Vilnius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Aller à la navigation Aller à la recherche
vue satellite

Écouter Vilnius [ ˈvʲɪlʲɲʊs ] ? / i , allemand Wilna ( polonais Wilno , biélorusse Вільня Wilnja , yiddish   ווילנע Vilnius , Russie Вильнюс Wilnjus , anciennement Ви́льна Wiljna ) est la capitale de la Lituanie . Avec 569 732 habitants (au 1er janvier 2021), Vilnius est la ville la plus peuplée du pays et, avec 401 km², la plus grande ville des États baltes en termes de superficie . Ce n'est pas seulement une ville ( miestas lituanienne ) , mais aussi une municipalité ( miesto savivaldybė lituanien ), qui comprend également la ville de Grigiškės .

Photo panoramique de la ville (2015)
Le palais reconstitué des Grands-Ducs
Palais présidentiel à Vilnius
Visite à pied de Vilnius (2011)

Vilnius est le siège de l' archidiocèse catholique romain de Vilnius et, avec l'Université de Vilnius fondée en 1579, est l'une des plus anciennes villes universitaires d'Europe. En 2009, avec la ville de Linz , elle a partagé le titre de Capitale européenne de la culture .

Vilnius était une fondation balte dès le départ et n'a jamais été contrôlée par les chevaliers teutoniques , contrairement aux capitales des pays baltes voisins, Riga en Lettonie et Tallinn en Estonie . En tant que capitale de la Lituanie, elle s'est développée pour devenir le centre d'un vaste empire qui, à l'apogée de sa puissance vers 1618 en tant que Pologne-Lituanie , s'étendait parfois de la mer Baltique à la mer Noire .

Depuis sa fondation, Vilnius est considérée comme l'une des villes les plus libérales d'Europe. offrait une protection aux Juifs persécutés d' Europe centrale et de Russie. En tant que « Jérusalem du Nord », Vilnius est devenue le centre de la culture et de l'illumination juives. Vers 1900 , les Lituaniens ne constituaient qu'une petite partie de la population (2 %), après les Juifs (40 %), les Polonais (30 %) et les Russes (20 %). Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a perdu la plupart de ses habitants (les Polonais ont été expulsés et les Juifs ont fui ou ont été assassinés pendant l' Holocauste ) et a ensuite été occupée par des Lituaniens et des Russes .pratiquement repeuplé. Cela a complètement changé la structure sociale de Vilnius.

Dès le XVIe siècle, les maîtres bâtisseurs italiens ont créé de nombreux édifices baroques dans la ville. La vieille ville de Vilnius est l'une des plus grandes d'Europe de l'Est et a été déclarée site du patrimoine mondial de l' UNESCO en 1994. [2] En raison des plus de 50 églises de la ville, Vilnius est également surnommée la " Rome de l'Est ".

Dans le classement 2018 des villes par qualité de vie, Vilnius s'est classée 81e sur 231 villes étudiées dans le monde. [3]

nom de la ville

La ville est connue sous différents noms selon son caractère multiethnique et multiculturel. Les cartes et descriptions européennes ont utilisé le nom de Wilna ou Vilna du XIVe au XXe siècle . Les formes documentées les plus anciennes du 14ème siècle se lisent vor die Wilne , ante Vilnam ou similaire. En lituanien , il s'appelle Vilnius , et ce nom - documenté pour la première fois vers 1600 - se répand progressivement dans d'autres langues aujourd'hui.

Le nom de la ville est dérivé de celui de la rivière Vilnia (souvent appelée Vilnelė sous la forme diminutive), qui se jette dans le Neris non loin du centre-ville historique sur la colline de Gediminas . Les mots lituaniens vilnìs et vilnelė signifient respectivement "vague" et "petite vague". Un autre nom du Neris est également * Velija , documenté vers 1230 sous le nom de Велья . Le nom du plus petit affluent était à l'origine un diminutif de ce nom.

L'astéroïde de la ceinture principale intérieure (3072) Vilnius porte le nom de la ville. [4]

fonctionner comme la capitale

Ville de Vilnius, Snipiskes

En plus de la fonction d'aujourd'hui, Vilnius avait également une fonction historique, avec une histoire mouvementée en tant que capitale. De 1569 à 1795, elle fut la capitale du Grand-Duché de Lituanie dans la noble république polono-lituanienne d'Abiejų Tautų Respublika (Pologne-Lituanie ou République des Deux Nations).

En raison de la troisième division de la Pologne et de la Lituanie, les deux ont complètement perdu leur indépendance et Vilnius a perdu sa fonction précédente de capitale, que la ville n'a retrouvée qu'en 1945, à l'exception d'une interruption de 1918 à 1922. Avec l'incorporation à l' Empire tsariste russe qui eut lieu lors de la division , Vilnius devint le siège administratif du Lietuvos Generalgubernatorija (Gouvernement général lituanien) de 1795 à 1830 puis de 1830 jusqu'à sa dissolution en 1912 du Vilnius Generalgubernatorija (Gouvernement général de Vilnius ). Au sein des deux gouvernements généraux , la ville a également fonctionné comme siège administratif central de chaqueGubernia , dont le nom ou la situation géographique a changé plusieurs fois, dans laquelle se trouvait Vilnius, par ex. B. la Vilniaus gubernija (Vilniuser Gubernia/Gouvernement).

Après que la Lituanie eut retrouvé son indépendance ( voir ↑ Indépendance depuis 1918 ), Vilnius devint la capitale du premier Lietuvos TSR (RSS de Lituanie) en 1918-1919, du Lietuvos–Baltarusijos TSR ( RSS de Lituanie-Biélorussie ) en 1919, et de l'état de Litwa Środkowa / Vidurinė Lietuva en 1920–1922 (Lituanie centrale).

De 1922 à 1945 (sauf de 1940 à 1941), Vilnius n'était pas la capitale d'un État lituanien, mais à nouveau un centre administratif au niveau provincial , cette fois en Pologne et sous occupation allemande. Dans le détail, la ville fut la capitale de la voïvodie du même nom dans la II Rzeczpospolita (Seconde République polonaise) de 1922 à 1939 , la capitale de la deuxième Lietuvos TSR (SSR de Lituanie) de 1940 à 1941 , la capitale de Wilna- Terrain dans le Reichskommissariat Ostland de 1941 à 1945 et après 1945 à nouveau capitale du Lietuvos TSR relancé jusqu'en 1990.

géographie

Photo panoramique de la ville

emplacement

La ville est située dans un paysage boisé et vallonné du sud-est de la Lituanie, au confluent de la Vilnia et de la Neris , à environ 40 km de la frontière biélorusse. Le centre géographique de l'Europe est situé au nord de Vilnius dans le village de Purnuškės .

climat

Le climat de Vilnius est continental tempéré. Au cours des étés généralement courts et chauds, des valeurs maximales de plus de 35 °C ont été mesurées. Les minimums en hiver étaient inférieurs à -37 ° C. Le mois d'été le plus chaud est juillet, le mois d'hiver le plus froid est janvier. Dans les années 1961 à 1990, la quantité moyenne annuelle de précipitations était de 683 millimètres par an. Les données mensuelles peuvent être extraites du diagramme climatique.

contour de la ville

contour de la ville

Le district de Vilnius est l'un des dix districts administratifs de Lituanie. Le district le plus grand et le plus peuplé en termes de superficie est situé dans le sud-est du pays et comprend également la capitale Vilnius. Le 1er juillet 2010, les administrations de district ( apskrities administracija ) en Lituanie ont été abolies en tant qu'unités administratives sans remplacement.

La municipalité de Vilnius se compose des 21 districts suivants avec un nombre variable de districts. C'est le seul gouvernement municipal de Lituanie à gérer deux villes (Vilnius et Grigiškės ) ainsi que trois villages de Grigiškės.

histoire

Plan de la ville de Vilnius (1576)

Selon une légende, Gediminas , grand-duc de Lituanie depuis 1316, se serait reposé en chassant sur une colline au confluent de la Neris et de la Vilnia. Là, il rêva d'un loup de fer qui hurlait comme cent loups“. La flèche qu'il a tirée sur l'animal a rebondi sur son corps en acier. Inquiet, il demanda à son grand prêtre païen Lizdeika une interprétation de cet épisode : "'Ce que les dieux ont décrété pour le souverain et l'Etat lituanien peut arriver : le loup de fer se dresse sur une colline sur laquelle un château et une ville sont construits - la capitale de la Lituanie et la résidence des dirigeants. Mais la forteresse doit être aussi solide que le fer, alors sa renommée résonnera fort à travers le monde (les mots lituaniens pour fort et célèbre sont identiques). » [6] A cette époque, le château à douves de Trakai à l'ouest était le siège du souverain.

débuts

Tour Gediminas du château supérieur de Vilnius

D'après les recherches archéologiques, les environs de la ville étaient déjà habités à l'époque magdalénienne de l'âge de pierre . D'autres sites de la zone urbaine ont été datés du 4e millénaire et du 2e siècle av. Au début du Moyen Âge , les Baltes se sont d'abord installés dans cet endroit tactiquement avantageux, puis les Slaves et, depuis le XIe siècle, les Juifs également. Dès le 10ème siècle, une fortification en bois a été érigée dans ce qui est aujourd'hui la zone de la ville, autour de laquelle une colonie s'est développée. Vilnius a été mentionnée pour la première fois dans des sources historiques comme la capitale des Lituaniens en 1323. Cette année-là, le grand-duc Gediminas a envoyé des lettres écrites en latin à l'empereur, au pape et à divers ordres de chevalerie .et les villes commerçantes de cette époque. Il y recruta des marchands, des scientifiques et des artisans pour " in civitate nostra regia, Vilna dicta " - en tant que travailleurs invités hautement qualifiés et les attira avec deux églises, c'est-à-dire également la liberté religieuse. Cette tolérance envers les confessions les plus diverses déterminera pour longtemps le développement de la ville, mais elle en fera aussi à plusieurs reprises la cible d' attaques militaires de l'Ordre Teutonique, qui s'accompagneront à chaque fois de la dévastation de la ville et ses environs, par exemple en 1365, 1375, 1377, 1383 et 1390, 1392, 1394 et 1402. [7]

Pologne-Lituanie

Panorama de Vilnius, années 1600

Étant donné que l'Ordre teutonique menaçait à la fois le Grand-Duché de Lituanie et le Royaume de Pologne avec sa volonté d'expansion dans les États baltes à partir du milieu du XIIIe siècle, le grand-duc lituanien Jogaila décida de conclure une alliance avec la Pologne. À la suite de l' Union de Krewo de 1386, il épousa la reine polonaise Hedwig . Le pays a été réformé et christianisé. Le "feu éternel" sur la colline de Vilnius a été éteint et le temple païen a été détruit.

En 1387, Vilnius a obtenu les droits de ville de Magdebourg .

A partir du XVe siècle, la ville connut une longue période de prospérité économique et culturelle, parallèlement à sa polonisation progressive. Au XVIe siècle, elle devint le centre de la musique d'orgue et, en 1579, l' Université de Wilna fut fondée sur la base du collège jésuite (Alma academia et universitas Vilnensis societatis Jesu). Dans le même temps, Vilnius devient le centre culturel juif le plus important d'Europe du Nord et est surnommée la Jérusalem du Nord . Le 17ème siècle a été marquée par des guerres, des incendies et des épidémies et a été dévastatrice pour la population et le tissu bâti de la ville. L'occupation russe de 1655-1661 et l'occupation par les troupes suédoises enLa Grande Guerre du Nord en 1702 et 1707. Les grands incendies de la ville de 1610, 1737, 1745 et 1747 ont également considérablement dévasté Vilnius.

Empire russe

Vilnius, 1860

Après les partitions de la Pologne-Lituanie , Vilnius fait partie de l' Empire russe à partir de 1795 . Lors de la campagne de Russie en 1812 , il fut pillé par les troupes françaises. À la suite de la répression russe après l'échec du soulèvement de novembre 1830, l'université a été fermée et la ville a été déclassée en capitale provinciale du gouvernorat russe de Vilna . En 1862, le chemin de fer Varsovie-Pétersbourg est ouvert . Bien que façonnée par la population de langue polonaise, Vilnius a conservé sa tradition multiculturelle et est devenue le centre du biélorusse au XIXe siècle.vie nationale, même avant Minsk. Les poètes et écrivains biélorusses les plus importants ont publié leurs œuvres ici et, en 1906, le premier journal biélorusse « Naša Niva » a été publié. Les collections de livres du savant Mattityahu Strashun , décédé en 1885, sont parvenues à la communauté juive après sa mort et sont devenues la base de la plus grande bibliothèque juive d'Europe. Vers 1900, Vilnius était l'une des plus grandes villes juives du monde et 41 % de ses habitants étaient juifs. [8] Malgré cette composition de la population, il devient dans les années 1890 à Saint-Pétersbourg le gouverneur de la ville , connu pour son attitude réactionnaire et antisémite. Viktor von Wahl transféré à Wilna en tant que gouverneur en 1901 . Il fut victime d'une tentative d'assassinat ratée en mai de l'année suivante et dut être relevé. [9]

Première Guerre mondiale et entre-deux-guerres

En septembre 1915 , les troupes russes évacuent Wilna , et le 18 septembre les troupes allemandes occupent la ville. [10] Ils ont occupé Vilna jusqu'en 1918.

Carte de la Lituanie jusqu'en 1923

En 1918, avec le soutien de l'Allemagne, l' État lituanien est proclamé avec Vilnius comme capitale. Il a été alternativement occupé par l' Armée rouge et les troupes polonaises pendant la guerre polono-soviétique .

Avec le traité de Versailles et le traité de paix lituano-soviétique de Moscou en 1920, la Lituanie et sa capitale Vilnius ont été reconnues internationalement. En octobre 1920, pendant la guerre polono-lituanienne , les troupes polonaises occupent à nouveau la ville, y compris le sud-est majoritairement polonais de la Lituanie. En 1922, la Pologne a également officiellement ajouté la région de Vilna à son territoire national, ce qui a entraîné de grandes tensions entre les deux pays. L'annexion polonaise est de facto reconnue par la Société des Nations . [11] Pendant 19 ans, Kaunas devient alors la "capitale provisoire" de la Lituanie, et Vilnius devient la capitale d'une voïvodie polonaise. La proportion de la population lituanienne à Vilnius à cette époque était très faible (environ 2%), avec des proportions de 53% de Polonais et de 41% de Juifs. Aujourd'hui encore, environ 18% des habitants s'identifient comme Polonais, et dans la région de Vilnius, les Polonais sont majoritaires.

Le centre de santé mentale de la ville de Vilnius a été créé en 1927.

Deuxième Guerre mondiale

Invasion de troupes allemandes motorisées (enregistrement d'une compagnie de propagande )
Officier de police auxiliaire lituanien avec un brassard à croix gammée devant un groupe d'hommes marqués comme juifs et destinés au travail forcé (juillet 1942)
Femmes marquées comme juives (juillet 1942)

Selon le pacte Hitler-Staline , la Pologne était partagée entre le Reich allemand nazi et l'Union soviétique.

Après le début de la Seconde Guerre mondiale le 1er septembre 1939 avec l' invasion allemande de la Pologne , l' Armée rouge envahit la Pologne le 17 septembre , comme convenu dans le pacte . Vilnius est occupée le 19 septembre. Le 10 octobre, la ville est cédée à la Lituanie par l'Union soviétique. Un bon six mois plus tard - le 15 juin 1940 - l'Union soviétique envahit la Lituanie, le pays fut annexé à l' Union soviétique et le 3 août 1940, Vilnius devint la capitale de la République socialiste soviétique de Lituanie . Environ 35 000 résidents polonais ont été déportés en Sibérie .

L'occupation allemande de la Lituanie dura du 23 juin 1941 au 13 juillet 1944. Vilnius devint une partie du Reichskommissariat Ostland . Dans la vieille ville, un ghetto a été créé en deux parties, dont l'une a été dissoute en octobre 1941 avec les fusillades dans la forêt de Paneriai (à environ 10 km à l'ouest de la ville). Le deuxième ghetto a existé jusqu'en 1943, mais s'est peu à peu rétréci après de nombreuses soi-disant actions . Les Juifs restants ont été déportés dans des camps de concentration et y ont été assassinés. Environ 100 000 résidents juifs ont perdu la vie. Plus d'informations sur les combats de juillet 1944 ici (Vilnius était une "forteresse"été expliqué). Après 1944, le camp de prisonniers de guerre 195 pour les prisonniers de guerre allemands a été établi dans la ville . [12]

RSS de Lituanie et République de Lituanie

Après la Seconde Guerre mondiale, la population polonaise a été expulsée au cours de la réinstallation forcée des Polonais des anciens territoires polonais de l'Est en 1944-1946 et Vilnius est devenue la capitale de la République socialiste soviétique de Lituanie. Le stalinisme des années d'après-guerre a non seulement entraîné la nationalisation et la soviétisation de l'économie, mais a également tenté de supprimer l'identité nationale et religieuse des Lituaniens. À Vilnius, par exemple, les églises ont été utilisées à mauvais escient comme entrepôts, et les ruines de l'ancienne Grande Synagogue ont même été enlevées. La vie publique était régie par une censure stricte .

La population lituanienne à Vilnius a considérablement augmenté - entre autres en raison de l'exode rural résultant de la collectivisation forcée de l'agriculture lituanienne. En outre, les autorités soviétiques ont également encouragé l'afflux de travailleurs d'autres parties de l'Union soviétique dans les premières années d'après-guerre. Cependant, le Politburo du Parti communiste lituanien a réussi à limiter l'installation de non-Lituaniens, de sorte que la proportion de la population russophone est restée à environ 20 %, tandis que dans les deux autres capitales baltes de Riga et Tallinn, elle est passée à 50 %. pour cent parfois. [13]

Même après avoir retrouvé son indépendance en 1990, Vilnius est resté le siège du parlement et du gouvernement lituaniens. La Vilnius d'aujourd'hui est passée en dix ans d'une ville de style soviétique à une ville de style cosmopolite occidental. Sur la rive opposée de la Neris à la vieille ville et au centre (développement autour de la perspective centrale de Gediminas au début du siècle), un quartier moderne de bureaux et d'affaires s'est formé ces dernières années, faisant de Vilnius un pôle d'attraction non seulement pour les touristes. . Jusqu'à présent, le développement s'est fait plus ou moins sur des terres en jachère, mais dans un avenir prévisible, les pauvres habitations en bois qui jouxtent immédiatement au nord devront céder la place.

En 1995, la municipalité de Vilnius a été créée. En 1999, Grigiškės a été nommé par la municipalité du district de Trakai . La Bibliothèque centrale de la municipalité de Vilnius existe depuis 2006 .

résident

[ 14 ]

7 500 ont été nouvellement enregistrés en 2016, dont 1 655 à Verkiai et 1 000 chacun à Naujoji Vilnia , Pašilaičiai et Antakalnis . Dans les polycliniques et autres établissements de santé, 622 543 soit 48 000 résidents de plus qu'officiellement enregistrés au bureau d'enregistrement (2017). Selon la municipalité de Vilnius , si ces résidents étaient officiellement enregistrés à Vilnius, la municipalité recevrait 17 millions d'euros de plus en impôt sur le revenu .

développement démographique

Lors du premier recensement de l' Empire tsariste russe en 1897, les 154 500 habitants de Vilnius étaient :

Selon le recensement effectué par l'administration de guerre allemande 19 ans plus tard (1916), 138 794 habitants vivaient à Vilnius, dont :

  • 74 466 Polonais (53,7 %),
  • 57 516 Juifs (41,5 %),
  • 0 2 909 Lituaniens (2,1 %),
  • 0 2 219 Russes (1,6 %),
  • 00. 611 Biélorusses (0,5%),
  • 00. 880 Allemands (0,6%) et
  • 00. 193 (0,1 %) autres.

Du fait de la guerre, la population dans son ensemble avait légèrement diminué, principalement en raison du départ de plus de 90 % des Russes. Le nombre de Polonais, en revanche, a augmenté de plus de 60 % par rapport à 1897, et celui des Juifs encore légèrement de près de 20 %. Les Polonais étaient désormais le plus grand groupe de population devant les Juifs.

Dans l'entre-deux-guerres polonais 15 ans plus tard (1931), un recensement a été effectué. La population était donc passée à 195 100, dont :

  • 65,5% Pologne,
  • 27,8% Juifs,
  • 0 3,8 % Russes et seulement
  • 0 0,8% Lituaniens et
  • 0 0,9% Biélorusses.

Le nombre total de Juifs avait légèrement diminué pour la première fois à 54 500.

La Seconde Guerre mondiale a conduit à un échange complet de population. Parmi les Juifs qui avaient vécu à Vilnius jusqu'en 1939, la plupart sont morts pendant l' Holocauste . Une grande partie de la population polonaise a été expulsée vers les territoires orientaux allemands, désormais administrés par la Pologne, tandis que de nombreux Polonais vivent encore aujourd'hui dans les environs de Vilnius. Les Vilniusers expulsés ont été remplacés par des Russes et d'autres Lituaniens afin de les utiliser là-bas dans l'intérêt de l'État pour convertir la ville en capitale d'une République socialiste soviétique en Lituanie. Des structures administratives et de grandes industries ont été établies et Vilnius a connu une croissance rapide. Lors du recensement soviétique de 1959, les 236 100 habitants ont donné les nationalités suivantes :

  • 79 400 Lituaniens (34 %),
  • 69 400 Russes (29 %),
  • 47 200 Polonais (20 %),
  • 16 400 Juifs (7%) et
  • 14 700 Biélorusses (6%).

Après l' effondrement de l'Union soviétique et la déclaration d'indépendance de la Lituanie, la population est passée de plus de 576 000 (1989) à 541 000 (2011).

En 2001, un recensement lituanien a été effectué à Vilnius, selon lequel 57,5% de la population étaient des Lituaniens, 18,9% des Polonais, 14,1% des Russes, 4,1% des Biélorusses, seulement 0,5% des Juifs et 5,5% d'autres ethnies. La plupart des Juifs restants dans les années 1950 avaient émigré.

la religion

En 2017, 66 % des résidents étaient catholiques [20] . Il existe une variété d'églises et de sites religieux dans la ville. Pendant plusieurs siècles, il y eut une coexistence pacifique des adeptes religieux juifs et chrétiens. En tant que "Yerushalayim de Lita" (Eng. Jérusalem du Nord ), Vilnius est devenu un centre de culture et d'illumination juives. L'avancée des troupes allemandes de la Wehrmacht en Lituanie en 1941 a marqué la fin de l'histoire juive à Vilnius. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a perdu la quasi-totalité de ses habitants juifs et donc la moitié de sa population à la suite de l'Holocauste. En raison des dégâts de guerre, la Grande Synagogue a été fermée dans les années 1950arraché. Aujourd'hui, la synagogue chorale est le seul espace sacré juif restant à Vilnius.

politique et administration

Conseil municipal

La durée du mandat des 51 membres du conseil municipal de la municipalité est de quatre ans. Le conseil était élu à partir des listes de candidats des partis enregistrés jusqu'en 2010. Depuis 2011, des candidats indépendants peuvent également être élus. Lors de sa première session, le conseil élit un maire, quatre adjoints au maire et un directeur de l'administration.

maire

Le maire actuel, Remigijus Šimašius , a été élu maire pour la première fois en mars 2015 lors d'une élection directe.

administration

L' administration municipale de Vilnius est une institution municipale au service du conseil municipal. Elle assiste la Mairie dans l'exercice de ses fonctions et la soutient dans ses activités. L'administration compte plus de 1 100 employés (en 2016). [21]

armoiries de la ville

armoiries de la ville

Les armoiries de la ville datent de 1330. Elles représentent le saint patron de Vilnius sur fond rouge. Saint Christophe patauge dans une rivière portant l'enfant Jésus sur ses épaules. L'enfant Jésus bénit d'une main et tient le globe de l'autre. La devise est Unitas, Justitia, Spes ( latin : unité, justice, espoir)

jumelage de villes

Selon ses propres informations, Vilnius a des accords de jumelage avec les villes suivantes : [22]

Toutes ces villes ne désignent pas à leur tour Vilnius comme ville sœur.

Vilnius est également membre de l' Union des villes napoléoniennes européennes .

Panorama de la vieille ville de Vilnius, vers le nord

Culture et curiosités

Un des théâtres de Vilnius : Le "Lietuvos Nacionalinis Dramos Teatras"
Vieille ville de Vilnius : Vue d'Aušros Vartai (« Porte de l'Aurore »)

À partir de Castle Hill, le réseau de rues de la vieille ville de Vilnius forme une structure en éventail à l'ouest et au sud. La vieille ville, qui gravit les pentes de la rive gauche du Néris, a une superficie de 360 ​​hectares, ce qui en fait l'une des plus vastes et des mieux conservées d'Europe ; depuis 1994, il est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. En tant que centre politique du Grand-Duché de Lituanie du XIIIe à la fin du XVIIIe siècle, Vilnius a eu un impact profond sur le développement culturel et architectural en Europe de l'Est. Malgré quelques raids et destructions, de nombreux édifices remarquables de styles baroque, classicisme, gothique et Renaissance, ainsi que la structure médiévale de la ville ont été préservés. [23]

Très peu de bâtiments ont été perdus au combat pendant la Seconde Guerre mondiale, mais plus d'une centaine de synagogues ont été systématiquement détruites.

bâtiments

Églises gothiques : à gauche Sainte-Anne ( Šv. Onos ),
à droite Saint-François ( Šv. Pranciškaus Asyžiečio )
Cathédrale Saint-Stanislas

vieille ville

En dehors de la vieille ville

  • Église catholique de Saint-Pierre et Paul (lit. Šv. Petro ir Povilo ), un chef-d'œuvre baroque.
  • Église catholique Saint-Étienne
  • orthodoxe Saint Michel et Constantin
  • Cimetière de Rasų , où sont enterrés de nombreux Lituaniens et Polonais éminents. Le cœur de Józef Piłsudski est enterré ici.
  • le marché central sur la rive nord du Neris.
  • Le quartier d' Užupis (en anglais : derrière la rivière ) sur la rive droite de la rivière Vilnele s'est transformé d'un coin négligé et négligé en un quartier d' artistes depuis le début des années 1990 (à proximité immédiate de l'académie d'art "Dailės akademija" ) et est maintenant aussi une adresse exquise.
  • Europa Tower , le plus haut gratte-ciel de tous les États baltes

Bâtiments perdus

Grande Synagogue , photo 1920-1930

Musées

Aux alentours de Vilnius

Une vue moderne est la tour de télévision , qui mesure 326 m de haut et possède une terrasse d'observation à 190 m.

À environ 30 km à l'ouest de Vilnius se trouve Trakai , la capitale médiévale de la Lituanie, avec son château à douves reconstruit .

Au nord de Vilnius, dans le village de Purnuškės se trouve Europa Park . On dit que le centre géographique de l'Europe ( lit. Europos centras ) s'y trouve. Cependant, ce calcul des scientifiques français vers 1989 est contesté en raison de la pondération discutable des îles. D'autres géoscientifiques placent le point médian en Ukraine près de la frontière avec la Slovaquie , bien qu'il n'y ait pas de méthodologie convaincante pour déterminer un tel point.

événements et sports

Le marathon de Vilnius a lieu chaque année à Vilnius depuis 2001 .

Économie et infrastructures

Vilnius est le centre administratif et économique le plus important de Lituanie. Des banques importantes et de nombreux bureaux de représentation d'entreprises mondiales sont basés dans la ville. Les entreprises les plus importantes sont Bitė Lietuva , l'une des plus grandes entreprises de télécommunications des États baltes, et Omnitel , le plus grand opérateur mobile lituanien, ainsi que Lietuvos energija , une société d'énergie contrôlée par l'État et Lietuvos geležinkeliai , la plus grande compagnie ferroviaire de Lituanie. . NASDAQ OMX Vilnius est la seule bourse de Lituanie. Elle a été fondée en 1993 et ​​est gérée par le groupe boursier OMX . La société GEALAN systèmes de fenêtres duLa Haute-Franconie Oberkotzau ( Allemagne ) possède l'un de ses quatre sites dans la ville où sont produits les profilés de fenêtre.

Trafic

En termes de transports, la capitale lituanienne se trouve dans une sorte d'"angle mort" en raison de sa proximité avec la frontière extérieure fortement sécurisée de l'UE avec la Biélorussie. Les principaux flux de trafic des États baltes vers le reste de l'UE passent par Kaunas . De là, une autoroute mène à Vilnius, à 100 kilomètres. De nombreuses nouvelles routes sont actuellement construites à l'extérieur de la ville dans le but de désengorger les routes à l'intérieur de la ville.

chemin de fer

La gare de Vilnius.

La gare de Vilnius est la principale gare de voyageurs du réseau ferroviaire lituanien. Outre les transports locaux et régionaux, il existe également des transports longue distance. Les trains du corridor sur l'itinéraire Russie – Oblast de Kaliningrad et Kaliningrad – Biélorussie / Ukraine desservent principalement le trafic international, dont les principales destinations sont Moscou et Saint-Pétersbourg . Il existe également des liaisons ferroviaires à l'étranger vers Varsovie (via Šeštokai ) et vers Minsk . Lietuvos geležinkeliai circule en Lituanieavec leurs trains, entre autres, à Kaunas et via Šiauliai à Klaipėda .

Les gares locales sont : la gare de Vilnius , la gare de Paneriai , la gare de Pavilnys , la gare de Naujoji Vilnia et la gare d' Oro uostas (aéroport).

longue distance

Des bus longue distance relient la gare routière centrale à tous les pays voisins et à de nombreux autres pays de l' Union européenne . Jusqu'en 2011, un bus interurbain exploité par la compagnie ferroviaire polonaise Polskie Koleje Państwowe reliait la gare routière de Vilnius à Varsovie. De plus, les petites villes lituaniennes sont desservies depuis Vilnius.

trafic aérien

À l'aéroport de Vilnius

A proximité immédiate de la ville se trouve l' aéroport international de Vilnius . Dans la zone germanophone, Munich, Francfort/Main, Vienne, Berlin, Brême, Karlsruhe, Nuremberg et Dortmund sont desservis.

des rues

Une autoroute mène à Kaunas , de là une autoroute vers la mer Baltique jusqu'au port de ferry de Klaipėda , et une autoroute vers Panevėžys , chacune avec une connexion à la Via Baltica (route européenne 67). Il existe des liaisons routières longue distance vers la Biélorussie et la Pologne voisines.

Transport

Un trolleybus Solaris et son concurrent, le Maršrutka

Les bus et les trolleybus sont principalement utilisés pour les transports publics locaux , puisque Vilnius n'a ni métro ni tramway . Le système de trolleybus de Vilnius est l'un des deux systèmes de ce type en Lituanie. Les bus sont principalement exploités par la société Vilniaus viešasis transportas . Il propose actuellement 69  lignes de bus et 22 lignes de trolleybus. De plus, il y avait autrefois les Maršrutka , appelés minibus, comme taxis de ligne, qui desservaient souvent les mêmes lignes que les bus urbains, mais qui étaient exploitées par des sociétés privées. Une première ligne de tramway a été projetée en 2005 - la réalisation est discutable. Le Lietuvos geležinkeliai exploite un modeste système de trains de banlieue de type S-Bahn . Pour réduire la congestion, un projet de métro du métro de Vilniaus a été proposé.

Trafi (application de mobilité)

L' application de mobilité Trafi pour smartphones est utilisée à Vilnius depuis septembre 2017 . [24] [25] Cette application d'une start-up lituanienne permet à ses utilisateurs de choisir entre plusieurs moyens de transport alternatifs et itinéraires à travers la capitale lituanienne en temps réel. Il peut réserver et payer tous les moyens de transport disponibles dans la ville de manière centralisée. Les données de mouvement qui en résultent sont utilisées de manière anonyme par l'administration municipale pour la planification du trafic et son amélioration.

Centres commerciaux

À Vilnius, il y a les centres commerciaux et grands magasins suivants :

entraînement

Université de Vilnius

Plaque commémorative à Stephan Báthory sur le campus de l'Université de Vilnius

L' Université de Vilnius ( Vilniaus universitetas, VU ) remonte à un collège jésuite ouvert en 1569, qui fut élevé au rang d'académie par Stephan Báthory en 1579 à l' occasion de son élection au Grand-Duc de Lituanie. L'Université de Vilnius est la plus ancienne université des États baltes . (La plus ancienne université d'Europe centrale est l'Université Charles de Prague .) Elle fait face au Palais présidentiel .

YIVO

En 1925, le YIVO (Institut Yidisher visnshaftlekher) a été fondé à Vilnius . Le YIVO a été la première institution universitaire à étudier la culture yiddish et juive orientale . En 1940, compte tenu des circonstances de l'époque, elle a déménagé son siège à New York, où elle demeure à ce jour.

Université humaniste européenne

En juin 2005, l' Université humaniste européenne de Biélorussie (où elle a été fermée en 2004 pour des raisons politiques) a déménagé à Vilnius et y est gérée comme une université temporaire en exil . C'est une université privée et propose des études européennes, linguistiques et sciences politiques.

ISM Université de gestion et d'économie

L' Université ISM de gestion et d'économie a été fondée en 1999 par la Norwegian School of Management BI , ce qui en fait la première université privée de Lituanie. C'est une école de commerce et s'est donc spécialisée exclusivement en économie. L'ISM possède un campus à Vilnius et à Kaunas.

Plus d'universités

En outre, il existe l'Université technique de Vilnius Gediminas , l'Université Mykolas Romer , l'Université lituanienne d'éducation et l'Université Kazimieras Simonavičius de Vilnius . En outre, l'Université polonaise de Białystok exploite une succursale dans la ville où les membres de la minorité polonaise peuvent étudier en polonais .

Autres collèges

Les autres collèges sont : Vilnius Academy of Art , Music and Theatre Academy of Lithuania , International College of Law and Economics , Vilnius Business College , Vilnius Design College , General Jonas Žemaitis Military Academy of Lithuania , College of Engineering , College of Technologies and Design , Vilnius College, Vilnius Cooperation College , Vilnius St. Joseph Seminary et Vilnius University International Business School .

fils et filles de la ville

La liste répertorie les personnes nées, décédées ou enterrées à Vilnius et qui ont un lien personnel avec la ville.

Littérature

chacun dans l'ordre d'apparition

Paysage urbain et guide de la ville

histoire

Histoire juive de la ville et de l'Holocauste

  • David E. Fishman : Sauvé de l'incendie. Le sauvetage des trésors culturels juifs à Vilnius. Édition allemande-yiddish. Laurentius, Dehmlow 1998, ISBN 3-931614-97-2 .
  • Sima Skurkovitz : Sima. Rapport d'une femme juive de Vilnius sur l'époque de la terreur nazie. C. Weihermüller, Leverkusen 2002, ISBN 3-929325-05-5 .
  • Vincas Bartusevičius, Joachim Tauber , Wolfram Wette (eds.): Holocauste en Lituanie. Guerre, meurtres des Juifs et collaboration en 1941 . Avec la participation de Ralph Giordano . Bohlau, Cologne 2003, ISBN 3-412-13902-5 .
  • Kim Priemel : Au bord de l'Holocauste. Le sauvetage des Juifs par les membres de la Wehrmacht à Vilnius . Dans : Journal of Historical Science, volume 52 (2004), pages 1017-1034.
  • Sem C. Sutter: Les bibliothèques juives perdues de Vilna et l' Institut de recherche de Francfort sur la question juive . Dans : James Raven (éd.) : Bibliothèques perdues. La destruction des grandes collections de livres depuis l'Antiquité . Basingstoke, NY, 2004, p. 219-235.
  • Benjamin Anolik : Cours à la grille mon fils. De Vilnius à travers le ghetto de Vilnius et six camps en Estonie (= Edition Shoáh & Judaica, Vol. 3). Hartung-Gorre, Constance 2005, ISBN 3-86628-020-3 .
  • Genrikh Agranovsky : Vilnius : sites mémorables de l'histoire et de la culture juives . Musée d'État juif Gaon de Vilna, Vilnius 2005, ISBN 9955-9556-6-X .
  • Gudrun Schroeter : Paroles d'un monde détruit. Le Ghetto de Vilnius . Röhrig Universitätsverlag, St. Ingbert 2008, ISBN 978-3-86110-448-3 (thèse, FU Berlin 2007).
  • Abraham Sutzkever : Wilner Ghetto 1941-1944 . Traduit par Hubert Witt . Ammann, Zürich 2009, ISBN 978-3-250-10530-5 .
  • Elke-Vera Kotowski , Julius H. Schoeps (eds.): Vilne, Wilna, Wilno, Vilnius. Une topographie juive entre mythe et modernité. Hentrich & Hentrich, Berlin 2017, ISBN 978-3-95565-204-3 .

Vilnius dans la littérature

  • Czesław Miłosz : Les rues de Vilnius . Traduit par Roswitha Matwin-Buschmann, Carl Hanser, Munich 1997, ISBN 3-446-18945-9 .
  • Tomas Venclova : Vilnius. Une ville en Europe . Traduit par Claudia Sinnig. Suhrkamp (= Edition Suhrkamp, ​​​​2473), Francfort-sur-le-Main 2006, ISBN 3-518-12473-0 .

liens web

Commons : Vilnius  - album avec photos, vidéos et fichiers audio

les détails

  1. a b Office statistique de Lituanie : Nombre d'habitants des municipalités de Lituanie
  2. Alors que dans les autres capitales baltes Riga et Tallinn gothique ( gothique en brique ), l'architecture hanséatique et luthérienne prédominait et la bourgeoisie engagée dans le commerce maritime prédominait, à Vilnius le catholicisme et le baroque étaient influents et le commerce terrestre était la classe de soutien de l'État.
  3. Classement Mercer de la qualité de vie 2018. Consulté le 18 août 2018 (anglais).
  4. Lutz D. Schmadel : Dictionnaire des noms de planètes mineures . Cinquième édition revue et augmentée. Editeur : Lutz D. Schmadel. 5e édition. Springer Verlag , Berlin , Heidelberg 2003, ISBN 978-3-540-29925-7 , p.  186 (anglais, 992 p., link.springer.com [EN LIGNE ; récupéré le 7 septembre 2020] Titre original : Dictionary of Minor Planet Names . Première édition : Springer Verlag, Berlin, Heidelberg 1992) : « 1978 RS1. Découvert le 5 septembre 1978 par NS Chernykh à Nauchnyj.
  5. wetterkontor.de
  6. Tauber/Tuchtenhagen (2008), p.15.
  7. Tauber/Tuchtenhagen (2008), pages 16 et suivantes, 21 et suivantes et 33.
  8. Magocsi, PR (2002) : Atlas historique de l'Europe centrale. Seattle : Presses de l'Université de Washington
  9. Sur les causes et les conséquences de l'assassinat, voir Anke Hilbrenner . La revanche de Hirš Lekert. Escalade de la violence à la périphérie de l'Empire tsariste vers 1900. En Europe de l'Est , numéro 4/2016 : Mélange explosif. Terrorisme et violence impériale en Europe de l'Est , pp. 7–18.
  10. Casimir Hermann Baer : The War of Nations, Volume 12, p.232. Hoffmann Verlag, Stuttgart , récupéré le 17 septembre 2010
  11. Georges Scelle : La situation juridique de Vilna et de son territoire. Étude sur le différend Polono-Lituanie et la force obligatoire de la décision de la Conférence des Ambassadeurs du 15 Mars 1923 . In : Revue générale de droit international public , tome 35 (1928), pp. 730-780.
  12. Maschke, Erich (éd.) : Sur l'histoire des prisonniers de guerre allemands de la Seconde Guerre mondiale. Editeur Ernst et Werner Gieseking, Bielefeld 1962-1977.
  13. Volker Hagemann : Riga • Tallinn • Vilnius. Circuits à travers les métropoles des pays baltes . Berlin : Trescher 2008, p. 218
  14. Miestų gyventojų tautinė sudėtis . Composition nationale de la population urbaine.
  15. g. Вильна Demoscope Weekly :
  16. Der Große Brockhaus 1935, p.348
  17. Timothy Snyder, La reconstruction des nations , pp. 92-93, 2003 New Haven & Londres, Yale University Press, ISBN 978-0-300-10586-5
  18. Bureau statistique régional de Vilnius ( Memento des Originals du 17 avril 2012 dans Internet Archive ) Info : Le lien de l'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/www.stat.gov.lt
  19. Département des statistiques de Lituanie ( Memento des Originals du 29 février 2020 dans Internet Archive ) Info : Le lien de l'archive a été inséré automatiquement et n'a pas encore été vérifié. Veuillez vérifier le lien d'origine et d'archive conformément aux instructions , puis supprimer cet avis. @1@2Vorlage:Webachiv/IABot/www.stat.gov.lt
  20. [1]
  21. ↑ Statistiques des employés ( administration municipale de Vilnius )
  22. Site Internet de Vilnius , consulté le 4 mars 2015
  23. ^ Liste Unesco # 541 consultée le 15 mai 2011
  24. [2]
  25. [3]
  26. Dans son roman Éducation européenne de 1945 , Gary commémore les partisans juifs dans les forêts autour de Wilna de 1940 à 1943. Bien que fictive, l'intrigue précise est évidemment basée sur des événements réels, des informations que Gary a pu recevoir d'exilés polonais vivant là-bas alors qu'il était en poste comme pilote de chasse dans la région de Londres.
  27. Sutzkever a également écrit pour les journaux de Wilna à partir de 1934, il était un camarade de combat pour la Fareinikte Partisan Organisatzije . De 1945 à 1947, il écrivit plusieurs poèmes de Lang et d'autres textes sur le ghetto en yiddish, par ex. T. traduit en allemand
  28. Revue sur hsozkult.de, récupérée le 19 avril 2017.