina Lang : Jubilé de la manufacture d'orgues saxonne Jehmlich. in : Feuilles de la patrie saxonne. Journal d'histoire saxonne . Préservation des monuments, de la nature et de l'environnement. Volume 44, numéro 6/1998, p. 349-365.
  • Marina Langa : 200 ans de facture d'orgue saxonne Jehmlich. De l'histoire de la plus ancienne entreprise de facture d'orgues d'Allemagne. Dans : HAUT. 1, 2008, 4, p. 262-263.
  • Marina Lang : Manufacture d'orgues Jehmlich. Dans : Revue de fabrication d'instruments. Volume 62, n° 9-10, 2008, p. 28.
  • Wilfried Mai, Marina et Matthias Lang : Trois frères ont fondé une entreprise. L'histoire de la VEB Jehmlich Orgelbau Dresden (I). Dans : Union. 22 décembre 1983, page 4.
  • Wilfried Mai, Marina et Matthias Lang : "... toujours entendu les meilleurs éloges". L'histoire de la VEB Jehmlich Orgelbau Dresde (II). Dans : Union. 27 décembre 1983, page 3.
  • Wilfried Mai, Marina et Matthias Lang : "... ont excité la communauté". L'histoire de la VEB Jehmlich Orgelbau Dresden (III). Dans : Union. 20 janvier 1984, page 4.
  • Wilfried Mai, Marina et Matthias Lang : « Il n'a épargné ni dépense ni effort ». L'histoire de la VEB Jehmlich Orgelbau Dresde (IV). Dans : Union. 31 janvier 1984, page 4.
  • Wilfried Mai, Marina et Matthias Lang : "... parce que l'œuvre loue aussi son maître". L'histoire de la VEB Jehmlich Orgelbau Dresden (V). Dans : Union. 8 mars 1984, page 4.
  • Wilfried Mai, Marina et Matthias Lang : Nouvelles pour la facture d'orgues. L'histoire de la VEB Jehmlich Orgelbau Dresden (VI). Dans : Union. 13 mars 1984, page 4.
  • Fritz Oehme: Manuel sur les œuvres d'orgue anciennes et nouvelles du Royaume de Saxe. Ed. supplémentaire par Wolfram Hackel. Leipzig 1978, 88 sq. (registre de généalogie et de disposition).
  • Uwe Pape , Wolfram Hackel (éd.) : Encyclopédie des facteurs d'orgues d'Allemagne du Nord. Tome 2 : Saxe et environs. Pape-Verlag, Berlin 2012, ISBN 978-3-921140-92-5 , p. 168-174.
  • La facture d'orgues saxonne perpétue la tradition baroque de la facture d'orgues. Dans : L'instrument de musique. Volume 18, 1969, pages 1045-1048.
  • August Schumann : Neu-Wernsdorf ou Neuwarnsdorf, mécaniciens et maîtres facteurs d'orgues Gebrüder Gämlich. in: Complete State, Post and Newspaper Lexicon of Saxony. Tome 7, Zwickau 1820, page 163.
  • Otto Türke : La famille d'artistes Jehmlich. In : Centralblatt pour musique instrumentale, chant soliste et choral. 1897, page 605.
  • Otto Türke : La famille d'artistes Jehmlich. Dans : Uranie. Magazine musical pour la facture d'orgues, l'orgue et l'harmonium. Orgue pour facteurs d'orgues, organistes, chantres et amis de l'art musical. Volume 54, 1897, p. 86–87.

liens web

Commons : Jehmlich Orgelbau Dresden  – collection d'images, de vidéos et de fichiers audio

les détails

  1. a b Jana Mundus : Les facteurs d'orgues de Dresde sont demandés dans le monde entier. Dans : Journal saxon . 9 février 2013, récupéré le 9 février 2013 .
  2. sur Gotthelf voir Ulrich DähnertJehmlich, Gotthelf Friedrich. Dans : Nouvelle biographie allemande (NDB). Volume 10, Duncker & Humblot, Berlin 1974, ISBN 3-428-00191-5 , page 386 ( numérisé ).
  3. Marina Lang : Gotthelf Friedrich Jehmlich. Dans : MGG en ligne. GbR MGG, consulté le 12 janvier 2022 (allemand).
  4. Marina Lang : Johann Gotthold Jehmlich. Dans : MGG en ligne. Contenu c 2022 GbR MGG, 2003, consulté le 12 janvier 2022 (allemand).
  5. Marina Lang : Carl Gottlieb Jehmlich. Dans : MGG en ligne. GbR MGG, 2003, consulté le 12 janvier 2022 (allemand).
  6. Kerstin Leiße : Une reine : 50 ans du grand orgue Jehmlich de la Kreuzkirche de Dresde. Dans : Dernières nouvelles de Dresde , 29 octobre 2013.
  7. August Schumann : Neu-Wernsdorf ou Neuwarnsdorf . Dans: August Schumann (ed.): Complete State, Post and Newspaper Lexicon of Saxony . ruban 7 . Frères Schumann, Zwickau 1820, p. 163 ( digital-collections.de ).
  8. Jehmlich Orgelbau Dresden : Jehmlich Orgelbau Dresden GmbH, histoire de l'entreprise. Dans : Jehmlich Orgelbau Dresden. 2022, consulté le 12 janvier 2022 (allemand).
  9. Marina Lang : Jubilé de la manufacture d'orgues saxonne Jehmlich, in : Sächsische Heimatblätter 44, 1998, pp. 349-365. Dans : Feuilles de maison saxonnes (éd.) : Feuilles de maison saxonnes . ruban 44 , non. 6 . SDV GmbH, Dresde 1998, p. 349-365 .
  10. Marina Lang : 200 ans de facture d'orgues saxonne Jehmlich : de l'histoire de la plus ancienne entreprise de facture d'orgues d'Allemagne . Dans : Saxon State Library State and University Library [SLUB Dresden] (éd.) : BIS . ruban 1 , non. 4 . Dresde 2008, p. 262-263 .
  11. Base de données Orgel
  12. L'orgue. Georgius-Agricola-Gymnasium Chemnitz, consulté le 14 novembre 2013 .
  13. ↑ Commandes notables hier, aujourd'hui, demain... Orgelwerkstatt Christian Reinhold, récupéré le 15 novembre 2019 .
  14. Orgue. Paroisse catholique de St. Hedwig" Lauchhammer, consulté le 15 novembre 2019 .
  15. ORGUE | Église évangélique réformée de Leipzig. Consulté le 27 mai 2022 (allemand).
  16. Glowe - Chapelle de St. Birgitta - Répertoire d'orgues - Archives d'orgues Schmidt. Récupéré le 30 juin 2022 (allemand).
  17. Synagogue, Budpest, Hongrie. Jehmlich Orgelbau Dresden, récupéré le 15 novembre 2019 .
  18. Église catholique "Maria Visitation" Zittau. Jehmlich Orgelbau Dresden, récupéré le 15 novembre 2019 .

Coordonnées : 51° 4′ 24.6″  N , 13° 44′ 11.2″  E