Raids aériens sur Plauen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Au total, quatorze raids aériens sur Plauen ont été menés par le British RAF Bomber Command et la 8th Air Force des United States Army Air Forces (USAAF) pendant la Seconde Guerre mondiale . Dans la période du 12 septembre 1944 au 10/11 Le 1er avril 1945, 1 689 bombardiers lourds quadrimoteurs et 50 bombardiers à grande vitesse larguent 4 925 tonnes de bombes sur la ville. Les cibles étaient les installations de circulation, les installations industrielles et la zone résidentielle. Plus de 75% des bâtiments de Plauen ont été détruits, plus de 2 358 morts (nombre incomplet), dont 54% de femmes, ont été enregistrés.

Localisation, industrie et transport

En 1942 , Plauen, la capitale du Vogtland , était une grande ville de 111 000 habitants, située dans une vallée en pente de la Weißen Elster . Plauen était le centre de l'industrie traditionnelle de l'électroménager saxon ( Plauener Spitze ) et possédait une industrie métallurgique très développée. Les grandes usines concernées étaient situées au sud-ouest de la ville sur l'Elster : la Sächsische Zellwolle AG , la Vogtländische Maschinenfabrik ("VOMAG", qui avait été convertie de la production de machines et de véhicules à la fabrication de réservoirs) et Vometall(Filiale de Vomag, production de pièces d'avions). Plauen avait une gare inférieure au sud-ouest et une gare supérieure au nord-ouest de la ville.

A partir de 1925, il y avait un aérodrome de Plauen dans les champs de Kauschwitz et de Syrau , qui fut utilisé par les militaires à partir de 1936. Là, à partir de la fin de 1943, l'assemblage final de l' avion de chasse Messerschmitt Bf 109 a eu lieu dans une installation de sous-traitance de l'usine Erla à Leipzig .

Défense aérienne civile

Jusqu'en 1943, la région était relativement protégée des raids aériens en raison de sa situation géographique.

Plauen avait 25 caves rocheuses (par exemple sous la malterie), des tunnels et des bunkers, ainsi que 20 abris anti-aériens publics. [1]

Les grandes entreprises industrielles avaient leurs propres abris et un système de protection contre l'air en usine. Les plus grandes de ces installations se trouvaient dans la zone de Vomag , trois sous les immeubles de grande hauteur de l'usine et, à partir de 1944, dans une vaste installation souterraine (sous la pente rocheuse sur le côté gauche de l'Elster entre Weißer Stein et l'ancien Carrière de Härtelsche, aujourd'hui centre scolaire professionnel eo plauen). Cet établissement abritait 7 000 à 8 000 personnes (effectif fin 1944 : 6 500 personnes, y compris les travailleurs étrangers et forcés). Il avait 4 à 5 entrées et sorties sécurisées / sécurisées au gaz et sa propre alimentation en électricité et en eau. L'usine a été détruite par l'Armée rouge. [2]

Depuis 2005, il existe un musée de la protection contre les raids aériens "Meyerhof" dans la Syratalstraße sur le Schlosshang, avec des expositions de la période de guerre. Il s'agit d'une ancienne cave à bière qui a été incluse dans le système d'abri anti-aérien de la ville en 1940. En 2020, 120 000 visiteurs avaient été enregistrés. [3]

Pour se protéger contre les raids aériens, les archives de la ville ont conservé de précieux documents d'archives, l' église luthérienne son autel historique.

Les raids aériens

La 8th Air Force était en tête avec 1 385 bombardiers lourds à longue portée B-17 "Flying Fortress" et B-24 "Liberator" , accompagnés d'un grand nombre d'avions de combat/bombardiers à longue portée ( P-47 "Thunderbolt" , P- 51 "Mustang " ), effectua onze raids diurnes du 12 septembre 1944 au 8 avril 1945. Ils ont largué 3 697 tonnes de bombes sur Plauen.

Le Bomber Command de la Royal Air Force (RAF) a participé à trois raids nocturnes du 4 avril au 10/11 avril. Avril 1945 avec un total de 50 bombardiers rapides de Havilland DH.98 Mosquito et 304 bombardiers lourds à longue portée Avro Lancaster . Leur bombardement de tapis dans la nuit du 10 au 11 avril a été le plus grave que Plauen ait connu. La RAF a largué un total de 1 227 tonnes de bombes sur Plauen.

La RAF a conservé une liste de 94 villes allemandes qu'elle considérait comme particulièrement adaptées aux attaques de zone. Des « alias de poisson » ont été attribués aux villes. Plauen portait le nom de code " Brisling " ( Sprat ). [4]

Les attaques individuelles

B-17 américain larguant des bombes
B-24 américains en formation

Les 14 attaques sont présentées dans la lignée de Gerd Naumann (2011). [5]

  • 12 septembre 1944 : De 12 h 50 à 13 h 12, la 1ère division aérienne de la 8e armée de l'air avec 30 B-17, accompagnés de chasseurs P-47 et P-51, attaque Plauen en tant que « cible d'opportunité ». ". 82,5 tonnes de bombes explosives ont été lancées. La visée a été effectuée visuellement en utilisant la méthode Boy Scout à l'aide du dispositif de visée Norden. Les zones endommagées se situent dans la banlieue sud, à Reinsdorf , dans les banlieues est et nord de la gare (de la gare supérieure) et sur le site de Vomag . Il y a eu 130 morts. Le résultat a été classé comme "légèrement satisfaisant" dans le 8e rapport de l'Armée de l'Air.
  • 16 janvier 1945 : De 12 h 40 à 12 h 53, 36 B-17 de la 3e Division aérienne de la 8e Air Force, utilisant un radar à pénétration de sol H2X , attaquent Plauen en tant que « cible secondaire ». L'escorte était composée d'avions de chasse P-51. 97,2 tonnes de bombes explosives à usage général (GP) et de bombes incendiaires ont été larguées. Les zones endommagées étaient Oberer Bahnhof, Bärensteinviertel, le sud de Haselbrunn et le sud-est de Bahnhofsvorstadt, ainsi que les cimetières 1 et 2. 132 morts ont dû être dénombrés.

Le 8 février 1945, les chefs d'état-major ont donné un ordre à la 8th Air Force et au British Bomber Command selon lequel Plauen était l'une des dix principales cibles des attaques contre les transports militaires et les réfugiés. [6]

  • 23 février 1945 : De 12 h 03 à 12 h 10, Plauen est attaqué comme cible principale dans le cadre de l'opération Clarion (trompette de guerre) contre les installations de transport en Allemagne. 110 B-17 de la 1ère division aérienne de la 8th Air Force ont largué 325 tonnes de bombes explosives GP sans vision au sol à l'aide d'un radar à pénétration de sol H2X. Les quartiers les plus touchés se situent au sud-est du faubourg de la gare (Pauluskirchviertel) et dans le quartier de Syratal , mais aussi à l'ouest du centre-ville. 387 morts sont à dénombrer, 147 hommes et 240 femmes.
  • 3 mars 1945 : De 12 h 03 à 12 h 05, la ville est attaquée par onze bombardiers B-17 de la 1ère division aérienne de la 8th Air Force en tant que "cible d'opportunité". La visée s'est faite visuellement à l'aide du géoradar H2X et du dispositif de visée nord . 27,5 tonnes de bombes explosives GP ont été larguées. La zone endommagée était une petite zone au nord-ouest de la gare supérieure, à l'ouest de Haselbrunn et un poste de signalisation ferroviaire, avec un terrain découvert à côté. Il y a eu 21 morts.
  • 5 mars 1945 : De 11 h 07 à 11 h 41, 24 bombardiers B-17 avec escorte P-51 de la 3e division aérienne de la 8e armée de l'air attaquent Plauen comme une "cible d'opportunité". 59 tonnes de bombes explosives GP et de bombes incendiaires ont été larguées, visées par la méthode Boy Scout et en utilisant le radar au sol H2X. Les zones sinistrées sont le faubourg est de la gare, la vieille ville et la zone hospitalière. 74 morts ont été dénombrés, dont 51 femmes.
  • 17 mars 1945 : De 12 h 03 à 13 h 05, 125 B-17 attaquent Plauen en tant que "cible d'opportunité", escortés par des chasseurs P-51. L'unité de la 3e division aérienne de la 8e armée de l'air a largué 350,9 tonnes de bombes explosives GP et de bombes à fragmentation sur la ville en utilisant la méthode Pathfinder et le radar à pénétration de sol H2X. Les zones sinistrées étaient très dispersées : centre-ville ( mairie , église Luther ) et à l'ouest de celui-ci, périphérie sud-ouest, banlieue est jusqu'à la forêt de Reusa , hôpital de réserve "Recovery", réservoir d'eau de Tauschwitz , aérodrome de Syrau . L'usine de chars Vomag prévue n'a pas été touchée. 52 décès ont été enregistrés.
  • 19 mars 1945 : De 14h06 à 14h39, les 1ère et 3ème Divisions Aériennes de la 8ème Air Force attaquent Plauen en "cible secondaire". 436 B-17 escortés par des P-51 ont largué 1 103 tonnes de bombes GP HE et de bombes à fragmentation à l'aide d'un radar au sol H2X et de viseurs Norden. Les zones de dommages étendus se trouvaient dans le centre-ville (qui était également la zone cible) et dans le sud de la ville, y compris Südvorstadt jusqu'à Taltitz . 394 morts sont à déplorer.
  • 21 mars 1945 : De 9 h 50 à 10 h 05, Plauen est attaqué comme cible secondaire par 107 B-17 de la 3e division aérienne de la 8th Air Force. Des dispositifs cibles Norden ont été utilisés comme méthodes cibles. 312 tonnes de bombes explosives GP ont été larguées. Des dommages se sont produits dans l'usine Vomag et dans l'usine de réservoirs Vomag, à proximité de la station inférieure jusqu'au faubourg sud, dans le faubourg est jusqu'à la forêt de Reusa, dans la zone hospitalière et le faubourg est. 43 morts ont été récupérés.
  • 26 mars 1945 : De 14 h 07 à 14 h 14 et entre 14 h 28 et 15 h 00, Plauen est identifiée comme une "cible secondaire" sous ciblage visuel avec les viseurs Norden de 281 B-17 et 98 P-51 des 1er et La 3e division aérienne de la 8e armée de l'air a attaqué par un "temps de bombe" clair. 734 tonnes de bombes GP de divers calibres, de bombes à fragmentation et de bombes incendiaires à tige et à liquide ont été larguées. L'usine de réservoirs de Vomag a été totalement détruite, Vomag a été touchée, ainsi que d'autres installations industrielles près de l'Elster, de la vieille ville sud et de la banlieue sud. 45 morts ont dû être récupérés.
Bombardier à grande vitesse britannique Mosquito
  • 3ème/4ème Avril 1945 : Dans la nuit de 00h06 à 00h24 huit Moustiques du No. 8 Groupe du RAF Bomber Command avec 7,1 tonnes de bombes hautement explosives (32 à 250 kg chacune) utilisant la procédure de ciblage OBOE vers le centre-ville. Il s'agissait d'une attaque de brouillage guidée par balise, qui était probablement en préparation du bombardement de zone du 10/11. April a servi (une "expérience"). Il y a eu 5 morts.
  • 5 avril 1945 : De 11 h 37 à 11 h 47, Plauen est la cible d'une attaque de la 2e division aérienne de la 8e armée de l'air avec 151 B-24 , utilisant un radar au sol H2X aéroporté par mauvaise visibilité. 384,4 tonnes de bombes explosives GP, de conteneurs, de bâtons et de bombes incendiaires liquides ont été larguées, avec une dispersion extrêmement large des gouttes. Les zones endommagées étaient la vieille ville, le reste du centre-ville, la banlieue est jusqu'à Reusa, la banlieue ouest de la gare (gare inférieure) et le Syratal. 85 morts ont été récupérés. Certains de ces bombardiers auraient visé Bayreuth et se seraient égarés en raison d'erreurs de navigation.
Lancaster britanniques lançant des leurres radar puis lançant des bombes (mines aériennes et bombes incendiaires)
  • 8 avril 1945 : De 12 h 13 à 12 h 26, la 3e division aérienne de la 8e armée de l'air attaque Plauen avec 86 B-17 et P-51 comme escortes. 258,3 tonnes de bombes explosives GP, de conteneurs, de bâtons et de bombes incendiaires liquides ont été larguées à l'aide d'un radar à pénétration de sol H2X et de dispositifs cibles Norden. Les zones endommagées se trouvaient dans le centre-ville, la banlieue de Neundorf, dans le quartier de Pauluskirch et dans la partie ouest de la vieille ville. 60 morts, dont 40 femmes, ont dû être récupérés.
  • 9 avril 1945 : De 22h23 à 22h38, 37 Moustiques du No. 8 Bomber Group du RAF Bomber Command avec 51,1 tonnes de mines et de bombes explosives largement répandues dans le centre-ville de Plauen. Les bombardiers à grande vitesse utilisaient le système de guidage de cible OBOE. L'attaque de perturbation guidée par balise a servi à la préparation de la navigation pour le bombardement de la zone dans la nuit suivante. 40 morts ont été enregistrés.
  • 10/11 Avril 1945 : 304 bombardiers lourds Avro Lancaster à longue portée et six No. 1 et non. Huit groupes de bombardiers de la RAF, assistés de huit radars Handley Page Halifax , avaient décollé du sud-est de l'Angleterre dans la soirée puis, par une nuit claire et étoilée, avaient vu leur zone cible de Plauen avec le Weißen Elster et le zone bâtie en dessous d'eux. La procédure de guidage OBOE a conduit les éclaireurs et le maître bombardier en toute sécurité vers la zone cible. La zone à bombarder était délimitée avec précision par de nombreux ensembles d'éclairage sur parachutes et 756 "arbres de Noël" verts et lumineux. Les bombardiers ont largué 1 167,7 tonnes de bombes minières de 23h02 à 23h24 ( Blockbuster, "crackers d'immeuble"), bombes explosives et incendiaires dans la zone cible. Plus précisément, il y avait 248 bombes minières HC de 4 000 livres, 261 bombes hautement explosives de 1 000 livres et 2 500 bombes hautement explosives de 500 livres, plus 87 conteneurs contenant des agents incendiaires, 756 fusées éclairantes (arbres de Noël) et 12 fusées éclairantes .. Il y a eu de fortes explosions et d'énormes incendies de forêt, un développement de fumée jusqu'à quatre kilomètres de haut. Lors du vol de retour, les équipages des bombardiers pouvaient encore voir le rouge des incendies à une distance de 100 milles. De la fumée et de la poussière recouvrirent toute la ville en ruines pendant des jours. De vastes ravages et des incendies majeurs ont éclaté presque partout, mais surtout dans la région de Bärenstein, les banlieues ouest et est de la gare (Pauluskirchviertel), à Haselbrunn, dans le centre-ville, la banlieue de Neundorfer, la Hammervorstadt et la banlieue est jusqu'à Reusa. Plus de 890 résidents enregistrés de Plauen seulement sont morts dans cette attaque d'extermination par la RAF, c'est-à-dire plus aux mains de réfugiés et d'autres personnes. C'était "... une opération nocturne contre Plauen avec l'intention d'effacer la ville de la carte." [7]Dans cette seule attaque "... 365 acres (164 hectares) ont été détruits, correspondant à 51% de la superficie de la ville." [8]

Le 16 avril 1945, les troupes américaines entrent dans Plauen.

charge de bombe

4 925 tonnes de bombes ont été larguées sur Plauen (selon Naumann 2011). [9] Naumann avait précédemment déclaré 5 740 tonnes. La différence peut s'expliquer par le fait qu'entre-temps (2009), il était possible de se pencher sur le journal de guerre du British Bomber Command. [10] [11] Groehler (1990) avait donné une charge de bombe de 4 844 tonnes. [12] Tout l'arsenal disponible de types de bombes, bombes explosives polyvalentes GP, bombes à fragmentation, bombes minières (blockbusters), bombes incendiaires, bombes incendiaires au phosphore, conteneurs avec divers agents incendiaires et cocktails de bombes différenciés a été utilisé. [13] Plauen a reçu la charge de bombes la plus élevée de 159 tonnes par kilomètre carré par rapport aux grandes villes de Saxe. [14]

12 600 cratères de bombes ont dû être dégagés. Dans la seule période de juillet 1945 à août 1946, 523 bombes explosives, à fragmentation et minières et 360 bombes incendiaires ont été rendues inoffensives à Plauen-Ville et Plauen : un total de 70 tonnes de bombes au cours de ces 14 mois. [15]

pertes dans les bâtiments

Environ 75% du tissu immobilier de Plauen a été détruit. [16] 6 500 bâtiments résidentiels ont été détruits ou endommagés (77%), seuls 1 925 sont restés intacts. Le degré de destruction dans la banlieue haute de la gare était de 99%, dans le centre-ville de 40%. [17] Dans huit des 14 attaques, la zone urbaine était la cible des opérations. Certains des bâtiments conservés ont ensuite été revendiqués par les puissances occupantes. La population de Plauen passe de 111 000 en 1942 à 77 700 en juillet 1945. La population vit entassée, en partie dans des maisons sans toit, dans des caves humides et des granges. [18]

L'usine de chars Vomag en tant que cible n'a pas été attaquée plusieurs fois jusqu'au 17 mars 1945, le 26 mars, l'usine de chars a dû arrêter la production en raison de la destruction. Au total, 50% du tissu de construction et 20% des machines Vomag ont été détruits par l'USAAF larguant 1 545 tonnes de bombes. Une partie de la production avait été externalisée.

L'aérodrome de Plauen-Kauschwitz est touché par quelques bombes le 17 mars 1945 et le 14 avril, il est attaqué par des chasseurs-bombardiers. Les deux attaques sont restées sans dommages aux bâtiments.

Pertes et dommages aux bâtiments culturels

Viaduc Syratal Plauen 1945

Cette section s'appuie essentiellement sur l'ouvrage de référence : Destins des monuments allemands pendant la Seconde Guerre mondiale . [19]

  • Johanniskirche : Le 10 avril 1945, le toit et la tour sud sont détruits par des bombes. D'autres dommages sont survenus à la maçonnerie, en particulier à la voûte et au mobilier. Reconstruction 1951 à 1963.
  • Église Luther : La toiture a été particulièrement endommagée lors des raids aériens. L'autel avait été enlevé pour des raisons de protection et donc conservé. Reconstruction juste après la guerre.
  • Bâtiment conventuel de l' Ordre Teutonique : il a été détruit en 1945 à l'exception de quelques murs d'enceinte.
  • Kantorei et Kirchnerei : Détruites jusqu'aux murs d'enceinte en 1945, ruines enlevées. Seules la porte et quelques parties attenantes de l'enceinte de la ville sont conservées.
  • Hôpital Sainte-Elisabeth : Détruit en 1945 à l'exception des murs d'enceinte. Ruines enlevées en 1949.
  • Château des baillis : détruit le 10 avril 1945 à l'exception des murs d'enceinte. 1954/55 Tour Rouge reconstruite avec une finition de toit différente.
  • Domaine Dobenau : détruit en 1945.
  • Tour des Nonnes : très endommagée en 1945. Restauré dans les années 1950. Le bastion a été démoli en 1962.
  • Ancien hôtel de ville : Le toit a été gravement endommagé par les bombes en 1945 et la maçonnerie a été partiellement éventrée.
  • Nouvel Hôtel de Ville : très endommagé en 1945
  • Bâtiment de l'école de district (Schulberg 4) : Détruit en 1945 à l'exception des murs d'enceinte. 1953 ruines démolies.
  • École citoyenne (Syrastraße) : gravement endommagée en 1945. Supprimé en 1948 pour des raisons de circulation.
  • Weisbachsches Haus (Bleichstrasse) : modérément endommagé par les bombes en 1945.
  • Bâtiment résidentiel à Kirchplatz 8 : détruit en 1945, plus tard les ruines ont été enlevées et le sous-sol rempli.
  • Bâtiment résidentiel et commercial à Nobelstraße 9–13 : endommagé à détruit.
  • Immeuble d'habitation à Straßberger Straße 13 (au coin de la Teichgasse) : endommagé en 1945, restauré.
  • Old Elster Bridge : côté sud gravement endommagé par un coup de bombe. Une plaque sur le pont de 2001 informe : "Fortement endommagé au printemps 1945 par les effets de la guerre".
  • Viaduc de Syratal : gravement endommagé par les bombardements

décès

Cimetière principal des victimes de la bombe au cimetière principal de Plauen
Mémorial pour les victimes de la bombe au cimetière principal de Plauen

Au total, plus de 2 358 décès ont dû être déterminés. Cependant, le nombre réel est plus élevé car après l'attaque nocturne britannique particulièrement lourde le 10/11. Avril 1945, seuls les résidents enregistrés de Plauen étaient enregistrés. [20] 1 284 décès étaient des femmes, ce qui correspond à 54 %. On ne sait pas combien d'enfants ont été touchés. Certains des enfants et des jeunes avaient été évacués via la Kinderlandverschickung ou des initiatives familiales.

Excuses de Frank Clark

En 1987, l'Américain Frank Clark présente ses excuses dans une lettre au maire de Plauen de l'époque pour avoir participé au bombardement de la ville le 26 mars 1945 en tant que mitrailleur sur une « Forteresse volante ». Il a également été impliqué le 19 mars 1945 au-dessus de Plauen et dans un total de 35 bombardements sur des villes allemandes. [21]

tombe et mémorial

Au cimetière principal de Plauen Reusa , au nord du crématorium, se trouve un « site funéraire et mémorial pour les victimes des bombardements des raids aériens de 1944-1945 » (nommé comme indiqué sur le plan du cimetière). Vous y trouverez une pelouse sans pierres tombales et un mémorial avec l'inscription « Nos morts admonestent. 1944-1945. Interdire la guerre" . Le visiteur non averti du cimetière ne peut pas voir sur place qu'il s'agit d'un lieu de sépulture pour les victimes de la bombe de Plauen.

Littérature

  • Walter Bachmann : Le Vieux Plauen . 2e édition. Maison d'édition Vogtland Neupert, Plauen 1994. ISBN 3-929039-43-5 .
  • Roger A. Freeman: Mighty Eighth War Diary . DE JANE. Londres, New York, Sydney 1981. ISBN 0-7106-0038-0 .
  • Olaf Groehler : Guerre de bombardements contre l'Allemagne . Akademie-Verlag, Berlin 1990. ISBN 3-05-000612-9 .
  • Heinrich Magirius : Plauen (arrondissement) . Dans : Götz Eckardt (éd.) Destins des monuments allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Une documentation des dommages et des pertes totales sur le territoire de la RDA . Henschel-Verlag, Berlin 1978. Volume II, p. 461-463.
  • Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . 2e édition. PG Verlag, Plauen 2011.
  • Rudolf Laser, Joachim Mensdorf, Johannes Richter : Plauen 1944/45 - une ville est détruite . Maison d'édition Vogtland Neupert, Plauen 1995.

documentaire

  • "Nom de code Brisling", production cinématographique MPC Plauen 2009
  • "Nom de code Brisling 2", production cinématographique MPC Plauen 2016

les détails

  1. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. pp. 24–27
  2. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . 2011. pages 179 et suivantes
  3. MDR le 12 novembre 2020 : Musée de la protection contre les raids aériens de Plauen
  4. Olaf Groehler : Guerre de bombardements contre l'Allemagne . Berlin 1990. p.35
  5. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. pages 51 à 115, résumé page 140
  6. Olaf Groehler : Guerre de bombardements contre l'Allemagne . Akademie-Verlag, Berlin 1990. p.389
  7. JOURNAL FAF du 156e Escadron. Citation de Gerd Naumann : Plauen im Bombenkrieg 1944/1945 . Plauen 2011. P. 116/117
  8. RAF Bomber Command War Diaries 10/11 avril 1945. Cité de Gerd Naumann : Plauen im Bombenkrieg 1944/1945 . Plauen 2011. pp. 118/119
  9. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. p.140
  10. Air 14/3422, Bomber Command Summary of Operations Night 3/4th April 1945 and Night 9/10th April 1945
  11. Air 14/2680, BC Summary of Operations Night 10/11 avril 1945
  12. Olaf Groehler : Guerre de bombardements contre l'Allemagne . Berlin 1990. p.449
  13. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. pages 34/35, pages 141
  14. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements . Plauen 2011. p.140
  15. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. P. 147, P. 220-221
  16. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. p.6
  17. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . pages 144/145
  18. Matériel visuel des archives de la ville de Plauen, à l'occasion de l'exposition "Plauen il y a 70 ans" (2015)
  19. Heinrich Magirius : Plauen in sorts of German monuments in the Second World War (éd. Götz Eckardt), Henschel-Verlag, Berlin 1978, Volume 2, pp. 461-463
  20. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . Plauen 2011. p.140
  21. Gerd Naumann : Plauen dans la guerre des bombardements 1944/1945 . 2011. p. 226–228

liens web

Commons : Raids aériens sur Plauen  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio