Cornet (orgue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Ici la mélodie du couplet de choral est jouée 5 fois sur un cornet en registre soliste, ce qui se démarque clairement des voix d'accompagnement

Le cornet (français, anglais : Cornet , espagnol : Corneta , nom du cornet ) est un registre d'orgue . Il s'agit d'une partie manuelle mixte, essentiellement non répétitive, contenant des tierces à large échelle . Dans les œuvres à pédales , le registre à anche de la trompette 2′ ou 1′ est souvent appelé cornet . [1]

finitions

Le cornet n'est souvent disponible que pour la gamme des aigus du manuel. [2] L'échelle va du très large (France) au principal (Espagne). Dans les orgues françaises, il est utilisé pour renforcer les jeux d'anches dans le registre aigu. Sinon, le cornet est également utilisé comme registre solo.

Les versions possibles sont :

Un cornet qui est levé derrière le prospectus est appelé un cornet banc pour qu'il sonne plus directement. Cette construction permet également de gagner de la place, puisque les tuyaux du cornet à banc n'ont pas besoin d'être placés sur le sommier. Cette construction était courante dans le sud-ouest de l'Allemagne (par exemple à Stumm ) au XVIIIe et au début du XIXe siècle et est encore pratiquée sur les orgues françaises aujourd'hui.

France

Les cornets de l'orgue français classique ont différents noms et usages :

  • Le Grand Cornet dans le Hauptwerk est plus large que les autres. Il est généralement construit à partir de do1 ( deux octaves) et est principalement utilisé pour renforcer les anches dans les Grands Jeux , qui s'affaiblissent dans les aigus . Dans le grave, ce cornet est accordé un peu plus faible pour que la transition soit douce.
  • Le cornet dans le positif sert également à soutenir les voix d'anche et n'est généralement construit que s'il en existe. C'est la même chose que sur le Hauptwerk, sauf qu'il est un peu plus serré dans l'ensemble.
  • Le Cornet de Récit est un registre solo arrangé sur le troisième ou le quatrième manuel. Il a une gamme plus large (de f ° ou au moins g °) et est systématiquement entonné fortement (c'est-à-dire plus fort dans le registre grave que dans les autres œuvres). Ceci est à distinguer de la construction de haut-banc chez Karl Joseph Riepp en Souabe sur un coffre commun de clavier principal et solo, qui a un calibre plus étroit et est moins fort dans les aigus. [3]
  • Le cornet d'Écho s'apparente à celui du Récit, il se tient souvent dans l'échowerk ou seul, le plus souvent dans le socle ou dans une caisse en bois pour que le son soit étouffé.

La classification ci-dessus s'applique aux grands organes. Dans les petits instruments, il n'y a généralement qu'un Cornet 8′ 5f. dans le Hauptwerk (aigus seulement). Dans le Rückpositiv, qui est généralement joué à partir du premier manuel, il est généralement possible de composer un mélange de cornet à partir de registres individuels. Ce dit Cornet décomposé se compose de Bourdon 8′, Prestant 4′, Nasard 2 23 ′, Quarte de Nasard (quart au dessus du nasard = 2′) et Tierce ( 1 35 ′). Un tel cornet s'appelle un cornet démonté en allemanddésigné. Il comprend au moins les trois registres individuels ( 2 23 ′, 2′ et 1 35 ′), qui ensemble peuvent former un cornet à l'intérieur d'une œuvre. Dans les orgues modernes et surtout hors de France, des cornets autres que le cornet d'Écho ci-dessus sont parfois utilisés à des fins d'écho et sont donc appelés cornets d'écho. [4]

Allemagne

Au XVIIIe siècle, dans l'ouest et le sud-ouest de l'Allemagne et dans l'école saxonne de Silbermann, il y avait des cornets à banc, qui correspondaient au type du grand cornet français et étaient construits à partir de c 1 .

Depuis le milieu du XIXe siècle, des cornets contenant un mélange de tierces ont été trouvés en Allemagne. [5] Ils couvrent tout le clavier, ne sont pas établis et sont souvent répétitifs. Le troisième chœur mesure souvent 3 15 ′, dans les grands orgues même 6 25 ′. [6]

Espagne

Il existe également différentes variantes en Espagne.

Autres variantes

  • Les registres de cornet avec septièmes, neuvièmes et onzièmes sont documentés depuis le milieu du XIXe siècle. Le septième cornet est un cornet avec un septième chœur supplémentaire 1 17 ′ ou 2 27 ′. Dans le manuel c'est généralement 4 ou 5 fois, mais aussi 7 fois avec 8′ + 4′ + 2 23 ′ + 2′ + 1 35 ′ + 1 13 ′ + 1 17 ′ ou 8 -fold, en pédales 3 ou 4-fold. [sept]
  • Le zinc de basse (aussi bass sesquialtera ) est un registre en forme de cornet dans la pédale, qui est généralement occupé trois fois : [8]

Voir également

Littérature

les détails

  1. Eberlein : registre d'orgue. 2016, p. 131–132.
  2. Eberlein : registre d'orgue. 2016, p.123.
  3. Eberlein : registre d'orgue. 2016, p.135.
  4. Eberlein : registre d'orgue. 2016, p. 134-135.
  5. Par exemple dans l'orgue Walcker de Kirchheim unter Teck, conçu en 1840 : https://walcker.com/opus/0001_0999/0045-kirchheim-teck.html , consulté le 20 novembre 2020.
  6. Ainsi dans l'orgue Walcker de la cathédrale d'Ulm de 1856, voir : https://walcker.com/opus/0001_0999/0144-loffenau.html , récupéré le 20 novembre 2020.
  7. Eberlein : registre d'orgue. 2016, p. 129-130.
  8. Eberlein : registre d'orgue. 2016, p. 768–769.