Lviv

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Place Halytskyi, où se sont déroulés des rassemblements et des combats de barricades

Lwiw , allemand Lemberg ( ukrainien Львів ? / i [ lʲʋiu̯ ], polonais Lwów [ lvuf ], yiddish לעמבערג YIVO Lemberg , arménien Լվով [ lvov ], russe Львов Lwow [ lʲvɔf ]), est une ville de l'ouest de l' Ukraine avec une population d'environ 730 000 habitants. [1] C'est le centre régional le plus important de l' ouest de l'Ukraine , la capitale du district de l' oblast de Lviv et (à partir de 2015) la septième plus grande ville d'Ukraine . En plus de la ville de Lviv avec ses six districts urbains, l'administration municipale est également responsable de la ville de Wynnyky et des deux colonies de type urbain de Bryukhovychi et Rudne .

Lviv

Lviv a été façonnée par la coexistence de plusieurs groupes ethniques pendant des siècles. Jusqu'au 20e siècle, il y avait une grande proportion de Juifs et d'Ukrainiens en plus d'une majorité polonaise dans la population . La proportion initialement faible d'Ukrainiens a progressivement augmenté en raison de l'arrivée de personnes provenant des environs. Il y avait aussi diverses minorités, comme les germanophones, provoqués par les fonctionnaires autrichiens, ou les arméniens . Au début du 21e siècle, la plupart des Ukrainiens vivent dans la ville, aux côtés des Russes , des Biélorusses et des Polonais . La vieille ville fait partie du patrimoine mondial de l'UNESCO [2] et se caractérise par des bâtiments de la Renaissance , laLe baroque , le classicisme et l'art nouveau dominent. Son flair méditerranéen a servi de toile de fond aux films soviétiques mettant en scène Rome ou Venise . [3] Lviv a accueilli le Championnat d'Europe de football 2012 .

géographie

Lviv se trouve sur le principal bassin versant européen , qui est bordé par une colline dans la ville. Au sud de celle-ci, les rivières se jettent dans la mer Noire , au nord dans la mer Baltique . La rivière canalisée Poltva , qui traverse la ville souterraine, coule vers le Bug et donc via la Vistule jusqu'à la mer Baltique. [3] La ville se trouve sur le plateau de Lvivske ( Львівське плато ), qui fait partie du plateau de Podolian , à environ 80 kilomètres à l'est de la frontière avec la Pologne .

nom de la ville et langues

La ville porte le nom de Léon Ier de Galice . [4] Le prénom Leo ou Leon a été ajouté en ukrainien avec w intervocalique ( Le w on ) et abrégé en Lew (également le terme pour lion ) et a été utilisé comme base des formes slaves du nom de lieu.

La ville, fondée entre 1250 et 1259, a été mentionnée pour la première fois en 1259 sous le nom de Leo lupum en latin. En 1270 apparaît le nom de Lvihorod , où horod est une forme ukrainienne du mot grad ( colline slave ). Leopolim de 1272 a inclus la polis d'origine grecque dans le nom latin. [5] En grec, le nom Litbon et Litbada a été écrit au XIIIe siècle . [6]

Jusqu'au XVe siècle, la ville était dominée par des patriciens allemands , notamment sous le roi Casimir le Grand . [7] À l'origine, le nom de lieu en langue allemande était probablement Leonburg , [4] mais n'est apparu qu'en 1340 dans des documents écrits en latin sous le nom de Lemburgum [5] et en 1342 sous le nom de Lamberg [8] après des changements linguistiques. Les autres orthographes documentées sont : Lamburg (1351), in terra Lamburgensi (1364), Lamburg alias Lwow (1370), Lamburg (1396), Lemburg (1416). [9]Le prénom Léon fut de nouveau utilisé, notamment en latin ( civitas Leona , 1389 ; Leontopolis ).

Il existe des noms pour la longue ville multiethnique dans de nombreuses langues: ukrainien Львів Lwiw (anciennement aussi Lwihrad et Ilwiw ), russe Львов Lwow , polonais Lwów , yiddish לעמבערג Lviv ou dialectalלעמבעריק Lemberik , l'arménien degree Lwow , le hongrois Ilyvó , l'allemand Lemberg , le français Léopol et l'italien Leopoli , tous deux du latin Leopolis (anciennement également Livovia , Leopolya ) allemand Löwenstadt , en turc Ili , Ilbo , Libot , Ilibow ou Ilbadir , en arménien Ilof . [6]    Avant 1945, Lemberg et quelques dizaines de villages rattachés étaient une île à majorité de langue polonaise (cf. dialecte de Lemberg ) dans un environnement à prédominance ukrainienne.

blason

Description : En bleu , un mur d' or avec trois tours crénelées, la plus haute au milieu, et un lion d'or courant sous l' arc brisé .

histoire

Lvov dans l'Empire Halych 1256–1349

Rurikids -Prince Daniel sur le monument national Mille ans de Russie

En 1256, Daniel Romanovitch de Galice ( Halych ), le prince de la Principauté de Galice-Volhynie de la Russie de Kiev , fit construire un château pour son fils Lev sur le site de l'actuelle Lviv. De ce Lew ( vieux slave oriental pour lion ), la ville tire son nom de Lwow - "Lew ou le lion appartenant". Le lion apparaît également à maintes reprises dans les armoiries de la ville et dans de nombreuses sculptures en pierre. L'emplacement idéal au carrefour des routes commerciales a permis à la ville de se développer rapidement. Cependant , les déprédations des Rus' par les Mongols , ainsi que les paiements de tribut, sapèrent bientôt la puissance de la Galice-Volhynie. Après la ligne locale deLa dynastie Rurikid s'était éteinte, Lvov tomba pour la première fois aux mains du Grand-Duché de Lituanie en 1340 et de la Pologne en 1349 .

Lwów polonais 1349–1772

En 1356, la ville reçut les droits de ville de Magdebourg du roi polonais Casimir le Grand ; [10] Les citoyens allemands, les juifs ainsi que les chrétiens catholiques romains se sont installés dans une plus grande mesure qu'auparavant. La même année, les Arméniens reçoivent les privilèges de Casimir. [11] La langue officielle a été l'allemand pendant près de 200 ans. Les forêts de la crête de Rostochtschja dans la région ont été colonisées par la colonisation légale allemande avec l'aide de colons catholiques romains. Le sceau du conseil municipal était le latin S (igillum) : CIVITATIS LEMBVRGENSIS. En 1387, après une brève période de domination hongroise, la ville est revenue au Royaume de Pologne . De 1375 à 1772, Lwów était la capitale de la voïvodie polonaise ruthène et de la terre de Lemberg ( Ziemia lwowska ), depuis 1569 dans le Commonwealth polono -lituanien .

Au début de la période moderne , la ville est devenue un important centre commercial et, avec Cracovie , Vilnius et Varsovie , un centre de la vie culturelle et intellectuelle polonaise. La région autour de Lwów est devenue une île de langue polonaise, mais la région est restée majoritairement ukrainienne. Au XVIe siècle, le Russe Ivan Fedorov travaillait à Lwów, l'un des premiers imprimeurs slaves orientaux après le Biélorusse Francysk Skaryna .

Pendant le soulèvement de Khmelnytskyi et la guerre russo-polonaise de 1654-1667 , Lvov fut assiégée en 1648 et 1655 par les cosaques de Zaporozhian . La ville a reçu le prédicat semper fidelis ("toujours fidèle") parce qu'elle s'est défendue à plusieurs reprises contre les assiégeants au 17ème siècle. [12]

Fondée en 1661 par le roi polonais Jean II Casimir , l'université de Lwów est la plus ancienne de l'Ukraine moderne.

Lemberg autrichien 1772–1918

01869 Lemberg-Lwow, Franzisco-Josephinische Landesaufnahme 1809-1869.jpg
Place du marché de Lemberg vers 1869, enquête d'État Franzisco-Joséphinique 1809-1869


En 1772, la ville tomba sous la monarchie des Habsbourg avec le premier partage de la Pologne . Lemberg est devenue la capitale du Royaume de Galice et de Lodomeria et la quatrième plus grande ville de l' État multinational . Au départ, l'empereur Joseph II voulait imposer la langue allemande comme langue administrative, comme ce fut le cas dans tout son domaine. Depuis les réformes scolaires de Marie-Thérèse jusque vers 1850, les cours dans les écoles principales et triviales se déroulaient exclusivement en allemand, ce qui était problématique car - comme l'a dit l'auteur polonais Kazimierz Brodzińskisouvenait - les enfants polonais ne pouvaient qu'apprendre le sujet par cœur sans le comprendre. [13]

En 1778, une congrégation évangélique luthérienne allemande fut fondée à Lemberg. Son représentant le plus actif était le marchand Johann Friedrich Preschel .

La composition de la fonction publique a changé au milieu du XIXe siècle. Sur les 800 fonctionnaires, 600 étaient auparavant allemands, mais la relative autonomie du royaume de Galice à partir de 1867 fit que le polonais fut rapidement ajouté comme deuxième langue. Les Polonais en particulier agissaient désormais en tant que fonctionnaires du gouvernement impérial et royal de Vienne en Galice.

À partir de 1867, date de la formation de la double monarchie austro -hongroise , les Galiciens possédaient la citoyenneté autrichienne uniforme et étaient représentés par des polonais et, après l'extension des droits électoraux, par des députés ruthènes au Reichsrat , le parlement de Cisleithania à Vienne. Le Reichsgesetzblatt publié à Vienne paraît également en polonais depuis 1867 et en ruthène depuis 1870 . [14]

Lemberg était le siège du gouverneur impérial et royal (le représentant de l'empereur et de son gouvernement), du Sejm (parlement de l'État), de trois archevêques ( catholique romain , catholique grec , catholique arménien ), qui étaient en vertu de leur fonction membres de le manoir du Reichsrat autrichien, et un grand rabbin . De 1804 à 1870, la ville fut également le siège de la Surintendance évangélique AB Galice . Les consulats de Grande-Bretagne , de France , d' Allemagne , de Russie et de Russie étaient situés à LvivDanemark . La capitale galicienne avait une université et une polytechnique , toutes deux avec le polonais comme langue d'enseignement, quatre lycées polonais, un allemand et un ruthène .

Marienplatz 1915

Vers 1900, environ la moitié des habitants étaient des Polonais, un quart des Juifs et 30 000 Ruthènes (alors terme pour les Ukrainiens ). Ces derniers étaient discriminés par la population polonaise. En 1908, trois gendarmes polonais du kk ont ​​tué un fermier ruthène, après quoi l'étudiant ukrainien en philosophie Miroslaw Siczynski a abattu le gouverneur, le comte Andrzej Kazimierz Potocki . Des affrontements sanglants entre étudiants polonais et ruthènes ont suivi. [16] L'île de langue polonaise fermée de Lviv comprenait plus de 30 municipalités dans le district de Lviv .

Avant la Première Guerre mondiale , Lemberg était  l'une des plus grandes garnisons de l' armée austro-hongroise à l'est de la double monarchie , avec Cracovie et la forteresse de Przemyśl . Le site était une pierre angulaire de la protection de la frontière austro-hongroise contre l' Empire russe . L' armée russe s'empara de Lviv fin août 1914 et s'avança loin vers l'ouest. [17] Lemberg fut occupé par l'armée tsariste jusqu'en juin 1915 et fut plusieurs fois menacé par l'avancée des troupes russes jusqu'à la Révolution russe de 1917 .

Lwów polonais 1918-1939

Langues parlées dans le district de Lemberg selon le recensement autrichien de 1900 (la majorité parlait polonais : rouge, ukrainien : bleu, allemand : jaune)
"Big Lwów" (ligne violette)

À la fin de la Première Guerre mondiale, la République populaire d'Ukraine occidentale est fondée à Lemberg le 1er novembre 1918 , mais la Pologne en prend le contrôle après des combats parfois acharnés lors de la guerre polono-ukrainienne . Les troupes polonaises occupent la ville le 21/22. Novembre 1918. Un pogrom contre la population juive, qui dura du 22 au 24 novembre, fit 64 morts , selon le rapport d' Henry Morgenthau père . [18]Beaucoup ont été blessés ou volés. Il a été prouvé que certains officiers, soldats et civils polonais étaient responsables. Sont également impliqués des membres de la milice juive (une dizaine d'arrestations) et des déserteurs de l'armée galicienne. Les victimes du pillage comprenaient également des parties de la population polonaise et ukrainienne. L'acte de violence a eu un effet durable sur la coexistence harmonieuse des différents groupes ethniques et religieux à Lwów entre les guerres.

A cette époque, la ville comptait 361 000 habitants, pour la plupart des Polonais (1912 entre 50 et 53 %, à partir de 1925 plus de 55 %), un tiers majoritairement des Juifs polonisés, ainsi que des Ukrainiens , des Allemands et des Arméniens polonais . Dans la périphérie de la ville vivaient principalement des Ukrainiens (selon le district, environ quatre à cinq sixièmes de la population), bien que de nombreux villages de la région aient une majorité polonaise. En 1931 , la ville a été formée par les incorporations des municipalités de village de Zamarstynów , Hołosko Małe , Kleparów , Sygniówka , Kulparków et Zniesienie , ainsi que des parties de Biłohorszcze , Kozielniki etKrzywczyce agrandi (un total de 3106 hectares avec environ 50 000 habitants). C'est ainsi que la troisième plus grande ville de Pologne est née. Dans l'entre-deux-guerres, Lviv est restée à la fois un bastion de la culture polonaise et un foyer du nationalisme ukrainien ; cependant, l' identité supranationale des Habsbourg est également restée présente en arrière-plan. L' école Lemberg-Varsovie était de classe mondiale dans le domaine philosophique de la logique .

Administrativement, dans le cadre de la Seconde République polonaise , la ville était la capitale de la voïvodie de Lwów du même nom à partir de 1921 .

Deuxième Guerre mondiale

En septembre 1939, Lwów a été incorporé à la République soviétique d'Ukraine jusqu'en 1941 en raison du pacte Hitler-Staline par l' occupation soviétique de l'est de la Pologne en 1939 . L'armée polonaise avait opposé une résistance farouche aux troupes allemandes malgré l'artillerie et les bombardements aériens, car la zone avait été conçue comme une voie d'approvisionnement pour les Alliés via la Roumanie. Ce plan ne tenait pas compte du fait que l'Allemagne et l'Union soviétique auraient pu être alliées. Les combats ont cessé le 22 septembre 1939, trois jours après l'apparition des troupes soviétiques. [19] Comme convenu dans le pacte, les Allemands ont cédé la ville aux troupes soviétiques et se sont retirés. [20] Comme partout dans leLa collectivisation forcée par l'Union soviétique des associations commerciales et des fermes paysannes a également eu lieu à Lvov, occupée par les Soviétiques. A cette époque, environ 160 000 Polonais, 150 000 Juifs et 50 000 Ukrainiens vivaient dans la ville. [21]

Entre le début de l' invasion allemande de l'Union soviétique le 22 juin 1941 et l'invasion de Lvov par la Wehrmacht allemande, les forces soviétiques (principalement le NKVD ) ont tué environ 4 000 prisonniers politiques. Au petit matin du 30 juin 1941, la 1ère division de montagne sous le commandement du général de division Hubert Lanz et le Baulehrbataillon zb V. 800 " Die Brandenburger ", appuyés par le bataillon de volontaires ukrainiens " Nachtigall " , prennent la ville sans résistance. [21] Le même jour, des membres de l' Organisation des nationalistes ukrainiens - banderistes (OUN-B) ont appelé Yaroslav Stetskola restauration de l'indépendance ukrainienne depuis le balcon du palais Lubomirsky . Cependant, ils ont été arrêtés par la Gestapo quelques jours plus tard parce que la partie allemande ne voulait pas d'un État ukrainien. Lwow est devenue une partie du gouvernement général allemand et a de nouveau fonctionné sous le nom de Lemberg en tant que capitale du district de Galice .

Le massacre des prisonniers ukrainiens par le NKVD a été exploité à des fins de propagande par les unités de la Wehrmacht, le bataillon « Nachtigall » et la milice nationaliste et antisémite ukrainienne OUN-B. Cela a alimenté une ambiance de pogrom dirigée contre la population civile juive. Environ 4 000 Juifs sont morts dans des meurtres de masse au cours des premiers jours de l'occupation allemande , certains lors d'émeutes "spontanées" par des milices ukrainiennes et des civils dans la ville, mais la plupart lors d'une exécution de masse organisée par l' Einsatzgruppe C le 4 juillet 1941 à la périphérie de la ville. [21] Dans la nuit du 3 au 4 juillet 1941, la Gestapo du SS-Oberführer de l'époque les arrête également Karl Eberhard Schöngarth a assassiné 22 professeurs polonais, selon une liste établie avec l'aide d'étudiants ukrainiens, ainsi que certains de leurs proches.

Ghetto de Lviv, 1942

Le capitaine de district et donc souverain civil de Lemberg était alors Joachim Freiherr von der Leyen de Krefeld . La quasi-totalité des Lembergers juifs ont ensuite été assassinés, notamment dans le ghetto de Lemberg mis en place par les nationaux-socialistes , dans le camp de travaux forcés de Lemberg-Janowska et dans le camp d'extermination de Belzec . [22] Presque toutes les synagogues ont été détruites. Seuls deux bâtiments existent encore aujourd'hui. Total étaient à Lviv et dans la région de Lviv pendant la période nazieenviron 540 000 personnes ont été tuées dans les camps de concentration et de détention, dont 400 000 Juifs, dont environ 130 000 Lembergs. Les 140 000 victimes restantes étaient des prisonniers russes.

Entre 1941 et 1944, dans le cadre de la politique allemande d' euthanasie , 2 000 patients de l'établissement de Kulparkow ont été assassinés. [23] [24] L' Institut de recherche sur le typhus et les virus du haut commandement de l'armée était également situé à Lemberg .

Le camp de prisonniers de guerre 275 pour les prisonniers de guerre allemands de la Seconde Guerre mondiale existait plus tard à Lemberg . [25] Près du camp, il y avait un cimetière de prisonniers de guerre avec plus de 800 tombes. Les malades graves étaient soignés à l' hôpital des prisonniers de guerre 1241 .

Lvov soviétique 1945–1991

Lorsque la ville est revenue sous la domination soviétique au cours de l ' opération Lviv-Sandomierz en 1944, la plupart des Polonais qui y résidaient ont été expulsés au cours de la réinstallation forcée de 1944 à 1946 des Polonais des anciens territoires polonais de l'Est . Après l'expulsion des Allemands qui y vivaient, une partie de la population s'est installée en Basse-Silésie , principalement à Breslau . De nombreux Ukrainiens qui vivaient auparavant en Galice occidentale polonaise et dans le centre de la Pologne ont été simultanément réinstallés de force depuis la Pologne et réinstallés à ou près de Lvov par l'URSS. Cela a changé l' ethnie et la cultureComposition de la ville fondamentale. La population traditionnelle polonaise, juive et arménienne a été remplacée par des Ukrainiens.

Les autorités soviétiques ont commencé la reconstruction de la ville, qui s'est accompagnée d'un afflux de travailleurs qualifiés de toute l'URSS et de l'industrialisation de Lvov. Dans les années 1980, 137 grandes usines avaient vu le jour produisant des bus ( LAS ), des camions , des téléviseurs et des machines. La population de la ville est passée de 330 000 à 760 000 habitants. Dans le même temps, les tendances nationalistes parmi les Ukrainiens occidentaux ont été réprimées.

Lviv depuis l'indépendance en 1991

Lviv fait partie de l' Ukraine indépendante depuis 1991 . Les années 1990 ont été marquées par l'effondrement de grandes entreprises et la crise économique persistante. Lviv a conservé son importance en tant que centre culturel, religieux, éducatif et scientifique important et a développé le secteur des services, y compris le tourisme. Depuis 1994, la ville accueille son Forum annuel du livre de Lviv , le plus grand salon du livre d' Ukraine . Les événements marquants du début des années 2000 ont été la visite en 2001 du pape Jean-Paul II (un office à Lviv auquel ont assisté plusieurs centaines de milliers de croyants) et la tragédie de Sknyliv lors du spectacle aérien de 2002 , qui a fait 77 morts.

Dans Lviv et al. Depuis 1992, des monuments et des plaques aux dirigeants nationalistes de l' OUN et de l' UPA de l'époque de la Seconde Guerre mondiale , ainsi que des rues qui portent leur nom, ont été érigés dans les villes de l'ouest de l'Ukraine, suscitant des critiques internationales pour leur collaboration intermittente avec l'occupation nazie et les crimes contre les populations civiles. Le mémorial dans l'ouest de l'Ukraine, où ils étaient actifs, est basé sur une évaluation occultée et partiellement falsifiée en tant que champions de l'indépendance ukrainienne qui auraient combattu à la fois contre l'Union soviétique et contre l'occupation allemande, qui minimise souvent leurs crimes ou les assigne à des unités allemandes et qui ne présente pas les collaborations comme des actes de persuasion, mais comme des calculs. [27]Ils avaient travaillé avec le Troisième Reich contre la Pologne de 1936 jusqu'après l'invasion allemande de l'Union soviétique. Après avoir été interdits par les occupants nazis en juin-août 1941 (OUN-B) et au début de 1942 (OUN-M) et leurs dirigeants emprisonnés, ils ont évité les affrontements clandestins, accueillant en partie les collaborations car ils espéraient utiliser du personnel qualifié pour gagner le plus tard État national ukrainien, et n'a combattu que tardivement (après Stalingrad ) également contre les Allemands, mais plus contre l' Armée de l'Intérieur polonaise , et a également commis des crimes contre des Polonais, des Ukrainiens, des Juifs (déjà à l' été 1941 ) et d'autres populations civiles (voir article OUN , UPA ,Stepan Bandera , Andriy Melnyk ). Le culte, comme la plupart des mémoriaux ukrainiens, n'est pas organisé par l'État central [28] , mais est exercé par les autorités régionales et municipales de l'ouest de l'Ukraine (en particulier le changement de nom de rue et certaines plaques commémoratives), qui suivent la valorisation idéalisée de l'OUN et UPA dans le discours ukrainien occidental. Soit il assume des partis nationalistes d'extrême droite comme Svoboda , Azov et KUN (certaines plaques commémoratives, les mémoriaux et marches) [29] [30] , qui au cours des années 2010 se sont transformés en partis dissidents à l'échelle pan-ukrainienne . [31]Au niveau régional, d'autres pionniers du mouvement national ukrainien, la République populaire ukrainienne ou la bataille de Kruty sont commémorés dans le centre de l'Ukraine [32] , dans le sud et l'est également la libération du fascisme [33] La mémoire régionale de l'OUN et de l'UPA était la premier président ukrainien Krawtchouk (1991-1994) pendant et après la Révolution orange , le président Iouchtchenko (2005-2010) a tenté d'en faire le culte commémoratif central ; les successeurs respectifs Koutchma (1994-2005) et Ianoukovitch (2010-2014) ont repoussé son importance nationale. [34]Après l' Euromaïdan , il n'était plus financé par le gouvernement central, mais le souvenir de la résistance soviéto-ukrainienne contre l'occupation nazie s'est renforcé (le 9 mai, jour de libération du fascisme, est devenu pour la première fois une fête nationale) [ 35] et la commémoration de l'Holocauste a été financée, en plus de la mémoire de toutes les personnalités nationales ukrainiennes connues dans la région [36] , ce qui se traduit par une culture du souvenir diversifiée et ambiguë. [37]L'évaluation de l'OUN et de l'UPA uniquement en tant que "collaborateurs" et "fascistes", qui ne rend pas justice à leur résistance ultérieure à l'occupation nazie et aux programmes démocratiques tardifs, remonte à une campagne d'image d'ennemi soviétique contre l'UPA alors toujours couronnée de succès en les années 1950. [38] Elle est particulièrement ancrée dans le public russophone, mais s'est également propagée à l'international par le biais de campagnes politiques dans les pays alors socialistes. [39]Il a été à la base d'une campagne russe depuis les années 2000 qui a discrédité l'OUN et l'UPA, souvent le nationalisme ukrainien dans son ensemble, comme des « nazis ». Le fait que les deux campagnes aient également utilisé de faux documents et qu'elles aient également été accusées de crimes commis par des divisions SS non ukrainiennes (en particulier la division SS "Wiking" ) et la police de sécurité a compliqué le discours critique dans l'ouest de l'Ukraine avec leurs crimes réels en plus. [40]

Depuis l'indépendance, Lviv (comme beaucoup d'autres villes ukrainiennes) a eu de nombreux monuments et plaques aux nationalistes ukrainiens qui ont collaboré avec l'occupation allemande nazie, y compris un monument monumental (octobre 2007) et une plaque sur la rue Kozyubynskoho à Stepan Bandera . [41] Le monument est le plus grand monument de Bandera au monde ; selon les planificateurs, cela devrait indiquer aux visiteurs de Lviv qu'ils se trouvent dans la ville de Bandera (Bандерштат) . [42] Une plaque commémorative pour Roman Schukhevych était attachée à son lieu de naissance, [41]une plaque commémorative pour l'ancien maire Yuriy Polyanskyj, qui accueillit en août 1941 Hans Frank , le gouverneur général allemand de la Pologne occupée, [41] une plaque commémorative pour Volodymyr Stschihelskyj (Володимир Счігель'ский) , commandant de diverses unités de police auxiliaires pour les occupants allemands et les participants actifs à l' Holocauste , [41] deux plaques commémoratives pour Stepan Skrypnyk , chef de l'Église orthodoxe ukrainienne, antisémite et admirateur d'Hitler [41] et des plaques commémoratives pour Bandera et pour Shukhevych dans le hall d'entrée de l' Université nationale polytechnique .[43]

Dès 1992, la rue de la Paix (вулиця Миру / улица Мира) a été rebaptisée rue Stepan-Bandera , [44] et d'après Roman Schukhevych (ou son pseudonyme "Général Tschuprynka"), sous le commandement duquel l'UPA a organisé des milliers de Juifs et 70 000 à 100 000 Polonais avaient été massacrés, [41] même deux rues ont été nommées. [45] Une rue porte le nom de Yaroslav Stetsko . [41] Une rue porte le nom d' Andryj Melnyk , [41] en 2007 une autre d'après Dmytro Palijiv, le SS Hauptsturmfuhrer de la 14e division Waffen Grenadier des SS (galicien n° 1) [41], un après Oleksandr Luzkyj ( Олександр Луцький , membre de l' UPA et de l'OUN-B ainsi que commandant du bataillon Nachtigall de la Wehrmacht allemande [41] , une route et une plaque commémorative pour Oleh Olschytsch , dont l' organisation OUN - M a soutenu la police auxiliaire ukrainienne pour l'équipage allemand [41] , une route et une plaque commémorative pour Roman Suschko, co-fondateur de l'OUN, qui avait déjà formé 600 hommes près de Wiener Neustadt comme troupes auxiliaires ukrainiennes pour l'invasion allemande de la Pologne en 1939 ; deux de ses bataillons nommés respectivement "Bergbauernhilfe" et "Bergbauernhilfe" et "Bergbauernhilfe". Unités militaires nationalistes"  (Віс'кові відділі націоналістів)combattu pour les envahisseurs allemands [41] [46] . Une rue a été nommée d'après Yuriy Horlis-Horskyj , un agent de contre-espionnage allemand, [41] une d'après Ulas Samchuk , un écrivain radicalement antisémite et rédacteur en chef du magazine Volyn (Волинь) , qui louait Hitler et l'occupation allemande, [ 41] un après Volodymyr Kubiyovych , qui a travaillé en étroite collaboration avec Hans Frank et a été impliqué dans l'Holocauste, [41] une rue après Viktor Kurmanovych, co-fondateur de la 14e division Waffen SS, [41] une rue après le cardinal Jossyf Slipyj, qui a célébré des messes importantes pour la division SS ukrainienne ; il est également dédié un relief monumental et un centre à l' Université catholique ukrainienne [41]

Une plaque commémorant la fondation du régime OUN-B le 30 juin 1941 a été installée sur la place principale de Lviv; le 1er juillet 1941, 6 000 Juifs de la ville sont victimes d'un pogrom antisémite fomenté et perpétré par l'OUN-B. [41]

Un petit musée séparé dédié à et glorifiant la première division ukrainienne de l'armée nationale ukrainienne a été installé au collège n ° 34 , mais sans mentionner qu'il est entré dans la 14e division de grenadiers Waffen (galicien n ° 1) SS a été intégré. [41] [47]

Depuis 2010, des « marches de Vyshyvanka » avec des costumes ukrainiens et des symboles nazis ont lieu à Lviv chaque année en avril en l'honneur de la division Waffen SS Galice , organisées et soutenues par des organisations d'extrême droite telles que le régiment d'Azov , la Résistance autonome ( Awtonomnyj Opir) , Patrie (Ridna semlya) , Union des étudiants de Stepan Bandera et Parti Svoboda . [48] ​​En 2021, cette « tradition » a été « exportée » vers la capitale Kiev pour la première fois. [49]

Les habitants de Lviv ont pris une part active à la révolution orange et à l' Euromaïdan . Le 1er décembre 2013, plus de 50 000 personnes ont pris part au rassemblement devant le monument Taras Shevchenko , lieu traditionnel des rassemblements urbains. Lviv a rassemblé les deuxièmes plus grands rassemblements parmi toutes les villes ukrainiennes (après Kyiv).

Depuis lors, la Galice a lutté à plusieurs reprises pour l'autonomie , notamment en raison de l'histoire de Lviv en tant que capitale de son propre royaume . À l'automne 2006, la ville a célébré le 750e anniversaire de son existence.

Depuis l' invasion russe de l'Ukraine fin février 2022, la gare de la ville a été le point de départ de nombreux trains transportant des réfugiés vers les pays voisins à l'ouest. [50]

La vie juive

Fragments de pierres tombales de l'ancien cimetière juif détruit en 1948

Voir aussi: Histoire des Juifs à Lviv

Lviv est un centre de la vie juive depuis le Moyen Âge. La première mention écrite de l'existence d'une communauté juive à Lviv remonte à la fin du XIVe siècle. La plus ancienne synagogue de la ville a été construite en 1582. Au XIXe siècle, environ un tiers de la population était juive. Il y avait divers cimetières juifs et de nombreuses synagogues telles que la Synagogue du Temple , la Synagogue de la Rose d'Or, la Synagogue de la Grande Ville et la Synagogue de la Grande Banlieue . Les synagogues actuellement utilisées sont la synagogue hassidique et la synagogue Tsori Gilod. À partir du XIXe siècle, il y avait deux communautés juives distinctes à Lviv : les juifs conservateurs et libéraux, qui vivaient séparément les uns des autres, avaient peu de contacts les uns avec les autres et chacun avait ses propres droits, privilèges, administration, synagogues et écoles. Les Juifs de Lemberg parlaient yiddish et allemand. Les philosophes et écrivains juifs vivant à Lemberg, tels que Nachman Krochmal , Moritz Rappaport et Joseph Roth , ont écrit en allemand. [51]

En 1908 , Hasmonea Lwów a été fondée en tant que premier club sportif juif d'Autriche-Hongrie. Parmi les juifs bien connus vivant dans la ville figuraient le rabbin Jehoschua Falk , le sioniste Ruben Bierer , l'érudit Salomon Buber , l'historien Majer Balaban et le footballeur Zygmunt Steuermann .

politique

Après les élections locales de novembre 2020, cinq factions sont représentées au parlement de la ville de Lviv avec 64 députés (conseillers municipaux/conseillers municipaux). La fraction la plus importante est le Parti de la solidarité européenne économiquement libéral-conservateur avec 40,6 % des voix (26 conseillers), suivi du Parti d' auto-assistance libéral-conservateur-pro-européen , ukrainien : Samopomich (26,6 % des voix, 17 conseillers ), ses fondateurs et Le maire élu de Lviv, Andriy Sadovyi , en est également le président. De plus petites factions forment le parti libéral de gauche pro-européen Vote , Ukrainien : Holos (12,6 %, 8 conseillers), le parti Warta de centre-droit plus régional(10,9 % des voix, 7 conseillers) et enfin le nationaliste d'extrême droite Svoboda (9,3 %, 6 conseillers) [53] , qui avait un fief dans la région de Lviv dans les années 1990 et 2000 jusqu'en 2010.

Entreprise

L'économie de Lviv est relativement diversifiée . L' industrie informatique , qui emploie environ 12 000 personnes, revêt une importance particulière. Cela signifie qu'environ 15 % de tous les informaticiens ukrainiens travaillent dans la ville. [54] L'un des groupes informatiques basés à Lviv est la plus grande société informatique ukrainienne , SoftServe , avec environ 4 000 employés . Un autre pilier est le tourisme. De nombreux nouveaux hôtels et restaurants ont ouvert leurs portes dans la ville, notamment avant le championnat d'Europe de football 2012 .

Caractéristiques touristiques

vieille ville

Place du marché de Lviv
Galizischer Platz fait partie de la rocade qui entoure la vieille ville.

La vieille ville de Lviv et les quartiers environnants, qui ont été construits au tournant du XXe siècle, montrent un développement fermé presque unique des styles Renaissance, baroque, classicisme, historicisme, Art nouveau et Art déco qui a été épargné par les dommages de guerre et l'après-guerre. interventions de guerre. En 1998, le centre historique de la ville a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCOinscrit. Justification : « Avec sa structure urbaine et son architecture, Lviv est un excellent exemple de la fusion des traditions architecturales et artistiques de l'Europe de l'Est avec celles de l'Italie et de l'Allemagne. […] Le rôle politique et économique de Lviv a attiré un certain nombre de groupes ethniques avec différentes traditions culturelles et religieuses qui ont formé des communautés distinctes mais interdépendantes au sein de la ville qui sont encore reconnaissables dans le paysage urbain moderne.

édifices sacrés

Cathédrale Saint-Georges, église mère de l'Église gréco-catholique aux XVIIIe et XIXe siècles

Musées

Autres bâtiments et installations

mairie

Culture

À Lviv, il y a de nombreux théâtres, musées et bibliothèques et l' opéra national de Lviv à l'architecture remarquable dans le centre-ville. Le plus grand salon du livre ukrainien, le Forum du livre de Lviv , a lieu chaque année. L' Alfa Jazz Fest ou Leopolis Jazz Fest , qui a lieu depuis 2007, est devenu un véritable pôle d'attraction.

Le 28 avril 2009, Lviv a été élue capitale ukrainienne de la culture 2009. Le concours a eu lieu pour la première fois en 2009. [59]

Trafic

Bâtiment d'entrée de la gare principale (construit en 1903)

La ville possède un (petit) aéroport international , qui a été agrandi et modernisé pour le championnat d'Europe de football 2012 et qui est desservi plusieurs fois par semaine depuis Berlin , Dortmund , Düsseldorf , Francfort-sur-le-Main , Memmingen , Athènes , Istanbul , Prague , Rome et Vienne . La gare principale , construite par les chemins de fer impériaux et royaux autrichiens et ouverte en 1904, constitue le centre du trafic ferroviaire dans tout l'ouest de l'Ukraine et est utilisée dans le trafic de passagers en provenance des directionsMoscou , Belgrade , Wroclaw , Cracovie , Kiev , Kharkiv , Odessa et Vienne desservies sans transferts. [60]

Les transports publics de la ville sont assurés par des tramways , des trolleybus et des bus . De plus, des marschrutki privés (taxis partagés) sont disponibles. Le réseau de tramway de la ville a subi une refonte majeure ces dernières années avec le soutien financier de la BERD . [61]

entraînement

Lviv compte les universités ukrainiennes suivantes :

Des sports

Sports mécaniques

Dans les années 1930 à 1933, le Grand Prix Automobile Grand Prix de Lemberg a eu lieu dans la ville polonaise de Lwów . Les courses ont eu lieu dans les rues Witoskoho, Hwardijiska et Stryjska.

À Lviv au 21e siècle, il y a une piste de vitesse importante avec un club de course de ligue bien connu. Des courses de qualification décisives pour le championnat du monde individuel de Speedway ont déjà eu lieu ici. Les pilotes de speedway ukrainiens comme Andriy Karpov, Oleksandr Loktaev, Igor Marko et Vladimir Trofimov ont appris la conduite de speedway ici.

Football

Entre 1923 et 1939 le club allemand VIS Lwów a existé dans la ville .

Lviv était l'une des quatre villes ukrainiennes hôtes du Championnat d'Europe de football 2012 en Pologne et en Ukraine. Trois matches du tour préliminaire du groupe B se sont déroulés à l ' Arena Lviv , spécialement construite pour cet événement majeur .

En plus de l'Arena Lviv, deux autres grands stades sportifs sont situés à Lviv, à savoir le Stadion Ukrajina et le SKA Stadion .

L'équipe de football la plus titrée de la ville est Karpaty Lviv . La ville abrite également le FC Lviv .

jumelage de villes

Des partenariats actifs

Lviv fait actuellement référence à dix-sept villes sœurs : [65] [66]

Inactif ou inoccupé

subdivision administrative

Jusqu'en juillet 2020, en plus de la ville elle-même, qui est divisée en 6 arrondissements, la municipalité de la ville comprenait également la ville de Wynnyky et les deux colonies de type urbain Bryukhovytschi et Rudne .

Les quartiers de la ville sont :

  • Franko Raion (avec les quartiers Na bajkach /На байках, Bohdanivka / Богданівка, Kulparkiv /Кульпарків, Kasteliwka /Кастелівка et Wulka /Вулька)
  • Halych Raion (avec les districts de Seredmistja /Середмістя, Zytadel /Цитадель, Sofiivka /Софіївка et Snopkiv /Снопків)
  • Rajon Lytschakiw (mit den Stadtteilen Lytschakiw /Личаків/Lützenhof, Welyki Krywtschyki /Великі Кривчиці, Lysynytschi /Лисиничі, Majoriwka /Майорівка/Meier, Pohuljanka /Погулянка, Snesinnja /Знесіння, Kajserwald /Кайзервальд/Kaiserwald, Zetneriwka /Цетнерівка und Jaliwez /Ялівець)
  • Zaliznytsia Raion (with the districts of Ryazne /Рясне, Levandivka /Левандівка , Bilohorschscha /Білогорща, Klepariv /Клепарів, Sknylivok /Скнилівок, Syhnivka /Сигнівка and Bohdanivka / Богданівканівка)
  • Shevchenko raion (avec les districts holosko / голоско, samarsyniv / замарстинів, sboyishcha / збоїща, ryazne / р рне, kleParsev / клеcinve, havryLivka / авриope
  • Rajon Sychiw (mit den Stadtteilen Sychiw /Сихів, Passiky /Пасіки, Pyrohiwka /Пирогівка, Koselnyky /Козельники, Bodnariwka /Боднарівка, Nowyj Lwiw /Новий Львів, Persenkiwka /Персенківка und Snopkiw /Снопків)

Le 18 juillet 2020, la municipalité a été élargie pour inclure des parties des districts de Zhovkva , Yavoriv et Pustomyty , en ajoutant la ville de Dubljany et les villages de Hrjada (Гряда), Lysynychi (Лисиничі), Malekhiv , Mali Hrybovychi (Малі Грибовичі), Mali Pidlisky (Малі Підліски), Pidbirtsi (Підбірці), Pidryazne (Підрясне), Ryazne-Ruske (Рясне-Руське), Sarudtsi (Зарудці), Sashkiv , Zavadiv (Завадів), Sbyranka (Збиранка),Sytykhiv (Ситихів), Velyki Hrybovychi (Великі Грибовичі) et Volja-Homulezka (Воля-Гомулецька) ont été ajoutés à la zone municipale.

En plus de la ville principale de Lviv, les localités suivantes font partie de la municipalité :

personnalités

tableau climatique

Voir également

Littérature

Un ouvrage de référence pertinent est l ' Encyclopédie Lemberg , publiée en ukrainien depuis 2007 .

Littérature complémentaire dans l'ordre d'apparition :

  • Hugo Weczerka : Origine et ethnie des nouveaux citoyens Lemberg au XVe siècle (avec 2 cartes). Dans : Journal for East Central European Research . Numéro 1-4, Marsberg 1955, pp. 506-530.
  • Philipp Ther : Opportunités et chute d'une ville multinationale. Les relations entre nationalités à Lviv dans la première moitié du XXe siècle. Dans : Philipp Ther, Holm Sundhaussen (éd.) : Nationality conflict in the 20th century (= recherche sur l'histoire de l'Europe de l'Est. Volume 59). Harrassowitz, Wiesbaden 2001, ISBN 3-447-04494-2 , pp. 123–146 ( aperçu dans la recherche de livres Google).
  • John Czaplicka (éd.): Lviv. Une ville dans les courants croisés de la culture (= Harvard Ukrainian Studies. Volume 24). Harvard University Press, Cambridge, MA 2005, ISBN 0-916458-97-0 .
  • Hermann Simon , Irene Stratenwerth , Roland Hinrichs : Lemberg. Un voyage en Europe. Ch. Links, Berlin 2007, ISBN 978-3-86153-459-4 (volume accompagnant l'exposition de la New Synagogue Foundation - Centrum Judaicum Berlin : "Où est Lemberg" ? du 2 septembre au 2 décembre 2007).
  • Alexandra Binnenkade , Ekaterina Emeliantseva, Svjatoslav Pacholkiv : Familier et étrange à la fois : les quartiers judéo-chrétiens de Varsovie - Lengnau - Lemberg (= modernité juive. Volume 8). Préface de Heiko Haumann . Böhlau, Cologne/Weimar/Vienne 2009, ISBN 978-3-412-20177-7 .
  • Christoph Mick : Expériences de guerre dans une ville multiethnique. Lemberg 1914-1947 (= Institut historique allemand de Varsovie : sources et études. Volume 22). Harrassowitz, Wiesbaden 2010, ISBN 978-3-447-06193-3 (également thèse d'habilitation, Université de Tübingen, 2004 ; relecture par Felix Ackermann ).
  • Tarik Cyril Amar : Le paradoxe de Lviv ukrainien. Une ville frontalière entre nazis, staliniens et nationalistes. Cornell University Press, Ithaca 2015, ISBN 978-0-8014-5391-5 ( Aperçu sur Google Recherche de Livres, critique par Karl Schlögel ).
  • Lutz C. Klevman : Lemberg. Le centre oublié de l'Europe. Aufbau, Berlin 2017, ISBN 978-3-351-03668-3 ( notes de révision sur Lemberg sur PERLENTUBE.DE ).
  • Gregor Gatscher-Riedl : Lemberg : lieu impérial et royal de nostalgie et ville cosmopolite de Galice. Kral, Berndorf 2019, ISBN 978-3-99024-777-8 .
  • Thomas Schaufuss : Lemberg. Portrait et mode de vie d'une ville fascinante et enchanteresse. Éditeur Janos Stekovics, Wettin-Löbejün 2020, ISBN 978-3-89923-422-0 .

liens web

Commons : Lviv  - album avec photos, vidéos et fichiers audio
Wikivoyage: Lviv  - Guide de voyage
Wikisource : Lemberg  - sources et textes intégraux
Wiktionnaire : Lviv  - explications de la signification, origine des mots, synonymes, traductions

les détails

  1. La population de la région de Lviv au 1er mars 2015 , Головне управління статистики у Львівській області (Institut de statistique de la région de Lviv ; PDF, 322 Ko).
  2. Liste du patrimoine mondial L'viv (Ukraine) n° 865. (PDF, 327 kB) L'viv – l'ensemble du centre historique. (N'est plus disponible en ligne.) In : unesco.org. 30 juin 1997, archivé de l' original le 27 juin 2006 ; récupéré le 14 novembre 2018 (anglais, français, description du site du patrimoine mondial de la vieille ville de Lviv avec des informations détaillées).
  3. a b Hermann Simon, Irene Stratenwerth, Ronald Hinrichs (eds.): Lemberg. Un voyage en Europe. pages 96 et suivantes dans la recherche de livres Google
  4. a b Лемберг, Leopolis, Леовіос, Ільбадір, або які назви мало наше місто (ukrainien)
  5. a b Anna Czapla: Nazwy miejscowości historycznej ziemi lwowskiej [Les noms des colonies du pays historique de Lviv] . Towarzystwo Naukowe Katolickiego Uniwersytetu Lubelskiego Jana Pawła II, Lublin 2011, ISBN 978-83-7306-542-0 , p. 118–119 (polonais).
  6. a b Lwów (po russe Lviv, po niem. Lemberg, po franc. Leopol) . Dans : Filip Sulimierski, Władysław Walewski (eds.) : Słownik geograficzny Królestwa Polskiego i innych krajów słowiańskich . ruban 5 : Kutowa Wola–Malczyce . Walewskiego, Varsovie 1884, p. 496 (polonais, edu.pl ).
  7. Les actes et dossiers du Land- et Obervogteien. B.III. dans la recherche de livres Google
  8. Monumenta Poloniae Historica. III 200.
  9. Les actes et dossiers du Land- et Obervogteien. Les volumes et dossiers pour la période du XIVe siècle à 1772.
  10. Akta Grodzkie i Ziemskie, tome III, page 13
  11. Arménie. 5000 ans d'art et de culture. Ernst Wasmuth, Tübingen 1995, p. 466.
  12. Andreas R. Hofmann, Anna Veronika Wendland : Ville et public en Europe centrale orientale 1900-1939. Contributions à l'émergence de l'urbanité moderne entre Berlin, Charkiv, Tallinn et Trieste (= recherches sur l'histoire et la culture de l'Europe centrale orientale. Volume 14). Steiner, Stuttgart 2002, ISBN 3-515-07937-8 , page 158 ; Illustration de la ville en 1617 dans Civitates orbis terrarum par Georg Braun et Frans Hogenberg .
  13. Isabel Röskau-Rydel : Culture à la périphérie de l'empire des Habsbourg. L'histoire de l'éducation et des institutions culturelles à Lemberg de 1772 à 1848. Harrassowitz, Wiesbaden 1993, p. 80 dans Google Book Search
  14. Law Gazettes en détail à la Bibliothèque nationale d'Autriche .
  15. NN : Vie de corps à l'Université de Tchernivtsi à Buchenland. Mémoires d'un étudiant du Corps de Tchernivtsi. Dans : Hier et aujourd'hui . Volume 8, 1963, pages 151-157.
  16. Martin Pollack : En Galice. Christian Brandstätter, Vienne 1984 et 1994, ISBN 3-85447-075-4 , p. 194.
  17. Sean McMeekin (2011) : Les origines russes de la Première Guerre mondiale , p. 85.
  18. Mission des États-Unis en Pologne, Henry Morgenthau, Sr. Rapport sur Wikisource en anglais .
  19. F. Czarnoski, cité de Roger Moorhouse : L'Alliance du Diable : le pacte d'Hitler avec Staline. 1939-41. Bodley Head, Londres 2014, p. 50.
  20. Roger Moorhouse, L'Alliance du Diable : le pacte d'Hitler avec Staline. 1939-41. Bodley Head, Londres 2014, p. 49.
  21. a b c Hannes Heer : Bloody Overture. Dans : Temps en ligne . juin 2001 (à propos de l'invasion de Lemberg par la Wehrmacht en juin 1941).
  22. Ghetto de Lvov. Dans : DeathCamps.org , dernière mise à jour le 22 juillet 2006 (anglais).
  23. Walter Grode : La politique « d'euthanasie » allemande en Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans : Psychologie et critique sociale . Volume 16 (2), 1992, pp. 5–13, urn : nbn:de:0168-ssoar-266493 (PDF ; 674 ko ; consulté le 14 novembre 2018).
  24. Willi Dreßen , Volker Riess : exploitation et destruction. Politique de santé dans le gouvernement général. Dans : Norbert Frei (éd.) Médecine et politique de santé à l'époque nazie. R. Oldenbourg Verlag, Munich 1991 (= écrits des revues trimestrielles d'histoire contemporaine. Numéro spécial), ISBN 3-486-64534-X , pp. 157-171, ici : pp. 170 sq.
  25. Erich Maschke (éd.) : Sur l'histoire des prisonniers de guerre allemands de la Seconde Guerre mondiale. Ernst et Werner Gieseking, Bielefeld 1962-1977.
  26. Roman Szporluk : La Russie, l'Ukraine et l'éclatement de l'Union soviétique. Hoover Institution Press, 2000, ISBN 0-8179-9542-0 , page 304 dans Google Book Search ; 1931 року. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : etno.uaweb.org. Archivé de l' original le 31 octobre 2010 ; Récupéré le 14 novembre 2018 (ukrainien). ; Населення Східної Галичини за переписом 1900 року. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : etno.uaweb.org. Archivé de l' original le 31 octobre 2010 ;Récupéré le 14 novembre 2018 (ukrainien).
  27. Kai Struve : Règle allemande, nationalisme ukrainien, violence anti-juive : l'été 1941 dans l'ouest de l'Ukraine. Berlin/Boston 2018, p. 6–32.
  28. Guido Hausmann : Le culte politique des morts en Ukraine. Une introduction. dans : Guido Haussmann, Iryna Sklokina (éd.) : Le culte politique des morts en Ukraine : traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Göttingen 2021, p. 9-28.
  29. Oksana Myshlovska : La sacralisation de l'État ukrainien et de la nation : Le culte de Stepan Bandera et les combattants pour l'indépendance ukrainienne en Ukraine occidentale. dans : Guido Haussmann, Iryna Sklokina (éd.) : Le culte politique des morts en Ukraine : traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Göttingen 2021, p. 239–272.
  30. Yulia Yurchuk : De la mémoire subversive au culte des héros : la mémoire de l'OUN et de l'UPA dans le cas de la commémoration de la bataille de Hurby. dans : Guido Haussmann, Iryna Sklokina (éd.) : Le culte politique des morts en Ukraine : traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Göttingen 2021, p. 155–174.
  31. Lors des élections législatives en Ukraine en 2019 , l'alliance électorale de tous les partis nationalistes d'extrême droite dirigée par « Svoboda » n'a obtenu que 2,4 % des voix. Lors de la précédente élection fin 2014 , ils avaient échoué à la barre des 5 % avec 4,71 % ; lors de la dernière élection avant l'Euromaïdan 2012 , ils étaient encore à 10,45 %. Après l'Euromaïdan, le soutien des partis nationalistes d'extrême droite (y compris les anciens partis pro-russes) a considérablement diminué. Dans l'ouest de l'Ukraine également, où leur part est traditionnellement plus importante, lors des élections de 2019, ils n'ont obtenu que plus de 5 % des voix dans l'oblast d' Ivano-Frankivsk et l'oblast de Lviv , dont 5,46 % dans l'oblast de Lviv, cf.carte interactive de la région sur les résultats des élections à Ukrainska Pravda , 21 juillet 2019. Au conseil municipal de Lviv, depuis les élections locales de fin 2020, au cours desquelles ils ont obtenu 9,3% des voix, ils représentent la plus petite des cinq factions avec 6 conseillers municipaux sur 64, cf , 3 novembre 2020Zaxid.netsurprésentation du conseil municipal
  32. Andrii Liubarets : Comment exploiter les morts : Commémoration de la bataille de Kruty de 1918 à nos jours. dans : Guido Haussmann, Iryna Sklokina (éd.) : Le culte politique des morts en Ukraine : traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Göttingen 2021, p. 29–48.
  33. Kateryna Kobchenko : Les héroïnes soviétiques de la Seconde Guerre mondiale : la fabrication et la refonte en Ukraine. dans : Guido Haussmann, Iryna Sklokina (éd.) : Le culte politique des morts en Ukraine : traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Göttingen 2021, p. 111–136.
  34. Gordon M. Hahn : Ukraine over the Edge : La Russie, l'Occident et la « nouvelle guerre froide ». Jefferson/NC 2018, p. 142-145, p. 151-153
  35. Kateryna Kobchenko : Les héroïnes soviétiques de la Seconde Guerre mondiale : la fabrication et la refonte en Ukraine. dans : Guido Haussmann, Iryna Sklokina (éd.) : Le culte politique des morts en Ukraine : traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Göttingen 2021, p. 111–136.
  36. Gordon M. Hahn : Ukraine over the Edge : La Russie, l'Occident et la « nouvelle guerre froide ». Jefferson/NC 2018, p. 286-295.
  37. Au contraire, il existe aussi des mémoriaux dédiés aux victimes de l'OUN et de l'UPA avant 2014, par exemple à Simferopol depuis 2007 , à Luhansk et ailleurs depuis 2010, ou encore à Odessa un mémorial aux émeutes d'Odessa le 2 mai 2014 , dont les victimes étaient des militants pro-russes anti-Maïdan .
  38. Kai Struve : Règle allemande, nationalisme ukrainien, violence anti-juive : l'été 1941 dans l'ouest de l'Ukraine. Berlin/Boston 2018, p. 5–8.
  39. En plus des campagnes dans d'autres pays, le bilan dans la zone germanophone s'est fait connaître par la campagne de la RDA contre Theodor Oberländer , qui avait travaillé avec elle pendant une courte période. Voir Kai Struve : domination allemande, nationalisme ukrainien, violence anti-juive : l'été 1941 dans l'ouest de l'Ukraine. Berlin/Boston 2018, p. 23–33.
  40. Kai Struve : Règle allemande, nationalisme ukrainien, violence anti-juive : l'été 1941 dans l'ouest de l'Ukraine. Berlin/Boston 2018, p. 23–33.
  41. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s Lev Golinkin : Monuments des collaborateurs nazis en Ukraine The Forward , 27 janvier 2021.
  42. Grzegorz Rossoliński-Amour : Stepan Bandera. La vie et l'au-delà d'un nationaliste ukrainien. Fascisme, génocide et culte. Stuttgart : ibidem-Verlag, 2014 ( ISBN 978-3-8382-6684-8 ), p. 495.
  43. Галина Терещук : « Le 6 octobre 2017.
  44. Grzegorz Rossoliński-Amour : Stepan Bandera. La vie et l'au-delà d'un nationaliste ukrainien. Fascisme, génocide et culte. Stuttgart : ibidem-Verlag, 2014 ( ISBN 978-3-8382-6684-8 ), p. 494-495 ; Jörg Tauss : Lviv rend hommage au collaborateur nazi et criminel de guerre Telepolis , 28 février 2019 ; Article publié le 12 juillet 2016.
  45. Grzegorz Rossoliński-Amour : Stepan Bandera. La vie et l'au-delà d'un nationaliste ukrainien. Fascisme, génocide et culte. Stuttgart : ibidem-Verlag, 2014 ( ISBN 978-3-8382-6684-8 ) ; p.494.
  46. Olesya Khromeychuk : Ukrainiens dans les forces armées allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans : Histoire. The Journal of the Historical Association Vol. 100 No. 343 pp. 704-724, ici p. 710.
  47. Inna Zolotar : Division Waffen-SS "Galicia" — une unité militaire ukrainienne au sein de la Wehrmacht Lviv Interactive / Center for Urban History .
  48. Olesya Khromeychuk : À la périphérie de l'histoire : Se souvenir de la division Waffen SS « Galice » en Ukraine. Dans : Guido Hausmann , Iryna Sklokina (eds.) : Le culte politique des morts en Ukraine. Traditions et dimensions de la Première Guerre mondiale à nos jours. Vandenhoeck & Ruprecht, 2021, p.189 ; Per Anders Rudling : Souvenirs de « l'Holodomor » et du national-socialisme dans la culture politique ukrainienne. In : Yves Bizeul (éd.) : Reconstruction du mythe national ? La France, l'Allemagne et l'Ukraine en comparaison. Vandenhoeck & Ruprecht, 2013, p.251 ; Юлія Поліковська: У Львові відбувся марш до 75-річчя заснування дивізії « Галиччя заснування дивізії » 8 avril ; Cnaan Liphshiz :Symboles et saluts nazis exposés lors de la marche nationaliste ukrainienne JTA , 29 avril 2018 ; Marche des citoyens de Lviv commémorant le 75e anniversaire de la division SS de Galice Poste de Kiev , 30 avril 2018 ; Lev Golinkin : Le noir est le nouvel orange. Dans : Politique étrangère , 22 janvier 2019 ; Philipp Fritz : "Un seul d'entre nous a émigré en Israël" Die Welt , 13 mai 2019 ; Cnaan Liphshiz : Des centaines de personnes en Ukraine assistent à des marches célébrant les soldats SS nazis The Times of Israël , 4 mai 2021.
  49. Cnaan Liphshiz : Des centaines de personnes en Ukraine assistent à des marches célébrant les soldats SS nazis, y compris à Kiev pour la première fois JTA , 3 mai 2021 ; Sam Sokol: Un responsable ukrainien change de ton sur la marche "inacceptable" en l'honneur de l'unité SS. Dans : Haaretz , 4 mai 2021.
  50. Gare de Lviv : Sortons d'Ukraine , euronews.de , 1er mars 2022
  51. Ania Klijanienko-Birkmann : Lemberg. Le centre culturel de l'ouest de l'Ukraine. 3e édition. Trescher, Berlin 2015, ISBN 978-3-89794-255-4 , page 59.
  52. Résultats du recensement de la KK Central Statistical Commission et autres. dans Anson Rabinbach : La migration des juifs galiciens à Vienne. Dans : Annuaire d'histoire autrichienne. Volume 11, 1975, pages 44 à 54, ici 46 sqq (tableau III).
  53. ↑ Répartition des sièges au parlement municipal selon Zaxid.net , 22 novembre 2020 (via Internet Archive )
  54. Pôle informatique de Lviv .
  55. Kerstin Holm donne un aperçu des collections des musées de Lviv : Les joyaux de la Couronne ne brûlent pas : Dans les musées d'art de Lviv, le visiteur découvre de véritables trésors. Ils ont dû être sauvés de deux puissances occupantes. Dans : Frankfurter Allgemeine Zeitung. 3 janvier 2018 ( en ligne [consulté le 24 février 2018]).
  56. Galerie de photos de Lviv en détail (polonais).
  57. Musée commémoratif Solomiya Krushelnytska à Lviv : Guide illustré, éditeur : Iryna Kryvoruchka, 2e éd., Lviv, apriori 2013, ISBN 978-617-629-181-7
  58. Plus grand record du monde de mots croisés établi par Lvov. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : worldrecordsacademy.org. 14 janvier 2009, archivé de l' original le 16 janvier 2009 ; Consulté le 14 novembre 2018 (en anglais, description).
  59. Lviv est la première capitale culturelle de l'Ukraine. Dans : Urakine-Nachrichten.de .
  60. Sur les rails vers l'Ukraine. (N'est plus disponible en ligne.) Anciennement dans l' original ; récupéré le 7 septembre 2019 .  ( page plus disponible , rechercher dans les archives web )@1@2Vorlage:Toter Link/www.railaxed.at
  61. Lemberg, Lviv, Lvov. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : public-transport.net. Archivé de l' original le 22 janvier 2009 ; récupéré le 14 novembre 2018 (allemand, anglais).
  62. Université Ivan Franko de Lviv (ukrainien, anglais).
  63. The TU Lemberg (ukrainien, anglais).
  64. À propos de l'Académie sur lnma.edu.ua.
  65. Міста-партнери. Consulté le 21 août 2019 .
  66. Міста-партнери. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : city-adm.lviv.ua. 25 mars 2015, archivé de l' original le 11 janvier 2016 ; Récupéré le 14 novembre 2018 (ukrainien, villes sœurs).
  67. Informations sur la ville jumelle de Fribourg. Dans : freiburg.de , récupéré le 15 novembre 2018.
  68. Corning rétablit les liens avec Lviv. Consulté le 3 décembre 2014 .
  69. Eskilstuna kommun - International - Vänorter. (N'est plus disponible en ligne.) Archivé de l' original le 5 avril 2016 ; récupéré le 3 décembre 2014 . Info : Le lien d'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/www.eskilstuna.se
  70. Международные et межрегиональные связи. Архивная версия официального портала Администрации Санкт-Петербурга. Consulté le 3 décembre 2014 .