Matthieu Merian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Matthäus Merian, gravure de Sebastian Furck

Matthäus Merian l'Ancien ( 22 septembre 1593 à Bâle - 19 juin 1650 à Langenschwalbach ) était un graveur et éditeur suisse - allemand de la noble famille Merian de Bâle . Il publie de nombreuses cartes , vues de villes et chroniques. Son œuvre principale est la Topographia Germaniae .

la vie

Matthieu Merian

Matthäus Merian est né le fils du scieur et conseiller municipal Walther Merian . Après des études secondaires, il apprend le dessin, la gravure et l'eau- forte auprès du graveur zurichois Friedrich Meyer . De 1610 à 1615, il étudie et travaille à Strasbourg (avec Friedrich Brentel ), Nancy et Paris (avec Jacques Callot ). En 1615, son grand plan de la ville de Bâle a été créé à Bâle .

Après ses voyages via Augsbourg , Stuttgart et les Pays - Bas , Merian se rend à Francfort - sur - le - Main et à Oppenheim en 1616 , où il travaille pour l' éditeur et graveur Johann Theodor de Bry ; de Bry possédait un magasin de cuivre à Oppenheim et une maison d'édition à Francfort, dans laquelle de grands livres de voyage en Extrême-Orient étaient alors préparés. En 1617, Merian épousa Maria Magdalena de Bry, la fille de son employeur. Il a également travaillé pour le graveur et éditeur Eberhard Kieser durant cette période . En 1620, il retourna dans sa ville natale de Bâle, où il acquit les droits de guildeacquis et devenu indépendant. Après la mort de son beau-père en 1623, il poursuit sa maison d'édition à Francfort et acquiert la nationalité francfortoise en 1626. En 1627, il accepte Wenzel Hollar comme élève dans son atelier.

Ses œuvres les plus connues ont été créées à l'époque de Merian à Francfort. De 1629 à 1634, Merian propose la Chronique historique du monde de Johann Ludwig Gottfried et à partir de 1633 le Theatrum Europaeum , qui dépeint les événements de la guerre de Trente Ans. À partir de 1642, les volumes de la série de livres Topographia Germaniae parurent , dont Merian lui-même n'a pas vécu pour voir l'achèvement. [1]

Matthäus Merian s'est beaucoup occupé des questions religieuses. Ce qui lui importait le plus, c'était que l'individu soit mû par l'Esprit de Dieu, et moins par l'église, la Bible et les sacrements. En 1637, il écrivit, faisant écho à un verset biblique ( 1 Cor 2:14  NIV ):

"L'homme naturel ne comprend pas l'Esprit de Dieu, c'est une folie et une grande préoccupation pour lui, et bien qu'il ait été le plus grand médecin et qu'il ait enseigné dans toutes les écoles du monde et qu'il connaisse tous les livres, y compris la Bible par cœur, cela aide toujours et ne sert à rien pour le salut, à moins que le Saint-Esprit lui-même n'enseigne intérieurement dans l'âme.

Dans cet esprit, Merian a également conçu ses armoiries et son sceau d'édition, dans lesquels il a inclus la devise Pietas contenta lucratur (en gros: «la piété paie») avec une cigogne comme animal héraldique.

Matthäus Merian meurt le 19 juin 1650 à Langenschwalbach près de Wiesbaden après une longue maladie. Il a été enterré au Peterskirchhof de Francfort. [2] Après sa mort, ses fils Matthäus et Caspar ont repris la maison d'édition et ont continué à publier ses œuvres sous le nom de Merian Erben . [3]

famille

Dans son premier mariage, Merian était marié à Magdalena de Bry († 1645) à partir de 1617. De ce mariage naquirent quatre filles, dont Susanna Barbara Margaretha et Maria Magdalena, et quatre fils, Matthäus Merian le Jeune et Caspar Merian , qui travaillèrent tous deux également dans son atelier, ainsi que Joachim et Jacob, décédé enfant en 1639. . [4] Après la mort de sa première femme en 1645, Merian épousa Johanna Sibylla Heim en 1646. Du second mariage est née la fille Maria Sibylla Merian , qui est devenue célèbre en tant que naturaliste et artiste, en plus d'un fils décédé prématurément . [5]

des usines

Francfort depuis le sud-ouest
Grande vue sur la ville de Heidelberg (gravure sur cuivre, 1620)
Page de titre du Theatrum Europaeum
Session du Reichstag à Ratisbonne en 1640

Les plus importantes de ses œuvres artistiques sont :

  • 50 gravures dans l' ouvrage de Michael Maier Die Atalanta fugiens , publié en 1618 par le beau-père de Merian, de Bry
  • les plus de 250 feuilles de paysage petit format de la région de Bâle (1620–1625)
  • la vue du château de l'autre côté de la vallée du Neckar - c'est-à-dire le château de Heidelberg (1620)
  • une Bible illustrée de 159 pages, Icones biblicae. Illustrations bibliques illustrant les histoires les plus importantes des Saintes Écritures. , Ancien et Nouveau Testament, avec 78 gravures et textes courts (versets) en latin, allemand et en partie français (Francfort 1627)
  • le grand plan à vol d' oiseau de Francfort-sur-le-Main sur quatre planches (1628, plusieurs éditions révisées jusqu'en 1770)
  • les 234 illustrations de la Bible allemande dans la traduction de Martin Luther (à partir de 1545), imprimée par Lazarus Zetzner à Strasbourg ; les gravures sur cuivre réalisées personnellement par Merian ont été continuellement insérées dans le texte biblique, c'est pourquoi cette Bible est également appelée la Bible de Merian (1625-1630)
  • la chronique historique avec les textes de Johann Ludwig Gottfried (1629-1632)
  • l'ouvrage en plusieurs volumes Theatrum Europaeum [6] (1629-1650, poursuivi par ses héritiers) sur la topographie européenne et sur les événements politiques et militaires de la guerre de Trente Ans
  • la description de tous les royaumes de la terre sous le titre Archontologica cosmica avec des textes de JL Gottfried (1638)
  • le Totentanz de Bâle ( Todten-Tanz [...]. De Bry, Francfort-sur-le-Main 1644)
  • Gallia, Le Royaume de France. Franckreych (Francfort, vers 1649) [7]
  • Warburg (Warburgum) . Gravure de la Topographia Westphaliae de 1647
    la Topographia Germaniae , son œuvre principale (à partir de 1642), dont Martin Zeiler (1589-1661) écrivit les textes. La Topographia Germaniae est apparue de 1642 à 1654 en 16 volumes, qui (continués après sa mort) ont suivi jusqu'en 1688 avec des descriptions d'autres régions européennes, en particulier la France, l'Italie et la Crète. L'ouvrage complet contenait finalement en 30 volumes un total de 92 cartes et 1486 gravures avec 2142 vues individuelles de villes, villages, palais, châteaux et monastères. Il contient également de nombreux plans et cartes de la ville ainsi qu'une carte du monde. La topographieétait ainsi l'une des plus grandes œuvres d'édition de l'époque. Les vues prises par Merian de la nature sont magistrales en perspective et représentent souvent les plus anciennes vues documentées de manière fiable des emplacements respectifs sous forme de gravures sur cuivre ou de gravures à l'eau-forte .
  • Merian reprend également les éditions des Grands et Petits Voyages que Theodor de Bry avait commencées en 1590 et que son fils Johann Theodor de Bry , beau-père de Merian, avait poursuivies. Les œuvres de Merian ont servi d'inspiration directe à Suecia antiqua et hodierna d' Erik Dahlberg .
  • Après les dessins à la plume et à l'encre de couleur de C. Riecke et C. Steger 401 empreintes en cuivre pour la société fruitière .
  • Musaeum Hermeticum , édition 1678 [8]

divers

En 1967, le lieu à partir duquel Merian a dessiné sa grande gravure bien connue de la ville de l'électeur palatin, le soi-disant Meriankanzel , était situé à Heidelberg .

Château et marché de Wörth an der Donau , gravure en couleur

Littérature

  • Catalogue d'expositions au Musée des Arts et Métiers de Franckfurt am Mayn (15 septembre - 7 novembre 1993) et au Kunstmuseum Basel (27 novembre 1993 - 13 février 1994) en tant que commémoration honorifique immortelle du 400e anniversaire du très les célèbres Delineatoris (dessinateur), Incisoris (graveur) et Editoris (éditeur) Matthaeus Merian l'Ancien. Musée des Arts et Métiers, Francfort-sur-le-Main 1993, ISBN 3-88270-065-3 .
  • Jörg Diefenbacher: Le voyage Schwalbacher. Mannheim 2002, ISBN 3-00-008209-3 .
  • Johann Heinrich Eckardt: Matthaeus Merian - Une étude historique et culturelle. Réimpression de la 2e édition Kiel 1892 avec une préface de Carsten Berndt, Rockstuhl, Bad Langensalza 2015, ISBN 978-3-86777-960-9 .
  • Pied d'Ulrike Valeria : Matthaeus Merian l'Ancien. Du beau paysage au théâtre de guerre - paysage en toile de fond de la guerre de Trente Ans. Francfort-sur-le-Main, 2000, ISBN 3-631-35558-0 ; le même : instantané et vue monumentale. Une comparaison entre Valentin Wagner et Matthäus Merian le Jeune. UN. In : Valentin Wagner (vers 1610-1655) : Un dessinateur dans la guerre de Trente Ans. Essais et catalogue d'oeuvres. Darmstadt 2003, ISBN 3-921254-92-2 .
  • Frieder Hepp : Matthaeus Merian à Heidelberg. vues d'une ville. Heideberg 1993.
  • Karl Jost (éd.): Matthaeus Merian. In : Encyclopédie bibliographique de l'art suisse. Neue Zürcher Zeitung, Zurich 1998, pages 708 et suivantes.
  • Peter Meinhold (éd.): Matthaeus Merian: Les images de la Bible - Avec des textes de l'Ancien et du Nouveau Testament. Hoffmann et Campe, Hambourg 1965.
  • Abraham Melzer : La Bible. Les images colorées de Merian pour la Bible. Weiss, Dreieich 1988; Bechtermünz, Eltville am Rhein 1988. ISBN 3-927117-09-9 .
  • Götz J. Pfeiffer : Bild-Zeitung et Moral-Büchlein - la guerre de trente ans dans des estampes de Matthäus Merian et Abraham Hogenberg, Jacques Callot et Hans Ulrich Franck. Dans : La guerre de trente ans à Hanau et ses environs. éd. de l'Association d'histoire de Hanau, Hanau 2011, pp. 255-275.
  • Erwin Poeschel : La planche originale de la vue de Coire dans "Topographia Helvetiae" de Merian. Dans : Revue d'archéologie et d'histoire de l'art suisses , volume 7, 1945, numéro 2, pages 43–49 ( numérisé ).
  • Hans Georg Wehrens : Fribourg dans la Topographia Germaniae de Matthäus Merian. Dans : Freiburg im Breisgau 1504-1803, gravures sur bois et gravures. Herder, Fribourg 2004, ISBN 3-451-20633-1 , pages 111 et suivantes.
  • Joseph Eduard WesselyMerian . Dans : Biographie allemande générale (ADB). Volume 21, Duncker & Humblot, Leipzig 1885, pp. 422-427.
  • Lucas Heinrich Wüthrich : Matthaeus Merian l'Ancien UN. Une biographie. Hoffmann et Campe, Hambourg 2007 (édition sous licence : Scientific Book Society, Darmstadt 2007).
  • Lucas Wuthrich : Matthaeus Merian. In : Lexique historique de la Suisse . 30 octobre 2008 .
  • Lucas Heinrich Wüthrich :  Merian, Matthaeus l'Ancien. Dans : Nouvelle biographie allemande (NDB). Volume 17, Duncker & Humblot, Berlin 1994, ISBN 3-428-00198-2 , pp. 135–138 ( numérisé ).
  • Lucas Heinrich Wüthrich : L'œuvre graphique de Matthäus Merian d.Ä. Tome 1 et 2 : Bâle 1966, Tome 4 : Hambourg 1996.
  • Jakob Probst : Matthäus Merian, l'Ancien 1593-1650 . Dans : Annuaire de Bâle 1887, pp. 145–184 .

liens web

Commons : Matthäus Merian  - Album avec photos, vidéos et fichiers audio
Wikisource : Matthäus Merian  - sources et textes intégraux

les détails

  1. Matthieu Merian. Dans : La "Topographia Germaniae" de Matthaeus Merian - Les Archevêchés de Mayence, Trèves et Cologne. Université de Trèves, Bibliothèque universitaire de Trèves, 2021, consulté le 20 juillet 2021 .
  2. Tombe de Matthäus Merian avec courte vita dans l'art dans l'espace public Francfort
  3. Note de bas de page dans l'article Où enseignait Pierre Abélard : Sainte Geneviève et Saint Etienne, Paris (Anglais)
  4. Margarete Pfister-Burkhalter : Aperçu iconographique des portraits de Maria Sybilla Merian (1647-1717) . In: Bulletin de la Société Suisse de Bibliophilie . ruban 6 , 1949, p. 31-42 ; p.32 ( e-periodica.ch [consulté le 18 mai 2022]).
  5. Lucas Heinrich Wüthrich :  Merian, Matthaeus l'Ancien. Dans : Nouvelle biographie allemande (NDB). Volume 17, Duncker & Humblot, Berlin 1994, ISBN 3-428-00198-2 , pp. 135–138 ( numérisé ).
  6. Theatrum Europaeum, ou une description détaillée et précise de toutes les histoires mémorables, tant de va-et-vient dans le monde, notamment en Europe et en terres allemandes, ainsi que dans la religion en tant qu'être profane, de l'an du Christ 1617 à l'an année 1629... décrite par M. Joannem Philippum Abelinum ,... ; poursuivi par H. Oraeus , Jo. Pet Lotichius ... ; avec de beaux panneaux de Lund apportés à Kupffer... ornés et publiés par Mathaeum Merian... , Franckfurt am Mayn : par W. Hoffmann, 1635-1652
  7. Gallia, Le Royaume de France. Franckreych. M. Merian, Francfort-sur-le-Main, vers 1649. Édition numérisée de la Bibliothèque de l' Université et de l'État de Düsseldorf
  8. Musaeum Hermeticum 1678, Internet Archive