Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
(Redirigé depuis l' OSCE )
Aller à la navigation Aller à la recherche

L' Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ( OSCE ) est une conférence internationale permanente pour le maintien de la paix. Le 1er janvier 1995, il est issu de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), qui avait été fondée le 1er août 1975 avec l' Acte final d'Helsinki . L'OSCE se compose des 57 États participants suivants : [1]

Le siège du Secrétariat général et des organes les plus importants est à Vienne avec la Hofburg et depuis 2007 également le Palais Pálffy sur la Wallnerstraße (siège).

Buts

Les objectifs de l'OSCE sont le maintien de la paix et la reconstruction post-conflit. Elle se considère comme un facteur de stabilisation en Europe. En tant qu'arrangement régional au titre du Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies , l'OSCE est destinée à servir de premier point de contact international pour les conflits relevant de sa sphère d'activité, sur la base du principe de subsidiarité . Il est considéré comme un système de sécurité collective et se trouve donc clairement en concurrence avec l'OTAN , qui a cependant une vocation beaucoup plus militaire. Elle travaille également avec des organisations internationales selon le principe « OSCE first ».ensemble. En raison de l'échec de la réunion au sommet en 2010, la question des futurs objectifs de l'OSCE est restée ouverte.

Les activités de l'OSCE sont divisées en trois domaines thématiques (« dimensions »), qui remontent aux trois corbeilles de l'Acte final d'Helsinki. Il s'agit de (a) la dimension politico-militaire, (b) la dimension économique et environnementale et (c) la dimension humanitaire (droits de l'homme).

commissions et organes

Réunion du Conseil permanent à Vienne en 2005
L'OSCE a soutenu la mission IFOR en Bosnie-Herzégovine , par ex. B. par des points d'appui, comme indiqué sur cette image
  • Présidence par intérim (forme conjointement la troïka avec les présidences précédente et suivante ), assistée du secrétaire général
  • Sommet des chefs d'État et de gouvernement (prise de décision ; réunion irrégulière, dernière en 2010)
  • Conseil des ministres (réunion annuelle)
  • Conseil permanent (Vienne, au moins une réunion hebdomadaire) et commissions des trois dimensions.
  • Assemblée parlementaire
  • Forum pour la coopération en matière de sécurité (peut prendre des décisions dans le domaine militaro-politique, se réunit chaque semaine)
  • Missions et opérations de terrain de l'OSCE
  • Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH)
  • Haut-commissaire aux minorités nationales
  • Représentant pour la liberté des médias (RFOM)

secrétaires généraux

Les secrétaires généraux de l'OSCE : [2]

Le Secrétaire général de l'OSCE a les fonctions suivantes : [3]

Politiquement
  • Agit en tant que vice-président et l'assiste dans toutes les activités visant à atteindre les objectifs de l'OSCE
  • Participe aux réunions de la troïka de l'OSCE (président précédent, actuel et prochain).
  • Soutient le processus de dialogue politique et de négociations entre les États participants
  • Entretient des contacts étroits avec toutes les délégations de l'OSCE
  • Établit, en consultation avec le Président, un système d'alerte rapide pour le Conseil permanent en cas de tensions ou de conflits émergents dans l'espace de l'OSCE et, après consultation des États membres concernés, propose des mesures opportunes et efficaces pour les résoudre
  • Peut soumettre tout sujet lié à son mandat aux instances décisionnelles, en concertation avec le président
  • Participe activement aux débats du Conseil permanent et du Forum pour la coopération en matière de sécurité
Administratif
  • Est le secrétaire administratif de l'OSCE et chef du secrétariat de l'OSCE
  • Assure la mise en œuvre des décisions de l'OSCE
  • Soumet le programme d'activités et le budget global au Conseil permanent
  • Supervise les activités de terrain de l'OSCE et coordonne son travail opérationnel
  • Assure la coordination programmatique entre le Secrétariat, les institutions et les activités sur le terrain ainsi qu'au sein de ces activités
  • Constitue le point focal pour la coordination et la consultation entre les institutions de l'OSCE et tient régulièrement des réunions de coordination avec leurs chefs afin de réaliser des synergies et d'éviter les doubles emplois

Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme

Le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme (BIDDH, en abrégé BIDDH ) à Varsovie est la « principale institution pour la dimension humaine » (Basket III) de l'OSCE. À l'origine, le Bureau des élections libres (une institution d'observation internationale des élections) était la composante de la dimension humaine du paquet institutionnel qui devait être négocié au Sommet de Paris de la CSCE en 1990.

Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme à Varsovie

Sa première tâche consistait à observer les élections dans les anciens pays du bloc de l'Est d'Europe centrale et orientale et dans les républiques d'Asie centrale de l'ex-Union soviétique. Le BIDDH a été encore renforcé avec le Document d'Helsinki de 1992. La Norvège a inclus le concept de démocratisation et de droits de l'homme dans le titre de l'institution.

Par la suite, le BIDDH organise une réunion de mise en œuvre à Varsovie tous les deux ans, qui surveille le respect des engagements de l'OSCE au titre du panier III et à laquelle participent d'autres organisations intergouvernementales et organisations non gouvernementales en plus des États participants de l'OSCE . En outre, il organise des séminaires, soutient les missions de l'OSCE et la mise en place de structures démocratiques par diverses autres mesures, collecte et met à disposition des informations et publie des instructions. En outre, l'observation des élections constitue une grande partie des activités. [4]

réalisateurs

dimension économique et environnementale

La dimension économique et environnementale remonte au « deuxième panier » d'Helsinki (coopération technologique, scientifique, économique et environnementale). Dans la dimension économique et environnementale, l'organisation veille, entre autres, à lutter contre la corruption, le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme, le crime organisé et la cybercriminalité. L'OSCE promeut également la coopération dans les domaines de l'environnement, de la gestion de l'eau, des migrations et de l'énergie.

Haut-commissaire aux minorités nationales

Le poste de haut-commissaire aux minorités nationales (HKNM) a été créé lors du sommet d'Helsinki de 1992. Le bureau du HCMN se trouve à La Haye et emploie environ 10 personnes.

Ce bureau de la diplomatie tranquille est façonné depuis 1992 par le Néerlandais Max van der Stoel, remplacé en 2001 par le Suédois Rolf Ekéus . L'ancien ministre norvégien des Affaires étrangères, Knut Vollebaek, a été HCMN de 2007 à 2013 . Le 20 août 2013, l'ancienne députée européenne et ministre finlandaise de la migration et des affaires européennes, Astrid Thors, a pris ses fonctions de HCNM. Le diplomate kazakh Kairat Abdrakhmanov occupe actuellement le poste [5] .

Le bureau est conçu pour identifier et résoudre les tensions susceptibles de menacer la paix, la stabilité ou les bonnes relations entre les États participants de l'OSCE et qui découlent de tensions ethniques. Son mandat permet au Haut-commissariat aux minorités nationales (HCMN) d'intervenir en amont, c'est-à-dire de diplomatie préventive.

Le mandat du HCMN est novateur par rapport aux précédents instruments de lutte contre les conflits, puisqu'il sort du niveau interétatique et permet ainsi une intervention directe dans l'État concerné. Le HCMN fournit une alerte précoce des tensions liées aux minorités nationales et, dans le cadre de son engagement, peut être autorisé par le Haut Conseil à agir en amont.

Commissaire à la liberté des médias

Enfin, avec la décision 193 de la réunion du Conseil permanent du 5 novembre 1997, le Bureau du Représentant pour la liberté des médias (RFOM) basé à Vienne a été créé comme la plus jeune de ces trois institutions indépendantes.

L'institution du représentant de l'OSCE pour la liberté des médias remonte à une initiative allemande. Elle repose sur la reconnaissance de l'importance particulière des engagements de l'OSCE concernant la liberté d'expression et le rôle des médias libres et pluralistes. Le mandat de créer la nouvelle institution est venu du sommet de l'OSCE tenu à Lisbonne en 1996. Le mandat a été adopté par le Conseil des ministres à Copenhague (décembre 1997), par lequel la nomination de MdB a. D. Freimut Duve en tant que premier représentant de l'OSCE pour la liberté des médias. Son successeur était le Hongrois Miklós Haraszti de mars 2004 à mars 2010 (également pour le mandat de deux mandats autorisé) . [6]En juin 2017, Harlem Désir de France a été nommé représentant de l'OSCE pour les médias.

Le représentant des médias a une fonction d'alerte précoce comparable à celle du Haut Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales. Il devient actif dans le cas de restrictions à la liberté des médias, qui sont généralement le signe d'une évolution politique pleine de conflits. Si des violations graves des principes de l'OSCE sont suspectées, le représentant des médias a la possibilité d'établir des contacts directs avec l'État participant et d'autres parties et d'évaluer les faits, ainsi que de fournir une assistance à l'État participant et d'aider à résoudre le problème.

Responsable de l'antisémitisme de l'OSCE

Le poste de commissaire à l'antisémitisme de l'OSCE, représentant spécial de l' Assemblée parlementaire sur l'antisémitisme, le racisme et l'intolérance , est occupé par le sénateur américain Benjamin Cardin depuis 2015. vrai. Dans son rôle, il sensibilise au problème persistant des préjugés et de la discrimination dans la région de l'OSCE, en mettant l'accent sur l'antisémitisme, les attitudes anti-musulmanes, anti-migrants et anti-réfugiés, et la discrimination dans le système judiciaire. Ses responsabilités consistent notamment à conseiller le CP de l'OSCE sur la mise en œuvre des stratégies convenues et à élaborer de nouvelles stratégies pour autonomiser et protéger les communautés vulnérables. Elle s'efforce de réduire les préjugés et la discrimination dans les 57 États participants de l'OSCE. [7] [8]

Autres comités et institutions

L'OSCC, responsable de la mise en œuvre du traité Ciel ouvert, n'appartient pas directement à l'OSCE, mais est liée à l'organisation de Vienne .

histoire

Lieu du CSCE : Le Finlandia Hall

précurseur

L'ancêtre de l'OSCE a été la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe (CSCE), née d'une initiative du Pacte de Varsovie. À partir des années 1950, l'Union soviétique avait appelé à une telle conférence, mais les puissances occidentales, notamment l'Allemagne de l'Ouest, avaient refusé. Bonn craignait que ces pourparlers ne conduisent également à l'acceptation internationale de la division de l'Allemagne. Il a fallu attendre la nouvelle Ostpolitik de la coalition social-libérale du chancelier Willy Brandt (SPD) au début des années 1970 pour que l'idée d'une CSCE soit mise à l'ordre du jour en Occident. Sous la devise de Brandt « Le changement par le rapprochement », l'atmosphère glaciale de la guerre froide s'est détendue et la CSCE a été rendue possible. [9]La première de ces conférences multinationales a eu lieu à Helsinki en 1973-1975 . Les participants à la conférence interbloc étaient tous les États européens (à l'exception de l'Albanie ), l'Union soviétique, les États-Unis et le Canada.

La conférence se caractérise par un accord de troc : pour le bloc de l'Est, elle apporte la reconnaissance des limites de l'ordre d'après-guerre et un plus grand échange économique avec l'Occident. En retour, l'Est a fait des concessions sur les droits de l'homme. Dans les années qui ont suivi, des mouvements de défense des droits civiques fondés sur l' Acte final d'Helsinki sont apparus dans plusieurs pays socialistes et ont contribué à l'effondrement du bloc de l'Est, de sorte que la CSCE a apporté une contribution décisive à la fin du conflit Est-Ouest.

La conférence, initialement prévue comme un événement ponctuel, s'est poursuivie avec les conférences de suivi de la CSCE à Belgrade (1977-1978), Madrid (1980-1983), Vienne (1986-1989) et à nouveau Helsinki (1992).

Lors du sommet de la CSCE des 5 et 6 décembre 1994 à Budapest [10] , il a été décidé d'institutionnaliser la CSCE et de la renommer Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) à compter du 1er janvier 1995 .

rencontre au sommet

Les réunions au sommet suivantes [11] ont eu lieu dans les années 1990

  • 2-3 décembre 1996 à Lisbonne [12]
  • 18-19 novembre 1999 à Istanbul [13]

Après une interruption de onze ans, le prochain sommet de l'OSCE a eu lieu à Astana les 1er et 2 décembre 2010 [14] . La conférence était présidée par le président kazakh Nursultan Nazarbayev . Les divergences d'opinion entre les pays membres occidentaux et orientaux concernant le contenu futur et l'orientation stratégique de l'OSCE ont conduit à une conclusion largement infructueuse de la conférence. Les participants n'ont adopté qu'une déclaration commune (« Déclaration d'Astana »). L'adoption prévue d'un plan d'action pour résoudre les conflits internationaux et réformer l'OSCE a échoué. [15]

Réunion du Conseil ministériel de l'OSCE

A l'issue de la réunion du 5 décembre 2014 à Bâle , il y a eu des déclarations mais pas de communiqué final. Le président Didier Burkhalter a expliqué que la situation sécuritaire en Europe s'est détériorée en 2014 en raison de la guerre russo-ukrainienne . [16] [17]

Le 3/4 Le Conseil ministériel de l'OSCE s'est réuni à Belgrade en décembre 2015 . Le Conseil ministériel de l'OSCE s'est réuni à Hambourg du 8 décembre 2016 au 9 décembre 2016 . La réunion a eu lieu sur le terrain de la Hamburg Messe . Les ministres des Affaires étrangères des pays participants se sont également réunis le 8 décembre dans la salle de bal principale de l'hôtel de ville de Hambourg pour un déjeuner de travail commun. La réunion a eu lieu à Hambourg car l'Allemagne a pris la présidence de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe le 1er janvier 2016, pour la deuxième fois depuis 1991.

Présidence et réunion

La présidence change chaque année. Un ministre des Affaires étrangères fait office de président.

États participants

  • Signature de l'Acte final d'Helsinki et de la Charte de Paris
  • Acte final d'Helsinki signé
  • pas de signature
  • États partenaires
  • statut légal

    Malgré son nom, on peut se demander si l'OSCE a le caractère d'une organisation internationale, puisque l'article 22 de la Déclaration de Budapest ne prévoit explicitement aucun dépôt auprès du Secrétariat général des Nations Unies (selon l'article 102 de la Charte des Nations Unies nations). Le Secrétaire général des Nations unies a donc insisté à plusieurs reprises pour obtenir une clarification de la nature juridique de l'OSCE. Une commission internationale d'experts a classé l'OSCE comme organisation internationale en raison de ses activités ; cependant , l' école de pensée dominante et la pratique prédominante des États ne traitent pas l'OSCE comme une organisation internationale. [20]

    honneurs et récompenses

    Littérature

    • Kurt P. Tudyka : L'OSCE - Préoccupée par la sécurité de l'Europe. coopération au lieu de confrontation. Hambourg 2007, ISBN 978-3-939519-03-4 .
    • Kurt P. Tudyka : Le manuel de l'OSCE. 2e édition, Springer VS, Wiesbaden 2002, 251 pages, ISBN 978-3-322-92221-2

    liens web

    Commons : Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio

    les détails

    1. a b États participants. Dans : osce.org. Consulté le 4 août 2016 (en anglais).
    2. Entrée sur l'OSCE. Dans : règles.org. Consulté le 4 août 2016 (en anglais).
    3. Thomas Grüninger. Dans : site Web de l'OSCE.
    4. Hans-Jörg Schmedes : Voter en vue de l'Europe. Observation par l'OSCE des élections fédérales de 2009 . Dans : Journal des questions parlementaires, 1/2010, pp. 77-91.
    5. Stage : Haut Commissaire de l'OSCE pour les minorités nationales - osce.org. Consulté le 18 septembre 2021 (anglais).
    6. ↑ La surveillance est cruciale pour la liberté de la presse, déclare le représentant de la liberté des médias de l'OSCE dans son rapport final. Dans : osce.org. Consulté le 4 août 2016 (en anglais).
    7. Benjamin Cardin, États-Unis , AP OSCE. Consulté le 8 octobre 2019.
    8. Cardin a renommé l'OSCE . Consulté le 8 octobre 2019.
    9. Agence fédérale pour l'éducation civique : 35 ans de l'Acte final d'Helsinki (consulté le 27 avril 2014)
    10. Page du Sommet de l'OSCE à Budapest (en anglais) avec des liens vers des documents, consultée le 28 avril 2018
    11. Page des sommets de l'OSCE , consultée le 28 avril 2018
    12. Page du Sommet de Lisbonne de l'OSCE avec des liens vers le document, consultée le 28 avril 2018
    13. Page du Sommet d'Istanbul de l'OSCE (en anglais) avec des liens vers des documents, consultée le 28 avril 2018
    14. Page du Sommet d'Astana de l'OSCE avec des liens vers des documents, consultée le 28 avril 2018
    15. Christian Neef : Échec du sommet de l'OSCE : les chefs d'État se ridiculisent au spectacle gigantesque. sur : miroir en ligne. 3 décembre 2010.
    16. La Russie devient sourde , NZZ, 5 décembre 2014 ; "Le point de vue propagé par le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov était sophistiqué en ce sens qu'alors qu'il adoptait le vocabulaire des principes de l'OSCE, il leur donnait une signification complètement différente."
    17. ↑ Prendre ses responsabilités est bon pour la Suisse , Der Landbote, 17 décembre 2014 ; « D'un point de vue international, la conclusion n'est pas positive : la situation sécuritaire en Europe est pire qu'il y a un an.
    18. Présidence allemande de l'OSCE 2016. (N'est plus disponible en ligne.) Dans : diplo.de. Mission permanente de la République fédérale d'Allemagne auprès de l'OSCE, archivé de l' original le 4 août 2016 ; récupéré le 4 août 2016 .
    19. Partenaires pour la coopération. Dans : osce.org. Consulté le 4 août 2016 (en anglais).
    20. Cf. Herdegen : Völkerrecht. 6ème édition. Article 45 ; Ipsen : Droit international. 5e édition. Article 34, paragraphe 16.