Journal de Munster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche

Münstersche Zeitung , ou MZ en abrégé , est le titre d'un quotidien régional publié à Münster . Il apparaît à Munster, Greven et Steinfurt . La Münstersche Zeitung appartient à la maison d' édition Aschendorff .

histoire

En 1871 , le libraire Carl Josef Fahle a fondé la maison d' édition de journaux à Münster pour publier le Münstersche Tageblatt , rebaptisé Münstersche Zeitung en 1897 . Il a été interrompu en 1944 sous la pression des nationaux-socialistes et n'a été autorisé à réapparaître qu'en 1949.

En 1986, CJ Fahle GmbH a été reprise par la maison d'édition de Dortmund Lensing . En 1989, l' Emsdettener Volkszeitung , que Heinrich Lechte avait fondée à Münster en 1897, fut ajoutée. Il était aussi un éditeur inconfortable pour les nationaux-socialistes : ils l'ont exproprié pour "insulte au Führer ". Heinrich Lechte a retrouvé les droits d'édition du journal en 1949. Depuis 2001, le Münstersche Zeitung publie également des éditions pour Neuenkirchen et Wettringen. Comme l'émission Rheine, celles-ci ont été abandonnées le 31 décembre 2012.

L'ancien éditeur et rédacteur en chef de longue date du Münstersche Zeitung , Claus-Jürgen Spitzer, est décédé début mai 2007. Stefan Bergmann lui a succédé jusqu'à ce que le journal soit repris par le Westfälische Nachrichten en 2014.

restructuration

En janvier 2007, le Münstersche Zeitung fait la une des journaux dans le cadre d'une restructuration. L'éditeur Lambert Lensing-Wolff a retiré l'ordre de production de l'ancienne rédaction locale de Münster et a licencié ses employés. Parallèlement, une nouvelle rédaction a pris en charge le reportage local. Alors que l'ancienne équipe travaillait toujours selon le principe classique du département, la nouvelle équipe éditoriale produit depuis le 21 janvier 2007 à partir d'un soi-disant newsdesk . [2]

Le processus a été vivement critiqué par les personnes concernées et les syndicats de journalistes. [3] [4] Les parties prenantes ont parlé du « capitalisme de Manchester » et du traitement impitoyable de certains des employés de longue date. Dans l'intérêt du profit, toute conscience sociale a été jetée par-dessus bord. Les anciens éditeurs sont maintenant dans la rue du jour au lendemain. L'éditeur a agi uniquement pour des raisons économiques. Avec des salaires nettement inférieurs et des contrats temporaires, les nouveaux employés sont dans une situation d'emploi bien pire que l'ancienne équipe éditoriale, dont les contrats de travail datent en grande partie de l'époque où MZ était encore lié par des conventions collectives.

Les éditeurs ont justifié leurs actions par les années de fortes pertes de diffusion du MZ sur le marché principal de Münster. Alors que les émissions des environs se portent bien sur le marché, l'émission de Münster se détériore. Les tentatives internes de changement n'ayant eu aucun effet, ils veulent maintenant essayer une nouvelle équipe et un nouveau concept, qui sont également étayés par des études de marché. Dans le même temps, les actionnaires de MZ ont souligné qu'ils avaient créé plus de 100 nouveaux emplois dans d'autres domaines de l'édition à Münster l'année dernière. Dans le Kressreport du 8 février 2007, l'éditeur Lambert Lensing-Wolff a déclaré que la qualité de l'ancienne rédaction était "si catastrophique" que sans la restructuration, il aurait dû fermer le journal dans trois à cinq ans.

Selon l'éditeur, des solutions ont désormais été trouvées pour les 19 salariés concernés. Une plus petite partie a trouvé un nouvel emploi dans d'autres entreprises de la maison de presse. Pour la majorité, une société d'emploi et de qualification limitée à un an a été créée et des indemnités de départ à cinq ou six chiffres ont été versées. Selon l'éditeur, les indemnités de départ s'élèvent à un bon deux millions d'euros.

De nombreux abonnements ont été annulés pour protester contre les mesures de l'éditeur. [5]

Au second semestre 2012, Medienhaus Lensing a poursuivi un parcours décrit par les experts du secteur comme un « ajustement territorial ». En 2006 et 2007, les concurrents Medienhaus Lensing et WAZ-Mediengruppe , ainsi que le Recklinghäuser Zeitung , ont interrompu l'exploitation d'un certain nombre de rédactions et de bureaux dans la région de la Ruhr . En conséquence, le concurrent respectif détient depuis un monopole dans des villes telles que Gelsenkirchen , Gladbeck , Bottrop ou Haltern am See .

Reprise par le groupe de sociétés Aschendorff

Après la restructuration de 2007, le tirage du MZ a continué de baisser et les revenus de l'activité publicitaire ont également diminué. En conséquence, le plus petit MZ n'était plus en mesure de s'affirmer face au Westfälische Nachrichten (WN), qui avait un plus grand tirage. Le 1er août 2014, MZ-Verlag Lensing et WN-Verlag Aschendorff ont annoncé que le Münstersche Zeitung serait repris par Aschendorff-Verlag. [6] La station de radio locale Antenne Münster , détenue à 75 % par les deux journaux, est également touchée par la prise de contrôle . L' Office fédéral des cartels a approuvé le rachat. [sept]Depuis le 18 novembre 2014, la rubrique locale du MZ est assurée par la rédaction du groupe de presse Münster, également propriétaire du Westfälische Nachrichten. Depuis lors, le MZ est également qualifié de « journal zombie » sans sa propre rédaction. [8ème]

Accompagnements

Une fois par mois, le journal est accompagné du supplément Moritz  – un magazine pour les familles.

liens web

les détails

  1. WN/MZ édition principale 100 avec Emsdettener Volkszeitung.
  2. Friederieke Freiburg : « L'éditeur Münstersche Zeitung ferme toute l'équipe éditoriale » , Spiegel Online du 24 janvier 2007
  3. Communiqué de presse du syndicat des journalistes du 25 janvier 2007 ( Memento du 23 janvier 2008 aux Archives Internet )
  4. Rapport sur l'échange de l'équipe éditoriale locale sur Spiegel Online du 25 janvier 2007
  5. Une ville se bat pour son journal sur Spiegel Online du 30 janvier 2007
  6. Westfälische Nachrichten sera MZ übernehmen
  7. spiegel.de : Quotidiens à Münster : Cartel Office permet le monopole - exceptionnellement
  8. Anna von Garmissen : Comment remplir un journal de zombies Dans : Übermedien , 24 février 2020, récupéré le 30 janvier 2021