Nef (église)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Nef d'une basilique
Nef et orgue de la Stadtkirche Glarus , Suisse
Abbaye Saint-Lambrecht - trois nefs dans la nef de la collégiale gothique Saint-Lambrecht , Styrie

La nef est la partie principale allongée d'un édifice religieux traditionnel en Occident chrétien , qui comprend une ou plusieurs nefs et est souvent assimilée à tort à la nef centrale, qui accueille la communauté ecclésiale pendant l' office . Dans certains cas, les dernières travées de la nef sont utilisées pour aménager des stalles de chœur pour les chanoines , comme dans l'église de l'abbaye de Heiligenkreuz .

la description

La nef est généralement sur le plan au sol d'un rectangle allongé auquel soit aucune autre, soit trois ou cinq nefs sont attachées. S'il y a plusieurs nefs, une nef centrale plus large est flanquée de part et d'autre et sur toute sa longueur d'un ou deux bas-côtés plus étroits. Les bas-côtés sont connus pour être d'égale largeur et parfois dissymétriques, comme en témoigne l'église St-Nazaire de Corme-Royal . Les navires sont séparés les uns des autres par des cloisons.

Dans le sens longitudinal, une nef est généralement divisée sur toute sa largeur, y compris les bas-côtés, en plusieurs travées dont la plupart sont de même largeur . Dans les murs mitoyens, des ouvertures d'arcades s'ouvrent entre les nefs , qui sont séparées les unes des autres par des piliers ou des pans de murs. La structure de joug interne est souvent transférée à l'extérieur des navires, par exemple à travers les ouvertures des fenêtres et des murs ou des contreforts . La numérotation consécutive des travées commence souvent du côté ouest de la nef avec la travée une et se termine avant la croisée ou le chœur avec le plus grand nombre de travées, comme la travée cinq.

En ce qui concerne le développement en hauteur des maisons longues médiévales à plusieurs nefs, l'élévation de la basilique est particulièrement remarquable, la nef centrale dépassant tellement les bas-côtés qu'elle a permis l'installation de claire -voies vitrées dans les murs latéraux de la nef centrale. La nef est généralement couverte d'un toit à deux versants , les bas-côtés par des toits à deux versants .

Une élévation pseudo-basilicale , en revanche, se produit lorsque cette différence de hauteur n'est pas suffisante pour l'installation de claire-voie. Ensuite, les navires sont logés sous un toit en pente commun.

Une église-halle a une nef à plusieurs nefs avec peu ou pas de différence de hauteur entre les nefs.

Une nef à nef unique couverte d'un toit à pignon est aussi appelée église-halle .

Les maisons longues du haut Moyen Âge (début du XIe siècle et avant) n'avaient initialement pas de voûtes en pierre et étaient couvertes par les charpentes , ouvertes en bas , comme à St-André (Saint-André-de-Bâgé ) . Ils avaient des plafonds à poutres horizontales en bois recouverts de coffrages en bois ou fermés en sous-face. Ces constructions limitaient considérablement les largeurs possibles des navires. Plus tard, des voûtes en pierre , telles que des voûtes en berceau , des voûtes d'arêtes, des voûtes en coupole , des voûtes nervurées et autres, ont remplacé les plafonds à poutres en bois du début du Moyen Âge.

Au Moyen Âge, la façade occidentale de la nef et le portail qu'elle contenait ont souvent fait l'objet d'aménagements artistiques particuliers, comme à l' Abbaye aux Dames Saintes . Si l'église a un porche ou un ouest avec une tour ou des tours, chacune avec un narthex au rez-de-chaussée, au lieu de cette façade, la nef ne commence derrière ces parties du bâtiment que par le mur ouest de la nef et le portail à l'intérieur.

Véritable galerie au-dessus du bas-côté de la cathédrale de Noyon , XIIIe siècle

La nef s'étend de là sur toutes les travées jusqu'au mur ouest du transept et à la croisée qui s'y ouvre . Si l'église est dépourvue de transept, la nef s'élève jusqu'au chevet du chœur .

Si une église possède d'autres travées au-delà du transept, les travées du chœur, celles-ci ne comptent pas comme faisant partie de la nef, comme c'est le cas des cathédrales classiques de l' époque gothique , dont la cathédrale de Cologne .

Saint-Etienne Nevers, élévation basilique, nef, véritables galeries

Il n'est pas rare que les bas-côtés d'une nef soient construits sur deux étages, notamment dans les églises de pèlerinage comme St-Étienne de Nevers . L'étage supérieur s'appelle la galerie ou la tribune ; celles-ci s'ouvrent dans chaque travée sur la nef centrale à triforia ou biforia, appelées aussi triplets ou arcades jumelles, mais aussi à arcades individuelles. De véritables galeries étaient pour la plupart proposées comme espace supplémentaire utile au séjour des pèlerins, dont le nombre a fortement augmenté au début du XIIe siècle, notamment sur le chemin de Saint-Jacques à Saint-Jacques-de-Compostelle .. Plus rares sont les "fausses galeries" qui n'étaient pas adaptées à l'usage, par exemple à cause d'un manque de headroom. Ils n'avaient que des tâches constructives avec leurs voûtes comme contreforts continus ou à des fins d'entretien. Habituellement, il n'y avait pas d'escalier librement accessible pour y accéder.

Les « faux pores » sont rarissimes, comme à Notre-Dame de Châtel-Montagne ou à St-Étienne de Vignory , où des triforia ou biforia simulent les galeries. De toute façon, les dalles de sol qui seraient nécessaires pour les galeries manquent dans les bas-côtés.

Représentation schématique

sources et littérature

  • Rolf Toman (éd.): L'art du roman. Architecture, sculpture, peinture. = roman. Photographies d' Achim Bednorz . Könemann, Königswinter 2004, ISBN 3-8331-1039-2 , p. 20–30.
  • Petit dictionnaire d'architecture (= Universal Library 9360). 12e édition. Phillipp Reclam Jr., Stuttgart 2008, ISBN 978-3-15-009360-3 , page 78.