Pédale (orgue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
Pédale d'orgue avec pédale de gonflement et commutateurs de pédale ( pistons ) pour coupleurs et séquenceurs

La pédale (du latin pes "pied") fait référence à un clavier sur l' orgue qui est joué avec les pieds par l' organiste , contrairement aux manuels , qui sont joués avec les mains.

intervalle

La gamme de la pédale va aujourd'hui de 13 à 32 touches (jusqu'à environ 2 12 octaves, également chromatique à partir de C), dans des cas exceptionnels dans de très grands orgues de A 1 à C 2 (3 octaves). Dans le passé, la pédale n'était souvent jouée que jusqu'à c1 ou d1 ou même plus court. En règle générale, chaque orgue a une pédale et un ou plusieurs claviers. Un petit orgue sans (ou avec seulement une pédale attachée) est appelé un positif . Il est très rare de trouver des orgues à deux pédaliers. Pour orgues électroniquesDes pédales dites "stub" sont également utilisées, qui ont un alésage beaucoup plus petit et ne couvrent qu'une octave. Les "pédales tronquées" se retrouvent également sur les orgues baroques, par exemple dans la péninsule ibérique ou dans le sud de l'Allemagne. Leur plage de hauteur est d'une octave à une octave et demie.

conceptions

Il existe différentes méthodes de construction; On distingue d'abord la "pédale parallèle", dans laquelle toutes les touches sont parallèles entre elles, et la "pédale radiale", dans laquelle les touches divergent en forme d'étoile, à partir du banc d'orgue. La pédale peut également être balayée horizontalement avec des touches plus hautes sur le bord, ou verticalement avec des touches supérieures plus longues sur le bord pour permettre à l'organiste d'atteindre plus facilement les touches de la pédale près du bord. Une pédale construite de cette manière est appelée "simple courbée", tandis qu'une pédale courbée horizontalement est également appelée "pédale concave". Si des courbes horizontales et verticales sont combinées, c'est-à-dire une "pédale concave" avec des touches supérieures étendues, on parle de "double courbe".

BDO = Bund Deutscher Orgelbaumeister , AGO = American Guild of Organists

Bloquer la pédale

Bloc pédale de l' orgue baroque tardif Holzhey à Weissenau
La soi-disant "pédale à couteau" de l' Ev.-Ref. Église de Stapelmoor

Avec une pédale à blocs, les touches ne sont pas visibles sur toute leur longueur, comme c'est le cas avec les claviers à pédales modernes, mais dépassent plutôt comme des "petits blocs" de la plaque supérieure du clavier à pédales. La soi-disant "pédale à dos de couteau" [1] sur les orgues baroques français est construite de manière similaire.

pédale tronquée

Pédale d' orgue Hammond

Dans la version minimale d'un clavier à pédales, la "pédale de stummel", des touches courtes de 10 à 25 cm dépassent du boîtier et peuvent être jouées avec la pointe des pieds. Le jeu de pédale virtuose au sens classique n'est possible que dans une mesure limitée. Ces pédales, telles qu'elles sont conçues pour les orgues à tuyaux, ne sont généralement fixées qu'au manuel, souvent de la manière la plus simple avec une sangle en tissu ou un cordon. Des exemples de pédales à plus petite échelle se trouvent principalement en Italie et en Espagne , mais aussi dans la région alpine. De nombreuses pédales sur les orgues électroniques sont construites comme des pédales tronquées, ici elles sont utilisées pour jouer des lignes de basse comme une contrebasse .

brancher la pédale

Plug Pedal (Espagne)

Cette conception n'a pas les boutons de pédale allongés habituels, mais des boutons ronds. Il fait plutôt penser au clavier d'un simple accordéon à boutons surdimensionné .

Pédale attachée

Une pédale couplée en permanence à un manuel est appelée "pédale attachée". Sur le système de jeu d'un orgue avec une pédale attachée, une glissière d'arrêt ou une glissière d'attelage est "manquante" car il n'y a pas de mécanisme d'attelage mobile. Une pédale attachée ne se trouve généralement que sur de petits instruments mécaniques, dans de rares cas conçus comme un coupleur de valve.

Pédale dépendante

Sur les orgues dans lesquels la pédale n'a que très peu de registres par rapport aux manuels, généralement seulement un ou deux registres de 16′ et 8′, le terme "pédale dépendante" est également utilisé, car un coupleur de pédale est souvent utilisé iciest requis. Des pédales dépendantes peuvent être trouvées dans de nombreux petits orgues, où elles n'ont que leur propre registre, généralement Untersatz 16′ ou Subbass 16′. Les pédales standard sont dépendantes des orgues baroques de la péninsule ibérique. Ces pédales, qui sont souvent conçues comme une pédale snub ou une pédale plug, n'ont généralement que leur propre registre "Contras", qui dans de nombreux cas est un Holzgedackt 16′ ou Holzgedackt 16′+8′. La démarcation à la pédale indépendante est parfois difficile. Ainsi, les pédaliers des petits orgues baroques français n'ont presque uniformément que trois jeux : Soubasse 16′ (doublée), Flûte 8′ (principal largement mesuré) et Trompette 8′ (cloche métallique pleine longueur), mais l'utilisation de le coupleur de pédale est courant dans la littérature spécialisée plutôt rare.

Octave courte

Pédale 16 touches - "octave courte". Dans : Samber : Continuatio ad manductionem organicam , Salzbourg 1707. [2]
Orgue Papenius 1747, sans ut dièse, Musée de l'orgue de Brandebourg

Une pédale avec une octave courte se trouve souvent sur les orgues historiques jusqu'au 19e siècle : les quatre touches de pédale les plus basses (do, do dièse, ré et dis) sont généralement omises. Avec les vraies tonalités au cours de l'octave, les tonalités C#/D#, D#/Eb, F#/G# et G#/A#, qui n'étaient guère utilisées dans la musique ancienne dans cette position, sont supprimées, ce qui a entraîné d'importantes économies de matériel et donc les coûts.

forme spéciale de l'octave majeure; sans cis

Étant donné que le do dièse n'est presque jamais utilisé dans un orgue de style baroque - Johann Sebastian Bach par ex. B. l'a utilisé dans seulement six compositions dans toute son œuvre pour orgue [3] - en tant que forme spéciale d'une octave courte, il n'est parfois pas construit :

techniques de jeu

Le pédalage peut se faire à la fois avec les orteils et les talons (talons des chaussures) des deux pieds. Il y a aussi la technique de roulement, dans laquelle le pied est roulé sur la balle du "gros orteil" jusqu'à la balle du "petit orteil". Cela signifie que jusqu'à quatre voix peuvent théoriquement être jouées. En pratique, cependant, le pédalage monophonique est courant; On rencontre déjà rarement des passages à deux voix (exemple : JS Bach, adaptation chorale Aus deep Not ich zu dir BWV 686, avec en plus : a 6 voci in organo pleno con pedale doppio). Un moyen important est de mettre un pied devant ou derrière ; le glissement d'une touche à l'autre est également utilisé à des tempos lents. Comme le doigté, le pied peut être introduit dans la musique à l'aide de symboles spéciaux, qui, cependant, ne sont pas utilisés de la même manière par tous les organistes. Jusqu'au XIXe siècle, de nombreux organistes préféraient jouer avec la pointe, souvent à cause de la conception des touches de la pédale, qui ne permettait pas une utilisation judicieuse du talon. La technique Germani (d'après Fernando Germani ) utilise la pointe et le talon de manière égale ; il a été repris par Rolf Schweizer à l'école d'orgue .

Cette technique est difficile à réaliser avec les modèles de chaussures de rue d'aujourd'hui, c'est pourquoi la plupart des organistes jouent des pédales avec des chaussures séparées. Les chaussures de danse en particulier sont bien adaptées au jeu virtuose en raison de leur coupe étroite et sans couture, de leurs semelles et talons en daim , tout comme les chaussures à coupe étroite avec talons et semelles en cuir. Cependant, il y a aussi des organistes qui préfèrent jouer de la pédale sans chaussures, c'est-à-dire uniquement avec des chaussettes ou pieds nus.

Littérature

  • Hans Klotz : Le livre de l'orgue. À propos de la nature et de la structure du travail d'orgue, des soins d'orgue et du jeu d'orgue. 14e édition Bärenreiter, Kassel et al. 2012, ISBN 3-7618-0826-7 .
  • Eduard Bruggaier : Études sur l'histoire du pédalier d'orgue en Allemagne jusqu'à l'époque de Johann Sebastian Bach. Phil.Diss.Univ. Francfort-sur-le-Main, 1959.

liens web

Commons : Organ Pedals  - Collection d'images, de vidéos et de fichiers audio
Wiktionnaire : Pédale – explications du sens, origine des mots, synonymes, traductions

les détails

  1. Richard Rensch (éd.) : Dom Bedos - L'art du facteur d'orgues. L'Art du Facteur d'Orgues. Orgelbau-Fachverlag, Lauffen am Neckar 1977, ISBN 3-921848-03-2 , pages 113 et suivantes.
  2. walcker-stiftung.de (PDF ; 438 Ko) page 4 ; Consulté le 11 mars 2017.
  3. Otto Biba : L'octave majeure courte et brisée - Une revue historique. Dans : The Organ Forum, n° 1, mai 1998, p. 41.